Oscar Robertson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Robertson.
Oscar Robertson Portail du basket-ball
O-Train.jpg
Oscar Robertson en 2010
Fiche d’identité
Nom complet Oscar Palmer Robertson
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 24 novembre 1938 (76 ans)
Charlotte, Tennessee
Taille 1,96 m (6 5)
Surnom The Big O
O'Train
Situation en club
Numéro 14, 1
Poste Meneur
Carrière universitaire ou amateur
1957-1960 Bearcats de Cincinnati
Draft NBA
Année 1960
Position 1re
Franchise Royals de Cincinnati
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1960-1961
1961-1962
1962-1963
1963-1964
1964-1965
1965-1966
1966-1967
1967-1968
1968-1969
1969-1970
1970-1971
1971-1972
1972-1973
1973-1974
Royals de Cincinnati
Royals de Cincinnati
Royals de Cincinnati
Royals de Cincinnati
Royals de Cincinnati
Royals de Cincinnati
Royals de Cincinnati
Royals de Cincinnati
Royals de Cincinnati
Royals de Cincinnati
Bucks de Milwaukee
Bucks de Milwaukee
Bucks de Milwaukee
Bucks de Milwaukee
30,5
30,8
28,3
31,4
30,4
31,3
30,5
29,2
24,7
25,3
19,4
17,4
15,5
12,7
Sélection en équipe nationale **
1959-1960 Drapeau : États-Unis États-Unis
National Collegiate Basketball Hall of Fame 2006
Basketball Hall of Fame 1980
FIBA Hall of Fame 2009

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Oscar Robertson (né le 24 novembre 1938 à Charlotte dans le Tennessee) est un joueur de basket-ball américain ayant évolué dans le championnat américain de la National Basketball Association (NBA) de 1960 à 1974 au poste de meneur. Il est surnommé The Big O.

Champion NBA en 1971 avec les Bucks de Milwaukee, franchise qu'il a rejoint en début de saison après une carrière avec les Royals de Cincinnati, il est sans conteste l'un des joueurs les plus complets de sa génération. Nommé une fois NBA Most Valuable Player (MVP) (meilleur joueur de la saison) lors de sa carrière, il est aussi le seul joueur de l'histoire de la ligue à avoir enregistré un triple-double de moyenne sur une seule saison (en 1961-1962 avec 30,8 points, 11,4 passes décisives et 12,5 rebonds). Il termine à de nombreuses reprises meilleur passeur de la ligue. Il est par ailleurs champion olympique en 1960 avec une équipe des États-Unis qui est introduite au Basketball Hall Of Fame. Il est également introduit à titre individuel au sein de celui-ci et au sein du FIBA Hall Of Fame.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts dans le basket-ball[modifier | modifier le code]

Petit-fils d'un ancien esclave, Oscar Robertson nait à Charlotte dans le Tennessee avant de rejoindre Indianapolis, avec ses parents - son père est exploitant d'abattoir et sa mère esthéticienne - et ses deux frères Bailey et Henry, où la famille habite dans un quartier pauvre et ségrégationniste[C 1]. Ses parents divorcent peu après[C 1].

Robertson, qui joue au basket-ball depuis l'âge de sept ans, sport qu'il pratique avec un ballon fabriqué de chiffons lié par des bandes de caoutchouc ou une balle de tennis, fait la connaissance de Tom Slet, ancien joueur de l'université Butler qui s'occupe des jeunes du quartier[C 1]. Celui-ci le prend sous son aile. Robertson s'entraîne du matin au soir, répétant sans cesse ses tirs depuis différentes positions[C 2].

Il rejoint le lycée de Crispus Attucks High School, nom nommé en souvenir de Crispus Attucks, une des victimes noires du Massacre de Boston du 22 février 1770. Celui-ci est le seul lycée à accueillir des noirs jusqu'au début des années 1950. Il voit en 1951 son frère Bailey marquer le point qui donne à victoire 81 à 80 lors d'une finale régionale à ce même lycée[C 3]. Ne pouvant jouer lors de sa première année en sa qualité de freshman, Oscar Robertson débute en 1954, terminant la saison en demi-finale de l'État face aux Indians de Milan High School[Note 1]. L'apport de l'entraîneur Ray Crowe est fondamental sur la carrière d'Oscar Robertson : celui-ci privilégie les fondamentaux, qu'il fait répéter sans cesse, et interdit toute fantaisie, comme le dribble dans le dos. Il interdit également à ses joueurs de parler sur le terrain[C 3]. Il oblige également ses joueurs à étudier, mettant comme condition à la participation aux matchs l'assiduité aux cours et l'obtention des diplômes[1]. Lors de la troisième année dans l'école, Robertson conduit son équipe au titre de champion de l'État, en ne concédant qu'une seule défaite sur la saison. Ce titre est le premier titre de l'État pour le lycée de la ville d'Indianapolis, mais surtout, c'est le premier titre d'État remporté par une équipe composée uniquement de noirs[1]. L'équipe du lycée termine la saison suivante invaincue en trente-et-une rencontres, ce qui porte à quarante-cinq la série de victoires consécutives, record de l'école. En 2009, Robertson refuse l'honneur d'avoir son numéro retiré pour ce lycée : il désire l'être au sein de l'équipe entière, et en compagnie de son entraîneur, Ray Crowe, déjà décédé[1].

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Sollicité par de nombreuses universités, plus de trente[2], il choisit l'université de Cincinnati. Il devient le cinquième joueur noir des Bearcats de Cincinnati[T 1]. À cette époque, les joueurs de première année, aussi désignés sous le nom de freshmen, ne peuvent disputer la saison NCAA avec leur université[T 2]. Toutefois, 6 000 spectateurs sont présents pour voir Robertson et les autres joueurs de première année disputer un match de préparation contre l'équipe universitaire, rencontre où il inscrit 37 points, prend 17 rebonds et fait 8 passes[T 2]. Robertson débute donc en deuxième année, avec 28 points, 15 rebonds, 14 passes lors de sa première rencontre[T 2]. Le surnom de « The Big O » est alors inventé par Dick Baker, un reporter de Cincinnati[T 2]. Dans une période où les médias ne sont pas encore développés, Robertson utilise sa première apparition au Madison Square Garden, déjà reconnu comme haut lieu du sport, pour réaliser une grande performance en janvier 1958 en inscrivant 56 points contre Seton Hall[3]. Durant cette saison, il inscrit 50 points ou plus à trois autres reprises, dont une performance à 56 points contre Arkansas lors du tournoi final de la NCAA[T 3]. Il termine la saison avec des moyennes de 35,1 points et 15,2 rebonds, devenant le premier joueur de deuxième année à terminer avec la meilleure moyenne de points sur la saison[T 3]. Lors de la demi-finale régionale opposant Cincinnati aux Wildcats de Kansas State, les Bearcats sont menés d'un point lors que Robertson obtient deux lancers francs. Après avoir réussi le premier, Robertson, donne des consignes à ses coéquipiers sans s'apercevoir que les arbitres sont déjà à huit secondes de décomptes[Note 2]. Il tire rapidement son deuxième lancer et le manque, ce qui oblige les deux équipes à disputer une prolongation. Cincinnati perd celle-ci, Robertson quittant le terrain sur faute alors que quatre minutes sont encore à disputer[T 4]. Pour sa première saison de compétition universitaire, il est récompensé de nombreux titres, dont les titres de UPI Player of the Year, Sporting News Player of the Year Winners, et le titre de Consensus Player of the Year[Note 3], figurant aussi dans la Consensus All-America Teams[4].

statue représentant Oscar Robertson en train de dribbler.
Statue en l'honneur d'Oscar Robertson à Cincinnati.

La saison suivante, les statistiques de Robertson sont de 32,6 points, 16,3 rebonds et 6,9 passes. Cincinnati s'impose face aux Horned Frogs de Texas Christian University puis aux Wildcats de Kansas State pour atteindre le Final Four du championnat NCAA 1959. Opposés aux Golden Bears de Californie, Robertson et ses coéquipiers s'inclinent sur le score 64 à 58 puis s'imposent 98 à 85 dans le match pour la troisième place[5]. Lors de ce match, il inscrit 39 points, dont 22 en première mi-temps[6], prend 17 rebonds et offre 10 passes décisives. C'est le premier joueur à réussir un triple-double dans un Final Four universitaire, performance qui sera uniquement réalisée par la suite par Magic Johnson lors du Final Four 1979. Il est de nouveau unanimement reconnu comme le meilleur joueur universitaire : aux titres de UPI Player of the Year, Sporting News Player of the Year Winners, il ajoute le titre USBWA Player of the Year Winners, premier lauréat et celui de Helms Foundation Player of the Year Winners[5].

Robertson débute sa dernière saison universitaire par un triple double : 45 points, 22 rebonds et 10 passes dans une victoire de 45 points face aux Sycamores d'Indiana State. Les Bearcats concèdent une seule défaite en phase régulière, 91 à 90 face à Bradley. Pour la seconde année consécutive, Cincinnati se qualifie pour le Final Four de cette saison 1960. L'université doit toutefois de nouveau s'incliner malgré un triple double de Robertson (18 points, 10 rebonds et 10 passes)[7]. Il réussit le même triple-double lors du match de la consolante, remporté par les Bearcats sur le score de 95 à 71[8].

Lorsqu'il quitte le monde universitaire, il est alors le meilleur marqueur de l'histoire, dépassé ensuite par Pete Maravich[9]. Sa moyenne de points en carrière (33,8), le place au troisième rang de l'histoire de la NCAA. Il détient également de nombreux records de son université : il est ainsi le détenteur des six meilleures performances à la marque de celle-ci, six performances à 50 points ou plus dont un record à 62 points[10]. Il détient les meilleures performances au nombre de tirs marqués, 23, de tirs tentés, 36, de lancers francs réussis, 22 dans une rencontre où il établit le record de lancers tentés avec 25, et le nombre de lancers réussis sans échec lors d'une rencontre, 14[10]. Ses 13 passes réussies contre Kansas State en 1959 le place au troisième rang de l'école, le premier à son départ[10]. Il réussit 10 triple-doubles durant sa carrière universitaire[T 5].

Sélection des États-Unis[modifier | modifier le code]

Après sa saison universitaire, Robertson retrouve la sélection américaine. C'est sa deuxième apparition sous ce maillot : il a en en effet déjà porté le maillot de la sélection durant l'été 1959 lors des jeux panaméricains disputés à Chicago. L'équipe des États-Unis remporte cette compétition en terminant invaincue, six victoires avec comme plus faible écart quatorze points face au Brésil. Robertson est le meilleur marqueur de son équipe avec une moyenne de 16,5 points par match devant Jerry West[11].

Il remporte la médaille d'or aux Jeux olympiques d'été de 1960. Avec 17 points par match, il termine meilleur marqueur, avec Jerry Lucas, de son équipe[12]. Trois autres joueurs de cette sélection, qui est introduite au Basketball Hall of Fame en 2010, ont une moyenne de points supérieure ou égale à dix points : il s'agit de Jerry West, Terry Dischinger et Adrian Smith[12]. Cette sélection compte dix joueurs qui évolueront ensuite en NBA. Quatre de ses joueurs obtiendront le titre de NBA Rookie of the Year de manière successive : Robertson en 1961, Walt Bellamy en 1962, Terry Dischinger en 1963 et Jerry Lucas en 1964[13]. Il réalise son meilleur total de points lors du Final round[Note 4] lors de la rencontre contre l'Italie avec 22 points[14].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Royals de Cincinnati[modifier | modifier le code]

Oscar Robertson dans les années 1960

En 1960, il est choisi par les Royals de Cincinnati comme territorial pick[Note 5]. Ce choix est également reconnu comme numéro un de la draft NBA 1960, Cincinnati possédant le premier choix de cette édition de la draft[Note 6]. Son salaire, 35 000 dollars plus des primes lui permettant d'atteindre 50 000 dollars[15], constitue déjà un salaire important pour un joueur de la ligue.

Son apport est tout de suite important : il termine la saison au premier rang des passeurs avec un total de 690 passes, ce qui le place également au premier rang à la moyenne de point par match avec 9,7. Sa moyenne de points est de 30,5, troisième derrière les 38,4 de Wilt Chamberlain et 34,8 de Elgin Baylor[16]. Cette moyenne est la troisième performance pour un rookie[Note 7] : il est seulement devancé par Wilt Chamberlain qui a réalisé une moyenne de 37,6 en 1959-1960 et Walt Bellamy qui réalise 31,6 en 1961-1962[17]. Sa moyenne de passes est la deuxième de l'histoire pour un rookie derrière les 10,6 passes réalisées par Mark Jackson en 1987-1988[17]. Il est naturellement désigné NBA Rookie of the Year (débutant de l'année)[18], ce qui lui octroie également une place dans le premier cinq des débutants, NBA All-Rookie First Team. Il fait surtout partie du premier cinq de la ligue, All-NBA First Team aux côtés de Bob Cousy, Elgin Baylor, Bob Pettit et Wilt Chamberlain[19]. Malgré sa présence, les Royals terminent quatrième et dernier de la Division Ouest avec un bilan de 33 victoires pour 46 défaites de la saison 1960-1961. Robertson reçoit par ailleurs sa première élection pour le NBA All-Star Game, recevant même le titre de MVP pour des statistiques de 23 points, 9 rebonds, 14 passes en 34 minutes[20]. Ces 14 passes constituent alors le nouveau record pour un match de NBA All-Star Game, battant le précédent record de Bob Cousy avec 13 passes[21].

En 1961-1962, Cincinnati termine deuxième de la division Ouest, mais s'incline toutefois lors du premier tour des playoffs face aux Pistons de Détroit sur le score de trois à un. Robertson, après avoir établi un record de la franchise avec 22 passes lors d'une rencontre contre Syracuse[22], réalise un triple-double de moyenne sur cette série, avec 28,8 points, 11 passes et 11 rebonds. Cela confirme sa saison régulière terminée avec des moyennes de 30,8 points, 12,5 rebonds et 11,4 devenant le premier et le seul de l'histoire de la NBA à terminer une saison avec un triple-double de moyenne. Cela le classe au cinquième rang des marqueurs dans une saison où six joueurs franchissent dépassent la moyenne de trente points ou plus : Wilt Chamberlain avec 50,4, Elgin Baylor avec 38,3, Walt Bellamy avec 31,6, Bob Pettit avec 31.1 et Jerry West et Robertson, tous les deux à 30,8[23]. Il est classé premier des passeurs, devenant également le premier joueur à terminer une saison NBA avec dix passes ou plus[24], terminant également dans le Top 10 des rebondeurs avec une neuvième place[25]. Il réussit également l'exploit d'être le meilleur marqueur, passeur et rebondeur de son équipe[26]. Il est de nouveau élu dans le premier cinq de la ligue et termine troisième des votes désignant le meilleur joueur de la saison derrière Bill Russell et Wilt Chamberlain[27].

Lors de la saison suivante, Cincinnati rejoint la Division Est pour compenser le déménagement des Warriors de Philadelphie à San Francisco. Les Royals terminent deuxième de la division avec un bilan de 43 victoires pour 37 défaites, ce qui constitue le premier bilan positif de la franchise depuis la saison 1953-1954[28]. Après une victoire trois à deux face à Syracuse, Robinson et ses coéquipiers affrontent les Celtics de Boston en finale de conférence, contraignant cette franchise à disputer un match décisif au Boston Garden pour se qualifier grâce à une victoire 142 à 131.

Malgré le renfort de Jerry Lucas, rookie de l'année, les Royals s'inclinent pour la deuxième année consécutive en finale de conférence face aux Celtics sur le score de quatre à un lors de la saison 1963-1964. Les Royals possèdent cinq joueurs avec dix points ou plus de moyenne sur la saison, Robertson, Lucas, Wayne Embry, Jack Twyman et Bob Foozer mais cela s'avère insuffisant[M 1]. Robertson est désigné meilleur joueur de la saison devant Chamberlain et Russell[29]. Il figure de nouveau au sein du meilleur cinq de la ligue. Robertson retrouve le premier rang des passeurs, après une deuxième place derrière Guy Rodgers la saison précédente.

Après une saison régulière ponctuée de 48 victoires et 32 défaites, Cincinnati termine deuxième de la division Est mais s'incline trois à un en playoffs face aux 76ers de Philadelphie qui viennent de voir Wilt Chamberlain les rejoindre. Les statistiques de Robertson sont de 30,4 - troisième de la ligue - 9,0 rebonds et 11,1 passes, statistiques où il est de nouveau le meilleur, que ce soit à la moyenne ou au nombre total de passes. Après cette cinquième saison en NBA, les moyennes en carrière de Robertson de 30,3 points, 10,4 rebonds et 10,6 passes pour 384 rencontres de saison régulière disputées[30].

L'association de Robertson, plus de trente points pour la cinquième fois en six saisons, et Lucas, plus de vingt rebonds pour la deuxième année consécutive, combinée avec la montée en puissance du pivot de deuxième année Happy Hairston qui inscrit 14,1 points de moyenne, permet aux Royals de terminer de nouveau avec un bilan positif[28]. Troisième de la division Est, ils sont opposés aux Celtics en demi-finale de division. Ceux-ci, menés deux à un remportent les deux derniers pour rencontrer les Sixers puis se qualifier une nouvelle fois pour les finales NBA.

Lors de la saison 1966-1967, Cincinnati, après cinq saisons consécutives avec un bilan positif, termine la saison avec 39 victoires pour 42 défaites. Troisième de division, ils perdent lors du premier tour des playoffs face aux Sixers sur le score de trois à un. Robertson termine au deuxième rang des marqueurs avec une moyenne de 30,5, derrière Rick Barry, et des passeurs avec 10,7 derrière Guy Rodgers[31]. Sa moyenne de rebonds est 6,2.

Malgré une blessure à la cuisse qui le prive de dix-sept rencontres[28], il termine troisième du total du nombre de points, derrière Dave Bing et Elgin Baylor, et du total de passes, classement remporté par Chambelain devant Lenny Wilkens. Toutefois, Robertson termine avec la meilleure moyenne dans ces deux statistiques avec 29,2 et 9,7. Il a une moyenne de 6,0 rebonds et termine avec le meilleur pourcentage aux lancers francs avec 87,3 %[32]. Avec bilan négatif de 39 victoires pour 43 défaites, Cincinnati ne parvient pas disputer les playoffs.

Durant la saison 1968-1969, Robertson devient le joueur comptant le plus de passes en carrière, dépassant les 6 945 passes détenues auparavant par Bob Cousy[33]. Il termine pour la septième fois de sa carrière avec la meilleure moyenne à la passe avec 9,8, son total de 772 lui donnant également la première place. Sa moyenne de points, 24,7, est la plus faible depuis le début de sa carrière professionnelle mais cela lui octroie toutefois un cinquième rang dans ce classement. Sa moyenne de rebonds est de 6,4 prises par match. Malgré un bilan équilibré de 41 victoires et 41 défaites, Cincinnati termine cinquième de la division Est ce qui prive la franchise de playoffs pour la seconde année consécutive.

Les statistiques de Robertson sont de 25,3 points, 6,1 rebonds et 8,1 passes lors de la 1969-1970. Cincinnati est de nouveau absent des playoffs en raison d'une cinquième place à l'Est. Durant celle-ci, Bob Cousy, le nouvel entraîneur des Royals, reprend sa carrière de joueur pour disputer sept rencontres aux côtés de Robertson sur la base arrière, mais cela s'avère insuffisant[21]. Cousy, qui a déjà échangé Jerry Lucas, désire reconstruire son équipe et essaye d'échanger Roberstson en février 1970 mais cet échange échoue, Robertson possédant une clause dans son contrat lui permettant de poser son veto[34]. Robertson, qui doit encore une année de contrat, désire une extension de trois ans pour 70 000 dollars selon Cousy mais celui-ci considère ceci comme inacceptable, Robertson n'étant pas aimé par les fans, ce qui ne permet pas à la franchise de jouer à guichets fermés lors des matchs à domicile et entraîne une perte de revenus[34]. Le lendemain du dernier match opposant les Knicks de New York aux Bucks de Milwaukee en finale de conférence, ceux-ci se mettent d'accord avec Cincinnati pour échanger Charlie Paulk et Flynn Robinson contre Robertson[D 1]. Après deux saisons passées avec les Royals, les statistiques d'Oscar Robertson sont de 29,3 points, 10,3 passes et 8,5 rebonds[28].

Bucks de Milwaukee[modifier | modifier le code]

Robertson arrive dans une franchise qui possède un pivot dominant Lew Alcindor[Note 8]. Celui-ci termine en tête du classement des marqueurs lors de la saison 1970-1971 avec 31,7 points par rencontre. Robertson termine au troisième rang des passeurs avec une moyenne de 8,2, et présente des moyennes de 19,4 points et 5,7 rebonds. L'association des deux joueurs permet à Milwaukee de réussir une série de vingt victoires consécutives - ce qui est alors un nouveau record de la ligue[D 2] - de remporter le titre de la division Midwest avec un bilan de 66 victoires pour 16 défaites[D 2]. Les Bucks éliminent facilement les Warriors de San Francisco, quatre à un, puis les Lakers de Los Angeles, privés de Jerry West et Elgin Baylor blessés, sur le même score pour atteindre les Finales NBA[35]. Lors de cette finale, les Bucks s'imposent facilement sur le score de quatre à zéro[35], Roberston inscrivant 22, 22, 20 et 30 points.

Avec 64 rencontres de phase régulière, Robertson réalise son plus faible total de matchs disputés lors de la saison 1971-1972. Il présente des statistiques de 17,4 points, 5,0 rebonds et 7,7 passes. Milwaukee remporte sa division et termine au deuxième rang de la conférence derrière les Lakers. Ils éliminent les Warriors de Golden State pour disputer la finale de conférence mais doivent s'incliner quatre à deux face aux Lakers qui viennent de réaliser la plus grande série de victoires, 33, de l'histoire et terminent la phase régulière avec le meilleur bilan jamais réalisé[35].

La saison suivante, les Bucks terminent avec un bilan de 60 victoires et 22 défaites. En playoffs, ils s'inclinent quatre à deux face aux Warriors de Golden State. Robinson termine la saison régulière avec 15,5 points, 4,9 rebonds et 7,5 passes, terminant quatrième dans cette statistique.

Avec un Kareem Abdul-Jabbar dominateur, meilleur joueur de la ligue, troisième marqueur avec 27,0 points, et quatrième rebondeur avec 14,5 rebonds, les Bucks terminent avec le meilleur bilan de la ligue, 59-23. En playoffs, ils éliminent les Lakers par quatre à un puis les Bulls de Chicago en finale de conférence Ouest[Note 9]. En finale, ils rencontrent les Celtics de Boston dont le joueur majeur est désormais Dave Cowens, meilleur joueur de la saison précédente. Après une victoire des Celtics à Milwaukee, les Bucks égalisent avec victoire en prolongation. Les Celtics reprennent l'avantage sur leur parquet, mais les Bucks égalisent de nouveau. Après une nouvelle défaite à Milwaukee sur le score de 96 à 87, les Bucks vont s'imposer au boston Garden sur le score de 102 à 101 après double prolongation. Les Celtics finissent néanmoins par remporter un nouveau titre NBA grâce à une victoire 102 à 87 lors de manche décisive disputée à Milwaukee[36].

Syndicat des joueurs[modifier | modifier le code]

Robertson a également une influence importante sur la NBA en dehors du terrain. En 1965, il prend la succession de Tom Heinsohn à la tête du syndicat des joueurs, ces deux joueurs étant suffisamment fort et indispensable à leurs équipes pour celles-ci ne puisse user de représailles[37]. En 1964, lors de discussions à propos des pensions, il a déjà menacé, avec d'autres joueurs, de ne pas disputer le NBA All-Star Game[38]. En 1970, il dépose des poursuites contre la NBA à propos de deux sujets : les négociations de fusion avec l'autre ligue professionnelle, American Basketball Association et les droits des joueurs. L'arrivée de cette nouvelle ligue a redonné aux joueurs des possibilités inconnues dans le cadre des négociations, certains joueurs ayant ainsi préféré rejoindre cette nouvelle ligue aux dépens de la NBA à la sortie de l'université. Les joueurs de NBA n'ont aucun accord de négociation collective jusqu'en 1967[38]. Cette poursuite se règle finalement en 1976, ce qui permet alors la fusion entre les deux ligues. La NBA accepte la nouvelle possibilité pour les joueurs de devenir agent libre ou free-agent, les joueurs devant abandonner leur droit de premier refus, right of first refusal[38].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Il est désigné All Consensus All-America à trois reprises, en 1958, 1959, 1960[39]. Il est nommé meilleur joueur de l'année par la United States Basketball Writers Association —trophée qui est renommé Trophée Oscar Robertson depuis 1998— lors des premières attributions de celui-ci, en 1959 et 1960[39]. Il est également désigné Sporting News Player of the Year en 1958, 1959 et 1960, ainsi que meilleur joueur par United Press International ces trois mêmes années[39]. Il ajoute le titre de Helms Foundation Player of the Year Winners lors des années 1959 et 1960[5].

En 1960, il remporte la médaille d'or aux Jeux olympiques d'été de Rome. La sélection américaine, également composée de trois autres membre du Hall of FameWalt Bellamy, Jerry Lucas et Jerry West— est introduite en tant qu'équipe au Hall of Fame[40],[41].

Il obtient un titre de champion NBA en 1971. Il dispute également une finale, en 1974.

Dans cette ligue, il obtient de nombreuses récompenses individuelles. Après le titre de NBA Rookie of the Year (débutant de l'année) en 1961[18], ce qui lui octroie également une place dans le premier cinq des débutants, NBA All-Rookie First Team en 1961[42]. Il reçoit la récompense la plus importante pour un joueur de la ligue avec le titre de NBA Most Valuable Player (meilleur joueur de la saison régulière) en 1964[43]. Il figure dans le premier cinq de la ligue, All-NBA First Team de 1961, lors de sa première saison dans la ligue, à 1971[19]. Il obtient douze sélections au NBA All-Star Game de 1961 à 1972[44], obtenant le titre de NBA All-Star Game Most Valuable Player (meilleur joueur du All-Star Game) en 1961, 1964 et 1969[45].

Sur le plan statistique, il termine meilleur marqueur NBA en 1968 avec une moyenne de 29,2 points[46] et meilleur passeur en 1961 (9,7), 1962 (11,4), 1964 (11,0), 1965 (11,5), 1966 (11,1), 1968 (9,7) et 1969 (9,8)[47]. Il est le joueur ayant donné le plus de passes décisives sur une saison en 1961 (690), 1962 (899), 1964 (868), 1965 (861), 1966 (847) et 1969 (643)[48]. Dans cette statistique de la passe décisive, il devient en 1961-1962 avec 899 passes le détenteur de la meilleure performance sur une saison- record qui sera ensuite battu par Guy Rodgers et qui est désormais détenu par John Stockton- puis lors de la saison 1968-1969, il devient le joueur comptant le plus de passes en carrière, dépassant les 6 945 passes de Bob Cousy. Son record de 9 887 passes à la fin de sa carrière est ensuite battu par Magic Johnson en 1990-1991, celui-ci étant ensuite dépassé par Stockton[33]. Magic Johnson est le joueur qui le prive également de la première place de l'histoire à la moyenne de passes par matchs, lors de la saison 1983-1984[49].

Il termine avec le meilleur pourcentage de réussite au lancer franc en 1964 (85,3) et 1968 (87,3)[50]. Dans cette spécialité, il est le joueur ayant réussi le plus de lancer franc en 1964 (800), 1965 (665), 1968 (576) et 1969 (643)[51]. Au terme de sa carrière, il compte 7 694 lancers francs ce qui le place alors au premier rang de l'histoire de la ligue. Il est dépossédé de cette place lors de la saison 1989-1990 par Moses Malone[52]. Il occupe encore, à l'issue de la saison 2011-2012, le troisième rang de ce classement derrière Karl Malone, premier avec 9 787, et Moses Malone.

Il est également le joueur ayant passé le plus de temps en moyenne par match sur le terrain en 1965 (45,6 minutes).

Oscar Robertson est principalement connu pour sa qualité de joueur complet, ce qui lui permet de détenir le record de triple-doubles de la ligue avec 181. Il devance Magic Johnson, 134 triple-doubles, et Jason Kidd. Son record sur une saison est de 41, réalisés lors de la saison 1961-1962[53]. Lors de celle-ci, il devient le premier, et le seul, joueur de l'histoire de la ligue à terminer la saison avec un triple-double de moyenne sur la saison avec 30,8 points, 12,5 rebonds et 11,4 passes[53]. C'est ainsi qu'il figure dans de nombreux records : il est l'un des quatre joueurs de l'histoire, avec Michael Jordan, LeBron James et Tyreke Evans, à tourner à plus de 20 points, 5 rebonds et 5 passes décisives de moyenne lors de sa saison de rookie[54]. il est aussi l'un des trois joueurs de l’histoire de la NBA à terminer une saison avec plus de 2 250 points, 650 passes décisives et 550 rebonds. Les deux autres sont Michael Jordan en 1988-1989 et LeBron James en 2009-2010. Il est le seul à l'avoir réalisé à quatre reprises. Parmi ses autres records, il figure parmi les huit joueurs, avec Kareem Abdul-Jabbar, Wilt Chamberlain, Alex English, Michael Jordan, Karl Malone, Dominique Wilkins et LeBron James à marquer au moins 2 000 points pendant sept saisons consécutives[55]. LeBron James est le seul autre joueur à réussir au moins 2 000 points, prendre 500 rebonds et donner 500 passes décisives durant six saisons : James, après être devenu le deuxième à réussir cette performance lors de quatre saisons en 2009[56] le rejoint lors de la saison 2010-2011. Toutefois, Robertson est le seul à le faire de manière consécutive.

Il reçoit également des récompenses qui ne sont pas directement attribuées par la NBA. Il est ainsi classé troisième au classement des meilleurs joueurs de tous les temps par Slam en 2003, puis cinquième lors de la réévaluation de celui-ci en 2010[57]. Il est également reconnu comme l'un des meilleurs joueurs de l'histoire par ses pairs : il est ainsi élu au Hall of Fame en 1979[58], puis au National Collegiate Basketball Hall of Fame en 2006 lors de la création de celui-ci, et enfin au FIBA Hall of Fame en 2009[59]. Il est sélectionné parmi les meilleurs joueurs du cinquantenaire de la NBA en 1996[60].

Son maillot, le n°14 a été retiré par les Kings de Kansas City et le n°1 a été retiré par les Bucks de Milwaukee.

Vie personnelle et personnalité[modifier | modifier le code]

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Il se marie à Yvonne Crittenden, de quatre ans son ainée et professeur d'école primaire à Cincinnati[61], le 25 juin 1960. Le couple a trois filles, Shana qui travaille dans une entreprise de chimie de son père, Tia et Mari[62]. Robertson revient sur la scène médiatique en 1997 lorsqu'il donne un rein à sa deuxième fille, Tia, qui souffre de lupus - maladie dégénérative - diagnostiqué vers la fin de l'année 1989 après que des cicatrices soient apparues sur ses doigts[63], En 1994, les docteurs lui annoncent que ses reins sont atteints. En 1996, elle doit vivre sous dialyse. La famille envisage la transplantation d'organe et Oscar Robertson et sa fille ainée sont de bons candidats à celle-ci[63]. En avril 1997, la transplantation a lieu avec succès. Robertson accepte de médiatiser son action pour favoriser les dons et greffes d'organes[63].

De la même façon, il n'hésite à communiquer sur le cancer de la prostate, maladie qui lui est diagnostiquée en 2010. Il se fait opérer. Désormais guéri, il fait partie du comité directeur de la International Prostate Cancer Foundation et fait des conférences sur le sujet[64].

Personnalité[modifier | modifier le code]

Robertson est un joueur très exigeant envers lui-même comme envers ses coéquipiers, pouvant parfois se montrer intransigeant vis-à-vis de ceux-ci[RT 1]. Même pour un match d'entraînement, Oscar Robertson ne désire pas perdre, reprenant ainsi un coéquipier qui balance un tir aveugle alors que les deux équipes sont à seize partout dans un match disputé en quinze points avec deux points d'écart[T 6].

Lorsqu'il fait la visite des différentes universités pouvant l'accueillir, il rencontre Branch McCracken, l'entraîneur des Hoosiers de l'Indiana, université dont Robertson désire porter le maillot[T 7]. Après la première question de celui-ci, Robertson se lève, se retourne vers Ray Crowe, son entraîneur de lycée qui l'accompagne, et lui signifie leur départ : il prend comme une insulte le fait que McCracken puisse supposer que Robertson vienne dans son université pour de l'argent[T 7].

Racisme[modifier | modifier le code]

Comme de nombreux afro-américains à cette époque, Robertson est victime de racisme. Il y est confronté dès sa jeunesse : il effectue en 1942, à quatre ans, un long trajet en bus entre le Tennessee et Cincinnati avec ses frères et sa mère pour rejoindre son père, venu chercher du travail en Indiana. Lors de celui-ci, ils ne sont pas autorisés à manger dans les restaurants du parcours[65]. Dans son enfance, il ne peut aller au théâtre ou au restaurant : il mange la première fois dans un restaurant en 1955 pour fêter le titre de champion de l'état avec Crispus Attucks High School, l'équipe étant invitée au Fendrick's, restaurant du centre d'Indianapolis[65].

En décembre 1957, lors d'un match des Bearcats de Cincinnati à Houston, l'entraîneur le rejoint dans sa chambre et lui demande de quitter les lieux, l’hôtel n'acceptant pas les noirs. Il doit alors séjourner au campus de l'université du sud Texas[T 8], ses coéquipiers restant à l'hôtel. Après avoir dans un premier temps envisagé de ne pas jouer le match suivant, il joue sans échauffement et inscrit 25 points[T 8]. L'année suivante, avant de jouer à Houston et au Texas, Robertson conseille à son coéquipier John Bryant de prendre de l'argent : si ils sont confrontés à la même situation, il prendra un bus pour rentrer[T 8]. L'équipe entière passe la nuit sur le campus de l'université de Houston.

En 1958, peu avant le Dixie Classic, tournoi réputé regroupant les quatre universités de Caroline du Nord et quatre grosses universités du pays, il reçoit une lettre du Ku Klux Klan lui signifiant que s'il se présente au tournoi, il sera tué[T 9]. Parmi les autres incidents qui l'ont marqué, il se rend à un match de baseball pour voir évoluer Jackie Robinson mais il est stupéfait de voir que tous les spectateurs noirs sont regroupés dans une zone des tribunes[65].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Universitaires[modifier | modifier le code]

Statistiques en saison régulière d'Oscar Robertson[44]

Année Équipe Matches Titul. Min./m. %tir %3pts %l-f t. rbds. rbds/m. t. pass. pass/m. int/m. ctr/m. f./m. t. pts pts/m.
1957-58 CINCY 28 38,8 57,1 78,9 425 15,2 984 35,1
1958-59 CINCY 30 39,1 50,9 79,4 489 16,3 206 6,9 489 32,6
1959-60 CINCY 30 38,5 52,6 75,6 424 14,1 219 7,3 424 33,7
Carrière 88 38,8 53,5 78,0 1338 15,2 425 7,1 2973 33,8

Professionnelles[modifier | modifier le code]

Saison régulière[modifier | modifier le code]

Légende :

Leader de la ligue

gras = ses meilleures performances

Statistiques en saison régulière d'Oscar Robertson[44]

Année Équipe Matches Titul. Min./m. %tir %3pts %l-f t. rbds. rbds/m. t. pass. pass/m. int/m. ctr/m. f./m. t. pts pts/m.
1960-1961 CIN 71 42,7 47,3 % 82,2 % 716 10,1 690 9,7 3,1 2165 30,5
1961-1962 CIN 79 44,3 47,8 % 80,3 % 985 12,5 899 11,4 3,3 2432 30,8
1962-1963 CIN 80 44,0 51,8 % 81,0 % 835 10,4 758 9,5 3,7 2264 28,3
1963-1964 CIN 79 45,1 48,3 % 85,3 % 783 9,9 868 11,0 3,5 2480 31,4
1964-1965 CIN 75 45,6 48,0 % 83,9 % 674 9,0 861 11,5 2,7 2279 30,4
1965-1966 CIN 76 46,0 47,5 % 84,2 % 586 7,7 847 11,1 3,0 2378 31,3
1966-1967 CIN 79 43,9 49,3 % 87,3 % 486 6,2 845 10,7 2,9 2412 30,5
1967-1968 CIN 65 42,5 50,0 % 87,3 % 391 6,0 633 9,7 3,1 1896 29,2
1968-1969 CIN 79 43,8 48,6 % 83,8 % 502 6,4 772 9,8 2,9 1955 24,7
1969-1970 CIN 69 41,5 51,1 % 80,9 % 422 6,1 558 8,1 2,5 1748 25,3
1970-1971 MIL 81 39,4 49,6 % 85,0 % 462 5,7 668 8,2 2,5 1569 19,4
1971-1972 MIL 64 37,3 47,2 % 83,6 % 323 5,0 491 7,7 1,8 1114 17,4
1972-1973 MIL 73 37,5 45,4 % 84,7 % 360 4,9 551 7,5 2,3 1130 15,5
1973-1974 MIL 70 35,4 43,8 % 83,5 % 279 4,0 446 6,4 1,1 0,1 1,9 888 12,7
Carrière 1 040 42,2 48,5 % 83,8 % 7804 7,5 9887 9,5 1,1 0,1 2,8 26710 25,7

Playoffs[modifier | modifier le code]

Statistiques en Playoffs d'Oscar Robertson[44]

Année Équipe Matches Titul. Min./m. %tir %3pts %l-f t. rbds. rbds/m. t. pass. pass/m. int/m. ctr/m. f./m. t. pts pts/m.
1962 CIN 4 46,3 51,9 % 79,5 % 44 11,0 44 11,0 115 28,8
1963 CIN 12 47,5 47,0 % 86,4 % 156 13,0 108 9,0 381 31,8
1964 CIN 10 47,1 45,5 % 85,8 % 89 8,9 84 8,4 293 29,3
1965 CIN 4 48,8 42,7 % 92,3 % 19 4,8 48 12,0 112 28,0
1966 CIN 5 44,8 40,8 % 89,7 % 38 7,6 39 7,8 159 31,8
1967 CIN 4 45,8 51,6 % 89,2 % 16 4,0 45 11,3 99 24,8
1971 MIL 14 37,1 48,6 % 75,4 % 70 5,0 124 8,9 256 18,3
1972 MIL 11 34,5 40,7 % 83,3 % 64 5,8 83 7,5 144 13,1
1973 MIL 6 42,7 50,0 % 91,2 % 28 4,7 45 7,5 127 21,2
1974 MIL 16 43,1 45,0 % 84,6 % 54 3,4 149 9,3 224 14,0
Total 86 42,7 46,0 % 85,5 % 578 6,7 769 8,9 1910 22,2

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La saison 1954 des Indians de Milan High School a fait l'objet d'un film Hoosiers sorti en 1986.
  2. À cette époque, un joueur a dix secondes pour tirer son lancer franc.
  3. Le titre de Consensus Player of the Year est établi à partir des trophées décernés par différents organismes.
  4. Le champion olympique est le vainqueur d'un groupe de quatre équipes, qualifiées après un groupe de demi-finale qualifiant deux équipes par groupe. Le résultat opposant les deux équipes qualifiées en demi-finale est conservé dans le classement du Final round. Les quatre équipes sont l'Italie, le Brésil, l'URSS et les États-Unis.
  5. Le repêchage « géographique », ou Territorial Pick, en vigueur de 1950 à 1965, permet à une franchise de retenir un joueur formé à proximité de l'implantation de l'équipe professionnelle, la zone étant limitée à 50 miles autour de sa salle.
  6. le terme de repêchage est également utilisé dans les parties francophones de l'Amérique du Nord.
  7. Le terme de recrue est utilisé dans les pays francophones d'Amérique du Nord pour désigner un joueur effectuant sa première saison.
  8. Lew Alcindor prend ensuite le nom de Kareem Abdul-Jabbar le 1er mai 1971 en raison de ses croyances religieuses.
  9. Les Bulls jouent dans la Division Ouest, puis dans la Conférence Ouest - Division Midwest - jusqu'à la saison 1980-1981.

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • (en) Joel H. Cohen, Basketball Hall of Famers, The Rosen Publishing Group,‎ 2001, 112 p. (ISBN 9780823934850)
  1. a, b et c Cohen, p. 10
  2. Cohen, p. 7
  3. a et b Cohen, p. 14
  • (en) Michael Perry et Nick Lachey, Tales from the Cincinnati Bearcats Hardwood, Sports Publishing LLC,‎ 2004, 200 p. (ISBN 9781582617459)
  • Matt Tustison, Sacramento Kings Inside the NBA, ABDO,‎ 2011, 48 p. (ISBN 9781617877957)
  1. Matt Tustison, p. 23
  • Gary Derong, Milwaukee Bucks Inside the NBA, ABDO,‎ 2012, 48 p. (ISBN 9781617877858)
  1. Gary Derong, p. 7
  2. a et b Gary Derong, p. 10
  • Ron Thomas, They Cleared the Lane: The Nba's Black Pioneers, U of Nebraska Press,‎ 2004, 288 p. (ISBN 9780803294547)
  1. Ron Thomas, p. 207

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Wayne Drehs, « The forgotten Hoosiers », sur sports.espn.go.com,‎ 26 février 2009 (consulté le 23 avril 2012)
  2. (en) Ron Flatter, « Oscar defined the triple-double », sur espn.go.com (consulté le 22 avril 2012)
  3. (en) Oscar Robertson, « When the Big O First Played the Garden: 56 in '58 »,‎ 9 mars 2008 (consulté le 22 avril 2012)
  4. (en)« 1957-58 Season Summary », sur sports-reference.com (consulté le 24 avril 2012)
  5. a, b et c (en)« 1958-59 Season Summary », sur sports-reference.com (consulté le 24 avril 2012)
  6. (en)David L. Hudson, Basketball Championships’ Most WantedTM, Potomac Books, Inc.,‎ 2007 (ISBN 9781612340296, lire en ligne)
  7. (en) « Greatest College Basketball Teams: Spotlight 1960 Cincinnati », sur stellarcollegebballgame.com (consulté le 24 avril 2012)
  8. (en)« 1959-60 Season Summary », sur sports-reference.com (consulté le 24 avril 2012)
  9. (en) Bob Schaller, Dave Harnish, « The Greatest College Players », sur netplaces.com (consulté le 22 avril 2012)
  10. a, b et c (en) « Cincinatti Bearcats - Individual Single Game Highs », sur gobearcats.com (consulté le 24 avril 2012)
  11. (en) « Third Pan American Games 1959 », sur usabasketball.com (consulté le 29 avril 2012)
  12. a et b (en) « Games of the XVIIth Olympiad -- 1960 », sur www.usabasketball.com (consulté le 22 avril 2012)
  13. (en) « 1960 United States Olympic Team », sur hoophall.com (consulté le 5 mai 2012)
  14. (en) « Oscar Robertson », sur sports-reference.com (consulté le 22 avril 2012)
  15. (en) Steven Leventhal, « Book Report - "The Big O" by Oscar Robertson »,‎ 5 décembre 2010 (consulté le 5 mai 2012)
  16. (en)« 1960-61 NBA Leaders », sur basketball-reference.com (consulté le 24 avril 2012)
  17. a et b (en)« For single seasons; played in the NBA/BAA; in the regular season; from 1946-47 to 2011-12; in rookie season; sorted by descending Points Per Game », sur basketball-reference.com (consulté le 24 avril 2012)
  18. a et b (en) « NBA & ABA Rookie of the Year Award Winners », sur basketball-reference.com (consulté le 22 avril 2012)
  19. a et b (en) « All-NBA & All-ABA Teams », sur basketball-reference.com (consulté le 22 avril 2012)
  20. (en) « 1961 NBA All-Star Game Box Score West 153, East 131 », sur basketball-reference.com (consulté le 24 avril 2012)
  21. a et b (en) « Oscar Palmer Robertson », sur nba.com (consulté le 24 avril 2012)
  22. (en)« Back in Time: October 29 », sur sportsillustrated.cnn.com (consulté le 24 avril 2012)
  23. (en) Oscar Robertson, « N.B.A. Should Honor Its History and Learn From It », sur nytimes.com,‎ 24 décembre 2011 (consulté le 5 mai 2012)
  24. (en)« NBA & ABA Yearly Leaders and Records for Assists Per Game », sur basketball-reference.com (consulté le 24 avril 2012)
  25. (en)« 1961-62 NBA Leaders », sur basketball-reference.com (consulté le 24 avril 2012)
  26. (en)« 1961-62 NBA Leaders1961-62 Cincinnati Royals Roster and Statistics », sur basketball-reference.com (consulté le 24 avril 2012)
  27. (en)« 1961-62 NBA Awards Voting », sur basketball-reference.com (consulté le 24 avril 2012)
  28. a, b, c et d (en)« sacramento Kings history », sur nba.com (consulté le 27 avril 2012)
  29. (en)« 1963-64 NBA Awards Voting », sur basketball-reference.com (consulté le 24 avril 2012)
  30. (en)Larry Schwartz, « The O in wow », sur espn.go.com (consulté le 24 avril 2012)
  31. (en)« 1966-67 NBA Leaders », sur basketball-reference.com (consulté le 27 avril 2012)
  32. (en)« 1967-68 NBA Leaders », sur basketball-reference.com (consulté le 27 avril 2012)
  33. a et b (en)« NBA & ABA Progressive Leaders and Records for Assists », sur basketball-reference.com (consulté le 24 avril 2012)
  34. a et b (en) « Robertson Trade Falls Through As Bullets Refuse Demand, Too », Toledo Blade,‎ 2 février 1970 (lire en ligne)
  35. a, b et c (en)« 1971 NBA Finals: Milwaukee 4, Baltimore 0 - 'Big O' Completes Bucks' Championship Run  », sur nba.com (consulté le 27 avril 2012)
  36. (en)« 1974 NBA Finals: Boston 4, Milwaukee 3 Celtics Win First Title of Post-Russell Era  », sur nba.com (consulté le 27 avril 2012)
  37. (en) Tom Groeschen, « Robertson, an NBA union pioneer, says league made him pay », sur reds.enquirer.com,‎ 15 avril 2002 (consulté le 29 février 2012)
  38. a, b et c (en) William C. Rhoden, « Remembering Big O’s Legacy Amid the Glitter », sur nytimes.com,‎ 12 février 2007 (consulté le 29 février 2012)
  39. a, b et c (en) « Award Winners », sur ncaa.org (consulté le 22 avril 2012)
  40. (en) Chris Sheridan, « Robertson: 1960 Team USA set standard », sur sports.espn.go.com,‎ 12 août 2010 (consulté le 22 avril 2012)
  41. (en) « 1960 United States Olympic Team », sur hoophall.com (consulté le 22 avril 2012)
  42. (en) « NBA & ABA All-Rookie Teams », sur basketball-reference.com (consulté le 22 avril 2012)
  43. (en) « NBA & ABA Most Valuable Player Award Winners », sur basketball-reference.com (consulté le 22 avril 2012)
  44. a, b, c et d (en) « Oscar Robertson », sur basketball-reference.com (consulté le 22 avril 2012)
  45. (en) « NBA & ABA All-Star Game Most Valuable Player Award Winners », sur basketball-reference.com (consulté le 22 avril 2012)
  46. (en) « 1967-68 NBA Leaders », sur basketball-reference.com (consulté le 22 avril 2012)
  47. (en) « NBA & ABA Yearly Leaders and Records for Assists Per Game », sur basketball-reference.com (consulté le 22 avril 2012)
  48. (en) « NBA & ABA Yearly Leaders and Records for Assists Per Game », sur basketball-reference.com (consulté le 22 avril 2012)
  49. (en) « NBA & ABA Progressive Leaders and Records for Assists Per Game », sur basketball-reference.com (consulté le 29 avril 2012)
  50. (en) « NBA & ABA Yearly Leaders and Records for Free Throw Pct », sur basketball-reference.com (consulté le 22 avril 2012)
  51. (en) « NBA & ABA Yearly Leaders and Records for Free Throws », sur basketball-reference.com (consulté le 22 avril 2012)
  52. (en) « NBA & ABA Progressive Leaders and Records for Free Throws », sur basketball-reference.com (consulté le 29 avril 2012)
  53. a et b (en) « Tip-Off Timer: Oscar's Triple-Double Season in '62 Still Shines », sur aolnews.com,‎ 26 août 2009 (consulté le 28 avril 2012)
  54. (en) Patrick Ibarra, « Tyreke Evans joins Oscar Robertson, Michael Jordan, LeBron James with historic feat », sur www.examiner.com,‎ 13 avril 2010 (consulté le 28 avril 2012)
  55. (en) Patrick Ibarra, « History beckons as LeBron nears another 2,000-point season », sur nba.com,‎ 5 avril 2011 (consulté le 28 avril 2012)
  56. (en) « LeBron joins Big O in prestigious club », sur sports.espn.go.com,‎ 25 mars 2009 (consulté le 28 avril 2012)
  57. (en) « The New Top 50 », sur slamonline.com,‎ 19 juin 2009 (consulté le 5 mai 2012)
  58. (en) « Oscar P. Robertson », sur hoophall.com (consulté le 22 avril 2012)
  59. (en) « Oscar ROBERTSON (2009 Class) », sur halloffame.fiba.com (consulté le 22 avril 2012)
  60. (en) « NBA at 50 celebrates legends of league », sur nba.com (consulté le 29 avril 2012)
  61. (en) « A Roundup Of The Sports Information Of The Week », sur sportsillustrated.cnn.com,‎ 4 juillet 1960 (consulté le 29 avril 2012)
  62. (en) Porter, Basketball: A Biographical Dictionary, Greenwood Publishing Group,‎ 2005, 589 p. (ISBN 9780313309526, lire en ligne)
  63. a, b et c (en) « Big O: All-star family man », sur enquirer.com,‎ 9 octobre 1997 (consulté le 29 avril 2012)
  64. (en) Josh Robbins, « Oscar Robertson will visit Orlando to raise awareness about prostate cancer », sur articles.orlandosentinel.com,‎ 16 février 2012 (consulté le 5 mai 2012)
  65. a, b et c Jeff Rabjohns, « The Big O recalls glory in an age of injustice » [PDF], sur home.comcast.net,‎ 27 février 2005 (consulté le 3 mai 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Ses œuvres[modifier | modifier le code]

Oscar Robertson est l'auteur de quelques livres :

  • (en) Oscar Robertson, The Art of Basketball: A Guide to Self-Improvement in the Fundamentals of the Game, Oscar Robertson Media Ventures,‎ 1998, 96 p. (ISBN 978-0-9662483-0-2)
  • (en) Oscar Robertson, The Big O: My Life, My Times, My Game, Rodale,‎ 2003, 342 p. (ISBN 1-57954-764-8)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]