Musée national du Sport

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir MNS.
Musée national du Sport
Vitrine du musée sur le site du XIIe arrondissement de Paris
Vitrine du musée sur le site du XIIe arrondissement de Paris
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Nice
Adresse 6 boulevard des jardiniers, 06200 Nice
Coordonnées 43° 42′ 23″ N 7° 11′ 33″ E / 43.706384, 7.19238543° 42′ 23″ Nord 7° 11′ 33″ Est / 43.706384, 7.192385  
Informations générales
Date d’inauguration 1988 (Paris)
27 juin 2014 (Nice)
Collections Histoire du sport en France
Nombre d’œuvres 100 000
Superficie 5000 m2
Informations visiteurs
Site web http://www.museedusport.fr

Le Musée national du Sport (MNS), créé en 1963, est un musée traitant du phénomène sportif dans sa globalité. Ses collections comptent plus 100 000 objets et retracent l'histoire du sport en France dès ses origines. Après la fermeture du site d’exposition du 13e arrondissement de Paris en janvier 2013, le musée rouvre ses portes le 27 juin 2014 à Nice dans un nouvel espace qui lui est dédié au sein du stade Allianz Riviera.

Les collections du Musée national du Sport[modifier | modifier le code]

Gants et short de Marcel Cerdan. Inv. 2004.20.61

Le Musée national du Sport possède une collection unique au monde de par la période chronologique couverte, depuis le XVIe siècle pour les ouvrages les plus anciens jusqu’à l’actualité la plus immédiate, ainsi que par le volume impressionnant d’objets achetés, collectés, ou données depuis la fondation du musée en 1963. On dénombre plus de 45 000 objets et 125 000 documents. Le principe qui a présidé à la constitution de cette collection est l’histoire du sport en France, entendu aussi bien comme une pratique de loisir que dans un esprit de compétition qu’il s’agisse d’une expression individuelle ou d’un effort collectif. Si l’on envisage les infinies connexions qui existent depuis maintenant plusieurs siècles entre le sport et la société, on imagine sans mal l’immense champ d’investigation que les collections ont pour mission de recouvrir. Les œuvres d’art et les objets de cette collection retracent les grandes heures du sport, depuis la naissance des pratiques sportives jusqu’à l’hyper médiatisation du sport contemporain et évoquent le phénomène sportif devenu fait de société.

L’accroissement des collections permet de suivre en permanence l’histoire des sports, l’évolution technique des équipements, et l’étude de la place des activités sportives dans la société. Ces recherches nécessitent des études scientifiques que le musée cherche à développer avec des universités et centres de recherches dans le cadre de partenariats aboutissant à des expositions et à la publication régulière d’ouvrages scientifiques et de plaquettes de vulgarisation.

Les collections recouvrent ainsi :

  • l'histoire des pratiques physiques et sportives ;
  • l'histoire et l'évolution technique des équipements et matériels ;
  • l'interprétation artistique (peinture, sculpture, gravure, estampes, arts décoratifs, philatélie…), photographique et graphique, des activités physiques ;
  • les témoignages du phénomène sportif en tant qu'image de l'histoire des sociétés (jeux, média, économie, publicité, design…) ;
  • l'histoire des champions et acteurs du sport avec leurs équipements et souvenirs…

Les collections du musée sont très riches et variés. On retrouve ainsi peintures, sculptures, dessins, estampes, affiches, photographies, périodiques, livres, vêtements de sportifs, médailles, trophées, fond d'archives privées etc.

Historique du Musée national du Sport[modifier | modifier le code]

L'idée de la création d'un musée du Sport en France remonte à 1922. L'objectif de ses initiateurs était d'ouvrir à l'occasion des Jeux olympiques de 1924, mais le projet s'enlise rapidement. En 1963, Maurice Herzog, secrétaire d'État à la Jeunesse et aux Sports, en liaison avec le ministère des Affaires culturelles, confie à Georges-Henri Rivière, alors directeur du musée national des arts et traditions populaires, et à Jean Durry, ancien coureur cycliste et passionné de sport, la mission de mener enfin ce projet à sa réalisation.

L'institution se fixe pour objectif d'acquérir des objets de sportifs, ainsi que des œuvres d'art, retraçant l'histoire du sport et la mémoire des sportifs renommés. Dès l'origine, la collection est dévolue à l'évolution des diverses disciplines sportives à travers d'objets, d'archives et de souvenirs émanant de champions – français majoritairement –, mais aussi de collectes auprès des fédérations et des entreprises liées au sport. De nombreuses expositions sont réalisées avec des partenaires extérieurs : autres musées, institutions et collectivités locales pour que le public accède à ce patrimoine en attendant l'ouverture de galeries d'exposition.

En 1988, les galeries nationales du musée du Sport français sont inaugurées dans l'enceinte du stade du Parc des Princes. En 1998, l'organisation de la Coupe du monde de football contraint le musée à fermer ses salles d'exposition. L'administration et les réserves restent seules en activité sur ce site jusqu'à ce jour. Les expositions, avec la publication de catalogues, continuent hors les murs, ainsi que toutes les activités de collecte, conservation, et gestion des collections.

Le 19 avril 2004, le Musée national du Sport est labellisé « Musée de France » par le ministère de la Culture et de la Communication. Le musée accède au statut d'Établissement public administratif (EPA) en mars 2006.

Les acquisitions d'objets, archives, et œuvres d'art, (achats et dons) continuent d'enrichir les collections, qui sont inventoriées, photographiées, étudiées et font l’objet de publications et d'expositions.

En juin 2008, le musée ouvre un nouveau site d'exposition permanente et d'activités culturelles et pédagogiques, au rez-de-chaussée de l'immeuble où siège le secrétariat d'État chargé des Sports, dans le 13e arrondissement, à Paris, non loin de la Bibliothèque nationale de France. Le site est fermé depuis le 1er janvier 2013.

En février 2011, la cour des Comptes émet, dans son rapport public annuel, un avis particulièrement critique sur la gestion du musée par l'État, déplorant la surface extrêmement restreinte accordée à la présentation des collections (seulement 1 200 m2), estimant le « projet mal suivi » pour un « musée largement virtuel ». Les collections n'ont en effet été rendues publiques qu'une dizaine d'année au total en près d'un demi-siècle d'existence du musée. La Cour conclut qu'il s'agit d'un « musée public sans galeries permanentes, sans tutelle effective de l'État, sans personnel adapté, et finalement sans public »[1].

Dans sa réponse, le ministère des sports reconnait les difficultés passées du musée, mentionne les améliorations apportées à la gestion du musée et les moyens (plus de 5 M€) qui sont prévus dans l'installation à Nice qui devraient permettre au musée de disposer de locaux adaptés à la richesse de ses collections[2].

Depuis le 27 juin 2014, le Musée, transféré à Nice au sein du stade Allianz Riviera (où l'équipe de football de l'OGC Nice évolue depuis septembre 2013), dispose d'une surface de 5 860 m2, soit 1 200 m2 d'exposition permanente et 600 m2 d'exposition temporaire[3].

Le musée en chantier[modifier | modifier le code]

Pendant la période de transfert du musée, l’équipe a préparé les collections exposées dans le futur musée et étudié les 45 000 objets et 125 000 documents transportés puis conservés dans de nouvelles réserves. Avant de déménager et de présenter ces collections au public, l’équipe du musée a du récoler les œuvres et de les conditionner en vue de leur transport. Cette étape correspond à ce qu’on appelle un chantier des collections. Cette opération de récolement répond à une obligation établie par l’État, commune à toutes les institutions labellisées "Musée de France". Selon l'arrêté du 25 mai 2004 et la loi du 4 janvier 2002, ce chantier doit être réalisé par tous les musées avant le 13 juin 2014 et renouvelé tous les 10 ans.


Expositions temporaires[modifier | modifier le code]

Le musée organise des expositions temporaires, seul ou avec des partenaires, à partir de ses collections :

  • "Plus vite, plus haut, plus fort, Les Jeux Olympiques d'été d'Athènes à Londres 1896-2012" de juin à décembre 2012
  • "Béton hurlant, les sports de glisse urbaine" de décembre 2011 à mai 2012
  • "Nice et la Riviera dans les collections du Musée National du Sport" de mi-juin à mi-septembre 2011 au Parc Phoenix à Nice.
  • "Sports, affichez-vous! Trésors de l'affiche illustrée française de 1881 à 1945" du 6 avril au 6 novembre 2011.
  • "Allez la France! Les footballeurs africains sont là!" du 26 mai 2010 au 12 mars 2011 à l'occasion de la première Coupe du monde de football qui s'est déroulée en Afrique du Sud en 2010.
  • "Allez les filles!" du 8 mars au 2 mai 2010 à l'occasion du centenaire de la journée internationale des femmes.

« Cycles d’Art » en 1996 à Roubaix ; « Sport et démocratie » à l’Assemblée nationale à Paris en 1998 ; « Il était une fois le sport » ; et « Du guidon au manche à balai » à Lausanne en 1997 et 1999. « Maillot jaune ; cent ans de Tour de France » à Châtellerault en 2003 ; « Pierre de Coubertin et la Grèce » à Athènes en 2004 ou encore « Sport et Design en France » à Pékin en 2004 également ; « Jeux olympiques d’été », « Jeux olympiques d’hiver », et « 30 ans de marathon » en 2006 à Paris. Le rugby et ses pratiques sont à leur tour à l’honneur en 2007. Le Musée national du Sport a également présenté en avril 2009 une exposition sur le thème de la course automobile À toute vitesse. La Jamais contente de Camille Jenatzy et la Bugatti type 59/50B pilotée par Jean-Pierre Wimille ont été les clous de cette exposition. Entre le 3 octobre 2009 et le 24 février 2010, Zoom, le geste sportif recomposé réalisée en collaboration avec l'INSEP, met le sport au croisement de l'art, du spectacle et de la performance depuis les travaux sur la chronophotographie d'Étienne-Jules Marey et de Georges Demenÿ, puis repris par Michel Hans.

En complément, le musée est amené à prêter des objets de ses collections à d’autres Musées de France, pour leurs projets culturels. Le Musée national du Sport a contribué avec le musée français de la carte à jouer à l'exposition Y'a du sport au musée ! organisée au musée du jouet de Poissy du 15 octobre 2009 au 19 septembre 2010[4]. Il a également contribué à l'exposition "Allez la France! Football et immigrations, histoires croisées" à la Cité nationale de l'histoire de l'immigration du 26 mai 2010 au 2 janvier 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Cour des Comptes - Le musée national du sport : un projet mal suivi
  2. [PDF] Question écrite n° 17505 du sénateur Michel Sergent (Pas-de-Calais - SOC)
  3. Nice matin - Musée national du sport : « Cinq fois plus d'espace » à Nice qu'à Paris, article du 24 février 2011
  4. Meyer-Roudet & Damamme, Y'a du sport au musée, p. 72

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :