Arraute-Charritte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arraute et Charritte.
Arraute-Charritte
L'église Saint-Pierre
L'église Saint-Pierre
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Bayonne
Canton Saint-Palais
Intercommunalité communauté de communes d'Amikuze
Maire
Mandat
Christian Guillemin
2014-2020
Code postal 64120
Code commune 64051
Démographie
Gentilé Arruetar
Population
municipale
381 hab. (2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 23′ 59″ N 1° 06′ 20″ O / 43.3997, -1.10555555556 ()43° 23′ 59″ Nord 1° 06′ 20″ Ouest / 43.3997, -1.10555555556 ()  
Altitude Min. 8 m – Max. 192 m
Superficie 22,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Arraute-Charritte

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Arraute-Charritte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arraute-Charritte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arraute-Charritte

Arraute-Charritte est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Arruetar[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du Pays de Mixe, dans la province basque de Basse-Navarre.

Accès[modifier | modifier le code]

Arraute-Charritte est desservie par les routes départementales D11 et D310.

La ligne 870 du réseau interurbain des Pyrénées-Atlantiques, qui relie Tardets-Sorholus à Bayonne possède un arrêt sur la commune.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Située dans le bassin versant de l'Adour, la commune est traversée[3] par la Bidouze et ses affluents, le ruisseau le Lauhirasse, de Sanseroy, de Mendehéguy et de Lagrabe.

Des affluents du Lihoury, les ruisseau la Pataréna et l'Oyhanchoury, coulent également sur la commune.

Enfin, un tributaire du Minhurièta erreka, qui se jette plus loin dans la Bidouze, le ruisseau la Moulary, arrose le territoire d'Arraute-Charritte.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

L'entrée d'Arraute-Charritte sur la D11
Le monument aux morts
La boulangerie

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat, ici de type océanique aquitain, est influencé par trois facteurs principaux[7] :

  1. la latitude, la commune se situe dans le département le plus au sud de la côte Atlantique ;
  2. l'océan Atlantique, sa proximité joue le rôle de régulateur thermique : étés secs et faibles amplitudes thermiques ;
  3. les Pyrénées qui sont une barrière naturelle retenant les courants atmosphériques de nord-ouest et favorisant ainsi d'abondantes précipitations à la fin du printemps. En automne et en hiver, l'effet de Foehn (courants atmosphériques du sud) permet à la région d'obtenir des températures exceptionnelles par rapport au reste du pays, et un ciel parfaitement dégagé.
Données générales

Comparaison des données météorologiques de Arraute-Charritte[8]avec les données nationales

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Arraute-Charritte[8] 1 935 1 483 3 34 30
Paris 1 630 642 15 19 13
Nice 2 668 767 1 31 1
Strasbourg 1 633 610 30 29 65
Brest 1 492 1 109 9 11 74

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Arraute, mentionné dès le XIIe siècle[5] (cartulaire de Sorde[9]), apparaît sous les formes arraute (1125[10]), sanctus petrus de arraute (1160[10]), Araute (1350[10]), arraute (1413[10]), Arrauta (1513[5], titres de Pampelune[11]) et Arrueta (1621[5], Martin Biscay[12]).

Le toponyme Charrite apparaît sous les formes Sanctus Joannes de Sarricte (1160[10]), Sarrite (1316[10]), Ssarriette (1381[10]), Sarricoete (1413[10]), Sarricoata (1513[5], titres de Pampelune[11]) et Charrite (1793[13] et 1801[13], Bulletin des Lois pour cette dernière date).

Jean-Baptiste Orpustan[10] indique que Charrite provient de Sarri-ko-(e)ta, « lieu de petits fourrés ». En revanche, aucune certitude n’est donnée pour l’origine du toponyme Arraute.

Autres toponymes[modifier | modifier le code]

Éliçaïcine et Élicetche sont deux fiefs du royaume de Navarre, présents sur Arraute, cités par le dictionnaire de 1863[5].

Le chemin de l'Ermite s'étend, d'après Paul Raymond[5] sur les communes d'Arraute-Charritte et de Viodos-Abense-de-Bas.

Ithorrondo, ferme de la commune, est citée en 1621[5] (Martin Biscay[12]).

Paul Raymond indique, en 1863[5], un bois de la commune, du nom de Le Coud.

L'hydronyme Lafaure apparaît sous les formes la Phaura en 1538[5] (réformation de Béarn[14]) et la Phaure et 1863[5].

Graphie basque[modifier | modifier le code]

Son nom basque actuel est Arrueta-Sarrikota[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune d'Arraute et son village, Charritte-Mixe, ont fusionné le 27 juin 1842.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De sinople au lion d'argent.[15]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des derniers maires
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Robert Gratien   Chef d'entreprise
2001 en cours Christian Guillemin   Chauffeur
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune appartient également à six syndicats intercommunaux[16] :

  • la communauté de communes d'Amikuze ;
  • le syndicat AEP du pays de Mixe ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal pour le fonctionnement des écoles d'Amikuze ;
  • le syndicat intercommunal pour le soutien à la culture basque ;
  • le syndicat de regroupement pédagogique d'Amorots-Succos, Arraute-Charritte, Beguios, Masparraute et Orègue.

Arraute-Charritte est le siège du syndicat de regroupement pédagogique d'Amorots-Succos, Arraute-Charritte, Beguios, Masparraute et Orègue[17].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 1350, 3 feux sont signalés à Charritte[18].

Le recensement[19] à caractère fiscal de 1412-1413, réalisé[20] sur ordre de Charles III de Navarre, comparé à celui de 1551 des hommes et des armes qui sont dans le présent royaume de Navarre d'en deçà les ports[21], révèle une démographie en forte croissance. Le premier indique à Arraute la présence de 7 feux, le second de 22 feux (16 + 6 feux secondaires).
Le recensement de la population de Basse-Navarre de 1695[22] dénombre 80 feux à Arraute.

En 2011, la commune comptait 381 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
417 284 389 561 549 561 737 735 713
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
686 721 720 712 713 731 657 634 612
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
662 664 644 555 535 573 558 506 461
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
471 444 418 376 365 322 322 327 385
2011 - - - - - - - -
381 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2004[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

De 1793 à 1836, la population indiquée ne reflète que celle d'Arraute, encore séparé de Charritte, dont la population durant cette même période est décrite ci-dessous[13].

Évolution de la population
1793 1800 1806 1821 1831 1836
119 126 131 134 213 208
(Sources : Cassini)

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Arraute-Charritte en 1999[25] en pourcentage.
Hommes Classe d’âge Femmes
Avant 1904
5,8 
1905-1924
10,0 
21,5 
1925–1939
24,0 
17,4 
1940-1954
18,0 
23,3 
1955-1969
17,3 
19,8 
1970-1984
15,3 
12,2 
1985-1999
15,3 

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Budget et fiscalité
  • taxe d'habitation : 9,04 % (en 2003)[26]
  • taxe foncière : 6,39 % (propriétés bâties)
  • taxe professionnelle : 7,97 %

L'économie locale est surtout axée sur l'agriculture.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le village, typiquement basque, possède quelques maisons à colombage.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre[27] d'Arraute et celle de Charritte sont du XIXe siècle. Cette dernière recèle un retable du XVIIIe siècle. L'église d'Arraute est inscrite à l'Inventaire général du patrimoine culturel depuis 2006.

La chapelle funéraire de Samacoitz fait également partie de ce patrimoine religieux.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Rives de la Bidouze

Le site de la Bidouze est classé en zone Natura 2000[28].

Équipements[modifier | modifier le code]

éducation

Amorots-Succos, Masparraute, Orègue, Béguios et Arraute-Charritte se sont associées pour créer un regroupement pédagogique intercommunal (R.P.I. AMOBA[29]).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Brigitte Jobbé-Duval, Dictionnaire des noms de lieux - Pyrénées-Atlantiques, Archives et Culture,‎ 2009 (ISBN 978-2-35077-151-9)
  2. a et b - Académie de la langue basque
  3. Notice du Sandre sur Arraute-Charritte
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak, al, am, an, ao, ap, aq, ar, as, at, au, av, aw, ax, ay, az, ba, bb, bc, bd, be, bf, bg, bh, bi, bj, bk, bl, bm, bn, bo, bp, bq, br, bs, bt, bu, bv, bw et bx Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 7 mars 2012)
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  6. Communes proches d'Arraute-Charritte.
  7. Données Météo France
  8. Données de la station de Biarritz, sources l'Internaute, INSEE et Lameteo.org
  9. Cartulaire de l'abbaye Saint-Jean de Sorde, publié par extraits dans les preuves de l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  10. a, b, c, d, e, f, g, h et i Jean-Baptiste Orpustan, Nouvelle toponymie basque, Presses universitaires de Bordeaux 2006 (ISBN 2 86781 396 4)
  11. a et b Titres publiés par don José Yanguas y Miranda
  12. a et b Derecho de naturaleza que la merindad de San-Juan-del-pie-del-puerto, una de las seys de Navarra, tiene en Castilla - 1622 petit in-4°
  13. a, b et c Fiche de Charritte sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  14. Manuscrit du XVIe siècle au XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  15. Guy Ascarat
  16. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 21 juin 2014)
  17. Fiche détaillée des compétences du syndicat de regroupement pédagogique d'Amorots-Succos, Arraute-Charritte, Beguios, Masparraute et Orègue
  18. Jean-Baptiste Orpustan, Ouvrage collectif, Amikuze - Le Pays de Mixe, Éditions Izpegi - 1992 (ISBN 2 909262 05 7), page 77
  19. Recensements cités par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque - tome 3, Elkarlanean 2001 (ISBN 2 9131 5634 7), page 26. Le même ouvrage de Manex Goyhenetche indique (page 284) qu'il faut compter une moyenne démographique de 5.5 par feu.
  20. Transcrit et publié par Ricardo Cierbide, Censos de población de la Baja Navarra, Max Niemeyer Verlag, Tübingen, 1993
  21. Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, E 575, transcrit par Louis Baratchart dans Les amis de la vieille Navarre, janvier 1995, pages 44-54
  22. Bibliothèque nationale, 6956, registre Moreau 979, cité par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque - tome 3, Elkarlanean 2001 (ISBN 2 9131 5634 7), page 299.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  25. Pyramide des âges, Recensement 1999 sur le site de l'INSEE
  26. Site officiel de la Direction Générale des Impôts
  27. « L'église Saint-Pierre », base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. La bidouze sur Natura 2000
  29. Site du R.P.I. AMOBA

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]