Isiah Thomas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thomas.
Isiah Thomas Portail du basket-ball
Isiah Thomas.jpg
Fiche d’identité
Nom complet Isiah Lord Thomas IIIb
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 30 avril 1961 (53 ans)
Chicago, Illinois
Taille 1,85 m (6 1)
Surnom Zeke
Situation en club
Numéro 11
Poste Meneur
Carrière universitaire ou amateur
1979-1981 Hoosiers de l'Indiana
Draft NBA
Année 1981
Position 2e
Franchise Pistons de Détroit
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1981-1982
1982-1983
1983-1984
1984-1985
1985-1986
1986-1987
1987-1988
1988-1989
1989-1990
1990-1991
1991-1992
1992-1993
1993-1994
Pistons de Detroit
Pistons de Detroit
Pistons de Detroit
Pistons de Detroit
Pistons de Detroit
Pistons de Detroit
Pistons de Detroit
Pistons de Detroit
Pistons de Detroit
Pistons de Detroit
Pistons de Detroit
Pistons de Detroit
Pistons de Detroit
17,0
22,9
21,3
21,2
20,9
20,6
19,5
18,2
18,4
16,2
18,5
17,6
14,8
Carrière d’entraîneur
2000-2003
2006-2008
2009-2012
Pacers de l'Indiana
Knicks de New York
Gators de la Floride
National Collegiate Basketball Hall of Fame 2006
Basketball Hall of Fame 2000

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.

Isiah Lord Thomas III (né le 30 avril 1961 à Chicago) est un ancien joueur de basket-ball professionnel américain, membre des cinquante meilleurs joueurs de tous les temps et qui fut deux fois champion NBA avec les Pistons de Detroit. Considéré comme l’un des meilleurs meneur de jeu de toute l'histoire de la NBA. Thomas est intronisé au Basketball Hall of Fame en 2000. Très actif dans la lutte contre la drogue durant sa carrière de joueur, il reçoit en 1987 le J. Walter Kennedy Citizenship Award pour ses actions caritatives. Il a été entraîneur des équipes NBA des Pacers de l'Indiana et des Knicks de New York.

Biographie[modifier | modifier le code]

Thomas est la star de Détroit durant les années 1980 et 1990, l'égal d'un Magic. C'est aussi un bon défenseur pendant ses treize saisons. Il sait pénétrer la défense adverse, multiplier les passes, tirer avec précision et surtout dunker.

Thomas connaît une enfance difficile dans la banlieue de Chicago où il hésite entre la vie des gangs et rester dans le droit chemin, sa mère l’y aide beaucoup. Et un jour il part à Saint-Joseph où il se fait remarquer en remportant le titre 1978 de l’État et une médaille d’or aux jeux panaméricains de 1979, il obtient une bourse pour aller étudier à l'université d’Indiana où l'équipe de basket-ball est entraînée par Bobby Knight. Dès sa première saison, il tourne à 14,5 points et 5,5 passes par match. Choisi pour représenter les États-Unis lors des Jeux olympiques de 1980, il ne peut jouer avec la sélection car les États-Unis boycottent les Jeux moscovites. À dix-neuf ans, il n'effectue pas ses deux dernières années universitaires et se présente à la draft en 1981 après avoir remporté le titre universitaire NCAA 63-50 avec son équipe des Hoosiers de l'Indiana face aux Tar Heels de la Caroline du Nord menés par James Worthy. Thomas est élu meilleur joueur du tounoi NCAA ou Most Outstanding Player dans cette finale universitaire.

Il est sélectionné en deuxième position du premier tour de la draft en 1981 par les Pistons de Detroit équipe de NBA dont il va très vite devenir le leader. Il mène son équipe composée de Joe Dumars, Bill Laimbeer, Mark Aguirre, Vinnie Johnson, John Salley, Rick Mahorn, Dennis Rodman avec une défense de fer à la limite de l'interdit pour laquelle ils sont surnommés les Bad Boys. Thomas emmène les Pistons à deux titres de champions consécutifs en 1989 et en 1990 avec Chuck Daly comme entraîneur.

Lorsqu'il arrête en 1994 à la suite d'une nouvelle blessure, Thomas, rapide comme l'éclair avec son 1,85 m, a marqué 18 822 points (19,2), servi 9 061 passes décisives (9,3) et a figuré dans douze NBA All-star Game dès sa saison en tant que rookie en 1982 jusqu'en 1993, remportant à deux reprises le titre de meilleur joueur de la rencontre en 1984 (21 points et 15 passes décisives) et 1986 (30 points et 10 passes décisives). Il est sélectionné au All-NBA First Team à trois reprises (1984, 1985, 1986) et au All-NBA Second Team à deux reprises (1983, 1987) et devient aussi en 1990 le meilleur joueur des Finales NBA face aux Trail Blazers de Portland tournant à une moyenne de 27,6 points avec un taux de réussite de 54 % et de 7,0 passes décisives, 11 sur 16 à trois points. Thomas est le meilleur marqueur, intercepteur et passeur de tous les temps de l'histoire des Pistons. Il a été élu au Basketball Hall of Fame en 2000.

Thomas a entraîné les Knicks de New York de 2006 au 18 avril 2008[1]. Thomas reste dans l'équipe technique des Knicks.

Le 14 avril 2009, il est entraîneur de l'équipe de l'université internationale de Floride. Il annonce qu'il reverse son salaire à l'université[2]. Il entraîne les Gators de la Floride jusque 2012.

En mars 2014, il est pressenti comme remplaçant de son ancien coéquipier Joe Dumars en tant que général manager des Pistons de Détroit[3]. Mais cette rumeur du New York Daily News est démentie le lendemain par Tom Gores, le propriétaire des Pistons[4].

Dream Team[modifier | modifier le code]

Isiah Thomas, au moment de l'annonce de la sélection de la Dream Team compte trois participations aux Finales NBA dont les deux titres de 1989 et 1990, et cinq finales de Conférence Est. Son rôle de meneur des Pistons de Detroit, l'une des meilleures équipes des dernières années. Toutefois, lors de l'annonce du 21 septembre 1991, son nom est absent de la liste des dix premiers joueurs devant représenter les États-Unis[5]. Plusieurs faits explique cette non sélection : Michael Jordan, même s'il ne l'avouera que des années plus tard, met une condition à sa présence : Isiah Thomas ne doit pas être présent[5]. Magic Johnson, dans le livre When the Game Was Ours dont il est l'auteur avec Larry Bird et la journaliste Jackie MacMullann révèle qu'il a également joué un rôle important dans la non sélection de son ancien grand ami : « Isiah a brulé lui-même ses chances d’aller aux Jeux Olympiques ... Quand vous vous êtes mis à dos la moitié de la NBA, vous devez le savoir quand même »[6]. Cette volonté est partagée par de nombreux joueurs : Scottie Pippen, comme Jordan, ne veut pas jouer avec l'adversaire principal des Bulls depuis plusieurs saisons. Magic complète par « Qui a dit « Nous avons besoin de lui ?» Personne »[5].

Le 14 décembre 1991, Isiah Thomas est victime d'un coup de coude adressé par Karl Malone en montant au cercle, cela nécessite plus de 40 points de suture autour de son œil[7]. Il est suspendu d'un match, sans salaire, et d'une amende de 10 000 dollars[7]. Chuck Daly, l'entraîneur des Pistons et de la Dream Team, explique ce geste par le fait que, plus tôt dans la saison, Thomas a inscrit 44 points face au futur meneur de la Dream Team et coéquipier de Malone John Stockton[7].

Records personnels[modifier | modifier le code]

  • Inscrits 25 points en un quart-temps (le 3e quart-temps) malgré une blessure à la cheville lors du 6e match des NBA finals 1988. Il termine le match avec 43 points[8].
  • Lors de ses onze participations du NBA All-Star Game, où il est choisit dans l'équipe à douze reprises, il inscrit 185 points, réussit 97 passes décisives et 31 interceptions.
  • Inscrits 16 points en 94 secondes dans le 4e quart-temps lors d'un match des playoffs en 1984 face à Bernard King des Knicks de New York.
  • Il inscrit 47 points face au Nuggets de Denver le 13 décembre 1983.
  • En 1985 durant le mois de février il délivre 25 passes décisives à deux reprises face aux Bullets de Washington et aux Mavericks de Dallas.
  • Lors de la saison 1984-1985, il termine premier en passes décisives avec une moyenne de 13,9 passes par match.
  • Sur 111 matchs joués en playoffs, il a une moyenne 20,4 points et 8,9 passes décisives par match.
  • Avec 1 861 interceptions durant sa carrière il se classe en 14e position au terme de la saison 2013-2014[9].
  • Avec 9 061 passes décisives durant sa carrière il se classe en 7e position au terme de la saison 2013-2014[10].
  • Avec un total 18 822 points durant sa carrière il se classe en 53e position au terme de la saison 2013-2014[11].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Universitaire
En franchise
Distinctions personnelles

Statistiques de carrière[modifier | modifier le code]

  • Matchs joués : 979.
  • Points marqués : 18 822.
  • Points par match : 19,2.
  • Passes décisives par match : 9,3.
  • Rebonds par match : 3,6.
  • Interceptions par match : 1 861 soit 1,90 par match.
  • Pourcentage de réussite (2 points) : 45,2 %.
  • Pourcentage de réussite (lancers francs) : 75,9 %.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  1. After tumultuous run, Knicks fire Isiah Thomas, 20 avril 2008.
  2. (en) [1]
  3. Dimitri Kucharczyk, « Detroit : Isiah Thomas pour remplacer Joe Dumars ? », sur basketusa.com (consulté le 2 mars 2014)
  4. Fabrice Auclert, « Les Pistons ne veulent pas d’Isiah Thomas », sur basketusa.com,‎ 3 mars 2014
  5. a, b et c (en) Jack McCallum, Dream Team: How Michael, Magic, Larry, Charles, and the Greatest Team of All Time Conquered the World and Changed the Game of Basketball Forever,‎ 2012, 384 p. (ISBN 9780345520500, lire en ligne), chap. 14 (« The committee and the dream team »), p. 134-135
  6. Théophile Haumesser, « Magic au sujet d’Isiah Thomas « La plus grosse déception de ma vie » », sur basketsession.com,‎ 23 octobre 2009
  7. a, b et c (en) « SPORTS PEOPLE: BASKETBALL; Suspension for Malone », sur nytimes.com,‎ 17 décembre 1991
  8. (en) « Lakers Capture the Elusive Repeat  », sur nba.com
  9. « NBA & ABA Career Leaders and Records for Steals », sur basketball-reference.com
  10. « NBA & ABA Career Leaders and Records for Assists », sur basketball-reference.com
  11. « NBA & ABA Career Leaders and Records for Points », sur basketball-reference.com

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :