Ministère de la Défense (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ministère de la Défense.
Ministère de la Défense
Image illustrative de l'article Ministère de la Défense (France)

Création 1589 : secrétaire d'État de la Guerre
1791 : ministère de la Guerre
1893 : ministère de la Marine
1947 : ministère de la Défense nationale et des Forces armées
1958 : ministère des Armées
1969 : ministère de la Défense nationale
1974 : ministère de la Défense
Type Ministère français
Siège Hôtel de Brienne,
14 rue Saint-Dominique, Paris 7e
Coordonnées 48° 51′ 35″ N 2° 19′ 10″ E / 48.85972, 2.31944 ()48° 51′ 35″ N 2° 19′ 10″ E / 48.85972, 2.31944 ()  
Budget 31 milliards d'euros (en 2013)
Effectifs 285 253 (2013)[1] (400 000 agents en 2008 avant le changement de ministère de la gendarmerie)
Ministre Jean-Yves Le Drian
Personne(s) clé(s) Louvois
Charles de Freycinet
Georges Clemenceau
Édouard Daladier
Charles de Gaulle
Pierre Messmer
François Léotard
Charles Hernu
Michèle Alliot-Marie
Site web http://www.defense.gouv.fr/

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Ministère de la Défense

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Ministère de la Défense

En France, le ministère de la Défense est le département ministériel du Gouvernement chargé de l’organisation et de la préparation de la défense militaire, ainsi que de la gestion des forces armées.

Il est installé à l’hôtel de Brienne, au 14 de la rue Saint-Dominique, dans le 7e arrondissement de Paris.

En fonction depuis le dans le gouvernement Jean-Marc Ayrault, le ministre de la Défense est Jean-Yves Le Drian.

Historique[modifier | modifier le code]

Le ministère de la Défense dirigeant l'armée française trouve son origine dans le « ministère de la Guerre », lui-même issu des services du « secrétariat d'État de la Guerre » de l'Ancien Régime. Il existait également un « ministère de la Marine », héritier du « Secrétariat d'État de la Marine » et souvent lié au ministère des Colonies. À partir de 1915, il est créé un sous-secrétariat d'État à l'aéronautique militaire, dont le titre évolue et dont les attributions s'étendent à l'aéronautique civile, et qui devient en 1928 le ministère de l'Air.

En 1948, le « ministère de la Guerre », le « ministère de la Marine » et le « ministère de l'Air » sont regroupés au sein d'un « ministère de la Défense nationale » (parfois intitulé « ministère de la Défense et des Forces armées »), qui, dans certains gouvernements, est assisté de secrétaires d’État chargés respectivement de la Guerre, de la Marine et de l'Air. En 1958 ces secrétariats d'État disparaissent et le ministère prend le nom de « ministère des Armées » au début de la Cinquième République. Il redevient « ministère de la Défense nationale » en juin 1969 sous le ministère de Michel Debré, mais reprend l'appellation de « ministère des Armées » dans le gouvernement suivant. Ce n'est qu'à partir de mai 1974 avec le ministre Jacques Soufflet que le ministère prend son nom actuel.

Missions et attributions[modifier | modifier le code]

En France, sous la Ve République, « le Président de la République est le chef des armées. Il préside les conseils et les comités supérieurs de la Défense nationale »[2]. Le Gouvernement dispose de la force armée[3] ; depuis 2008, il doit informer le Parlement de sa décision de faire intervenir les forces armées à l’étranger, au plus tard trois jours après le début de l’intervention. Il précise les objectifs poursuivis. Cette information peut donner lieu à un débat qui n’est suivi d'aucun vote. La déclaration de guerre est autorisée par le Parlement[4].

Le ministre de la défense est responsable de la préparation et de la mise en œuvre de la politique de défense. Il est en particulier chargé de l’infrastructure militaire comme de l’organisation, de la gestion, de la mise en condition d’emploi et de la mobilisation des forces armées, à l’exception des missions judiciaires et civiles de la Gendarmerie nationale.

Il a autorité sur les armées et leurs services. Il veille à ce que les armées disposent des moyens nécessaires à leur entretien, leur équipement et leur entraînement. Il est responsable de leur sécurité.

Il est également chargé :

  • de la prospective de défense ;
  • du renseignement extérieur et du renseignement d'intérêt militaire ;
  • de l'anticipation et du suivi des crises intéressant la défense ;
  • de la politique industrielle et de recherche et de la politique sociale propres au secteur de la défense.

Il contribue à l'élaboration et à la mise en œuvre de la politique d'exportation des équipements de défense[5].

Organisation[modifier | modifier le code]

Dans l’exercice de ses attributions, le ministre de la Défense est assisté :

Ces administrations sont placées sous l’autorité du Président de la République et du Gouvernement.

Le Haut fonctionnaire de développement durable (HFDD) du ministère de la défense est Éric Lucas. Il est par ailleurs directeur de la mémoire, du patrimoine et des archives.

Siège du ministère[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Projet Balard.

Le ministère de la Défense est situé l’hôtel de Brienne dans le 7e arrondissement de Paris depuis 1807.

En 2014, l’ensemble des services du ministère, ainsi que tous les états-major, seront regroupés sur le nouveau site Balard, dans le 15e arrondissement, totalisant 300 000 m2 de surface hors œuvre nette (SHON)[7],[8].

Après cette date, l'hôtel de Brienne serait alors affecté aux réceptions officielles du ministère.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Textes officiels[modifier | modifier le code]