Bonloc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bonloc
Pont de Bonloc sur l'Aran.
Pont de Bonloc sur l'Aran.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Bayonne
Canton Hasparren
Intercommunalité Communauté de communes du pays d'Hasparren
Maire
Mandat
Michel Etcheverry
2008-2014
Code postal 64240
Code commune 64134
Démographie
Gentilé Lekuindar
Population
municipale
370 hab. (2011)
Densité 363 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 22′ 09″ N 1° 15′ 55″ O / 43.3692, -1.26527777778 ()43° 22′ 09″ Nord 1° 15′ 55″ Ouest / 43.3692, -1.26527777778 ()  
Altitude Min. 51 m – Max. 146 m
Superficie 1,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Bonloc

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Bonloc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bonloc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bonloc
L'église Notre Dame de l'Assomption et le cimetière.
L'église sur sa butte.
Un des frontons du village ; jeu de pelota pala à 2 contre 2.

Bonloc est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Lekuindar[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Bonloc fait partie de la province du Labourd dans le Pays basque.

Avec un territoire de 102 hectares, Bonloc est la plus petite commune du département.

Accès[modifier | modifier le code]

Bonloc est desservie par les routes départementales D23 et D14, entre Hasparren et Saint-Martin-d'Arberoue.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Située dans le bassin versant de l'Adour, la commune est traversée[2] par un affluent de l'Adour, l'Aran (ou la Joyeuse ; autrefois appelée Haranburua au-delà de la maison éponyme). Un tributaire de la Joyeuse, le ruisseau de Garralde, coule également sur les terres de la commune.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Mentions anciennes

Le toponyme Bonloc apparaît sous les formes Ecclesia de Bono Loco (1186[4], cartulaire de Bayonne[5]), Bono Loco (1194[4]), Bonum Locum (1304[4]), Lo ospital de Bon-Loc, Le Bonlieu et Nostre Dame de Bonloc (respectivement 1372[4], 1498[4] et 1518[4], chapitre de Bayonne[6]) et Bouloc (1801[7], Bulletin des lois).

Graphie basque

Son nom basque actuel est Lekuine[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[4] note que Bonloc est une ancienne commanderie. Cet établissement religieux constituait un îlot féodal[9], jouissant de droits seigneuriaux jusqu'au XVIIe siècle. Il fut l'objet d'agressions de la part desdits Mont Real (Urtubie), de Sault et d'autres dudit lieu de Hasparren[10].

Dans le village une maison servait autrefois de relais sur un des chemins de Compostelle[11].

Traité de Bonloc (30 novembre 1273)[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un traité d'alliance scellé à Bonloc entre Henri Ier, roi de Navarre, et Édouard Ier, roi d'Angleterre, par lequel l'infante Jeanne, héritière du royaume de Navarre (née le 14 janvier 1273) est fiancée à Henri, prince héritier du royaume d'Angleterre (né en 1268). Les morts prématurées du roi Henri Ier le 22 juillet 1274 et du prince Henri le 14 octobre 1274 rendront ce traité sans effet. L'alliance anglo-navarraise sera cependant confirmée par le mariage en 1276 de Blanche d'Artois, veuve d'Henri Ier et mère de Jeanne, avec Edmond, comte de Lancastre, frère du roi Édouard Ier.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti, d'or à la croix lancéolée et crossée de sinople, au second d'azur au bourdon d'or accompagné de trois coquilles du même, une en chef et les deux autres aux flancs.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 en cours Michel Etcheverry    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Bonloc fait partie de six structures intercommunales :

  • Communauté de communes du pays d'Hasparren Hazparneko Lurraldea
  • Syndicat Adour-Ursuia d'assainissement non collectif
  • Syndicat AEP Mendionde - Bonloc
  • Syndicat départemental d'électrification
  • Syndicat intercommunal pour la réalisation d'une maison de retraite dans la vallée de l'Arberoue
  • Syndicat pour le soutien à la culture basque

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 370 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
258 223 245 274 308 320 303 350 330
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
310 307 311 263 290 269 272 240 215
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
200 190 181 157 167 156 164 153 159
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
193 189 189 200 228 284 336 351 370
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[12])
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

L'entreprise Boncolac du groupe toulousain 3A possède un centre de production de pâtisseries surgelées à Bonloc.

L'économie est sinon orientée vers l'agriculture. La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Langues 
D'après la Carte des Sept Provinces Basques dressée en 1863 par le prince Louis-Lucien Bonaparte, le dialecte basque parlé à Bonloc est le bas-navarrais occidental.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame de l'Assomption[13] date de la fin du XIXe siècle. Elle est inscrite à l'Inventaire général du patrimoine culturel.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement
La commune dispose d'une école primaire privée (école Saint-Joseph[14]).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Valentin de Salha, né en 1758 à Saint-Palais et mort en 1841 dans la même ville, est un capitaine de vaisseau et général de division français. Il se marie à Bonloc en 1785 avec Anne-Lucine d'Urdos, fille de noble Pierre, sieur d’Urdos, d’Etcheverry et de Sorhouette en Baïgorry, et de Jeanne de Sorhainde.

Yves Sallaberry, dit Xala, champion d'Espagne de pelote basque en 2011 (spécialité main nue, tête à tête), est originaire de Bonloc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Euskaltzaindia - Académie de la langue basque
  2. Notice du Sandre sur Bonloc
  3. a, b et c Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 14 octobre 2011)
  4. a, b, c, d, e, f et g Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  5. Cartulaire de Bayonne ou Livre d'Or - Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Chapitre de Bayonne - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Euskaltzaindia - Académie de la langue basque
  9. Philippe Veyrin, Les Basques, Arthaud 1975 (ISBN 2 7003 0038 6), p. 104.
  10. Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, G 86, citées par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque, t. 3, Elkarlanean,‎ 2001 (ISBN 2 9131 5634 7), p. 275.
  11. Pays basque Béarn, Les guides du livre de Poche,‎ 1977
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  13. « L'église Notre-Dame de l'Assomption », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Site de l'école Saint-Joseph

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :