Bernard Thévenet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thévenet.
Bernard Thévenet
Image illustrative de l'article Bernard Thévenet
Bernard Thévenet lors des Six jours de Grenoble 2011
Informations
Nom Bernard Thévenet
Date de naissance 10 janvier 1948 (66 ans)
Pays Drapeau de la France France
Équipes amateurs
1968
1969
VC Poudrette Maison-Neuve
ACBB
Équipes professionnelles
1970-1979
1980
1981
Peugeot
Teka
Puch Wolber Campagnolo
Équipes dirigées
1984
1986-1987
1993-1996
La Redoute
RMO
Drapeau : France France (sélectionneur)
Principales victoires
1 championnat

MaillotFra.PNG Champion de France sur route 1973
2 grands tours
Jersey yellow.svg Tour de France 1975 et 1977
10 étapes de grands tours
Tour de France (9 étapes)
Tour d'Espagne (1 étape)
4 courses par étapes
Tour de Romandie 1972
Tour de Catalogne 1974

Critérium du Dauphiné libéré 1975 et 1976

Bernard Thévenet (surnommé « Nanard »), né le 10 janvier 1948 à Saint-Julien-de-Civry (au lieu-dit Le Guidon) en Saône-et-Loire, est un coureur cycliste français des années 1970. Il a notamment remporté le Tour de France à deux reprises : en 1975 devant Eddy Merckx et en 1977.

Il fut amateur à l'ACBB. Professionnel de 1970 à 1981, il a fait toute sa carrière au sein de l'équipe professionnelle Peugeot, sauf ses deux dernières saisons (en 1980 dans l'équipe espagnole Teka et en 1981 dans l'équipe Puch-Wolber). Il devint ensuite directeur sportif, puis consultant télé pour le groupe France Télévisions et enfin chef de piste des Six jours de Grenoble.

C'est avec Jean de Gribaldy que le jeune amateur Bernard Thévenet débuta sa carrière en 1966, sous les couleurs de l'équipe[1].

Excellent grimpeur, il reste dans l'histoire du cyclisme comme le « tombeur » d'Eddy Merckx lors de l'étape de Pra Loup du Tour 1975 qui vit pour la première fois fléchir le « Cannibale » après l'agression (un coup de poing dans le foie) que reçut ce dernier d'un spectateur lors de l'étape menant au Puy de Dôme. Il remporte une seconde fois le Tour de France en 1977 pour 48 secondes seulement devant Hennie Kuiper. Parmi ses plus grands succès, on peut citer le Critérium du Dauphiné libéré en 1975 et 1976, le titre national en 1973 après une longue échappée en solitaire ou le Tour de Romandie en 1972. Bernard Thévenet a reconnu avoir pris de la cortisone à la fin de sa carrière lors d'une interview, en 1978[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Bernard Thévenet est né dans une famille d'agriculteurs en Saône-et-Loire dans la région Bourgogne et a vécu dans un hameau appelé Le Guidon. C'est là qu'en 1961 il voit passer pour la première fois le Tour de France, lors de l'étape Nevers-Lyon. Thévenet est alors un enfant de chœur de l'église. Il raconte que « Le prêtre avait avancé l'heure de la messe pour que nous puissions regarder les coureurs passer ».

Dès l'âge de six ans, il se rend à l'école avec le vélo de sa sœur. Il obtient son propre vélo un an plus tard et roule environ dix kilomètres par jour autour de son village. Son premier vélo d'adulte, qui n'est pas encore un vélo de compétition, il l'obtient à 14 ans pour avoir réussi ses examens scolaires. Ses parents ayant besoin de lui à la ferme, il ne pouvait vivre pleinement sa passion pour le cyclisme, ce qui n'empêchait pas ses parents de connaître les ambitions de leur fils. Thévenet participe à sa première course et ses parents ne l'apprennent que grâce au journal local. Une dispute oblige le président du club à intervenir. Il propose aux parents de venir voir leur fils lors d'une course. Ils acceptent et Bernard remporte l'épreuve.

Il devient par la suite Champion de Bourgogne en 1965 et 1966. En 1967, Mickey Weigant, le manager du club de l'ACBB de Boulogne-Billancourt, se rend à sa maison pour l'enrôler. En 1968, il court pour l'équipe amateur de Jean de Gribaldy, Cafés Ravis-Wolhauser-de Gribaldy. Il remporte le championnat de France juniors en 1968, quatre ans avant Bernard Hinault. L'année suivante, il part faire son service militaire.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Il devient professionnel avec l'équipe Peugeot-BP-Michelin en 1970, à 22 ans. Il dispute son premier Tour de France dès sa première année, en étant prévenu à la dernière minute. « Je n'étais même pas en réserve en 1970, mais, parce que deux coureurs[3] dans l'équipe étaient tombés malades chez Peugeot, le directeur sportif m'a choisi, deux jours avant le départ. » Gaston Plaud, le directeur sportif, fait appel à un voisin dans le village parce que ni Thévenet, ni beaucoup d'autres familles ne possèdent le téléphone à cette époque. Thévenet qui était parti s'entraîner avec son ami Michel Rameau, reçoit la nouvelle par sa mère, dans la maison de Rameau. Il demande l'avis de Victor Ferrari, un ami qui a participé au Tour de France 1929. Thévenet raconte : « Il m'a alors dit c'est une chance unique, vas-y, même si peut-être, il pensait que j'allais tenir une semaine, et j'y suis allé[4] ».

Thévenet se souvient : « Je me souviens parfaitement de mon arrivée à Limoges (lieu de départ de la première étape). J'étais inquiet et effrayé en même temps, mais plein de fierté. On m'a donné une valise neuve, sept maillots, six paires de shorts, des pulls, des chemises... Tout le monde avait un vélo flambant neuf, mais pas moi, parce que je n'étais pas sur la liste des partants de l'équipe ». Il joue un rôle d'équipier pour Roger Pingeon, mais celui-ci abandonne après une semaine. Il joue alors sa carte personnelle et remporte l'étape du 14 juillet qui se termine à la station de ski de La Mongie. Cette victoire lui donne la confiance nécessaire pour faire carrière dans le cyclisme[4]. L'année suivante, plus régulier, il réédite sa performance en remportant la dixième étape, mais en prenant cette fois la quatrième place du classement général.

Vue du Mont Ventoux

Il arrive lors du Tour 1972 avec l'expérience d'une première grande victoire sur une course par étapes : le Tour de Romandie. Durant ce Tour, il chute dans la descente du col de l'Aubisque et souffre temporairement d'amnésie. Alors qu'il est étendu sur la route en se demandant ce qu'il fait sur son vélo, il recommence petit à petit à retrouver la mémoire. En reconnaissant la voiture de son équipe, il s'écria : « Je suis sur le Tour de France ! »[5]. Il refuse d'abandonner la course, termine l'étape, passe la nuit en observation et le lendemain reprend le départ[4]. Quatre jours plus tard, il remporte l'étape sur le Mont Ventoux : « On a attaqué les deux premiers kilomètres à 50 à l'heure, car Ocana et Merckx faisaient la course mais on était à bloc derrière, grand plateau. Tous ceux qui rétrogradaient explosaient automatiquement. Ensuite, j'ai laissé partir et puis ça s'est calmé un peu devant. Quand j'ai vu que je remontais les voitures, j'ai un peu temporisé pour porter mon attaque décisive à 1500 mètres, personne n'a pu s'accrocher, il y avait Poulidor, Martinez, Ocana, Merckx. Dans le dernier kilomètre, j'étais vraiment heureux. »[4].

Bernard Thévenet au championnat du monde 1974 à Montréal.

En 1973, il prend part au Tour d'Espagne. Merckx s'impose et Thévenet, vainqueur d'une étape et troisième du général, termine pour la première fois sur le podium d'un grand tour. Il remporte en juin, une étape du Critérium du Dauphiné libéré qu'il termine à la seconde place et le championnat de France au terme d'une longue échappée en solitaire. Son objectif principal reste le Tour de France. Il espère profiter de l'absence de Merckx, quadruple tenant du titre, qui s'est concentré cette année-là sur le doublé Tour d'Espagne-Tour d'Italie. Malgré ces deux victoires d'étapes, c'est l'Espagnol Luis Ocaña qui s'impose avec plus de 15 minutes d'avance sur le Français, finalement deuxième de l'épreuve. En 1974, malade, il abandonne la Grande Boucle lors de la 11e étape, mais remporte quelques victoires de prestige durant la saison : le Tour de Catalogne et le Critérium international notamment.

1975-1977 : l'apogée[modifier | modifier le code]

En 1975, il est battu par Eddy Merckx sur Liège-Bastogne-Liège qu'il termine deuxième. Les deux rivaux se retrouvent sur le Critérium du Dauphiné libéré que Thévenet remporte. Cette victoire le libère quelque peu : « J'avais gagné le Dauphiné que Merckx avait couru mais il avait été malade auparavant. Je l'avais relégué assez loin, et à partir de ce moment, j'avais gommé cette peur de lui. Je me sentais plus libre de l'attaquer, j'avais gommé cette espèce de respect de la hiérarchie »[4]. Puis arrive le Tour de France 1975.

Merckx quintuple vainqueur du Tour prend le maillot jaune lors de la sixième étape. Il remporte en prime deux étapes et semble en position de gagner un sixième Tour de France. Alors vint la 14e étape avec une arrivée au sommet du Puy de Dôme. Comme de coutume, c'est De Schoemacker, l'équipier montagnard de Merckx qui fait le tempo, mais pas assez rapidement pour empêcher le démarrage de Thévenet, rejoint par le Belge Lucien Van Impe. Au milieu d'une foule hostile, Merckx, grimaçant, s'accroche vaillamment et limite les dégâts. Dans sa roue, près du point de rupture, vient le Néerlandais Joop Zoetemelk. Van Impe s'envole vers la victoire, Thévenet se rapproche un peu plus au général. Merckx est accueilli par des sifflets. Dans la dernière ligne droite, il est même frappé d'un coup de poing au foie donné par un spectateur. Après un jour de repos, on attaque les Alpes. Cette 15e étape longue de 217,5 kilomètres est disputée le 14 juillet entre Nice et Pra Loup. Merckx, se sentant fort, attaque Thévenet sur son terrain, parvient à le distancer, mais est victime d'une terrible défaillance dans la montée sur Pra-Loup[6], défaillance qu'il attribuera plus tard à des cachets de Glifanan administrés par le médecin pour diminuer la douleur consécutive au coup de poing reçu au Puy de Dôme[7]. Quoi qu'il en soit, Bernard Thévenet remporte l'étape et s'empare de la toison d'or. Le lendemain, survolté, il attaque au pied de l'Izoard, passe seul au sommet et triomphe à Serre Chevalier devant Merckx.

Thévenet remporte finalement ce Tour qui se termine pour la première fois sur les Champs-Élysées, avec 2 minutes et 45 secondes d'avance face au Belge. Grâce à cette victoire, il reste dans l'histoire du cyclisme comme le « tombeur » d'Eddy Merckx.

L'année suivante, il connaît le fond du gouffre, souffrant d'un mal d'origine virale. Il remporte tout de même le Critérium du Dauphiné libéré pour la deuxième année consécutive et termine deuxième du Tour de Lombardie derrière Roger De Vlaeminck. On évoque son déclin, mais il ressuscite en 1977[8].

Thévenet doit attendre la 15e étape pour déposséder le maillot jaune de l'Allemand Dietrich Thurau, leadeur depuis le prologue. Le Français s'installe au commandement à l'issue du contre-la-montre d'Avoriaz. Il remporte définitivement son deuxième Tour lors du contre-la-montre de Dijon de la 20e étape. Merckx, malade, termine son dernier Tour de France sixième. Hennie Kuiper termine deuxième à 48 secondes.

La fin de carrière[modifier | modifier le code]

Lors de l'hiver 1977, il est hospitalisé pour une maladie du foie qu'il attribue à une utilisation à long terme de stéroïdes. Plusieurs mois plus tard, il participe au Tour 1978, où il assiste de loin à la victoire d'un jeune homme de 23 ans : Bernard Hinault. En effet, il abandonne lors de la deuxième étape de montagne, lors de la montée du Tourmalet. Il quitte l'équipe cycliste Peugeot en 1979 et signe pour l'équipe espagnole Teka, avec qui, il gagne la Polynormande et les Six jours de Grenoble (avec l'Australien Danny Clark).

Il revient dans une équipe française lors de sa dernière année professionnelle (en 1981) et il remporte ses dernières victoires. Il dispute son dernier Tour et prend une honorable 37e place.

Dopage[modifier | modifier le code]

En 1979, Bernard Thévenet a admis s'être dopé à la cortisone pendant trois ans[9].

Retraite[modifier | modifier le code]

Bernard Thévenet lors du prologue du Critérium du Dauphiné 2012 à Grenoble

Thévenet devient directeur sportif de l'équipe La Redoute emmené par Stephen Roche en 1984, puis, chez RMO en 1986 et 1987. Il est également commentateur du Tour de France de 1995 à 2004 sur France Télévisions et chef de piste des Six jours de Grenoble. Il a ouvert une société vendant des vêtements de cyclisme qui porte son nom. En 2010, pour le compte d'ASO, il prend en charge l'organisation du Critérium du Dauphiné[10].

Il a été également consultant sur France Télévision entre 1993 et 2007.

À titre personnel, il est membre du comité d'honneur de l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité[11] et cosigne en 2009 un texte réclamant la dépénalisation de l'euthanasie[12].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

  • 1967
    • 2e de la Flèche lyonnaise
    • 2e de Draguignan- Nice

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Résultats dans les grands tours[modifier | modifier le code]

Bernard Thévenet lors du Critérium du Dauphiné 2010, dont il est le directeur

Tour de France[modifier | modifier le code]

  • 1970 : 35e, vainqueur de la 18e étape
  • 1971 : 4e, vainqueur de la 10e étape
  • 1972 : 9e, vainqueur des 11e et 17e étapes
  • 1973 : 2e, vainqueur des 7e et 20e étapes
  • 1974 : abandon (11e étape)
  • 1975 : Maillot jaune Vainqueur du classement général, vainqueur des 15e et 16e étapes
  • 1976 : abandon (19e étape)
  • 1977 : Maillot jaune Vainqueur du classement général, vainqueur de la 20e étape
  • 1978 : abandon (11e étape)
  • 1980 : 17e
  • 1981 : 37e

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

  • 1971 : 44e
  • 1973 : 3e, vainqueur de la 11e étape
  • 1980 : 14e

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Bernard Thévenet devient citoyen d'honneur de la ville de Soultzmatt le 22 août 2010 à l'occasion du Regio Tour qu'il parraine.
  • La commune de Saint Julien de Civry a donné le nom Bernard Thévenet à la place du village.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wolhauser-Ravis de Gribaldy
  2. Jean-Pierre de Mondenard, Dictionnaire du dopage, Masson,‎ 2004, 1237 p. (ISBN 2-294-00714-X)
  3. Ferdinand Bracke et Gerben Karstens
  4. a, b, c, d et e Les "Hommes du Tour de France" : Bernard Thévenet
  5. Vélo, France, non-daté
  6. Tour 1975 sur le site officiel
  7. Miroir du Cyclisme no 206
  8. « Bernard Thévenet - La Véridique Histoire » : de Jean-Paul Ollivier
  9. Ceux qui ont osé parler, Libération
  10. [1]
  11. Liste des membres du Comité de parrainage Site de l'ADMD
  12. Un médecin plaide pour la liberté de choisir sa mort dans un livre Le Nouvel Observateur, 18 février 2009

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Bastide, 4 du Tour : Guimard, Thévenet, Danguillaume, Hézard, Solar,‎ 1973, 286 p.
  • François Terbeen, Thévenet, Calmann Lévy,‎ 1975, 126 p. (ISBN 9782702100844)
  • François Terbeen et Bernard Thévenet, Mon escalade, Calmann Lévy,‎ 1975, 198 p. (ISBN 978-2702100646)
  • Jean-Paul Ollivier, Bernard Thévenet : La Véridique Histoire, Glénat,‎ 1998, 165 p. (ISBN 2723423638)
  • Noël Truyers (trad. Étienne Terroir), Bernard Thévenet, De Eecloonaar,‎ 1999, 48 p. (ISBN 90-74128-49-1)
  • Jean-Paul Brouchon et Bernard Thévenet, Thévenet par Bernard Thévenet,‎ 2006, 178 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :