George Karl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
George Karl Portail du basket-ball
George Karl.jpg
Fiche d’identité
Nom complet George Matthew Karl
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 12 mai 1951 (63 ans)
Penn Hills, Pennsylvanie
Taille 1,89 m (6 2)
Situation en club
Numéro 22
Poste Arrière
Carrière universitaire ou amateur
Tar Heels de la Caroline du Nord
Draft NBA
Année 1973
Position 66e
Franchise Knickerbockers de New York
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1973-1974
1974-1975
1975-1976
1976-1977
1977-1978
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
7,8
8,1
5,1
2,7
1,5
Carrière d’entraîneur
1980-1983
1984-1986
1986-1988
1989-1990
1991-1992
1992-1998
1998-2003
2005-2013
Montana Golden Nuggets
Cavaliers de Cleveland
Warriors de Golden State
Patroons d'Albany
Real Madrid
SuperSonics de Seattle
Bucks de Milwaukee
Nuggets de Denver

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.

George Matthew Karl (né le 12 mai 1951 à Penn Hills, Pittsburgh, Pennsylvanie) est le septième entraineur de NBA (basket-ball) à obtenir 1 000 victoires en tant qu'entraineur, les six autres étant Don Nelson, Lenny Wilkens, Pat Riley, Jerry Sloan, Phil Jackson et Larry Brown[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Après une carrière de joueur à l'Université de Caroline du Nord, il signe en 1973 avec les Spurs de San Antonio alors en ABA (ligue concurrente de la NBA). En 1976, les Spurs de San Antonio rejoignent la NBA et Karl y jouera alors pendant deux ans avant de devenir entraîneur assistant pour l'équipe.

Entraîneur en CBA[modifier | modifier le code]

Il devient ensuite entraîneur principal des Montana Golden Nuggets avec lesquels il gagnera les titres de Coach de l'Année en CBA en 1981 et 1983.

Premier pas de coach en NBA et retour en CBA[modifier | modifier le code]

En 1984, Karl devient entraîneur des Cavaliers de Cleveland dont il est renvoyé en 1986. Il entraîne alors les Warriors du Golden State jusqu'en 1988 puis les Patroons d'Albany en CBA, gagnant la récompense de coach de l'année en 1991.

SuperSonics de Seattle[modifier | modifier le code]

Karl refait son entrée en NBA en devenant coach des SuperSonics de Seattle de 1991 à 1998, les menant à la finale de la NBA en 1996. Celle-ci est perdue face aux Bulls de Chicago.

Bucks de Milwaukee[modifier | modifier le code]

En 1998, il devient coach des Bucks de Milwaukee et se fait renvoyer après la saison 2003.

Nuggets de Denver[modifier | modifier le code]

Il revient en NBA en 2005 en tant que coach des Nuggets de Denver.

Après avoir conduit les Denver Nuggets au meilleur bilan de leur histoire en NBA avec 57 victoires et 25 défaites il est élu coach de l'année 2012-2013[2]. Malgré ce titre et ce bilan, troisième place de la conférence Ouest, il est renvoyé par les dirigeants des Nuggets le 6 juin 2013. Plusieurs raisons expliquent cette décision : George Karl, a qui il reste un an de contrat, désire prolonger celui-ci avant le début de la nouvelle saison pour s'éviter toute pression supplémentaire[3]. D'autre part, la direction de la franchise reproche un échec au premier tour des playoffs, quatre à deux face aux Warriors de Golden State. La gestion de l'effectif est également un sujet de litiges : la direction reproche l'utilisation de JaVale McGee en tant que remplaçant alors que ce dernier a signé un contrat de 44 millions de dollars sur quatre ans avant la saison 2012-2013[3]. Ils estiment également que le rookie français Evan Fournier n'a pas été suffisamment utilisé, au contraire du vétéran Andre Miller[3].

Au total, George Karl dirige 680 matchs de saison régulière à la tête des Nuggets, pour un bilan de 423 victoires et 257 défaites soit un pourcentage de 62,2 %[4]. Lors de ses neufs saisons, le club dispute chaque année les playoffs, mais ne parvient à franchir le premier tour qu'à une seule occasion[5]. Son bilan en playoffs est de 59 rencontres, 21 victoires et 38 défaites[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « George Karl earns 1,000th coaching win », sur chicagobreakingsports.com,‎ 10 décembre 2010 (consulté en 10 décembre 2010)
  2. (fr) « George Karl élu coach de l'année », sur basket-infos.com,‎ 8 mai 2013 (consulté le 8 mai 2013)
  3. a, b et c Dimitri Kucharczyk, « Pourquoi George Karl a-t-il été viré ? », sur basketusa.com,‎ 6 juin 2013
  4. a et b (en) « Denver Nuggets Coaches », sur basketball-reference.com
  5. (en) Royce Young, « Nuggets part ways with George Karl », sur cbssports.com,‎ 6 juin 2013