Chêne pédonculé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le chêne pédonculé (Q. pedunculata Ehrh. = Q. robur L. pour partie) est un arbre à feuillage caduc originaire des régions tempérées d'Europe, appartenant à la famille des Fagacées. Son fruit est porté par un long pédoncule.

Il est parfois appelé chêne blanc, chêne femelle, gravelin, chêne à grappe ou châgne.

Description[modifier | modifier le code]

Quercus robur

C'est un grand arbre de 25 à 35 mètres de haut environ. Son feuillage est caducifolié. Il a une longévité de 500 à 1000 ans et plus. C'est une espèce monoïque et postpionnière. Floraison d'avril à mai.

  • L'écorce est lisse chez les jeunes arbres puis devient très profondément crevassée avec des gerçures horizontales.
  • Jeunes rameaux glabres, gris brun, brillants.
  • Les bourgeons sont ovoïdes.
  • Les feuilles sont alternes avec un très court pétiole, et des oreillettes à la base. Les lobes sont peu marqués (ondulés). Vert foncé sur le dessus et plus clair en dessous. 4 à 5 paires de lobes irréguliers inégaux. Sinus arrondis. 5 à 12 cm de long.
  • Les glands (3) mesurent de 1 à 5 centimètres et sont portés par un long pédoncule (de 2 à 10 cm). Les glands sont souvent groupés par 3 (1 à 5).

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Quercus robur est très commun dans les plaines de France et de Belgique sauf dans la région méditerranéenne. Parmi les chênes européens, le pédonculé et le chêne sessile sont les principales essences à vocation économique. La France, avec 4,5 millions d’hectares, possède 30 à 40 % de la superficie couverte par ces deux essences en Europe. Elle est ainsi le premier pays producteur de chênes en Europe et deuxième dans le monde, après les États-Unis. La France est donc par excellence, le pays des chênes[1].

Le chêne pédonculé se développe en bois, friches et même dans les haies.

Cette espèce s'est naturalisée en Amérique du Nord, il n'est pas rare de voir une régénération abondante de chêne pédonculé là où git un individu mature.

Le chêne pédonculé s'hybride naturellement avec les essences locales de l'Amérique du Nord. Soit donc l'ensemble des membres de la famille des chênes blancs: Chêne blanc, Chêne bicolore, Chêne à gros fruits et probablement d'autres.

Distribution géographique[modifier | modifier le code]

  • Espèce commune partout en plaine, sauf en régions méditerranéennes, où elle est devenue très rare (réchauffement climatique ?) ;
  • jusqu'à 1 300 mètres : de l'étage collinéen à la base de l'étage montagnard ;
  • eurasiatique subocéanique.

Caractéristiques écologiques[modifier | modifier le code]

  • C'est une espèce héliophile.
  • Elle se développe sur des sols variés.
  • Elle est sensible à l'oïdium.
  • Elle permet le développement de divers types de galles.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Les glands tombent lors de la glandée en automne. Ils nourrissent les porcs (surtout anciennement) et aussi les sangliers, leurs cousins sauvages.

Le bois de Quercus robur, de structure poreuse, possède beaucoup de tanins et apporte au vin des arômes d'amandes grillées et de caramel[2].

Le bois naturellement Classe 4 est utilisable en extérieur sans traitement. C'est l'essence idéale pour les pavages en bois debout des terrasses extérieures. Les tanins qui apparaîtront sont nettoyables facilement.

Cultivars[modifier | modifier le code]

Différences avec le chêne sessile[modifier | modifier le code]

Comparaison entre feuille de Quercus robur (chêne pédonculé), Quercus petraea (chêne sessile), Quercus pyreneica (chêne tauzin) et Quercus ilex (chêne vert).

Le chêne sessile et le chêne pédonculé sont semblables en apparence et pourtant assez différents. Ils sont tous deux très présents dans les forêts françaises (plus de 4 millions d’hectares) et souvent mélangés mais n’ont pas la même écologie[3]. Il peut être utile d’apprendre à les distinguer.

  • Le port du chêne sessile est régulier, celui du chêne pédonculé est irrégulier.
  • Le pédoncule (axe qui porte le fruit, le gland) du chêne pédonculé est plus long que celui du chêne sessile.
  • Le bord de la feuille du chêne sessile est davantage et plus régulièrement lobé.
  • La feuille du chêne pédonculé présente plus de nervures intercalaires (n'aboutissant pas à un lobe).
  • La base de la feuille du chêne pédonculé a des oreillettes, celle du chêne sessile est cunéiforme.
  • Les feuilles du chêne pédonculé s'entassent au bout des rameaux, les feuilles du chêne sessile sont plus espacées.
  • Les branches du chêne pédonculé sont plus tortueuses.
  • L'écorce du chêne pédonculé est plus profondément crevassée.
  • Le chêne sessile craint le froid et les gelées de printemps. Assez rustique, il peut accepter une faible alimentation en eau estivale et une certaine pauvreté du sol. Le chêne pédonculé demande des sols riches (meilleure tolérance aux sols calcaires) et bien alimentés en eau toute l’année. Il supporte l’excès d’eau temporaire et les sols argileux ou compacts. Malheureusement, son comportement pionnier l’amène à se développer sur des sols ne lui convenant pas d’où des résultats décevants et de forts risques de dépérissement, surtout en période de sécheresses répétées.

Toutefois, les deux espèces s'hybrident (pour former Quercus × rosacea et ses dérivés, car c'est un hybride fertile) souvent ce qui rend l'identification plus difficile. Il est même impossible de distinguer du bois coupé de ces arbres.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Extrait de "Le chêne autrement." 2010 - Edition IDF
  2. (es) La crianza del vino La Razón 23 de Agosto de 2007
  3. Les chênes de pays

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dumolin S, Demesure B, Petit J (1995) Inheritance of chloroplast and mitochondrial genomes in pedunculate oak investigated with an efficient PCR method. Theoretical and Applied Genetics, 91, 1253–1256