Trail Blazers de Portland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portland Trail Blazers
Logo du club
Généralités
Nom(s) précédent(s) Portland Trail Blazers
depuis 1970
Date de fondation 1970
Couleurs Rouge et noir
Salle Moda Center
(20 630 places)
Siège Flag of Portland, Oregon.svg Portland
Oregon Oregon
Drapeau des États-Unis États-Unis
Manager Neil Olshey
Entraîneur Terry Stotts

Les Trail Blazers de Portland (en anglais : Portland Trail Blazers, « les pionniers de Portland ») sont une franchise de basket-ball de la NBA basée à Portland en Oregon.

Historique de la franchise[modifier | modifier le code]

Les Portland Trail Blazers entrent en NBA en 1970. Le nom de la franchise est lié aux « pionniers », en référence aux acteurs de la conquête de l'Ouest qui se sont illustrés dans l'Oregon au XIXe siècle (voir Piste de l'Oregon).

L'équipe réalise sa première saison avec le rookie Geoff Petrie aux commandes. Le bilan des premières années est peu convaincant mais la franchise change de visage avec l'arrivée de Bill Walton en 1974. Dès sa première saison au club les Blazers gagnent 11 matches de plus que la saison précédente.

En 1976-1977, Jack Ramsay, ancien entraîneur en ABA, prend les commandes de la franchise. Le club se sépare de ses anciens éléments (Geoff Petrie, Sidney Wicks), mais récupère Maurice Lucas dans la draft de la dispersion de l'ABA, alors dissoute. Les Blazers se fraient un chemin jusqu'en finales NBA, où ils affrontent les grands favoris : les Philadelphia Sixers de Julius Erving. Seulement sept ans après sa création, le club remporte le titre de champion.

Le milieu des années 1980 a marqué un tournant décisif dans l'histoire des Blazers, qui ont « raté » deux joueurs exceptionnels.

En 1984, les Blazers disposent du second choix de la draft. Ils choisissent alors Sam Bowie, un pivot talentueux mais sujet aux blessures, plutôt qu'un jeune joueur athlétique qui vient juste de remporter le titre NCAA avec son université : Michael Jordan. Portland voulait perpétuer la tradition du grand pivot blanc (entamée avec Bill Walton), et disposait déjà de Clyde Drexler au poste d'arrière, sélectionné un an plus tôt à la 14e position. Sam Bowie aura malheureusement une carrière en demi-teinte émaillée par les blessures.

En 1986, le club sélectionne Arvydas Sabonis, le génial pivot lituanien. Il ne rejoint Portland qu'en fin de carrière, en 1995, après de graves blessures au talon d'Achille.

Grâce à l'arrière Clyde Drexler — un des cinquante meilleurs joueurs de l'histoire — le club parvient deux fois en finales du championnat en 1990 et 1992, avec deux défaites contre les Detroit Pistons et les Chicago Bulls. L'équipe ayant laissé passer sa chance, Drexler obtient en 1995 son bon de sortie en étant échangé contre Otis Thorpe vers les Rockets de Houston où il gagnera le titre qu'il désirait tant.

L'équipe repart sur de nouvelles bases, grâce aux moyens financiers du propriétaire du club, Paul Allen, cofondateur de Microsoft avec Bill Gates et un des hommes les plus riches du monde. Avec le manager général Bob Whitsitt, le club a pour stratégie de faire venir le plus de stars possibles, parfois aux dépens de l'alchimie collective.

Ainsi, des joueurs très prestigieux sont passés par l'Oregon dans les années 1990 : Kenny Anderson, Isaiah Rider, Detlef Schrempf, Arvydas Sabonis, Rasheed Wallace, Shawn Kemp, Damon Stoudamire, Scottie Pippen, Brian Grant, Shareef Abdur-Rahim… Cette politique a bien failli marcher, Portland étant près de gagner le championnat en 1999 et 2000 (défaites en demi-finales contre les San Antonio Spurs et les Los Angeles Lakers, qui remporteront tous deux le titre dans des finales à sens unique, du fait de la faiblesse de la Conférence Est à l'époque). Néanmoins, le caractère difficile de certains joueurs, et les problèmes récurrents des membres de l'équipe face à la justice (port d'arme, usage de drogue…), offrent un nom officieux à la franchise : les « Jail Blazers » (jeu de mot sur jail, signifiant prison)

La franchise se distingue par sa régularité au haut niveau : elle détient le record de la NBA du nombre de participations consécutives en play-offs - 21 saisons d'affilée - et a souvent été proche du titre - en 1990, 1992, 1999 et 2000.

L'encadrement du club fait le ménage en 2003 et de repartir sur de nouvelles bases. Les vétérans comme Sabonis, Pippen, Dale Davis sont partis, les joueurs coupables de débordements extra-sportifs comme Rasheed Wallace et Bonzi Wells ont été priés de faire leurs valises et l'équipe mise désormais sur des jeunes joueurs pleins d'avenir : Zach Randolph, qui prolonge son contrat jusqu'en 2011, Darius Miles et le prodige new-yorkais Sebastian Telfair.

En 2003-04, les Blazers manquent les play-offs pour la première fois en 22 ans. Zach Randolph est néanmoins nommé joueur ayant le plus progressé. La saison 2004-05 est similaire, les Blazers, « condamnés » dès le mois de mars, font jouer les jeunes joueurs pour qu'ils accumulent de l'expérience, au détriment des victoires de l'équipe.

Le rookie Brandon Roy est nommé rookie de l'année pour la saison 2006-2007, l'équipe compte aussi d'autres jeunes joueurs : LaMarcus Aldridge, Jerryd Bayless, ou les Européens Sergio Rodriguez, Rudy Fernández et Nicolas Batum.

Lors de la draft NBA 2007, les Blazers sélectionnent Greg Oden grâce à leur premier choix. La même nuit, ils échangent Zach Randolph, Dan Dickau, Fred Jones et un choix de deuxième tour contre Steve Francis et Channing Frye des New York Knicks.

Avec les blessures de Greg Oden, Nicolas Batum et Joel Przybilla la saison 2009-2010 est aussi maudite que la précédente mais grâce à leur star Brandon Roy et son lieutenant LaMarcus Aldridge l'équipe accroche une sixième place et dispute ainsi les play-offs. Ils sont éliminés au premier tour sur le score de 4 à 2 par les Suns de Phoenix.

La saison 2010-2011 est toujours aussi maudite que les précédentes. Greg Oden est blessé pour toute la saison et quelques jours plus tard, le club annonce que Brandon Roy a une sérieuse blessure aux genoux. L'équipe s'appuie sur LaMarcus Aldridge, désormais leader offensif de son équipe devant Wesley Matthews, arrivé cet été en provenance des Utah Jazz[1]. Pour se renforcer l'équipe effectue un échange le 24 février 2011 avec les Charlotte Bobcats qui lui permet d'acquérir Gerald Wallace contre Joel Przybilla, Dante Cunningham et Sean Marks. Troisième de la division Nord-Ouest et sixième de la conférence, les Blazers se qualifient pour les play-offs où ils rencontrent au premier tour les Mavericks de Dallas, futurs champions. Ceux-ci remportent la série en six matches.

La reconstruction (depuis 2012)[modifier | modifier le code]

La franchise de Portland entame une reconstruction importante lors de la saison 2011-2012. La fin de carrière de Brandon Roy constitue la première étape. Après l'annonce de son retrait pour ses problèmes de genoux, la franchise annonce qu'elle utilise la nouvelle possibilité offerte l'accord signé entre les joueurs et les propriétaires[2]. Celle-ci, nommée amnesty clause permet à une franchise de se séparer d'un joueur sans que le salaire de celui-ci soit inclus dans le calcul du plafond salarial de la franchise. Cela permet le recrutement de Jamal Crawford[3]. Le no 1 de la draft 2007 est de nouveau absent pour le début de la saison, laissant le vétéran Marcus Camby occuper le poste de pivot dans un cinq également composé de Raymond Felton, Wesley Matthews, Gerald Wallace, LaMarcus Aldridge. Les dirigeants sont également confrontés au choix de resigner Gerald Wallace et Nicolas Batum, tous deux en fin de contrat à la fin de saison et évoluant sur le même poste. Aucune décision n'est prise dans les délais impartis et les deux joueurs sont donc restricted free agent au terme de la saison[4].

Sur le plan sportif, les résultats ne sont pas à hauteur des objectifs attendus. Des tensions apparaissent au sein de l'effectif et plusieurs joueurs réclament le départ de l'entraîneur Nate McMillan.

Les dirigeants décident de poursuivre la reconstruction : la veille de la clôture du marché des transferts, ils échangent le 13 mars Marcus Camby, considéré comme le meneur de la révolte du vestiaire[réf. nécessaire], contre le pivot Hasheem Thabeet et le meneur Johnny Flynn des Rockets de Houston. Gerald Wallace est lui envoyé chez les Nets du New Jersey contre Mehmet Okur et Shawne Williams[5]. Greg Oden et Chris Johnson sont ensuite libérés de leur contrat, pour permettre aux nouveaux arrivants de rentrer dans l'effectif. Durant la même période, Nate McMillan est licencié. Il est remplacé par son assistant Kaleb Canales.

En juillet 2012, Portland recrute l'ailier espagnol Víctor Claver que le club avait drafté en 2009.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Trail Blazers de Portland
Effectif actuel
Entraîneur: Terry Stotts
Ailier fort, Pivot 12 Drapeau des États-Unis LaMarcus Aldridge (C) Texas
Arrière 5 Drapeau des États-Unis Will Barton Memphis
Ailier 88 Drapeau de la France Nicolas Batum France
Ailier, Ailier fort 18 Drapeau de l'Espagne Víctor Claver Espagne
Arrière 23 Drapeau des États-Unis Allen Crabbe (R) California
Ailier fort, Pivot 19 Drapeau de l'Angleterre Joel Freeland Injured Angleterre
Pivot 11 Drapeau des États-Unis Meyers Leonard Illinois
Meneur 0 Drapeau des États-Unis Damian Lillard Weber State
Pivot 42 Drapeau des États-Unis Robin Lopez Stanford
Arrière, Ailier 2 Drapeau des États-Unis Wesley Matthews Marquette
Meneur 3 Drapeau des États-Unis C.J. McCollum (R) Lehigh
Ailier fort 41 Drapeau des États-Unis Thomas Robinson Kansas
Meneur 17 Drapeau des États-Unis Earl Watson UCLA
Meneur, Arrière 25 Drapeau des États-Unis Mo Williams Alabama
Arrière, Ailier 1 Drapeau des États-Unis Dorell Wright None
(C) - Capitaine (AL) - Agent libre (R) - Rookie (ou recrue) - Injured Blessé (Injured)

Meilleurs marqueurs de l'histoire de la franchise[modifier | modifier le code]

Place Nom du joueur Pays Points
1er Clyde Drexler Drapeau des États-Unis États-Unis 18 040
2e Terry Porter Drapeau des États-Unis États-Unis 11 330
3e LaMarcus Aldridge Drapeau des États-Unis États-Unis 10 901
4e Clifford Robinson Drapeau des États-Unis États-Unis 10 405
5e Jerome Kersey Drapeau des États-Unis États-Unis 10 067
6e Jim Paxson Drapeau des États-Unis États-Unis 10 003
7e Geoff Petrie Drapeau des États-Unis États-Unis 9 732
8e Mychal Thompson Drapeau des États-Unis États-Unis 9 215
9e Rasheed Wallace Drapeau des États-Unis États-Unis 9 119
10e Sidney Wicks Drapeau des États-Unis États-Unis 8 882
Dernière mise à jour : le 19 avril 2014
En gras : Joueurs évoluant toujours dans la franchise

Records de la franchise[modifier | modifier le code]

Les records individuels pour la franchise sont[6] :

  • Meilleur marqueur : Clyde Drexler (18 040 points).
  • Meilleur passeur : Terry Porter (5 319 passes décisives).
  • Meilleur rebondeur : Clyde Drexler (5 339 rebonds).
  • Meilleur contreur : Mychal Thompson (768 contres).
  • Meilleur intercepteur : Clyde Drexler (1 795 interceptions).
  • Matchs joués : Clyde Drexler (867 matchs joués).
  • Nombre de 3 points marqués dans un match : Nicolas Batum (9 trois points).

Dernière mise à jour: le 28 avril 2013.

Maillots retirés[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  1. (en) « 1010-11 Portland Trail Blazers Roster and Statistics », sur basketball-reference.com (consulté le 28 mars 2012)
  2. (en) Ben Golliver, « Blazers waive G Brandon Roy via amnesty clause », sur bleacherreport.com,‎ 15 décembre 2011 (consulté le 28 mars 2012)
  3. « Jamal Crawford (Atlanta) à Portland », sur opl.fr,‎ 15 décembre 2011 (consulté le 28 mars 2012)
  4. « Batum free agent au 1er juillet », sur lequipe.fr,‎ 26 janvier 2012 (consulté le 28 mars 2012)
  5. Xavier Colombani, « Portland fait sa révolution », sur lequipe.fr,‎ 15 mars 2012 (consulté le 28 mars 2012)
  6. (en)« Portland Trail Blazers Career Leaders », sur basketball-reference.com (consulté le 28 avril 2013)

Lien externe[modifier | modifier le code]