Ahaxe-Alciette-Bascassan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ahaxe et Alciette-Bascassan.
Ahaxe-Alciette-Bascassan
Image illustrative de l'article Ahaxe-Alciette-Bascassan
Blason de Ahaxe-Alciette-Bascassan
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Bayonne
Canton Saint-Jean-Pied-de-Port
Intercommunalité Communauté de communes de Garazi-Baïgorri
Maire
Mandat
Jean-Paul Bidart
2014-2020
Code postal 64220
Code commune 64008
Démographie
Gentilé Ahatsar
Population
municipale
286 hab. (2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 09′ 05″ N 1° 09′ 50″ O / 43.1514, -1.1638888888943° 09′ 05″ Nord 1° 09′ 50″ Ouest / 43.1514, -1.16388888889  
Altitude Min. 207 m – Max. 788 m
Superficie 14,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Ahaxe-Alciette-Bascassan

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Ahaxe-Alciette-Bascassan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ahaxe-Alciette-Bascassan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ahaxe-Alciette-Bascassan

Ahaxe-Alciette-Bascassan est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Ahatsar[1].

Ahaxe - Église Saint-Julien d'Antioche

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du pays de Cize, dans la province basque de Basse-Navarre. Elle regroupe trois anciennes paroisses, parfois comptées en quatre regroupement de maisons au Moyen Âge[2] et cinq toponymes (Alciette, Ahaxe, Garatehegi, Ligeta et Bascassan), au confluent du Laurhibar et de l'Esteneko erreka.

Alciette est la paroisse la plus écartée, au nord-est, du regroupement des trois paroisses.

Accès[modifier | modifier le code]

Ahaxe-Alciette-Bascassan est desservie par la route départementale 18.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Situées dans le bassin versant de l’Adour, les terres de la commune sont arrosées[3] par le Laurhibar, affluent de la Nive, et par un tributaire de celui-ci, l'Esteneko erreka. L'Apatéko erreka, un affluent du ruisseau Arzubiko erreka, traverse également le territoire d’Ahaxe-Alciette-Bascassan.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Ahaxe 43° 09′ 02″ N 1° 09′ 54″ W / 43.15051, -1.16495 provient de la racine toponymique basque Ahaiz[2] indiquant une hauteur ; il est documenté sous les formes Hatce (1167[9]), Faxe (1194[2]), domine de ahacha (1194[2]), Assa, Aassa et Hassa (1249 pour ces trois formes[9]) Ahatxa (1300[9]), Ahaxa (1302[5], chapitre de Bayonne[10]), Haxa et Ahaxe (1304 pour ces deux formes[9]), Axa (1309[9] et 1350[2]), Hatxa (1350[9]), Hadssa (1366[9]), Ahtxe (1703[5]), visites du diocèse de Bayonne[11] et Sanctus Julianus d'Ahaxe (1757[5], collations du diocèse de Bayonne[12]). Jean-Baptiste Orpustan[2] indique que le toponyme provient de la base oronymique basque (h)aitz, 'rocher'/'hauteur'. Le gentile basque est Ahatsarr[2].

Le toponyme Alciette 43° 09′ 02″ N 1° 09′ 08″ W / 43.15043, -1.15215 est une corruption du basque Altzueta[2] 'lieu où abonde l'aulne' ; il est documenté sous les formes Alsuete (1249[2]), La Grange d'Alsuete (1302[5], chapitre de Bayonne[10]), Alçueta (1305[9]), Alzueta (1513[5], titres de Pampelune[13]), Alçuete et Alçueta (1350 pour ces deux formes[9]), Alchuete (1387[9]), Alchuette (1387[2]), Alçueta (1621[5], Martin Biscay[14]) et Alsiette (1667[5], règlement des États de Navarre[15]). Le gentilé est Alzietar[16].

Le toponyme Bascassan 43° 08′ 39″ N 1° 10′ 38″ W / 43.14408, -1.17730 provient d'un basque *Ba(ra)zkaitzun[2] 'lieu rocheux de la prairie' ; il est documenté sous les formes Bazquazen (1208[2]), Bascaçen (1292[9]), Bascacen (1350[9]), Bazcacen (1366[9]), Basquacen (1413[9]), Bazcacen (1513[5], titres de Pampelune[13]), Vazquacen (1613[2]), Vazcazen et Vazaçan (1621[5] pour ces deux dernières formes, Martin Biscay[14]) et Bascassan (1789[2]). Le gentilé est Bazkazandar[16].

Autres toponymes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Garatehegi 'versant du col' 43° 08′ 51″ N 1° 09′ 44″ W / 43.14754, -1.16232 apparaît sous les formes Garateguia (1350[2]), sent jullian et garateheguj (1366[2]), la parropie de garatehegi (1413[2]), Garatteguy (1518[5], titres de Pampelune[13]), Garatéhéguy (1708[5], règlement de la commanderie d'Irissarry[17]) et Garatéguy (1863, dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[5]).

Ligeta 43° 09′ 08″ N 1° 10′ 33″ W / 43.15214, -1.17578 est mentionné sous les formes Lagueta (1264[2]), Ligueta (1307[2]), Liguete (1350[2], 1366[2] et 1413[2]). Le toponyme est basé sur la racine prélatine liga 'boue'[2] (que l'on retrouve dans le nom de la Loire notamment).

Libieta est un toponyme qui apparaît sous les graphies Libiet (1621[5], Martin Biscay[14]) et Libiette (1789[2]).

Gaztelua 'château' 43° 08′ 19″ N 1° 10′ 08″ W / 43.13857, -1.16896 apparaît sous la graphie Gastellu en 1863, dans le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[5].

Irigaraia 'domaine haut' est un fief indiqué en 1385 écrit Irigaraya[5] (collection Duchesne volume CXIV[18]), vassal de la vicomté de Soule.

Ahatsaxilo 'trou d'Ahatsa' est mentionné sous la forme Ahaxachilo, en 1863, par le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[5]. Bastida est également indiqué dans ce dictionnaire.

Errekaldea 'bord de ruisseau' 43° 08′ 20″ N 1° 10′ 35″ W / 43.13894, -1.17637 y est mentionné sous la graphie Errécaldia et a transmis son nom au dit ruisseau, un affluent du Laurhibar coulant sur Bascassan.

Curutchet (nommé également Garat[5]?) est un ancien fief d’Ahaxe, vassal du royaume de Navarre.

Paul Raymond mentionne un Etheberry[5], fief situé sur la paroisse d’Alciette, vassal du royaume de Navarre.

Graphie basque[modifier | modifier le code]

Son nom basque actuel est Ahatsa-Altzieta-Bazkazane[9],[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie d'Ahaxe, également dénommée seigneurie de Cize, fut alliée aux vicomtes d'Arbéroue au XIe siècle, ainsi qu'à ceux de Guiche et aux comtes de Biscaye[2].

Ahaxe et Alciette-Bascassan se sont réunies le 11 juin 1842[9].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé aux 1 et 4 d'azur à trois coquilles d'argent, parti d'or à trois trangles de gueules ; au 2 de gueules à trois coquilles d'argent et une bordure engrêlée du même ; au 3 d'argent à une bande engrêlée de gueules accostée de deux coquilles du même[19].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Simone Ithurbide    
2008 en cours Jean-Paul Bidart    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune appartient à sept structures intercommunales[20] :

Démographie[modifier | modifier le code]

Le recensement de la population de Basse-Navarre de 1695[21] dénombre 21 feux à Ahaxe, 55 à Alciette et 23 à Bascassan.
Le recensement de 1791[22] relève, quant à lui, 337 habitants à Ahaxe.

En 2011, la commune comptait 286 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
474 485 472 460 555 588 930 864 892
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
830 738 641 674 670 624 614 571 561
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
576 570 545 469 462 440 454 419 368
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
344 335 307 265 263 320 300 298 291
2011 - - - - - - - -
286 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2004[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

De 1793 à 1836, la population indiquée ne reflète que celle d'Ahaxe, encore séparé d'Alciette-Bascassan, dont la population durant cette même période est décrite ci-dessous[25].

Évolution de la population
1793 1800 1806 1821 1831 1836
280 309 320 387 336 452

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité est principalement agricole. La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Le classement 2006 de l'Insee, indiquant le revenu fiscal médian par ménage, pour chaque commune de plus de 50 ménages (30 687 communes parmi les 36 681 communes recensées)[26], classe Ahaxe-Alciette-Bascassan au rang 27 645, pour un revenu de 13 257 €.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Langues

D'après la Carte des Sept Provinces Basques éditée en 1863 par le prince Louis-Lucien Bonaparte, le dialecte basque parlé à Ahaxe-Alciette-Bascassan est le bas-navarrais oriental.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Un gaztelu zahar (ensemble fortifié protohistorique), au lieu-dit Gaztalepo (Ahaxe), situé à 550 mètres d'altitude, et une lice, au lieu-dit Gaztelua ou Gastellia, à 313 mètres d'altitude, témoignent du passé ancien de la commune.
Le château fort appelé château Saint-Julien[7] date du XIIe siècle.
La maison Kapila[27] ainsi que les fermes Gohonetxea[6] et Idioinea[28] datent du XVIIe siècle.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Julien d'Antioche[29], à Ahaxe, date du milieu du Moyen Âge. Son cimetière figure à l'Inventaire général du patrimoine culturel depuis le 21 septembre 2004. Il contient un ensemble remarquable de stèles discoïdales.

La croix de cimetière[30] d'Ahaxe date de 1827 (inscription aux monuments historiques en date du 28/04/87).

L'ancienne benoîterie[31] de Bascassan est classée aux monuments historiques depuis le 30 mai 1997.
L'église Saint-André de Bascassan[32],[33] date des XIIe et XVIIe siècles. Les éléments classés par les monuments historiques (30 mai 1997) concernent son décor intérieur et le cimetière. On y trouve du mobilier[34] des XVIIe et XVIIIe siècles, et des objets[35] enregistrés par le ministère de la Culture. L'église de Bascassan est l'objet d'un tableau de François-Maurice Roganeau.

L'église Saint-Sauveur-d'Alciette[8] date des XIIe et XVIIe siècles et est inscrite aux monuments historiques depuis le 28 avril 1987 pour son décor intérieur en bois peint. Elle recèle du mobilier[36] des XVIIe et XVIIIe siècles, une peinture[37] et des objets[38] recensés par le ministère de la Culture.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

enseignement

La commune dispose d'une école maternelle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b - Académie de la langue basque
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z et aa Jean-Baptiste Orpustan, Nouvelle toponymie basque : noms des pays, vallées, communes et hameaux, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Centre d'études linguistiques et littéraires basques »,‎ 2006, 246 p. (ISBN 2867813964 et 9782867813962), p. 140
  3. Notice du Sandre sur Ahaxe-Alciette-Bascassan, consultée le 27/09/09
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z et aa Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 15 octobre 2011)
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x et y Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  6. a et b « La ferme Gohonetxea », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. a et b « Le château Saint-Julien », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. a et b « L'église Saint-Sauveur-d'Alciette », base Mérimée, ministère français de la Culture, « Notice no IA64000843 »
  9. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p « Présentation de la commune », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. a et b Chapitre de Bayonne - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  11. Manuscrit du XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  12. Manuscrits du XVIIe et du XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  13. a, b et c Titres publiés par don José Yanguas y Miranda
  14. a, b et c Derecho de naturaleza que la merindad de San-Juan-del-pie-del-puerto, una de las seys de Navarra, tiene en Castilla - 1622 petit in-4°
  15. Collection manuscrite de 11 volumes de délibérations (1606 à 1789) - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  16. a et b Pierre Lhande, Dictionnaire basque-français, 1926
  17. Titres de la commanderie d'Irissarry - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  18. Collection Duchesne, volumes 99 à 114, renfermant les papiers d'Oihénart, ancienne bibliothèque impériale - Bibliothèque nationale de France
  19. Guy Ascarat
  20. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 19 juin 2014)
  21. Bibliothèque nationale, 6956, registre Moreau 979, cité par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque IV : Révolution de 1789, t. 4, Donostia / Bayonne, Elkarlanean,‎ 2002, 432 p. (ISBN 2913156460 et 9782913156463, OCLC 492295167), p. 300. Le même ouvrage de Manex Goyhenetche indique (page 284) qu'il faut compter une moyenne démographique de 5.5 par feu.
  22. Recensement cité par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque III : Évolution économique et sociale du XVIe au XVIIIe siècle, t. 3, Donostia / Bayonne, Elkarlanean,‎ 2001, 411 p. (ISBN 8483317443 et 9788483317440, OCLC 466971263), p. 283
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  25. Fiche d'Alciette-Bascassan sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  26. « Résumé statistique par commune, département, zone d'emploi », sur Site de l'INSEE (consulté le 9 septembre 2009)
  27. « La maison Kapila », base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. « La ferme Idioinea », base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. « L'église Saint-Julien d'Antioche », base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. « La croix du cimetière d'Ahaxe », base Mérimée, ministère français de la Culture
  31. « La benoîterie de Bascassan », base Mérimée, ministère français de la Culture, « Notice no IA64000851 »
  32. « L'église Saint-André de Bascassan », base Mérimée, ministère français de la Culture
  33. « La chapelle Saint-André », base Mérimée, ministère français de la Culture
  34. « Le mobilier de la chapelle de Bascassan », base Palissy, ministère français de la Culture, « Notice no PM64000020 », « Notice no PM64000019 »
  35. « Les objets référencés de la chapelle Saint-André », base Palissy, ministère français de la Culture, « Notice no PM64000017 », « Notice no PM64000016 »
  36. « Le mobilier de la chapelle d'Alciette », base Palissy, ministère français de la Culture, « Notice no PM64000014 », « Notice no PM64000013 », « Notice no PM64000012 », « Notice no PM64000011 »
  37. « La peinture de la chapelle d'Alciette », base Palissy, ministère français de la Culture
  38. « Les objets référencés de la chapelle d'Alciette », base Palissy, ministère français de la Culture, « Notice no PM64000008 », « Notice no PM64000007 »

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]