Joakim Noah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Noah.
Joakim Noah Portail du basket-ball
Joakim Noah 3.jpg
Joakim Noah
Fiche d’identité
Nom complet Joakim Simon Noah[1]
Nationalité Drapeau de la France France
Drapeau de la Suède Suède
Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 25 février 1985 (29 ans)
New York, État de New York
Taille 2,11 m (6 11)
Poids 105.2 kg (231 lb)
Surnom Jooks[2], Sticks[3], Stickman[4]
Situation en club
Club actuel Drapeau des États-Unis Bulls de Chicago[5]
Numéro 13[5]
Poste Pivot - ailier fort (intérieur)
Carrière universitaire ou amateur
2004-2007 Gators de la Floride (NCAA)
Draft NBA
Année 2007
Position 9e
Franchise Bulls de Chicago
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
2007-2008
2008-2009
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012-2013
2013-2014
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
06,6
06,7
10,7
11,7
10,2
11,9
12,6
Sélection en équipe nationale **
2009-2011 Drapeau : France France (22 sél.) 185[6]

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Joakim Simon Noah[1],[7], né le 25 février 1985 à New York, est un joueur de basket-ball de nationalités française, suédoise et américaine[8]. Noah joue pour les Bulls de Chicago dans le championnat de National Basketball Association[5] après avoir joué au sein de l'équipe des Gators de la Floride de l'université de Floride avec lesquels il a été double champion universitaire NCAA en 2006 et 2007[9]. Depuis 2009, il est également membre de l'équipe de France. Il mesure 2,11 m[5],[6] pour 105,2 kg[5] et évolue au poste de pivot et d'ailier fort[5] (intérieur[6]).

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et enfance[modifier | modifier le code]

Joakim Noah est né le 25 février 1985[5],[6] à New York[4],[6]. Il est le fils du chanteur et ancien joueur français de tennis Yannick Noah[5], vainqueur des Internationaux de France de tennis en 1983 et plusieurs années « personnalité préférée des Français »[10], et de la sculptrice[4] Cecilia Rodhe qui fut Miss Suède en 1978[5]. De ce fait, il est également le petit-fils de Zacharie Noah, joueur camerounais de football professionnel, vainqueur de la Coupe de France de football en 1961[4]. Sa grand-mère paternelle aurait aussi été joueuse amatrice de basket-ball au Cameroun. De son important métissage culturel, il se définit lui-même comme un « Viking africain »[11].

À partir de trois ans, il réside en France et joue notamment au Paris-Levallois Basket en benjamin[12].

Il retourne aux États-Unis à treize ans[13],[4]. Il a joué dans les équipes de basket-ball de plusieurs écoles d'enseignement secondaire, d'abord à l'École internationale des Nations Unies de New York à partir de treize ans[4]. Il a ensuite joué à la Poly Prep Country Day School de Brooklyn[1] à partir de quinze ans[4], puis à la Lawrenceville School de Lawrenceville dans le New Jersey[1]. Avec cette dernière, il remporte avec l'équipe de basket-ball le titre de l'État[4].

Il a côtoyé dans sa jeunesse le basketteur Patrick Ewing, ami de son père[13].

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Il rejoint en 2004, à dix-neuf ans, l'université de Floride et leur équipe de basket-ball des Gators de la Floride[4]. Pendant sa première saison (freshman) en 2004-2005, il participe à 29 matchs[7], obtenant une moyenne de 3,5 points[7], 2,5 rebonds[7] et 0,5 passes[7] pour 9,4 minutes de jeu par match[7] en saison régulière. Il est à l'époque barré dans l'équipe par le pivot David Lee, futur joueur NBA.

Joakim Noah chez les Gators de la Floride.

Encore peu connu, il « explose » pendant sa deuxième saison (sophomore) en 2005-2006. Il a remporté avec son équipe le tournoi de la Southeastern Conference et remporte la finale du Final Four NCAA 2006 face aux Bruins d'UCLA de l'université de Californie à Los Angeles. Il est nommé Most Outstanding Player du tournoi[14] et finit avec une moyenne de 14,2 points[7], 7,1 rebonds[7] et 2,1 passes[7] pour 24,9 minutes de jeu par match[7] en saison régulière, soit 39 matchs[7]. Lors de la finale, il a cumulé 16 points (7/9, dont 5 dunks), 9 rebonds, 3 passes décisives et 6 contres. Le précédent record de contres en finale NCAA était de 4 et remontait à 2001 par Loren Woods des Wildcats de l'Arizona[15]. Ce record de six contre est égalé par Anthony Davis lors de la finale du championnat 2012[16]. Ses records personnels sont alors de 37 points et 17 rebonds et ont été réalisés le 17 décembre 2006 contre la Florida Agricultural and Mechanical University.

La fédération française de basket-ball, qui le considère comme un bon espoir, évoque la possibilité d'entamer une procédure pour qu'il puisse jouer en équipe de France, puisqu'il a le choix entre les équipes américaine, suédoise et française.

Il est alors annoncé dans les dix premiers choix de la draft NBA en 2006 mais il choisit de rester à Florida une année supplémentaire, comme ses coéquipiers Al Horford et Corey Brewer, et de défendre son titre universitaire. Il se justifie en expliquant se sentir trop juste techniquement et physiquement pour passer professionnel, choix cependant rare pour un MOP[Note 1].

Lors de la saison 2007, les Gators repartent avec la même équipe. Avec une nouvelle victoire dans le Final Four[17], ils réalisent le doublé, exploit qui n'avait plus été réalisé depuis 1992 par l'université Duke avec Grant Hill. Cette victoire est obtenue avec le même cinq de départ que l'année 2006, exploit qui n'avait encore jamais été réalisé.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Joakim Noah faisant un contre.

2007-2008[modifier | modifier le code]

Joakim Noah a annoncé son souhait de participer à la draft NBA[18] et est choisi par les Bulls de Chicago en neuvième choix de la draft NBA 2007 qui se tient au Madison Square Garden à New York le 28 juin 2007[5],[19],[4]. Chicago avait obtenu ce choix de draft des Knicks de New York suite à une transaction incluant notamment Eddy Curry[7].

Il a signé un contrat de deux ans, avec une option pour une troisième et quatrième année, le 27 juillet 2007. Il touche 3,69 millions de dollars sur ces deux années[20]. Noah et ses ex-coéquipiers des Gators Corey Brewer et Al Horford, sont devenus le trio d'une même université le plus haut choisi dans l'histoire de la NBA. Horford a été choisi à la troisième place par les Hawks d'Atlanta et Brewer a été choisi au septième rang par les Timberwolves du Minnesota.

Cependant, ses débuts chez les Bulls sont difficiles, notamment en raison d'un mauvais départ en championnat de l'équipe et de médiocres statistiques personnelles en partie dues à son faible temps de jeu[21]. Le 2 janvier il marque 17 points, prend 6 rebonds et délivre 4 passes décisives (en ayant joué le quatrième quart-temps en entier) contre les Bobcats de Charlotte.

La première saison de Noah est un échec en raison de son faible impact, mais aussi de par un comportement considéré comme inapproprié pour un rookie, revendiquant une certaine liberté d'attitude et de paroles[22],[10]. En effet, Noah déclare à plusieurs reprises qu'il souhaite être un leader sur le terrain et dans les vestiaires. Cependant des retards répétés aux entraînements lui sont reprochés ce qui lui vaut de nombreuses amendes et quelques réprimandes publiques de la part de ses dirigeants[23]. De plus, il se dispute avec un assistant de l'entraîneur Jim Boylan le 11 janvier 2008, puis avec l'intérieur Ben Wallace, l'un de ses coéquipiers, lors d'un entraînement. Il est suspendu pour deux matchs par son équipe[24]. L'entraîneur Boylan déclare « On n'est plus à l'université ici. C'est la NBA, on est chez les pros et Joakim ne l'a pas démontré à plusieurs reprises récemment[25]. ». Néanmoins, au fil de sa carrière, Noah garde cette réputation de « grande gueule de la NBA »[10].

Lors du match contre les Wizards de Washington le 26 mars 2009.

2008-2009[modifier | modifier le code]

Durant sa seconde saison NBA, il progresse dans le jeu, mais ses statistiques restent cependant sobres : 6 points et 7 rebonds par match en saison régulière pour moins de 20 minutes de jeu. Il se révèle au premier tour des playoffs contre les Celtics de Boston en passant à 11 points et 13 rebonds par match, marquant le panier décisif du 6e match, sauvant son équipe de l'élimination[26].

Durant l’automne 2008, il reprend contact avec un de ses amis de New York, Alex Perris, qu'il a connu lors de son passage à l'École internationale des Nations Unies[27]. Ce dernier, pratiquant le culturisme, lui donne des conseils pour améliorer son régime alimentaire et l'adapter au sport de haut-niveau[27].

2009-2010[modifier | modifier le code]

Lors de sa troisième saison, Noah se fait remarquer aux rebonds. Le 16 novembre 2009, il devient le premier Français à mener le classement du meilleur rebondeur de la NBA en saison régulière[réf. nécessaire]. Le 23 décembre 2009, il est second de la ligue avec 12,2 prises par match[28] (contre 12,9 à Dwight Howard). Une semaine après avoir battu son record personnel avec 20 rebonds (dont 14 offensifs, contre les Nuggets), Noah en capte 21 le 22 décembre 2009 face aux Lakers[29].

Cet excellent début de saison permet à Noah de faire taire les critiques à l'image du journaliste Rick Morrissey du Chicago Sun qui mange littéralement un de ses anciens articles le critiquant. Le journaliste avait effectué la promesse de le faire si le joueur arrivait à beaucoup progresser[30],[22]. Il ne passe pas loin de la sélection au NBA All-Star Game[22]. Il finit la saison régulière avec des moyennes de 10,7 points et 11,0 rebonds. Noah réussit aussi 28 double-doubles mais manque 18 rencontres à cause d'une blessure au pied. À son retour de blessure, l'entraîneur Vinny Del Negro se dispute avec John Paxson, vice-président des Bulls, pour que Noah joue plus souvent[31]. Sa blessure l'oblige à jouer avec des piqûres de cortisone[32].

Le 25 avril, contre les Cavaliers de Cleveland, il est le premier joueur des Bulls à réussir un 20-20 en playoffs (plus de 20 dans deux catégories statistiques, avec ici, 20 points et 21 rebonds). Les Bulls sont éliminés par les Cavaliers en cinq rencontres et Noah prend en moyenne 13 rebonds par match.

2010-2011[modifier | modifier le code]

Nick Young, Carlos Boozer et Joakim Noah.

Pour la saison NBA 2010-2011, les Bulls, après avoir un temps recherché à signer deux des agents libres les plus en vue de l'intersaison (LeBron James, Dwyane Wade ou Chris Bosh, tous trois se retrouvant finalement au Heat de Miami)[33], se rabattent sur l'intérieur Carlos Boozer en provenance du Jazz de l'Utah pour l'associer à Noah[2]. Cela n'empêche cependant pas des spéculations sur un échange entre Noah et Carmelo Anthony des Nuggets de Denver[2],[34]. Noah fait l'impasse sur le championnat du monde 2010 pour faciliter la négociation et les Bulls font traîner en longueur les discussions[2]. Noah profite de l'inter-saison pour travailler les nouveaux systèmes de jeu du nouvel entraîneur Tom Thibodeau[32], réputé pour son jeu défensif[33]. Boozer se blesse lors de la pré-saison et dans le même temps, coïncidence ou non[34], Noah prolonge aux Bulls pour un contrat de 60 millions de dollars sur cinq ans[2] avec des bonus, malgré une conjoncture salariale en baisse dans la NBA[34]. Scottie Pippen, ancienne star des Bulls, avait notamment fait une déclaration en soutien à Noah vis-à-vis de l'échange avec Anthony[34]. L'entraîneur Tom Thibodeau souhaite faire du Français « sa pierre angulaire en défense »[34], n'hésitant pas à le comparer à l'ailier fort Kevin Garnett[35] malgré le fait que Noah affiche au cours de la saison une forte rivalité avec ce dernier[36]. Avec son nouveau contrat, il devient le sportif français le mieux payé[37]. Noah est désigné cocapitaine de l’équipe avec Derrick Rose, Carlos Boozer et Luol Deng[38].

Au moment où le retour de Boozer permet de démontrer le potentiel de l'association entre lui et Noah, Joakim se blesse le 27 novembre lors d'un match contre les Kings de Sacramento[39]. Il joue les neuf matches suivants avec une gêne mais sa déchirure d'un ligament du pouce droit l'oblige à finalement se faire opérer et à être indisponible au moins deux mois[39]. Coup dur pour les ambitions du club et du joueur, remplacé temporairement par Taj Gibson, Noah revient avant les playoffs, en février[40], après 31 matchs manqués. Contrairement aux attentes, la franchise n'a pas déjoué pendant son absence et est parvenue à conserver de bonnes statistiques[40]. Noah explique avoir notamment travaillé son tir pendant son absence et ses statistiques au rebond impressionnent.

Joakim Noah face à JaVale McGee.

À la fin de la saison régulière, au coude à coude avec les Spurs de San Antonio, les Bulls finissent à la première place du classement général avec un bilan de 62 victoires pour 20 défaites[41], notamment grâce à une bonne deuxième partie de saison à l'image du meneur Derrick Rose, futur meilleur joueur de la saison. Cela ne s'était pas vu depuis « l'ère Jordan » en 1998[41], d'autant que Thibodeau décroche lui aussi un titre de meilleur entraîneur de l'année. La première série de matchs des playoffs NBA 2011 se joue contre les Pacers de l'Indiana, seule équipe qualifiée avec plus de défaites que de victoires. Les Bulls l'emportent 4-1 avec des statistiques meilleures pour Joakim Noah qu'en saison régulière et suite à l'élimination des Pacers, Danny Granger, amer, s'est plaint de « coups de coude » du Français en mettant en cause sa façon de jouer[42]. Noah y répond en déclarant « je ne joue pas plus dur qu'un autre […] je ne cherche pas à blesser quelqu'un, juste à gagner »[42]. Lors du cinquième match contre les Pacers, le grand-père de Joakim, Zacharie Noah, avait fait le déplacement depuis le Cameroun[42]. La deuxième série des playoffs se joue contre les Hawks d'Atlanta et Joakim est complimenté par son entraîneur qui le décrit comme exemplaire[43]. Peu après, il est nommé dans la All-NBA Defensive Second Team et Chicago remporte la série 4-2, s'offrant donc une place en finale de la conférence Est face au Heat de Miami et son redouté trio Chris Bosh, LeBron James et Dwyane Wade. Lors du premier match gagné par les Bulls, James déclare que « Noah […] a fait très mal » aux joueurs du Heat, notamment par ses prises de rebonds offensifs[44]. Lors du troisième match de la série, Noah répond par une injure à caractère homophobe à un supporter de l'équipe adverse[45]. Il s'en excuse et reçoit une amende de 50 000 $, mais évite une suspension[45]. Finalement, les Bulls perdent la série 4-1 et Joakim Noah ne participe pas à sa première finale NBA.

2011-2012[modifier | modifier le code]

La saison NBA 2011-2012 est menacée de lock-out. Plusieurs joueurs français de NBA signent alors dans des clubs européens. Noah confie que s'il devait le faire aussi, ce serait au Paris-Levallois Basket où il a évolué plus jeune[12].

Le 22 février 2012, il réalise sa meilleure performance en match contre les Bucks de Milwaukee : 13 points, 13 rebonds et 10 passes. C'est son premier triple-double en carrière, le deuxième pour un Français après Boris Diaw. Avec 10 passes, il réalise son record personnel de passes[46],[47].

Les Bulls se qualifient pour les playoffs mais Derrick Rose se blesse lors du premier match de la série contre les 76ers de Philadelphie. Noah réussit une très bonne deuxième rencontre : 21 points, 8 rebonds, 5 passes décisives mais son équipe s'incline. Dans le 3e match, il se blesse à la cheville et sa saison s'arrête là[48]. Les Bulls perdent la série 4-2.

2012-2013[modifier | modifier le code]

Joakim Noah et Kevin Seraphin, autre joueur français en NBA.

La blessure contractée pendant les playoffs de la saison précédente, lui permet de travailler son tir à mi-distance. Ce travail porte ses fruits car Noah effectue plus de tirs à mi-distance et est plus précis. De plus, il progresse encore au rebond et au contre. Il est, fin janvier, classé parmi les cinq meilleurs rebondeurs et les dix contreurs de la NBA. Son implication dans le jeu des Bulls avec une plus grande présence dans le domaine offensif permet de palier en partie l'absence de Derrick Rose. Son coéquipier Carlos Boozer le compare à Dennis Rodman[49].

Lors du début de saison, le 18 décembre 2012, il réussit son deuxième triple-double en carrière en réussissant 11 points, 13 rebonds et 10 passes - égalant ainsi son record en carrière dans cette dernière statistique - face aux Celtics de Boston[50]. Ses statistiques par matchs, 12,1 points, 11,3 rebonds, 4,2 passes et 2,2 contres au 29 janvier 2013 en font un pivot très présent en NBA et un candidat potentiel pour le NBA All-Star Game 2013 qui se déroule le 17 février à Houston.

Pour la première fois de sa carrière, il est retenu en tant que All-Star. Présent avec Tony Parker des Spurs de San Antonio, c'est également la première fois que deux Français sont sélectionnés pour cet événement de la NBA.

Le 28 février 2013, contre Philadelphie, et en l'absence de Derrick Rose, il réussit un nouveau triple-double en marquant 23 points, prenant 21 rebonds et effectuant 11 contres (son record en carrière)[51].

Les Bulls terminent la saison régulière en 5e position de la conférence Est de NBA[52]. Au premier tour des playoffs, les Bulls affrontent les Nets de Brooklyn et Chicago s'en défait en sept matchs[52]. Pour la première fois de l'histoire de la franchise, une série de playoff est gagnée grâce à une victoire à l'extérieur[52]. Lors du septième match, Noah, diminué par une inflammation de la voûte plantaire au pied droit depuis plusieurs semaines, réussit une nouvelle prestation remarquée avec 24 points, 14 rebonds et 6 contres[52]. L'entraîneur Tom Thibodeau déclare alors que Noah est le « socle de [leur] jeu » et le « point d'ancrage en défense »[52]. Les Bulls sont défaits au deuxième tour des playoffs face au Heat de Miami et perdent la série 4 matchs à 1.

2013-2014[modifier | modifier le code]

Noah est sélectionné par les entraîneurs pour participer à son second All-Star Game, qui se déroule le 16 février à La Nouvelle-Orléans. Le 2 mars 2014, il réalise son cinquième triple-double en carrière, face aux Knicks de New York, avec 13 points, 12 rebonds et 14 passes décisives (record en carrière de passes)[53]. Il réalise quelques jours plus tard son sixième triple-double en carrière, le 5 mars 2014, face aux Pistons de Détroit avec 10 points, 11 rebonds et 11 passes décisives[54].

Le 21 avril 2014, il est officiellement nommé Defensive Player of the Year. Le 4 juin, il est nommé dans le cinq majeur de la saison régulière[55].

Équipe de France[modifier | modifier le code]

Joakim Noah et Nicolas Batum, autre joueur français finaliste de l'Euro 2011.

Après avoir été fait officiellement citoyen français en 2007[56] et avoir annoncé sa volonté de jouer en équipe de France, en juillet 2009 à Strasbourg, Noah participe à un tournoi de trois matches amicaux avec l'équipe de France (Autriche, Belgique et République tchèque), trois victoires où il marque en tout 37 points[6], avant de rejoindre la préparation de la prochaine saison NBA. Bien que sélectionné en équipe de France, il n'honore pas sa sélection pour le championnat du monde de basket-ball masculin 2010 dans l'attente de la négociation de son contrat avec les Bulls[32], tout en réaffirmant son intérêt pour participer aux Jeux olympiques d'été de 2012[57]. À l'été 2010, il est néanmoins approché par l'équipe des États-Unis de basket-ball, mais également l'équipe du Cameroun et l'équipe de Suède[32]. Si les équipes camerounaise et suédoise semblent avoir trop de retard pour s'imposer en compétition, l'équipe américaine n'apporte elle pas l'assurance d'une place à Noah à cause de la forte concurrence. Le choix de l'équipe de France semble donc logique avec des joueurs cadres jouant en NBA et un niveau élevé.

En février 2011, il s'estime « sûr » de participer au championnat d'Europe de basket-ball 2011 avec l'équipe de France et déclare que sa non participation au championnat du monde 2010 était « compréhensible »[58]. Il confirme également qu'une participation aux Jeux olympiques d'été de 2012 l'intéresse vraiment et que cela n'est possible que si l'équipe de France se qualifie[58]. Il espère de plus gagner de l'expérience en compétition internationale[58].

Joakim Noah défendant sur Pau Gasol lors de l'eurobasket2011
Joakim Noah défendant sur Pau Gasol lors de l'eurobasket2011

En mai 2011, Tony Parker, un des cadres de l'équipe de France, déclare « [qu']en Europe, Noah est ce qu'il nous manque », insistant sur sa « présence à l'intérieur »[59]. Le poste de pivot est en effet un point faible traditionnel de l'équipe mais devrait être stabilisé avec Noah et Ronny Turiaf[60]. Peu après, le sélectionneur de l'équipe de France, Vincent Collet, sélectionne Joakim Noah dans une liste provisoire de vingt-quatre joueurs pour le championnat d'Europe de basket-ball 2011[61]. Il indique cependant que Noah sera bien dans l'équipe définitive qui ira à l'Euro, bien que la question de l'assurance n'est pas encore réglée[60] et une éventuelle blessure possible lors des playoffs. Le 14 juin, Noah fait partie d'une nouvelle sélection qui deviendra finale après un stage préparatoire. En juillet, en France, les examens effectués dans le cadre de la préparation à la compétition révèle des séquelles d’une ancienne blessure à la cheville, blessure occasionnée lors des playoffs NBA[62]. Indisponible plusieurs semaines, il retourne se soigner aux États-Unis[63]. Son retour a l'entrainement a lieu le 6 août et il joue quelques minutes le 8 août contre l'Espagne où il marque 6 points[64]. Il participe au tournoi London prepares que l'équipe de France remporte, avec 7,4 points et 8,4 rebonds de moyenne[65].

L'équipe de France est finaliste au championnat d'Europe de basket-ball 2011 et se qualifie ainsi pour les Jeux olympiques d'été de 2012. En juillet 2012, Noah annonce qu'il n'ira pas aux Jeux olympiques de Londres à cause d'une blessure à la cheville gauche datant de mai[48]. La manière dont il a géré la guérison de sa cheville (sorties en boîte de nuit, recours à la naturopathie, refus de voir les médecins de l'équipe de France) est critiquée[66],[67].

Joakim Noah ne participe pas non plus au championnat d'Europe de basket-ball 2013 en Slovénie (gagné par l'équipe de France) à cause de sa blessure[68].

En février 2014, il annonce qu'il ne participera pas au Championnat du monde 2014[69] mais qu'il reste « mobilisé » pour les Jeux olympiques d'été de 2016[70]. Le 16 mai 2014, lors de l'annonce de la liste des vingt-quatre joueurs pré-sélectionnés pour la participation à la Coupe du monde 2014 en Espagne, son absence à la compétition est confirmée[71].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Joakim Noah est connu pour son jeu défensif. Il capte de nombreux ballons au rebond, il est aussi un bon contreur. Il est un joueur peu offensif mais il n'est pas rare qu'il termine un match avec plus de 10 points, ce qui se traduit sur ses statistiques par de nombreux double-doubles.

Son style de tir est très caractéristique et peu académique et il marque très près du panier voir souvent au dunk. Cependant, son taux de lancer franc est assez bon pour un pivot (il tourne autour des 75 % en saison). Il lui arrive aussi de marquer des tirs à mi-distance. Il faut aussi noter que depuis ses débuts en NBA, il n'a jamais marqué de 3 points.

Une de ses très grande qualités est aussi son sens du collectif, son jeu de passes qui est proche de celui d'un arrière lui permet de bien distribuer le jeu. C'est pour ça qu'il n'est pas rare qu'il termine un match avec des statistiques de passes supérieures à la moyenne des intérieurs (pivot ou ailier fort).

Sa deuxième qualité est sa mobilité qui, combinée avec son altruisme, fait de lui un atout pour le jeu de Derrick Rose. En effet, Noah est utilisé pour créer des écrans, cela permet aux autres joueurs de s’éloigner de l'adversaire (et d'avoir un champ de tir plus dégagé) ou de bouger plus facilement pour atteindre le panier (technique souvent utilisée par Derrick Rose). Son absence sur blessure fin 2010-début 2011 révèle son rôle important au rebond offensif mais surtout son apport offensif, en particulier la menace du pick and roll qu'il créé en permanence et qui libère de l'espace pour les tireurs à trois points[72].

Son association avec Carlos Boozer, un ailier fort offensif et marqueur donne au secteur intérieur des Bulls de Chicago, une puissance des deux côtés d'un terrain. Noah s'occupant plus de la défense et des rebonds alors que Boozer s'occupe quant à lui plus de tirer ou de gêner les adversaires.

Son énergie et son sens collectif en font un homme très apprécié de ses coéquipiers de NBA comme de l’équipe de France.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Joakim Noah est diplômé d'anthropologie[5] et s'intéresse aux religions[13]. Il parle couramment français[5], suédois et anglais et s'intéresse à l'arabe[13]. Noah partage son temps entre Chicago et la Floride. Il est un grand fan de la musique de Bob Marley[5] et de l'Arsenal Football Club[73]. Durant sa jeunesse, il était également fan des Knicks de New York.

Joakim Noah et Derrick Rose après une partie de basket-ball avec le président Obama en août 2010

Il est impliqué dans diverses œuvres caritatives, notamment à destination des jeunes de la région de Chicago[5]. Il a fondé sa propre fondation, la Noah's Arc Foundation en référence à l'Arche de Noé, dont la mission consiste à guider les jeunes vers l'autonomie à travers le sport et les arts[5]. Véritable compétiteur, il déteste perdre[4] et considère son père comme son meilleur ami[4]. Sa mère lui a transmis sa culture artistique[4].

Depuis 2007[74], il est sponsorisé par la marque française Le coq sportif dont il porte l'équipement[75]. Son père étant également sponsorisé par la marque, ils apparaissent notamment ensemble dans une mini-série internet intitulée Combat de coqs réalisée par Isabelle Camus, nouvelle compagne de Yannick.

Le 25 mai 2008, en vacances en Floride, il est arrêté par la police locale de Gainesville pour avoir ouvert une bouteille d'alcool sur la voie publique. Après une fouille, la police trouve sur lui une cigarette de marijuana[22],[76]. Le soir, il est arrêté par la police pour excès de vitesse au volant d'un véhicule. La police remarque de plus qu'il ne porte pas de ceinture et que son permis est suspendu[77]. Comme son casier judiciaire est vierge, il est condamné à une amende de 200 dollars[78].

À l'été 2010, il participe à une rencontre sportive privée avec d'autres stars NBA autour du président américain Barack Obama à l'occasion de l'anniversaire de ce dernier[79],[32].

En juin 2011, Joakim Noah fait une apparition dans le clip de Congé Récession, chanson du rappeur MC Wack[réf. à confirmer][80].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Universitaire[modifier | modifier le code]

Club professionnel[modifier | modifier le code]

Sélection nationale[modifier | modifier le code]

Distinctions individuelles[modifier | modifier le code]

Universitaire[modifier | modifier le code]

NBA[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Professionnelles en saison régulière[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant présente les statistiques individuelles de Joakim Noah pendant sa carrière professionnelle en saison régulière[7],[84].

S F J T MJ MJPM PTS PPM PR PT PR% 3PR 3PT 3PR% LFr LFT LFR% RO RT TR RPM PD PDPM I C TOV PF
2007-2008 Bulls 74 31 1 534 20,7 488 6,6 177 367 .482 0 1 .000 134 194 .691 174 242 416 5,6 84 1,1 68 64 89 173
2008-2009 Bulls 80 55 1 938 24,2 537 6,7 207 372 .556 0 1 .000 123 182 .676 244 362 606 7,6 106 1,3 49 110 82 238
2009-2010 Bulls 64 54 1 925 30 687 10,7 262 520 .504 0 0 - 163 219 .744 220 485 705 11,0 132 2,1 32 100 117 198
2010-2011 Bulls 48 48 1 576 32,8 561 11,7 211 402 .525 0 1 .000 139 188 .739 182 316 498 10,4 107 2,2 48 72 90 156
2011-2012 Bulls 64 64 1 945 30,4 652 10,2 249 490 .508 0 1 .000 154 206 .748 242 387 629 9,8 160 2,5 41 92 92 162
2012-2013 Bulls 66 64 2 426 36,8 784 11,9 303 630 .481 0 5 .000 178 237 .751 260 473 733 11,1 262 4,0 78 141 176 185
2013-2014 Bulls 80 80 2 820 35,3 1 007 12,6 380 800 .475 0 2 .000 247 335 .737 282 618 900 11,3 431 5,4 99 121 194 245
Total 476 396 14 164 29,8 4 716 9,9 1 789 3 581 .500 0 11 .000 1 138 1 561 .729 1 604 2 882 4 486 9,4 1 282 2,7 415 700 840 1 357
All-Star Game 2 0 37 18,0 16 8,0 8 12 .667 0 0 .000 0 0 .000 3 12 15 7,5 8 4,0 1 1 2 3

Professionnelles en playoffs[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant présente les statistiques individuelles de Joakim Noah pendant sa carrière professionnelle en playoffs

S F J T MJ MJPM PTS PPM PR PT PR% 3PR 3PT 3PR% LFR LFT LFR% RO RD TR RPM PD PDPM I C TOV PF
2009 Bulls 7 7 271 38,7 71 10,1 26 51 .556 0 0 .000 19 25 .760 28 64 92 13,1 16 2,3 6 15 8 31
2010 Bulls 5 5 188 37,6 74 14,8 28 53 .504 0 0 .000 18 19 .947 20 45 65 13,0 13 2,6 9 7 15 20
2011 Bulls 16 16 529 33,1 139 8,7 51 124 .411 0 0 .000 37 51 .725 68 95 163 10,2 40 2,5 16 33 19 63
2012 Bulls 3 3 99 33 45 15,0 19 26 .731 0 0 .000 7 11 .636 9 19 28 9,3 9 3,0 2 4 1 5
2013 Bulls 12 12 409 34,1 129 10,8 52 119 .437 0 0 .000 25 39 .641 52 63 115 9,6 28 2,3 10 26 24 43
2014 Bulls 5 5 210 42,0 52 10,4 21 41 .512 0 0 .000 10 17 .588 15 49 64 12,8 23 4,6 5 7 19 19
Total 48 48 3 412 35,5 510 10,6 197 414 .476 0 0 .000 116 162 .716 192 335 527 11,0 129 2,7 48 92 86 181

Records personnels sur une rencontre de NBA[modifier | modifier le code]

Les records personnels de Joakim Noah, officiellement recensés par la NBA sont les suivants[85] :

Joakim Noah en février 2011.
Type statistique Saison régulière Playoffs
Record Adversaire Date Record Adversaire Date
Points en un match 30 @ Pistons de Détroit 7 décembre 2012 25 @ Cavaliers de Cleveland 19 avril 2010
Paniers marqués en un match 12 @ Pistons de Détroit 7 décembre 2012 12 @ Nets de Brooklyn 4 mai 2013
Paniers tentés en un match 19 3 fois 18 2 fois
Paniers à 3 points réussis
Paniers à 3 points tentés 1 11 fois
Lancers francs réussis 11 2 fois 8 Pacers de l'Indiana 26 avril 2011
Lancers francs tentés 13 2 fois 9 Pacers de l'Indiana 26 avril 2011
Rebonds offensifs 14 Lakers de Los Angeles 15 décembre 2009 9 Nets de Brooklyn 2 mai 2013
Rebonds défensifs 17 @ Knicks de New York 22 décembre 2009 16 Wizards de Washington 29 avril 2014
Rebonds totaux 23 @ Pistons de Détroit 7 décembre 2012 20 Cavaliers de Cleveland 25 avril 2010
Passes décisives 14 Knicks de New York 2 mars 2014 7 Wizards de Washington 29 avril 2014
Interceptions 5 Kings de Sacramento 31 octobre 2012 3 4 fois
Contres 11 76ers de Philadelphie 28 février 2013 6 @ Nets de Brooklyn 4 mai 2013
Balles perdues 9 Knicks de New York 8 décembre 2012 7 @ Cavaliers de Cleveland 27 avril 2010
Minutes jouées 50 Pelicans de La Nouvelle-Orléans 2 décembre 2013 46 Wizards de Washington 22 avril 2014

Salaires[modifier | modifier le code]

Année Équipe Salaire
2007-2008 Bulls 2 135 400 $
2008-2009 Bulls 2 295 480 $
2009-2010 Bulls 2 455 680 $
2010-2011 Bulls 3 128 536 $
2011-2012* Bulls 12 000 000 $
2012-2013 Bulls 11 300 000 $
2013-2014 Bulls 11 100 000 $
Total Gains 44 415 096 $
2014-2015 Bulls 12 200 000 $
2015-2016 Bulls 13 400 000 $

Note : * En 2011, le salaire moyen d'un joueur évoluant en NBA est de 5 150 000 $[87].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le dernier MOP du Final Four à refuser les avances de la ligue professionnelle était Miles Simon en 1998.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « Prospect profile: Joakim Noah », sur nba.com, National Basketball Association (consulté le 21 mai 2010)
  2. a, b, c, d et e Thomas Pisselet, « Noah touche le jackpot », Sports.fr,‎ 4 octobre 2010 (consulté le 4 octobre 2010)
  3. POUR NOAH ET PETRO, ÇA PEUT PIVOTER CETTE ANNÉE, L'Équipe, octobre 2008.
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m (en) « Joakim Noah’s Bio », sur Noah’s Arc Foundation (consulté le 6 octobre 2010)
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o (en) « Joakim Noah: Bio », sur nba.com, National Basketball Association (consulté le 20 mai 2010)
  6. a, b, c, d, e et f « Fiche de Joakim Noah », Fédération française de basket-ball (consulté le 20 octobre 2010)
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q (en) « Joakim Noah », sur basketball-reference.com (consulté le 7 octobre 2010)
  8. Annonce de la naturalisation de Joakim Noah, lequipe.fr
  9. a, b et c « Fiche de Joakim Noah », Fédération française de basket-ball (consulté le 20 octobre 2010)
  10. a, b et c Barbara Youinou, « Noah, la grande gueule de la NBA », France-Soir,‎ 17 mai 2011 (consulté le 20 mai 2011)
  11. « Basket-ball : la NCAA aux couleurs du Cameroun », sur camlions.com, Camlions,‎ 5 avril 2006 (consulté le 21 mai 2010)
  12. a et b « Joakim Noah au Paris Levallois ? », sur 20minutes.fr,‎ 23 septembre 2011 (consulté le 23 septembre 2011)
  13. a, b, c et d « Joakim Noah », Gators de la Floride (consulté le 4 octobre 2010)
  14. Lequipe.fr, « Joakim Noah Champion »,‎ 2006 (consulté le 8 avril 2010)
  15. (en) Malcolm Moran, « Noah no longer feels pressure after national title run », sur usatoday.com,‎ 5 avril 2006 (consulté le 1er juillet 2012)
  16. (en) « Kentucky-Kansas Postgame Notes », sur ukathletics.com,‎ 3 avril 2012 (consulté le 1er juillet 2012)
  17. Lequipe.fr, « Florida-Ohio State : 84-75 »,‎ 3 avril 2007 (consulté le 23 avril 2010)
  18. Lequipe.fr, « Noah se lance en NBA »,‎ 5 avril 2007 (consulté le 23 avril 2010)
  19. « Draft NBA 2007 », sur www.nba.com (consulté le 8 avril 2010)
  20. « Basket - NBA - Noah officiellement aux Bulls »
  21. « Le vague à l'âme de Joakim Noah », sur Le Monde,‎ 29 novembre 2007
  22. a, b, c et d « Joakim Noah prêt à franchir un cap », NBA, Le Parisien,‎ 24 octobre 2010 (consulté le 25 octobre 2010)
  23. « Actu NBA : Noah suspendu un second match, mais par ses co-équipiers », Basketball.com,‎ 14 janvier 2008 (consulté le 2 mai 2009)
  24. (en) « Coach calls confrontation between Noah, Wallace no big deal », sur ESPN,‎ 17 janvier 2008
  25. « Noah lâché par ses équipiers », sur 20 minutes,‎ 15 janvier 2008
  26. « Noah, Monsieur 1000 volts ! », L'équipe,‎ 1er mai 2009 (consulté le 2 mai 2009)
  27. a et b (en) Lee Jenkins, « The Fire Inside », Sports Illustrated,‎ 8 novembre 2010 (consulté le 11 décembre 2010)
  28. « 2009-10 REBOUNDING LEADERS : Rebounds Per Game », NBA.com,‎ 23 décembre 2009 (consulté le 23 décembre 2009)
  29. « Noah : 21 rebonds en vain », L'Équipe,‎ 23 décembre 2009 (consulté le 23 décembre 2009)
  30. « Après les perf’ de Joakim Noah, un journaliste mange ses anciens articles », sur basketusa.com,‎ 11 novembre 2009 (consulté le 25 octobre 2010)
  31. (en) « Rising star: Bulls' Joakim Noah among NBA's most improved », USA Today,‎ 26 avril 2010
  32. a, b, c, d et e « Noah: "Les Américains m'ont contacté!" », Le Journal du dimanche,‎ 18 Septembre 2010 (consulté le 18 octobre 2010)
  33. a et b Christophe Remise, « Bulls, l'ambition retrouvée », Le Figaro,‎ 17 octobre 2010 (consulté le 20 octobre 2010)
  34. a, b, c, d et e Guillaume Loisy, « Le jackpot pour Noah », Le Figaro,‎ 4 octobre 2010 (consulté le 4 octobre 2010)
  35. « Tom Thibodeau voit du Garnett en Joakim Noah », sur basketsession.com,‎ 30 septembre 2010 (consulté le 19 octobre 2010)
  36. « Garnett punit Noah », Le Figaro,‎ 4 décembre 2010 (consulté le 10 décembre 2010)
  37. « Joakim Noah, sportif français le mieux payé », Le Progrès,‎ 5 octobre 2010 (consulté le 5 octobre 2010)
  38. (en) K.C. Johnson, « Bulls name Rose, Noah, Boozer, Deng captains », Chicago Tribune,‎ 27 octobre 2010 (consulté le 11 décembre 2010)
  39. a et b AFP, « Joakim Noah opéré d'un pouce et absent au moins deux mois », Le Parisien,‎ 16 décembre 2010 (consulté le 18 décembre 2010)
  40. a et b François Kulawik, « Noah sur le retour », Sports.fr,‎ 7 février 2011 (consulté le 8 février 2011)
  41. a et b « Chicago termine devant San Antonio », sur sport.fr,‎ 14 avril 2011 (consulté le 14 avril 2011)
  42. a, b et c « Les Bulls en finissent », sur sport.fr,‎ 27 avril 2011 (consulté le 27 avril 2011)
  43. « Bulls-Thibodeau: "Noah est en mission" », sur sport.fr,‎ 8 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  44. « Les Bulls écrasent Miami », sur sports.fr,‎ 16 mai 2011 (consulté le 20 mai 2011)
  45. a et b « Noah mis à l'amende malgré ses excuses », sur rtbf.be,‎ 23 mai 2011 (consulté le 24 mai 2011)
  46. « Match Chicago vs. Milwaukee Bucks »,‎ 22 février 2012 (consulté le 22 février 2012)
  47. Emmanuel Laurin, « Joakim Noah signe son premier triple double pour écraser les Milwaukee Bucks », sur basketusa.com,‎ 23 février 2012 (consulté le 12 décembre 2012)
  48. a et b « Basket : Joakim Noah n'ira pas aux JO de Londres », Le Monde,‎ 4 juillet 2012
  49. « NBA : Joakim Noah, "un monstre à la Dennis Rodman" », Eurosport,‎ 29 janvier 2013
  50. (en) « Joakim Noah's triple-double carries Bulls vs. Celtics », sur usatoday.com,‎ 19 décembre 2012
  51. Yann Casseville, « Nuit NBA : L'énorme triple-double de Joakim Noah », Basket News,‎ 1er mars 2013
  52. a, b, c, d et e « NBA, playoffs: Joakim Noah dévore Brooklyn et envoie Chicago en demi-finale », sur Eurosport,‎ 5 mai 2013
  53. Fabrice Auclert, « Triple double : Joakim Noah derrière Michael Jordan et Scottie Pippen », sur basketusa.com,‎ 2 mars 2014
  54. Jonathan Demay, « Detroit – Chicago : 2ème triple double de la semaine pour Joakim Noah ! », sur basketusa.com,‎ 6 mars 2014
  55. Noah dans le premier cinq majeur de la saison régulière, www.lequipe.fr, 4 juin 2014.
  56. « FRA - Noah cleared to play for France », FIBA,‎ 10 août 2007 (consulté le 4 octobre 2010)
  57. « Noah «ne peut pas tout gâcher» », L'Équipe,‎ 9 août 2010 (consulté le 10 août 2010)
  58. a, b et c « Joakim Noah: "C'est sûr, je viens" à l'Euro », Le Point,‎ 25 février 2011 (consulté le 26 février 2011)
  59. « En Europe, Noah est ce qu'il nous manque », sur eurosport.fr,‎ 18 mai 2011 (consulté le 20 mai 2011)
  60. a et b « L’équipe est dans mon esprit », sur eurosport.fr,‎ 20 mai 2011 (consulté le 21 mai 2011)
  61. AFP, « Euro 2011 de basket: Noah et Beaubois en équipe de France », sur lepoint.fr,‎ 20 mai 2011 (consulté le 20 mai 2011)
  62. « Équipe de France. Joakim Noah privé d’Euro de basket ? », sur ouest-france.fr,‎ 20 juillet 2011 (consulté le 30 juillet 2011)
  63. « Basketball Euro 2011 - Noah, le doute persiste », sur eurosport.fr,‎ 28 juillet 2011
  64. Les Bleus prennent une leçon, Sport 24, 8 août 2011.
  65. Les Bleus reçus 5 sur 5, Sport 24, 22 août 2011.
  66. « J. Noah, les coulisses d’un forfait », RMC Sport,‎ 4 juillet 2012
  67. « Malaise autour du forfait de Joakim Noah », Métro France,‎ 6 juillet 2012
  68. « Toujours sans Noah ! », sports.fr,‎ 24 juin 2013
  69. Gabriel Pantel-Jouve, « Joakim Noah annonce qu’il ne jouera pas le Mondial 2014 », catch-and-shoot.com,‎ 14 février 2014
  70. Alexandre Lacoste, « Joakim Noah toujours « mobilisé » pour le projet Rio 2016 », catch-and-shoot.com,‎ 18 février 2014
  71. Arnaud Gelb, « Équipe de France : une liste des 24 sans Tony Parker », sur basketusa.com,‎ 16 mai 2014
  72. (en) Zach Lowe, « The Bulls miss Noah most on … offense? », Sports Illustrated,‎ 13 janvier 2011
  73. Andy Exley, « Grammy Gunner », Arsenal Football Club (consulté le 4 octobre 2010)
  74. « Joakim Noah rejoint Le Coq Sportif », sur mes-chaussures.com,‎ 13 novembre 2007 (consulté le 19 octobre 2010)
  75. « Joakim Noah Pro Model « Frenchie » », Blog Le coq sportif,‎ 3 août 2010 (consulté le 19 octobre 2010)
  76. « NBA: Joakim Noah arrêté pour possession de drogue », sur AFP,‎ 25 mai 2008
  77. (en) « Noah agrees to fees to settle weekend legal woes », sur USA Today,‎ 28 mai 2008
  78. « Sanction clémente pour J. Noah », L'Équipe,‎ 29 mai 2008 (consulté le 20 avril 2009)
  79. « Joakim Noah rencontre Barack Obama », Actustar.com,‎ 10 août 2010 (consulté le 10 août 2010)
  80. (fr) [vidéo] Visionner la vidéo sur YouTube
  81. Fabrice Auclert, « Joakim Noah, meilleur défenseur de l’année », sur basketusa.com,‎ 21 avril 2014
  82. Noah dans le premier cinq majeur de la saison régulière, www.lequipe.fr, 4 juin 2014.
  83. Le meilleur cinq défensif sans LeBron James, www.lequipe.fr, 2 juin 2014.
  84. (en) « Joakim Noah », sur www.databasebasketball.com (consulté le 10 mai 2011).
  85. (en) « Joakim Noah : Career Stats and Totals », sur nba.com (consulté le 30 avril 2014)
  86. « Fiche de Joakim Noah sur Nba.com » (consulté le 23 février 2012)
  87. « Salaires moyen NBA », sur basketusa.com (consulté le 9 février 2014)