Cyril Julian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyril Julian Portail du basket-ball
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (40 ans)
Lacrouzette
Taille 2,06 m (6 9)
Poids 109 kg[1]
Situation en club
Poste Pivot
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1993-1994
1994-1998
1998-2000
2000-2002
2002-2004
2004-2005
2004-2005
2005-2009
Tarbes GB
SLUC Nancy
PSG Racing
SLUC Nancy
Pau-Orthez
Pamesa Valence
Casademont Girona
SLUC Nancy
Sélection en équipe nationale **
1996-2006 Drapeau : France France (135 sél) 841

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Cyril Julian, né le à Lacrouzette, est un ancien joueur de basket-ball français, retraité depuis juin 2009. Il est également ancien international A en équipe de France, sélection avec laquelle il est devenu vice-champion olympique au Jeux de Sydney.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière en club[modifier | modifier le code]

Après un passage à Tarbes où il débute à 15 ans en Nationale 3, il rejoint l'élite du basket-ball français en signant au SLUC Nancy. Il y évolue pendant quatre saisons avant de rejoindre le club du PSG Racing où il évolue pendant deux saisons avant de retrouver son ancien club de Nancy. Durant cette période, il évolue aux côtés de Laurent Sciarra puis lors de la seconde saison de Tony Parker qui fait ses débuts dans le monde professionnel.

La saison 2001-2002 apporte ses premiers succès au club nancéien. Le club remporte la dernière édition de la Coupe Korac face au club russe de Mineralnye Vody. À la fin de cette même saison, Julian est récompensé à titre individuel du titre de MVP.

Il signe alors pour le club de Pau-Orthez [2]. Cette saison est la dernière pour la génération Boris Diaw, Mickaël et Florent Piétrus sous les couleurs de l'Élan. Le club réalise le grand chelem sur le plan national, remportant la Semaine des As, la Coupe de France et le Championnat de France. Sur le plan européen, le club manque sa qualification pour le Top 16 de l'Euroligue de justesse.

La saison suivante est de nouveau marquée par un titre de champion de France, le premier pour Didier Gadou qui a remplacé Alain Sarre en cours de saison, malgré une qualification pour le Top 16 en Euroligue.

Après ses deux saisons à Pau, il tente une expérience à l'étranger. Il rejoint la Liga ACB à Pamesa Valence puis Casademont Girona.

Pour la saison suivante, il retrouve le club de Nancy, qui vient de disputer la finale du championnat de France[3].

Le club, qui a conservé la plupart de ses cadres, a l'ambition de remporter le titre. Son club atteint de nouveau la finale et se voit opposer le club du Mans. Ce dernier, grâce notamment à un apport final de 12 points dans le dernier quart temps[4] remporte une rencontre longtemps disputée. Le titre de MVP français ne suffit pas à atténuer la déception de Julian, qui a réalisé 18 doubles doubles sur cette saison.

La saison 2006-07 ressemble à la précédente, le SLUC laissant échapper le titre lors sa troisième finale consécutive, après avoir longtemps dominé le futur vainqueur Roanne. Julian, après avoir réalisé l'une des meilleures saisons de sa carrière ( 14,8 points, 8,4 rebonds et 19,7 d'évaluation), obtient son troisième titre de MVP français.

La saison 2007-2008 permettra à Nancy et à Cyril Julian d'obtenir le titre de Champion de France face à Roanne et d'accéder à l'Euroligue pour la saison 2008-2009. Lors de cette compétition le SLUC ne remporte que deux rencontres, pour huit défaites, dans son groupe du premier tour. Julian, dont la meilleure performance est de 21 points et 7 rebonds face à Montepaschi Sienne termine cette compétition avec des statistiques de 13,8 points, 7,3 rebonds en 24 minutes 03[5]. Il prend sa retraite à l'issue de la saison 2008-2009, au terme de la série perdue des demi-finales contre Villeurbanne.

Sélection nationale[modifier | modifier le code]

Après avoir évolué avec l'équipe de France espoirs, il débute en Équipe de France en 1996, face à la Lituanie[6]. Il devient rapidement l'un des piliers de l'équipe nationale, participant aux Championnats d'Europe 1997 puis au Championnats d'Europe 1999 qui se déroule en France. La quatrième place obtenue lors de ce dernier tournoi offre à la France une participation aux Jeux olympiques de 2000. La France déçoit lors du premier tour, mais, grâce à un concours de circonstance favorable, victoire du Canada sur la Yougoslavie dans l'autre groupe, son parcours en phase finale est plus facile. Après avoir éliminé le Canada en quart, puis l'Australie en demi, la France se voit opposer aux États-Unis en finale. Les Français offrent un bonne résistance aux vedettes américaines de la NBA mais perdent finalement de dix points.

L'année suivante, la France termine à la sixième place. En 2003, la France se présente parmi les favoris. Elle aligne en effet des joueurs NBA, Jérôme Moïso, Tariq Abdul-Wahad et Tony Parker. Après un début de compétition qui réponde aux attentes, la France échoue face à la Lituanie en demi-finale, avant de lâcher le match pour la quatrième place face à l'Italie. Cette dernière défaite met fin aux espoirs d'une nouvelle participation aux jeux.

Lors du Championnats d'Europe 2005, qui a lieu en Serbie, l'équipe de France retrouve Antoine Rigaudeau. La France met fin aux espoirs de l'équipe locale lors du match de barrage, puis élimine le tenant du titre, la Lituanie, en quart de finale avant de se voir opposer la Grèce. la France qui mène de 7 points à 47 secondes de la fin, subit un retour de la part des Grecs avant de finalement s'incliner sur le score de 66 à 67. La France arrive toutefois à se re-motiver pour remporter la médaille de bronze face à l'Espagne.

La campagne européenne de 2005 a octroyé à la France le droit de participer aux Championnat du monde 2006. Julian a pour ambition de terminer sa carrière internationale lors de celui-ci. Mais, l'entraîneur Claude Bergeaud lui préfère finalement un jeune, Johan Petro, afin de donner à celui-ci la possibilité d'acquérir une expérience de compétitions internationales[7].

Julian annonce alors la fin de sa carrière en équipe de France. Toutefois, en 2008, il n'exclut plus un retour en équipe de France, tout en déclarant que ce celui-ci ne pourrait pas se faire dans le cadre des qualifications au championnat d'Europe 2009. Il désire profiter de la trêve estivale pour se faire opérer du pied.

Post-carrière[modifier | modifier le code]

En juin 2009, il prend sa retraite sportive et se reconvertit dans l'œnologie et comme consultant sportif devant les caméras de Sport+. Œnologie qu'il retrouve après l'avoir mis de côté pour se consacrer à sa carrière. Il sort diplômé de l'Institut Universitaire de la Vigne et du Vin en juin 2010. Il travaille aussi comme conférencier pour des entreprises sur la performance, la gestion du stress, le haut niveau.

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Cyril Julian s'est installé parmi les meilleurs pivots de la pro A grâce à un shoot très efficace (67 % de reussite en 2006-2007), un bon sens du placement au rebond et une hargne sur le terrain qui lui a valu son surnom de « warrior ».

Clubs successifs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Compétitions internationales

Compétitions nationales

  • 2003 : vainqueur de la Semaine des As avec Pau-Orthez à Pau
  • 2003 : vainqueur de la Coupe de France avec Pau-Orthez au POPB
  • 2003 : champion de France 2002-2003 avec Pau-Orthez
  • 2004 : Champion de France 2003-2004 avec Pau-Orthez
  • 2006 : vice-champion de France Pro A avec le SLUC Nancy
  • 2007 : vice-champion de France Pro A avec le SLUC Nancy
  • 2008 : champion de France Pro A avec le SLUC Nancy

Sélection nationale[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Championnat d'Europe[modifier | modifier le code]

Compétitions de jeunes[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

  • 1995 : Médaille de bronze aux championnats du monde militaires à Rome (Italie)

Distinction personnelle[modifier | modifier le code]

24e meilleur marqueur de l'histoire de la Pro A (3 772 points) et 6e meilleur rebondeur (2 087 rebonds)[réf. nécessaire]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Saison régulière[modifier | modifier le code]

Statistiques en saison régulière[8]
Année Équipe Matches Min./m.  %tir  %l-f rbds/m. pass/m. int/m. ctr/m. pts/m.
1994-95 Nancy 19 7,4 64,0 50,0 1,3 0,2 0,2 0,2 2,1
1995-96 Nancy 26 14,0 61,4 75,8 3,5 0,7 0,7 0,5 5,1
1996-97 Nancy 30 28,5 58,7 68,5 6,8 1,0 1,2 0,8 10,6
1997-98 Nancy 30 26,2 57,1 77,7 5,5 0,6 0,9 0,7 10,7
1998-99 Paris 27 24,5 62,3 72,4 4,9 0,6 0,8 0,3 10,1
1999-00 Paris 28 27,0 57,4 75,0 5,4 0,9 0,8 0,5 10,9
2001-01 Nancy 25 31,9 61,0 64,9 6,8 1,7 1,0 0,6 12,2
2002-02 Nancy 23 31,7 59,7 67,7 8,4 1,3 1,2 0,7 14,9
2002-03 Pau-Orthez 24 18,2 65,6 84,3 4,8 0,9 0,7 0,8 11,1
2003-04 Pau-Orthez 30 22,8 67,0 77,1 6,3 1,0 0,8 0,6 13,2
2004-05 Gérone 19 20,1 56,8 69,0 4,6 0,3 0,7 0,5 9,6
2004-05 Valence 10 11,5 50,0 84,6 1,6 0,1 0,4 0,0 3,7
2005-06 Nancy 29 27,2 60,2 71,9 9,3 0,9 0,8 0,3 12,6
2006-07 Nancy 25 26,1 67,3 69,7 8,2 0,8 1,0 0,3 14,8
2007-08 Nancy 26 27,4 61,4 69,3 7,0 0,6 0,9 0,2 13,3
2008-09 Nancy 24 16,1 64,8 80,0 4,1 0,2 0,8 0,3 8,8

Playoffs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]