Artis Gilmore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gilmore.
Artis Gilmore Portail du basket-ball
Artis Gilmore.jpg
Artis Gilmore
Fiche d’identité
Naissance 21 septembre 1949 (64 ans)
Chipley
Taille 2,18 m (7 2)
Surnom The A-Train
Situation en club
Poste pivot
Carrière universitaire ou amateur
1967–1969
1969–1971
Gardner–Webb Runnin' Bulldogs
Jacksonville Dolphins
Draft NBA
Année 1971
Position 117e
Franchise Chicago Bulls
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1971-1972
1972-1973
1973-1974
1974-1975
1975-1976
1976-1977
1977-1978
1978-1979
1979-1980
1980-1981
1981-1982
1982-1983
1983-1984
1984-1985
1985-1986
1986-1987
1987-1988
1987-1988
1988-1989
Kentucky Colonels
Kentucky Colonels
Kentucky Colonels
Kentucky Colonels
Kentucky Colonels
Chicago Bulls
Chicago Bulls
Chicago Bulls
Chicago Bulls
Chicago Bulls
Chicago Bulls
San Antonio Spurs
San Antonio Spurs
San Antonio Spurs
San Antonio Spurs
San Antonio Spurs
Chicago Bulls
Boston Celtics
Bologne Arimo
23,8
20,8
18,7
23,6
24,6
18,6
22,9
23,7
17,8
17,9
18,5
18,0
15,3
19,1
16,7
11,4
4,2
3,5
-
Basketball Hall of Fame 2011

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.

Artis Gilmore, né le 21 septembre 1949 à Chipley (Floride), est un ancien joueur américain de basket-ball ayant évolué en American Basketball Association puis en National Basketball Association.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les Débuts[modifier | modifier le code]

Sa carrière universitaire commence au Gardner-Webb Junior College puis à Jacksonville University, conduisant alors les Dolphins de Jacksonville à la finale NCAA en 1970. Durant ses deux années en NCAA il possédait une moyenne d'au moins 20 points et 20 rebonds par match. Sa moyenne de 22,7 rebonds par match sur sa carrière universitaire est d'ailleurs un record en NCCA Division I.

American Basketball Association[modifier | modifier le code]

Il entame ensuite sa carrière professionnelle avec les Kentucky Colonels en American Basketball Association (ABA) et accompagne le destin de l'équipe de Louisville jusqu'à la disparition de la ligue en 1976. Sa saison rookie, en 1972, est marquée par les titres de Rookie of the Year, meilleur débutant de l'année, mais également de Most Valuable Player, meilleur joueur de la ligue[1]. Il est le meilleur rebondeur de la ligue, tant au nombre de rebonds pris avec 1 491 qu'à la moyenne, 17,8 et le meilleur contreur avec 422[1]. Il est également le deuxième joueur le plus utilisé avec 43 minutes 6 derrière Rick Barry[1].

Au total, il dispute cinq saisons en ABA, figurant à chaque fois dans le premier cinq de la ligue[2]. Il figure également à quatre reprises dans le meilleur cinq défensif[3],,[4]. Il termine les cinq saisons en tête du classement des rebondeurs[5] ce qui lui permet de figurer eu second rang de l'histoire au nombre de rebonds pour la ligue avec 7 169 derrière Mel Daniels[6]. Il est également le meilleur contreur de l'histoire de la ligue avec 1 431[7]. Son nombre de points en ABA, 9 362 le place au dix-septième rang de l'histoire de la ligue[5].

National Basketball Association[modifier | modifier le code]

La disparition de la ABA engendre une dispersal draft, une draft pour recruter les différents joueurs des équipes défuntes, afin de rejoindre la NBA. Gilmore est choisi comme 1er choix par les Chicago Bulls. Pour sa première saison dans cette nouvelle ligue, il termine au troisième rang du classement des rebondeurs derrière Kareem Abdul-Jabbar et Moses Malone avec 1 070 prises soit une moyenne de 13 par matchs. Il est également quatrième du classement des contres avec 203[8]. La saison suivante, il termine respectivement quatrième et cinquième des classements des rebondeurs et des contreurs[9] et obtient une place dans le second cinq défensif de la NBA[3]. Il dispute également le NBA All-Star Game 1978 avec la sélection ouest, rencontre où il inscrit 10 points, capte deux rebonds et réussit 2 contres[10]. Il termine à quatre reprises avec le meilleur pourcentage de réussite au tir, depuis la saison 1980-1981 jusqu'à la saison 1983-1984[5].

Il continue de figurer les années suivantes - sauf en 1979-1980 où il ne dispute que 59 rencontres de saison régulière - dans le Top 10 des classements du nombre de rebonds et de contres. Il figure parmi les meilleurs joueurs de ces statistiques jusqu'à la saison 1984-1985 comprise. Il reste avec les Bulls jusqu'en 1982 avant de rejoindre les San Antonio Spurs avec qui il joue jusqu'en 1987. Il finit sa carrière NBA avec une ultime saison disputéen en partie avec les Bulls - 24 matchs - puis avec les Boston Celtics.

Il rejoint ensuite l'Italie est le Bologne Arimo.

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Au total, Artis Gilmore est élu à cinq reprises dans les meilleures équipes de la saison, en 1971-1972, 1972-1973, 1973-1974, 1974-1975 et 1975, quatre fois dans la meilleure équipe défensive de 1973 à 1976 et une fois dans le second cinq défensif.

Il est désigné meilleur joueur de l'American Basketball Association lors de sa première année professionnelle, cumulant ainsi les titres de MVP et de rookie de l'année.

Il participe à onze All-Star Game, les cinq premiers en ABA remportant le titre de ABA All-Star Game MVP lors de la saison 1973-1974[5].

Artis détient aujourd'hui encore la meilleure moyenne au pourcentage de réussite aux tirs de l'histoire de la NBA avec 59,9 % de réussite[11]. Toutefois, il est devancé par Shaquille O'Neal dans cette statistique en prenant en compte sa carrière en ABA.

À l'issue de la saison NBA 2010-2011, il figure toujours au cinquième rang du classement des rebondeurs, NBA et ABA compris, avec 16 330 prises[12] et quatrième du classement des contreurs avec 3 178[13].

En 2011, il est introduit au Basketball Hall of Fame[14].

Clubs[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « 1971-72 ABA Season Summary », sur basketball-reference.com (consulté le 27 août 2011)
  2. (en) « All-NBA & All-ABA Teams », sur basketball-reference.com (consulté le 27 août 2011)
  3. a et b (en) « NBA & ABA All-Defensive Teams », sur basketball-reference.com (consulté le 27 août 2011)
  4. Lors de sa première année dans la ligue, en 1971-1972, celle-ci ne désignait pas encore d'équipe défensive de l'année.
  5. a, b, c et d (en) « Artis Gilmore », sur basketball-reference.com (consulté le 27 août 2011)
  6. (en) « NBA & ABA Career Leaders and Records for Total Rebounds » (consulté le 27 août 2011)
  7. (en) « NBA & ABA Career Leaders and Records for Blocks », sur basketball-reference.com (consulté le 27 août 2011)
  8. (en) « 1976-77 NBA Leaders », sur basketball-reference.com (consulté le 27 août 2011)
  9. (en) « 1977-78 NBA Leaders », sur basketball-reference.com (consulté le 27 août 2011)
  10. (en) « 1978 NBA All-Star Game Box Score East 133, West 125 », sur basketball-reference.com (consulté le 27 août 2011)
  11. (en) « NBA & ABA Career Leaders and Records for Field Goal Pct », sur basketball-reference.com (consulté le 27 août 2011)
  12. (en) « NBA & ABA Career Leaders and Records for Total Rebounds », sur basketball-reference.com (consulté le 27 août 2011)
  13. (en) « NBA & ABA Career Leaders and Records for Blocks », sur basketball-reference.com (consulté le 27 août 2011)
  14. (en) « Dennis Rodman, Chris Mullin into Hall », sur espn.go.com,‎ 5 avril 2011 (consulté le 27 août 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]