Tessa Worley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Worley.
Tessa Worley Alpine skiing pictogram.svg
Tessa Worley Semmering 2008.jpg
Tessa Worley à Semmering en 2008
Contexte général
Sport ski alpin
Période active de 2006 à aujourd'hui
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la France France
Naissance 4 octobre 1989 (25 ans)
Lieu de naissance Annemasse
Taille 157 cm
Poids de forme 57 kg
Surnom La Puce[1]
Club Emhm/Gd Bornand
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 0 0 0
Championnats du monde 2 0 1
Coupe du monde (globes) 0 1 1
Coupe du monde (épreuves) 8 1 4
* Dernière mise à jour : 15 décembre 2013

Tessa Worley, née le 4 octobre 1989 à Annemasse en Haute-Savoie d'un père australien et d'une mère française, est une skieuse alpine française, spécialiste de l'épreuve du slalom géant. Elle fait partie depuis 2008 des meilleures mondiales dans cette discipline en Coupe du monde, totalisant à ce jour huit victoires et treize podiums. Elle est également membre de l'Équipe de France militaire de ski (EFMS).

Le 14 février 2013, Tessa Worley est sacrée championne du monde de géant à Schladming.

Carrière[modifier | modifier le code]

Son père, Steven, est Australien et sa mère, Madeleine, est Française et monitrice de ski. Elle découvre à l'âge de deux ans le ski grâce à ses deux parents. Elle passe son enfance entre la France et la Nouvelle-Zélande jusqu'à l'âge de sept ans. Elle rentre alors en France avec sa mère et est inscrite au club du Grand Bornand.

Elle fait ses études au Collège classe sport de Thônes (District des Aravis), Lycée du Fayet (Comité Mont Blanc), Lycée d’été d'Albertville (Groupe « Relève » de la FFS) et elle décroche son baccalauréat scientifique en 2008.

Après avoir fait ses gammes en coupe d'Europe et dans les courses FIS, elle participe à sa première épreuve de Coupe du monde sur un slalom géant en février 2007 à Sierra Nevada (Espagne). Non qualifiée pour la seconde manche, elle participe quelque temps plus tard aux Mondiaux juniors lors desquels elle obtient une neuvième place sur le slalom géant. Elle conclut cette première saison au plus haut niveau en terminant au pied du podium lors du géant des championnats de France.

Lors de l'épreuve d'ouverture de la Coupe du monde de ski alpin 2008 se déroulant à Sölden, la Française obtient la cinquième place finale du géant après avoir remonté le classement grâce au deuxième meilleur temps réalisé lors de la seconde manche (elle avait le 23e chrono lors de la première manche). Tessa Worley obtient ainsi le meilleur résultat de sa carrière pour son troisième départ en Coupe du monde.

Elle participe aux Championnats du monde juniors 2008 organisés en Espagne. Elle y décroche la médaille de bronze lors du slalom géant seulement devancée par l'Autrichienne Anna Fenninger et l'Allemande Viktoria Rebensburg.

En 2007, elle intègre l'Équipe de France militaire de ski et fait partie de l'École militaire de haute montagne à Chamonix. Elle est pour cela, caporal des chasseurs alpins.

Le 29 novembre 2008, à l'occasion du deuxième slalom géant de la Coupe du monde 2008-2009 organisé à Aspen aux États-Unis, elle remporte le premier succès majeur de sa carrière. Sixième à l'issue de la première manche, Tessa Worley réalise le meilleur temps du second tracé pour remporter l'épreuve, profitant par ailleurs de l'erreur de la gagnante de la première manche, l'Italienne Denise Karbon. Cette performance constitue le premier succès d'une Française en Coupe du monde depuis Ingrid Jacquemod en 2005, la précédente victoire française dans un slalom géant remontant à 1999 (Régine Cavagnoud s'était imposée à Copper Mountain[2]).

La skieuse du Grand Bornand[3] a renoué avec le succès lors de la Coupe du monde 2009-2010, samedi 12 décembre 2009, à Åre en Suède, où elle a remporté l'épreuve de slalom géant.

En 2010, elle remporte une médaille de bronze aux championnats du Monde Militaire de ski Alpin.

Saison 2010-2011[modifier | modifier le code]

Worley à la cérémonie du slalom géant de Semmering, en décembre 2010.

Lors de la Coupe du monde 2010-2011, elle prend la tête du classement du géant après la troisième épreuve grâce à sa huitième place lors du géant de Sölden et deux victoires à Aspen et Saint-Moritz[4], les deux fois avec un centième d'avance sur la deuxième[5]. Fin décembre, elle gagne le slalom géant de Semmering, sa troisième victoire consécutive. En tête après la première manche, elle conserve 62 centièmes d'avance sur Maria Riesch[6], confortant ainsi sa position en tête du classement de géant, 97 points devant l'Allemande Viktoria Rebensburg[5].

Elle échouera en fin de saison dans sa conquête du globe de cristal du géant, terminant à la 2e place, derrière Viktoria Rebensburg, et ce malgré ces trois victoires en 6 courses. Son abandon lors de la dernière épreuve de la saison à Špindlerův Mlýn, alors que sa rivale allemande montait sur la plus haute marche aura été fatale.

La même saison, aux Championnats du monde à Garmisch-Partenkirchen, elle contribue à la victoire de l'équipe de France dans la coupe des nations[7]. Le lendemain en slalom géant, malgré une première manche ratée terminée à la dix-neuvième place, elle se reprend superbement en établissant le meilleur temps de la deuxième manche et obtient ainsi une médaille de bronze derrière l'Italienne Federica Brignone et la Slovène Tina Maze sacrée championne du monde[8].

Saison 2011-2012[modifier | modifier le code]

Elle obtient son premier podium de la saison lors du géant de Lienz en se classant troisième derrière Anna Fenninger et Federica Brignone[9]. Le 21 janvier 2012, elle remporte le slalom géant de Kranjska Gora, devant Brignone et Viktoria Rebensburg[10]. Le 12 février 2012, pour la première course de coupe du monde disputée en Andorre, elle s'impose sur le slalom géant de Soldeu en devançant Tina Maze et Maria Höfl-Riesch. Cette deuxième victoire consécutive sur un slalom géant, conjuguée avec la sortie de piste de Viktoria Rebensburg, permet à Worley de prendre la tête du classement de la spécialité aux dépens de l'Allemande[11]. Elle perd sa place de leader au profit de Rebensburg dès la course suivante remportée par l'Allemande à Ofterschwang[12]. Elle terminera finalement à la 3e place du classement en géant et à une très honorable 11e place au classement général de la Coupe du monde 2011-2012 grâce aux quelques points glanés dans d'autres disciplines, surtout en slalom (avec une 10e place pour meilleur résultat de la saison)

Saison 2012-2013[modifier | modifier le code]

Lors de la Coupe du monde 2012-2013, elle fait preuve d'une belle régularité au plus haut niveau en Géant, obtenant trois troisièmes places, à Saint-Moritz (9 décembre), Courchevel (16 décembre) et Semmering (29 décembre), sans parvenir à renouer avec la victoire[13]. Elle s'essaye également, de plus en plus souvent, aux autres disciplines, avec des résultats contrastés. Elle obtient notamment une belle 7e place au Super G de Saint-Moritz. Cette diversification lui permet de figurer en bonne place au classement général de la Coupe du monde 2012-2013.

Elle aborde les mondiaux de Schladming parmi les principales outsiders du géant qui se dispute sur une piste de la Planai qui selon elle correspond à ses qualités. 27e du super G, elle fait partie de l'équipe de France engagée sur la compétition par équipes (Team Event). Si la France est éliminée en 1/4 de finale par les allemands, Worley fait bonne impression en remportant ses deux duels contre Veronika Velez Zuzulová et Maria Höfl-Riesch avec des chronos de bonne facture.

Le 14 février 2013, Tessa Worley est sacrée championne du monde de géant. Première partante de l'épreuve (dossard no 1) sur la Planai verglacée, elle creuse tout de suite des écarts importants, se poste en tête à la mi-course, puis s'impose largement à la fin en signant également le meilleur temps de la seconde manche[14] pour l'emporter avec 1 seconde et 12 centièmes d'avance sur la Slovène Tina Maze, et 1 seconde et 18 centièmes sur l'Autrichienne Anna Fenninger[15]. La skieuse du Grand Bornand devient la 5e française à remporter un titre planétaire dans cette discipline, après Lucienne Schmith en 1954, Marielle Goitschel en 1964 et 1968, Fabienne Serrat en 1974 et enfin Carole Merle à Morioka en 1993.

Worley obtient un nouveau podium en slalom géant en étant deuxième de la finale de Lenzerheide derrière Tina Maze[16]. La Française termine quatrième de la coupe du monde de géant et onzième du classement général.

Saison 2013-2014[modifier | modifier le code]

Après un début de saison 2013-2014 mitigé qui la voit finir 21e à Sölden et 9e à Beaver Creek en géant mais réussir des prestations notables en super G (10e à Beaver Creek et 9e à Saint-Moritz), Tessa Worley renoue avec la victoire en géant à Saint-Moritz le 14 décembre devant Jessica Lindell-Vikarby et Tina Maze et met ainsi terme deux ans d'insuccès en Coupe du Monde. Trois jours plus tard, Tessa Worley se blesse en faisant une mauvaise chute dans la première manche du slalom de Courchevel. Elle souffre d'une rupture du ligament croisé du genou droit et d'une lésion du ménisque, ce qui met un terme à sa saison et la prive des Jeux olympiques de Sotchi[17].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Tessa Worley vit en couple avec le skieur alpin Julien Lizeroux, lui aussi membre de l'équipe de France et médaillé aux Championnats du monde 2009 à Val D'Isère[18].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Drapeau : Canada Vancouver 2010
Slalom géant 16e

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Championnats du monde de ski alpin.
Épreuve / Édition Drapeau : France Val d'Isère 2009 Drapeau : Allemagne Garmisch-Partenkirchen 2011 Drapeau : Autriche Schladming 2013
Super G 27e
Slalom géant 7e médaille de bronze, monde Bronze médaille d'or, monde Or
Slalom 13e
Coupe des nations médaille d'or, monde Or

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Coupe du monde de ski alpin.
  • Meilleur classement général final : 11e en 2012 et 2013.
  • Meilleur classement en coupe du monde de slalom géant : 2e en 2011.
  • 13 podiums en carrière dont 8 victoires (8 slaloms géants).
Année/Classement Général Descente Super G Géant Slalom Combiné
Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points
2006 118e 2 - - - - 57e 2 - - - -
2008 42e 136 - - - - 14e 136 - - - -
2009 39e 187 - - - - 11e 187 - - - -
2010 37e 192 - - - - 13e 161 37e 31 - -
2011 16e 453 - - 43e 13 2e 358 34e 36 27e 16
2012 11e 589 39e 22 37e 17 3e 446 27e 71 23e 18
2013 11e 512 - - 22e 80 4e 383 38e 33 25e 16
2014 40e 194 - - 22e 55 16e 139 - - - -

Détail des victoires[modifier | modifier le code]

Édition / Épreuve Slalom géant Total
2009 Drapeau : États-Unis Aspen 1
2010 Drapeau : Suède Åre 1
2011 Drapeau : États-Unis Aspen
Drapeau : Suisse Saint-Moritz
Drapeau : Autriche Semmering
3
2012 Drapeau : Slovénie Kranjska Gora
Drapeau : Andorre Soldeu
2
2014 Drapeau : Suisse Saint-Moritz 1
Total 8 8

Jeux mondiaux militaires d'hiver[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jeux mondiaux militaires.
Épreuve / Édition Drapeau : Italie Vallée d'Aoste 2010 Drapeau : France Annecy 2013
Slalom géant - 2e
Slalom géant par équipes - Or Or
Slalom 3e 12ème
Slalom par équipes Or Or 2e

Palmarès juniors[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lionel Froissart, « Tessa Worley, «Puce» que parfait », sur liberation.fr, Libération,‎ 14 février 2013
  2. « La Française Tessa Worley, neuf ans après Cavagnoud », sur humanite.fr,‎ 29 novembre 2008
  3. « Sölden ouvre l'hiver », sur eurosport.fr,‎ 22 octobre 2010
  4. « Au bonheur de Worley », sur eurosport.fr,‎ 11 décembre 2010
  5. a et b « Une Worley trois étoiles », sur eurosport.fr,‎ 27 décembre 2010
  6. (en) « Semmering - Giant slalom », sur fis-ski.com (consulté le 28 décembre 2010)
  7. François-Xavier Rallet, « De l'or pour les Bleus ! », sur eurosport.fr,‎ 16 janvier 2011
  8. « La remontée fantastique », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ 17 février 2011
  9. « Lienz (Géant dames) : L'Autrichienne Fenninger remporte le géant, Worley 3e », sur opl.fr,‎ 28 décembre 2011
  10. « Worley, c'est géant », sur lequipe.fr,‎ 21 janvier 2012
  11. « Worley enflamme Soldeu », sur lequipe.fr,‎ 12 février 2012
  12. François-Xavier Rallet, « Rebensburg détrône Worley », sur eurosport.fr,‎ 2 mars 2012
  13. Site officiel de la FIS Résultats de Tessa Worley dans le Top 3 en Coupe du Monde, consulté le 14/02/2013
  14. Site officiel de la FIS Résultats détaillés du géant des championnats du monde 2013, consulté le 14/02/2013
  15. François-Xavier Rallet, « Mondiaux Schladming : Tessa Worley championne du monde de géant », sur eurosport.fr,‎ 14 février 2013
  16. « Lenzerheide - Géant dames : Tina Maze résiste à Tessa Worley », sur eurosport.fr,‎ 17 mars 2013
  17. Tessa Worley forfait pour les Jeux Olympiques de Sotchi L'équipe.fr, mis en ligne et consulté le 17/12/2013
  18. Franck Grassaud, « Tessa Worley, sur des skis à 17 mois, championne à 23 ans », sur alpes.france3.fr,‎ 14 février 2013 (consulté le 15 février 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :