Tony Parker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tony parker)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parker et TP.
Tony Parker Portail du basket-ball
Parker khomar.JPG
Tony Parker sous le maillot des Spurs de San Antonio.
Fiche d’identité
Nom complet William Anthony Parker II
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 17 mai 1982 (32 ans)
Bruges, Belgique
Taille 1,88 m (6 2)[1]
Poids 84 kg (185 lb)
Surnom Slouch, TP
Situation en club
Club actuel Drapeau des États-Unis Spurs de San Antonio
Numéro 9
Poste Meneur
Carrière universitaire ou amateur
1997-1999 Drapeau : France Centre fédéral de basket-ball
Draft NBA
Année 2001
Position 28e
Franchise Spurs de San Antonio
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1999-2000
2000-2001
2001-2002
2002-2003
2003-2004
2004-2005
2005-2006
2006-2007
2007-2008
2008-2009
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2011-2012
2012-2013
2013-2014
PSG Racing
PSG Racing
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Lyon-Villeurbanne
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
03,9
14,7
09,2
15,5
14,7
16,6
18,9
18,6
18,8
22,0
16,0
17,5
20,3
18,3
20,3
16,7
Sélection en équipe nationale **
2000- Drapeau : France France (149 sél.) 2366

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Tony Parker, de son nom complet William Anthony Parker II, né le 17 mai 1982 à Bruges en Belgique, souvent surnommé TP (prononcé à l'anglaise « tipi »[2]), est un joueur international français de basket-ball évoluant au poste de meneur.

Tony Parker débute sa carrière au Centre fédéral avant de rejoindre le Paris Basket Racing en 1999. Il est drafté en 28e position en 2001 par l'équipe des Spurs de San Antonio avec qui il évolue depuis son arrivée dans la NBA. Il a remporté quatre titres de champion NBA avec les Spurs et a été sélectionné à six reprises pour le NBA All-Star Game, qui récompense les meilleurs joueurs de la ligue. Il a été élu MVP des finales NBA en 2007. Il est le premier joueur français à avoir été sacré champion NBA et également le premier joueur européen récompensé par un titre de MVP des finales. Il est international français depuis 2000 et il mène la France au titre européen au championnat d'Europe 2013, dont il finit également « meilleur joueur » (MVP) et meilleur marqueur (19 points de moyenne). Il est également président et actionnaire majoritaire du club français de l'ASVEL Lyon-Villeurbanne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Tony Parker est né le 17 mai 1982 à Bruges, en Belgique. Son père, également appelé Tony Parker, est un joueur de basket-ball américain et sa mère, Pamela Firestone, est une mannequin néerlandaise, devenue par la suite naturopathe. À la naissance de Tony Parker, son père évolue à Bruges, puis les dirigeants de l'AS Denain lui proposent d'effectuer un essai de quinze jours au sein du club, alors que Tony est âgé de trois semaines[3]. Il est alors conservé par Jean-Pierre Staelens et Jean Degros, entraîneurs de l'équipe, contre l'avis des dirigeants du club.

Le jeune Tony Parker, qui est droitier, signe sa première licence à Fécamp (1992-1993). Il suit un cursus à horaires aménagés au collège Fontenelle à Rouen. Il joue notamment à Déville-lès-Rouen (1993-1996), puis à Mont-Saint-Aignan (1996-1997), terminant la saison avec une moyenne de 33 points et 8 passes décisives. C'est à cette époque qu'il choisit d'acquérir la nationalité française, à l'âge de 15 ans. Il intègre le club de l'INSEP lors de la saison 1997-1998. L'équipe termine la saison à la cinquième place (16 victoires - 14 défaites) et Parker réalise des moyennes de 14,7 points et 5,6 passes, puis s'impose comme l'un des meilleurs meneurs de jeu de Nationale 1 la saison suivante avec 22,1 points (meilleur marqueur français) et 6,5 passes décisives à seulement 17 ans, mais son équipe ne finit qu'à la 14e place (10 victoires - 20 défaites). Il dispute 59 rencontres avec l'INSEP. Il signe dans la foulée son premier contrat professionnel avec le PSG Racing.

Les débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Il débute sa carrière professionnelle au PSG Racing lors de la saison 1999-2000, mais il a un rôle minime dans l'effectif parisien où il évolue dans l'ombre de Laurent Sciarra. C'est une saison d'apprentissage et d'adaptation au monde professionnel pour lui. L'équipe finit à la 8e place en saison régulière et est éliminée au premier tour des play-offs par l'ASVEL Lyon-Villeurbanne en trois matchs.

Il songe alors à rejoindre la NCAA et à intégrer l'équipe des Yellow Jackets du Georgia Institute of Technology, plus communément connu sous le nom Georgia Tech[4]. Il se fait connaître aux États-Unis lors du Nike Hoop Summit en 2000[5] à Indianapolis, événement annuel où les meilleurs jeunes basketteurs américains affrontent les meilleurs espoirs du reste du monde devant tous les observateurs du monde du basket américain, en compilant 20 points, 7 passes décisives, 2 rebonds et 2 interceptions.

Cependant, l'arrivée d'un nouvel entraîneur, Ron Stewart, le persuade de rester une saison de plus dans le championnat de France. Le club change de nom et devient le Paris Basket Racing, Parker devient le meneur titulaire à la suite du départ de Laurent Sciarra lors de la saison 2000-2001. L'équipe termine à la 8e place de la saison régulière et se qualifie pour les play-offs, mais est à nouveau éliminée dès le premier tour face à l'ASVEL. C'est à l'issue de cette saison qu'il décide de se présenter[6], à 19 ans, à la draft 2001 qui a lieu le 27 juin 2001.

Carrière NBA[modifier | modifier le code]

2001 - 2006[modifier | modifier le code]

Parker joue depuis 2001 pour les Spurs de San Antonio en NBA (qui l'ont sélectionné en 28e place de la draft 2001[7]) sous la conduite de l'entraîneur Gregg Popovich.

Il porte le numéro 9, comme son parrain, Jean-Pierre Staelens, aujourd'hui décédé, mais également comme Michael Jordan au sein de la Dream Team aux Jeux olympiques d'été de Barcelone en 1992.[réf. nécessaire]

Il joue le premier match de sa carrière en NBA face aux Clippers de Los Angeles le 30 octobre 2001 où il inscrit 9 points, 3 rebonds, 3 passes décisives en 21 minutes de temps de jeu. Il devait effectuer sa première saison en tant que remplaçant derrière Antonio Daniels, mais s'impose très vite et intègre le 5 majeur dès le cinquième match de la saison face au Magic d'Orlando, le 6 novembre 2001, en inscrivant 12 points, 4 passes décisives, 3 rebonds en 32 minutes, devenant ainsi le plus jeune meneur de jeu titulaire de l'histoire de la NBA. Gregg Popovich, malgré quelques doutes au départ, entrevoit son potentiel et commence à lui faire confiance tout en se montrant exigeant avec TP pour l'amener au plus haut niveau. Il dispute 77 rencontres en saison régulière pour son année rookie.

Tony Parker, sous le maillot des Spurs de San Antonio en 2007.

Les Spurs arrivent en demi-finales de la Conférence Ouest en 2002 où ils sont éliminés par les futurs champions, les Lakers de Los Angeles (4-1). Il fut nommé dans la All-Rookie First Team.

Il connaît la consécration dès la saison suivante en 2003 en devenant le premier Français champion de NBA avec les Spurs de San Antonio à tout juste 21 ans. Les Spurs battent les Nets du New Jersey en finale par 4 victoires à 2. Il est sélectionné dans l'équipe des joueurs de deuxième année lors du Rookie Challenge du NBA All-Star Week-end. À la fin de l'année, il est élu « champion des champions français » par le journal L'Équipe.

En 2004, il renouvelle son contrat avec les Spurs pour 66 millions de dollars sur 6 ans, devenant le sportif français le mieux payé[8]. Cette année-là, les Spurs sont éliminés en demi-finales de conférence par les Lakers de Los Angeles (4-2).

En 2005, il remporte un deuxième titre en NBA avec les Spurs qui battent en finale les Pistons de Détroit 4 victoires à 3. Même si ses statistiques individuelles sont en hausse dans la plupart des catégories durant la saison régulière et en play-offs jusqu'en finale, il est dominé en finale par Chauncey Billups, le meilleur joueur des finales de NBA 2004. Il reste tout de même le troisième meilleur marqueur de l'équipe en finale avec près de 15 points de moyenne.

En 2006, les entraîneurs de la NBA le choisissent dans l'équipe de la conférence Ouest pour le All-Star Game. C'est le premier Français à être choisi[9]. Par ailleurs, il participe au Shooting Stars Competition avec Steve Kerr et Kendra Wecker, épreuve du NBA All-Star Week-end regroupant trois joueurs de chaque équipe sélectionnée (une vedette actuelle, une ancienne vedette et une vedette féminine) et permet à San Antonio de l'emporter en inscrivant le dernier tir du milieu du terrain lors de sa première tentative. Mais les Spurs de San Antonio ne réussissent pas à conserver leur titre, éliminés par les Mavericks de Dallas en demi-finales de conférence 4 victoires à 3.

2007 - 2011[modifier | modifier le code]

En 2007, il participe à nouveau au All-Star Game grâce au choix des entraîneurs et surtout il remporte un troisième titre en NBA aux dépens des Cavaliers de Cleveland battus 4-0 en finale. Avec trois bagues de champion à 25 ans, Parker devient le plus jeune joueur européen à acquérir ce palmarès. Il devient le premier Européen à remporter le titre de meilleur joueur des finales de NBA et termine meilleur marqueur avec une moyenne de 24,5 points par match[10].

Après deux participations consécutives en 2006 et en 2007, il n'est pas sélectionné pour le All-Star Game 2008, à cause d'une blessure à la cheville, qui l'éloigne des parquets durant trois semaines au cours du mois de février[11]. Les Spurs terminent au 3e rang de la Conférence Ouest et à la deuxième place de la Southwest Division de la saison 2007-2008. Ils affrontent lors du premier tour des playoffs les Suns de Phoenix. Alors que les observateurs s'attendaient à une série très serrée, les Spurs se qualifient facilement en battant les Suns, 4 victoires à 1, Parker étant décisif sur cette confrontation. Après le premier match où il inscrit 26 points, puis le deuxième où il en inscrit 32, il réalise un match exceptionnel lors de la troisième opposition en inscrivant 41 points, en plus de 12 passes décisives[12]. Les Spurs rencontrent en demi-finales de Conférence Ouest les Hornets de La Nouvelle-Orléans. La série est très accrochée, chaque équipe s'imposant largement sur son terrain, les Spurs remportent finalement la série au septième match, à l'extérieur avec 17 points de Parker dont un panier important dans les ultimes secondes. Les Lakers du MVP Kobe Bryant, premiers de la saison régulière dans la Conférence Ouest, vont affronter San Antonio. Comme en 2002 et 2004, San Antonio est éliminé en playoffs par les Lakers, 4 à 1. Parker réalise les meilleurs playoffs de sa carrière d'un point de vue statistique avec une moyenne de 22,7 points et 6,1 passes décisives par match.

Parker face au meneur des Wizards de Washington Gilbert Arenas lors de la saison 2007-2008.

Le 5 novembre 2008, dans un match en double prolongation contre l'équipe des Timberwolves du Minnesota, Tony Parker réussit la meilleure performance offensive de sa carrière NBA en marquant 55 points, en distribuant 10 passes décisives et en attrapant 7 rebonds en 50 minutes de temps de jeu[13]. Il est seulement le deuxième joueur de l'histoire de la NBA à avoir inscrit au moins 55 points, donné 10 passes décisives et pris 5 rebonds, après Oscar Robertson en 1964[14]. Le dernier joueur à avoir compilé au moins 55 points et 10 passes décisives était Michael Jordan en 1993[15]. Il devient aussi le joueur qui a marqué le plus de points face aux Timberwolves (le précédent record datait de 1994 et appartenait à Shaquille O'Neal avec 53 points). Les Spurs en profitent pour remporter leur premier match de la saison après trois défaites consécutives. Deux jours plus tard, il se blesse à la cheville gauche à la fin du premier quart-temps lors d'un match face à Miami[16], alors qu'il était le meilleur marqueur de la ligue avec 33,4 points de moyenne. Il effectue son retour le 28 novembre lors d'un match à domicile face aux Grizzlies de Memphis, inscrivant 15 points et donnant 7 passes décisives en 16 minutes de temps de jeu[17]. Il continue la saison sur cette lancée, avec des statistiques de 20,4 points et 6,6 passes décisives après 35 matchs, ce qui lui permet d'obtenir sa 3e sélection pour le All-Star Game[18]. Il a été désigné remplaçant dans l'équipe de l'Ouest par le vote des entraîneurs. Il participe pour la deuxième fois au Skills Challenge, le concours d'agilité, après 2003, terminant à la 4e et dernière place du concours. Aux côtés de Shaquille O'Neal et Kobe Bryant, les co-MVP de la rencontre, il remporte avec l'équipe de l'Ouest le All-Star Game 146 à 119. Parker se met en valeur en inscrivant 14 points à 7/11 aux tirs, ainsi que 4 passes décisives et 4 rebonds en 20 minutes de temps de jeu. En février, il enchaîne un match à 37 points, 12 passes et 5 rebonds face à Dallas le 24 février et un match à 39 points, 9 passes et 5 rebonds, le lendemain face à Portland[19]. Il est élu joueur de la semaine de la Conférence Ouest pour la deuxième fois de la saison : lors de la semaine du lundi 23 au dimanche 29 mars, il enregistre une moyenne de 27,5 points et 8,3 passes décisives en quatre matchs, dont trois victoires pour les Spurs. Lors de cette semaine, il réalise notamment une performance à 42 points et 10 passes contre Atlanta le 25 mars, soit la deuxième meilleure performance offensive de sa carrière. En outre, les 20 points inscrits le dimanche 30 mars face aux Hornets de la Nouvelle-Orléans lui permettent de franchir la barre symbolique des 10 000 points inscrits en saison régulière[20] en 603 matchs. Lors du premier tour des playoffs, les Spurs affrontent les Mavericks de Dallas. Parker bat son record de points en playoffs lors de la quatrième manche avec 43 points, dont 31 inscrits en première mi-temps, égalant ainsi le record de points inscrits en une mi-temps par un joueur des Spurs, détenu par George Gervin[21]. En dépit des performances statistiques de Parker, les meilleures de sa carrière en playoffs (28,6 points à 54,6 % de réussite aux tirs et 6,8 passes décisives), les Spurs sont éliminés dès le premier tour, une première depuis 2000. Il est élu dans la All-NBA Third Team pour la saison 2008-2009.

La saison 2009-2010 est perturbée par les blessures pour Parker. Il est touché à la cheville gauche quelques jours après le début de la saison, le 6 novembre contre les Blazers[22] puis de nouveau à cette même cheville le 28 janvier contre les Hawks. Il se blesse à la main droite à l'issue d'un match à Memphis le 7 mars[23]. Les Spurs terminent la saison régulière à la 7e place. Tony Parker revient pour les playoffs, mais n'est titulaire que deux fois sur les dix matchs de ces séries éliminatoires. Après avoir éliminé les Mavericks lors du premier tour, les Spurs sont éliminés par les Suns de Phoenix lors des demi-finales de la Conférence Ouest en quatre matchs secs. Le 13 mai 2010, Tony Parker annonce sur son site officiel qu'il ne participera pas au championnat du monde[24]. Suite à ses nombreuses blessures au cours de la saison et du fait qu'il entame sa dernière année de contrat avec les Spurs, Parker choisit de faire un break au cours de l'été 2010[25].

Tony Parker tentant un lancer-franc lors d'un match contre les Nuggets de Denver en décembre 2010.

Le 30 octobre 2010, il annonce la signature d'une prolongation de son contrat avec les Spurs pour quatre années supplémentaires et 50 millions de dollars[26]. Il est ainsi lié à San Antonio jusqu'en 2015. Les Spurs finissent premiers de la conférence Ouest lors de la saison 2010-2011 (61 victoires contre 21 défaites) mais sont éliminés dès le premier tour des playoffs 2011 par les Grizzlies de Memphis (4-2).

Pige à l'ASVEL[modifier | modifier le code]

Le 5 octobre 2011, en raison du lock-out en NBA, il s'engage avec l'ASVEL pour 1 500 euros par mois[27]. Il paye lui-même l'assurance, estimée à 190 000 euros pour trois mois, pour pouvoir jouer en France[28].

Il dispute son premier match avec l'ASVEL lors de la deuxième journée du championnat contre Paris-Levallois. Son équipe l'emporte 75-73, Tony Parker inscrit 21 points et délivre 6 passes au cours de la rencontre[29].

Parker est élu joueur du mois d'octobre 2011 de la Pro A. Sur les trois rencontres disputées dans le mois, il marque en moyenne 19,3 points et fait 5,3 passes décisives[30].

Le 26 novembre 2011 après l'annonce d'un accord de principe mettant fin au lock-out en NBA, il annonce qu'il a joué son dernier match avec l'ASVEL à l'occasion de la victoire de son club à Strasbourg (80-74)[31],[32].

Durant cette période passée sous le maillot de l'ASVEL, Tony Parker dispute un total de sept matchs en championnat de France, pour des statistiques de 142 points, 34 rebonds et 44 passes, soit des moyennes de 20,3 points, 4,9 rebonds et 6,3 passes[33]. il dispute également une rencontre européenne en EuroCoupe : ses statistiques sur ce match, 34 points avec 8 sur 15 à deux points et 3 sur 4 à trois points, 9 sur 10 aux lancers-francs, 5 rebonds et 5 passes lui valent d'être désigné meilleur joueur de cette première journée de la compétition[34].

Reprise en NBA[modifier | modifier le code]

Tony Parker dispute son premier match de la saison 2011-2012 le 26 décembre 2011 face aux Grizzlies de Memphis. Les Spurs l'emportent 95-82 face à l'équipe qui les avait éliminé des playoffs la saison précédente[35]. Le 23 janvier 2012 lors de la victoire de San Antonio à Charlotte (104-102) il signe, avec 20 points et 17 passes, son deuxième double-double en trois jours et bat son record de passes en match[36]. Le 4 février 2012, lors de la victoire des Spurs face au Thunder d'Oklahoma City (107-96), il inscrit 42 points, son meilleur total depuis 2009 et distribue 9 passes décisives. Grâce à cette performance, il devient le meilleur passeur de l'histoire de la franchise des Spurs de San Antonio en battant le record détenu par Avery Johnson[37]. Suite à ses bonnes prestations, il est élu meilleur joueur de la semaine de la Conférence Ouest pour les matches joués entre le 30 janvier et le 5 février[38],[39].

Le 9 février 2012, il est sélectionné parmi les 7 remplaçants de la Conférence Ouest pour le All Star Game de la NBA[40]. Il remporte le Skills Challenge, le concours d'agilité, en battant en finale Rajon Rondo et Deron Williams. Le 12 mai 2012, il est classé cinquième à l'issue du vote pour le titre de NBA Most Valuable Player de la saison 2011-2012[41]. Il est nommé dans la All-NBA Second Team. Les Spurs finissent la saison régulière avec le meilleur bilan de la Conférence Ouest pour la deuxième année consécutive et le meilleur bilan de la ligue ex-æquo avec les Bulls de Chicago. Ils réussissent par ailleurs leur 13e saison consécutive avec au moins 50 victoires en saison régulière, malgré le lockout. Les Spurs sont éliminés en finale de la Conférence Ouest lors des playoffs par le Thunder d'Oklahoma City 4 manches à 2.

Le 10 décembre 2012, il réalise son premier triple double (27 points, 12 rebonds, 12 passes) lors de la victoire en prolongation 134 à 126 contre Houston[42].

Auteur d'une très bonne saison malgré une blessure à la cheville en fin d'exercice, il termine 6e du vote pour le MVP[43]. Il est également présent dans le All-NBA Second Team pour la seconde fois de sa carrière[44].

Durant les playoffs, les Spurs rencontrent les Lakers de Los Angeles au premier tour. Privés de Kobe Bryant, les Lakers sont battus 4-0. Les Spurs affrontent les Warriors du Golden State menés par Stephen Curry dans la série suivante. Les Spurs parviennent à l'emporter 4-2, grâce à un bon Tony Parker et un excellent Tim Duncan. En finale de la conférence ouest, les Spurs affrontent les Grizzlies de Memphis, qui sont dépassés par un très bon collectif des Texans. Lors du quatrième et dernier match, le 28 mai 2013, Parker marque 37 points à plus de 70 % au tir et fait 6 passes décisives. San Antonio devient une nouvelle fois champion de sa conférence[45]. Le 6 juin 2013, lors de l'ouverture des finales NBA à Miami, il inscrit, dans les dernières secondes, un panier très difficile[46] qui donne la victoire aux siens face au Heat de Miami. À la fin du match 6, alors que les Spurs mènent 3-2 dans ces finales, ils prennent un avantage de 5 points dans les 40 dernières secondes. Le titre leur semble acquis, mais LeBron James tout d'abord, puis Ray Allen (après un lancer franc sur deux réussi par Kawhi Leonard) ramènent Miami dans le match grâce à 2 paniers à 3 points. Les Spurs s'inclinent en prolongation. Lors du 7e et dernier match, le Heat s'impose sur son parquet 95-88. LeBron James est élu MVP des finales pour la deuxième année consécutive.

Le 6 novembre 2013, face aux Suns de Phoenix, lors de son 5e match de la saison 2013-2014, Tony Parker inscrit son 15 000e point en saison régulière de NBA (15 015 à l'issue du match). Il devient ainsi le 4e joueur européen à atteindre ce palier après Detlef Schrempf, Dirk Nowitzki et Pau Gasol[47].

Le 19 décembre 2013, il est élu, 10 ans après son premier titre, « Champion des champions français » par L'Équipe grâce à son excellente saison avec les Spurs, qui lui a permis d'être 5e au vote du MVP, de disputer les finales NBA face à Miami, et surtout, grâce à son titre européen avec la France obtenu en septembre 2013[48]

Le 30 janvier 2014, Parker est choisi par les entraîneurs pour participer pour la 6e fois au All-Star Game qui a lieu le 16 février à La Nouvelle-Orléans[49]. Le 12 février, souffrant du dos, il est mis au repos pour le match face aux Celtics de Boston[50]. Le 16 février, il participe au All-Star Game et désireux de ne pas jouer longtemps[51], il termine le match avec 4 points, 2 rebonds et une passe décisive en 11 minutes de jeu[52]. À cause de divers problèmes[53], il ne participe pas au match du 18 février contre les Clippers de Los Angeles[54]. Son retour est annoncé le 2 mars pour le match contre les Mavericks de Dallas[55]. Cette nuit-là, pour son retour, il contribue à la victoire des siens 112 à 106 en inscrivant 22 points (à 10 sur 15 aux tirs) et distribuant 7 passes décisives[56]. En mai 2014, Parker devient avec Tim Duncan et Manu Ginóbili le trio de joueurs ayant remporté ensemble le plus de rencontres de playoffs, devançant le trio des Lakers formé par Magic Johnson, Michael Cooper et Kareem Abdul-Jabbar (cependant, le trio des Lakers a établi ce précédent record de 110 victoires à une époque où les séries de playoffs comptaient moins de rencontres)[57]. Le 20 mai 2014, il devient le 10e meilleur passeur de l'histoire des playoffs NBA, avec un total de 994 passes décisives[58]. En battant le Thunder d'Oklahoma City lors du match 6 de la finale de Conférence Est (112-107 a.p.), San Antonio atteint les Finales NBA pour la deuxième fois d'affilée, une première dans l'histoire des Spurs[59]. Ils gagnent la finale par quatre victoires à une contre le Heat de Miami, Tony Parker remportant donc son quatrième titre NBA[60]. Il prolonge son contrat jusqu'en 2016 avec des options jusque juin 2018, comme Boris Diaw, même si ce dernier a des « team options » en 2016-2017 et 2017-2018, pour un montant de 43,3 millions de dollars sur ce contrat de trois ans après en avoir été payé 12,5 en 2014-2015[61],[62].

Carrière en équipe de France[modifier | modifier le code]

Tony Parker sous le maillot de l'équipe de France.

Il honore sa première sélection le 22 novembre 2000 contre la Turquie à Ankara. Il participe ensuite à son premier championnat d'Europe en 2001, à 19 ans. Il est remplaçant derrière Laurent Sciarra comme en club, réussissant quelques belles performances offensives. L'équipe ne se qualifie pas pour le championnat du monde 2002. Quelques mois après son premier titre NBA, il participe au championnat d'Europe 2003 organisé en Suède avec l'équipe de France avec laquelle il obtient une quatrième place, mais qui est insuffisante pour se qualifier pour les Jeux Olympiques de 2004 à Athènes. Il est récompensé individuellement en étant élu dans le meilleur cinq du championnat d'Europe 2003[63]

En septembre 2005, il remporte la médaille de bronze au championnat d'Europe 2005 organisé en Serbie-et-Monténégro en battant l'équipe d'Espagne 98 à 68 lors du match pour la troisième place. Il est meilleur marqueur du match avec 25 points après une compétition où il est jugé décevant. L'équipe parvient alors à se qualifier pour le championnat du monde 2006 pour la première fois depuis 1986.

Les Spurs ne parviennent pas à conserver leur titre acquis en 2005 et Parker compte alors sur le championnat du monde 2006 au Japon pour clore sa saison d'une belle manière, mais une blessure au doigt l'oblige au dernier moment à déclarer forfait[64].

Il termine avec l'équipe de France à la 8e place du championnat d'Europe 2007 qui a eu lieu en Espagne. Alors que l'équipe devait finir dans les sept premières places pour disputer le tournoi de qualification aux Jeux olympiques 2008, elle ne décroche que la 8e place, ce qui fait que l'équipe de France manque les Jeux olympiques pour la deuxième fois de suite (après avoir manqué les Jeux olympiques en 2004) et doit passer par les qualifications pour disputer le prochain championnat d'Europe en 2009. Le bilan de Parker lors de cette compétition est à l'image des performances de l'équipe de France, assez mitigé : s'il a battu son record de points en équipe de France et a réalisé lors de certains matches de belles performances offensives, il s'est retrouvé plutôt esseulé. Les Spurs ont annoncé dans la foulée que Parker ne disputerait pas les qualifications pour l'Euro 2009 à l'automne 2008[65].

Cependant, le 21 août 2008, Parker annonce lors d'une conférence de presse organisée par la fédération française de basket-ball à Levallois-Perret qu'il participera à la campagne de qualifications à l'Euro 2009[66]. Il fait son retour lors du tournoi de Riga le 25 août face à la Géorgie et montre la voie à ses coéquipiers en inscrivant 12 points et 5 passes décisives, l'équipe s'imposant facilement 90-69. Le lendemain, les Français s'inclinent face à la Lettonie 84-67, Parker finissant meilleur marqueur des Bleus avec 13 points. Pour le dernier match de préparation avant le début des éliminatoires, l'équipe de France bat une faible équipe de République tchèque 89-66 avec 30 points inscrits par Tony Parker. Les qualifications pour l'Euro 2009 se dérouleront du 3 au 20 septembre où l'équipe de France affronte la Turquie, l'Ukraine et la Belgique en matchs aller-retour. La France termine à la deuxième place du groupe C avec un bilan de 3 victoires et 3 défaites, derrière la Turquie invaincue dans cette poule. La défaite face à la Turquie lors du dernier match des qualifications sur le score de 78 à 80 à Limoges, conjuguée à la large victoire d'Israël face à la République tchèque dans le groupe D empêche la France d'obtenir une qualification directe. Parker mène l'équipe à bout de bras en inscrivant une moyenne de 28,3 points par match, battant en outre son record de points lors de la dernière rencontre face à la Turquie avec 37 points. La France doit passer par un tournoi de repêchage du 5 au 30 août 2009 qui offre la dernière place qualificative pour le championnat d'Europe. Elle affronte en matchs aller-retour l'Italie et la Finlande du 5 au 17 août 2009. Les Bleus terminent premiers de ce groupe B et affrontent le vainqueur du groupe A : la Belgique les 27 et 30 août 2009[67]. Les Bleus battent la Belgique et se qualifient pour le championnat d'Europe. La France se retrouve dans le groupe B lors du premier tour, battant successivement l'Allemagne, la Lettonie et la Russie. Elle se qualifie pour le tour principal, dans le groupe E, remportant également ses trois matchs face à la Macédoine, la Croatie et la Grèce. La France s'appuie sur une défense intense pour gagner ses matchs. En quart de finale, elle doit affronter l'Espagne, championne du monde en titre. La diversité du jeu des Espagnols et la défense de Ricky Rubio sur Tony Parker, auteur de 6 points lors de cette rencontre, scelle l'issue du match et interrompt le parcours jusqu'ici sans faute des Bleus. La France parvient néanmoins à se reprendre le lendemain, battant la Turquie (80-68) dans le premier match de classement, avant de décrocher la cinquième place de cet Euro en s'imposant face à la Croatie (69-62). L'équipe de France obtient, grâce à cette 5e place, sa qualification directe pour le championnat du monde 2010 et le championnat d'Europe 2011. Malgré des statistiques de premier plan (2e meilleur marqueur avec 17,8 points par rencontre à 43,7%, quatrième passeur avec 4,4 passes décisives par rencontre et deuxième meilleur intercepteur avec 1,8 interception par rencontre, il est le meilleur joueur de l'équipe) mais il n'est pas retenu dans l'équipe type du championnat : Miloš Teodosić (14,1 points par rencontre à 43,63 %, et 5,2 passes décisives) et Vassilis Spanoulis (14,1 points par rencontre à 45,8 %, 4,2 passes décisives et 1,4 interception par rencontre) lui sont préférés aux postes d'arrière.

Parker annonce à l'issue des playoffs NBA 2010 qu'il ne participera pas au championnat du monde[68], mais qu'il compte être présent en 2011 et 2012.

Au championnat d'Europe 2011, l'équipe de France parvient en finale, échouant contre l'Espagne. Parker est nommé meilleur marqueur de la compétition avec 22,1 points de moyenne. Il est aussi le 5e meilleur passeur (4,4 passes décisives par rencontre). Parker est élu dans le meilleur cinq de la compétition aux côtés du meilleur joueur Juan Carlos Navarro, de Pau Gasol, de Bo McCalebb et d'Andreï Kirilenko[69]. Cette deuxième place qualifie l'équipe de France directement pour les Jeux olympiques de Londres en 2012.

Lors d'une soirée dans une boîte de nuit à New York le 13 juin 2012, Parker est blessé à l'œil gauche par des éclats de verre lors d'une bagarre entre les chanteurs Drake et Chris Brown[70]. Sa participation aux Jeux olympiques est alors incertaine[71]. Il obtient l'autorisation de la cellule médicale des Spurs le 5 juillet et rejoint l'équipe de France le lendemain à Orléans pour la préparation olympique[72]. Après une défaite face aux États-Unis (98-71) lors du premier match du groupe A, l'équipe de France gagne les cinq matchs suivants face à l'Argentine (71-64), la Lituanie (82-74), la Tunisie (73-69) et le Nigeria (79-73). Elle termine deuxième du groupe derrière les Américains et affronte en quart de finale l'Espagne qui s'est classée 3e dans le groupe B. La France s'incline (59-66) et est éliminée du tournoi. Tony Parker termine à la 10e place du classement des meilleurs marqueurs avec une moyenne de 15,7 points par match. À l'issue du tournoi, il affirme vouloir poursuivre sa carrière en équipe de France jusqu'aux Jeux olympiques de 2016 à Rio de Janeiro[73],[74].

Lors du championnat d'Europe 2013, Tony Parker devient le deuxième meilleur marqueur de l'histoire des championnats d'Europe, derrière le Grec Níkos Gális, dépassant l'Allemand Dirk Nowitzki grâce à ses 32 points lors de la demi-finale victorieuse face à l'Espagne[75]. Ce match est important pour l'équipe, puisqu'il permet à la France de venir enfin à bout de sa « bête noire » depuis 7 ans. L'équipe est menée de 14 points à la mi-temps. Parker est la principale arme offensive des Bleus dans les deux premières périodes avec 14 points inscrits sur les 20 de l'équipe. Après un coup de gueule poussé dans les vestiaires et une remobilisation générale, Parker guide ses coéquipiers, non sans une adresse retrouvée de la part de tous les joueurs, vers une victoire après prolongation, 75-72. Avec la victoire en finale face à la Lituanie sur le score de 80 à 66, il permet à l'équipe de France de remporter son premier titre européen chez les hommes. Le meilleur joueur français est Nicolas Batum qui marque 17 points, mais l'équipe domine au rebond (42-25) contre une équipe lituanienne plus grande en taille. Néanmoins, Tony Parker s'assure de la victoire en enchaînant les paniers en fin de match pour finir avec 12 points[76]. Il termine meilleur marqueur, MVP et est élu dans le meilleur cinq de la compétition avec Goran Dragić, Marc Gasol, Bojan Bogdanović et Linas Kleiza[77].

En février 2014, il annonce qu'il ne participera pas à la Coupe du monde 2014, dans le but de se préserver pour préparer au mieux le Championnat d'Europe de basket-ball 2015 qualificatif pour les Jeux olympiques de Rio 2016[78]. Le 16 mai 2014, lors de l'annonce de la liste des vingt-quatre joueurs pré-sélectionnés pour la participation à la Coupe du monde 2014 en Espagne, son absence à la compétition est confirmée[79].

Carrière de dirigeant[modifier | modifier le code]

En 2004, suite à la signature de son contrat de 66 millions de dollars avec les Spurs, il investit dans son ancien club, le Paris Basket Racing, devenant actionnaire à hauteur de 5 % aux côtés de son agent Mark Fleisher. Il revend ses parts dans le club à l'issue de la saison 2005-2006.

Le 3 février 2009, l'ASVEL annonce l'arrivée de Parker en tant que deuxième actionnaire du club, à hauteur de 10 %, derrière Gilles Moretton, le président. Il en devient le vice-président chargé des opérations basket. Il est amené à monter en puissance dans le capital du club, acquérant 10 % de parts supplémentaires le 15 juin 2009, et 20 % supplémentaires « quand il le souhaitera », selon le président de l'ASVEL, dans l'optique de devenir président à terme. L'ASVEL est actuellement le seul club français (avec un possible PSG-Basket[80]) susceptible d'obtenir une licence afin d'obtenir le statut de franchise pour participer à l'Euroligue[81]. En mars 2014, il annonce devenir actionnaire majoritaire du club et devrait en devenir le président dès la saison 2014-2015[82],[83], ce qui est fait en juillet 2014[84].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Tony Parker effectuant un layup lors d'un match face aux Bucks de Milwaukee.

Tony Parker est reconnu comme étant un des basketteurs les plus rapides[85] ayant été consacré comme tel par ses pairs[86]. Sa vitesse, balle en main, a été évaluée à 33 km/h[87]. Il utilise sa vitesse pour souvent venir conclure sous le cercle, en utilisant notamment son « tear drop » : un tir en cloche qui lui permet d'éviter les contres des intérieurs[88], "TP" a aussi la capacité de pénétrer dans la raquette et à marquer sous le cercle. Parker n'était pas particulièrement adroit au tir à longue distance ; il décide de s'astreindre, lors de son arrivée en NBA, à un travail dans ce domaine en compagnie d'un entraîneur spécialisé, Chip Engelland. Il parvient alors à améliorer son adresse en sélectionnant mieux ses tirs à trois-points. Défenseur plutôt correct, il est davantage considéré comme un meneur marqueur, plus que comme un meneur gestionnaire. Il a un pourcentage de réussite aux tirs remarquablement élevé pour un meneur de jeu.

Sa façon de jouer est donc particulièrement adaptée au style de jeu de la NBA. Au fil des saisons, son entraîneur Gregg Popovich lui confère de plus en plus de responsabilités dans la gestion de l'équipe et il est devenu aujourd'hui un des leaders des Spurs, en compagnie de Tim Duncan et Emanuel Ginóbili.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques en carrière[modifier | modifier le code]

Saison Équipe Matches Min. % Tirs % 3-pts % L-F. Rbds Pass.déc. Int. Ctr. Pts
1997-1998 Centre fédéral 29 - 50,0 % 34,3 % 66,7 % 2,7 5,6 - - 14,7
1998-1999 Centre fédéral 30 - 51,6 % 29,5 % 65,3 % 4,0 6,5 3,5 - 22,1
Carrière 59 - 50,9 % 31,4 % 66,0 % 3,4 6,1 - - 18,5
  • Moyennes statistiques par match en saison régulière en Pro A
Saison Équipe Matches Min. % Tirs % 3-pts % L-F. Rbds off. Rbds déf. Rbds Pass.déc. Int. Ctr. B.p. Fautes Pts
1999-2000 PSG Racing 23 10 43,4 % 32,3 % 50,0 % 0,2 0,7 0,9 1,7 0,3 0,0 1,2 1,3 3,9
2000-2001 Paris Basket Racing 30 33 48,9 % 30,3 % 74,7 % 0,7 2,0 2,7 5,6 2,3 0,0 2,2 3,0 14,7
2011-2012 ASVEL Lyon-Villeurbanne 7 30,5 46,2 % 41,4 % 72,7 % 0,6 4,3 4,9 6,3 1,7 0,0 2,0 1,6 20,3
Carrière 60 23,9 47,9 % 30,8 % 69,9 % 0,5 1,8 2,3 4,2 2,0 0,0 1,8 2,2 11,2
  • Moyennes statistiques par match en play-offs en Pro A
Saison Équipe Matches Min. % Tirs % 3-pts % L-F. Rbds off. Rbds déf. Rbds Pass.déc. Int. Ctr. B.p. Fautes Pts
1999-2000 PSG Racing 2 7 16,6 % 0 % - - - 0,5 1,5 0,5 0,5 - 1,0
2000-2001 Paris Basket Racing 2 31 36,8 % 11,1 % 77,7 % 0,5 0,5 1,0 3,0 2,5 0,0 1,5 1,5 11,0
Carrière 4 19 32,0 % 8,3 % 77,7 % - - 0,7 2,2 1,5 0,2 - - 6,0
  • Moyennes statistiques par match en saison régulière NBA
Saison Équipe Matches 5 Majeur Minutes % Tirs % 3-pts % L-F. Rbds off. Rbds déf. Rbds Pass. déc. Int. Ctr. B.p. Fautes Pts
2001-2002 San Antonio 77 72 29,4 41,9 % 32,3 % 67,5 % 0,4 2,1 2,6 4,3 1,2 0,1 2,0 2,2 9,2
2002-2003 San Antonio 82 82 33,8 46,4 % 33,7 % 75,5 % 0,4 2,2 2,6 5,3 0,9 0,0 2,4 2,1 15,5
2003-2004 San Antonio 75 75 34,4 44,7 % 31,2 % 70,2 % 0,6 2,6 3,2 5,5 0,8 0,1 2,4 2,0 14,7
2004-2005 San Antonio 80 80 34,2 48,2 % 27,6 % 65,0 % 0,6 3,1 3,7 6,1 1,2 0,0 2,7 2,1 16,6
2005-2006 San Antonio 80 80 33,9 54,8 % 30,6 % 70,7 % 0,5 2,8 3,3 5,8 1,0 0,0 3,1 2,0 18,9
2006-2007 San Antonio 77 77 32,5 52,0 % 39,5 % 78,3 % 0,4 2,8 3,2 5,5 1,1 0,1 2,5 1,8 18,6
2007-2008 San Antonio 69 68 33,5 49,4 % 25,8 % 71,5 % 0,4 2,8 3,2 6,0 0,8 0,1 2,4 1,3 18,8
2008-2009 San Antonio 72 71 34,1 50,6 % 29,2 % 78,2 % 0,4 2,7 3,1 6,9 0,9 0,1 2,6 1,5 22,0
2009-2010 San Antonio 56 50 30,9 48,7 % 29,4 % 75,6 % 0,1 2,3 2,4 5,7 0,5 0,1 2,7 1,7 16,0
2010-2011 San Antonio 78 78 32,4 51,9 % 35,7 % 76,9 % 0,4 2,7 3,1 6,6 1,2 0,0 2,6 1,7 17,5
2011-2012 San Antonio 60 60 32,1 48,0 % 23,7 % 79,9 % 0,4 2,5 2,9 7,7 1,1 0,1 2,6 1,3 18,3
2012-2013 San Antonio 66 66 32,9 52,2 % 35,3 % 84,5 % 0,3 2,7 3,0 7,6 0,8 0,1 2,6 1,4 20,3
2013-2014 San Antonio 68 68 29,4 49,9 % 37,3 % 81,1 % 0,3 2,0 2,3 5,7 0,5 0,1 2,2 1,3 16,7
Carrière 940 927 32,6 49,5 % 31,6 % 75,2 % 0,4 2,6 3,0 6,0 0,9 0,1 2,5 1,7 17,1
All-Star 6 0 18,3 52,2 % 16,7 % 100 % 0,3 1,5 1,8 4,7 0,8 0,0 2,7 0,2 8,8
  • Moyennes statistiques par match en play-offs NBA
Saison Équipe Matches 5 Majeur Minutes % Tirs % 3-pts % L-F. Rbds off. Rbds déf. Rbds Pass. déc. Int. Ctr. B.p. Fautes Pts
2001-2002 San Antonio 10 10 34,1 45,6 % 37,0 % 75,0 % 0,4 2,5 2,9 4,0 0,9 0,1 2,2 2,2 15,5
2002-2003 San Antonio 24 24 33,9 40,3 % 26,8 % 71,3 % 0,3 2,4 2,8 3,5 0,9 0,1 2,0 2,1 14,7
2003-2004 San Antonio 10 10 38,6 42,9 % 39,5 % 65,7 % 0,5 1,6 2,1 7,0 1,3 0,1 3,1 1,5 18,4
2004-2005 San Antonio 23 23 37,3 45,4 % 18,8 % 63,2 % 0,6 2,3 2,9 4,3 0,7 0,1 3,1 3,0 17,2
2005-2006 San Antonio 13 13 36,5 46,0 % 22,2 % 81,0 % 0,6 3,0 3,6 3,8 1,0 0,1 3,1 2,4 21,1
2006-2007 San Antonio 20 20 37,6 48,0 % 33,3 % 67,9 % 0,7 2,7 3,4 5,8 1,1 0,0 3,3 1,7 20,8
2007-2008 San Antonio 17 17 38,5 49,7 % 35,0 % 75,3 % 0,6 3,1 3,7 6,1 0,9 0,1 2,9 2,2 22,4
2008-2009 San Antonio 5 5 36,2 54,6 % 21,4 % 71,0 % 0,2 4,0 4,2 6,8 1,2 0,2 4,2 2,6 28,6
2009-2010 San Antonio 10 2 33,5 47,4 % 66,7 % 59,5 % 0,9 3,8 4,7 5,4 0,6 0,0 2,2 2,0 17,3
2010-2011 San Antonio 6 6 36,8 46,2 % 12,5 % 75,6 % 0,2 2,5 2,7 5,2 1,3 0,3 3,3 1,7 19,7
2011-2012 San Antonio 14 14 36,1 45,3 % 33,3 % 80,7 % 0,6 3,0 3,6 6,8 0,9 0,0 3,1 1,6 20,1
2012-2013 San Antonio 21 21 36,4 45,8 % 35,5 % 77,7 % 0,7 2,6 3,2 7,0 1,1 0,1 2,5 1,2 20,6
2013-2014 San Antonio 23 23 31,3 48,6 % 37,1 % 72,9 % 0,2 1,7 2,0 4,8 0,7 0,1 2,7 1,6 17,4
Carrière 196 188 35,7 46,3 % 31,0 % 72,7 % 0,5 2,5 3,0 5,3 0,9 0,1 2,8 2,0 18,9

Statistiques en équipe de France[modifier | modifier le code]

Mise à jour après le championnat d'Europe 2013

  • Moyennes statistiques par match en compétition officielle
Compétition Équipe Matches Min. % Tirs % 3-pts % L-F. Rbds off. Rbds déf. Rbds Pass.déc. Int. Ctr. B.P. Points
Euro junior 2000 Équipe de France junior 8 28 45,3 % 34,8 % 85,3 % 0,2 2,6 2,8 2,5 1,8 0,0 1,3 14,4
Euro 2001 Équipe de France 6 16 46,0 % 20,0 % 66,7 % 0,7 1,2 1,9 1,9 0,7 0,1 1,8 8,7
Euro 2003 Équipe de France 6 33 41,9 % 31,3 % 68,9 % 0,3 2,5 2,8 3,2 1,7 0,5 3,3 18,0
Euro 2005 Équipe de France 7 28 34,4 % 20,8 % 57,1 % 0,6 1,7 2,3 2,9 1,0 0,0 2,6 11,9
Euro 2007 Équipe de France 9 31 46,8 % 32,7 % 77,0 % 0,4 2,9 3,3 3,6 1,0 0,0 1,4 20,1
Euro 2009 Équipe de France 8 30,9 40,9 % 28,9 % 71,9 % 0,6 3,3 3,9 4,4 1,8 0,0 2,4 17,7
Euro 2011 Équipe de France 10 35 45,6 % 33,3 % 80,9 % 0,2 3,3 3,5 4,4 1,6 0,0 2,4 22,1
JO 2012 Équipe de France 6 30 40,7 % 26,3 % 76,7 % 0,8 2,0 2,8 3,2 0,7 0,0 2,5 15,7
Euro 2013 Équipe de France 11 29,6 50,7 % 29,4 % 78,3 % 0,3 1,8 2,1 3,3 0,6 0,0 2,2 19

Ses records[modifier | modifier le code]

Les records personnels de Tony Parker, officiellement recensés par la NBA sont les suivants[89] :

Type statistique Saison régulière Playoffs
Record Adversaire Date Record Adversaire Date
Points en un match 55[90] @ Timberwolves du Minnesota 5 novembre 2008 43[91] @ Mavericks de Dallas 25 avril 2009
Paniers marqués en un match 22[92] @ Timberwolves du Minnesota 5 novembre 2008 18[93] @ Mavericks de Dallas 25 avril 2009
Paniers tentés en un match 36[94] @ Timberwolves du Minnesota 5 novembre 2008 29[95] @ Mavericks de Dallas 25 avril 2009
Paniers à 3 points réussis 4[96] 6 fois 4[97] 3 fois
Paniers à 3 points tentés 8[98] 2 fois 6[99] 4 fois
Lancers francs réussis 14[100] Celtics de Boston 17 mars 2007 13[101] Suns de Phoenix 29 avril 2008
Lancers francs tentés 17[102] 2 fois 16[103] 2 fois
Rebonds offensifs 3[104] 6 fois 4[105] Suns de Phoenix 7 mai 2010
Rebonds défensifs 12[106] @ Rockets de Houston 10 décembre 2012 7[107] 4 fois
Rebonds totaux 12[108] @ Rockets de Houston 10 décembre 2012 10[109] @ Lakers de Los Angeles 21 mai 2008
Passes décisives 17[110] @ Hornets de la Nouvelle Orléans 23 janvier 2012 18[111] Grizzlies de Memphis 21 mai 2013
Interceptions 6[112] SuperSonics de Seattle 3 mars 2004 4[113] @ Mavericks de Dallas 25 avril 2009
Contres 2[114] 4 fois 1[115] 17 fois
Balles perdues 8[116] @ Trail Blazers de Portland 25 mars 2011 7[117] 5 fois
Minutes jouées 53[118] @ Clippers de Los Angeles 9 avril 2005 51[119] Suns de Phoenix 19 avril 2008
  • Plus jeune meneur de jeu titulaire de l'histoire de la NBA (le 6 novembre 2001 contre le Magic d'Orlando, à l'âge de 19 ans et 173 jours).
  • Plus jeune joueur de l'histoire des Spurs de San Antonio.
  • Premier Français champion de NBA (en 2003) avec les Spurs de San Antonio.
  • Premier Français sélectionné pour le NBA All-Star Week-end (Rookie Challenge en 2002).
  • Premier Français sélectionné pour le All-Star Game (en 2006)
  • Premier Français élu joueur de la semaine en NBA (semaine du 9 au 12 février 2006).
  • Premier Français élu joueur du mois de la Conférence Ouest en NBA en février 2013[120].
  • Premier Européen élu meilleur joueur des finales de NBA (14 juin 2007).
  • Record de points pour un Européen (55 points) dans un match de NBA.
  • Meilleur passeur de l'histoire des Spurs de San Antonio depuis le 4 février 2012[121].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès NBA[modifier | modifier le code]

Palmarès en sélection nationale[modifier | modifier le code]

Il compte 149 sélections[122] en équipe de France ; il a inscrit 2 366 points, soit une moyenne de 15,88 points par rencontre et un record à 37 points (face à la Turquie à Limoges lors du dernier match des qualifications au championnat d'Europe 2009).

Récompenses et distinctions individuelles[modifier | modifier le code]

Salaires[modifier | modifier le code]

Année Équipe Salaire
2001-2002 Spurs de San Antonio 744 480 $
2002-2003 Spurs de San Antonio 800 400 $
2003-2004 Spurs de San Antonio 856 200 $
2004-2005 Spurs de San Antonio 1 545 441 $
2005-2006 Spurs de San Antonio 8 400 000 $
2006-2007 Spurs de San Antonio 9 450 000 $
2007-2008 Spurs de San Antonio 10 500 000 $
2008-2009 Spurs de San Antonio 11 550 000 $
2009-2010 Spurs de San Antonio 12 600 000 $
2010-2011 Spurs de San Antonio 13 500 000 $
2011-2012* Spurs de San Antonio 12 500 000 $
2012-2013 Spurs de San Antonio 12 500 000 $
2013-2014 Spurs de San Antonio 12 500 000 $
Total Gains 107 446 521 $
2014-2015 Spurs de San Antonio 12 500 000 $

Note : * En 2011, le salaire moyen d'un joueur évoluant en NBA est de 5 150 000 $[137].

Équipes[modifier | modifier le code]

Équipes de jeunes 
Équipes senior 

Revenus[modifier | modifier le code]

Tony Parker a touché 11,1 millions d'euros en 2009[138]. En 2011, ses revenus s'élèvent à 12,2 millions d'euros[139].

Sa vie en dehors du basket-ball[modifier | modifier le code]

Vie maritale et familiale[modifier | modifier le code]

Tony Parker et Eva Longoria au Festival de Cannes en 2009.

Tony Parker était marié avec l'actrice américaine Eva Longoria, une des vedettes de la série Desperate Housewives. La cérémonie civile s'est déroulée le 7 juillet 2007 à la mairie du IVe arrondissement de Paris, sous l'autorité du maire Bertrand Delanoë ; la cérémonie religieuse se déroulant à l'église Saint-Germain-l'Auxerrois dans le premier arrondissement de Paris, le 7 juillet 2007. Les festivités se sont déroulées également le 7 juillet 2007 au château de Vaux-le-Vicomte. Tony Parker et Eva Longoria s'étaient rencontrés dans le vestiaire des Spurs à l'issue d'un match en novembre 2004[140].

Fin 2007, Alexandra Paressant, un mannequin français, fait diffuser sur Internet la rumeur d'avoir eu une relation intime avec Tony Parker. Le joueur porte plainte contre le site en question et demande 20 millions de dollars de dommages et intérêts[141].

Le 17 novembre 2010, Tony Parker et Eva Longoria annoncent leur divorce. La distance et d'éventuelles infidélités du basketteur semblent alors être une des causes de la rupture du couple au bout de 6 ans de relation et de 3 ans de mariage[142].

Parker avec son épouse Eva Longoria lors du Festival de Cannes en 2008.

Deux de ses frères sont basketteurs professionnels. Son frère cadet, Terence (dit T.J.), a évolué à l'ASVEL Lyon-Villeurbanne, club dont Tony est actionnaire et vice-président. Il a passé trois saisons en NCAA, à l'université Northwestern[143]. Il joue au Basket Club d'Orchies. Le benjamin de la fratrie, Pierre, a également joué dans le championnat universitaire américain, à l'Université Loyola de Chicago, comme son père, ainsi qu'à l'université du Texas à San Antonio. Il évolue ensuite en Nationale 3 à Cergy[144] après une première expérience dans l'équipe réserve d'Aix Maurienne en Nationale 2[145].

Tony Parker est en couple depuis fin 2011 avec Axelle Francine, une journaliste française, ils se fiancent durant l'été 2013[146]. Le 29 avril 2014, un fils, Josh Parker, naît de cette relation[147]. Ils se marient le 2 août 2014[61].

Publicité[modifier | modifier le code]

Tony Parker apparaît également dans de nombreuses publicités ciblant spécifiquement les enfants et les adolescents. Il vend en particulier son image pour des contrats avec Nike, remplacé par Peak, un équipementier sportif chinois depuis janvier 2013[148], Toupargel, Vitaminwater, SFR, Quick, Tissot[149], notamment, et le site de paris en ligne Betclic[150].

Camps de basket-ball[modifier | modifier le code]

Il organise des camps de basket-ball à son nom, le Tony Parker Camp[151], à Fécamp et à Villeurbanne, qui permettent à des jeunes de se perfectionner dans leur jeu et de bénéficier des conseils de Parker. Ce projet s'est développé autour de Parker et de ses amis Gaëtan Müller et Alexis Rambur et s'est concrétisé avec la création de l'association Nine Lives en novembre 2007[152]. La première édition de ces camps s'est tenue en 2008, des matchs de gala ont été organisés en parallèle, les 19 et 20 juillet à Rouen et Fécamp, opposant l'équipe de Parker à l'équipe de son frère, TJ, réunissant des joueurs tels que Boris Diaw, Ronny Turiaf, Ian Mahinmi et Yohann Sangare au bénéfice de la Fondation Make-A-Wish France.

Sur trois semaines, la seconde est réservée aux minimes et cadets nationaux, les autres ouvertes à tous, avec un tiers de filles. « Ce n'est pas un endroit comme les autres. C'est un camp où il y a les plus grands coachs en France et donc où les jeunes peuvent progresser » (...) « Mon but c'est de créer une Summer League avec des enfants de 16 à 20 ans. Qu'ils puissent vraiment progresser et surtout qu'ils ne passent pas un été sans jouer au basket[153] ».

Musique[modifier | modifier le code]

En mars 2007, il sort un album de rap intitulé Tony Parker, sur lequel figurent des invités tels que Jamie Foxx, Booba, K-Reen, Soprano ou Don Choa sur le label de TF1 Music One. L'album est réalisé par DJ Skalp et Parker a coécrit la plupart des chansons sous la conduite du rappeur Éloquence. Eva Longoria fait une apparition dans le clip de sa chanson Balance-toi et une partie de l'équipe des Spurs, Tim Duncan, Robert Horry, Brent Barry et Nazr Mohammed sont présents dans le clip de la chanson Top of the game.

Discographie

Radio[modifier | modifier le code]

Il anime le Tony Parker Show entre septembre 2004 à avril 2007[154],[155] et, de nouveau, depuis le 10 octobre 2011, avec les journalistes Pierre Dorian et François Giuseppi sur RMC. Il y aborde l'actualité de la NBA, du basket-ball, du sport en général, ainsi que d'autres sujets qui le passionnent tels la musique, le cinéma, les jeux vidéo.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Amateur de jeux vidéo, il est devenu la figure de proue de la version française du jeu NBA Live depuis l'édition 2004. Pour l'édition 2010, il figure sur quasiment l'ensemble des éditions mondiales[156].

Cinéma[modifier | modifier le code]

Filmographie

Le film est sorti le 30 janvier 2008 en salle et le 22 août 2008 en DVD.

Dessin animé[modifier | modifier le code]

Il donne son nom à la série télévisée d'animation Baskup - Tony Parker, dont la première saison est diffusée en 2011 sur M6[158]. Une deuxième saison est commandée par M6 à Marathon, la société de production[159].

Caritatif[modifier | modifier le code]

Il est le premier ambassadeur de la Fondation Make-A-Wish France, aux côtés de Marion Jollès, Melissa Mourer Ordener et Jean-Alain Boumsong. Cette association réalise les vœux d'enfants gravement malades[160]. Il a participé, avec sa femme Eva Longoria, son frère et des amis, au jeu Fort Boyard diffusé le 27 juin 2009, sur France 2[161].

Politique[modifier | modifier le code]

Il a exprimé son soutien à Barack Obama lors de l'élection présidentielle américaine de 2008[162].

Poker[modifier | modifier le code]

Il inaugure, en octobre 2011, une équipe de joueurs de poker[163].

Divers[modifier | modifier le code]

Une statue est dédiée à Parker au musée Grévin depuis le 7 octobre 2006. Il est ainsi le premier joueur de basket-ball à entrer au musée[164].

Il a également sa marionnette aux Guignols de l'info depuis 2005 devenant le premier joueur de basket-ball à avoir sa marionnette dans l'émission[165].

Le 14 juillet 2007, il est élevé au grade de chevalier de la Légion d'honneur[166]. La distinction lui a été remise par le président de la République, Nicolas Sarkozy, le 28 septembre 2007, lors d'une cérémonie au palais de l'Élysée.

Le 22 septembre 2010, il inaugure en région parisienne, à Charenton-le-Pont, deux gymnases contigus qui portent son nom, les Gymnases Tony-Parker sur l’Île Martinet[167].

Tony Parker est également cité dans le 21e épisode de la saison 17 des Simpson intitulé Le Vrai Descendant du singe où Bart écartelant Milhouse sur une table des supplices, lui dit d'arrêter de se plaindre s'il veut ressembler à Tony Parker (en version originale, Bart parle de Shaquille O'Neal, mais moins connu par le public français).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche de Tony Parker », sur lequipe.fr (consulté le 29 juillet 2012).
  2. Surnoms de sportifs sur sportsmarkette.com
  3. Xavier Colombani, « Les atouts du petit prince devenu roi », sur lequipe.fr
  4. Biographie sur Tp9.net
  5. (en) « NIKE HOOP SUMMIT '00 », sur eurobasket.com
  6. (en) Profil de Tony Parker au moment de la draft sur nba.com
  7. (en) Tableau de la draft 2001 sur nba.com
  8. Article de L'Équipe "Jackpot pour Tony Parker"
  9. Parker premier français sélectionné pour le All-Star Game Article de lequipe.fr
  10. Parker MVP et meilleur marqueur des Finales NBA Article sur lequipe.fr
  11. Article de l'AFP
  12. Article du nouvelobs.com
  13. Record de points en NBA
  14. (en) Parker's Unstoppable Night, ESPN, 5 novembre 2008.
  15. Tony Parker rejoint Michael Jordan dans la légende. Article sur myfreesport.fr
  16. Parker se blesse à la cheville Article sur lequipe.fr
  17. Retour face aux Grizzlies le 28 novembre Article sur lequipe.fr
  18. Parker au All-Star Game 2009
  19. Parker atomise Portland lequipe.fr
  20. Parker franchit la barre des 10 000 points en saison régulière Article de lequipe.fr
  21. Parker réalise la meilleure performance offensive de sa carrière en playoffs
  22. Parker blesséwww.nba-basketball.fr
  23. Parker blessé à la mainwww.rmc.fr
  24. une décision irrévocablewww.tp9.net
  25. Parker s'explique sur son absence au Mondialwww.lequipe.fr
  26. Tony Parker prolonge à San Antoniowww.lefigaro.fr
  27. « Tony Parker jouera bien à Villeurbanne », sur opl.fr, 5 octobre 2011.
  28. « Pourquoi Tony Parker ne coûte que 1500 euros par mois », sur lexpress.fr,‎ 5 octobre 2011 (consulté le 5 février 2012)
  29. « Parker décisif pour Villeurbanne face à Paris-Levallois (75-73) », sur opl.fr, 14 octobre 2011.
  30. a et b Tony Parker élu Joueur du mois d’octobre LNB/SPORT+/L’Équipe, LNB, 12 novembre 2011.
  31. « Parker et Turiaf ont joué leur dernier match avec Villeurbanne », sur opl.fr, 26 novembre 2011
  32. « Parker et les joueurs NBA rentrent aux États-Unis », sur leparisien.fr (consulté le 5 février 2012)
  33. « Tony Parker », sur lnb.fr (consulté le 1 décembre 2011)
  34. (en) « Week 1 MVP: Tony Parker, Asvel Basket  », sur eurocupbasketball.com,‎ 16 novembre 2011 (consulté le 1 décembre 2011)
  35. « Parker, Diaw et Batum gagnent », sur sport24.com,‎ 27 décembre 2011 (consulté le 5 février 2012)
  36. « Nouveau record de passes pour un Parker (San Antonio) étincelant », sur opl.fr, 24 janvier 2012.
  37. « Parker dans la légende des Spurs », sur sports.fr,‎ 5 février 2012 (consulté le 5 février 2012)
  38. « Parker élu joueur de la semaine de la conférence Ouest », sur opl.fr, 7 février 2012.
  39. « Celtics' Pierce, Spurs' Parker named Players of the Week », sur nba.com, 6 février 2012.
  40. « Tony Parker sélectionné pour son quatrième All Star Game », sur opl.fr, 10 février 2012.
  41. « James MVP, Parker cinquième », Eurosport,‎ 12 mai 2012
  42. « Premier triple double pour Parker », L'Equipe,‎ 11 décembre 2011 (consulté en 11décembre 2012)
  43. (en) « James wins 4th Kia MVP award in near unanimous vote », NBA,‎ 6 mai 2013 (consulté le 7 mai 2013)
  44. Dimitri Kucharczyk, « All NBA Teams : Tony Parker choisi dans la deuxième équipe », sur basketusa.com,‎ 23 mai 2013
  45. « NBA - Les San Antonio Spurs balayent les Grizzlies (4-0) et retrouvent les Finales NBA », sur eurosport.fr,‎ 28 mai 2013
  46. « Parker, un panier d’anthologie », Eurosport,‎ 7 juin 2013 (consulté le 4 juillet 2013)
  47. (en) « NBA&ABA Leaders for points », sur Basketball-reference.com (consulté le 7 novembre 2013)
  48. « Parker champion des champions France », L'Équipe,‎ 19 décembre 2013 (consulté le 19 décembre 2013)
  49. « Tony Parker et Joakim Noah sélectionnés par les coaches pour le All Star Game », sur lequipe.fr, l'Équipe,‎ 31 janvier 2014 (consulté le 11 février 2014)
  50. Fabrice Auclert, « Tony Parker mis au repos », sur basketusa.com,‎ 11 février 2014 (consulté le 11 février 2014)
  51. Jonathan Demay, « Tony Parker ne veut pas jouer longtemps au All Star Game », sur basketusa.com,‎ 5 février 2014 (consulté le 18 février 2014)
  52. Pierre Menjot, « All-Star NBA : Noah plus fort que Parker », sur metronews.fr,‎ 17 février 2014 (consulté le 18 février 2014)
  53. Dimitri Kucharczyk, « Tony Parker absent « dans le futur proche » à cause de « divers problèmes » », sur basketusa.com,‎ 18 février 2014 (consulté le 18 février 2014)
  54. Jérémy Mazoyer, « Tony Parker sur le flanc », sur insidebasket.com,‎ 18 février 2014 (consulté le 18 février 2014)
  55. Arnaud Gelb, « Tony Parker devrait revenir dimanche face à Dallas », sur basketusa.com,‎ 28 février 2014 (consulté le 28 février 2014)
  56. Romain Davesne, « San Antonio – Dallas : retour gagnant pour Tony Parker », sur basketusa.com,‎ 3 mars 2014 (consulté le 3 mars 2014)
  57. Alexandre Lacoste, « Le Big Three des Spurs devient le trio le plus victorieux de l’histoire des playoffs NBA », Catch and Shoot,‎ 22 mai 2014
  58. « Basket: Quand Tim Duncan refusait d'adresser la parole à Tony Parker », sur 20minutes.fr,‎ 21 mai 2014 (consulté le 1 juin 2014)
  59. Olivier Pheulpin, « San Antonio en finale ! », sur lequipe.fr,‎ 1 juin 2014 (consulté le 1 juin 2014)
  60. (en) Scott Cacciola, « Spurs Dethrone Heat in Rout and Secure Fifth Title », sur nytimes.com,‎ 15 juin 2014
  61. a et b « Parker se marie… et prolonge chez les Spurs », leprogres.fr,‎ 1er août 2014 (consulté le 2 août 2014)
  62. Gabriel Pantel-Jouve, « Tony Parker prolonge à San Antonio jusqu’en 2018 et se marie ce samedi », Catch & Shoot,‎ 2 août 2014 (consulté le 2 août 2014)
  63. a et b Eurobasket 2003 All-Tournament Team
  64. Parker forfait pour les championnats du monde 2006 Article sur tqs.ca
  65. Interview sur rmc.fr
  66. Parker rejoint l'équipe de France
  67. Article sur le site de la fédération française de basket-ball
  68. Parker n'ira pas au Mondialwww.lequipe.fr
  69. a et b « Navarro MVP, Tony Parker dans le cinq. », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 18 septembre 2011 (consulté le 18 septembre 2011)
  70. Tony Parker blessé à l'oeil dans une bagarre www.leparisien.fr
  71. Tony Parker incertain pour les JO www.france3.fr
  72. « Parker opérationnel pour Londres », L'Équipe,‎ 6 juillet 2012
  73. Parker vise 2016 www.eurosport.fr
  74. Tony Parker motivé pour Rio www.sports.fr
  75. Fabrice Auclert, « Tony Parker dépasse Dirk Nowitzki pour devenir le 2ème meilleur marqueur de l’histoire de l’Eurobasket », Basket USA,‎ 21 septembre 2013
  76. http://sport24.lefigaro.fr/basket/equipe-de-france/actualites/parker-et-les-bleus-enfin-recompenses-654330
  77. (en) « Parker Headlines All Tournament Team », FIBA Europe,‎ 22 septembre 2013
  78. Alexandre Lacoste, « Tony Parker indique qu’il ne devrait pas aller à la Coupe du Monde », catch-and-shoot.com,‎ 17 février 2014
  79. Arnaud Gelb, « Équipe de France : une liste des 24 sans Tony Parker », sur basketusa.com,‎ 16 mai 2014
  80. Le Parisien, « L'Euroligue drague Paris »,‎ 11 février 2014
  81. Parker investit dans l'ASVEL
  82. « Tony Parker rachète l'Asvel ! », Le Progrès,‎ 21 mars 2014
  83. « ProA : l'ASVEL officialise le rachat du club par Tony Parker », LNB et AFP,‎ 21 mars 2014
  84. Christophe Palierse, « Tony Parker a repris le club de basket de Villeurbanne », Les Échos,‎ 2 juillet 2014
  85. Article sur l'équipe.fr
  86. (en) SI Players Poll, sportsillustrated.cnn.com
  87. « Mister Tony et Monsieur Parker », sur lemonde.fr (consulté le 1 juin 2014)
  88. « Le tir magique de Tony Parker », sur gqmagazine.fr (consulté le 1 juin 2014)
  89. (en) « Tony Parker : Career Stats and Totals », sur nba.com (consulté le 20 juin 2014)
  90. (en) « Tony Parker Game Finder (Points) », sur basketball-reference.com (consulté le 16 avril 2014)
  91. (en) « Tony Parker Game Finder (Points) (playoffs) », sur basketball-reference.com (consulté le 14 mai 2014)
  92. (en) « Tony Parker Game Finder (Field Goals) », sur basketball-reference.com (consulté le 16 avril 2014)
  93. (en) « Tony Parker Game Finder (Field Goals) (playoffs) », sur basketball-reference.com (consulté le 14 mai 2014)
  94. (en) « Tony Parker Game Finder (Field Goal Attempts) », sur basketball-reference.com (consulté le 16 avril 2014)
  95. (en) « Tony Parker Game Finder (Field Goal Attempts) (playoffs) », sur basketball-reference.com (consulté le 14 mai 2014)
  96. (en) « Tony Parker Game Finder (3-Point Field Goals) », sur basketball-reference.com (consulté le 16 avril 2014)
  97. (en) « Tony Parker Game Finder (3-Point Field Goals) (playoffs) », sur basketball-reference.com (consulté le 14 mai 2014)
  98. (en) « Tony Parker Game Finder (3-Point Field Goal Attempt) », sur basketball-reference.com (consulté le 16 avril 2014)
  99. (en) « Tony Parker Game Finder (3-Point Field Goal Attempt) (playoffs) », sur basketball-reference.com (consulté le 14 mai 2014)
  100. (en) « Tony Parker Game Finder (Free Throws) », sur basketball-reference.com (consulté le 16 avril 2014)
  101. (en) « Tony Parker Game Finder (Free Throws) (playoffs) », sur basketball-reference.com (consulté le 14 mai 2014)
  102. (en) « Tony Parker Game Finder (Free Throws Attempts) », sur basketball-reference.com (consulté le 16 avril 2014)
  103. (en) « Tony Parker Game Finder (Free Throws Attempts) (playoffs) », sur basketball-reference.com (consulté le 14 mai 2014)
  104. (en) « Tony Parker Game Finder (Offensive Rebounds) », sur basketball-reference.com (consulté le 16 avril 2014)
  105. (en) « Tony Parker Game Finder (Offensive Rebounds) (playoffs) », sur basketball-reference.com (consulté le 14 mai 2014)
  106. (en) « Tony Parker Game Finder (Defensive Rebounds) », sur basketball-reference.com (consulté le 16 avril 2014)
  107. (en) « Tony Parker Game Finder (Defensive Rebounds) (playoffs) », sur basketball-reference.com (consulté le 14 mai 2014)
  108. (en) « Tony Parker Game Finder (Total Rebounds) », sur basketball-reference.com (consulté le 16 avril 2014)
  109. (en) « Tony Parker Game Finder (Total Rebounds) (playoffs) », sur basketball-reference.com (consulté le 14 mai 2014)
  110. (en) « Tony Parker Game Finder (Assists) », sur basketball-reference.com (consulté le 16 avril 2014)
  111. (en) « Tony Parker Game Finder (Assists) (playoffs », sur basketball-reference.com (consulté le 14 mai 2014)
  112. (en) « Tony Parker Game Finder (Steals) », sur basketball-reference.com (consulté le 16 avril 2014)
  113. (en) « Tony Parker Game Finder (Steals) (playoffs) », sur basketball-reference.com (consulté le 14 mai 2014)
  114. (en) « Tony Parker Game Finder (Blocks) », sur basketball-reference.com (consulté le 16 avril 2014)
  115. (en) « Tony Parker Game Finder (Blocks)) (playoffs) », sur basketball-reference.com (consulté le 14 mai 2014)
  116. (en) « Tony Parker Game Finder (Turnovers) », sur basketball-reference.com (consulté le 16 avril 2014)
  117. (en) « Tony Parker Game Finder (Turnovers)) (playoffs) », sur basketball-reference.com (consulté le 14 mai 2014)
  118. (en) « Tony Parker Game Finder (Minutes Played) », sur basketball-reference.com (consulté le 16 avril 2014)
  119. (en) « Tony Parker Game Finder (Minutes Played) (playoffs) », sur basketball-reference.com (consulté le 14 mai 2014)
  120. « NBA : Tony Parker (San Antonio) joueur du mois en Conférence Ouest », Eurosport,‎ 2 février 2013
  121. « Le show Tony Parker », sur sport.francetv.fr (consulté le 5 février 2012)
  122. « Tony Parker », sur matchesfrance.basketfrance.com, Fédération française de basket-ball
  123. Noah dans le premier cinq majeur de la saison régulière, www.lequipe.fr, 4 juin 2014.
  124. Parker élu meilleur joueur NBA de la semaine Article sur nba.com
  125. Parker joueur de la semaine
  126. Parker élu joueur de la semaine à l'Ouest Article de l'independant
  127. « Player of The Week : Tony Parker récompensé », sur basketusa.com
  128. « Tony Parker et Dwyane Wade : joueurs de la semaine », sur basketusa.com,‎ 14 mars 2011
  129. « Parker joueur de la semaine », L'Équipe,‎ 7 février 2012
  130. (en) « Cavs' Irving, Spurs' Parker named Players of the Week », NBA,‎ 28 janvier 2013
  131. « Parker joueur du mois à l'Ouest », L'Équipe,‎ 2 février 2013
  132. Tony Parker élu meilleur joueur européen, www.lequipe.fr, 7 février 2014.
  133. (en) « Parker Is 2013 Men's POY », FIBA Europe,‎ 5 février 2014
  134. European Awards 2013 - Men Basketball, sur eurobasket.com.
  135. (it) Tony Parker Europlayer 2013, sur gazzetta.it, 9 janvier 2014.
  136. Tony Parker joueur européen 2007, Ann Wauters 2e, sur 7sur7.be, 5 janvier 2008.
  137. (en) « Salaires moyen NBA », sur basketusa.com (consulté en 2012)
  138. « Classement des 50 sportifs français les mieux rémunérés en 2009 », sur www.sportune.fr,‎ 13 mars 2010 (consulté le 1 octobre 2011)
  139. « Les salaires des sportifs français », sur www.msn.com,‎ 12 octobre 2011 (consulté le 5 février 2012)
  140. Gaëlle Guitard, « Eva Longoria et Tony Parker - La fin d’une belle histoire », sur France-Soir,‎ 18 novembre 2010 (consulté le 18 novembre 2010)
  141. la fausse fiancée de Tony Parker soupçonnée de vols de chèques sur leparisien.fr consulté le 31 décembre 2012
  142. Leparisien.fr avec AFP, « Eva Longoria et Tony Parker, c'est fini », sur Le Parisien,‎ 17 novembre 2010 (consulté le 18 novembre 2010)
  143. (en) Tony Parker sur NBA.com
  144. Un Parker peut en cacher un autre Article de Ouest-France
  145. Article sur Pierre Parker dans le JDD.fr
  146. Amandine Rebourg, « Mariage en vue pour Tony Parker », Metronews,‎ 27 juin 2013
  147. (en) « Tony Parker father of baby boy named Josh », KSAT,‎ 30 avril 2014
  148. « Tony Parker quitte Nike pour le chinois Peak », sur strategies.fr (consulté le 4 juillet 2013)
  149. Tony Parker dévoile les premières images de sa collaboration avec Tissotwww.leparisien.fr
  150. « Betclic marque son premier panier avec Tony Parker », sur poker.fr (consulté le 5 février 2012)
  151. Tony Parker Camp
  152. Association Nine Lives
  153. « La formation à la Parker », Le Figaro,‎ 26 juillet 2010 (consulté le 4 août 2010)
  154. Podcasts des émissions sur tp9.net
  155. Page de l'émission sur rmc.fr
  156. Tony Parker en tête de gondole pour NBA Live 2009
  157. Sa fiche sur Allociné
  158. « Baskup : rencontre avec Tony Parker », sur allocine.fr,‎ 19 septembre 2011 (consulté le 5 février 2012)
  159. « M6 : il y aura bien une saison 2 de « Baskup » avec Tony Parker », sur telestar.fr,‎ 10 février 2012 (consulté le 4 juillet 2013)
  160. [1] sur le site Make-a-wish France
  161. Tony Parker et Eva Longoria à Fort Boyard lepost.fr
  162. Les Parker pour Obama, Le Parisien, 19 septembre 2008, page 20.
  163. Interview de Tony Parker, sur Sports.fr
  164. Le nouvel observateur du 7 octobre 2006
  165. Article sur nba.com/france
  166. Tony Parker fait chevalier de la Légion d'honneur
  167. Inauguration des Gymnases Tony-Parker

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Biétry, Tony Parker, le film de TP9, Paris, Horizon Illimité, coll. « Sport - Horizon »,‎ 13/05/2004, 95 p. (ISBN 2-84787-064-4)
  • Ludovic Languet, Tony Parker. On/Off, Paris, Albin Michel, coll. « ESSAIS DOC. »,‎ 01/092005, 122 p. (ISBN 2-226-15204-0)
  • Damien Miloch, Tony Parker, biographie d'un champion, Paris, City Editions, coll. « Document »,‎ 14/09/2009, 232 p. (ISBN 978-2-35288-317-3)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • StudioCanal a Distribué un DVD en 2008, Tony Parker 9 : un chiffre, un homme, réalisé par Jean-Marie Antonini et Tony Parker, le documentaire retrace son parcours et dresse son portrait au travers de différents reportages, documentaires et interviews. Ce documentaire a été diffusé sur Canal plus, France TV et l'Equipe 21.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :