Alos-Sibas-Abense

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alos, Abense et Sibas.
Alos-Sibas-Abense
L'église d'Alos
L'église d'Alos
Blason de Alos-Sibas-Abense
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Canton Tardets-Sorholus
Intercommunalité communauté de communes de Soule-Xiberoa
Maire
Mandat
Jean-Pierre Iriart
2014-2020
Code postal 64470
Code commune 64017
Démographie
Gentilé Aloztar
Population
municipale
293 hab. (2011)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 07′ 12″ N 0° 52′ 29″ O / 43.12, -0.87472222222243° 07′ 12″ Nord 0° 52′ 29″ Ouest / 43.12, -0.874722222222  
Altitude Min. 204 m – Max. 414 m
Superficie 5,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Alos-Sibas-Abense

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Alos-Sibas-Abense

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Alos-Sibas-Abense

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Alos-Sibas-Abense
Liens
Site web http://www.alos-sibas-abense.com/

Alos-Sibas-Abense est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Aloztar[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Alos-Sibas-Abense fait partie de la Soule.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Située dans le bassin versant de l’Adour, la commune est traversée[3] par le Saison et par ses affluents, les ruisseaux l'Apoura (18 km), lui-même alimenté par le ruisseau d'Ardounc, la Batasse (10,1 km), de Laritolle, Jaga, et l'Uthurrotche erreka.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Alos est mentionné en 1327[6], 1338[6] puis en 1375[5] dans les contrats de Luntz[7] pour cette dernière date, en 1405[5],[6] dans les rôles gascons (Alos in terra de Soule), puis en 1690[6].

Le toponyme Sibas apparaît sous les formes Sivas (1178[5],[6], collection Duchesne volume CXIV[8], 1327[6] et 1690[6]) et Sent-Martin de Sibas (1520[5],[6], coutume de Soule[9] et 1690[6]).
La forme basque est Ziboz(e) ou Ziborotz(e)[6].

Le toponyme Abense apparaît sous les graphies Evense[6], Abense prope Tardetz (1385[5], collection Duchesne volume CXIV[8]), Avense pres Tardets (1520[6]), prop Tardetz Avense (1690[6]) et Abeuze (1801[10], Bulletin des lois).

Jean-Baptiste Orpustan[6] avance que le toponyme provient d'un changement en phonétique romane de l’étymon basque Oniz > onise > oénse > auénse > abense. La base du nom est l’oronyme ona, présent également dans Bayonne et Oneix. La forme basque moderne (Onizegañia[6], Onizegañe[6] ou Omiz(e)[6]) reprend l’expression de haut (gain(e)a > gañia).
Brigitte Jobbé-Duval[1] indique qu'Oniz est le nom d’une maison basque noble.

Autres toponymes[modifier | modifier le code]

Domec est un fief d’Alos-Sibas, dans le hameau de Sibas. Il est mentionné en 1385[5] (collection Duchesne volume CXIV[8]). Le fief dépendait de la vicomté de Soule et son titulaire comptait parmi les dix potestats de cette province.

Mendisquer est un fief d’Alos-Sibas, vassal de la vicomté de Soule, qui apparaît sous la graphie Menrisqueta en 1385[5] (collection Duchesne volume CXIV[8]).

La Salle désignait une ferme et un fief d’Alos-Sibas dépendant de la vicomté de Soule. Le toponyme est mentionné en 1863 dans le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[5] et apparaît sous la graphie La Sale de Sibas (1455, collection Duchesne volume CXIV[8]).

Graphie basque[modifier | modifier le code]

Son nom basque actuel est Aloze-Ziboze-Onizegaine[2].

La mairie à Alos
Vielles stèles basques à Alos
L'église de Sibas
Vieille stèle basque à Sibas
Église d'Abense, au clocher trinitaire

Histoire[modifier | modifier le code]

Sibas s'est unie à Alos le 23 octobre 1843 pour former Alos-Sibas. Le 16 avril 1859, suite à l'annexion d'une partie du territoire d'Abense-de-Haut, la commune prend le nom d'Alos-Sibas-Abense.

La commune d'Abense-de-Haut disparaît ce même jour, son territoire étant partagé entre Alos-Sibas et Tardets.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’or au pont d’argent de trois arches d’argent, maçonné de sable posé sur une champagne fascée ondée d’azur et d’argent et surmonté d’un soleil virgulé de huit rais de gueules; le tout sur une champagne tiercée en pal au 1er d’or à la tour de sable ouverte et ajourée du champ, au 2e de gueules à la plume d’argent dans un encrier de sable, au 3e d’azur à trois virgules d’argent rangées en chef.
Commentaires : Devise : «atzotik biharrera» (d'hier à demain).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Avant 1843[modifier | modifier le code]

Alos

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1796 1798 Alexis Carriquert    
1798 1799 Pierre Queheille    
1799 1798 Jean Bastereche    
1824 1836 Jean d'Arthex    
1836 1845 Arnaud Sallabert    

Sibas

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1795 1798 Jean Carrique    
1798 1808 Philippe Etchart    
1808 1813 Jean Harritchague    
1813 1825 Jean Carrique    
1825 1832 Jean-Pierre d'Arthez-Lassalle    
1832 1845 Dominique Erbin dit Etchecopar    

Abense-de-Haut

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1795 André Etchart    
1795 1806 Jean Althabegoity dit Oliberou    
1806 1810 Arnaud Irigonegaray    
1810 1816 Jean-Baptiste Detchandy    
1816 1824 Casimir Etchebarne    
1824 1848 Jean-Baptiste Detchandy    

Avant 1859[modifier | modifier le code]

Alos-Sibas

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1845 1847 Arnaud Sallabert    
1847 1859 Jules Basterreche    

Abense-de-Haut

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1848 1848 André Etchart    
1848 1852 Jean Etchecopar dit Etchahoun    
1852 1859 Laurent Maytie    

Après 1859[modifier | modifier le code]

Alos-Sibas-Abense

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1859 1871 Jules Basterreche    
1871 1875 Arnaud André d'Arthez Lassale    
1875 1881 Jules Basterreche    
1881 1888 Pierre Arainty    
1888 1896 Pierre Arrospidegaray    
1896 1900 Jean-Pierre Mendicouague    
1900 1904 Arnaud Ibar    
1904 1912 Arnaud Cocosteguy    
1912 1916 Bernard Larragneguy    
1916 1918 Bernard Mondot    
1918 1919 Bernard Larragneguy    
1919 1929 Jean Iriart    
1929 1939 Pierre Marmissole    
1939 1940 Joseph Etchart    
1940 1951 Pierre Marmissole    
1951 1953 Bernard Aguer    
1953 1971 Général Pierre Montjean    
1971 1983 Pierre Luchillo    
1983 2001 Pierre-Clémént Iratçabal    
2001 2008 Anne-Marie Etcheberry    
2008 en cours Jean-Pierre Iriart    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de six structures intercommunales[11] :

  • la communauté de communes de Soule-Xiberoa ;
  • le syndicat intercommunal des gaves d'Oloron et de Mauléon (SIGOM) ;
  • le SIVOM du canton de Tardets ;
  • le SIVU chargé du tourisme en Haute-Soule et Barétous ;
  • le syndicat AEP du Pays de Soule ;
  • le syndicat intercommunal pour le soutien à la culture basque.

Démographie[modifier | modifier le code]

Avant 1843[modifier | modifier le code]

1793 1800 1806 1821 1831 1836
Alos[12] 188 212 218 213 223 223
Sibas[13] 122 110 105 137 133 130
Abense-de-Haut[10] 290 327 322 291 394 406

Le 23 octobre 1843, Sibas et Alos sont réunies pour former Alos-Sibas.

Avant 1859[modifier | modifier le code]

1841 1846 1851
Alos-Sibas 360 354 316
Abense-de-Haut 375 365 364

Le 16 avril 1859, une partie d'Abense-de-Haut est réunié à Alos-Sibas pour former Alos-Sibas-Abense. L'autre partie d'Abense-de-Haut est réunie avec Sorholus à Tardets.

Après 1859[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 293 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1856. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
646 565 505 527 523 538 530 536 511
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
484 463 453 437 421 415 414 401 352
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
368 343 361 316 309 319 275 269 293
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[14].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

L'activité est essentiellement tournée vers l'agriculture (élevage et pâturages). La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Maison Etchandia, ancienne propriété de la famille d'Etchandy puis de la famille de Berterèche de Menditte. La Salle d'Abense propriété de la famille Montjean.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

La commune pratique l'écobuage[15], ou débroussaillement par le feu.

Équipements[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un pôle petite enfance (halte garderie, crèche) et d'une ikastola.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Brigitte Jobbé-Duval, Dictionnaire des noms de lieux - Pyrénées-Atlantiques, Archives et Culture,‎ 2009 (ISBN 978-2-35077-151-9)
  2. a et b Euskaltzaindia - Académie de la langue basque
  3. Fiche du Sandre sur la commune d'Alos-Sibas-Abense
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u et v Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 30 octobre 2011)
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque - Paul Raymond
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q Jean-Baptiste Orpustan, Nouvelle toponymie basque : noms des pays, vallées, communes et hameaux, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Centre d'études linguistiques et littéraires basques »,‎ 2006, 246 p. (ISBN 2867813964 et 9782867813962), p. 189 à 191
  7. Contrats retenus par Luntz, notaire de Béarn - Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  8. a, b, c, d et e Collection Duchesne, volumes 99 à 114, renfermant les papier d'Oihenart, ancienne bibliothèque impériale - Bibliothèque nationale de France
  9. Coutume de Soule de 1520, imprimée à Pau en 1760
  10. a et b Fiche d'Abense sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  11. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 20 juin 2014)
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiche de Sibas sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  15. Page du site "Autour d'Alos-Sibas-Abense"

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]