Garindein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Garindein
La mairie (partie gauche du bâtiment)
La mairie (partie gauche du bâtiment)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Canton Mauléon-Licharre
Intercommunalité Communauté de communes de Soule-Xiberoa
Maire
Mandat
Jean-Pierre Mirande
2014-2020
Code postal 64130
Code commune 64231
Démographie
Gentilé Garindaintar
Population
municipale
516 hab. (2011)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 12′ 33″ N 0° 54′ 16″ O / 43.2092, -0.90444444444443° 12′ 33″ Nord 0° 54′ 16″ Ouest / 43.2092, -0.904444444444  
Altitude Min. 137 m – Max. 480 m
Superficie 6,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Garindein

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Garindein

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Garindein

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Garindein

Garindein est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Garindaintar[1].

L'église Saint-Vincent-de-Dax
L'école communale

Géographie[modifier | modifier le code]

Garindein fait partie de la Soule. La commune s'étend le long de la D918.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées par le Saison, qui débouche dans le gave d'Oloron et par ses affluents les ruisseaux Arangorena (12,5 km) et Urgorri.
Le ruisseau Quihilliri, affluent du Pagolako uraitza (16,2 km) qui se jette dans la Bidouze, arrose également les terres de la commune.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Quartier de Lambare, commun à Ainharp.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Garindein apparaît[2] sous les formes Garindenh (1475, contrats d'Ohix[3]), Garindayn (1479, titres de Bayonne[4]), Garindeing (1612, insinuations du diocèse d'Oloron[5]).

Autres toponymes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Lambare apparaît[2] sous la forme lo bedat de Lambarre (1476, contrats d'Ohix[3]).

Graphie basque[modifier | modifier le code]

Son nom basque actuel est Garindaine[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Jean-Pierre Mirande UDF conseiller général
2001 2008 Jean-Pierre Mirande UDF conseiller général
2008 2014 Jean-Pierre Mirande MoDem conseiller général

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Garindein appartient à quatre structures intercommunales[6] :

  • la communauté de communes de Soule-Xiberoa ;
  • le syndicat d'assainissement du Pays de Soule ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal pour le soutien à la culture basque.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 516 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
272 284 309 352 366 389 393 392 349
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
339 297 320 300 345 369 380 367 329
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
366 409 427 360 362 363 370 370 414
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
434 475 594 648 598 525 523 516 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

L'activité est essentiellement tournée vers l'agriculture (élevage et pâturages). La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Garindein fut célèbre pour la réalisation de nombreuses pastorales.

Chaque année, le Festival de la Chanson basque se déroule à Garindein le 14 août (36e édition en 2007).

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Vincent-de-Dax date du XVIIe siècle et son clocher du XIXe siècle.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école primaire et d'un trinquet

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jon Mirande, (Paris, 1925-1972) est un écrivain basque, né au sein d'une famille souletine qui émigra à la capitale française à la recherche de travail. Son père, Jean Mirande, était originaire de Garindein et sa mère, Marie d'Ayphasorho, de Chéraute.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Euskaltzaindia - Académie de la langue basque
  2. a et b Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque - Paul Raymond
  3. a et b Contrats retenus par Ohix, notaire de Soule - Manuscrit du XVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  4. Titres de Bayonne - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques et de la mairie de Bayonne
  5. Manuscrits du XVIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 7 juin 2014)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]