Golfe de Gascogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Golfe de Gascogne
Carte bathymétrique du golfe de Gascogne et de ses abords.
Carte bathymétrique du golfe de Gascogne et de ses abords.
Géographie humaine
Pays côtiers Drapeau de la France France
Drapeau de l'Espagne Espagne
Géographie physique
Type Golfe
Localisation Océan Atlantique
Coordonnées 45° 36′ N 4° 30′ O / 45.6, -4.5 ()45° 36′ Nord 4° 30′ Ouest / 45.6, -4.5 ()  
Superficie 225 000 km2
Profondeur
· Maximale 4 735 m

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Golfe de Gascogne

Le golfe de Gascogne est une partie de l'océan Atlantique nord qui borde deux pays européens :

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le golfe couvre une surface d'environ 225 000 km2[réf. nécessaire] et sa profondeur maximale atteint 4 735 m[réf. nécessaire].

Son nom[modifier | modifier le code]

Son appellation varie selon provinces et pays :

  • Espagne : Golfo de Vizcaya (nom castillan = golfe de Biscaye), couvrant l'ensemble du golfe, mais parfois s'appliquant seulement à sa partie basque. Les Espagnols désignent sa partie sud bordant les côtes du Pays basque et du nord de l'Espagne, de l'embouchure de l'Adour à la Punta Estaca de Bares, sous le nom de Mar Cantábrico (nom castillan = mer Cantabrique). Les Romains l'avaient baptisé Sinus Cantabrorum (golfe des Cantabres) au Ier siècle av. J.-C. mais la carte de Peutinger porte la mention Sinus Aquitanicus soit Golfe d'Aquitaine.
  • Pays basque : Bizkaiko golkoa (nom basque)
  • Pays anglophones : Bay of Biscay

Son nom français provient de l'ancienne province qu'il bordait : la Gascogne.

Fleuves[modifier | modifier le code]

Efflorescence algale dans le Golfe de Gascogne, vue par satellite.

Il est le débouché de plusieurs fleuves (du nord au sud)

France Espagne

Formation géologique[modifier | modifier le code]

Le Golfe de Gascogne est issu de l'écartement tectonique de la plaque ibérique par rapport au reste de la plaque tectonique européenne, notamment au cours de la fin du Crétacé inférieur, à la suite de plusieurs événements de rifting successifs débutés dès le Trias et peut-être même dès le Permien, précédent l'ultime événement du Crétacé qui aboutit à la formation des rifts de Parentis et d'Arzacq, entre autres, et même à une océanisation complète en ce qui concerne donc le golfe de Gascogne.

Par conséquent, le fond du golfe se compose majoritairement de roches typiques des croûtes océaniques, comme du basalte, sous des couches sédimentaires plus ou moins épaisses.

Vents[modifier | modifier le code]

Les vents forts du nord-ouest qui le parcourent ont pour origine les basses pressions centrées sur les Îles Britanniques et la mer du Nord, combinées avec l'anticyclone des Açores.

Le sud du golfe de Gascogne affronte les plus grosses houles de l'océan Atlantique. À l'embouchure de l'Adour, à Anglet, les vagues formées à des milliers de kilomètres, peuvent atteindre six à huit mètres de haut.

Activités[modifier | modifier le code]

Faune[modifier | modifier le code]

Le golfe de Gasgogne est un des haut-lieux de l'observation des mammifères marins dans le monde depuis 1995. Près d'une trentaine d'espèces y sont recensées dont 26 certaines, 1 possible, 1 probable. Les cétacés observables à partir des ferrys : rorqual commun, petit rorqual, cachalot, dauphin commun, dauphin bleu et blanc, grand dauphin, dauphin de Risso, globicéphale noir, marsouin commun, baleine de Cuvier, baleine à bec de Sowerby, hyperoodon boréal ; parmi les poissons : requin pèlerin, requin bleu, poisson lune.

Plusieurs associations anglaise (BDRP), espagnole (Cétacéa), française (la croisière des baleines) y organisent des stages d'identification des cétacés durant l'été depuis les ferrys.

Les archives des échouages des cétacés sur les côtes françaises ont permis d'identifier 21 espèces, l'observation en mer a permis d'en observer 28.

État de l'environnement, pressions anthropiques, réponse[modifier | modifier le code]

Le bon état écologique n'est plus atteint dans le Golfe pour de multiples raisons, dont l'eutrophisation et une turbidité excessive source d'étouffement et colmatage des fonds. La surpêche et localement le braconnage (des civelles), l'extraction sélective de matériaux, des aménagements côtiers, les effets destructifs du chalutage sur les fonds, diverses pollutions marines, accidentelle et chroniques, des dépôts sous-marins de munitions, des perturbations sonores sous-marines, le dérangement de la faune, et probablement, au moins localement des modifications de température et du régime de salinité de l'eau ou de la courantologie.

Ports de commerce[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Ifremer, 2004, cité par l'Observatoire Régional de l’Environnement Poitou-Charentes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]