Genette commune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Genette commune

Description de cette image, également commentée ci-après

Genetta genetta felina

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Ordre Carnivora
Sous-ordre Feliformia
Famille Viverridae
Sous-famille Viverrinae
Genre Genetta

Nom binominal

Genetta genetta
(Linnaeus, 1758)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Répartition géographique

Description de cette image, également commentée ci-après

rouge - introduite et présente
noir - introduite et éteinte

Répartition géographique

Description de cette image, également commentée ci-après

La Genette en France

La genette commune (Genetta genetta), ou genette d'Europe, est un mammifère carnivore nocturne et discret, de taille, couleur et morphologie qui la font parfois confondre avec un chat. Il se répartit en de nombreuses sous-espèces vivant en Europe, en Afrique et au proche-orient. En Europe, c'est la seule espèce représentante de la famille des Viverridés[1].

Liste des pays où elle est présente[2] : Afrique du Sud, Algérie, Angola, Arabie saoudite, Belgique, Botswana, Burkina Faso, Égypte, Espagne, Éthiopie, France, Kenya, Liberia, Libye, Maroc, Mayotte, Mauritanie, Mozambique, Namibie, Nigeria, Pays-Bas, Portugal, Sahara occidental, Sénégal, Somalie, Soudan, Tanzanie, Tunisie, Ouganda, Yémen, Zambie et Zimbabwe.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Ce mammifère est représenté par douze sous-espèces :

  • Genetta genetta afra (Afrique du Nord) ;
  • Genetta genetta balearica (Majorque, Iles Baléares) ;
  • Genetta genetta felina (Afrique) ;
  • Genetta genetta genetta ;
  • Genetta genetta granti (sud-ouest de l'Arabie) ;
  • Genetta genetta hintoni ;
  • Genetta genetta isabelae (Espagne, Ibiza) ;
  • Genetta genetta pulchra ;
  • Genetta genetta pyrenaica (Pyrénées, France) ;
  • Genetta genetta rhodanica ;
  • Genetta genetta terraesanctae (Israël) ;
  • Genetta genetta senegalensis (Espagne).

Espèce probablement introduite et naturalisée[modifier | modifier le code]

dessin de genetta genetta

Hérodote l'aurait évoquée il y a plus de 2000 ans, mais on soupçonnait depuis longtemps que les populations européennes actuelles aient comme origine des genettes introduites et naturalisées par les Romains ou les Maures pour défendre les récoltes contre les rongeurs. De plus, son aire de répartition très limitée laissait supposer que sa survie aurait pu avoir été favorisée dans ces régions par l'Homme

Une étude[3] du génome mitochondrial a montré que la genette dite « européenne » était génétiquement proche des souches du Maghreb. Cette analyse laisse penser que les genettes européennes actuelles auraient pour ancêtres communs des genettes africaines, et plus particulièrement des sujets originaires de la zone côtière algérienne. La dynastie des Almohades pourrait avoir été à l'origine - au XIIe siècle - de telles introductions, car la diversité génétique de la genette européenne est plus élevée dans les zones qu'ils ont conquises et où ils ont longtemps vécu (Baléares, Espagne méridionale et Catalogne). Mais quelques introductions plus précoces ou tardives seraient également possibles. En France, l'espèce est essentiellement présente dans un grand quart sud-ouest. Elle s'est montrée capable de traverser le Rhône, peut-être grâce aux ponts, et elle a colonisé la Provence à partir d'Arles[réf. nécessaire], où elle est de plus en plus présente depuis les années 1970. La genette s'est établie assez récemment dans l'île de Camargue où des animaux ont été observés et des crottiers importants découverts. À l'ouest, l'espèce est présente jusqu'à Nantes et au sud de la Bretagne, elle a donc traversé la Garonne, la Loire, et de nombreux autres cours d'eau qui ne semblent pas gêner son expansion. Elle est observée sporadiquement un peu partout en France jusqu'en Alsace, et semble globalement en expansion[4].

Morphologie[modifier | modifier le code]

  • longueur corps + queue : ~100 cm
  • hauteur : ~35 cm
  • poids : ~2 kg

Biotope[modifier | modifier le code]

Genette naturalisée dans la Cité découverte nature à Mialet (Dordogne)

Essentiellement cantonnée en Espagne et dans le sud-ouest de la France, ainsi qu'en Italie méridionale. La genette vit et chasse généralement près des points d'eau, des taillis et des forêts denses. La genette est très territoriale et délimite régulièrement son territoire à l'aide de ses glandes péri-anales et de crottiers. Animal essentiellement nocturne ; il est de ce fait très difficile d'observer la genette dans son milieu naturel.

Physiologie[modifier | modifier le code]

Dans son environnement naturel, la genette a une espérance de vie de quelque 10 ans. En captivité, son espérance de vie est identique à celle du chat (~15 ans).

Comportement[modifier | modifier le code]

L’animal est strictement nocturne. Même si la genette est un excellent grimpeur, à l'aise jusque dans les petites branches, elle chasse essentiellement à terre.

Elle n'a pas de terrier fixe (sauf en période de gestation), et passe souvent ses journées à dormir sous un rocher, dans un arbre, ou encore dans un terrier inoccupé.

Régime alimentaire[modifier | modifier le code]

Principalement carnivore, la genette chasse tout ce qui est plus petit qu'elle : surtout de petits rongeurs (mulot sylvestre en particulier), et également dans une moindre mesure oiseaux (petits passériformes notamment), ainsi que de nombreux arthropodes (coléoptères et dermaptères essentiellement) ; elle ne dédaigne pas l'occasion d'améliorer ponctuellement son ordinaire de quelques fruits ou baies, démontrant un certain opportunisme alimentaire. La consommation de végétaux comme les graminées a de son côté pour but d'améliorer le tractus intestinal[5],[6].

Contrairement à la fouine, la genette ne s'approche pas des habitations ; elle s'attaque donc rarement aux animaux de basse-cour et ne peut donc, en aucun cas, être considérée comme nuisible. Cependant, la genette en cas de pénurie alimentaire peut parfois attaquer les basse-cours, les juvéniles pouvant faire des dégâts importants.

Reproduction[modifier | modifier le code]

La genette atteint sa maturité sexuelle à l'âge de deux ans. La reproduction a lieu toute l'année, avec une gestation de deux mois.

Les portées comportent généralement deux à quatre petits, allaités pendant quatre mois. Il n'y a la plupart du temps qu'une portée par an.

Remarque[modifier | modifier le code]

Même si l'animal fut probablement domestiqué par le passé, sa forte odeur musquée le réserve au seul environnement naturel.
En France, la genette a longtemps été chassée pour sa fourrure. Aujourd'hui elle compte au nombre des espèces protégées.

Statut de protection[modifier | modifier le code]

  • Convention de Berne du 19 septembre 1979 :
    • Annexe 3 : Toute exploitation de la faune sauvage énumérée à l'annexe III est réglementée de manière à maintenir l'existence de ces populations hors de danger. Ces mesures comprennent notamment: a) l'institution de périodes de fermeture et/ou d'autres mesures réglementaires d'exploitation; b) l'interdiction temporaire ou locale de l'exploitation, s'il y a lieu, afin de permettre aux populations existantes de retrouver un niveau satisfaisant; c) la réglementation, s'il y a lieu, de la vente, de la détention, du transport ou de l'offre aux fins de vente des animaux sauvages, vivants ou morts.
  • Directives européennes du 21 mai 1992 et du 27 octobre 1997 concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages :
    • CE/92/43 - Annexe 5 : espèce d'intérêt communautaire dont le prélèvement dans la nature et l'exploitation sont susceptibles de faire l'objet de mesures de gestion.
  • Convention de Bonn :
    • Aucune réglementation.
  • France :
    • La Genette commune bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux mammifères protégés sur l'ensemble du territoire [1]. Il est donc interdit de la détruire, la mutiler, la capturer ou l'enlever, de la perturber intentionnellement ou de la naturaliser, ainsi que de détruire, altérer ou dégrader son milieu. Qu'elle soit vivante ou morte, il est aussi interdit de la transporter, colporter, de l'utiliser, de la détenir, de la vendre ou de l'acheter.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Léger et Sandrine Ruette, « La répartition de la genette en France », Faune sauvage, vol. 287,‎ 2010, p. 16 (lire en ligne)
  2. Fiche de genetta genetta du Smithsonian Institut
  3. (en) P. Gaubert, « Early phases of a successful invasion: mitochondrial phylogeography of the common genet (Genetta genetta) within the Mediterranean Basin », Biological invasions, vol. 11, no 3,‎ 2009, p. 523–546 (lire en ligne)
  4. François Léger, « La répartition de la genette en France », Faune Sauvage, no 287,‎ 2010, p. 16-22 (lire en ligne)
  5. D. Le Jacques et Thierry Lodé, « L'alimentation de la genette d'Europe Genetta genetta L. 1758 dans un bocage de l'ouest de la France », Mammalia, vol. 58, no 3,‎ 1994, p. 385-387 (lire en ligne)
  6. Thierry Lodé et al., « Le régime alimentaire de la Genette (Carnivora, Viverridae), en limite nord ouest de son aire de répartition », La Terre et la Vie - Revue d'écologie, vol. 46,‎ 1991, p. 341-346 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :