Balustre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Balustre (homonymie).
Des balustres divers

Un balustre est une colonnette de forme renflée, généralement assemblée à d'autres colonnettes par une tablette à hauteur d'appui.

Dans le domaine des éléments d'architecture, un balustre est un ornement de balustrade offrant l'aspect de petite colonne terminée au col par une demi-sphère ou panse, à laquelle elle se rattache par un évasement en forme de congé.

Les balustres de fermeture sont des balustres souvent en bois, de forme très allongée formant des barreaux dans les grillages de clôture.

Le terme de balustre désigne également un ensemble de colonnettes soutenant la main-courante d'un escalier.

Par métonymie, il peut également désigner une balustrade, c’est-à-dire une rangée de balustres réunis entre eux par une tablette à hauteur d'appui. Il peut notamment représenter :

  • Une petite balustrade servant de clôture dans une église.
  • Une balustrade servant de clôture dans une chambre de parade.
  • Une galerie de théâtre.

Par analogie, le terme de balustre est également employé dans les domaines suivants :

  • En ébénisterie, un balustre est une sorte de colonnette servant d'ornement au dossier d'une chaise, appelée chaise à balustres, ou bien une colonnette servant à soutenir un meuble ou une partie d'un meuble.
  • En orfèvrerie, un balustre est la partie de la monture d'un chandelier, qui se trouve ordinairement placée vers le milieu.
  • En technologie, un compas à balustre est un compas pour tracer de très petits cercles, comportant deux branches surmontées d'une sorte de petit manche en forme de balustre, au moyen duquel on manœuvre l'instrument par rotation, entre le pouce et l'index.
  • Pour la franc-maçonnerie, dans certains hauts grades, un balustre signifie « planche » ou « planche à tracer » [1].

Les balustres sont souvent faits de pierre ou de marbre, parfois de bois. Ils sont généralement disposés de façon à respecter la règle architecturale (équilibre entre le jour et le plein) d'une séparation ajourée égale à la moitié de leur plus gros diamètre[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. In Ligou, dic. de la Franc maçonnerie, PUF, 1998, p. 108)
  2. La balustrade, un simple garde-corps ou une rambarde de sécurité ?

Sur les autres projets Wikimedia :