Dennis Rodman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rodman.
Dennis Rodman Portail du basket-ball
Dennis Rodman ToPo.jpg
D. Rodman sous le maillot de Torpan Pojat (Finlande) en 2005
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 13 mai 1961 (53 ans)
Trenton, New Jersey
Taille 2,01 m (6 7)
Poids 100 kg (220 lb)
Surnom Dennis the Menace
The Worm
Rodzilla
Demolition Man
Situation en club
Club actuel retraité
Numéro 10 (Pistons, Spurs), 91 (Bulls), 73 (Lakers), 70 (Mavericks)
Poste Ailier fort
Carrière universitaire ou amateur
1984-1986 Southeastern Oklahoma State University
Draft NBA
Année 1986
Position 27e
Franchise Pistons de Détroit
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1986-1987
1987-1988
1988-1989
1989-1990
1990-1991
1991-1992
1992-1993
1993-1994
1994-1995
1995-1996
1996-1997
1997-1998
1999
2000
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Lakers de Los Angeles
Mavericks de Dallas
6,5
11,6
9,0
8,8
8,2
9,8
7,5
4,7
7,1
5,5
5,7
4,7
2,1
2,8
Basketball Hall of Fame 2011

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.

Dennis Keith Rodman, né le 13 mai 1961 à Trenton, dans le New Jersey, est un ancien joueur américain de basket-ball ayant évolué dans la NBA. Cinq fois champion de la NBA, en 1989 et 1990 avec les Pistons de Detroit et en 1996, 1997 et 1998 avec les Bulls de Chicago, il est considéré comme l'un des meilleurs défenseurs et rebondeurs de l'histoire de la NBA. Il a remporté deux NBA Defensive Player of the Year, le titre de meilleur défenseur de l'année, en 1990 et 1991 et a terminé meilleur rebondeur de la ligue lors de sept saisons consécutives de 1992 à 1998.

Il est également connu pour ses apparitions cinématographiques et dans des émissions de télé réalité, ses coupes de cheveux, piercings et tatouages.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son enfance et sa jeunesse sont assez difficiles, il enchaîne les petits boulots et ne commence le basket-ball que vers ses 20 ans. Après avoir vécu à Dallas, Rodman déménage dans une petite ville rurale de l'Oklahoma.

Dennis Rodman est un joueur de basket-ball issu d'une université considérée comme de seconde zone (Southeastern Oklahoma State University). Il est sélectionné au deuxième tour (27e position) de la draft NBA 1986 par les Pistons de Détroit. En raison du faible niveau de compétition en NAIA (National Association of Intercollegiate Athletics), Rodman excelle dans tous les compartiments de jeu, enregistrant une moyenne de 24 points et 17 rebonds lors de sa dernière année universitaire, notamment grâce à ses qualités athlétiques.

Il adopte son style particulier de jeu en remarquant que quasiment tout le monde ne pensait qu'à mettre la balle dans le panier. Il décide de faire ce que personne ne voulait faire à l'époque : prendre des rebonds, défendre dur et effectuer des écrans en attaque. Il est très difficile de savoir le vrai niveau offensif de Rodman, il ne prenait quasiment jamais de tirs (bien que certains soient célèbres, comme celui contre Utah en Finales NBA 1998), ne faisait pas non plus de mouvements dos au panier, bref ses uniques points étaient sur contre-attaque ou suite à des rebonds offensifs. Le joueur estime cependant qu'il aurait pu tourner à 15 points par match en carrière[1].

Detroit Pistons[modifier | modifier le code]

Intégré en ligue majeure, Rodman se rend compte que la concurrence est rude et qu'il a besoin de se distinguer pour durer : laissant les stars de l'équipe inscrire les points, il décide de se consacrer uniquement à la défense et aux rebonds. Ce choix fait de lui un des rares joueurs capables de changer le cours d'un match sans marquer le moindre panier.

Les joueurs du Michigan sont alors surnommés les Bad Boys en raison de leur style de jeu rugueux. Aux côtés de Rodman, jouent Isiah Thomas, Joe Dumars, Vinnie Johnson, Rick Mahorn, Mark Aguirre, James Edwards ou encore Bill Laimbeer.

Après avoir échoué en playoffs face aux Celtics de Larry Bird en 1987, les Pistons de Détroit remportent le titre NBA à deux reprises en 1989 et 1990 en éliminant à chaque fois au passage les Bulls de Michael Jordan lors de duels épiques. Rodman est régulièrement chargé de défendre sur Jordan. Il est d'ailleurs nommé deux fois meilleur défenseur de la ligue au cours de cette période, et il dispute même le All-Star Game.

En 1992, Rodman prend 18,7 rebonds en moyenne par match, la moyenne la plus élevée depuis Wilt Chamberlain en 1973 qui mesurait 2 m 16 (contre 1 m 98).

En 1993, Chuck Daly, l'entraîneur des Pistons quitte le club pour les Nets du New Jersey, et c'est le début de la déconfiture pour les Pistons. Rodman finit tout de même de nouveau meilleur rebondeur de la ligue mais tombe alors dans une dépression. De plus, son mariage avec une ancienne mannequin (avec laquelle il eut une fille) périclite ; après 83 jours, ils se séparent et Dennis ne peut que subir l'éloignement d'avec son enfant.

Dennis Rodman est retrouvé un soir enfermé dans son pick-up sur le parc de stationnement des Pistons de Détroit avec un fusil à pompe chargé. Il déclarera plus tard dans son autobiographie que ce soir-là il « tua l'ancien Dennis pour laisser place au nouveau Dennis » [2].

Le 1er avril 2011, les Pistons lui rendent hommage en retirant son maillot[3].

San Antonio Spurs[modifier | modifier le code]

En 1993, Rodman est transféré aux Spurs de San Antonio où il continue à exceller aux rebonds permettant à son coéquipier David Robinson de marquer plus de points. Il aide les Spurs à réaliser leur meilleure saison en 1994-1995 avec 62 victoires.

Mais c'est également à San Antonio que le côté fantasque du joueur se révèle avec notamment sa relation surmédiatisée avec Madonna. Ses cheveux changent désormais de couleur toutes les semaines, il manque de plus en plus d'entraînements, ce qui ne plaît pas du tout à l'entraîneur Bob Hill. Ses relations avec l'encadrement des Spurs deviennent exécrables.

Son entente avec David Robinson se détériore et malgré une saison 1994-1995 extrêmement solide d'un point de vue collectif, l'équipe peine à sortir les Lakers en demi-finale de conférence, et explose en finale de conférence contre les Houston Rockets. Cette défaite est due aux extravagances de Rodman selon les Spurs, et à une mauvaise défense, de mauvais choix stratégiques et un David Robinson totalement dépassé par Hakeem Olajuwon selon "The Worm".

Bulls de Chicago[modifier | modifier le code]

Dennis Rodman durant la période 1995-1996.

Il est donc « donné » aux Bulls de Chicago (en échange de Will Perdue) pour la saison NBA 1995-1996. Les Bulls ont longtemps hésité entre Rodman et Jayson Williams, autre très bon rebondeur de la ligue. Il rejoint Michael Jordan qui vient de faire son retour à la compétition, et Scottie Pippen. Les Bulls de Jordan et Pippen ont déjà gagné 3 titres consécutifs en 1991, 1992 et 1993. L'équipe remporte le titre en 1996. C'est la première fois que trois joueurs de la même équipe sont nommés à la All-Defensive First Team. Cette année-là, les Bulls établissent un record de victoires en saison régulière  : 72 victoires contre 10 défaites. Ils gagnent encore le titre en 1997 et 1998, offrant le second three-peat (trois titres d'affilée) dans la même décennie aux Bulls.

Pour l'anecdote, Rodman laisse le numéro 10 pour le 91 à son arrivée à Chicago devant ainsi payer des amendes à la ligue. Celle-ci n'autorisait pas en effet les numéros supérieurs à 90[réf. nécessaire]. Le numéro 10 étant en effet un maillot retiré, Rodman s'est tourné vers le 91, en référence à son ancien numéro (9+1), et comme un clin d'œil au numéro composé pour appeler les urgences aux États-Unis (le 911).

Dennis Rodman finit une nouvelle fois meilleur rebondeur NBA de 1996 à 1998, faisant le travail de l'ombre qui manquait aux Bulls depuis le départ de Horace Grant pour le Magic d'Orlando. Il joue une belle finale 1996 face aux Sonics, et mettra 2 lancers-francs décisifs lors du match 4 des finales 1998, à quelques secondes de la fin, alors que les lancers n'étaient pas son fort (« cela ne bouge pas assez, c'est statique, mais s'il faut les mettre, je les mets » dit-il dans sa biographie).

Ce dernier titre marque la fin de la grande époque pour Rodman qui fit ensuite quelques apparitions chez les Los Angeles Lakers, où il venait soulager O'Neal des rebonds mais où une prise de bec avec l'entraîneur Kurt Rambis l'envoie finir la saison chez lui, puis les Mavericks de Dallas, où il est coupé après un contentieux avec Mark Cuban, le président.

Rodman reste comme l'un des plus grands rebondeurs de tous les temps, étant donné sa taille et son poste. Avec sept titres de meilleur rebondeur, il est seulement devancé par Wilt Chamberlain, qui en possède onze. Son total de rebond en carrière, 11 954, le place parmi les 25 premiers de l'ensemble de la NBA[4]. Avec une moyenne de 13,12 rebonds, il figure après la saison 2010-2011 à la onzième position du classement NBA et ABA, dixième pour les joueurs uniquement de NBA[5]. Sa moyenne de 18,66 rebonds captés lors de la saison 1991-1992 n'a depuis pas été approchée.

Après le basket-ball[modifier | modifier le code]

Outre sa carrière de joueur, Dennis Rodman a fait des apparitions dans le cinéma, s'est essayé au catch avec Karl Malone sous le nom de « Rodzilla » et avec les New World Order. Le 12 juillet 1998, associé à Hulk Hogan, il affronte Diamond Dallas Page et Karl Malone dans un match de catch (lutte professionnelle) par équipe. Il s'est fait remarquer pour ses coiffures colorées, ses piercings et nombreux tatouages. Ses colorations lui ont valu le surnom de « Demolition Man », en référence au film avec Sylvester Stallone et Wesley Snipes sorti durant la même période. Rodman affirmera plus tard qu'il n'avait pas vu le film à l'époque et qu'il s'agissait d'un hasard.

Sa vie conjugale fut largement relayée par les médias américains, en particulier lors de son aventure avec Madonna et de son court mariage avec Carmen Electra. La police est intervenue près de 80 fois en huit ans à son ancien domicile californien de Newport Beach[6].

En mars 2012, le Los Angeles Times relaie les déclarations du conseiller financier de Rodman qui déclare que ce dernier est « ruiné » et « alcoolique ». Il serait incapable de payer les 860 000 dollars de pensions alimentaires dus à son ancienne femme[6].

Fin février 2013, il se rend à Pyongyang, la capitale nord-coréenne avec des membres des Globetrotters de Harlem pour tenter de rapprocher les États-Unis et la Corée du Nord[7].

Téléréalité[modifier | modifier le code]

En 2004, Dennis Rodman participe et remporte l'émission Celebrity Mole: Yucatan. L'un des candidats était notamment l'acteur Stephen Baldwin.

En 2006, il fait partie de la distribution du Celebrity Big Brother 4 au côté de Pete Burns, George Galloway ou encore Jodie Marsh. Il arrive en finale de cette émission de télé réalité anglaise. La présence de Traci Bingham, co-vedette de son ex-femme Carmen Electra dans la série Alerte à Malibu est à noter.

Cette même année, il est invité lors de la saison 2 de l'émission de télé-réalité anglaise Love Island.

En 2008, il fait partie de la distribution de The Celebrity Apprentice 2, avec notamment Joan Rivers, la gagnante ou encore l'ancienne playmate Brande Roderick. Il est viré lors de l'épisode 4.

Il remporte l'émission Hulk Hogan's Celebrity Championship Wrestling en 2008.

En 2010, il participe à l'émission Celebrity Rehab 3 pour tenter de soigner son alcoolisme[réf. nécessaire]. Participe à cette saison notamment Mackenzie Phillips, Tom Sizemore, Mike Starr ou encore Heidi Fleiss.

En 2013, il est de nouveau candidat à The Celebrity Apprentice de Donald Trump sur NBC. Cette saison réunit des anciennes célébrités des saisons 1 à 5 comme Brande Roderick, La Toya Jackson et Stephen Baldwin. Cette fois-ci, il est viré lors de l'épisode 6.

Palmarès[modifier | modifier le code]

En franchise[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Après la NBA

Records dans la NBA[modifier | modifier le code]

Dennis Rodman détient plusieurs record dans la NBA :

  • Plus grand nombre de titres consécutifs de meilleur rebondeur NBA par saison avec 7 titres de 1992 à 1998.
  • Plus grand nombre de rebonds offensifs pris dans un match de saison régulière: 18, le 4 mars 1992.
  • Plus grand nombre de rebonds offensifs dans un match des finales de la NBA: 11 contre les SuperSonics de Seattle le 7 juin 1996 et le 16 juin 1996.
  • Plus vieux joueur à avoir été meilleur rebondeur sur une saison : 36 ans et 341 jours au terme de la saison NBA 1997-1998 avec une moyenne de 15,01 rebonds.

Records personnels[modifier | modifier le code]

  • Points : 34.
  • Rebonds : 34.
  • Passes décisives : 10.
  • Interceptions : 4.
  • Contres : 5.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Séries[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. "Plus méchant tu meurs", biographie de Rodman
  2. Dennis Rodman, Plus Méchant tu meurs (Bad as I wanna be)
  3. « Le maillot de Dennis Rodman retiré avant son entrée au Hall of Fame », sur Basket USA,‎ 2 avril 2011
  4. (en) « NBA & ABA Career Leaders and Records for Total Rebounds », sur basketball-reference.com (consulté le 14 août 2011)
  5. (en) « NBA & ABA Career Leaders and Records for Rebounds Per Game », sur basketball-reference.com (consulté le 14 août 2011)
  6. a et b (en) « Dennis Rodman could face jail over child and spousal support », Los Angeles Times,‎ 28 mars 2012.
  7. Frédéric Ojardias et rédaction, « Dennis Rodman en Corée du Nord, ou la «diplomatie du basket-ball» », RFI,‎ 27 février 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :