François Cevert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

François Cevert

{{{alternative}}}

Cevert en 1973

Date de naissance 25 février 1944
Lieu de naissance Paris, France
Date de décès 6 octobre 1973 (à 29 ans)
Lieu de décès Watkins Glen, États-Unis
Nationalité Drapeau de la France France
Qualité Pilote automobile
Équipe Tyrrell
Nombre de courses 46 (F1)
Podiums 13 (F1)
Victoires 1 (F1)

Albert François Cevert Goldenberg couramment appelé François Cevert[1] et surnommé Le Prince, est un pilote automobile français né le 25 février 1944 à Paris (France), et mort le 6 octobre 1973 sur le circuit de Watkins Glen lors des essais qualificatifs du Grand Prix des États-Unis. François Cevert est enterré dans le village de Vaudelnay en Maine-et-Loire.

Les débuts[modifier | modifier le code]

Après son service militaire au 5e régiment de hussards, à Weingarten, en Allemagne en 1965, il devient lauréat du Volant Shell en 1966 devant Patrick Depailler, François Cevert (beau-frère de Jean-Pierre Beltoise) devient champion de France de Formule 3 en 1968 sur une Tecno-Ford. Il court en Formule 2 en 1969 toujours chez Tecno et remporte alors au finish le Grand Prix de Reims de Formule 2, devant Jackie Stewart. Ken Tyrrell le remarque alors.

Formule 1[modifier | modifier le code]

En 1970, quand Johnny Servoz-Gavin décide d'abandonner la compétition, Tyrrell choisit Cevert pour le remplacer dans son écurie, surtout pour ses talents de pilote, et aussi pour plaire à son sponsor français Elf. Le Tyrrell Racing fait alors courir des March en championnat du monde de Formule 1.

Aux côtés de son coéquipier britannique Jackie Stewart qui joue le rôle de mentor pour le jeune pilote français, François Cevert montre rapidement un talent certain. En 1971, première année où Tyrrell fait courir ses propres voitures, Cevert termine 3e du championnat du monde des pilotes et participe activement au titre de champion du monde des constructeurs de l'écurie Tyrrell. En fin d'année, il remporte même à Watkins Glen son premier succès en Formule 1, mettant fin à une période de 13 ans sans victoire française. Il est lauréat du Prix Roland Peugeot de l'Académie des sports du plus bel exploit automobile français de l'année en 1971.

Jeune, beau, cultivé, très populaire, surtout auprès de la gent féminine - on lui prêta même une liaison avec Brigitte Bardot et Alexandra Stewart, Cevert est alors le symbole du renouveau du sport automobile français.

La saison 1972 fut mitigée, avec tout de même deux deuxièmes places.

Cevert revient au plus haut niveau en 1973. Cette année-là, il termine six fois deuxième, dont trois fois derrière son leader Stewart, jouant ainsi le rôle du coéquipier modèle puisque de l'aveu même du pilote britannique, Cevert aurait été en mesure de lui contester la victoire. La retraite de Stewart à l'issue de la saison 1973 étant un secret de polichinelle, beaucoup d'observateurs s'accordent alors à faire de Cevert le futur leader de Tyrrell et l'un des favoris de la saison 1974. Mais à l'occasion des essais qualificatifs de la dernière manche de la saison, le Grand Prix des États-Unis sur le circuit de Watkins Glen, là même où il a gagné deux ans auparavant, il perd la vie suite à une sortie de route.

Il devient Champion des champions de L'Équipe en 1973, à titre posthume.

Autres disciplines[modifier | modifier le code]

En parallèle à sa carrière en Formule 1, François a aussi couru en Sport-Prototypes, sur Matra. Deuxième des 24 Heures du Mans 1972, il a longtemps détenu le record du tour sur le circuit du Mans.

Il participe à l'ensemble de la saison 1973 de championnat du monde des voitures de sport, où il réalise six pole positions et mène quasiment toutes les courses avant d'abandonner sur casse mécanique. Il remporte les 6 Heures de Vallelunga le 25 mars. Il a couru également dans le championnat américain Can-Am, remportant une course.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Le clip de la chanson Supreme de Robbie Williams fait référence à François Cevert et Jackie Stewart, on les voit tous les trois sur le podium. On y voit également l'accident qui fut fatal au pilote français, mais dans le clip l'issue est plus heureuse.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Saison Ecurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Meilleurs tours Podiums Victoires Points inscrits Classement
1970 Tyrrell Racing Organisation March 701 Ford-Cosworth V8 Dunlop 9 0 0 0 1 22e
1971 Elf Team Tyrrell Tyrrell 002 Ford-Cosworth V8 Goodyear 11 1 4 1 26 3e
1972 Elf Team Tyrrell Tyrrell 002
Tyrrell 006
Ford-Cosworth V8 Goodyear 12 0 2 0 15 6e
1973 Elf Team Tyrrell Tyrrell 006
Tyrrell 005
Ford-Cosworth V8 Goodyear 14 1 7 0 47 4e

Palmarès[modifier | modifier le code]

François Cevert, Matra 670, au Nürburgring en 1973

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. prononcer [səvɛʁ] et non pas [sevɛʁ]
  2. François Cevert sur www.euromontagna.com.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Mort dans mon contrat, par F. Cevert et Jean-Claude Hallé

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :