Nikola Karabatic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Karabatic.
Nikola Karabatic
{{#if:
Nikola Karabatic au défilé des médaillés français des JO 2012
Nikola Karabatic au défilé des médaillés français des JO 2012
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 11 avril 1984 (30 ans)
Lieu Niš, Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie
aujourd'hui Serbie Serbie
Taille 1,95 m (6 5)
Poids 102 kg (224 lb)
Poste Arrière gauche / Demi-centre
Surnom(s) Néo, Kara, Niko, NK 22
Situation en club
Club actuel Drapeau : Espagne FC Barcelone
Numéro 33 (en club)
13 en équipe nationale
Parcours junior
Saisons Club
1990-1992 Strasbourg Robertsau Handball
1992-2000 Thau Handball Frontignan
- CREPS Montpellier
Parcours professionnel *
Saisons Club M. (B.)
2000-2005 Drapeau : France Montpellier HB 83 (238)
2005-2009 Drapeau : Allemagne THW Kiel 193 (1173)
2009-01/2013 Drapeau : France Montpellier AHB 70 (330)
02-06/2013 Drapeau : France Pays d'Aix 13 (80)
dep. 2013 Drapeau : Espagne FC Barcelone
Sélections en équipe nationale **
Année(s) Équipe M. (B.)
dep. 2002 Drapeau : France France 227 (952)[1]
* Matchs joués et buts marqués dans chaque club
comptant pour le championnat national
et les compétitions nationales et continentales.
** Matchs joués et buts marqués pour l'équipe
nationale en match officiel.

Nikola Karabatic (également orthographié Nikola Karabatić ; en alphabet cyrillique Никола Карабатић ; prononcé [ni.ko.la ka.ra.ba.tit͡ɕ ]) né à Niš en Yougoslavie (aujourd'hui en Serbie), le 11 avril 1984 est un joueur français de handball d'origine croate par son père Branko Karabatić et serbe par sa mère[2],[3]. Il mesure 1,95 m et pèse 102 kg. Il évolue au poste d'arrière gauche ou de demi-centre en équipe de France et au sein du club espagnol du FC Barcelone. Plusieurs fois champion de France et d'Allemagne, qui comptent parmi les plus prestigieux et relevés championnats en Europe avec l'Espagne, il est également détenteur de deux ligues des champions, en 2003 avec Montpellier et 2007 avec Kiel.

Avec l'équipe de France, Nikola Karabatic fait partie d'une des plus grandes sélections de tous les temps. Il est double champion olympique (2008 et 2012), double champion du monde (2009 et 2011) et triple champion d'Europe (2006, 2010 et 2014).

Le 6 août 2008, il est officiellement désigné meilleur handballeur de l'année en 2007 par l'IHF. Il est considéré comme étant l'un des meilleurs joueurs du monde de par sa puissance physique, son habileté technique et son intelligence tactique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière en clubs[modifier | modifier le code]

Montpellier[modifier | modifier le code]

Nikola est l'un des rares joueurs à avoir réussi à haut niveau sans être passé par un pôle espoirs, mais par le centre de formation de Montpellier. Nikola Karabatic dispute son premier match en Ligue nationale de handball en 2001, à l'âge de 17 ans, lors d'une rencontre à Toulouse. Il inscrit deux buts décisifs. Il remporte son premier trophée cette même année avec une victoire en Coupe de France.

Ayant remporté le titre de champion de France de la saison 2000-2001, Chambéry prive le club héraultais de participation à la Ligue des champions. La deuxième place du championnat lui permet toutefois de disputer la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe, compétition qui se termine en quart de finale face au club espagnol de BM Ciudad Real qui remporte ensuite le titre. En France, le club de Montpellier retrouve le titre de champion qu'il avait remporté lors de trois saisons consécutives avant de le laisser à Chambéry. Ce dernier club est également battu par Montpellier lors de la finale de la Coupe de France sur le score de 23-22.

Lors de la Ligue des champions 2002-2003, Montpellier termine en tête de son groupe du tour principal avec une seule défaite face à Ljubljana. Lors du quart de finale, le club français obtient le nul lors du match aller face à RK Zagreb puis s'impose à domicile 34 à 25. En demi-finale, Montpellier retrouve Ljubljana qui a éliminé le club allemand de THW Kiel lors du tour précédant. Montpellier obtient de nouveau le nul lors du match aller avant de l'emporter à domicile. Lors de la finale, le club héraultais est opposé à un club espagnol, le Portland San Antonio où évolue Jackson Richardson. Les Espagnols sont favoris et emportent le match aller de huit buts, 27 à 19 à Pampelune malgré 11 buts de Karabatic[4]. Lors du match disputé dans le palais des sports René Bougnol, à la mi-temps, Montpellier a refait la moitié de son retard, puis l'emporte finalement sur le score de 31 à 19 pour remporter la première Ligue des champions du handball français. Karabatic inscrit 5 buts lors de cette rencontre, dont 3 jets de sept mètres. C'est son coéquipier Michaël Guigou qui alimente cette fois le score montpelliérain avec 10 buts[5]. Montpellier remporte également le championnat et la Coupe de France, mais ne parvient pas à réaliser le « grand chelem » en raison d'une défaite 27 à 23 face à US Créteil Handball lors de la Coupe de la Ligue.

Le vainqueur de la Ligue des champions 2003 termine sa saison européenne lors des huitièmes de finale face au club hongrois de Pick Szeged, défaite 29-22 à l'aller en Hongrie puis victoire insuffisante 27-26 au retour. Karabatic est également nommé meilleur arrière gauche de la ligue. Cette équipe comporte deux autres Montpelliérains, Michael Guigou et Gregory Anquetil[6]. En France, Montpellier remporte son septième titre de champion en devançant Créteil, club qu'il bat également en finale de la Coupe de la Ligue sur le score de 26-23.

En décembre 2004, il annonce qu'il a signé un contrat de quatre ans en faveur du club allemand de THW Kiel. Ce choix aux détriments des meilleurs clubs espagnols de la Liga ASOBAL est lié également aux liens existant entre Branko Karabatić, son père, et Zvonimir « Noka » Serdarušić, l'entraîneur du club allemand[7]. La présence dans le club allemand de Stefan Lövgren, joueur qu'il considère comme le « joueur du siècle » et dont il accrochait les posters aux murs de sa chambre dans son enfance, est également prépondérante. Ce transfert prenant effet lors de la saison suivante, Karabatic continue d'amasser les titres avec son club : il remporte les trois titres du handball français : Coupe de la Ligue grâce à une victoire 27-21 face à Paris Handball, Coupe de France, 31-22 face à Chambéry, et championnat devant Paris Handball[6]. Sur la scène européenne, Montpellier, après avoir éliminé le club de Flensburg en quart de finale sur un exploit de Gregory Anquetil lors du match retour en Allemagne[Notes 1], échoue face au club espagnol de Ciudad Real qui l'emporte 30 à 24 à domicile - six buts pour Karabatic, meilleur marqueur montpelliérain avec Guigou[8] puis parvient à conserver cet avantage en ne s'inclinant que de deux buts lors du match retour, 33 à 31 où Karabatic inscrit six nouveaux buts[9]

Kiel : Bundesliga et sommet de l'Europe[modifier | modifier le code]

Nikola Karabatic débute sa carrière en Allemagne par une victoire lors de la Supercoupe d'Allemagne face à SG Flensburg Handewitt sur le score de 36 à 34, rencontre où il inscrit six buts[10]. Pour sa première saison à Kiel, il termine la saison européenne lors d'une élimination en quart de finale. Opposé à Flensburg, un autre club allemand, Kiel remporte le match retour 34 à 32 mais s'était auparavant incliné 32 à 28 lors du match aller. En Bundesliga, Kiel remporte 31 de ses 34 rencontres et ne subit que trois défaites, ce qui lui permet de remporter le titre avec 7 points d'avance sur son vainqueur de la Coupe d'Europe[11]. Pour sa première saison, Karabatic inscrit au total 306 buts en 49 rencontres, dont 226 en Bundesliga et 52 en Ligue des champions[12].

Lors de sa seconde saison dans le club allemand, il est rejoint par son coéquipier de l'équipe de France, Thierry Omeyer. Il ne participe pas à la première finale disputée par son club, défaite face au HSV Hambourg en Supercoupe d'Allemagne sur le score de 35 à 39, en raison du contusion au bras[13]. Il termine, avec un total de 89 buts, meilleur marqueur de la Ligue des champions, devançant le Danois Lars Christiansen de 5 buts[14]. La décision entre ces deux joueurs se fait lors de la rencontre retour opposant Kiel à un autre club allemand, SG Flensburg-Handewitt, club où évolue le Danois. Lors de ce retour joué à Kiel, Karabatic inscrit 9 buts contre 2 à son adversaire[15]. La victoire 29 à 27, après un match nul 28 partout à l'aller, permet également au Français de remporter son second titre dans cette compétition après la victoire de 2003. Kiel, qui avait déjà gagné trois coupes EHF, remporte pour sa part la première Champions League de son histoire[16]. En Bundesliga, Kiel remporte le titre lors de la dernière journée en gagnant la partie contre Nordhorn. Cette victoire lui assure le même nombre de points que le HSV Hambourg. Le titre est alors attribué à la différence de but favorable à Kiel[17]. C'est le troisième titre de la saison pour le THW, celui-ci ayant également remporté la Coupe d'Allemagne. Karabatic est également récompensé à titre individuel du trophée de meilleur joueur de la Bundesliga[18]. Lors de cette saison, il inscrit au total 342 buts sous le maillot du club allemand en 50 rencontres disputées[19]. Malgré les sollicitations des clubs espagnols de Barcelone et de BM Ciudad Real, il prolonge également son contrat de trois ans, ce qui le lie avec le club allemand jusqu'en 2012[20].

Nikola Karabatic sous le maillot de Kiel
Nikola Karabatic sous le maillot du THW Kiel.

L'ambition du club allemand lors de la saison 2007-2008 est de renouveler ce triplé. Kiel débute sa saison par une victoire en Supercoupe d'Allemagne face à SG Kronau-Östringen sur le score de 41 à 31 : il inscrit sept buts[21]. Kiel domine la Bundesliga avec seulement trois défaites et un seul nul et devance le club de Flensburg-Handewitt. Pour la seconde année consécutive, Karabatic se voit décerner le titre de joueur de l'année, son entraîneur Noka Serdarusic recevant pour sa part le titre d'entraîneur de l'année[18]. En ligue des champions, Kiel est opposé au FC Barcelone lors de la demi-finale. Une victoire de 10 buts lors de la rencontre aller sur le score 41 à 31 permet aux Allemands d'atteindre la finale malgré une défaite de 7 buts au retour à Barcelone. En finale, Kiel retrouve un autre club espagnol, le BM Ciudad Real. Kiel semble avoir fait la différence lors du match aller en s'imposant en Espagne sur le score de 29 à 27, mais la semaine suivante, Ciudad s'impose de six buts à la Sparkassen-Arena de Kiel pour remporter le titre européen[22],[23]. Karabatic termine au cinquième rang des buteurs de la compétition avec 87 (88 selon le site du club de Kiel). Il totalise 311 buts au total sur l'ensemble de la saison[24].

En juin 2008, Kiel rompt le contrat, qui courait jusqu'à 2009, avec Noka Serdarušić, qui occupait le poste d'entraîneur depuis 1993[25]. Karabatic, très proche de son entraîneur qu'il considère presque comme un second père, se déclare alors déçu de cette décision[26]. Il envisage même de le rejoindre dans le club de Rhein-Neckar Löwen, club où Serdarusic est alors susceptible de signer. Cette signature ne se fait pas et Karabatic reste une nouvelle saison à Kiel. Pour sa quatrième saison au club, il est de nouveau privé d'une participation à la supercoupe d'Allemagne en raison d'une blessure[27]. Il termine au seizième rang des buteurs avec 62 buts de la Ligue des champions[28]. Ses meilleures performances statistiques se situent lors de la première journée, victoire 31 à 27 à Barcelone, puis lors des rencontres décisives de fin de compétition : il inscrit ainsi sept buts lors de la rencontre retour de la demi-finale face à Rhein-Neckar Löwen, défaite 31 à 30 mais qualification grâce à une victoire 37 à 23 à l'aller avec encore six buts de Karabatic. Il renouvelle son meilleur total de sept buts lors des deux rencontres de la finale face à Ciudad Real. Le club allemand emporte le match aller 39 à 34[29] et semble en mesure de prendre sa revanche après la défaite de la saison précédente. Mais lors du retour, Ciudad comble ce retard de cinq buts pour l'emporter 33 à 27[30],[Notes 2]. Kiel a également remporté son quinzième titre de champion d'Allemagne, titre obtenu quelques jours avant la demi-finale de la ligue des champions. C'est le quatrième en quatre saisons disputées pour Karabatic. Il remporte également sa troisième coupe d'Allemagne consécutive lors d'une victoire 30 à 24 face à VfL Gummersbach[31]. Son nombre de total de buts marqués sur la saison est de 194 en 45 rencontres[32].

Retour à Montpellier[modifier | modifier le code]

En juin 2009, le site du club de Kiel annonce officiellement le départ de Karabatic, accompagné de son coéquipier le Slovène Vid Kavtičnik, pour le club de Montpellier[33]. Les causes de ce départ sont multiples : Karabatic retrouve son ancien club où son frère Luka évolue à un poste de pivot. Son père est également membre du club avec un poste d'entraîneur des gardiens. D'autres part, les relations entre Karabatic et son ancien club se sont un peu détériorées : Karabatic reproche le remplacement de son ancien entraîneur, Noka Serdarusic. Il explique également vouloir « "...amener le MAHB au niveau de Kiel, du Barça et de Ciudad Real (le champion d’Europe). »[34]. Pour réussir ce transfert et trouver la somme de 1,5 million d'euros demandée par le club allemand, Montpellier doit recourir à des aides locales pour apporter les 800 000 euros qui lui manquent, le club apportant les 700 000 initiaux. L'agglomération, la ville et la région s'associent pour financer ces 800 000 euros[35].

Nikola Karabatic en 2010.

Avec le retour de Karabatic, Montpellier est plus que jamais le grand favori du championnat de France de la saison 2009-2010. Pour sa première partie sur les parquets français en compétition officielle depuis son départ de Kiel, il inscrit cinq buts lors d'une victoire 47 à 25 face à Créteil. Karabatic et ses coéquipiers dominent le championnat, ne concédant qu'une seule défaite, 31 à 24 face au club rival de Chambéry. En mars 2010, il remporte un second trophée en l'emportant lors de la finale de la coupe de la ligue face à Saint-Raphaël Var Handball. Le dernier trophée en France, la coupe de France, est remportée 33 à 26 face à Tremblay en France. En huitièmes de finale de la ligue des champions, Montpellier est opposé aux Danois de KIF Kolding. Après un nul 26 partout à l'aller, les Héraultais l'emportent de cinq buts au retour, rencontre où Karabatic inscrit 7 buts[36]. Lors du tour suivant, déjà privé de deux joueurs majeurs blessés, Guigou et Kavtičnik, Montpellier perd Nikola Karabatic qui se blesse, déchirure musculaire aux quadriceps, lors de la rencontre aller contre Medvedi Tchekhov[37]. Cette blessure met un terme à sa saison. Malgré son absence, Montpellier parvient à combler son retard de cinq buts lors de la partie retour. Toutefois, le club français échoue dans sa tentative de rejoindre le premier Final Four de l'histoire de la compétition en s'inclinant aux jets de sept mètres sur le score de 5 à 4[38].

Pour la saison 2010-2011, Montpellier dispose d'une nouvelle salle pour ses rencontres en ligue des champions avec l'Arena Montpellier, salle de 10 000 places. La première rencontre des Montpelliérains dans leur nouvelle salle se solde par une défaite sur le score de 30 à 26 face au club allemand de Hambourg des frères Gille[39]. Il se blesse à la cuisse gauche lors de la troisième journée de cette compétition dans une défaite 27 à 26 face au club de Veszprém. Cette blessure doit alors le rendre indisponible pour une durée de six à huit semaines[40]. Il fait son retour lors de la finale de la coupe de la ligue où le club héraultais parvient à conserver son trophée en battant Chambéry sur le score de 32 à 29[41]. Après la coupure imposée par le championnat du monde, Montpellier termine la première phase de la ligue des champions en allant s'imposer à Hambourg, première victoire du club montpelliérain en Allemagne en ligue des champions, puis en l'emportant à domicile face à Veszprém. Ces victoires offre la première place du groupe à Montpellier, place qui permet d'avoir un tirage au sort plus facile pour les huitièmes de finale. En France, Chambéry prend sa revanche en l'emportant 30 à 29 à l'Arena Montpellier en quart de finale de la coupe de France. Lors de cette rencontre, Montpellier menait de sept buts - 26-19 - avant que Chambéry n'impose une individuelle à Karabatic[42]. Celui-ci termine finalement la rencontre sur un cinq sur dix aux tirs. Sur la scène européenne, Montpellier est opposé aux Suisses de Kadetten Schaffhausen. Largement favori de cette confrontation, les Français s'inclinent de cinq buts lors du match aller avant de s'imposer de huit buts, 35 à 27, à l'Arena Montpellier[43]. Lors de ces rencontres, Karabatic inscrit cinq buts à l'aller et quatre au retour[44]. L'équipe de Montpellier bénéficie de l'avantage du terrain lors du tour suivant face aux Allemands de Rhein-Neckar Löwen. Montpellier s'impose en Allemagne avec une avance de deux buts - Karabatic inscrit deux buts[44] - mais s'incline au retour dans sa salle sur le score de 35 à 26 ce la qui prive d'une participation au Final Four de Hambourg[45]. Lors de cette rencontre retour, Karabatic inscrit six buts. Sur l'ensemble de la compétition, il présente un total de 62 buts ce qui le fait partager la douzième place des buteurs. Il est le second buteur de son équipe derrière William Accambray, cinquième au total avec 75 buts. Montpellier parvient toutefois à remporter un nouveau titre de champion de France en s'imposant 34 à 25 face à son plus dangereux rival Chambéry qui s'était imposé 34 à 31 à l'aller. Avec le point-average particulier et une avance de quatre points et deux rencontres à disputer, Montpellier est alors officiellement champion[46].

Le 30 septembre 2012, Nikola Karabatic, sa compagne et plusieurs joueurs évoluant ou ayant évolué la saison précédente au club de Montpellier sont placés en garde à vue dans l'« affaire des paris truqués »[47]. Après une suspension de son contrat de travail par son club[48], il est finalement réintégré le 31 octobre 2012, comme l'a indiqué, la veille, son président[49].

Intermède Aixois[modifier | modifier le code]

Le 31 janvier 2013, Karabatic démissionne de son club qui indique : « Le club a accepté, à titre exceptionnel et dans le cadre d'une volonté d'apaisement consécutive aux tensions nées de la procédure en cours, de libérer le joueur. »[50]. Le lendemain, il signe un contrat de cinq mois au Pays d'Aix Université Club handball (PAUC) [51] et rejoint ainsi son frère Luka, dont le licenciement suite à l'« affaire des paris truqués » est intervenu quelques mois plus tôt.

Son bilan sous les couleurs aixoises s'avère extrêmement positif : le PAUC, en position de relégable avant son arrivée avec seulement six points au compteur, finit la saison huitième ex-aequo avec Sélestat et Ivry, affichant un total de 21 points. Le PAUC, qui n'avait gagné que deux matches lors de la phase aller, a un bilan avec Nicolas Karabatic de six victoires (dont une victoire à Saint-Raphaël), trois matchs nuls (notamment face à Montpellier pour son deuxième match et au HBC Nantes) et quatre défaites (dont une défaite de deux buts à Chambéry et d'un but à Dunkerque), la dernière défaite intervenant à Créteil alors que le maintien était déjà assuré.

Intraitable en défense et plein d'assurance en attaque, il tire son équipe vers le haut et permet au PAUC de se maintenir deux journées avant la fin du championnat.

FC Barcelone[modifier | modifier le code]

En juin 2013, Nikola Karabatic signe un accord avec le club catalan du FC Barcelone pour les quatre saisons suivantes[52].

Le 30 août, il remporte la Coupe du monde des clubs avec sa nouvelle équipe. Sur le plan national, du fait de la crise économique du handball espagnol, le FC Barcelone s'est retrouvé sans concurrent a remporté les quatre compétitions en jeu, s'imposant notamment lors de tous ses matchs de championnat avec une moyenne de près de 15 buts d'écart. À l'issue de la compétition, Karabatic est élu meilleur arrière gauche et meilleur joueur[53],[54]. En Ligue des Champions, après avoir difficilement écarté les Rhein-Neckar Löwen en quart de finale, Karabatic participe à son premier Final Four et fait figure de grand favori avec le THW Kiel. En demi-finale, menant 32 à 26 face au SG Flensburg-Handewitt à six minutes de la fin du match, le Barça a un pied en finale mais les Allemands parviennent à revenir au score : une séance des tirs aux buts est nécessaire pour départager les deux équipes[55]. Dans cet exercice, Karabatic, si précieux pour son équipe dans ce match et spécialiste des jets de 7m lors de son passage à Kiel, est le seul joueur à voir son tir arrêté par le gardien adverse[55] et laisse donc à Flensburg le droit de disputer la finale.

Carrière en équipe de France[modifier | modifier le code]

Nikola Karabatic, le bras droit tendu pour pour indiquer une direction.
Nikola Karabatic sous le maillot bleu.

Avec un père croate et une mère serbe, mais élevé en France depuis l'âge de quatre ans, Nikola Karabatic choisit d'être international français. La première sélection de Nikola Karabatic avec l'équipe de France a lieu en octobre 2002 dans le cadre de la World Cup, compétition mettant aux prises tous les deux ans des équipes nationales. C'est le premier trophée que remporte Karabatic sous le maillot national. Il dispute sa première compétition internationale majeure avec les Bleus lors du championnat du monde 2003 disputé au Portugal. Désormais dirigée par le sélectionneur Claude Onesta qui a pris la succession de Daniel Costantini après un titre de champion du monde 2001, la sélection française reste sur une sixième place au championnat d'Europe 2002. Durant cette compétition, il occupe un poste de remplaçant aux côtés de Yohann Ploquin. Onesta tient à le protéger en raison d'une pubalgie. Et lors de cette compétition, le poste d'arrière gauche est alors occupé par Jérôme Fernandez et Daniel Narcisse[56].

L'année 2004 débute par le championnat d'Europe. Disputée en Slovénie, cette compétition voit la France terminer à la sixième place, battue par la Russie lors du match pour la cinquième place. Karabatic remporte une première récompense individuelle en recevant la distinction de meilleur arrière gauche du tournoi. La troisième place du mondial 2003 permet aux Français d'obtenir une qualification pour les Jeux olympiques d'Athènes. Lors de cette deuxième compétition majeure de l'année, la France termine invaincue lors du premier tour. En quart de finale, c'est de nouveau la Russie qui se présente sur sa route. Celle-ci s'impose 26 à 24, bien aidée par la performance de son gardien Andrey Lavrov qui réalise de nombreux arrêts dont trois jets de sept mètres consécutifs[57]. La France termine finalement à la cinquième place grâce à une victoire 29-27 face à l'Espagne.

Le mondial 2005, disputé en Tunisie, est la dernière compétition sous le maillot bleu de Jackson Richardson. La France atteint le tour principal avec une défaite et un nul[Notes 3]. Avec trois victoires, la France se qualifie pour les demi-finales. Les Français affrontent alors la Croatie, championne du monde et olympique en titre. Celle-ci l'emporte 35 à 32 avant de s'incliner 40-34 face à l'Espagne, la France remportant une nouvelle médaille de bronze mondiale en s'imposant face à la Tunisie sur le score de 26 à 25.

Lors du championnat d'Europe de l'année 2006, compétition où le meilleur résultat des Français est une quatrième place, l'équipe de France termine le premier tour avec une défaite, face aux champions de monde espagnols, et une victoire face aux Allemands. Elle enchaîne ensuite par trois victoires lors du tour principal ce qui lui assure une place dans le dernier carré de la compétition. Comme l'année précédente, c'est la Croatie de Balić qui se présente sur la route des Français. Mais, cette fois, les Français en s'appuyant sur leur gardien Thierry Omeyer, qui sera élu dans la meilleure équipe du tournoi, l'emporte sur le score de 29 à 23[58]. Les Français, avec d'un côté du terrain Omeyer qui empêche les Espagnols de marquer pendant près de onze minutes et de l'autre un Karabatic qui inscrit onze buts, remportent la rencontre sur le score de 31 à 23 et permet à l'équipe de France d'inscrire le premier titre européen à son palmarès[59].

Après la démonstration faite à l'Euro, les Français figurent parmi les favoris du mondial 2007 disputé en Allemagne. Mais deux défaites à l'issue du tour principal les placent sur la route de la Croatie en quart de finale, victoire 21 à 18, mais surtout de l'Allemagne qui évolue à domicile en demi. Celle-ci s'impose après une double prolongation sur le score de 32 à 31. Les Français s'estiment lésés après qu'un but de Guigou a été refusé, but qui aurait alors entraîné une séance de jets de sept mètres. L'équipe ne se remet pas de ce coup du sort et s'incline 34 à 27 face au Danemark lors de la petite finale[60]. Karabatic est élu meilleur arrière gauche de la compétition dont le meilleur joueur est Ivano Balić[60].

Lors du championnat d'Europe, Karabatic termine avec le titre de meilleur joueur et meilleur buteur[61] avec 44 buts, en compagnie de Lars Christiansen et d'Ivano Balić. La France termine une nouvelle fois sur le podium d'une compétition internationale en obtenant la médaille de bronze face à l'Allemagne après avoir perdu en demi-finale face à la Croatie.

L'équipe de France sur la plus haute marche du podium olympique, au National Indoor Stadium de Pékin le 24 août 2008
L'équipe de France sur la plus haute marche du podium olympique, au National Indoor Stadium de Pékin le 24 août 2008

La France remporte le dernier titre qui se refusait encore à elle lors du tournoi olympique de Pékin[62]. La France, qui termine le premier tour invaincue avec quatre victoires et un nul face à la Pologne, élimine la Russie sur le score de 27 à 24 en quart de finale, puis la Croatie, championne olympique en titre, sur le score de 25 à 23 en demi-finale. Lors de la finale, les joueurs français prennent rapidement l'avantage pour atteindre la mi-temps avec cinq buts d'avance face à l'Islande. Cet écart est ensuite conservé en seconde période et la France obtient l'or olympique sur le score de 28 à 23. Huit joueurs français Bertrand Gille, Guillaume Gille, Didier Dinart, Joël Abati, Olivier Girault, Thierry Omeyer, Daniel Narcisse et Jérôme Fernandez, ont désormais réussi le « Grand Chelem ». Durant ce tournoi olympique, Karabatic doit faire face à des défenses très adaptées ce qui réduit son rôle de buteur. Il compense par une grosse activité en défense et par un plus grand nombre de passes : sur le tournoi, il délivre 34 passes décisives[63]. Toutefois, lors de la finale, il inscrit huit buts, avec un pourcentage de 80 % de réussite ce qui porte son total de buts sur la compétition à 37[63]. C'est l'une des rares compétitions où Nikola Karabatic ne figure pas dans l'équipe du tournoi. L'équipe de France est toutefois représentée par trois joueurs, le gardien Thierry Omeyer, le pivot Bertrand Gille et l'arrière gauche Daniel Narcisse[64].

Le mondial 2009 a une importance particulière pour Nikola Karabatic. Ce mondial a lieu en Croatie, pays d'origine de son père. Les médias croates montent une rivalité entre lui et Ivano Balić, la star croate, en disant que le Français aurait déclaré que « je l'arrêterais comme je l'avais fait aux Jeux. »[65]. Malgré les absences de Bertrand Gille – pause internationale –, et de Didier Dinart blessé et absent lors du début de la compétition, les Français dominent ce mondial même s'ils perdent face à la Croatie lors d'une rencontre sans enjeu pour la dernière journée du tour principal[Notes 4]. La France élimine le Danemark sur le score de 27 à 22 en demi-finale pour retrouver en finale la Croatie. Lors de celle-ci, les deux équipes se tiennent jusqu'à la 48e minute atteinte sur le score de 18 partout. Les Français inscrivent alors trois buts sans en concéder un pour finalement remporter le titre sur le score de 24 à 19[66]. Avec Guigou et Omeyer, il est élu dans la All Star Team du tournoi, le titre de meilleur joueur du tournoi étant attribué au Croate Igor Vori[67].

Les joueurs français posant dans les journalistes, avec le trophée du championnat d'Europe 2010
Les joueurs français célébrant le titre de champion d'Europe 2010.

La France entame le tour principal du championnat d'Europe 2010, disputé en Autriche, avec une victoire et un nul, face à l'Espagne. Lors de ce tour, elle remporte trois victoires, face à l'Allemagne, la Slovénie, entraînée par son ancien entraîneur Noka Serdarušić[68], et la Pologne. En demi-finale, la France élimine l'Islande sur le score de 36 à 28 avec un neuf sur neuf de Karabatic. Comme l'année précédente, la finale oppose la France à la Croatie. Après une première période où les Croates creusent deux fois un écart avant de se faire rejoindre, les Français prennent l'avantage en début de seconde période (17-13 à la 37e minute). Malgré une deuxième pénalité de Karabatic, les Français contrôlent la fin de rencontre et l"emportent 25 à 21. L'équipe de France devient la première sélection de handball à détenir en même temps les trois titres olympique, mondial et européen[69]. Karabatic figure une nouvelle fois dans la meilleure équipe du tournoi. Il est accompagné d'un autre français, Luc Abalo. Le titre de meilleur joueur est attribué au joueur de République tchèque Filip Jicha[70].

Karabatic est de nouveau largement utilisé lors du mondial 2011 où la France est privée de Guillaume Gille et Daniel Narcisse. Avant la finale, son temps de jeu est de 6 heures et 53 minutes[71]. Les jeunes William Accambray et Xavier Barachet prennent leurs responsabilités[72]. Malgré un nul concédé face à l'Espagne lors du premier tour, la France atteint la demi-finale du tournoi. Opposée à la Suède qui évolue à domicile, la France connait une légère baisse de régime dans le dernier quart d'heure mais parvient à s'imposer sur le score de trois buts 29 à 26, Karabatic ajoutant trois buts aux huit de son coéquipier de Montpellier Michaël Guigou. Lors de la finale, Karabatic doit de nouveau s'employer, il marque dix buts (meilleur marqueur du match, à égalité avec le danois Mikkel Hansen), pour obtenir son deuxième titre mondial. La France s'impose après les dix minutes de la prolongation sur le score de 37 à 35[73]. Sa prestation sur l'ensemble du tournoi lui vaut un titre de meilleur joueur du tournoi[74].

Dans un pays, la Serbie, qu'il considère comme sa seconde patrie[75], Nikola Karabatic connait des difficultés lors des premiers matchs du championnat d'Europe 2012, avec trois buts sur sept tentatives et six pertes de balle lors de la défaite contre l'Espagne[76], puis un seul but face à la Russie. La France compromet fortement ses chances d'atteindre les demi-finales en s'inclinant lors du dernier match du premier tour face à la Hongrie, rencontre que Karabatic termine avec trois buts marqués sur quinze tirs et qu'il qualifie lui-même de « plus mauvais match de ma carrière internationale »[77], Malgré une victoire face à la Slovénie, il connait encore des difficultés avec deux buts. Lors d'une rencontre face à la Croatie décisive dans l'optique d'une qualification, il ne parvient pas à inscrire le moindre but et concède une pénalité de deux minutes [78]. Après la défaite sur le score de 29 à 22, la France est éliminée. Karabatic, blessé à la cuisse face aux Croates, ne dispute pas la dernière rencontre face à l'Islande[79]. Il termine la compétition avec un bilan de neuf buts sur trente-quatre aux tirs, soit 26 % de réussite[79].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Nikola Karabatic est issu d'une famille yougoslave : son père Branko Karabatić est un Croate de Trogir située en Dalmatie. Sa mère Radmila (Lala) est serbe, de la région de Niš[80]. La famille vit à Poljica, village de la municipalité de Marina, proche de Trogir[81]. Il considère donc la Serbie comme son deuxième pays[75], il a d’ailleurs reçu de la Fédération serbe de handball, une invitation à être joueur de l'équipe de Serbie de Handball, suite à l'affaire des paris[82],[83]. Son père, handballeur, part jouer en France en D2, à l'Association Sports et Loisirs Robertsau Handball, club du Nord de Strasbourg avant de devenir éducateur sportif[84]. Toutefois, sa mère qui termine ses études de médecine, ne peut rejoindre son mari et Nikola Karabatic vit les premières années de sa vie à Niš. Il rejoint l'Alsace et le quartier strasbourgeois de la Robertsau en 1988 à 4 ans, à Strasbourg puis à Colmar en 1990[84]. Puis, la famille rejoint Frontignan dans l'Hérault où Branko devient éducateur sportif et entraîneur au Thau Handball. Il gagnera avec ce club le titre de champion de France nationale 3 et champion outre-mer[réf. nécessaire].

Nikola Karabatic est très proche de ses parents : enfant, il passe beaucoup de temps avec son père et ses amis, attentif aux histoires et anecdotes concernant sa carrière de gardien de but, ancien international yougoslave qui a disputé les Jeux olympiques de Moscou[85]: « Mon père était une star dans son sport, mon père, c'était mon idole. »[81]. L'impossibilité pour sa mère de pouvoir passer les équivalences de ses diplômes de médecin lui laisse un sentiment d'injustice.

Il est très proche de son frère Luka, son cadet de quatre ans. Celui-ci se destinait tout d'abord au tennis, sport dans lequel il s'est spécialisé à l'âge de 10 ans. Puis, pendant le passage de Nikola Karabatic en Allemagne, son frère revient au sport qu'il pratiquait avec son frère dans son enfance, le handball. Il s'entraîne avec le centre de formation de Montpellier qu'il rejoint peu après. Six mois plus tard, il dispute ses premières rencontres avec l'ancien club de son frère. La présence de Luka à Montpellier, tout comme la présence de leur père dans l'encadrement du club - entraîneur des gardiens - figure parmi les éléments importants dans le choix de Nikola Karabatic de revenir dans son ancien club[86] : « La présence de ma famille a beaucoup pesé dans ma décision, confie-t-il. Jouer chaque match aux côtés de mon frère Luka, sous les yeux de mes parents, c’est énorme. Que pourrais-je désirer de plus ? »[87]. Les deux frères évoluent enfin sous le même maillot de l'équipe de France avec les débuts de Luka lors d'une tournée de l'équipe de France en Argentine ponctuée de deux rencontres amicales face à la sélection argentine.

Pendant quelques mois en 2010, il est en couple avec la Croate Blanka Vlašić, double championne du monde de saut en hauteur[88].

Son père Branko Karabatić décède le mercredi 11 mai 2011 au matin, au terme d'une longue maladie[89].

Clubs successifs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Récapitulatif du palmarès de Nikola Karabatic
Saison Club Équipe de France
Club Championnat Coupe 1[NB 1] Coupe 2[NB 2] Supercoupe[NB 3] Ligue des champions JO CM CE
2001-2002 Drapeau : France Montpellier HB Champion Vainqueur Demi-finale Pas de compétition
2002-2003 Champion Vainqueur Finaliste Vainqueur Bronze medal world centered-2.svg
2003-2004 Champion Pas de comp. Vainqueur 1/8 5e 6e
2004-2005 Champion Vainqueur Vainqueur 1/2 Bronze medal world centered-2.svg
2005-2006 Drapeau : Allemagne THW Kiel Champion 1/4 Pas de compétition Vainqueur 1/4 Gold medal europe.svg
2006-2007 Champion Vainqueur Finaliste Vainqueur 4e
2007-2008 Champion Vainqueur Vainqueur Finaliste Gold medal olympic.svg Bronze medal europe.svg
2008-2009 Champion Vainqueur Vainqueur Finaliste Gold medal world centered-2.svg
2009-2010 Drapeau : France Montpellier AHB Champion Vainqueur Vainqueur Pas de compétition 1/4 Gold medal europe.svg
2010-2011 Champion 1/4 Vainqueur Vainqueur 1/4 Gold medal world centered-2.svg
2011-2012 Champion Vainqueur Vainqueur Vainqueur 1/8 Gold medal olympic.svg 11e
2012-2013 - - 1/4 3e - 6e
Drapeau : France Pays d'Aix UCH 9e 1/8 - - -
2013-2014 Drapeau : Espagne FC Barcelone Champion Vainqueur Vainqueur Vainqueur 3e Gold medal europe.svg
Total 12/13 9/12 6/9 6/8 2/11 2/3 2/6 3/6
  1. Coupes de France, d'Allemagne ou d'Espagne
  2. Coupe de la Ligue française ou coupe ASOBAL (pas d'équivalent en Allemagne)
  3. Trophée des Champions (France), Supercoupe d'Allemagne ou Supercoupe d'Espagne

Palmarès en clubs[modifier | modifier le code]

compétitions internationales :

compétitions nationales :

Palmarès en équipe de France[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques
Championnats du monde
Championnats d'Europe

Distinctions et décorations[modifier | modifier le code]

Nikola Karabatic a toujours eu l'ambition de devenir le meilleur joueur du monde[90]. Il réalise cet objectif le 6 août 2008 lorsqu'il est officiellement nommé meilleur handballeur IHF de l'année 2007 par la Fédération internationale de handball (IHF : International Handball Federation) pour la première fois de sa carrière[91]. Il devient ainsi le quatrième Français à recevoir cet honneur après Jackson Richardson, Stéphane Stoecklin, Bertrand Gille. L'année suivante, c'est son compatriote et coéquipier Thierry Omeyer qui lui succède au palmarès. Nikola Karabatic est de nouveau nommé pour postuler au titre de meilleur joueur du monde de l'année 2009[92]. Si la Française Allison Pineau est récompensé chez les femmes, Karabatic doit se contenter de la deuxième place derrière le gardien polonais Slawomir Szmal[93],[94]. En 2010, le tchèque Filip Jicha (31 % des votes) devance Karabatic (deuxième avec 28 %) et Omeyer (troisième avec 17 %)[95].

Avec l'équipe de France, Nikola Karabatic reçoit de nombreuses nominations dans les meilleures équipes des compétitions : il est élu meilleur arrière gauche de l'Euro 2004, et du mondial 2007[60]. Il reçoit également le titre de meilleur joueur de l'Euro 2008, compétition dont il termine également meilleur buteur[61]. Il est distingué meilleur demi-centre du mondial 2009[67] et de l'Euro 2010[70]. Lors du mondial 2011, il est de nouveau récompensé à titre individuel avec un titre de meilleur joueur de la compétition[74]. Il fait partie, au poste de demi-centre, de l'équipe type désignée par l'IHF lors du tournoi olympique de 2012 à Londres[96]. Il reçoit à nouveau le titre de meilleur joueur pour l'Euro 2014[97].

Il reçoit également des récompenses pour ses prestations dans les compétitions de club : il est ainsi désigné meilleur arrière gauche du championnat de France en 2004 et 2005. Après son retour à Montpellier, il reçoit les titres de meilleur joueur et meilleur demi-centre du championnat de France 2010[98]. Il est de nouveau récompensé du titre de meilleur joueur au terme de la saison 2012-2013[99].

Lors de son passage à Kiel, il obtient tout d'abord le titre de meilleur arrière gauche 2006[100] et est nommé à la deuxième place du classement des joueurs de la Bundesliga derrière l'ailier gauche Guðjón Valur Sigurðsson de VfL Gummersbach[101]. Il obtient ensuite à deux reprises le titre de meilleur joueur de la Bundesliga, en 2007 et 2008[102]. Il est également le meilleur buteur de la Ligue des champions 2006-2007 avec 89 buts marqués[103].

Avec toute l'équipe de France de handball championne olympique 2008 à Pékin, il est élevé au grade de chevalier de la Légion d'honneur[104]

Il obtient également d'autres récompenses comme un titre de meilleur joueur du Tournoi de Paris Île-de-France en 2007 et 2011

Le 12 décembre 2011 à La Plagne, il reçoit le trophée de Champion des Champions France 2011 décerné par le journal l'Équipe[105]. Il est le deuxième handballeur à recevoir cette récompense, le premier étant Jackson Richardson en 2001.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Équipe de Kiel en 2007
Équipe du THW Kiel en 2007.
Équipe de Montpellier en 2010
Équipe du Montpellier AHB en 2010.
Statistiques en club.
Saison Club Championnat Coupe Europe[Notes 5] Total
J Tot. But. Pen. J Tot. But Pen. J Tot. But Pen. J Tot. But Pen.
2001-2002 Drapeau : France Montpellier HB 14 23 21 2
2002-2003 Drapeau : France Montpellier HB 22 57 47 10
2003-2004 Drapeau : France Montpellier HB 23 70 59 11 31
2004-2005 Drapeau : France Montpellier HB[106] 24 88 86 2 56
2005-2006 Drapeau : Allemagne THW Kiel[12] 34 226 156 70 5 28 20 8 10 52 43 9 49 306 219 28
2006-2007 Drapeau : Allemagne THW Kiel[19] 32 205 182 23 5 48 45 3 13 89 74 15 50 342 301 41
2007-2008 Drapeau : Allemagne THW Kiel[24] 30 216 187 29 5 27 24 3 14 88 84 4 49 331 295 36
2008-2009 Drapeau : Allemagne THW Kiel[32] 26 110 95 15 5 21 19 2 14 63 60 3 45 194 174 20
2009-2010 Drapeau : France Montpellier HB[106] 20 88 83 0 13 63
2010-2011 Drapeau : France Montpellier HB[106] 22 112 106 6 13 62
2011-2012 Drapeau : France Montpellier HB[106] 19 76 124 0 12 56
2012-2013 Drapeau : France Montpellier HB[106] 9 54 82 0 4 16
Drapeau : France Pays d'Aix UCH [106] 13 80 126 0
2013-2014 Drapeau : Espagne FC Barcelone

Revenus et autres activités[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de ses campagnes avec l'équipe de France, Nikola Karabatic se voit accorder, au même titre que ses coéquipiers, des primes liés aux résultats obtenus. Ainsi, en 2008, la place de troisième du championnat d'Europe accorde une prime de 20 000 euros[107]. Les joueurs reçoivent également 50 000 euros, prime accordée par le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) pour une médaille d'or lors des Jeux olympiques de 2008 à Pékin[108]. Cette prime est également augmentée par une prime de 45 000 euros de la Fédération française de handball[109]. Lors des Jeux de Londres, la prime accordée par le CNOSF pour une médaille d'or est de nouveau de 50 000 euros[110]

La fédération française alloue une prime de 50 000 euros en 2010 pour la victoire en finale du championnat d'Europe. Celle-ci se décompose alors en deux parties : 40 000 euros pour la victoire et 10 000 euros supplémentaires pour la qualification aux prochaines compétitions. La fédération applique une politique de parité entre les équipes hommes et femmes : ainsi les joueuses de l'équipe de France féminine, vice-championne du monde 2010, reçoivent 25 000 euros, prime définie pour une deuxième place[109]. Des indemnités journalières, d'un montant de 185 euros en 2010, s'ajoutent également à ces primes[109]. La prime pour le titre mondial de 2011 est 40 000 euros. Pour la victoire lors du championnat d'Europe 2014, la prime obtenue par chacun des joueurs français est également de 40 000 euros[111].

Selon l'Équipe Magazine du 4 avril 2009, les revenus de Nikola Karabatic sont de 500 000 euros annuels, ce qui le place au premier rang des handballeurs français. Cela le place en dessous du salaire moyen d'un footballeur de Ligue 1 qui est alors de 547 000 euros[112].

À titre individuel, il possède plusieurs sponsors comme L'Oréal, Mennen ou Adidas son principal partenaire avec environ 25 000 euros par an[113],[114]. Cette dernière marque est également l'équipementier officiel de l'équipe de France et ajoute également une prime de 30 000 euros pour le titre olympique[113]. En janvier 2011, Adidas diffuse une publicité mettant en scène quatre joueurs de l'équipe de France. Ceux-ci sont présentés sous la forme de personnages de bandes dessinées : Thierry Omeyer est « le Mur », Jérôme Fernandez « Captain Vision », Michael Guigou « Elastic Man » et Nikola Karabatic « L'Homme de fer »[115].

Nikola Karabatic participe également à des activités caritatives. Il est ainsi un des parrains de l'association ELA (Association européenne contre les leucodystrophies). À ce titre, il a donné le coup d'envoi fictif de la rencontre de football France-Serbie du 10 septembre 2008 au Stade de France. Lors de cette même année 2008, il participe également à l'émission de jeux « Attention à la marche ! » animée par Jean-Luc Reichmann, toujours au profit de l'association ELA. Dans le cadre de ses activités caritatives, il pose également pour les éditions 2009 et 2011 du calendrier des Dieux du stade.

Avant les Jeux olympiques d'été de 2012, Nikola Karabatic rejoint la Dream Team RMC Sport pour une chronique hebdomadaire chaque mardi sur la radio éponyme dans le Moscato Show[116].

Photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Après une victoire 36 à 22 au palais des sports René Bougnol, Montpellier voit son avantage totalement effacé lors du match retour. Le club allemand mène 32 à 18 et est alors qualifié en raison du plus grand nombre de buts marqués à l'extérieur. Guigou obtient une simple faute à la place d'un jet à sept mètres. Le temps de jeu étant écoulé, Montpellier ne peut que tirer depuis les neuf mètres, sans aucune passe. Gregory Anquetil parvient à se désaxer pour éviter le mur allemand. Le ballon passe entre les jambes du gardien, offrant la qualification à Montpellier.
  2. Cette rencontre voit cinq membres de l'équipe de France s'affronter : Didier Dinart, Luc Abalo et Jérôme Fernandez évoluent sous le maillot de Ciudad, Omeyer et Karabatic sous le maillot de Kiel. Le club allemand possède un troisième français dans son effectif. Il s'agit de Igor Anic, qui possède deux sélections en équipe de France
  3. Lors du mondial 2005, un premier tour qualifie trois équipes par groupe pour le tour suivant. Elles se voient alors opposées à trois autres équipes d'un autre groupe, les résultats du premier tour entre les équipes qualifiées étant conservés. Seul les deux premiers de ce groupe dispute les demi-finales qui sont alors croisées, premier d'un groupe face au second de l'autre.
  4. Les équipes de France et de Croatie sont alors à égalité avec quatre victoires en autant de matchs et sont donc déjà toutes deux qualifiées pour les demi-finales.
  5. Mise à part la saison 2001-2002 où Montpellier dispute la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe, les statistiques européennes concernent la ligue des champions.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Profil de Nikola Karabatic », sur Site officiel de l'équipe de France (consulté le 31 janvier 2014)
  2. « Karabatic : "La France meilleure que la Croatie" », sur leparisien.fr,‎ 31 janvier 2009 (consulté le 12 septembre 2013)
  3. « Pour Nikola Karabatic, le hand est le plus beau sport du monde », sur lemonde.fr,‎ 26 janvier 2008 (consulté le 12 septembre 2013).
  4. (es) « BALONMANO, Final Liga de Campeones (ida) Portland S.A. 27-19 Montpellier », sur terra.es (consulté le 6 janvier 2011)
  5. (es) « Copa de Europa (final, vuelta), 5 mayo 2003 Montpellier 31-19 Portland », sur terra.es (consulté le 6 janvier 2011)
  6. a et b (de) « Karabatic holt Triple und wird bester Halblinker der Saison », sur thw-provinzial.de,‎ 6 juin 2005 (consulté le 8 janvier 2011)
  7. (de) « Nikola Karabatic verstärkt ab der kommenden Saison den THW », sur thw-provinzial.de,‎ 13 et 14 décembre 2004 (consulté le 8 janvier 2011)
  8. « Première manche pour Ciudad Real », sur handzone.net,‎ 3 avril 2005 (consulté le 12 février 2011)
  9. « Montpellier ne réalise qu'un demi-exploit... », sur handzone.net,‎ 10 avril 2005 (consulté le 12 février 2011)
  10. (en) « THW holt Supercup mit Sieg gegen Flensburg », sur Site officiel du THW Kiel (consulté le 16 janvier 2012)
  11. (en) « Allemagne - Bundesliga Hommes - 34ème journée - 2005/2006 », sur les-sports.info (consulté le 6 janvier 2011)
  12. a et b (de) « Spieler-Statistik Saison 2005/2006 Nikola Karabatic  », sur Site officiel du THW Kiel (consulté le 6 janvier 2011)
  13. (de) « HSV Hamburg gewinnt den Supercup gegen ersatzgeschwächten THW », sur Site officiel du THW Kiel (consulté le 6 janvier 2011)
  14. (en) « 2006-2007 EHF Men's Champions League - Top 50 Scorers », sur Site officiel de la Ligue des champions (consulté le 5 janvier 2011)
  15. (en) « THW Kiel 29 : 27 SG Flensburg-Handewitt », sur Site officiel de la Ligue des champions (consulté le 6 janvier 2011)
  16. (en) « THW Kiel are the Champions! », sur Site officiel de la Ligue des champions (consulté le 6 janvier 2011)
  17. (en) « Kiel Win All Three Trophies  », sur Site officiel de la Ligue des champions,‎ 4 juin 2007 (consulté le 6 janvier 2011)
  18. a et b (de) « Joueur de l'année du championnat d'Allemagne », sur Site officiel de la Bundesliga (consulté le 6 juillet 2013)
  19. a et b (de) « Spieler-Statistik Saison 2006/2007 Nikola Karabatic », sur Site officiel du THW Kiel (consulté le 6 janvier 2011)
  20. « Karabatic reste à Kiel », sur eurosport.fr,‎ 21 mai 2007 (consulté le 6 janvier 2011)
  21. (de) « THW Kiel holt mit souveränem Sieg den Supercup », sur Site officiel du THW Kiel (consulté le 16 janvier 2012)
  22. « Ciudad Real au sommet de l’Europe », sur handzone.net,‎ 11 mai 2008 (consulté le 6 juillet 2013)
  23. Björn Pazen, « Ciudad Real take the title with away victory », sur Site officiel de la Ligue des champions,‎ 11 mai 2008 (consulté le 6 janvier 2011)
  24. a et b (de) « Spieler-Statistik Saison 2007/2008 Nikola Karabatic  », sur Site officiel du THW Kiel (consulté le 6 janvier 2011)
  25. « Kiel - Serdarusic remercié », sur handzone.net,‎ 26 juin 2008 (consulté le 6 juillet 2013)
  26. (en) « La déception de Nikola Karabatic », sur handzone.net,‎ 29 juin 2008 (consulté le 6 juillet 2013)
  27. (de) « THW Kiel siegt zum fünften Mal im Supercup », sur Site officiel du THW Kiel (consulté le 16 janvier 2012)
  28. (en) 62 buts « Karabatic, 2008/09 Season Scores », sur Site officiel de la Ligue des champions (consulté le 8 janvier 2011)
  29. (en) « THW Kiel 39-34 BM Ciudad Real », sur Site officiel de la Ligue des champions (consulté le 8 janvier 2011)
  30. Yannick Sagorin, « Ciudad Real, renversant ! », sur sports.fr,‎ 31 mai 2009 (consulté le 8 janvier 2011)
  31. (en) « THW Kiel win German Cup », sur Site officiel de la Ligue des champions,‎ 11 mai 2009 (consulté le 8 janvier 2011)
  32. a et b (de) « Spieler-Statistik Saison 2008/2009 Nikola Karabatic  », sur Site officiel du THW Kiel (consulté le 6 janvier 2011)
  33. (en) « Official: Karabatic and Kavticnik leaving Kiel », sur eurohandball.com,‎ 2 juin 2009 (consulté le 5 janvier 2011)
  34. « Nikola est de retour, alléluia! », sur 8 septembre 2009 (consulté le 6 janvier 2011)
  35. [PDF]« A Montpellier, une star et une salle pour développer le handball », sur provencealpes.franceolympique.com (consulté le 17 janvier 2011)
  36. (en) « Montpellier HB 28:23 KIF Kolding », sur ehfcl.com (consulté le 6 janvier 2011)
  37. « Handball : Montpellier privé de Karabatic face à Tchekhov », sur lemonde.fr,‎ 30 avril 2010 (consulté le 6 janvier 2011)
  38. « Inconsolable Montpellier ! », sur rmc.fr,‎ 1er mai 2010 (consulté le 6 janvier 2011)
  39. « Montpellier chute d'entrée face à Hambourg (26-30) »,‎ 26 septembre 2010 (consulté le 6 janvier 2011)
  40. « Montpellier: Nikola Karabatic absent six à huit semaines », sur leparisien.fr,‎ 11 octobre 2010 (consulté le 6 janvier 2011)
  41. « Handball : Montpellier conserve la Coupe de la Ligue », sur lemonde.fr,‎ 18 décembre 2010 (consulté le 6 janvier 2011)
  42. « Coupe de France messieurs - Succès historique de Chambéry à Montpellier », sur letemps.ch,‎ 16 mars 2011 (consulté le 17 mars 2011)
  43. « Montpellier au rendez-vous », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 3 avril 2011 (consulté le 30 juin 2011)
  44. a et b (en) « EHF CL \ Men \ 2010/11 \ Karabatic Nikola », sur ehfcl.com (consulté le 30 juin 2011)
  45. Olivier Paquereau, « Montpellier privé de dessert », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 30 avril 2011 (consulté le 30 juin 2011)
  46. « Treizième titre pour Montpellier », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 14 mai 2011 (consulté le 30 juin 2011)
  47. « Paris truqués - Nikola Karabatic ou la chute d'une icône », le Point,‎ 1er octobre 2012
  48. « Paris truqués : les frères Karabatic ne seront plus payés », sur le10sport.com,‎ 15 octobre 2012
  49. « Montpellier Handball : Nikola Karabatic réintégré », sur le10sport.com,‎ 30 octobre 2012
  50. « N. Karabatic quitte Montpellier », sur L'Équipe,‎ 31 janvier 2013 (consulté le 31 janvier 2013)
  51. « Aix recrute son parrain Nikola Karabatic », sur handnews.fr,‎ 1er février 2013
  52. « Karabatic quatre ans au Barça », L'Équipe,‎ 4 juin 2013
  53. (es) « Los premiados en la Gala ASOBAL 2014/2015 », sur Site officiel de la Liga Asobal,‎ 19 décembre 2014 (consulté le 20 décembre 2014)
  54. « Karabatic et Saric élus meilleurs joueurs », sur Handnews.fr,‎ 19 décembre 2014 (consulté le 20 décembre 2014)
  55. a et b « LDC 2014 - L'Allemagne s'accapare la Ligue des Champions », sur Handzone.net,‎ 1er juin 2014 (consulté le 20 décembre 2014)
  56. « La France ressort Bronzée du Portugal », sur handzone.net,‎ 2 février 2003 (consulté le 8 janvier 2011)
  57. Alexandre Gilloz, « Des Bleus sans gloire », sur eurosport.fr,‎ 25 août 2004 (consulté le 8 janvier 2011)
  58. « EURO 2006 / FRANCE - CROATIE : 29-23 Les Bleus croquent l'ogre croate », sur sport365.fr,‎ 4 février 2006 (consulté le 8 janvier 2011)
  59. « L'apothéose », sur eurosport.fr,‎ 6 février 2006 (consulté le 8 janvier 2011)
  60. a, b et c Jonathan Lange, « Handball. La France finit sur une mauvaise note », sur ladepeche.fr,‎ 5 février 2007 (consulté le 8 janvier 2011)
  61. a et b « Euro 2008 All Star Team named », sur Site officiel des championnats d'Europe,‎ 27 janvier 2008 (consulté le 27 septembre 2013)
  62. « Les handballeurs français sont champions olympiques », sur lemonde.fr,‎ 24 août 2008 (consulté le 8 janvier 2011)
  63. a et b Collectif L'Équipe, Le livre de l'année 2008, L'Équipe & Co,‎ novembre 2008 (ISBN 9782915535761), « Karabatic, évidemment », p. 150
  64. (en) « All-Star handball teams at Beijing Olympic Games  », sur xinhuanet.com,‎ 24 août 2008 (consulté le 8 janvier 2011)
  65. Peggy Bergere, « Karabatic, les pieds sur (sa) terre », sur lequipe.fr,‎ 29 janvier 2009 (consulté le 17 janvier 2011)
  66. « Champions du monde ! », sur eurosport.fr,‎ 2 février 2011 (consulté le 8 janvier 2011)
  67. a et b « 3 Bleus dans la All Star Team », sur lequipe.fr,‎ 1er février 2009 (consulté le 8 janvier 2011)
  68. « Noka Serdarusic, une ombre sur le chemin des Bleus »,‎ 25 janvier 2010 (consulté le 6 janvier 2011)
  69. « Super Bleus ! », sur lequipe.fr,‎ 31 janvier 2010 (consulté le 8 janvier 2011)
  70. a et b « Karabatic et Abalo récompensés », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 31 janvier 2010 (consulté le 8 janvier 2011)
  71. « Un duel Karabatic - Hansen », L'Équipe, no 20656,‎ 30 janvier 2011
  72. « Guigou : "Les jeunes ont été au top" », sur eurosport.fr, eurosport,‎ 28 janvier 2011 (consulté le 30 janvier 2011)
  73. « Les Experts l'ont (encore) fait », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 30 janvier 2011 (consulté le 30 janvier 2011)
  74. a et b « Nikola Karabatic élu meilleur joueur du tournoi », sur leparisien.fr,‎ 30 janvier 2011 (consulté le 30 janvier 2011)
  75. a et b Jean-Luc Pellizza, « Euro 2012. Karabatic : « La Serbie, c’est mon deuxième pays » », sur ouest-france.fr,‎ 16 janvier 2012
  76. Sylvain Mouillard, « Karabatic au fond du doute », sur liberation.fr,‎ 22 janvier 2012
  77. Nicolas Sbarra, « Karabatic, le calice jusqu'à la lie », sur eurosport.fr,‎ 20 janvier 2012
  78. (en) « 2012 Men's European Championship - Match Details - France 22:29 Croatia », sur eurohandball.com
  79. a et b « Nikola Karabatic, un échec à effacer », sur sport24.com,‎ 26 janvier 2012
  80. (sr) « Article sur Nikola Karabatic », sur politika.rs (consulté le 17 janvier 2011)
  81. a et b Sandrine Arrestier, « Nikola Karabatic sur la route de ses racines », sur lavoixdessports.com,‎ 29 janvier 2009 (consulté le 15 janvier 2011)
  82. (en) Elena Casado, « French Scandal Good News For Serbian Handball?  », sur thebalkansdaily.com,‎ 1er novembre 2012
  83. (sr) « Karabatić konačno Srbin? », sur rts.rs,‎ 1er novembre 2012
  84. a et b Simon Giovannini, « Je me sens à la maison », sur dna.fr,‎ 22 août 2010 (consulté le 15 janvier 2011)
  85. Laurent Moisset, « Portrait: Nikola Karabatic », L'Équipe Saga #1, la folle épopée du hand français,‎ 8 janvier 2011
  86. Laurie Delhostal, « Nikola et Luka Karabatic, frères de hand », sur sportweek.fr,‎ 26 juin 2009 (consulté le 15 janvier 2011)
  87. Mickaël Caron, « Nikola est de retour, alléluia! », sur lejdd.fr,‎ 8 septembre 2009 (consulté le 15 janvier 2011)
  88. Coulibaly Abdoulaye, « Karabatic-Vlasic, le couple slave de l’année », sur supersport.ci/,‎ 3 août 2010 (consulté le 15 janvier 2011)
  89. « Branko Karabatić est mort », sur lequipe.fr,,‎ 11 mai 2011
  90. « Karabatic, l'héritier »,‎ 5 février 2005 (consulté le 10 janvier 2010)
  91. « Nikola Karabatic meilleur joueur du Monde », sur handzone.net,‎ 7 août 2008 (consulté le 4 juillet 2013)
  92. « Karabatic et Pineau parmi les nominés de l'IHF », sur handzone.net,‎ 20 avril 2010 (consulté le 4 juillet 2013)
  93. (en) « Player of the Year - Men 2009 », sur ihf.info (consulté le 4 juillet 2013)
  94. « Allison Pineau élue meilleure joueuse mondiale de l’année 2009 », sur handzone.net,‎ 26 mai 2010 (consulté le 4 juillet 2013)
  95. « Jicha élu meilleur joueur du monde 2010 », sur sport.fr,‎ 13 janvier 2011 (consulté le 13 janvier 2011)
  96. (en) « Olympic Games London 2012 >> Men’s All Star team », sur le site de la Fédération internationale de handball,‎ 12 août 2012 (consulté le 13 août 2012)
  97. (en) « EHF EURO All-Star team announced », sur Site officiel de la compétition,‎ 26 janvier 2014 (consulté le 26 janvier 2014)
  98. « Trophées du handball : Et les vainqueurs sont… », sur handzone.net,‎ 18 mai 2010 (consulté le 30 juin 2011)
  99. « N. Karabatic et Liscevic MVP », sur lequipe.fr,‎ 24 mai 2013
  100. (de) « Karabatic und Ahlm in Mannschaft der Saison », sur thw-provinzial.de,‎ 11 juin 2006 (consulté le 8 janvier 2011)
  101. (de) « Sigurdsson zum Spieler des Jahres gekürt »,‎ 5 juin 2006 (consulté le 4 juillet 2013)
  102. (de) « Meilleur joueur de la saison du championnat d'Allemagne », sur Site officiel du championnat d'Allemagne (consulté le 4 juillet 2013)
  103. (en) « Meilleurs buteurs de la Ligue des champions de handball 2006-2007 », sur Site officiel de la compétition (consulté le 4 juillet 2013)
  104. « Décret du 14 novembre 2008 portant promotion et nomination », Journal officiel du 15 novembre 2008 (consulté le 4 juillet 2013)
  105. « N.Karabatic champion des champions français », sur sport365.fr,‎ 12 décembre 2011 (consulté le 4 juillet 2013)
  106. a, b, c, d, e et f « Fiche de Nikola Karabatic », sur Site officiel de la LNH (consulté le 23 avril 2014)
  107. « Handball : Nikola Karabatic », sur linternaute.com (consulté le 10 janvier 2011)
  108. G. Gombert, « JO : ce que gagneront les médaillés », sur lefigaro.fr,‎ 8 août 2008 (consulté le 10 janvier 2011)
  109. a, b et c « Une prime de 50 000 euros pour les joueurs de l'équipe de France... », sur handseven.fr (consulté le 10 janvier 2011)
  110. « JO : combien rapportent les médailles aux athlètes? », sur lejdd.fr,‎ 2 août 2012 (consulté le 26 janvier 2013)
  111. « 40 000 - En Euros, la prime individuelle offerte », L'Équipe, no 21744,‎ 27 janvier 2013
  112. « Combien gagnent les sportifs français ? » (consulté le 10 janvier 2011)
  113. a et b Mickaël Caron, « Karabatic en pleine lumière », sur lejdd.fr,‎ 11 janvier 2009 (consulté le 11 janvier 2011)
  114. « Grands et Mode : Nikola Karabatic et Sébastien Chabal sous contrats », sur ma-grande-taille.com (consulté le 10 janvier 2011)
  115. « Les handballeurs français sont des super-héros ! »,‎ 8 janvier 2011 (consulté le 10 janvier 2011)
  116. « Karabatic rejoint la Dream Team RMC ! », sur RMC Sport,‎ 21 décembre 2011 (consulté le 21 décembre 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]