Kobe Bryant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kobe Bryant Portail du basket-ball
Kobe Bryant 2014.jpg
Kobe Bryant en 2014.
Fiche d’identité
Nom complet Kobe Bean Bryant
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 23 août 1978 (36 ans)
Philadelphie, Pennsylvanie
Taille 1,98 m (6 6)
Poids 96 kg (211 lb)[1]
Surnom Kobe, Black Mamba, KB24, Vino, Magic Mamba[2].
Situation en club
Club actuel Drapeau : États-Unis Lakers de Los Angeles
Numéro 24
Poste Arrière
Carrière universitaire ou amateur
Lower Merion High School (Pennsylvanie)
Draft NBA
Année 1996
Position 13e
Franchise Hornets de Charlotte
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1996-1997
1997-1998
1998-1999
1999-2000
2000-2001
2001-2002
2002-2003
2003-2004
2004-2005
2005-2006
2006-2007
2007-2008
2008-2009
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012-2013
2013-2014
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
07,6
15,4
19,9
22,5
28,5
25,2
30,0
24,0
27,6
35,4
31,6
28,3
26,8
27,0
25,3
27,9
27,3
13,8
Sélection en équipe nationale **
2007-2012 Drapeau : États-Unis États-Unis 15,3

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Kobe Bean Bryant, né le 23 août 1978 à Philadelphie en Pennsylvanie, est un joueur de basket-ball américain évoluant dans le club NBA des Lakers de Los Angeles. Il a remporté cinq titres de champion NBA en 2000, 2001, 2002, 2009 et en 2010. Il est le seul joueur en activité en NBA à avoir inscrit plus de 30 000 points en carrière. Il est, avec Tim Duncan, le joueur NBA le plus titré en activité avec cinq titres à son actif. Avec l'équipe des États-Unis, Kobe Bryant est également double champion olympique 2008 et 2012.

Kobe Bryant a été élu joueur de la décennie 2000-2010 à la suite d'un sondage organisé par la NBA et TNT devant Tim Duncan, Shaquille O'Neal ou encore LeBron James.

Considéré comme l'un des meilleurs joueurs de basket-ball de l'histoire, il devient à 34 ans et 104 jours le plus jeune joueur de l'histoire de la NBA à atteindre les 30 000 points en carrière. Il rejoint, en franchissant cette barre, Kareem Abdul-Jabbar, Karl Malone, Michael Jordan et Wilt Chamberlain. Le 15 décembre 2014, il devient le troisième meilleur marqueur de l'histoire de la NBA en dépassant Michael Jordan et ses 32 292 points inscrits en carrière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa jeunesse[modifier | modifier le code]

Le numéro 33 du maillot de Bryant retiré par Lower Merion High School.

Fils du joueur de basket-ball Joe « Jelly Bean » Bryant, Kobe passe une partie de son enfance en Italie (il parle italien couramment), où son père évolue dans le Championnat d'Italie de basket-ball. Il suit son père lors d'un court passage de celui-ci en France en 1991 à Mulhouse. Il rejoint néanmoins les États-Unis durant son adolescence, et poursuit ses études dans un lycée de Philadelphie, Lower Merion High School, où en marge de ses études il domine complètement le championnat de basket-ball : dans sa dernière année il porte son équipe à un bilan de 31 victoires pour 3 défaites et est nommé meilleur joueur de lycée de l'année (Naismith High School Player of the Year). Avec 2 883 points inscrits sous le maillot de Lower Merion High School, il est le meilleur marqueur de l'histoire de la Vallée du Delaware, surpassant Wilt Chamberlain et Lionel Simmons.

Ses débuts en NBA (1997-1999)[modifier | modifier le code]

Il se présente à la draft NBA 1996. Il est sélectionné par les Hornets de Charlotte en 13e position de la draft, mais Bryant est suivi depuis longtemps par Jerry West, le General Manager des Lakers de Los Angeles qui s'est entendu avec les Hornets pour le transfert du jeune Kobe en échange du pivot yougoslave Vlade Divac. En effet, Bryant n'a que 17 ans et il est peu commun en 1996 pour un joueur de passer directement du lycée à la NBA. Charlotte qui mise sur le court terme préfère donc récupérer un intérieur référencé et cède son tour de draft aux Lakers en l'échange de Divac. Jerry West confie alors au propriétaire de la franchise, Jerry Buss, que son équipe vient de récupérer « le vrai numéro 1 de cette draft ».

Bryant devient le plus jeune joueur de l'histoire de la ligue lors de son premier match. Sa première saison, bien que timide (7,6 points de moyenne, 6 matchs démarrés sur 71), laisse entrevoir toutes les capacités du joueur, même s'il doit apprendre les rudiments du jeu collectif, n'étant pas passé par l'Université. Le duo potentiel qu'il forme avec Shaquille O'Neal pour les saisons à venir semble promis aux titres. Il gagne le Slam Dunk Contest lors de sa saison rookie (1996-1997).

Lors des Playoffs NBA 1997, dans les dernières secondes d'un match crucial face au Jazz de l'Utah, il veut faire la différence et montrer qu'il peut sauver son équipe. Mais le résultat se solde par trois air-balls[3]. Shaquille O'Neal prend alors la défense de Bryant, âgé de 18 ans, en déclarant que « seul Kobe avait assez de courage pour oser prendre ces tirs ».

Lors de sa deuxième saison (1997-1998), il devient rapidement l'une des nouvelles sensations de la ligue, de par son jeu spectaculaire et ses progrès effectués (15,4 points de moyenne par match). Bryant fait déplacer les foules, tous veulent voir le "Kid", le "next Michael Jordan" qui de par son jeu si attrayant ramène à Los Angeles une passion et une ferveur perdue depuis fin 1991. En effet, Shaquille O'Neal est à ce moment-là la star confirmée des Lakers, mais il est déjà connu du grand public depuis ses années à Orlando. Kobe Bryant attise lui la curiosité et constitue la véritable attraction de cette équipe. On assiste ainsi à un regain de ferveur impressionnant autour de la franchise.

En février 1998, Kobe Bryant devient le plus jeune titulaire d'un NBA All-Star Game. Mais après le match des étoiles, il connait une deuxième partie de saison difficile, et sa contribution offensive diminue. Cette irrégularité lui coûte le titre de meilleur sixième homme et de joueur ayant le plus progressé, distinctions pour lesquelles il fut longtemps pressenti. Los Angeles est éliminé des playoffs 4-0 par Utah.

La saison raccourcie de 1999 montre un Kobe Bryant en progression constante dans son jeu, ce qui n'empêchera pas Los Angeles de se faire une nouvelle fois balayer 4-0, cette fois-ci par le futur champion, San Antonio.

Le three-peat (2000-2002)[modifier | modifier le code]

Bryant en 2000.

Kobe Bryant devient un joueur essentiel des Lakers lors de sa quatrième saison en NBA (1999-2000).

À la suite de l'arrivée de Phil Jackson, l'entraîneur aux six titres de champion avec les Bulls de Michael Jordan, les Lakers remportent le titre de champion en 2000, face aux Pacers de l'Indiana.

Les Lakers atteignent en effet les finales NBA après une finale de conférence épique face aux Trail Blazers de Portland remportée par Los Angeles en 7 rencontres. Au cours de la dernière rencontre, Kobe Bryant impressionne par son sang froid à un si jeune âge. Menés de 15 points à 10 minutes de la fin, les Lakers reviennent et s'imposent 89-84.

Face à Indiana, Bryant va se blesser après quelques minutes de jeu dans le premier quart-temps du match 2. Il souffre d'une entorse à la cheville qui le contraint à rater le match 3. Privés de Bryant, les Lakers souffrent et s'inclinent à Indiana qui croit à nouveau en ses chances de titre. Mais Kobe Bryant, malgré sa blessure, revient pour le match 4. Il marque 28 points dont 8 en prolongations, alors que O'Neal est sorti pour 6 fautes à la fin du 4e quart temps. Kobe Bryant inscrit 3 des 4 derniers paniers des Lakers dans un duel avec Reggie Miller, remporté par la jeune star des Lakers. Ce match est le tournant de la finale. Los Angeles remporte le titre quelques jours plus tard au Staples Center.

La saison 2000-2001 est couronnée d'un nouveau titre, et Bryant augmente encore son niveau de jeu. Il atteint des moyennes de 29 points, 6 rebonds et 5 passes décisives sur 67 matchs[4].

À l'aube des playoffs, le duo avec O'Neal est au sommet de son art sur le terrain et en dehors. Les deux joueurs évoquent une relation fraternelle. Sur les parquets, ils marquent près de 60 points de moyenne par match à eux deux, et se trouvent les yeux fermés.

Sous l'impulsion de leur tandem, les Lakers balayent 4-0 les Trail Blazers de Portland, les Kings de Sacramento puis les Spurs de San Antonio. Lors de ces deux dernières séries face à des candidats au titre, Kobe Bryant impressionne. Face à Sacramento d'abord, il réalise une série à 35,0 points, 9,0 rebonds et 4,5 passes décisives par rencontre. Lors du match 4, il marque 48 points et prend 16 rebonds. Contre les Spurs de Tim Duncan et David Robinson ensuite, qui ont terminé devant les Lakers au classement final à l'Ouest et qui sont la meilleure défense de la Ligue, Bryant marque 33,3 points, prend 7 rebonds et distribue 7,1 passes décisives à 52 % de réussite au tir en moyenne sur les quatre matchs.

L'entraîneur de San Antonio Gregg Popovich déclare après cette série que Kobe Bryant est un Hall of Famer de 22 ans, et qu'il donnerait tout pour avoir dans son effectif un joueur avec le cœur et l'esprit de compétition de Bryant. Popovich explique ensuite que son équipe a réalisé du bon travail sur Shaquille O'Neal, mais qu'il n'y avait rien à faire pour contrer Kobe Bryant.

Shaquille O'Neal déclare en interview d'après match qu'il est « agréable de jouer aux côtés du meilleur joueur du monde », avant d'insister : « J'ai dit à Kobe qu'il était mon idole. La façon dont il joue, c'est extraordinaire. Il est le meilleur joueur du monde, de loin ».

Los Angeles ne perd finalement qu'un seul match, le premier des finales NBA contre les Sixers d'Allen Iverson. Il s'agit du meilleur parcours en playoffs de l'histoire de la NBA (15 victoires - 1 défaite). Après ce match 1 raté, Kobe Bryant se reprend et ses statistiques sont de 27 points, 9 rebonds, 6 passes décisives et 1 contre de moyenne sur les 4 rencontres suivantes de la finale. Les Lakers remportent un deuxième titre consécutif.

La saison 2001-2002 voit Kobe Bryant remporter le titre de MVP du All-Star Game à Philadelphie, sa ville natale. Los Angeles rencontre plus de difficultés en playoffs que l'année précédente, notamment dans la série contre Sacramento, l'une des plus belles de ces dernières années. Bryant marque 30 points, prend 10 rebonds et offre 7 passes décisives dans la victoire en prolongation à la septième manche. Un troisième titre est remporté quelques jours plus tard face aux Nets du New Jersey.

Kobe Bryant obtient son troisième titre à seulement 23 ans. Son style offensif et spectaculaire fait de lui l'un des joueurs préférés des fans.

La fin de la dynastie (2003)[modifier | modifier le code]

O'Neal blessé au début de la saison 2002-2003, Bryant a bien du mal à mener les Lakers vers la victoire, tirant excessivement à défaut d'impliquer ses coéquipiers. Cette situation atteint son paroxysme lors d'une défaite à Boston, match au cours duquel Bryant manquera 30 de ses 47 tirs. Les critiques des journalistes réapparaissent et les Lakers sont loin de la huitième place qualificative pour les playoffs.

Cependant, avec O'Neal à nouveau dans l'équipe, les Lakers retrouvent peu à peu leur basket et remontent au classement à l'approche du All-Star Game (mi-février).

Kobe Bryant va alors réaliser neuf matchs consécutifs à 40 points ou plus (seuls Wilt Chamberlain et Michael Jordan ont fait aussi bien), remettant presque à lui seul les Lakers sur le chemin du succès (7 victoires 2 défaites pendant la série). Malgré son début de saison misérable, Los Angeles réussit l'exploit de terminer à la cinquième place, mais la passe de quatre n'a pas lieu. Les Lakers sont barrés par les Spurs, futurs champions, durant les playoffs 2003.

À l'issue de cette saison, Kobe Bryant est considéré comme l'un des meilleurs joueurs de la ligue, finissant à la troisième place pour le titre de MVP de la saison régulière, et en étant élu dans la All-NBA First Team (meilleur cinq de la saison).

Accusations de viol[modifier | modifier le code]

Durant l'été 2003, il est accusé de viol par une employée d'un hôtel du Colorado où il passait sa rééducation à la suite d'une blessure[réf. nécessaire]. L'affaire eut un écho énorme dans les médias américains, Kobe Bryant ayant notamment admis avoir réellement eu une relation sexuelle avec l'employée, quoique consentante selon lui. L'image de Kobe Bryant (marié et père d'un enfant) fut fortement entachée, certaines marques (dont Nutella) rompant leurs contrats avec le joueur.

Saison 2003-2004[modifier | modifier le code]

Kobe Bryant

Les Lakers partent favoris pour la saison 2003-2004 après la signature de deux futurs Hall of Famers : Karl Malone et Gary Payton, à la recherche de leur premier titre. Avec O'Neal et Bryant, les quatre superstars se mettent au service du collectif et les Lakers deviennent rapidement la meilleure équipe de la ligue. Mais la blessure de Karl Malone en décembre 2003 vient arrêter la belle série des Angelinos. Malone, ciment du collectif est absent trois mois, et Los Angeles commence à perdre pied. O'Neal et Bryant, qui reprennent leur guerre médiatique, ratent également plusieurs matchs en raison de blessures. Kobe Bryant est également contraint d'effectuer plusieurs allers-retours dans le Colorado, pour répondre de son viol présumé.

Mais le retour de Malone en fin d'année redonne du souffle aux Lakers et à Bryant, qui enchaîne les grosses performances. Lors du dernier match de la saison régulière, Kobe Bryant réalise probablement sa meilleure performance, en arrachant la prolongation puis en donnant la victoire au buzzer sur un tir à trois points. Les Lakers deviennent champions de la division Pacifique et semblent retrouver leur meilleur basket à l'entame des playoffs 2004.

Après un premier tour difficile contre Houston, Los Angeles se retrouve mené 2-0 face aux Spurs de San Antonio. Mais les Lakers réussissent l'exploit de gagner les quatre rencontres suivantes. Dans le 4e match, Bryant réalise l'un de ses meilleurs matchs avec 42 points. Après avoir éliminé Minnesota en finale de conférence, les Lakers atteignent les finales où ils font figure de grandissimes favoris face aux Pistons de Detroit. Kobe Bryant est d'ailleurs pressenti pour le titre de MVP des finales. Et en arrachant la prolongation dans le 2e match sur le tir « le plus important de sa carrière », Bryant semble donner raison aux journalistes et la série est désormais à égalité. Mais la rigueur défensive des Pistons, associée à une certaine suffisance des Lakers, offre le titre à Detroit en seulement cinq manches. Los Angeles devient la première équipe de l'histoire à perdre ses trois matchs à l'extérieur, les critiques pointent du doigt Bryant, qui a fait preuve d'égoïsme et qui a continué de tirer au détriment de ses coéquipiers, malgré un pourcentage faible de 35 %.

Saison 2004-2005[modifier | modifier le code]

Après la finale perdue face à Detroit, Kobe Bryant teste le marché en renonçant à son année supplémentaire en option avec les Lakers. Mais ses exigences salariales, que peu d'équipes peuvent satisfaire, le poussent à resigner un contrat de 7 ans avec les Lakers, après avoir été un temps pressenti du côté des Clippers. Mais l'équipe des Lakers change de visage : l'entraîneur Phil Jackson quitte le club et Shaquille O'Neal est échangé à Miami contre trois joueurs. De nombreux journalistes pensent que Bryant est à l'origine de ces deux mouvements, bien que les membres dirigeants des Lakers affirment le contraire. En effet, Bryant s'entend mal avec O'Neal et semble vouloir être le leader sans partage de l'équipe.

Bryant entame ainsi la saison 2004-2005 comme leader incontesté des Lakers mais il peine à hisser son équipe au-dessus des 50 % de victoires. À la suite de ses démêlés avec la justice, il est hué pratiquement à chaque déplacement du club et les journalistes lui reprochent son arrogance et son individualisme.

Shaquille O'Neal et Bryant s'affrontent pour la première fois sur un parquet lorsque les Lakers accueillent le Heat de Miami le jour de Noël. Devant une audience record, Kobe Bryant marque 42 points mais O'Neal et son équipe remportent la rencontre.

En dépit des performances offensives de Bryant, les Lakers chutent après le All-Star Game, perdent 19 de leurs 22 derniers matchs et ratent les playoffs pour la première fois depuis 1994. Bryant termine deuxième meilleur marqueur de la saison, mais son pourcentage d'adresse (43,3 %) est le plus faible depuis 1998. Son manque de camaraderie dans les vestiaires et sa tendance à accaparer le ballon lui vaudront des critiques publiques de certains de ses coéquipiers.

Saison 2005-2006[modifier | modifier le code]

Phil Jackson réintègre l'équipe des Lakers, qui signent également le décevant numéro 1 de la draft 2001 Kwame Brown et le discret Smush Parker.

Personne ne croit en Los Angeles avant le début de la saison, mais après un premier mois en demi-teinte, les Lakers créent la surprise en se positionnant à la huitième place qualificative à l'Ouest. Bryant, qui n'a jamais été aussi fort offensivement, prend une toute autre dimension en inscrivant 62 points en trois quart-temps le 20 décembre contre Dallas[5].

Kobe Bryant bat son record de points en carrière ce 22 janvier 2006 avec 81 points lors de la victoire de son équipe face à Toronto (122-104). C'est la deuxième meilleure performance de l'histoire de la NBA sur un match, derrière les 100 points de Wilt Chamberlain en 1962. En 42 minutes, Bryant met 28/46 tirs, 18/20 aux lancers francs et 7/13 à 3 points. Il marque 55 points en seconde mi-temps et bat même à lui seul les Raptors sur cette période (55 à 45)[6].

Kobe Bryant devient l'attraction de cette deuxième partie de saison, les journalistes et les fans s'attendent à chaque match à une grande performance.

La fin de saison marque la naissance d'une vraie équipe. Si les performances individuelles de Bryant ont valu aux Lakers d'être qualifiés de "one man show", il n'en est rien à l'approche des playoffs. Lamar Odom joue comme un All star, Brown confirme enfin et Parker s'avère l'une des révélations de l'année. Cette équipe va créer la sensation en menant 3 victoires à 1 contre l'un des favoris au titre, Phoenix. Los Angeles devient cependant la huitième équipe de l'histoire à perdre une série de playoffs après avoir eu un avantage de 3-1.

Artisan essentiel de la qualification en play-offs avec un bilan de plus de 35 points par match, Bryant efface le record de franchise d'Elgin Baylor.

Saison 2006-2007[modifier | modifier le code]

Kobe Bryant

Kobe Bryant commence l'année en changeant de numéro, choisissant de délaisser le 8 pour le 24. Les Lakers remportent 26 de leurs 39 premiers matchs et se placent à la 4e place de la conférence Ouest. Mais les blessures successives de Lamar Odom et de Luke Walton vont freiner l'équipe. Les Lakers perdent pied, enchaînant notamment 7 défaites consécutives courant mars. Bryant inscrit au moins 50 points dans quatre matchs consécutifs, "Mamba" est le seul joueur de l'histoire de la NBA avec Wilt Chamberlain à réussir pareil exploit : 65 contre Portland, 50 contre Minnesota, 60 contre Memphis et 50 contre La Nouvelle-Orléans - pour autant de victoires.

Bryant devient le joueur ayant réussi le plus de matchs à 50 points sur une saison dans l'histoire des Lakers (10 fois) et finit meilleur marqueur de la ligue pour la 2e saison consécutive avec une moyenne de 31,6 points par match.

Terminant la saison avec 42 victoires pour 40 défaites, les Lakers affrontent les Suns de Phoenix au premier tour des playoffs dans un remake de la saison précédente. Mais cette fois-ci, l'effectif de Phoenix est bien supérieur à celui des Lakers, et malgré un bon match 3 où Bryant marque 45 points, les Suns éliminent les Lakers facilement en 5 manches.

Bryant, particulièrement frustré à l'issue de cette série, annonce qu'il veut être transféré, peu convaincu par la volonté des dirigeants d'améliorer l'équipe. Il se rétracte l'après-midi même, après s'être entretenu avec Phil Jackson, mais le doute plane toujours.

Bryant doit pourtant se reconcentrer sur son basket car il défend pour la première fois les couleurs des États-Unis avec Team USA lors du Championnat des Amériques en août 2007. À l'instar de Michael Jordan en 1992 avec la Dream Team, Bryant se focalise sur la défense. Les États-Unis remportent le tournoi, Kobe Bryant jouant 19,9 minutes de moyenne sur 10 matches. Il marque en moyenne 15,3 points (60,7 % à deux points, 45,9 % à trois points et 87,2 % aux lancers francs), capte 2 rebonds et donne 2,9 passes décisives.

MVP et finales NBA (2007-2008)[modifier | modifier le code]

Les Lakers réalisent un bon début de saison grâce au jeune pivot Andrew Bynum. Les Lakers sont premiers de la conférence Ouest en janvier lorsque Bynum se blesse gravement au genou, diminuant la force des Lakers à l'intérieur de la raquette. Le 1er février, l'Espagnol Pau Gasol arrive aux Lakers qui se replacent ainsi parmi les favoris. Bryant se déchire un ligament à l'auriculaire mais continue de jouer. Des victoires importantes contre New Orleans et San Antonio lors de la dernière semaine de compétition permettent aux Lakers de finir à la première place de la conférence Ouest avec un bilan de 57 victoires pour 25 défaites.

Les Lakers affrontent les Nuggets de Denver au premier tour des playoffs. Bryant marque 49 points et offre 10 passes décisives lors de la deuxième rencontre. Seul trois joueurs ont marqué plus de 40 points et donné au moins 10 passes décisives en playoffs dans les quinze dernières années (Tracy McGrady, Kevin Jonhson et Charles Barkley). Les Lakers sont, en 2008, la seule équipe à passer le premier tour des playoffs 4 - 0.

Le 7 mai, Bryant, remporte enfin le titre de NBA Most Valuable Player de la saison régulière 2007-2008[7]. Avec une moyenne de 28,3 points (deuxième marqueur de la saison), 6,3 rebonds et 5,4 passes décisives, il devance aux votes Chris Paul, Kevin Garnett et LeBron James.

Après avoir écrasé Denver 4-0, les Lakers battent Utah 4-2 puis les Spurs de San Antonio 4-1 en finale de conférence. Ils atteignent ainsi les finales pour la première fois depuis 2004. Opposés à leurs rivaux de toujours, les Celtics de Boston les Lakers ne parviennent pas à retrouver leur niveau d'avant les finales. Lors de la quatrième rencontre, ils perdent sur leur parquet après avoir mené de 24 points ; jamais dans l'histoire des playoffs, une équipe n'a perdu en comptant une telle avance. Les Celtics détruisent les Lakers lors du sixième match en gagnant de 39 points, une des pires défaites de l'histoires des playoffs pour les Lakers, battus 4-2.

Jeux olympiques 2008[modifier | modifier le code]

Kobe Bryant à Pékin.

Les Jeux olympiques de Beijing en 2008 sont pour le Team USA l'occasion de la rédemption. En effet, les États-Unis ne sont plus considérés comme intouchables par les autres équipes internationales. Leurs dernières participations aux tournois internationaux prouvent que les États-Unis ne sont plus les maîtres du monde : 6e place aux Mondiaux de 2002, médaille de bronze aux JO d'Athènes en 2004, 3e place au Championnat du monde de 2006, c'est un fait les États-Unis ne font plus peur.

Afin de montrer qu'ils demeurent encore et toujours la meilleure nation du basket-ball, un projet est mis en place dès 2007 avec pour objectif la reconquête de l'or aux Jeux olympiques. Pour ce faire, Team USA convainc les meilleures joueurs évoluant en NBA de participer aux qualifications puis aux Jeux. Pour encadrer la Redemption Team, une équipe d'encadrement de très haute volée est mis en place avec notamment l'entraîneur de NCAA, Mike Krzyzewski, des Duke Blue Devils, avec comme adjoints Jim Boeheim des Syracuse Orange, Mike D'Antoni des Suns de Phoenix et Nate McMillan des Trail Blazers de Portland.

La Redemption Team arrive à Pékin le couteau entre les dents mais avec beaucoup plus de respect et d'humilité que lors des dernières campagnes. Les joueurs américains ont à cœur de prouver au monde entier qu'ils sont les meilleurs du monde tout en respectant l'adversaire. Cette pléiade de stars composée de Jason Kidd, Chris Paul, Deron Williams, Kobe Bryant, Dwyane Wade, Michael Redd, LeBron James, Carmelo Anthony, Tayshaun Prince, Dwight Howard, Chris Bosh et Carlos Boozer, s'entend à merveille.

L'équipe arrive jusqu'en finale où ils affrontent la très impressionnante équipe d'Espagne, championne du monde en titre.

La finale des JO de Beijing 2008 est très serrée, l'adresse des deux équipes est très bonne (environ 60 % à 2 points et 50 % à 3 points). Côté espagnol, tous les joueurs sont au diapason et prouvent qu'ils n'ont rien à envier à leurs adversaires. L'éclosion de jeunes joueurs (Ricky Rubio, 17 ans et Rudy Fernández, 20 ans) et la confirmation de joueurs de NBA (Pau Gasol, Jorge Garbajosa et Juan Carlos Navarro) permettent à l'Espagne de rester dans le match. À quatre minutes de la fin, 4 points séparent les deux équipes et un tir décisif à trois points de Kobe Bryant avec la faute va anéantir les espoirs de retour des Espagnols. Finalement, Team USA gagne de 11 points mais cela ne reflète pas du tout le match. Bryant marque 20 points en finale, Dwyane Wade est élu homme du match avec 29 points. Score final : 118-107.

Saison 2008-2009[modifier | modifier le code]

Les Lakers font partie des favoris pour la saison NBA 2008-2009 avec le retour d'Andrew Bynum au sein de l'équipe. De plus, Kobe Bryant souhaite prendre sa revanche à la suite de la défaite lors des finales 2008. Fin janvier 2009, Bynum se blesse de nouveau au genou, dans le match qui opposait les Lakers aux Grizzlies de Memphis. Cependant, Lamar Odom revient à son plus haut niveau et aide les Lakers à rester en course pour la première place de la NBA. Bryant marque 61 points à 19/31 aux tirs et 20/20 aux lancers francs au Madison Square Garden le 2 février 2009. C'est la plus grande performance offensive réalisée dans la salle des Knicks, devant les 55 points de Michael Jordan (jusqu'aux 62 points de Carmelo Anthony le 24 janvier 2014). Les Lakers ont un bilan de 42 victoires et 11 défaites avant la pause du All-Star Week-end, les plaçant juste devant les Cavaliers de LeBron James. Bryant, auteur de 27 points, obtient le titre de co-MVP du All-Star Game 2009 à Phoenix avec son ancien coéquipier Shaquille O'Neal, le 15 février 2009. Avec 2 805 397 votes - soit le meilleur total de ce vote sur internet[8], il obtient sa 11e participation au "match des étoiles". Kobe Bryant dépasse Elgin Baylor puis Adrian Dantley au classement des meilleurs marqueurs de l'histoire de la NBA.

La saison régulière se termine avec un total de 65 victoires pour 17 défaites ce qui place Los Angeles à la première place de la conférence ouest. À l'est, les Cavaliers de Cleveland et leur star LeBron James arrivent premier. Le premier tour face aux Jazz de l'Utah est une formalité expédiée en 5 matchs (4-1). La deuxième série face aux Rockets de Houston est nettement plus accrochée alors que les Rockets jouent sans leur deux stars, Tracy McGrady et Yao Ming. Lors du septième match, Bryant ne marque que 14 points mais les Lakers l'emportent. Face aux Nuggets de Denver, lors du match 6, Bryant inscrit 35 points, donne 10 passes décisives et prend 6 rebonds. En finale, les Lakers affrontent le Magic d'Orlando emmené par Dwight Howard ; le Français Mickaël Piétrus est chargé de défendre sur Bryant. Les Lakers remportent leurs 2 premiers matchs à domicile, Bryant marque 40 points dans le premier match, facilement emporté (75-100), et 29 points dans un deuxième match beaucoup plus accroché après prolongation (96-101). Le troisième match à Orlando est perdu 104-108 par les Lakers, Bryant inscrit 17 points dans le premier quart-temps et 31 en tout. Le quatrième match, à Orlando est gagné 99-91 par les Lakers, notamment grâce à deux tirs à trois points de Derek Fisher permettant aux Lakers d'égaliser pour arracher une prolongation et de battre le Magic. Bryant marque 32 points, prend 7 rebonds et distribue 8 passes décisives. Lors du cinquième match, il marque 30 points, prend 6 rebonds, distribue 5 passes décisives et effectue 4 contres. Les Lakers remportent le titre, le quatrième pour Bryant qui est élu MVP des finales. Sur les finales, il marque en moyenne 32,8 points, donne 7,4 passes décisives et prend 5,4 rebonds.

Saison 2009-2010[modifier | modifier le code]

Kobe Bryant.

Durant l'intersaison, très active pour toute la NBA au niveau des transferts, le défenseur Ron Artest signe aux Lakers en tant qu'agent libre. Il jouait auparavant aux Rockets de Houston. Trevor Ariza fait le trajet inverse[9]. Au coup d'envoi de la saison, les Lakers de Los Angeles sont logiquement favoris à leur propre succession.

Bryant marque 40 points le 17 novembre 2009 et devient le troisième joueur de l'histoire de la NBA à marquer plus de 40 points en un match à 100 reprises (derrière Wilt Chamberlain et Michael Jordan). Le 11 décembre, Kobe Bryant se fracture le doigt face aux Timberwolves, c'est le début de 5 mois difficiles en raison des blessures.

Il est le plus jeune joueur à passer la barre des 25 000 points en carrière NBA, à Cleveland, le 21 janvier 2010. Lors de la rencontre contre Memphis, le 1er février, Kobe Bryant marque 44 points et dépasse Jerry West au nombre total de points marqués en carrière et devient le premier joueur de la franchise au nombre total de points et le 14e de l'histoire de la NBA. Au fil de la saison, Bryant passe aussi devant Alex English et Reggie Miller pour terminer la saison à la 12e place du classement des meilleurs marqueurs de l'histoire de la NBA.

Les Lakers sont en tête de la conférence Ouest à la pause du All-Star Game 2010 avec un bilan de 36 victoires pour 11 défaites malgré les blessures de Pau Gasol (cuisse, 2 matches manqués début janvier) et Ron Artest (traumatisme crânien, 5 matches manqués). Bryant termine premier de la Conférence Ouest au classement des votes du All-Star Game avec 2 456 224 votes[10]. Cependant, handicapé par ses blessures, il décide de ne pas disputer le match des étoiles.

Au terme de la saison, les Lakers occupent la première place de la conférence Ouest avec 57 victoires pour 25 défaites.

Les Lakers battent difficilement le Thunder d'Oklahoma City au premier tour des playoffs 4 victoires à 2. Pendant cette série, Bryant dépasse Jerry West au total de points marqués en playoffs et devient le meilleur marqueur de la franchise en playoffs.

La guérison de la fracture de l'index dont souffrait Kobe Bryant depuis 5 mois est annoncée après la série face au Thunder. La demi-finale de conférence face au Jazz confirme cette guérison, Bryant marque plus de 30 points de moyenne et les Lakers gagnent 4-0.

Les Lakers gagnent les deux premiers matches de la série contre les Suns de Phoenix. Les deux prochains matches sont très disputés, mais Amar'e Stoudemire et le banc de Phoenix leur donne l'avantage. A moins d'une minute de la fin du match 5, les Lakers mènent de trois points, quand Steve Nash tente et rate un tir à trois points. Il récupère son propre rebond et passe la balle à Jason Richardson. Il tente un tir ouvert du trois points mais manque le panier aussi. Les Suns récupèrent encore le rebond et la passe de nouveau à Richardson qui prend son élan et tente un autre tir à trois points, 2 mètres derrière la ligne des trois points. La balle rebondit contre le panneau et rentre. Le banc de Phoenix s'enflamme. Il reste moins de dix secondes aux Lakers pour reprendre l'avantage, pour éviter une prolongation. Kobe Bryant récupère la balle et tente un tir un mètre dans la ligne des trois points. Une bonne défense de Phoenix fait que ce tir se finit en air-ball mais Ron Artest sort de nulle part pour attraper le ballon et tente un double-pas difficile. Pendant que la balle rebondit un peu sur l'arceau, la sonnerie de fin de temps réglementaire sonne. La balle s'arrête et roule pour tomber dans le panier. Les Lakers ont gagné la partie 103-101 et mènent 3-2 contre les Suns. Les Lakers gagnent la sixième manche à Phoenix 111 à 103, aidés par les 37 points de Kobe Bryant.

Le 17 juin, au terme d'un 7e match remporté 83-79, les Lakers restent champion NBA face à leur meilleur ennemi, les Celtics de Boston. Ils sont ainsi titrés pour la 16e fois avec un dernier match à 23 points et 15 rebonds pour Bryant qui remporte le trophée de MVP des finales après celui de 2009.

Saison 2010-2011[modifier | modifier le code]

Après un très bon début de saison, les Lakers subissent quelques cuisants échecs, comme face au Heat de Miami de LeBron James, Dwyane Wade et Chris Bosh. Kobe Bryant remporte lui le titre de MVP du NBA All-Star Game 2011 à Los Angeles, sur son parquet, grâce à 37 points et 14 rebonds. Les Lakers réussissent une période de 17 victoires en 18 matches après le All-Star Game mais finissent très mal la saison. Ils terminent la saison régulière à la 2e place de la conférence Ouest, derrière les Spurs de San Antonio. Au premier tour de ces playoffs, ils affrontent les Hornets de la Nouvelle-Orléans et Kobe Bryant marque 34 points dans le premier match, mais les Lakers perdent face à Chris Paul qui réussit un très bon match (33 points, 7 rebonds, 14 passes décisives et 4 interceptions). Le 22 avril, Bryant marque 30 points et réussit un 80e match en playoffs à 30 points ou plus. Les Lakers s'imposent 4-2 dans la série et affrontent les Mavericks de Dallas en demi-finale de conférence. Les Lakers se font éliminer 4-0 et perdent le dernier match avec 36 points d'écart, Andrew Bynum et Lamar Odom étant expulsés pour fautes anti-sportives.

Saison 2011-2012[modifier | modifier le code]

Kobe Bryant marque 40 points ou plus sur 4 des premiers matches de la saison 2011-2012, avec une pointe à 48 points contre les Suns de Phoenix. Mais les Lakers débutent la saison difficilement après les départs de Lamar Odom et de Shannon Brown, ainsi que le remplacement de l'entraîneur Phil Jackson par Mike Brown.

Bryant est élu joueur de la semaine de la conférence Ouest pour les semaines du 2 au 8 janvier et du 9 au 15 janvier. Il est aussi élu joueur du mois de la conférence Ouest pour décembre-janvier.

Bryant marque 28 points le 6 février 2012 pour devenir le 5e meilleur marqueur de l'histoire de la NBA, dépassant ainsi son ancien coéquipier Shaquille O'Neal. Kobe Bryant marque 27 points lors du NBA All-Star Game 2012 et dépasse le record du total de points sur les All-Star Games établi par Michael Jordan.

Battu par Kevin Durant pour le titre de meilleur marqueur, Kobe Bryant finit la saison régulière avec 27,9 points de moyenne. Il manque une dizaine de rencontres à cause d'une blessure à la cheville. Les Lakers finissent la saison régulière à la 3e place de la Conférence Ouest, et éliminent difficilement les Nuggets de Denver (4-3) au premier tour des playoffs. Bryant marque 31 points dans la première rencontre, 38 dans la seconde, 43 dans la cinquième et 31 dans la sixième. Pau Gasol est le meilleur joueur de la rencontre décisive avec 23 points, 17 rebonds, 6 passes décisives et 4 contres. Los Angeles s'incline 4-1 au tour suivant face au Thunder d'Oklahoma City malgré une bonne série de Ramon Sessions.

L'avenir des Lakers est alors incertain, d'autant qu'après la bonne saison d'Andrew Bynum, Pau Gasol se trouve de nouveau au centre des critiques et semble vouloir être transféré par les dirigeants.

Saison 2012-2013[modifier | modifier le code]

Dès l'ouverture du marché des transferts, les Lakers frappent un gros coup en recrutant le meneur double MVP Steve Nash, alors agent libre. De plus, ils réussissent à faire venir l'un des meilleurs pivots et défenseurs de la ligue, Dwight Howard. Des renforts de choix tels qu'Antawn Jamison ou Jodie Meeks viennent compléter un effectif seulement amputé de Ramon Sessions et Andrew Bynum. Cependant, l'entraîneur Mike Brown est limogé dès le 6e match de la saison, après un bilan de 1 victoires et 4 défaites[11]. Mike d'Antoni est alors choisi[12]. Les Lakers subissent de très nombreuses défaites, malgré un début de saison de Bryant, qui tourne à 30 points, 5 rebonds et 5 passes décisives à 49 % de réussite alors qu'il vient de fêter son 34e anniversaire. Bryant franchit les 30 000 points en carrière lors d'un rencontre opposant les Lakers aux Hornets de la Nouvelle-Orléans le 5 décembre 2012, rejoignant ainsi Wilt Chamberlain, Michael Jordan, Karl Malone et Kareem Abdul-Jabbar. Il est le plus jeune joueur à atteindre ce total[13]. Il est également sélectionné pour la 15e saison consécutive (record NBA) parmi les titulaires du All-Star Game 2013, à Houston[14]. Sa Conférence s'impose 143-138 et Chris Paul est élu MVP du All-Star Game[15]. Lors de ce match Bryant marque 9 points.

La crise ayant atteint les Lakers, une réunion est organisée fin janvier. Bryant se mue alors en passeur et essaye d'impliquer les autres Lakers. En découle une série de trois matches consécutifs à plus de 10 passes (14 points, 9 rebonds et 14 passes face au Jazz, puis 21 points, 9 rebonds et 14 passes face au Thunder, et 14 points, 8 rebonds et 11 passes contre La Nouvelle-Orléans), pour autant de victoires. Los Angeles a alors un bilan de 20 victoires pour 25 défaites. À partir de là les Lakers remontent la pente. Ils retrouvent un bilan équilibré le 3 mars après une victoire face aux Hawks d'Atlanta[16]. Les Lakers se rapprochent du Jazz de l'Utah pour la huitième place de la Conférence, Kobe Bryant réussissant deux matchs consécutifs à 40 points et 10 passes, performance qui n'avait plus été réalisée par un joueur des Lakers depuis Jerry West en mars 1970[17].

Le 30 mars 2013, Kobe Bryant devient le quatrième meilleur marqueur de l'histoire en dépassant Wilt Chamberlain lors de la victoire des Lakers contre les Kings de Sacramento 103 à 98 en inscrivant 19 points accompagnés de 14 passes décisives[18].

Le 12 avril 2013, Kobe Bryant se blesse lors d'un match de saison régulière face aux Warriors de Golden State, remporté 118 à 116 par les Lakers. À 4 minutes de la fin les Lakers sont menés 107-101 mais Bryant marque 2 tirs à 3 points consécutifs (107-107). Golden State marque et reprend l'avantage (109-107). Kobe Bryant a la balle en main, il part sur sa gauche, s'écroule et obtient 2 lancers franc. Il se rompt le tendon d'Achille gauche sur l'action et malgré la blessure, il revient sur le terrain en boitant et marque ses deux lancers franc, puis quitte le terrain avec 34 points marqués et 109-109 au tableau d'affichage[19]. Après le match il déclare qu'il s'est rompu le tendon d'Achille et laisse entendre qu'il pourrait être forfait durant un an[20].

Saison 2013-2014[modifier | modifier le code]

Encore convalescent, Bryant signe une prolongation de contrat de deux ans pour 48,5 millions de dollars. Il revient à la compétition en décembre 2013 et joue six rencontres. Durant ces six rencontres, ses statistiques sont de 13,8 points, 4,3 rebonds et 6,3 passes décisives par match. Il se fracture le genou gauche. Son absence à cause de cette blessure est estimée au minimum à 6 semaines[21]. Dans l'impossibilité d'atteindre les playoffs, les Lakers annoncent en mars que Bryant ne rejouera pas de la saison[22].

Saison 2014-2015[modifier | modifier le code]

En novembre 2014, il devient le quatrième joueur de l'histoire de la NBA à dépasser les 32 000 points[23].

Le 1er décembre 2014, lors de la victoire (129-122) des Lakers de Los Angeles contre les Raptors de Toronto, il devient le premier joueur à comptabiliser 30 000 points et 6 000 passes décisives[24].

Le 15 décembre 2014, lors de la victoire (100-94) des Lakers de Los Angeles contre les Timberwolves du Minnesota, il devient le troisième meilleur marqueur de l'histoire de la NBA en dépassant Michael Jordan (32 292 points) contre 32 310 points à la fin du match pour Bryant[25].

Trophées et distinctions[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Titres collectifs[modifier | modifier le code]

Les titres obtenus en NBA sont :

Les titres obtenus avec la sélection américaine :

Récompenses individuelles[modifier | modifier le code]

Performances statistiques[modifier | modifier le code]

  • Meilleur marqueur NBA en 2006 : 35,4 points/match et 2007 : 31,6 points/match[37] ;
  • 4 fois joueur ayant inscrit le plus grand nombre de points sur une saison : 2 461 en 2003, 2 832 en 2006, 2 430 en 2007 et 2 323 en 2008[38] ;
  • 3 fois joueur ayant inscrit le plus grand nombre de paniers sur une saison : 868 en 2003, 978 en 2006 et 813 en 2007[39] ;
  • 6 fois joueur ayant tenté le plus grand nombre de paniers sur une saison : 2 173 en 2006, 1 757 en 2007, 1 690 en 2008, 1 615 en 2011, 1 336 en 2012 et 1 595 en 2013[40] ;
  • 2 fois joueur ayant inscrit le plus grand nombre de lancers francs sur une saison en 2006 : 696 et 2007: 667[41] ;
  • joueur ayant tiré le plus grand nombre de lancers francs sur une saison en 2007 : 768[42] ;
  • 2e meilleure performance de l’histoire sur un match : 81 points le 22 janvier 2006 contre les Raptors de Toronto ;
  • 7e meilleur total de points sur une saison dans l’histoire : 2 832 points en 2006[43] ;
  • 8e meilleure moyenne de points sur une saison dans l’histoire : 35,4 points en 2006[44] ;
  • 4e meilleur total de points dans une carrière NBA en saison : 31 434[45] ;
  • 3e meilleur total de points dans une carrière NBA en playoffs : 5 640[46] ;
  • 2e meilleur total de points de l'histoire en une mi-temps : 55 (le 26 janvier 2006 contre les Raptors de Toronto)[47] ;
  • matchs à plus de 40 points (saison régulière) : 121 (plus 12 en playoffs) ;
  • matchs à plus de 50 points (saison régulière) : 26 ;
  • matchs à plus de 60 points (saison régulière) : 5 ;
  • nombre de triple-doubles : 20.

Dernière mise à jour le 11 avril 2013.

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

  • Récompensé du Naismith High School Player of the Year de l'année 1996[48] ;
  • Best NBA Player ESPY Award en 2008 et 2010 ;
  • Élu joueur de la décennie à la suite d'un sondage sur nba.com[49] ;
  • Classé 59e meilleur joueur de tous les temps par Slam magazine en 2003 ;
  • Classé 12e meilleur joueur de tous les temps par Slam magazine en 2009[50].

Records[modifier | modifier le code]

Records en match[modifier | modifier le code]

Légende :

Record de la Franchise

Les records personnels de Kobe Bryant, officiellement recensés par la NBA sont les suivants[51] :

Type statistique Saison régulière Playoffs
Record Adversaire Date Record Adversaire Date
Points en un match 81 Raptors de Toronto 22 janvier 2006 50 Suns de Phoenix 4 mai 2006
Paniers marqués en un match 28 Raptors de Toronto 22 janvier 2006 20 Suns de Phoenix 4 mai 2006
Paniers tentés en un match 47 @ Celtics de Boston 7 novembre 2002 38 @ Spurs de San Antonio 5 mai 2003
Paniers à 3 points réussis 12*[52] Supersonics de Seattle 7 janvier 2003 6 3 fois
Paniers à 3 points tentés 18 Supersonics de Seattle 7 janvier 2003 11 4 fois
Lancers francs réussis 23 2 fois 21 Jazz de l'Utah 4 mai 2008
Lancers francs tentés 27 2 fois 23 Jazz de l'Utah 4 mai 2008
Rebonds offensifs 8 @ Mavericks de Dallas 18 avril 2000 9 @ Kings de Sacramento 13 mai 2001
Rebonds défensifs 13 2 fois 11 2 fois
Rebonds totaux 16 @ Raptors de Toronto 24 janvier 2010 16 @ Kings de Sacramento 13 mai 2001
Passes décisives 15 Wizards de Washington 12 février 2002 13 Suns de Phoenix 19 mai 2010
Interceptions 7 Jazz de l'Utah 13 février 2006 5 3 fois
Contres 5 3 fois 4 4 fois
Balles perdues 11 @ Pistons de Détroit 31 janvier 2008 7 9 fois
Minutes jouées 54 3 fois 53 @ Kings de Sacramento 2 juin 2002

Note :* Record NBA, codétenu par Donyell Marshall[53].

Records NBA[modifier | modifier le code]

  • Plus grand nombre de trois points inscrits sur un match : 12, le 7 janvier 2003 contre les SuperSonics de Seattle[52] ;
  • Plus grand nombre de tirs à trois points tentés en une mi-temps : 11, le 13 mai 2003 contre les Spurs de San Antonio ;
  • Plus jeune joueur à avoir débuté dans le cinq de départ d'un All-Star Game : 19 ans et 175 jours 8 février 1998 ;
  • Plus grand nombre de titres de NBA All-Star Game Most Valuable Player Award en 2002, 2007, 2009 avec Shaquille O'Neal et 2011 ;
  • Un des dix seuls joueurs à avoir inscrit plus de 2000 points durant au moins 7 saisons ;
  • Un des sept seuls joueurs à avoir inscrit plus de 2000 points durant au moins 8 saisons
  • Plus jeune joueur de l’histoire à atteindre en carrière 24 000 points à 31 ans, 25 000 points à 31 ans et 151 jours et 26 000 à 32 ans et 80 jours (devant Wilt Chamberlain et Kareem Abdul-Jabbar) et 27 000 points à 32 ans et 160 jours ;
  • Plus jeune joueur dans un 5 de départ de l’histoire d’un match NBA à (18 ans et 158 jours), d’un All-Star Game à (19 ans et 175 jours).
  • 7e joueur à comptabiliser 27 000 points, 5 000 rebonds et 5 000 passes décisives[54],[55].
  • Meilleur marqueur de l'histoire du All-Star Game depuis l'édition de 2012, battant le record de Michael Jordan, le 26 février 2012. En marquant 27 points lors du match des étoiles.
  • 1er joueur à comptabiliser 30 000 points et 6 000 passes décisives[24].

Records de franchise[modifier | modifier le code]

Voici une liste des principaux records établis par Kobe Bryant au sein de son club, les Lakers de Los Angeles (liste régulièrement mise à jour du fait d'une carrière en cours, ils sont donc le plus proche possible des données actuelles, dernière mise à jour le 4 mars 2014).

Matchs

  • Nombre de matches joués : 1 245[56];
  • Nombre de minutes jouées : 45 567[56];
  • Nombre de tirs marqués : 11 055[56];
  • Nombre de tirs tentés : 24 374[56];
  • Plus grand nombre de fois starter au NBA All-Star Game : 16 sélections pour 14 participations.

Points

Paniers réussis

Lancers francs réussis

Trois points réussis

Interceptions

Autres records personnels[modifier | modifier le code]

  • Meilleur marqueur de l’histoire du collège Southeastern Pennsylvania avec 2 883 points (devant Wilt Chamberlain) ;
  • Seul joueur avec Wilt Chamberlain dans l’histoire à avoir fait 35 points ou plus dans 13 matchs consécutifs (janvier-février 2003) ;
  • Seul joueur avec Wilt Chamberlain et Michael Jordan dans l’histoire à avoir fait 40 points ou plus dans 9 matchs consécutifs (février 2003) ;
  • Seul joueur avec Wilt Chamberlain et Elgin Baylor dans l’histoire à avoir fait 45 points ou plus dans 4 matchs consécutifs (janvier 2006) ;
  • Seul joueur avec Wilt Chamberlain dans l’histoire à avoir fait 50 points ou plus dans 4 matchs consécutifs (mars 2007) ;
  • Seul joueur avec Wilt Chamberlain dans l’histoire à enregistrer une moyenne de 40 points ou plus sur un mois, à plusieurs reprises (février 2003, janvier 2006 et mars 2007) ;
  • Seul joueur dans l’histoire à terminer une saison avec au moins 2 800 points et 180 paniers à 3 points réussis (saison NBA 2005-2006) ;
  • Seul joueur de l'histoire, depuis l'instauration de l'horloge des 24 secondes, à marquer plus que l'équipe adverse après trois quart-temps : à l'issue du troisième quart temps de la rencontre du 20 décembre 2005 contre Dallas au Staples Center, le score est de 95 à 61 et Kobe Bryant a inscrit 62 points[5] ;
  • Seul joueur avec Gilbert Arenas et Michael Jordan à avoir réalisé la performance d'inscrire 50 et 60 points dans la même semaine.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Saison régulière[modifier | modifier le code]

Légende :

Titre MVP
Champion NBA
Leader de la ligue

gras = ses meilleures performances

Statistiques en saison régulière de Kobe Bryant[57]

Année Équipe Matches Titul. Min./m.  %tir  %3pts  %l-f rbds/m. pass/m. int/m. ctr/m. pts/m.
1996-1997 Lakers 71 6 15.5 41,7 37,5 81,9 1,9 1,3 0,7 0,3 7,6
1997-1998 Lakers 79 1 26,0 42,8 34,1 79,4 3,1 2,5 0,9 0,5 15,4
1998-1999* Lakers 50 50 37,9 46,5 26,7 83,9 5,3 3,8 1,4 1,0 19,9
1999-2000 Lakers 66 62 38,2 46,8 31,9 82,1 6,3 4,9 1,6 0,9 22,5
2000-2001 Lakers 68 68 40,9 46,4 30,5 85,3 5,9 5,0 1,7 0,6 28,5
2001-2002 Lakers 80 80 38,3 46,9 25,0 82,9 5,5 5,5 1,5 0,4 25,2
2002-2003 Lakers 82 82 41,5 45,1 38,3 84,3 6,9 5,9 2,2 0,8 30,0
2003-2004 Lakers 65 64 37,6 43,8 32,7 85,2 5,5 5,1 1,7 0,4 24,0
2004-2005 Lakers 66 66 40,7 43,3 33,9 81,6 5,9 6,0 1,3 0,8 27,6
2005-2006 Lakers 80 80 41,0 45,0 34,7 85,0 5,3 4,5 1,8 0,4 35,4
2006-2007 Lakers 77 77 40,8 46,3 34,4 86,8 5,7 5,4 1,4 0,5 31,6
2007-2008 Lakers 82 82 38,9 45,9 36,1 84,0 6,3 5,4 1,8 0,5 28,3
2008-2009 Lakers 82 82 36,1 46,7 35,1 85,6 5,2 4,9 1,5 0,4 26,8
2009-2010 Lakers 73 73 38,8 45,6 32,9 81,1 5,4 5,0 1,6 0,3 27,0
2010-2011 Lakers 82 82 33,9 45,1 32,3 82,8 5,1 4,7 1,2 0,1 25,3
2011-2012* Lakers 58 58 38,5 43,0 30,3 84,5 5,4 4,6 1,2 0,3 27,9
2012-2013 Lakers 78 78 38,6 46,3 32,4 83,9 5,6 6,0 1,4 0,3 27,3
2013-2014 Lakers 6 6 29,5 42,5 18,8 85,7 4,3 6,3 1,2 0,2 13,8
Total 1245 1097 36,6 45,4 33,5 83,8 5,3 4,8 1,5 0,5 25,5
All-Star Game 14 14 27,8 50,7 33,3 80,6 4,9 4,5 2,6 0,4 20,0

Note: * En raison d'un Lock out, ces saisons ont été réduites respectivement à 50 et 66 matchs.
Dernière modification le 13 avril 2013, au terme de la saison NBA 2012-2013

Playoffs[modifier | modifier le code]

Légende :

Titre MVP des finales NBA Champion NBA

Statistiques en playoffs de Kobe Bryant[57]

Année Équipe Matches Titul. Min./m.  %tir  %3pts  %l-f rbds/m. pass/m. int/m. ctr/m. pts/m.
1997 Lakers 9 0 14.8 38.2 26.1 86.7 1.2 1.2 0.3 0.2 8.2
1998 Lakers 11 0 20.0 40.8 21.4 68.9 1.9 1.5 0.3 0.7 8.7
1999 Lakers 8 8 39.4 43.0 34.8 80.0 6.9 4.6 1.9 1.2 19,8
2000 Lakers 22 22 39.0 44.2 34.4 75.4 4.5 4.4 1.5 1.5 21.1
2001 Lakers 16 16 43.4 46.9 32.4 82.1 7.3 6.1 1.6 0.8 29.4
2002 Lakers 19 19 43.8 43.4 37.9 75.9 5.8 4.6 1.4 0.9 26.6
2003 Lakers 12 12 44.3 43.2 40.3 82.7 5.1 5.2 1.2 0.1 32.1
2004 Lakers 22 22 44.2 41.3 24.7 81.3 4.7 5.5 1.9 0.3 24.5
2006 Lakers 7 7 44.9 49.7 40.0 77.1 6.3 5.1 1.1 0.4 27.9
2007 Lakers 5 5 43.0 46.2 35.7 91.9 5.2 4.4 1.0 0.4 32.8
2008 Lakers 21 21 41.1 47.9 30.2 80.9 5.7 5.6 1.7 0.4 30.1
2009 Lakers 23 23 40.8 45.7 34.9 88.3 5.3 5.5 1.7 0.9 30.2
2010 Lakers 23 23 40.1 45.8 37.4 84.2 6.0 5.5 1.4 0.7 29.2
2011 Lakers 10 10 35.4 44.6 29.3 82.0 3.4 3.3 1.6 0.3 22,8
2012 Lakers 12 12 39.7 43.9 28.3 83.2 4.8 4.3 1.3 0.2 30.0
Total 220 200 39.3 44.8 33.1 81.6 5.1 4.7 1.4 0.6 25.6

Particularités[modifier | modifier le code]

  • USA Today et Parade Magazine ont désigné Kobe Bryant meilleur lycéen de l’année en 1996, avec une moyenne de 30,8 points, 12 rebonds, 6,5 passes, 4 interceptions et 3,9 contres par match.
  • Kobe Bryant a marqué 55 points dans la seule 2e mi-temps face à Toronto en janvier 2006, soit autant que le plus gros match du meilleur marqueur de l’histoire (total de points marqués en carrière), Kareem Abdul-Jabbar.
  • À la veille de la saison 2006-2007, Kobe a décidé de changer son numéro de maillot, le 8, par le 24 (numéro qu'il portait au lycée).
  • Kobe Bryant, à l'instar d'autres basketteurs tels Allen Iverson, Ron Artest, Chris Webber, Shaquille O'Neal ou encore Tony Parker, s'est essayé au rap, sous le nom de K.O.B.E, sans toutefois rencontrer un grand succès.
  • Kobe Bryant est catholique.
  • Kobe Bryant est un cousin du joueur de basket-ball John Cox.
  • Kobe Bryant était un ami de Michael Jackson qui est décédé le 25 juin 2009.
  • Kobe Bryant fait une apparition dans la série télévisée americaine Modern Family, (première saison, épisode 24 : Rien n'est jamais parfait, (Family Portrait)).
  • Ayant passé une grande partie de son enfance en Italie, Kobe est un grand fan de football en particulier de l'équipe du Milan AC de la fin des années 1980 et du FC Barcelone. C'est aussi un grand admirateur du prodige argentin Lionel Messi[58],[59] avec lequel il a tourné une publicité pour Turkish Airlines[60]. Bryant s'est rendu en Afrique du Sud après les finales NBA pour assister à plusieurs matchs de la Coupe du monde de football de 2010 et a pour cela retardé son opération du genou.
  • Il a collaboré avec le chanteur Jay Chou dans une publicité pour Sprite et dans un clip vidéo[61].

Salaires[modifier | modifier le code]

Année Equipe Salaire
1996-1997 Lakers de Los Angeles 1 015 000 $
1997-1998 Lakers de Los Angeles 1 167 240 $
1998-1999 Lakers de Los Angeles 1 319 000 $
1999-2000 Lakers de Los Angeles 9 000 000 $
2000-2001 Lakers de Los Angeles 10 130 000 $
2001-2002 Lakers de Los Angeles 11 250 000 $
2002-2003 Lakers de Los Angeles 12 375 000 $
2003-2004 Lakers de Los Angeles 13 500 000 $
2004-2005 Lakers de Los Angeles 14 175 000 $
2005-2006 Lakers de Los Angeles 15 946 875 $
2006-2007 Lakers de Los Angeles 17 718 750 $
2007-2008 Lakers de Los Angeles 19 490 625 $
2008-2009 Lakers de Los Angeles 21 262 500 $
2009-2010 Lakers de Los Angeles 23 034 375 $
2010-2011 Lakers de Los Angeles 24 806 250 $
2011-2012* Lakers de Los Angeles 25 244 493 $
2012-2013 Lakers de Los Angeles 27 849 149 $
2013-2014 Lakers de Los Angeles 30 453 805 $
Total Gains 279 738 062 $
2014-2015 Lakers de Los Angeles 23 500 000 $
2015-2016 Lakers de Los Angeles 25 000 000 $

Note : * En 2011, le salaire moyen d'un joueur évoluant en NBA est de 5 150 000 $[62].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Kobe Bryant se marie le 18 avril 2001 à Vanessa Laine, qu'il a rencontrée en 1999, alors qu'elle était âgée de 17 ans. De leur union sont nées deux filles, Natalia Diamante Bryant, née le 19 janvier 2003, et Gianna Maria-Onore Bryant, née quant à elle le 1er mai 2006 (à 6 minutes d'intervalles de la fille de Shaquille O'Neal, ancien coéquipier et rival de Bryant).

En 2012, après 10 ans de mariage, il divorce de sa femme, Vanessa Bryant, et accepte de lui verser la somme de 75 millions de dollars[63]. Toutefois, en janvier 2013, ils renoncent à divorcer et s'affichent de nouveau comme une famille unie[64].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.nba.com/playerfile/kobe_bryant/index.html
  2. -le-nouveau-surnom-de-kobe-bryant/ « Vino, le nouveau surnom de Kobe Bryant », sur basketusa.com,‎ 4 mars 2013 (consulté le 5 mars 2013)
  3. Le terme air-balls correspondant à un tir manqué qui ne touche pas la planche ni le cerceau.
  4. Note : ces statistiques ne prennent pas en compte le match au cours duquel il se blesse après 10 minutes de jeu, le forçant à manquer 14 rencontres dans la saison sur les 82, d'où une moyenne annoncée à 28,5 points par certains sites tenant compte du match de la blessure dans les calculs.
  5. a et b (en) « It's Kobe's night as Mavs have no answers », sur espn.go.com,‎ 20 décembre 2005 (consulté le 28 août 2011)
  6. (en) « Kobe Bryant performance of 81 points in one game », sur lakersuniverse.com (consulté le 31 août 2011)
  7. (en) Kobe's turn: Bryant basks in first MVP award, sur usatoday.com
  8. (en) « 2009 NBA All-Star Game Voting », sur basketball-reference.com/ (consulté le 31 août 2011)
  9. Trevor Ariza croise Ron Artest et signe à Houston sur basketusa.com, 8 juillet 2009
  10. (en) « 2010 NBA All-Star Game Voting », sur basketball-reference.com/ (consulté le 31 août 2011)
  11. (en) Matt Moore, « Lakers fire Mike Brown; Bernie Bickerstaff named interim coach », sur cbssports.com,‎ 9 novembre 2012
  12. « D'Antoni nouveau coach des lakers », sur www.lequipe.fr,‎ 12 novembre 2012
  13. (en) Dave McMenamin, « Kobe Bryant youngest to 30,000 », sur espn.go.com,‎ 7 décembre 2012
  14. (en) « Kobe Bryant sets All-Star record but Lakers still struggle on court », sur guardian.co.uk,‎ 18 janvier 2013
  15. (en) « Chris Paul earns first ASG MVP », sur espn.go.com,‎ 18 février 2013
  16. (en) « Kobe Bryant scores 34 points as Lakers reach .500 mark », sur scores.espn.go.com,‎ 3 mars 2013
  17. (en) « Kobe Bryant's heroics help Lakers rally, edge Raptors in OT », sur scores.espn.go.com,‎ 8 mars 2013
  18. « Kobe Bryant devient le 4e meilleur marqueur de l’histoire », sur basketusa.com,‎ 31 mars 2013 (consulté le 31 mars 2013)
  19. https://www.youtube.com/watch?v=zKiQsg-8nEM
  20. « Los Angeles Lakers : Kobe Bryant, l'énorme tuile », sur http://www.eurosport.fr,‎ 13 avril 2013 (consulté le 13 avril 2013)
  21. (en) Sam Amick, « Kobe Bryant's injury puts Lakers' future in jeopardy », USA Today,‎ 19 décembre 2013
  22. (en) « Knee injury forces Kobe to sit out rest of season », NBA,‎ 12 mars 2014
  23. Fabrice Auclert, « Kobe Bryant : « 32 000 points… C’est beaucoup de boulot » », Basket USA,‎ 19 novembre 2014
  24. a et b « Record de Kobe Bryant contre Toronto », sur lequipe.fr,‎ 1 décembre (consulté en 1 décembre)
  25. « Bryant dépasse Jordan », sur lequipe.fr,‎ 15 décembre 2014 (consulté le 15 décembre 2014)
  26. (en) « Men's FIBA Americas Championship 2007 », sur usabasketball.com (consulté le 9 octobre 2011)
  27. (en) « NBA & ABA Most Valuable Player Award Winners », sur basketball-reference.com (consulté le 24 août 2011)
  28. (en) « NBA & ABA Finals Most Valuable Player Award Winners », sur basketball-reference.com (consulté le 24 août 2011)
  29. (en) « 1997 NBA Rookie Challenge : East 96, West 91 », sur basketball-reference.com (consulté le 20 novembre 2011)
  30. (en) « NBA & ABA All-Star Game Most Valuable Player Award Winners », sur basketball-reference.com (consulté le 24 août 2011)
  31. a, b et c (en) « All-NBA & All-ABA Teams », sur basketball-reference.com (consulté le 23 mai 2013)
  32. a et b (en) « NBA & ABA All-Defensive Teams », sur basketball-reference.com (consulté le 24 août 2011)
  33. (en) « NBA & ABA All-Rookie Teams », sur basketball-reference.com (consulté le 24 août 2011)
  34. « La NBA dévoile les 3 All-NBA Teams », sur basketsession.com,‎ 23 mai 2013 (consulté le 24 mai 2013)
  35. (en) « NBA Players of the Month », sur basketball-reference.com (consulté le 26 août 2011)
  36. Kobe Bryant est désigné NBA Player of the Month en décembre 2000, puis Western Conference Player of the Month en novembre 2001, janvier 2003, mars 2004, janvier et avril 2006, décembre 2006, mars et avril 2007, février et avril 2008, décembre 2008, janvier 2009, décembre 2009, mars 2011, janvier 2012 et février 2013.
  37. (en) « NBA & ABA Progressive Leaders and Records for Points Per Game », sur basketball-reference.com (consulté le 24 août 2011)
  38. (en) « NBA & ABA Yearly Leaders and Records for Points », sur basketball-reference.com (consulté le 24 août 2011)
  39. (en) « NBA & ABA Progressive Leaders and Records for Field Goals », sur basketball-reference.com (consulté le 24 août 2011)
  40. (en) « NBA & ABA Progressive Leaders and Records for Field Goal Attempts », sur basketball-reference.com (consulté le 18 avril 2013)
  41. (en) « NBA & ABA Progressive Leaders and Records for Free Throws », sur basketball-reference.com (consulté le 24 août 2011)
  42. (en) « NBA & ABA Progressive Leaders and Records for Free Throw Attempts », sur basketball-reference.com (consulté le 24 août 2011)
  43. (en) « NBA & ABA Single Season Leaders and Records for Points », sur basketball-reference.com (consulté le 24 août 2011)
  44. (en) « NBA & ABA Single Season Leaders and Records for Points Per Game », sur basketball-reference.com (consulté le 24 août 2011)
  45. (en) « NBA & ABA Career Leaders and Records for Points », sur basketball-reference.com (consulté le 26 janvier 2013)
  46. (en) « NBA & ABA Career Playoff Leaders and Records for Points », sur basketball-reference.com (consulté le 26 janvier 2013)
  47. (en) Raptors de Toronto contre LA Lakers
  48. (en) « Naismith High School Player of the Year », sur naismithawards.com (consulté le 24 août 2011)
  49. « Kobe Bryant élu joueur de la décennie par les internautes de nba.com », sur basketusa.com,‎ 15 février 2010 (consulté le 24 août 2011)
  50. (en) Slam Magazine, « The New top 50 », sur slamonline.com,‎ juin 2009 (consulté le 25 août 2011)
  51. (en) « Kobe Bryant : Career Stats and Totals », sur nba.com (consulté le 16 avril 2014)
  52. a et b Jonathan Demay, « Ça s’est passé un 7 janvier : Kobe Bryant s’empare du record NBA avec 12 paniers à 3-pts », sur basketusa.com,‎ 7 janvier 2013
  53. (en) Jonathan Demay, « Game of the day: Marshall's Raptors look long vs. 76ers », sur seattletimes.com,‎ 14 mars 2005
  54. (en) « Kobe in the giving mood on Tuesday », sur espn.go.com (consulté le 24 août 2011)
  55. Les six autres joueurs à avoir réalisé 27 000 points, 5 000 rebonds et 5 000 passes sont : Michael Jordan, Oscar Robertson, Jerry West, John Havlicek, Kareem Abdul-Jabbar et Karl Malone.
  56. a, b, c, d, e, f et g (en) « Los Angeles Lakers Career Leaders », sur basketball-reference.com (consulté le 4 mars 2014)
  57. a et b (en) « statistiques NBA », sur NBA.com,‎ 2012 (consulté le 29 avril 2012)
  58. (en) NBA's Kobe Bryant almost became a soccer player, reprise d'un article du Chicago Tribune, 11 août 2006.
  59. (en) Dazzled by Messi, basketball star Bryant roots for Argentina, Monsters and Critics, 12 août 2008.
  60. [1].
  61. http://www.cpopaccess.com/2011/04/jay-chou-releases-mv-with-kobe-bryant.html
  62. (en) « Salaires moyen NBA », sur basketusa.com (consulté en 2012)
  63. « Kobe Bryant : divorce à 75 millions de dollars pour la star NBA », sur ekonomico.fr,‎ 20 janvier 2012
  64. (en) « Kobe Bryant's divorce canceled », ESPN,‎ 12 janvier 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :