Amorots-Succos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amorots et Succos.
Amorots-Succos
La mairie à Amorots
La mairie à Amorots
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Bayonne
Canton Saint-Palais
Intercommunalité communauté de communes d'Amikuze
Maire
Mandat
Arnaud Abbadie
2008-2014
Code postal 64120
Code commune 64019
Démographie
Gentilé Amoroztar
Population
municipale
231 hab. (2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 21′ 58″ N 1° 06′ 39″ O / 43.3661, -1.11083333333 ()43° 21′ 58″ Nord 1° 06′ 39″ Ouest / 43.3661, -1.11083333333 ()  
Altitude Min. 65 m – Max. 266 m
Superficie 15,20 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Amorots-Succos

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Amorots-Succos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Amorots-Succos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Amorots-Succos
L'église Sainte-Luce à Amorots, et le fronton
Une ferme d'Amorots
L'église de Succos, avec à gauche, au fond, la benoiterie et son fronton

Amorots-Succos est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Amoroztar[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du pays de Mixe, dans la province basque de Basse-Navarre.

Accès[modifier | modifier le code]

Amorots-Succos est desservie par la route départementale D14.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Située dans le bassin versant de l’Adour, la commune est traversée[3] par le Lihoury, affluent de la Bidouze, et par ses tributaires, les ruisseaux le Pataréna, de Chirrita, d'Othéguy et d'Isaac-borda.
Le Jeloséko erreka, arrose également la commune. Paul Raymond[4] indique également sur Amorots-Succos le ruisseau le Pacharéta.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Mentions anciennes

Le toponyme Amorots apparaît sous les formes :

  • Sanctus Vicentius de Maroz, Maroth et Morotz (1160[6]),
  • Amoros (1268[6]),
  • Amarotz (1305 et 1306[6]),
  • Amaroz (1350[6]),
  • Amoroz (1402[4], titres de Soule) et
  • Amorotz (1413[6], ou 1513[4], titres de Pampelune[7]).

Brigitte Jobbé-Duval[1] propose pour Amorots, une origine végétale, « le lieu de chênes ».

Le toponyme Succos apparaît sous les formes :

  • Sanctus Martinus de Trussecalau (1160[6]),
  • Sucox (1268[6]),
  • Succos (1304[6]),
  • Ssucos (1350[6]),
  • Çucoz (1413[6]) et
  • Suquos (1513[4], titres de Pampelune[7]).

Pour Brigitte Jobbé-Duval[1], Succos pourrait provenir du basque zoko, signifiant « lieu écarté »

La croix d’Ichobox désignait un pèlerinage[4], tout comme la croix Goïty.

Ospitaléa est une ferme mentionnée sous les graphies :

  • Zabala y l’Ospital (1513[4], titres de Pampelune[7]),
  • L’Hôpital d’Amorots (1708[4], règlement de la commanderie d'Irissarry[8]) et
  • Ospital (1863, dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[4]).
  • Paul Raymond[4] indique la présence d'une chapelle près de cette ferme, dépendant de la commanderie d’Irissarry.

Troussecaillau est un fief, vassal du royaume de Navarre, cité en 1863[4] par Paul Raymond.

Graphie basque

Son nom basque actuel est Amorotze-Zokotze[2].

Pierre Lhande, dans son dictonnaire basque-français[9], indique pour Succos la forme Sokueze.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Succos s'est uni à Amorots le .

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 en cours Arnaud Abbadie    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune appartient à six structures intercommunales[10] :

  • la communauté de communes d'Amikuze ;
  • le syndicat AEP du pays de Mixe ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal pour le fonctionnement des écoles d'Amikuze ;
  • le syndicat pour le soutien à la culture basque ;
  • le syndicat regroupement pédagogique d'Amorots-Succos, Arraute-Succos, Arraute-Charrite, Béguios, Masparraute et Orègue.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1350, 5 feux sont signalés à Amorots et 10 à Succos[11].

Le recensement[12] à caractère fiscal de 1412-1413, réalisé[13] sur ordre de Charles III de Navarre, comparé à celui de 1551 des hommes et des armes qui sont dans le présent royaume de Navarre d'en deçà les ports[14], révèle une démographie en forte croissance. Le premier indique à Amorots la présence de 4 feux, le second de 13 (12 + 1 feu secondaire). De même à Succos, le recensement de 1412-1413 relève 5 feux et celui de 1551 19 (16 + 3 feux secondaires).
Le recensement de la population de Basse-Navarre de 1695[15] dénombre 40 feux à Amorots et 32 à Succos. Le rôle de la taille de 1758 recense, quant à lui, 74 feux[16] à Amorots.

En 2011, la commune comptait 231 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
305 310 236 363 356 330 473 462 437
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
402 405 413 396 385 377 407 358 332
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
356 352 358 337 356 328 307 324 291
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
267 249 244 267 222 204 216 220 231
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2004[18])
Histogramme de l'évolution démographique

De 1793 à 1836, la population indiquée ne reflète que celle d'Amorots, encore séparé de Succos, dont la population durant cette même période est décrite ci-dessous[19].

Évolution de la population
1793 1800 1806 1821 1831 1836
129 118 126 125 133 144

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Langues
D'après la Carte des Sept Provinces Basques éditée en 1863 par le prince Louis-Lucien Bonaparte, le dialecte basque parlé à Amorots-Succos est le bas-navarrais oriental.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Éducation
Amorots-Succos, Masparraute, Orègue, Béguios et Arraute-Charritte se sont associées pour créer un regroupement pédagogique intercommunal (R.P.I. AMOBA[22]).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Brigitte Jobbé-Duval, Dictionnaire des noms de lieux - Pyrénées-Atlantiques, Archives et Culture,‎ 2009 (ISBN 978-2-35077-151-9)
  2. a et b - Académie de la langue basque
  3. Notice du Sandre sur Amorots-Succos
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak, al, am, an, ao, ap, aq, ar, as, at, au, av, aw, ax, ay, az, ba, bb, bc, bd, be, bf, bg, bh et bi Géoportail - Institut géographique national (France), « Géoportail » (consulté le 31 octobre 2011)
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Jean-Baptiste Orpustan, Nouvelle toponymie basque, Presses universitaires de Bordeaux 2006 (ISBN 2 86781 396 4)
  7. a, b et c Titres publiés par don José Yanguas y Miranda
  8. Titres de la commanderie d'Irissarry - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. Pierre Lhande, Dictionnaire basque-français, dialectes labourdin, bas-navarrais et souletin, Beauschène, Paris,‎ 1926
  10. Cellule informatique préfecture 64, « Intercommunalité des Pyrénées-Atlantiques » (consulté le 9 novembre 2011)
  11. Jean-Baptiste Orpustan, Ouvrage collectif, Amikuze - Le Pays de Mixe, Éditions Izpegi - 1992 (ISBN 2 909262 05 7), page 77
  12. Recensements cités par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque - tome 3, Elkarlanean 2001 (ISBN 2 9131 5634 7), page 26. Le même ouvrage de Manex Goyhenetche indique (page 284) qu'il faut compter une moyenne démographique de 5.5 par feu.
  13. Transcrit et publié par Ricardo Cierbide, Censos de población de la Baja Navarra, Max Niemeyer Verlag, Tübingen, 1993
  14. Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, E 575, transcrit par Louis Baratchart dans Les amis de la vieille Navarre, janvier 1995, pages 44-54
  15. Bibliothèque nationale, 6956, registre Moreau 979, cité par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque - tome 3, Elkarlanean 2001 (ISBN 2 9131 5634 7), page 299.
  16. Recensement cité par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque - tome 3, Elkarlanean 2001 (ISBN 2 9131 5634 7), page 282.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  19. Fiche de Succos sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  20. « L’église de Succos », base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « L’église Sainte-Luce », base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. Site du R.P.I. AMOBA

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]