Johan Petro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Johan Petro Portail du basket-ball
Johan Petro 2009.jpg
Johan Petro en 2009
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 27 janvier 1986 (28 ans)
Paris, France
Taille 2,13 m (7 0)
Poids 112 kg (246 lb)
Situation en club
Club actuel Drapeau : France Limoges CSP
Numéro 27, 10
Poste Pivot
Carrière universitaire ou amateur
2002-2003 Centre fédéral
Draft NBA
Année 2005
Position 25e
Franchise SuperSonics de Seattle
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
2003-2004
2004-2005
2005-2006
2006-2007
2007-2008
2008-2009
2009
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012-2013
2013
2014
Pau-Orthez
Pau-Orthez
SuperSonics de Seattle
SuperSonics de Seattle
SuperSonics de Seattle
Thunder d'Oklahoma City
Nuggets de Denver
Nuggets de Denver
Nets du New Jersey
Nets du New Jersey
Hawks d'Atlanta
Zhejiang Guangsha Lions
Limoges
02,9
06,1
05,2
06,2
06,0
04,6
02,2
03,4
03,5
04,2
03,5
13,5
06,9
Sélection en équipe nationale **
2006- Drapeau : France France (25 sél.) 116

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Johan Petro est un joueur français de basket-ball né le 27 janvier 1986 à Paris. Il mesure 2,13 mètres pour 112 kg. Il remporte le Championnat d'Europe 2013 avec l'équipe de France.

Jeunesse et débuts en Guadeloupe[modifier | modifier le code]

Né le 27 janvier 1986 à Paris où vit sa famille, Johan Petro quitte la métropole pour aller à l'école à Saint-Martin suite à la mutation de son père qui travaille chez EDF. Il reste scolarisé à Marigot pendant trois ans jusqu'à une nouvelle mutation de son père en Guadeloupe. Johan et sa famille partent alors vivre à Pointe-à-Pitre où ses parents décident de l'inscrire au Baie-Mahault Basket-ball Club (BMBC).

Trois mois plus tard, il part avec le BMBC et la ligue de basket-ball de Guadeloupe en stage à Pacé. Des dirigeants de clubs présents remarquent ce jeune de 13 ans et demi et il est admis au Centre fédéral où il est suivi par Patrick Cham. Petro dispute en 2002-2003 le championnat de Nationale 1. Il finit meilleur rebondeur et MVP du championnat, tournant à 11,6 points et 6,1 rebonds de moyenne. Il rejoint ensuite Pau-Orthez en Pro A[1].

Carrière professionnelle en club[modifier | modifier le code]

Débuts à Pau[modifier | modifier le code]

L'année 2004 est une période faste pour Petro. Il remporte ainsi le Trophée du Futur avec l'équipe Espoirs, ainsi que le titre de champion de France en Pro A, malgré un faible temps de jeu octroyé par Didier Gadou[2]. Il participe aussi au podium de l'équipe de France Juniors au championnat d'Europe à Saragosse.

Carrière NBA[modifier | modifier le code]

SuperSonics de Seattle (2005-2008)[modifier | modifier le code]

En 2005, les SuperSonics de Seattle le choisissent au 25e rang de la draft NBA. Petro décline sa sélection en équipe de France pour le championnat d'Europe 2005, son nouveau club souhaitant le voir préparer sa saison de rookie sur place.

À la surprise de tous, Petro est intégré dans le cinq majeur des Sonics dès le début de la saison, où il est apprécié pour son habilité à être intimidant en défense dans le secteur intérieur. Mais son temps de jeu est grandement limité car Petro commet trop rapidement de nombreuses fautes dans les rencontres. En cours de saison, les Sonics remplacent leur entraîneur Bob Weiss par Bob Hill, qui donne plus de temps de jeu aux jeunes joueurs. Mais Petro ne retrouve pas pour autant sa place dans le cinq majeur car il est doublé par son coéquipier Robert Swift, qui est comme lui un jeune pivot prometteur.

Le 2 avril 2006, lors de la victoire des Sonics 122 à 83 contre les Trail Blazers de Portland, il se casse le nez après un choc avec Joel Przybilla[3].

En octobre 2006, les Sonics prolongent le contrat de Petro d'un an, ce qui le lie à la franchise jusqu'en 2008[4].

Thunder d'Oklahoma City (2008-Jan.2009)[modifier | modifier le code]

Après avoir fait une bonne pré-saison avec le Thunder d'Oklahoma City où il finit meilleur marqueur de son équipe, il est gêné en début de saison par un entraîneur adjoint (Scott) qui a des griefs contre lui. Petro, soutenu par son entraîneur, continue de jouer tout en restant dans le cinq. Mais son temps de jeu ne cesse de se réduire. L'entraîneur est limogé et remplacé par son adjoint et Johan Petro, pensant ne plus pouvoir trouver de temps de jeu, demande son transfert[réf. nécessaire].

Nuggets de Denver (Jan.2009-2010)[modifier | modifier le code]

Il est échangé le 7 janvier contre le meneur Chucky Atkins et connaît ainsi sa deuxième équipe en NBA, les Nuggets de Denver[5]. Avec cette équipe, il présente des statistiques de 2,2 points et 2,3 rebonds en vingt-sept rencontres, dont dix débutées dans le cinq majeur[6]. Il dispute ses premières rencontres de playoffs, dix rencontres pour un temps moyen de 2 minutes 6 et des statistiques de 0,9 point et 0,6 rebond. la franchise termine sa saison en finale de conférence face aux Lakers de Los Angeles.

Son avenir dans la ligue, qui est en suspens puisqu'il arrive à la fin de son contrat rookie en 2009, est prolongé en août lorsqu'il il signe un nouveau contrat avec les Nuggets de Denver[7]. Ils participent aux playoffs 2010 mais sont éliminés au 1er tour contre le Jazz de l'Utah[8].

Nets du Jersey (2010-2012)[modifier | modifier le code]

En juillet 2010, il signe un contrat qui porte sur 3 ans et 10 millions de dollars avec les Nets du New Jersey[9],[10] et est très excité à l'idée de jouer pour les Nets[11]. En ce début de saison, il est la doublure de Brook Lopez, le pivot titulaire. Il sera ensuite utilisé comme ailier fort[12]. Après 20 matches joués, il tourne en moyenne à 2,9 pts à 50% de réussite au tir pour une dizaine de minutes jouées par match[13].

Le 27 avril 2011, lors du match des Nets contre les Raptors de Toronto, Johan Petro inscrit le dernier point de l'histoire des Nets, qui prendront lors de la saison NBA 2012-2013 le nom de « Nets de Brooklyn »[14].

Hawks d'Atlanta (2012-2013)[modifier | modifier le code]

Le 2 juillet 2012, il est transféré aux Hawks d'Atlanta avec Jordan Farmar, Jordan Williams, Anthony Morrow et DeShawn Stevenson contre Joe Johnson[15],[16]. Lors de la pré-saison, il reconnaît avoir des difficultés à s'adapter à sa nouvelle équipe[17]. Toutefois, à l'approche du terme de la saison régulière et du début des playoffs, il profite des blessures de Zaza Pachulia et Al Horford pour se montrer[18]. Les Hawks s'inclineront au 1er tour, 4 matches à 2, contre les Pacers de l'Indiana.

Six matches en Chine (2013)[modifier | modifier le code]

En août 2013, Petro signe un contrat avec les Zhejiang Guangsha Lions, un club qui évolue en championnat de Chine[19]. En décembre de la même année, ce club met un terme à ce contrat : les statistiques de Petro sont alors de 13,5 points à 43%, 9,8 rebonds et 1,2 contre en six matches disputés[20] mais il ne trouve un accord pour partir qu'en janvier 2014[21]. Le club chinois attendait de Petro des moyennes de 20 points et 15 rebonds par match qu'il n'a jamais su tenir à cause notamment de douleurs au dos[22].

Retour en France à Limoges (2014)[modifier | modifier le code]

Désireux de revenir en France[23], il s'engage avec le CSP Limoges le 10 février 2014[24]. Pour son premier match, il inscrit 6 points, prend 6 rebonds et contre un ballon en 10 minutes lors de la défaite en prolongation de son équipe 91 à 98 en quart de final de la Leaders Cup[25].

Fin février, le CSP retrouve Pau pour un remake des anciennes grandes confrontations passées. Petro, pour son premier match à domicile, se distingue surtout en marge de la rencontre. En effet, un an avant, son ancien coéquipier à Pau justement (2004-2005), Thierry Rupert, décède. Le néo-limougeaud décide, en souvenir de Rupert, de verser 200 € pour chaque panier à trois points inscrit par son équipe à la fondation Elham Rupert[26].

Avec des problèmes au dos Johan Petro livre des prestations décevantes et parait trop nonchalant sur le terrain ne levant jamais les bras en défense. Il perd progressivement du temps de jeux au profit de Fréjus Zerbo et joue quelques minutes lors des finales de Pro A. L'ancien NBA est sacré champion de France 2014 après une série de victoires (3-0) face à Strasbourg[27].

Carrière en équipe de France[modifier | modifier le code]

En sélection jeune, Petro remporte une médaille de bronze à Saragosse, lors du championnat d'Europe Juniors en 2004. Ses premières sélections senior en équipe A lui permettent de participer au championnat du monde 2006 au Japon, où l'équipe de France termine sur une belle cinquième place, malgré l'absence de Tony Parker[28].

Bien que participant à la préparation puis aux matchs de qualification de l'équipe de France pour le championnat d'Europe 2009, il n'est pas conservé au sein du groupe qui dispute les dernières rencontres face à la Belgique, et ne prend pas non plus part au championnat d'Europe. Vincent Collet explique alors sa décision par le retard de Petro dans le domaine défensif par rapport à Ian Mahinmi[29].

Après avoir annoncé en mars 2013 être toujours disponible pour l'équipe de France[30], il a la possibilité de prouver ses déclarations en étant appelé par Vincent Collet après la cascade de forfaits concernant les pivots potentiels de l'équipe de France : Joakim Noah, Kevin Séraphin et Ronny Turiaf, entre autres[31]. Même si sa préparation ne répond pas totalement aux attentes de Collet[32], il fait partie du groupe qui se rend en Slovénie pour le championnat d'Europe 2013. Lors de celui-ci, il connait des débuts difficiles puis obtient un peu de temps de jeu face à Israël[33] : il joue 13 minutes pour 10 points inscrits et 5 rebonds captés[34]. Il s'avère de nouveau précieux lors du quart de finale face à la Slovénie[35], avec 4 points à 2 sur 4 aux tirs mais surtout 7 rebonds[34]. Lors de la finale victorieuse face à la Lituanie, 80 à 66, il inscrit 8 points et délivre 1 passe décisive en 19 minutes[34].

Le 16 mai 2014, il fait partie de la liste des vingt-quatre joueurs pré-sélectionnés pour la participation à la Coupe du monde 2014 en Espagne malgré ses prestations décevantes à Limoges[36].

Palmarès de joueur[modifier | modifier le code]

En club
  • Avec Pau-Orthez :
    • Champion de France de Pro A en 2004
    • Vainqueur du Trophée du Futur en 2004 (Espoirs Pro A)
    • Vainqueur de la Coupe Sud-Ouest en 2004 (Espoirs Pro A)
  • Avec CSP Limoges :
    • Champion de France de Pro A en 2014
En sélection nationale

Salaires en NBA[modifier | modifier le code]

Année Équipe Salaire
2005-2006 SuperSonics 936 000 $
2006-2007 SuperSonics 1 006 800 $
2007-2008 SuperSonics 1 077 120 $
2008-2009 Nuggets 1 939 893 $
2009-2010 Nuggets 884 881 $
2010-2011 Nets 3 250 000 $
2011-2012* Nets 3 250 000 $
2012-2013 Hawks 3 500 000 $
Total 15 845 924 $

Note: * En 2011, le salaire moyen d'un joueur évoluant en NBA est de 5 150 000 $[37].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le 28 avril 2013, il ne se présente pas à l'entraînement des Hawks d'Atlanta pour rejoindre sa femme à Miami[38]. Le lendemain, vers 14h, elle donne naissance à leur fils Jacob[39]. Petro parvient tout de même à revenir à temps pour participer à la victoire des Hawks au match 4 contre les Pacers de l'Indiana[40],[41].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cyril Graziani, « Le Centre fédéral vivier de la Pro A », sur leparisien.fr,‎ 8 juillet 2004 (consulté le 16 avril 2014)
  2. Alexandre Lacoste, « Johan Petro démarre fort en Chine et bat son record de temps de jeu en carrière », sur catch-and-shoot.com,‎ 10 novembre 2013 (consulté le 16 avril 2014)
  3. Fabrice Auclert, « Nez cassé pour Petro », sur basketusa.com,‎ 3 avril 2006
  4. Fabrice Auclert, « Seattle prolonge Johan Petro », sur basketusa.com,‎ 20 octobre 2006
  5. Guillaume Laroche, « Petro aux Denver Nuggets contre Atkins »,‎ 8 janvier 2009
  6. (en) « Nuggets re-sign backup center Petro », sur www.denverpost.com,‎ 27 août 2009
  7. « Petro prolonge à Denver », sur lequipe.fr,‎ 28 août 2009
  8. Jérôme Knoepffler, « Interview Johan Petro : « L’absence de George Karl a pesé lourd » », sur basketusa.com,‎ 20 mai 2010
  9. « La nouvelle chance de Petro », Sports.fr,‎ 11 juillet 2010 (consulté le 11 juillet 2010)
  10. Dimitri Kucharczyk, « Johan Petro : 10 millions sur 3 ans à New Jersey », sur basketusa.com,‎ 10 juillet 2010
  11. Jérôme Knoepffler, « Interview Johan Petro : « on aura une équipe super excitante à voir jouer » », sur basketusa.com,‎ 15 juillet 2010
  12. Stan, « Johan Petro ou l’histoire d’un talent (déjà) gâché ? [1/2] », sur basketball-backstage.fr,‎ 13 décembre 2010
  13. Stan, « Johan Petro ou l’histoire d’un talent (déjà) gâché ? [2/2] », sur basketball-backstage.fr,‎ 13 décembre 2010
  14. Dimitri Kucharczyk, « Johan Petro inscrit le dernier panier de l’histoire des New Jersey Nets », sur basketusa.com,‎ 27 avril 2012
  15. Fabrice Auclert, « Joe Johnson aux Nets : c’est fait ! », sur basketusa.com,‎ 2 juillet 2012
  16. (en) « Transactions: 2012-13 season », NBA (consulté le 12 juillet 2012)
  17. Alain Mattei, « Johan Petro cherche toujours son rôle à Atlanta », sur basketusa.com,‎ 22 octobre 2012
  18. Fabrice Auclert, « Johan Petro ne regrette pas d’être parti en NBA à 19 ans », sur basketusa.com,‎ 30 mars 2013
  19. Alexandre Lacoste, « Johan Petro est le nouveau pivot des Lions de Zhejiang Guangsha », sur catch-and-shoot.com,‎ 23 août 2013
  20. Alexandre Lacoste, « Johan Petro remercié par Zhejiang Guangsha (Chine) », sur catch-and-shoot.com,‎ 2 décembre 2013
  21. (en) Emiliano Charchia, « Joahn Petro leaves Guangsha Lions », Sportando,‎ 17 janvier 2014
  22. essika Guehaseim, « EXCLUSIF : Johan Petro : Mes amis, mes amours, mes emmerdes », sur sportmag.fr,‎ 12 décembre 2013
  23. « Transferts : Petro veut revenir en France », Sport365,‎ 14 décembre 2013
  24. Matthieu Marot, « Le pivot international Johan Petro signe avec le Limoges CSP », Le populaire du centre,‎ 10 février 2014
  25. Gabriel Pantel-Jouve, « Johan Petro : « On pensait l’avoir ce match » », catch-and-shoot,‎ 14 février 2014
  26. Florian Pigeon avec AFP, « Limoges s'incline contre Pau, Petro pense à Rupert », sur eurosport.fr,‎ 25 février 2014 (mise à jour le 26/02/14) (consulté le 16 avril 2014)
  27. http://www.insidebasketeurope.com/actu/bilan-proa-limoges-ce-champion-surprise.html
  28. "Avec l'ombre d'un doute" sur lequipe.fr.
  29. « Les Bleus sans Petro », sur eurosport.fr,‎ 18 août 2009
  30. Gabriel Pantel-Jouve, « basketamericain.com »,‎ 30 mars 2013
  31. Christophe Remise,, « Ajinça, Petro : retour gagnant ? », sur sport24.com,‎ 23 juillet 2013
  32. « Vincent Collet aimerait que Johan Petro se bagarre plus », sur basketactu.com,‎ 10 août 2013
  33. « Euro de Basket : la France trouve son rythme », sur www.liberation.fr,‎ 6 septembre 2013
  34. a, b et c (en) « 2013 EuroBasket - 7 - Johan Petro », sur fiba.com
  35. Christophe Remise, « Petro : « Se calquer sur Batum et Parker » », sur sport24.com,‎ 19 septembre 2013
  36. Arnaud Gelb, « Équipe de France : une liste des 24 sans Tony Parker », sur basketusa.com,‎ 16 mai 2014
  37. (en) « Salaires moyen NBA », sur basketusa.com (consulté en 2012)
  38. Alain Mattei, « Johan Petro absent de l’entraînement pour la naissance de son enfant », sur basketusa.com,‎ 28 avril 2013
  39. « Petro rapatrié en jet privé », sur lefigaro.fr,‎ 30 avril 2013
  40. Edwin Malboeuf, « Johan Petro est devenu papa juste avant le match 4 », sur basketsession.com,‎ 30 avril 2013
  41. « Johan Petro : Le basketteur NBA devient papa quelques heures avant un match », sur purepeople.com,‎ 30 avril 2013

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]