Tourisme balnéaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Berk-Plage à la Belle Époque

Le tourisme balnéaire constitue la forme de tourisme la plus répandue dans le monde est principalement associé aux stations balnéaires.

Histoire[modifier | modifier le code]

La côte, la plage de sable, la mer et le soleil n'ont pas toujours attiré, mais notamment sous l'influence des guides touristiques[1], des affiches publicitaires... sont devenus depuis le XIXe siècle une source d'attrait indéniable pour les touristes et amateurs de promenades littorales, qui furent selon F Debie une « forme urbaine du premier âge touristique »[2].

Le tourisme balnéaire est avec les voyages en montagne la première forme de tourisme de masse (ou préfigurant ce tourisme) apparue. Il comportait souvent une dimension hygiéniste et sportive (ski, tennis[3]...) En France, les premiers bains de mer furent inaugurés en 1824 à Dieppe par la duchesse de Berry. Le ministère du Tourisme en France préfère utiliser la dénomination tourisme littoral, afin de ne pas inclure seulement les stations balnéaires, mais aussi les villes située un peu plus dans les terres.

Ce tourisme a parfois été vécu comme intrusif par les populations locales (en Bretagne et Vendée par exemple durant la 1re moitié du XXe siècle[4], souvent source de conflits pour l'espace[5] et responsable d'une forte périurbanisation, marquée marqué en Europe dans les années 1960-80 par un héliotropisme (Côte d'Azur en France, puis report d'une partie du tourisme vers des zones tropicales[6], souvent fortement contrôlé par de grands groupes de l'industrie du tourisme (les voyagistes[7])

La sociologie du tourisme balnéaire a historiquement évoluée avec par exemple l'apparition des campings, de casinos, de boites de nuit, de complexes de loisirs, de plages réservés aux stars et à une classe de touristes riches, des stations orientées vers le nudisme/naturisme ou acceptant des plages gays[8], un tourisme de classe vertes et classes de mer ou de voile, un tourisme nature, etc. Dans certains pays il est freiné ou stoppé ou déplacé par des guerres[9] ou des révolutions, crises ou instabilités politiques.

Environnement[modifier | modifier le code]

le tourisme balnéraire est à l'origine du concept de station ou ville balnéaire, et de nombreuses voies ferrées, routes et constructions qui ont empiété sur les milieux littoraux et parfois modifié le trait de côte en raison d'accélération de phénomène d'ensablement ou au contraire d'érosion, de destruction de dune, de modifications d'estuaires, création de ports de plaisance, etc.[10] En s'épanouissant, il a paradoxalement contribué à dégrader les paysages et habitats naturels littoraux et à polluer l'environnement littoral et marin.

Des études ont montré que la présence de simples touristes (sur des plages de la mer Baltique et de Méditerranée) modifiait l’écosystème et la microfaune qui vit entre les grains de sables Gheskiere, T., Vincx, M., Weslawski, J. M., Scapini, F., & Degraer, S. (2005). http://www.vliz.be/imisdocs/publications/68267.pdf Meiofauna as descriptor of tourism-induced changes at sandy beaches]. Marine Environmental Research, 60(2), 245-265 (résumé )

Une législation spécifique (ex : Loi littoral en France), des outils spécifiques (ex : conservatoire du littoral en France) et des programmes de renaturation ou de restauration de milieux dégradés (ex : SRCE et la trame verte et bleue nationale cherchent à favoriser un tourisme plus durable, plus intégré, s'appuyant aussi sur le milieu rural arrière littoral[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Toulier B (2000) L’influence des guides touristiques dans la représentation et la construction de l’espace balnéaire (1850-1950). Les Guides Imprimés du XVIe au XXe siècle. Villes, paysages, voyages. Paris, 239-258.
  2. Debie F (1993) http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M193/PROMENAD.pdf Une forme urbaine du premier âge touristique: les promenades littorales]. Mappemonde, 93(1), 32.
  3. Peter, J. M., & Tétart, P. (2003). L'influence du tourisme balnéaire dans la diffusion du tennis. Le cas de la France de 1875 à 1914. Staps, (2), 73-91 (http://www.cairn.info/revue-staps-2003-2-p-73.htm résumé]).
  4. Vincent J (2007) L'Intrusion balnéaire: Les populations littorales bretonnes et vendéennes face au tourisme (1800-1945). PU Rennes.
  5. Renard J (1984) Le tourisme: agent conflictuel de l'utilisation de l'espace littoral en France. Norois, 121(1), 45-61 (résumé)
  6. Thurot JM (1973). Le tourisme tropical balneaire: le modèle caraïbe et ses extensions (Doctoral dissertation, Université d'Aix-Marseille, Institut du travail et des recherches sociales, Centre d'études du tourisme).
  7. Souissi M (2008) Le tourisme international en Tunisie: vers de nouvelles formes et la réorganisation de l'espace touristique (Doctoral dissertation, Atelier national de Reproduction des Thèses).
  8. Jaurand E (2005) Les plages gays. Le genre: constructions spatiales et culturelles, 54, 71.'
  9. El-Khoury E (1999) L'évolution des complexes touristiques balnéaires et de montagne au Mont Liban (Doctoral dissertation, Tours) (http://www.theses.fr/1999TOUR1502 résumé]).
  10. ex : Brière, C. (2005). Étude de l'hydrodynamique d'une zone côtière anthropisée: l'embouchure de l'Adour et les plages adjacentes d'Anglet (Doctoral dissertation, Pau).
  11. Schlechten, M. (1988). Tourisme balnéaire ou tourisme rural intégré?: deux modèles de développement sénégalais (Vol. 14). Éditions universitaires.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Noin D (1999) La population des littoraux du monde. L'information géographique, 63(2), 65-73.
  • Duhamel P & Knafou R (2003) Tourisme et littoral: intérêts et limites d'une mise en relation/Tourism and coastline: interests and limits about a relationship. In Annales de géographie (Vol. 112, No. 629, pp. 47-67). Société de géographie (résumé).
  • Renard J (1972) Tourisme balnéaire et structures foncières: l'exemple du littoral vendéen. Norois, 73(1), 67-79 (résumé).
  • Duret P & Augustini M (2002) Sans l'imaginaire balnéaire, que reste-t-il de l'exotisme à la Réunion?. Ethnologie française, 32(3), 439-446 (résumé).
  • Clairay P (2003) Les stations balnéaires de Bretagne: des premiers bains à l'explosion touristique des années 1960 (Doctoral dissertation, Rennes 2), résumé.
  • Fougnie S (2007) La mutation contemporaine des stations balnéaires françaises, tentative de modélisation de la station littorale intégrée (Doctoral dissertation, ANRT), résumé.