Mickaël Gelabale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mickaël Gelabale Portail du basket-ball
Mickael Gelabale Seattle vs Phoenix.jpg
Mickael Gelabale (de dos) avec les SuperSonics de Seattle
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 22 mai 1983 (31 ans)
Pointe-Noire, Guadeloupe
Taille 2,01 m (6 7)
Poids 90 kg (198 lb)
Situation en club
Club actuel Drapeau : Russie Khimki Moscou
Numéro #
Poste Ailier
Carrière universitaire ou amateur
1999-2002 Cholet Basket (LNB Espoirs)
Draft NBA
Année 2005
Position 48e
Franchise SuperSonics de Seattle
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
2001-2002
2002-2003
2003-2004
2004-2005
2005-2006
2006-2007
2007-2008
2008
2009
2009-2010
2010-2011
2011
2012
2012
2012
2013
2013-
Cholet
Cholet
Cholet
Real Madrid
Real Madrid
SuperSonics de Seattle
SuperSonics de Seattle
Idaho Stampede
D-Fenders de Los Angeles
Cholet
Lyon-Villeurbanne
Spirou Charleroi
Khimki Moscou
KK Cedevita
Valence
Timberwolves du Minnesota
Khimki Moscou
01,3
05,7
10,4
08,0
06,5
04,6
04,3
17,8
16,0
10,4
13,8
000-
04,5
10,8
11,0
05,0
-
Sélection en équipe nationale **
2005- Drapeau : France France (109 sél.) 828

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Mickaël Gelabale, né le 22 mai 1983 à Pointe-Noire en Guadeloupe, est un joueur de basket-ball français, évoluant au poste d'ailier.

International français depuis 2005, il compte trois médailles internationales avec l'équipe de France, le bronze lors du Championnat d'Europe 2005, l'argent lors de l'édition 2011 et l'or lors de l'édition 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il commence le basket-ball à six ans grâce à sa sœur et son frère.

Sa taille (2,01 m pour 97,5 kg) et sa rapidité à évoluer du secteur défensif vers l'offensif en font un joueur clé au sein de l'équipe de France.

En juillet 2006, il rejoint les SuperSonics de Seattle (où il est numéro 15, numéro qu'il a choisi lui-même) pour un contrat de deux ans (1,25 million d'euros), moyennant 546 000 € d'indemnités au Real (dont 156 000 € de la poche du joueur). Cela fait ainsi de lui le deuxième joueur français à évoluer dans ce club, après Johan Petro. Le 29 janvier 2007, les SuperSonics de Seattle l'envoient en NBDL au Stampede de l'Idaho mais il est rappelé peu après par son équipe.

Il se blesse sévèrement en fin de saison. Son absence est alors évaluée à au moins six mois et pour cette raison son avenir en NBA s'inscrit en pointillé étant donné qu'il est agent libre non restrictif cet été.

Le 29 mars 2009, il rejoue à nouveau six matchs avec les D-Fenders de Los Angeles en NBDL, un an après sa blessure, dans l'optique de pouvoir réintégrer à terme une franchise NBA.

Pendant l'été Mickaël Gelabale s’entraîne à Dallas et essaie de se faire repérer par la franchise de la ville les Mavericks de Dallas lors de la Summer League. Comme aucune proposition ne lui parvient, il tente de retourner en Espagne, trois ans après son départ du Real Madrid, au club promu d'Alicante, le CB Lucentum Alicante. Néanmoins, l'affaire ne se conclut pas, apparemment pour un problème de contrat[1].

Mickaël Gelabale retourne alors aux États-Unis, où il participe à un camp d'été sur l'invitation des Lakers de Los Angeles. L'essai se révèle suffisamment concluant pour convaincre les Lakers de l'inclure dans leur camp d'entraînement (training camp) de pré-saison, avec à terme la perspective d'intégrer le groupe de l'équipe NBA[2],[3]. Il n'est cependant pas conservé par les Lakers[4].

Le 22 novembre 2009, alors qu'il est sans club, il rejoint le Cholet Basket, son club formateur[5] et remporte le championnat de France 2010. Il est élu MVP de la finale. Lors de l'intersaison suivante, il signe avec le club de l'ASVEL Lyon-Villeurbanne[6], club avec lequel il avait également été en contact avant de signer dans le club des Mauges.

Le 10 août 2011, Gelabale s'engage pour le Spirou Charleroi[7], champion de Belgique en titre, avec une clause libératoire en cas de contrat signé auprès d'une franchise NBA en cours de saison. Mais le 5 octobre 2011, il quitte Charleroi sans avoir joué le moindre match. Blessé lors de son arrivée au club, les tests médicaux ne lui permettent pas de valider le pré-contrat qu'il avait signé avec le club belge[8].

Pour garder le rythme, il s'entraîne à partir du mois de novembre avec le SLUC Nancy car sa compagne réside à Nancy[9]. Le 13 décembre 2011, Gelabale se met d'accord pour un contrat d'un an avec le Khimki Moscou[10]. Mais le 18 décembre 2011, il est recalé lors de la visite médicale en raison de l'état de sa cheville droite[11]. Finalement, rassurés sur l'état de sa cheville, les dirigeants du Khimki Moscou le signent pour la fin de la saison 2011-2012[12]. Il rejoint ensuite le Cedevita Zagreb pour le début de la saison 2012-2013 mais après l'élimination du club de l'Euroligue, il signe, en décembre 2012 jusqu'à la fin de la saison pour le Valencia BC qui est toujours en lice en Eurocup[13].

En janvier 2013, il s'engage avec les Timberwolves du Minnesota pour un contrat de dix jours[14]. Le 20 janvier, il effectue ainsi son retour après cinq ans d'absence sur un parquet de NBA lors d'une rencontre face aux Rockets de Houston. Lors de ce match, il marque onze points, dont dix dans le dernier quart temps, capte quatre rebonds et délivre une passe en vingt-et-une minutes[15].

Le contrat de Mickaël Gelabale n'est pas prolongé et il est obligé de quitter Minnesota, il tournait à 5 points, 3 rebonds, et 1 passe cette saison[16].

Le 16 mai 2014, il fait partie de la liste des vingt-quatre joueurs pré-sélectionnés pour la participation à la Coupe du monde 2014 en Espagne[17].

Clubs successifs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Sélection nationale[modifier | modifier le code]

Distinctions individuelles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Alicante - Gelabale n'ira pas », sur www.sport365.fr,‎ 4 août 2009 (consulté le 18 juillet 2010).
  2. « Gelabale veut convaincre les Lakers », sur le site de l'Équipe (consulté le 18 juillet 2010)
  3. « Mike Gelabale aux Lakers », sur www.basketnews.net (consulté le 18 juillet 2010).
  4. « Gelabale quitte les Lakers », sur le site de l'Équipe,‎ 11 octobre 2009 (consulté le 18 juillet 2010).
  5. « Gelabale à Cholet », sur le site de l'Équipe,‎ 22 novembre 2009 (consulté le 18 juillet 2010).
  6. « Gelabale à l'ASVEL », sur www.eurosport.fr,‎ 2 juillet 2010 (consulté le 18 juillet 2010).
  7. « Mickaël Gelabale à Charleroi », sur lequipe.fr,‎ 10 août 2011 (consulté le 11 août 2011)
  8. « Gelabale quitte Charleroi sans avoir joué un seul match », sur opl.fr, 6 octobre 2011.
  9. « Mickaël Gelabale va s'entraîner avec Nancy (presse) », sur opl.fr, 14 novembre 2011.
  10. « Mickaël Gelabale d'accord avec le Khimki Moscou », sur opl.fr, 13 décembre 2011.
  11. « Gelabale recalé à la visite médicale par le Khimki Moscou », sur opl.fr, 18 décembre 2011.
  12. "Mickaël Gélabale finalement au Khimki Moscou" sur "basketeurope.com", 06 janvier 2012.
  13. Yann Casseville, « Mickaël Gelabale rejoint Valence », Basket News,‎ 14 décembre 2012
  14. « Gélabale de retour en NBA », sur ffbb.com,‎ 18 janvier 2013 (consulté le 19 janvier 2013)
  15. « Minnesota : Gelabale soigne son retour », sur francebleu.fr,‎ 20 janvier 2013
  16. Yann Lachendrowiecz, « Minnesota Timberwolves : Mickael Gelabale et Greg Stiemsma coupés », sur basketsession.com,‎ 7 juillet 2013
  17. Arnaud Gelb, « Équipe de France : une liste des 24 sans Tony Parker », sur basketusa.com,‎ 16 mai 2014
  18. « Finale PRO A - Le sacre de Cholet en vidéo », sur www.lnb.fr (consulté le 18 juillet 2010)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :