Trias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trias (homonymie).

Trias

Notation chronostratigraphique t (t1-7)
Niveau Période / Système
Ère correspondante Mésozoïque

Stratigraphie

Début Fin
252,2 ± 0,5 Ma (extinction Permien-Trias) 201,3 ± 0,2 Ma

Subdivisions

Paléogéographie et climat

Description de cette image, également commentée ci-après

Reconstitution de la géographie terrestre de la fin du Trias (220 Ma)

Taux de O2 atmosphérique env. 16 %vol[1]
(80 % de l'actuel)
Taux de CO2 atmosphérique env. 1 750 ppm[2]
(6 fois le niveau d'avant la révolution industrielle)
Température moyenne 17 °C[3]
(+°C par rapport à l'actuel)

Contexte géodynamique

  • 245 Ma: début de la fragmentation de la Pangée (toujours en cours)

Faune et flore

Évolution

Affleurements notables Monte San Giorgio

Le Trias est un système géologique, subdivision de l'ère Mésozoïque comprise entre -252,2 ± 0,5 et -201,3 ± 0,2 millions d'années. Le Trias est précédé par le Permien et suivi par le Jurassique.

Défini et nommé par le géologue allemand Friedrich August von Alberti en 1834, le Trias doit son nom aux trois unités (litho-)statigraphiques dont il se compose en Europe centrale : Buntsandstein (grès bigarré), Muschelkalk (calcaire coquillier) et Keuper. La régularité de ces dépôts en Europe centrale a permis aux sédimentologues de mettre en évidence les principes de la stratigraphie.

Dans certains textes plus ou moins anciens en français, une autre appellation a été parfois utilisée: Triasique.

Âges et subdivisions[modifier | modifier le code]

Le début du Trias est aujourd'hui défini officiellement par la Commission internationale de stratigraphie par l'apparition du conodonte Hindeodus parvus. Le point stratotypique mondial (Global Boundary Stratotype Section and Point, GSSP) correspondant à la limite inférieure du Trias est situé dans la coupe de Meishan (31° 04′ 47″ N 119° 42′ 21″ E / 31.0798, 119.7058 ()), dans le xian de Changxing, en Chine[4].

Le Trias est subdivisé en trois époques (Trias inférieur, moyen et supérieur) et en sept étages stratigraphiques[5],[6] :

Le Trias germanique est une unité lithostratigraphique présente dans une grande partie de l'Europe de l'ouest et centrale (au nord des Alpes) et de la mer du Nord. Le Trias germanique est divisé en Buntsandstein (grès bigarré), Muschelkalk (calcaire coquillier) et Keuper.

Le Scythien est une subdivision du Trias, définie en 1895 par les géologues Edmund Moïssissovics, Wilhelm Heinrich Waagen et Carl Diener en domaine marin (Trias alpin). Cette subdivision correspond au Trias inférieur, et désigne soit un étage soit une série selon les auteurs[7].

Paléogéographie et évolution tectonique[modifier | modifier le code]

Depuis le Carbonifère supérieur et la fermeture sur sa partie ouest d'un vaste océan est-ouest appelé Paléotéthys, la majeure partie des terres émergées est regroupée en un seul supercontinent appelé Pangée. Ainsi au Trias inférieur, la disposition des continents ressemble à une sorte de « Pac-Man » avec la bouche ouverte vers l'est. La « mâchoire » supérieure est appelée Laurasia, la partie inférieure Gondwana, il est entouré d'un vaste océan appelé Panthalassa (toute la mer). La Paléotéthys (l'océan qui forme donc l'espace dans la bouche) continue de se refermer à l'est pendant tout le Trias. Sa fermeture par subduction en direction du nord crée une succession de petits océans (appelés bassins d'arrière-arc) dont on observe aujourd'hui les sédiments principalement en Europe de l'Est (bassins dit de Hallstatt, Meliata, Maliak et Küre). Au Permien, certaines terres se sont séparées de la marge nord du Gondwana et ont commencé à dériver vers le nord. Ce sont des parties de la Turquie, de l'Iran, de l'Afghanistan, du Tibet et de la Chine du Sud. Ce chapelet de grandes îles est appelé « continents cimmériens » ; ils vont entrer en collision avec la Laurasia au Trias supérieur engendrant l'orogénèse cimmérienne. Le Trias supérieur voit aussi se développer une importante province magmatique qui recouvre aujourd'hui le Maroc et la Nouvelle-Angleterre aux États-Unis. Ce volcanisme est précurseur de l'ouverture de l'Atlantique central qui va suivre.

Si donc le Trias est remarquable pour son calme tectonique en Europe occidentale et notamment en France, son histoire à l'est de la frontière austro-suisse est plutôt agitée. C'est aussi dans les montagnes entre le Tyrol et la Chine du sud, qu'on trouvera les plus importants dépôts du Trias et où sa stratigraphie moderne a été définie.

Climat[modifier | modifier le code]

Le Trias inférieur en Europe occidentale est marqué par d'importants dépôts de roches évaporitiques. Les principales mines de sel de Suisse (mines de Bex), d'Autriche (Hallstatt), d'Allemagne (vallée de la Prim et Schwäbisch Hall en Souabe) et de Lorraine proviennent de dépôts sédimentaires triassiques. De plus, aucun sédiment glaciaire n'est connu au Trias. Ce sont donc des signes d'un climat chaud qui perdurera pendant toute la période. La taille importante du supercontinent Pangée devait modérer l'influence de l'océan sur son climat et il devait y avoir de grands déserts ainsi que d'importantes zones de climat continental.

Évolution de la vie[modifier | modifier le code]

Le Trias débute par définition après la plus grande extinction d'espèces vivantes dans l'histoire de l'évolution de la vie sur Terre, celle de la limite Permien/Trias. Le Trias se termine par une autre des cinq plus grandes extinctions. Entre ces deux repères nets, le Trias inférieur est marqué par une lente et difficile rediversification des espèces après la catastrophe. Il est aussi probable que l'environnement encore instable ait provoqué plusieurs petites extinctions qui ont marqué des arrêts dans la rediversification. Le Trias moyen est une époque stable qui observe le retour de systèmes écologiques complets et complexes, notamment les récifs qui étaient absents du Trias inférieur. Le Trias supérieur est marqué par une succession de petites crises touchant à chaque fois différentes communautés (la faune benthique, la faune pélagique, la flore terrestre, les dinosaures), crises entrecoupant des périodes de stabilité et qui vont amener à la grande crise de la limite Trias/Jurassique.

Trois types d'organismes marquent donc le Trias : des survivants de la limite Permien/Trias (P/T), des groupes qui vont exploser mais qui auront une durée de vie limitée et des nouveaux groupes qui domineront tout le Mésozoïque.

L'environnement marin est marqué par l'établissement au Trias moyen des types modernes de coraux après l'extinction des formes paléozoïques à la limite Permien/Trias. Un type d'algues calcaires (tubiphytes) va créer également d'importants récifs mais ce groupe s'éteindra presque totalement pendant le Trias supérieur. Les ammonites vont se rediversifier et redevenir abondantes à partir d'une seule lignée survivante de la limite P/T. Des bivalves pélagiques seront également localement très abondants. Les conodontes, important groupe pour la datation des roches, s'éteindront complètement à la limite Trias-Jurassique. Les poissons, qui ont subi peu de pertes à la limite P/T, montrent une grande stabilité. Les reptiles marins (notamment les ichthyosaures, plésiosaures, placodontes) vont se développer, devenir communs au Trias moyen et atteindre des tailles énormes au Trias supérieur.

Le principal changement dans les océans sera l'apparition au Trias supérieur du plancton à coquilles calcaires et du nanoplancton. Cette apparition va modifier profondément tant l'écologie et la chaîne alimentaire océanique que la chimie marine.

Chez les végétaux terrestres, les survivants de la limite P/T que sont les lycophytes dominent encore au Trias inférieur avant de laisser leur place aux cycades, ginkgophyta (qui ne sont plus représentés actuellement que par Ginkgo biloba) et les glossoptérides. Puis les spermatophytes, ou plantes à graines vont dominer la flore et dans l'hémisphère nord les conifères vont se multiplier.

Différents groupes d'amphibiens vont se succéder tout au long du Trias en se maintenant avec succès. Au Carnien, des cynodontes vont donner naissance aux premiers mammifères. Chez les reptiles, les Archosaures vont progressivement remplacer les reptiles synapsides qui ont dominé le Permien. Certains d'entre eux avec des espèces de petites tailles, évolueront en donnant entre autres naissance aux ptérosaures et aux dinosaures. Les Squamata apparaissent au Carnien, ils donneront naissance aux lepidosauria (serpents et aux lézards actuels) ainsi qu'aux Sphenodontia, groupe important à l'époque mais qui ne comptent plus aujourd'hui que deux espèces en danger d'extinction dans quelques îles de Nouvelle-Zélande. Les premiers Chéloniens (tortues) vont apparaître au Norien.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) teneur en oxygène dans l'atmosphère au Phanérozoïque
  2. (en) dioxyde de carbone au Phanérozoïque
  3. (en) température de la Terre
  4. (en) H. Yin, K. Zhang, J. Tong, Z. Yang et S. Wu, « The Global Stratotype Section and Point (GSSP) of the Permian - Triassic Boundary », Episodes, vol. 24, no 2,‎ 2001, p. 102-114 (lire en ligne).
  5. (en) [PDF] « International chronostratigraphic chart (2012) », sur http://www.stratigraphy.org/.
  6. (en) F.M. Gradstein, J.G Ogg, M. Schmitz et G. Ogg, The Geologic Time Scale 2012, Elsevier,‎ 2012, 1176 p. (ISBN 9780444594488).
  7. (en) Spencer G. Lucas (dir.), « The Triassic chronostratigraphic scale: history and status », dans The Triassic Timescale, vol. 334, Geological Society,‎ 2010 (DOI 10.1144/SP334.2, lire en ligne), p. 17-39.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Paléozoïque Mésozoïque Cénozoïque
Cambrien Ordovicien Silurien Dévonien Carbonifère Permien Trias Jurassique Crétacé Paléogène Néogène