Jo Jo White

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir White.
Jo Jo White Portail du basket-ball
Fiche d’identité
Nom complet Joseph Henry White
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance
Saint-Louis, Missouri
Situation en club
Poste Meneur
Carrière universitaire ou amateur
Jayhawks du Kansas
Draft NBA
Année 1969
Position 9e
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1969–1970
1970–1971
1971–1972
1972–1973
1973–1974
1974–1975
1975–1976
1976–1977
1977–1978
1978–1979
1978–1979
1979–1980
1980–1981
Celtics de Boston
Celtics de Boston
Celtics de Boston
Celtics de Boston
Celtics de Boston
Celtics de Boston
Celtics de Boston
Celtics de Boston
Celtics de Boston
Celtics de Boston
Warriors de Golden State
Warriors de Golden State
Kings de Kansas City
12,2
21,3
23,1
19,7
18,1
18,3
18,9
19,6
14,8
12,5
12,3
9,9
6,4

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.

Joseph Henry « Jo Jo » White, né le à Saint-Louis dans le Missouri, est un ancien basketteur américain évoluant au poste d’arrière. Il joue l'essentiel de sa carrière aux Celtics de Boston, club dans lequel il arrive après leur titre en 1969. Son fils Brian J. White a été joueur professionnel de football américain et de lacrosse avant de se lancer dans une carrière d'acteur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Jo Jo White joue dans l’équipe universitaire de basket-ball de l’Université du Kansas, disputant le tournoi NCAA et perdant contre Texas Western en finale régionale après une double prolongations. Il est élu à deux reprises All-America[1].

Jeux olympiques 1968[modifier | modifier le code]

Il participe aux Jeux olympiques d'été de 1968 où il remporte une médaille d'or avec l’équipe des États-Unis[1] qui termine le tournoi invaincu avec neuf victoires en neuf rencontres. En finale, les joueurs américains dominent la Yougoslavie sur le score de 65 à 50. Après avoir marqué 24 points contre les joueurs yougoslaves en phase de poule, Jo Jo White inscrit 14 unités lors de la finale[2].

Carrière en NBA[modifier | modifier le code]

Celtics de Boston[modifier | modifier le code]

Après les Jeux olympiques, White est recruté par les Celtics de Boston à la neuvième place du premier tour de la draft NBA 1969. Red Auerbach sélectionne l'arrière shooteur du Kansas alors que les franchises pensent qu'il doit encore effectuer deux années dans l'armée[3]. Mais Auerbach utilise ses relations pour que White ne rate que la préparation et les deux premiers matchs de la saisons[3]. La franchise vient de remporter son 11e titre en 13 ans mais perd Bill Russell et Sam Jones qui annoncent leur retraite respective.

Lors de la saison 1969-1970, les Celtics terminent pour la première avec un bilan négatif depuis la saison 1950-1951. le 28 janvier 1970, Jo Jo White réussit 12 de ses 22 lors d'une victoire 112 à 100 contre Philadelphie[3]. Il a plus de temps en fin d'année, et White fait ses preuves pour mener l’attaque lors de la saison suivante au poste de meneur et l’équipe retrouve un bilan positif. Jo Jo White termine la saison 1970-1971 avec plus de 21 points de moyenne, developpant avec Don Chaney une relation d'arrières[4]. Il est sélectionné pour disputer le All-Star Game, le premier des sept éditions que White dispute de suite entre 1971 et 1977. Il joue tous les 82 matchs des Celtics pendant cinq saisons consécutives au milieu des années 1970[1].

Tireur efficace, il participe à la conquête des titres de 1974 et 1976. Lors du sixième match des finales de 1974, il a l'occasion d'offrir le titre aux Celtics mais son tir au buzzer est légèrement trop court obligeant Boston à jouer un match décisif[5]. Jo Jo White est nommé meilleur joueurs des finales 1976[6]. Lors du cinquième match de cette finale 1976 contre les Suns de Phoenix, White termine meilleur marqueur du match avec 33 points, réussit 9 passes décisives et mène les Celtics à une victoire 128 à 126 après triple prolongations[7].

Le 9 avril 1982, son numéro 10 est retiré et une bannière est mise en son hommage dans la salle des Celtics de Boston avec le numéro 10 qu’il porte lors de sa carrière.

Fin de carrière en NBA à Golden State puis Sacramento[modifier | modifier le code]

Les mauvais résultats de la franchise de Boston après son titre en 1976 oblige le club à reconstruire une nouvelle équipe, cela change le rôle de l'expérimenté Jo Jo White dans l'effectif des Celtics. Les dirigeants effectuent de nombreux mouvements de joueurs et notamment un échange concernant Jo Jo White contre un choix de draft[7]. White part donc vers les Warriors de Golden State au cours de la saison 1978-1979 et n'a pas l'opportunité de finir sa carrière à Boston comme un grand nombre des meilleurs joueurs de la franchise[7]. White passe ensuite par les Kings de Kansas City (futurs Kings de Sacramento).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Jeff Twiss, « Meet the Men in Green - JoJo White », sur http://www.nba.com (consulté le 28 février 2011)
  2. (en) « Jo-Jo White », sur http://www.sports-reference.com/olympics (consulté le 28 février 2011)
  3. a, b et c (en) Dan Shaughnessy, Ever Green The Boston Celtics: A History in the Words of Their Players, Coaches, Fans and Foes, from 1946 to the Present, St. Martin's Griffin, 15 novembre 1991, p. 136. (ISBN 0312063482).
  4. Ever Green The Boston Celtics: A History in the Words of Their Players, Coaches, Fans and Foes, from 1946 to the Present, op. cit., p. 140
  5. Ever Green The Boston Celtics: A History in the Words of Their Players, Coaches, Fans and Foes, from 1946 to the Present, op. cit., p. 151
  6. Ever Green The Boston Celtics: A History in the Words of Their Players, Coaches, Fans and Foes, from 1946 to the Present, op. cit., p. 155
  7. a, b et c Ever Green The Boston Celtics: A History in the Words of Their Players, Coaches, Fans and Foes, from 1946 to the Present, op. cit., p. 158

Liens externes[modifier | modifier le code]