Alain Bernard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bernard et Alain Bernard (homonymie).
Alain Bernard Swimming pictogram white.png
Alain Bernard 2012.jpg
Alain Bernard au défilé des médaillés français des JO 2012
Informations
Nages Nage libre
Période active 2000-2012
Nationalité Drapeau : France Française
Naissance 1er mai 1983 (31 ans)
Lieu Aubagne, France
Taille 1,96 m
Club CN Marseille (-2006)
CN Antibes (2006-2012)
Entraîneur Denis Auguin
Records
Grand bassin 50 m nl. : 21 s 23
100 m nl. : 46 s 94 (RF)
Palmarès
Jeux olympiques 2 1 1
Ch. du monde grand bassin - 2 3
Ch. du monde petit bassin 1 - -
Ch. d'Europe grand bassin 4 2 1
Ch. d'Europe petit bassin 3 3 2
Jeux méditerranéens 2 1 -

Alain Bernard, né le 1er mai 1983 à Aubagne, est un nageur français. Licencié au Cercle des nageurs d'Antibes, entraîné par Denis Auguin, sa carrière internationale au plus haut niveau s'étend de 2005 à 2012.

Le 14 août 2008, il devient le premier champion olympique français du 100 mètres nage libre lors des Jeux olympiques de Pékin en 47 s 21 devant Eamon Sullivan et le duo Jason LezakCésar Cielo. À l'ère des combinaisons en polyuréthane, il est le premier nageur de l'histoire à couvrir la distance en moins de 47 s, avec un temps de 46 s 94 réalisé le 23 avril 2009 à Montpellier (record du monde non homologué à l'époque, battu depuis). En 2012, il devient champion olympique du relais 4 × 100 : non retenu pour la finale, il a néanmoins permis à l'équipe de France d'accéder à celle-ci de par sa participation aux séries. Il prend sa retraite sportive en 2012 à l'issue des Jeux olympiques de Londres et possède l'un des plus beaux palmarès du sport français, avec deux titres olympiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

2000-2004 : premières années, premiers déboires et premier titre européen en petit bassin[modifier | modifier le code]

Né à Aubagne en 1983, Alain Bernard apprend à nager à partir de 6 ans. Il débute la compétition dans le club d'Aubagne avec lequel il fait ses classes jusqu'à ses seize ans s'exprimant à ses débuts sur les épreuves de dos et de quatre nages. En 2000 il décide de quitter sa ville pour rejoindre le Cercle des nageurs de Marseille afin de progresser avec l'idée de se qualifier pour les Jeux olympiques d'été de 2004. Il rencontre à Marseille, un entraineur qui le suit durant toute sa carrière en la personne de Denis Auguin. Avec lui durant les quatre années qui suivent, il progresse sur le plan physique et chronométrique et se tourne peu à peu de façon exclusive sur les épreuves de nage libre du 50 au 200 mètres.

2004 est une année difficile pour Bernard qui voit sa progression retardée par une mononucléose et une toxoplasmose. Malgré de bons championnats de France durant lesquels il se qualifie pour les finales sur 50 mètres nage libre (6e en 23 s 14)[1] et sur 100 mètres nage libre (dernier en 50 s 87)[2]. Bernard ne se qualifie pas pour les Jeux olympiques d'Athènes (Grèce).

Il se ressaisit en fin d'année en participant à sa première sortie en équipe de France à l'occasion des championnats d'Europe en petit bassin disputés à Vienne (Autriche), au cours desquels il remporte son premier titre significatif sur la scène continentale avec le relais 4 × 50 mètres nage libre accompagné de David Maitre, Romain Barnier et Frédérick Bousquet[3].

2005 : non qualifié pour les mondiaux[modifier | modifier le code]

Il renoue avec les bassins en 2005 et parvient à passer pour la première fois de sa carrière sous la barre des 50 secondes en demie finale du 100 mètres nage libre (49 s 94) lors des championnats de France disputés à Nancy et qualificatifs pour les mondiaux de Montréal (Canada). Il confirme cette progression chronométrique en terminant 3e de la finale derrière Frédérick Bousquet qui bat le record de France en 49 s 06 et Amaury Leveaux (50 s 08)[4]. Sur ces mêmes championnats, Bernard bat aussi son record personnel en 22 s 75 sur 50 mètres nage libre dominé encore par Frédérick Bousquet en 22 s 34[5]. Ces deux 3e places ne lui permettent pas d'obtenir sa qualification pour les mondiaux d'autant que le relais ne se qualifie pas non plus.

Quelques mois plus tard, lors des des championnats d'Europe en petit bassin disputés à Trieste (Italie), il remporte au titre du relais 4 × 50 mètres nage libre accompagné de ses coéquipiers Julien Sicot, David Maitre et Frédérick Bousquet la médaille d'argent derrière le relais Néerlandais. Bernard durant ces championnats est aussi engagé sur 50 mètres nage libre mais ne parvient pas à passer les demies finales en 22 s 27[6].

2006 : médaillé européen avec le relais et départ vers Antibes[modifier | modifier le code]

En 2006, lors des championnats de France disputés à Tours, Bernard termine tout dabord 2e du 50 mètres nage libre en battant son record personnel en 22 s 32 n'étant dominé que de deux centièmes par le spécialiste français de la discipline Frédérick Bousquet[7]. Il bat à nouveau son record personnel sur 100 mètres nage libre qu'il termine 3e en 49 s 69 derrière Amaury Leveaux (49 s 18) et fabien Gilot (49 s 57)[8]. Ces resultats lui permettant d'obtenir sa première qualification individuelle pour les championnats d'Europe sur 50 et 100 mètres nage libre.

Deux mois plus tard, il remporte dès le premier jour des championnats d'Europe disputés à Budapest (Hongrie), la médaille de bronze avec ses coéquipiers du relais 4 × 100 mètres nage libre Fabien Gilot, Amaury Leveaux et Frédérick Bousquet[9]. Durant ce relais, Bernard, premier relayeur de l'équipe bat son record personnel en 49 s 22. Trois jours plus tard, sur 100 mètres nage libre, il se qualifie pour sa première grande finale avec le 4e chrono des demies (49 s 26)[10]. Durant la finale disputée le lendemain, Bernard part extrêmement vite passant en tête au premier virage mais cédant peu à peu sur la fin, il doit se contenter de la dernière place en 49 s 47 loin de l'Italien Filippo Magnini qui remporte l'or en 48 s 79[11]. Engagé sur 50 mètres nage libre en fin de session, il ne passe pas les séries malgré le fait qu'il soit dans les seize premiers. En effet quatre français sont engagés sur cette épreuve et seuls deux sont acceptés en demies finales. Se retrouvant ex-æquo avec David Maitre[12], il perd pour dix centièmes son barrage contre son compatriote[13].

Quelques mois plus tard, il obtient sa première médaille individuelle dans un grand championnat lors des championnats d'Europe en petit bassin d'Helsinki (Finlande) avec la médaille de bronze sur 100 mètres nage libre en 47 s 24 derrière l'Italien Filippo Magnini et le Suédois Stefan Nystrand. Il obtient en outre la médaille d'argent avec ses coéquipiers Frédérick Bousquet, Julien Sicot et David Maitre du relais 4 × 50 mètres nage libre devancés par le relais suédois porté par Stefan Nystrand.

En fin d'année, Bernard, qui évoluait jusqu'ici au sein du Cercle des nageurs de Marseille, rejoint le club du Cercle des nageurs d'Antibes pour suivre son entraîneur Denis Auguin en conflit avec les autres entraîneurs marseillais[14].

2007 : médaillé de bronze avec le relais à Melbourne et révélation mondiale à Saint-Raphaël[modifier | modifier le code]

En février 2007, à l'occasion d'un meeting de préparation, Bernard bat le record de France du 100 mètres nage libre en grand bassin en 48 s 81 (ancien record en 48 s 97 par Frédérick Bousquet). À cette occasion il s'approprie la meilleure marque mondiale de l'année et se place en outsider pour les championnats du monde à Melbourne (Australie). Il se déclare la veille de l'échéance australienne confiant : « Ma perf de Lyon fait partie de ma progression et je ne me prends pas la tête avec cela : 48 s 8, 48 s 9, 48 s 6, cela fait partie de ma progression, j'essaie de ne pas trop y penser. Ce sont mes premiers "Monde", mon but est d'aller en finale et une fois en finale, tout est possible, rien n'est joué d'avance. Cela va nager très vite[15] ».

À Melbourne, Bernard entame de la meilleure façon la compétition. En effet, il décroche sa première médaille internationale avec le relais français du 4 × 100 mètres nage libre. Accompagné de Fabien Gilot, Julien Sicot et Frédérick Bousquet, il décroche la médaille de bronze avec record de France à la clé derrière les États-Unis et l'Italie[16]. Lancé en 2e position par Frédérick Bousquet, Bernard auteur d'un bon relais en 48 s 18 ne peut rien contre le retour en 47 s 18 de Filippo Magnini[17] qui passe le Français et accroche l'argent pour l'Italie. Quelques jours plus tard, en individuel sur 100 mètres nage libre, Bernard avec un chrono de 49 s 08, se hisse à la quatrième place à l'issue des séries[18]. Néanmoins il ne parvient pas à passer le cap des demi-finales, réalisant le neuvième temps (48 s 89) à seulement deux centièmes de la huitième place qui lui aurait permis de se qualifier pour la finale. On compte également parmi les éliminés le Suédois Stefan Nystrand[19]. Engagé sur 50 mètres nage libre en fin de session, il bat son record personnel dès les séries (22 s 26) et atteint les demi-finales[20]. Mais, comme sur 100 mètres nage libre, il termine 9e des demies ex-æquo avec l'Espagnol Eduardo Lorente Ginesta. Participant à une course de départage pour l'enjeu de cette neuvième place, il perd cette dernière repartant assez déçu de ces championnats du monde sur le plan individuel avec une 9e et une 10e places.

Passée la déception individuelle et devenu régulier sous les 49 secondes, Bernard enchaîne les bons résultats les mois qui suivent abaissant à nouveau son record de France (48 s 56) lors d'une réunion à Canet en Roussillon.

Mais c'est à Saint-Raphaël lors des championnats de France disputés en juin que Bernard se révèle sur la scène mondiale en abaissant de manière significative les records de France sur 50 mètres et 100 mètres nage libre. Sur la première distance, il réalise en finale un chrono de 21 s 76 qui lui aurait permis d'être champion du monde trois mois auparavant à Melbourne et qui constitue la troisième performance mondiale de tous les temps à seulement 12 centièmes de seconde du record de monde de la légende russe Alexander Popov[21]. Il bat deux jours plus tard, le record de France en finale du 100 mètres nage libre pour la troisième fois en quelques mois. Plus encore, avec un chrono de 48 s 12, il devient le deuxième nageur le plus rapide de l'histoire sur la distance à égalité avec le double champion du monde Italien Filippo Magnini et à moins de trois dixièmes de seconde du record du monde du double champion olympique néerlandais Pieter van den Hoogenband[22].

Détenteur de la deuxième performance de l'histoire durant quelque temps[23], Bernard en est dépossédé le mois suivant lors de l'Open de Paris de natation par le Suédois Stefan Nystrand réalisant un temps de 47 s 91. Bernard 2e de cette course en 48 s 54 et nullement déçu, se satisfait d'une fin de saison pleine[24] qui l'a vu dépasser les temps réalisés par quelques-uns des plus grands sprinteurs de l'histoire comme le tsar Russe Alexander Popov (double champion olympique de la distance en 1992 et 1996) ou l'Américain Matt Biondi (champion olympique en 1988) avec des records respectifs à 48 s 21 et 48 s 42[25].

En fin d'année, Bernard se distingue lors des championnats d'Europe en petit bassin de Debrecen (Hongrie) au cours desquels, il remporte trois médailles avec le bronze tout d'abord sur 50 mètres nage libre en 21 s 57 derrière le Suédois Stefan Nystrand (21 s 11) et le Croate Duje Draganja (21 s 23)[26]. Ensuite deux jours plus tard il remporte son premier titre européen sur 100 mètres nage libre en battant le record des championnats (46 s 39) devant Stefan Nystrand (46 s 73) et l'Italien Filippo Magnini (46 s 90)[27]. Il est aussi membre le dernier jour de compétition, du relais 4 × 50 mètres nage libre avec Antoine Galavtine, David Maitre et Amaury Leveaux qui termine second derrière le relais Suédois qui bat le record du monde du 4 × 50 mètres nage libre.

2008 : arrivée des combinaisons, premiers records du monde dans la piscine d'Eindhoven et route vers Pékin[modifier | modifier le code]

Alain Bernard à l'arrivée du 100 m nage libre lors duquel il bat le record du monde le 22 mars 2008

2008 est une année olympique marquée par un changement notable dans le monde de la natation avec l'arrivée des combinaisons de natation et notamment la LZR Racer de Speedo. Ces avancées technologiques bousculant la hierarchie sur de nombreuses épreuves, le 100 mètres nage libre n'echappant pas à la règle[28].

Le vendredi 21 mars 2008, il bat lors de la demi-finale des championnats d'Europe disputés à Eindhoven (Pays-Bas), le record du monde du 100 mètres nage libre en 47 s 60[29] améliorant de 24 centièmes de seconde le temps de référence que Pieter van den Hoogenband avait réalisé lors des jeux de Sydney en 2000. Performance d'autant plus symbolique qu'elle a lieu dans la piscine ou « VDH » avait l'habitude de s'entraîner. Il améliore de nouveau le record du monde d'un dixième le lendemain en finale pour le porter à 47 s 50 remportant donc la médaille d'or devant l'Italien Filippo Magnini et le Suédois Stefan Nystrand[30]. Le dimanche 23 mars 2008, lors des mêmes championnats, Bernard bat le record du monde du 50 mètres nage libre en demi-finale le portant à 21 s 50[31], détrônant les 21 s 56 réalisés par l'Australien Eamon Sullivan le 17 février 2008 à Sopac en Australie à l'occasion des Championnats de Nouvelles-Galles du Sud. Ce record cependant est à nouveau battu par Eamon Sullivan le 27 mars 2008 lors des championnats d'Australie avec un temps de 21 s 41 en demi-finale, puis amélioré à 21 s 28 lors de la finale le 28 mars 2008[32]. Le record d'Alain Bernard n'a donc tenu que quatre jours.

Les performances d'Alain Bernard ne manquent pas de lever un voile de doute, certaines voix en dehors et autour du bassin s'interrogeant sur la soudaine évolution atypique sur le plan chronométrique et surtout physique d'un nageur au potentiel jusque fin 2007 insoupçonné. Le nageur italien double champion du monde en titre Filippo Magnini ne mâchant pas ses mots devant la presse transalpine à l'issue de la finale du 100 mètres nage libre déclarant qu'« Alain Bernard à trouvé les bonnes vitamines ». Le journaliste réputé Craig Lord signalant quant à lui que les soupçons de dopage sont le lot de tout ceux qui obtiennent des performances et qu'il est donc logique que Bernard n'échappe pas aux « soupçons »[33]. Bernard quant à lui ne faisant que peu de cas de ces déclarations répond serein : « Je ne suis pas un tricheur. Je sais ce que je mange et ce que je bois, je travaille dur pour vivre ça. J'ai envie de bouffer tout le monde, je suis dans une bonne spirale » et conclut aussi concernant le possible apport de la combinaison dans sa performance : « Même en pyjama, j'aurais gagné »[34].

Un mois plus tard se déroulent les championnats de France disputés à Dunkerque qualificatifs pour les jeux olympiques. Alain Bernard très attendu, remporte le titre sur 100 mètres nage libre en 47 s 82 devançant Fabien Gilot (48 s 02) et Frédérick Bousquet (48 s 71)[35]. Trois jours plus tard, lors de la finale du 50 mètres nage libre, Bernard se fait déposséder de son record d'Europe du 50 mètres nage libre par Amaury Leveaux vainqueur en 21 s 38[36]. Bernard 2e en 21 s 69 se contente de la qualification individuelle sur la distance obtenue pour seulement 3 centièmes devant Frédérick Bousquet.

Ses performances régulières sur 100 mètres nage libre qui le placent comme grand favori sur 100 mètres nage libre combinées à celles d'Amaury Leveaux (48 s 38), Frédérick Bousquet (48 s 51) et de Fabien Gilot (48 s 02) placent le relais français en position de grand favori pour Pékin.

Position confortée le jeudi 19 juin 2008, lors de l'Open de Paris de natation durant lequel Amaury Leveaux, Fabien Gilot, Frédérick Bousquet et Alain Bernard améliorent le record d'Europe du 4 × 100 mètres nage libre en le portant à 3 min 12 s 54, à seulement 8 centièmes du record du monde (l'ancien record appartenait à l'Italie en 3 min 14 s 04 et avait été établi en mars 2007 à Melbourne (Australie) à l'occasion des championnats du monde).

Pékin 2008 : premier champion olympique français du 100 mètres nage libre[modifier | modifier le code]

Le tableau lumineux du Cube d'eau de Pékin le 14 août 2008, diffuse l'image d'Alain Bernard sur la plus haute marche du podium du 100m nage libre des Jeux olympiques de 2008

le 11 août 2008, pendant les Jeux olympiques de Pékin (Chine), Le même quatuor bat à nouveau le record d'Europe, de plus de 4 secondes, lors de la finale du 4 × 100 m nage libre, le portant à 3 min 08 s 32. La France cède toutefois la première marche du podium à l'équipe américaine, qui la devance de 8 centièmes de seconde[37]. Cette finale est par ailleurs marquée par le duel entre Bernard et l'Américain Jason Lezak, tous les deux derniers relayeurs de leur équipe. En effet bien qu'il soit lancé par Frédérick Bousquet en 1re position et encore en avance sur Lezak après 50 m, le Français se fait passer dans les derniers mètres, ce qui offre l'or aux Américains. Lors de cette finale, Bernard perd également son record du monde du 100 mètres nage libre, battu par son grand rival Eamon Sullivan, premier relayeur de l'équipe australienne avec un temps de 47 s 24[38]. Bernard se déclare abattu à l'issue de cette finale mais loin d'être battu : « Je me suis dit : "C'est chiant. On aurait pu faire mieux. On aurait pu gagner". Mais avec des "on aurait pu". En individuel ce sera une autre histoire" »[39].

Deux jours plus tard, le 13 août 2008, Bernard récupère pendant seulement trois minutes le record du monde du 100 mètres nage libre lors de la première demi-finale du 100 mètres nage libre des Jeux olympiques de 2008, avec un chrono 47 s 20[40], avant qu'Eamon Sullivan ne se l'approprie à nouveau, le portant cette fois à 47 s 05[41]. Le lendemain, pour la finale, le duel entre Alain Bernard et l'Australien Eamon Sullivan a bien lieu et c'est l'Australien qui prend l'avantage au 50 m (22 s 48 contre 22 s 53) avant que le Français ne produise son effort et termine la course premier à la touche. Sullivan termine 2e à douze centièmes de Bernard (47 s 32 contre 47 s 21)[42]. Ce dernier devient donc le premier champion olympique français sur 100 mètres nage libre. Il apporte à la France sa deuxième médaille d'or[43]. À l'issue de la course, Bernard déclare heureux : « J'avais les jambes qui tremblaient. Quand le starter a dit : "A vos marques", j'ai vu ma jambe gauche qui s'est mise à trembler. Je me suis dit : "Put…, c'est mal barré !". C'était la première fois que je ressentais un stress aussi fort. J'étais beaucoup plus décontracté avant les séries et les demi-finales, même si je dois avouer qu'en séries, j'étais un peu tendu car je souhaitais vite retrouver de bonnes sensations après les quinze derniers mètres ratés de mon relais. C'est une victoire sur moi même »[44].

Alain Bernard en août 2008.

Le 15 août, Bernard se qualifie pour la finale du 50 mètres nage libre en remportant sa demi-finale avec le deuxième meilleur temps des deux courses, juste derrière le Brésilien César Cielo Filho. Il y retrouve son compatriote Amaury Leveaux ainsi que son rival Eamon Sullivan. Le jour suivant, Alain Bernard décroche une nouvelle médaille, en bronze cette fois-ci en terminant 3e de la finale du 50 mètres nage libre en 21 s 49 juste derrière César Cielo Filho qui bat le record olympique en 21 s 30 et Amaury Leveaux second en 21 s 45[45]. Fait unique dans l'histoire de la natation, tous les nageurs sont passés sous les 22 secondes lors de cette course. À l'issue de cette course, Bernard égale le total de trois médailles chacune d'un métal différent de Laure Manaudou à Athènes.

Engagé en fin d'année sur les Championnats d'Europe de natation en petit bassin 2008 de Rijeka (Croatie), il fait partie avec Fabien Gilot, Frédérick Bousquet et Amaury Leveaux du relais 4 × 50 mètres nage libre qui remporte le titre européen en abaissant le record du monde de plus de 3 secondes[46].

À l'issue d'une année riche, Alain Bernard est consacré Champion des champions français par le journal L'Équipe devant l'Équipe de France de handball masculin et le pilote de rallye Sébastien Loeb et son co-pilote Daniel Elena[47]. Il est aussi désigné avec la spécialiste britannique du 400 mètres nage libre Rebecca Adlington, Nageur européen de l'année par la Ligue européenne de natation[48].

2009 : premier en moins de 47 secondes et vice champion du monde sur 100 mètres[modifier | modifier le code]

En avril 2009, au cœur de championnats de France marqués par l'utilisation des combinaisons 100% polyuréthane permettant à bon nombre de nageurs de battre sans se fatiguer leurs records personnels[49], Alain Bernard entre lors des demi-finales du 100 mètres nage libre dans l'histoire en battant une nouvelle fois le record du monde du 100 mètres nage libre, étant le premier nageur à passer sous les 47 secondes avec un chrono de 46 s 94, il améliore ainsi le record de son rival australien Eamon Sullivan de 11 centièmes. Toutefois, ce nouveau record du monde établi avec une combinaison entièrement en polyuréthane ne sera jamais homologué par la FINA. Le 22 juin 2009, la FINA a en effet décidé d'homologuer 134 combinaisons, mais pas la Arena X-Glide utilisée par Bernard lors de son record du monde[50] qui a donc été invalidé[51]. Le lendemain il termine 2e de la finale en 47 s 51 derrière Frédérick Bousquet vainqueur en 47 s 15[52]. Déjà qualifié au titre de ses performances olympiques sur 100 mètres nage libre pour les championnats du monde disputés à Rome (Italie), Alain Bernard s'impose comme le grand favori sur la distance.

Podium 100 m nage libre messieurs durant les Championnats du monde de natation 2009, Rome, Italie. De gauche à droite : Alain Bernard (France, Médaille d'argent), César Cielo (Brésil, Médaille d'or) et Frédérick Bousquet (France, Médaille de bronze)

En fin de session, Bernard termine 2e en etablissant son record personnel (21 s 23) d'un 50 mètres nage libre dominé par Frédérick Bousquet qui s'offre à l'occasion le record du monde en 20 s 94[53].

À l'issue des championnats de France, l'équipementier d'Alain Bernard lui a fourni une combinaison modifiée, à 80 % polyuréthane, et homologuée qu'il utilise aux championnats du monde quelques mois plus tard.

Engagé fin juillet sur les championnats du monde disputés à Rome (Italie), Bernard débute la compétition avec ses coéquipiers Fabien Gilot, Grégory Mallet et Frédérick Bousquet sur le relais 4 × 100 mètres nage libre qui fait figure de favori pour l'or avec au départ cinq nageurs français comptant parmi les 10 meilleurs performeurs de la saison sur 100 mètres nage libre. Cependant le relais ne peut faire mieux que la médaille de bronze derrière les États-Unis et la Russie[54]. Deuxième relayeur, Bernard lancé en 2e position par Gilot, fait la différence et passe le relais en tête grâce au meilleur temps lancé de tous les participants (46 s 46). Mais par la suite ni Mallet ni Bousquet ne parviennent à contenir le retour des Américains et Russes. À l'issue de ce nouvel échec, un an après Pékin, Bernard relativise : « Sur le moment, on est déçu mais on a donné le meilleur de nous-même à un moment donné donc on n'a pas de regret à avoir. Ils ont été les plus forts, il faut relativiser. Qu'importe la position à laquelle je suis partie, l'important était de faire le meilleur 100 mètres possible. J'avais vraiment envie de me fondre dans ce relais. Partir en deuxième position, c'était pas mal pour creuser l'écart. »[55]. Quatre jours plus tard, Bernard devient vice champion du monde du 100 mètres nage libre en 47 s 12. Impressionnant en demi-finales 47 s 27[56], le Français ne peut rien faire en finale contre le Brésilien César Cielo Filho qui devient le premier nageur officiellement sous les 47 secondes en établissant le record du monde du 100 mètres nage libre en 46 s 91[57]. Frédérick Bousquet complétant le podium.

2010 : fin des combinaisons, champion d'Europe du 100 mètres nage libre et titre mondial en petit bassin avec le relais[modifier | modifier le code]

La saison 2010 est marquée par la fin de l'usage des combinaisons en polyuréthane mettant fin à deux années de polémiques. Pour les hommes, seul le maillot de bain long jusqu'au genoux est désormais autorisé. Si certaines voix s'expriment contre cette interdiction en pointant l'argument d'un retour en arrière néfaste à la natation, Alain Bernard et son entraîneur ne sont pas mécontents de l'arrêt de matériaux qui selon eux « gommaient les défauts de nageurs aux capacités moindre »[58]

En avril, durant les championnats de France disputés à Saint-Raphaël, Bernard obtient son premier billet individuel pour les championnats d'Europe en terminant 3e du 50 mètres nage libre en 22 s 08 devancé par Frédérick Bousquet (21 s 71) et Fabien Gilot (21 s 97))[59]. Lors de la finale 100 mètres nage libre ayant lieu deux jours plus tard, Bernard malgré le meilleur temps des demi-finales en 48 s 32[60], ne peut rien en finale contre Fabien Gilot. Ce dernier veut sa revanche après avoir perdu toute chance de qualification pour les championnats d'Europe sur la distance, n'ayant pas satisfait aux minimas chronométriques imposés pour les séries, gagne en 48 s 52. Auteur d'un chrono de 49 s 04, Bernard quant à lui se qualifie avec le jeune William Meynard (3e en 49 s 18)[61] pour sa deuxième épreuve individuelle européenne.

Lors des championnat d'Europe de Budapest (Hongrie) disputés trois mois plus tard, Bernard fait partie du relais 4 × 100 m nage libre médaillé d'argent le premier jour de compétition avec Fabien Gilot, Yannick Agnel et William Meynard. Dernier relayeur de son équipe, Bernard lancé en tête par William Meynard, ne parvient pas durant son relais à produire son accélération et termine battu de près d'une seconde durant son relais par le jeune relayeur russe Danila Izotov (48 s 70 contre 47 s 84)[62]. Se sentant responsable de l'échec, Bernard ne parvient pas à trouver d'explications à sa contre performance : « J'ai mal nagé. Je pénalise l'équipe. Mais on est quatre. En relais, il faut être quatre en forme au même moment. Moi, je ne l'étais pas. Je suis loin de ce que je suis capable de faire »[63]. Trois jours plus tard, il se qualifie sans impressionner en 48 s 71 pour la finale du 100 mètres nage libre laissant le fauteuil de grand favori de la course au nageur russe Evgeny Lagunov auteur du meilleur temps des demi-finales en 48 s 38[64] et surtout auteur de 48 s 23 au départ de son relais. Le lendemain cependant, en finale Bernard parvient à hausser son niveau et conserver son titre européen du 100 mètres nage libre avec un chrono de 48 s 49 devançant à la touche son rival Evgeny Lagunov (48 s 52) et l'autre Français William Meynard (48 s 56)[65]. En fin de session il ne parvient pas à se qualifier pour les demi-finales du 50 mètres nage libre bien que 4e des séries en 21 s 99 il est en effet devancé par deux français (Frédérick Bousquet en 21 s 65 et Fabien Gilot en 21 s 91)[66].

En décembre, lors des championnats du monde en petit bassin de Dubaï (Émirats arabes unis), Bernard fait partie du relais 4 × 100 mètres nage libre français avec Fabien Gilot, Frédérick Bousquet et Yannick Agnel qui remporte son premier titre de champion du monde en 3 min 4 s 78 en devançant Russes et Brésiliens[67]. Engagé sur 100 mètres nage libre en fin de session, Alain Bernard échoue au pied du podium pour 2 centièmes derrière Nikita Lobintsev (46 s 37 contre 46 s 35) médaillé de bronze au terme d'une course dominée par César Cielo Filho en 45 s 74 devant Fabien Gilot (45 s 97)[68].

2011 : saison décevante mais sauvée par une médaille de bronze aux Mondiaux de Shanghaï[modifier | modifier le code]

En mars 2011, lors des championnats de France de Strasbourg, il débute la compétition de la meilleure des manières en terminant 2e du 50 mètres nage libre en 21 s 98, devancé par le champion d'Europe Frédérick Bousquet (21 s 82))[69]. Cette performance lui permet d'obtenir sa qualification sur la distance pour les mondiaux. Bernard trois jours plus tard engagé en finale du 100 mètres nage libre, termine 4e en réalisant un chrono de 48 s 71 loin du vainqueur Fabien Gilot qui bat à l'occasion la meilleure performance de l'année en 48 s 34 dans une finale marquée par cinq nageurs sous les 49 secondes. Battu par William Meynard (48 s 57) et Yannick Agnel (48 s 59)[70], il échoue dans son objectif de qualification individuelle sur la distance à Shanghai. Une première depuis les championnats du monde 2005. Il obtient cependant sa qualification au titre du relais 4 × 100 mètres nage libre pour lequel les Français sont favoris. À l'issue de la course et très déçu, Bernard parle d'un système très usant sur le plan psychologique qui oblige les nageurs à être très fort dès le mois de mars, la grosse densité du sprint en France qui fait d'une finale nationale de 100 mètres nage libre, une course de niveau mondial n'aidant pas à se sentir plus à l'aise. Il conclut cependant en félicitant les nageurs qui le devancent[71].

En juillet 2011, aux championnats du monde à Shanghai (Chine), il obtient une médaille d'argent avec le relais 4 × 100 mètres nage libre composé de William Meynard, Jérémy Stravius et Fabien Gilot devancé par le relais australien qui crée la surprise. James Magnussen au départ de son relais nage le meilleur chrono textile de l'histoire en 47 s 49. Premier relayeur de son équipe, Bernard impressionnant en séries avec un relais de 48 s 37 au départ, ne parvient pas en finale à réediter sa performance auteur d'un chrono de 48 s 75 et lançant Jérémy Stravius en 5e position. Par la suite les relayeurs français ne parviennent pas à faire leur retard sur les Australiens[72]. Pointé du doigt par les médias pour ses performances en relais souvent en deçà de son niveau de champion olympique[73], Bernard ne se sent pas responsable « C'est une finale, c'est tendu. Je ne me sens pas responsable. Une polémique sur ma performance ? Ça dépend des journalistes. On s'est donné à fond. Entre nous, il n'y a pas de reproche. Les Australiens sortent une course de fous. James Magnussen lance le relais en 47 s 49, c'est dur de revenir. Et on finit pourtant à 14 centièmes derrière »[74]. Engagé en fin de session sur 50 mètres nage libre, Bernard malgré des demi-finales difficiles au terme desquelles il obtient sa place de justesse (8e en 22 s 07), il crée la surprise en finale en décrochant la médaille de bronze en 21 s 92 loin dérière César Cielo Filho (21 s 52) mais à seulement deux centièmes de l'argent de l'Italien Luca Dotto (21 s 90).

En décembre, il réalise la meilleure performance mondiale de l'année en petit bassin, lors des Championnats de France à Angers[75].

2012 : champion olympique avec le relais sans nager la finale[modifier | modifier le code]

En 2012, l'année débute par les championnats de France qualificatifs pour les Jeux olympiques et disputés en mars à Dunkerque. Engagé sur 100 mètres nage libre, Bernard réalise de bonnes demis-finales conclues avec un chrono de 48 s 61[76], mais échoue le lendemain en finale à la 5e place en 48 s 97 loin de Yannick Agnel vainqueur en 48 s 02 et de Fabien Gilot 2e en 48 s 37 qui obtiennent leur qualification individuelle sur la distance pour Londres mettant ainsi fin aux espoirs de doublé olympique d'Alain Bernard[77]. À l'issue de la course et essayant de rester digne Bernard déclare « Je ne peux pas cacher mon amertume et ma déception mais je tiens à féliciter Yannick et Fabien »[78]. Engagé le dernier jour de compétition en finale du 50 mètres nage libre, Bernard manque la qualification pour les Jeux olympiques au terme d'une finale très serrée dominée par Amaury Leveaux en 21 s 93 et Florent Manaudou (21 s 95) et qui voit l'élimination du favori Frédérick Bousquet 4e en 22 s 05. Bernard 5e en 22 s 15[79]. Il n'obtient pas de qualification individuelle pour les Jeux olympiques (qualifié cependant au titre du relais 4 × 100 mètres nage libre) mais quitte le bassin en larmes sous l'ovation appuyée du public de Dunkerque qui rend hommage à celui qui disputait là ses derniers championnats de France. Il déclare à l'issue de cette reconnaissance qu'il y a des événements qui n'ont pas de prix et que cette ovation qui en fait partie efface en partie sa déception[80].

À l'issue de cette compétition, Alain Bernard est proposé par la Fédération française de natation pour devenir porte drapeau de la délégation française lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Londres (Grande-Bretagne) : « Nous avons proposé à Alain Bernard d'être porte-drapeau de la délégation française à Londres. Alain, le mérite très largement, c'est un garçon exceptionnel »[81].

Clément Lefert et Alain Bernard au défilé des médaillés français des Jeux olympiques d'été de 2012

Deux mois plus tard, lors des championnats d'Europe de Debrecen (Hongrie), Bernard met fin avec ses coéquipiers Amaury Leveaux, Jérémy Stravius et Frédérick Bousquet à cinquante ans de disette continentale du relais 4 × 100 mètres nage libre français en remportant la médaille d'or devant les Italiens et les Russes[82]. Engagé quelques jours plus tard sur son dernier 100 mètres nage libre individuel en grande compétition, Alain Bernard remporte la médaille d'argent en 48 s 95 derrière l'Italien Filippo Magnini (48 s 77)[83].

Deux mois plus tard, lors des Jeux olympiques de Londres (Grande-Bretagne), Alain Bernard ne nage que les séries du relais 4 × 100 mètres nage libre[84]. En effet, le Niçois Clément Lefert lui étant préféré à l'issue des séries[85], il assiste au bord des larmes en tribunes au titre olympique de ses coéquipiers devenant médaillé d'or au même titre que ses coéquipiers Jérémy Stravius qui nageait aussi les séries, Amaury Leveaux, Fabien Gilot, Clément Lefert et Yannick Agnel. Il conclut donc sa carrière par un deuxième titre olympique[86].

Alain Bernard quitte les bassins quelques semaines plus tard à l'issue d'une réunion à Antibes faisant office de jubilé[87], fort de l'un des plus grands palmarès du sport français qui l'a vu remporter durant une carrière longue de plus de 10 ans de nombreuses médailles et récompenses au niveau continental, international et olympique et battre de multiples records mondiaux et européens.

Hors des bassins[modifier | modifier le code]

Alain Bernard a signé un contrat de volontariat en gendarmerie, c'est-à-dire Gendarme Adjoint Volontaire sous contrat et non de carrière, à l'école de gendarmerie de Montargis en 2008 et est affecté au Groupement blindé de gendarmerie mobile, situé à Versailles-Satory dans les Yvelines[88].

En 2012, Alain Bernard devient le nouvel ambassadeur d'Homair Vacances et parrain des activités sportives et nautiques pour 3 ans. Il va donc encadrer, conseiller et former les équipes d'animation[89].

Depuis fin 2012, Alain Bernard est consultant natation pendant les épreuves nationales et internationales pour la chaine de télévision cablée Eurosport[90].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Discipline / Année Drapeau : République populaire de Chine Pékin 2008 Drapeau : Royaume-Uni Londres 2012
50 m nage libre Bronze
21 s 49
-
100 m nage libre Or
47 s 21
-
4 × 100 m nage libre Argent
3 min 8 s 32 - RE
Or
3 min 9 s 93[Note 1]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Performances lors des championnats du monde en grand bassin
Discipline / Année Drapeau : Australie Melbourne 2007 Drapeau : Italie Rome 2009 Drapeau : République populaire de Chine Shanghai 2011
50 m nage libre 9ème des 1/2 finales
22 s 40
- Bronze
21 s 92
100 m nage libre 9ème des 1/2 finales
48 s 89
Argent
47 s 12 - RE
-
4 × 100 m nage libre Bronze
3 min 14 s 68 - RF
Bronze
3 min 9 s 89
Argent
3 min 11 s 14
4 × 100 m quatre nages 7e
3 min 37 s 85
5e
3 min 29 s 73
Performances lors des championnats du monde en petit bassin
Discipline / Année Drapeau : Émirats arabes unis Dubaï 2010
50 m nage libre 6e
21 s 20
100 m nage libre 4e
46 s 37
4 × 100 m nage libre Or
3 min 4 s 78 - RE

Championnats d'Europe[modifier | modifier le code]

Grand bassin[modifier | modifier le code]

Performances lors des championnats d'Europe en grand bassin
Discipline / Année Drapeau : Hongrie Budapest 2006 Drapeau : Pays-Bas Eindhoven 2008 Drapeau : Hongrie Budapest 2010 Drapeau : Hongrie Debrecen 2012
50 m nage libre 9e des séries
22 s 63
Or
21 s 66
4e des séries mais 3e français
21 s 99
7e
22 s 24
100 m nage libre 7e des séries
49 s 47
Or
47 s 50 - RM
Or
48 s 49
Argent
48 s 95
4 × 100 m nage libre Bronze
3 min 16 s 53
- Argent
3 min 13 s 29
Or
3 min 13 s 55

Petit bassin[modifier | modifier le code]

Performances lors des championnats d'Europe en petit bassin
Discipline / Année Drapeau : Autriche Vienne 2004 Drapeau : Italie Trieste 2005 Drapeau : Finlande Helsinki 2006 Drapeau : Hongrie Debrecen 2007 Drapeau : Croatie Rijeka 2008
50 m nage libre Bronze
21 s 57
100 m nage libre Bronze
47 s 24
Or
46 s 39 - RC
4 × 50 m nage libre Or
1 min 26 s 24
Argent
1 min 25 s 40
Argent
1 min 25 s 16
Argent
1 min 24 s 98
Or
1 min 20 s 77 - RM

Jeux méditerranéens[modifier | modifier le code]

Pescara 2009 (« piscine Naiadi », en combinaison):

Championnats de France[modifier | modifier le code]

Grand bassin[modifier | modifier le code]

Performances lors des championnats de France en grand bassin
Discipline / Année Nancy 2005 Tours 2006 St-Raphaël 2007 Dunkerque 2008 Montpellier 2009 St-Raphaël 2010 Schiltigheim 2011
50 m
nage libre
Bronze
22 s 75
Argent
22 s 32
Or
21 s 76 - RF
Argent
21 s 69
Argent
21 s 23
Bronze
22 s 08
Argent
21 s 98
100 m
nage libre
Bronze
50 s 25
Bronze
49 s 67
Or
48 s 12 - RF
Or
47 s 82
Argent
47 s 51
Argent
49 s 09
4e
48 s 71
4 × 100 m
nage libre
Argent
3 min 22 s 12
Argent
3 min 18 s 30
Argent
3 min 16 s 88
Argent
3 min 19 s 05
Or
3 min 19 s 02
4 × 100 m
4 nages
Or
3 min 40 s 62
Argent
3 min 41 s 42
-

Petit bassin[modifier | modifier le code]

Performances lors des championnats de France en petit bassin
Discipline / Année Dunkerque 2004 Chalon-sur-Saône 2005 Tours 2006 Nîmes 2007 Angers 2008
50 m nage libre Or
21 s 59 RC
Or
21 s 64
Or
21 s 24 RC
Bronze
21 s 03
100 m nage libre Argent
48 s 42
Argent
48 s 49
Argent
47 s 70
Or
46 s 44 RF
Or
45 s 69 RM
200 m nage libre Bronze
1 min 46 s 43
Argent
1 min 45 s 93
Or
1 min 43 s 40 RF

Records[modifier | modifier le code]

Records personnels[modifier | modifier le code]

Ces tableaux détaillent les records personnels d'Alain Bernard en grand et petit bassin au 30 novembre 2008. L'indication RM signifie que le record personnel du Français constitue l'actuel record du monde de la discipline, RE l'actuel record d'Europe, RF l'actuel record de France.

Records personnels en grand bassin[91]
Épreuve Temps Compétition Lieu Date
50 m nage libre 21 s 23 Championnats de France 2009 (finale) Montpellier, France 26/04/2009
100 m nage libre 46 s 94 Championnats de France 2009 (demi-finales) Montpellier, France 23/04/2009
200 m nage libre 1 min 47 s 81 Championnats d'Écosse 2008 Glasgow, Écosse 29/06/2008
Records personnels en petit bassin[91]
Épreuve Temps Compétition Lieu Date
50 m nage libre 20 s 64 Championnats d'Europe en petit bassin 2008 Rijeka, Croatie 14/12/2008
100 m nage libre 45 s 69 Championnats de France 2008 Angers, France 07/12/2008
200 m nage libre 1 min 43 s 40 RF Championnats de France 2008 Angers, France 06/12/2008

Records du monde battus[modifier | modifier le code]

Ce tableau détaille les cinq records du monde battus par Alain Bernard durant sa carrière ; quatre l'ont été en grand bassin et un en petit bassin.

Records du monde individuels battus par Alain Bernard
Épreuve Temps Compétition Lieu Date
50 m nage libre en grand bassin 21 s 50 Championnats d'Europe 2008 (demi-finale) Eindhoven, Pays-Bas 23/03/2008
100 m nage libre en grand bassin 47 s 60 Championnats d'Europe 2008 (demi-finale) Eindhoven, Pays-Bas 21/03/2008
47 s 50 Championnats d'Europe 2008 (finale) Eindhoven, Pays-Bas 22/03/2008
47 s 20 Jeux olympiques d'été de 2008 (demi-finale) Pékin, Chine 13/08/2008
100 m nage libre en petit bassin 45 s 69 Championnats de France 2008 (finale) Angers, France 07/12/2008

Évolution de ses records personnels[modifier | modifier le code]

Ce tableau détaille l'évolution des records personnels d'Alain Bernard des 50 et 100 m nage libre en grand bassin à chaque fin d'année. Entre parenthèses est précisé le record constitué par le temps personnel du Français à chaque fin d'année.

  • 50 mètres nage libre
  • 100 m nage libre
  • 200 mètres nage libre

Distinction[modifier | modifier le code]

Autre[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes

  1. Ne participe qu'aux séries éliminatoires et pas à la finale.

Références

  1. « Resultats du 50 m nage libre Champ. France 2004 », sur ffnatation.fr
  2. « Resultats du 100 m nage libre Champ. France 2004 », sur ffnatation.fr
  3. « Resultats du 4x50 m nage libre Champ. Europe 2004 (PB) », sur ffnatation.fr
  4. « Resultats du 100 m nage libre Champ. France 2005 », sur ffnatation.fr
  5. « Resultats du 50 m nage libre Champ. France 2005 », sur ffnatation.fr
  6. « Resultats du 50 m nage libre Champ. Europe petit bassin 2005 », sur ffnatation.fr
  7. « Resultats du 50 m nage libre Champ. France 2006 », sur ffnatation.fr
  8. « Resultats du 100 m nage libre Champ. France 2006 », sur ffnatation.fr
  9. « Tout bleus et tout bronzés », sur eurosport.fr
  10. « Resultats 1/2 du 100 m nage libre Champ. Europe 2006 », sur omegatiming.com
  11. « Resultats Finale 100 m nage libre Champ. Europe 2006 », sur omegatiming.com
  12. « Resultats séries 50 m nage libre Champ. Europe 2006 », sur omegatiming.com
  13. « Resultats barrage 50 m nage libre Champ. Europe 2006 », sur omegatiming.com
  14. « Franck Esposito défend Alain Bernard face aux soupçons »,‎ 23 mars 2008
  15. « Bernard : Pourquoi pas moi », sur lequipe.fr,‎ 23 mars 2007
  16. « Manaudou en or », sur eurosport.fr,‎ 25 mars 2007
  17. « Resultats 4x100 m nage libre Champ. Monde 2007 », sur omegatiming.com
  18. « Resultats séries 100 m nage libre Champ. Monde 2007 », sur omegatiming.com
  19. « Resultats demies 100 m nage libre Champ. Monde 2007 », sur omegatiming.com
  20. « Resultats séries 50 m nage libre Champ. Monde 2007 », sur omegatiming.com
  21. « Resultats du 50 m nage libre Champ. France 2007 », sur ffnatation.fr
  22. « Bernard dans l'histoire », sur eurosport.fr,‎ 26 juin 2007
  23. « Alain Bernard appuie sur l'accélérateur », sur ladepeche.fr,‎ 26 juin 2007
  24. « L'éclair Nystrand », sur sport24.com,‎ 5 aout 2007
  25. « Naissance d'un seigneur », article du quotidien sportif L'Équipe, 26 juin 2007.
  26. « Bernard 3e sur 50 mètres », sur eurosport.fr,‎ 13 décembre 2007
  27. « Laure Manaudou et Alain Bernard en or à Debrecen », sur lepoint.fr,‎ 15 décembre 2007
  28. « Les secrets de la combinaison Speedo », sur lefigaro.fr,‎ 17 avril 2008
  29. « Record du monde d'Alain Bernard », sur ladepeche.fr,‎ 21 mars 2008
  30. « Alain Bernard bat le record du monde du 100 m nage libre et décroche le titre européen », sur ladepeche.fr,‎ 22 mars 2008
  31. « Alain Bernard bat un nouveau record du monde avec celui du 50 mètres nage libre », sur ladepeche.fr,‎ 23 mars 2008
  32. « Bras de fer dans l'eau », sur ladepeche.fr,‎ 28 mars 2008
  33. « And Just Wait 'Til Bernard Tapers », sur swimnews.com,‎ 23 mars 2008
  34. « Alain Bernard, la nouvelle torpille », sur lefigaro.fr,‎ 24 mars 2008
  35. « Bernard est bien le patron », sur eurosport.fr,‎ 25 avril 2008
  36. « Record d'Europe pour Leveaux », sur lequipe.fr,‎ 26 avril 2008
  37. « L'argent de l'amertume », sur eurosport.fr,‎ 11 aout 2008
  38. « Le relais 4x100 m en argent », sur lequipe.fr,‎ 11 aout 2008
  39. « Bernard : Je suis abattu », sur eurosport.fr,‎ 11 aout 2008
  40. « RM pour Bernard sur 100m », sur lequipe.fr,‎ 13 août 2008
  41. « RM pour Sullivan sur 100m », sur lequipe.fr,‎ 13 août 2008
  42. « Bernard est un géant », sur eurosport.fr,‎ 14 août 2008
  43. « Bernard monumental », sur lequipe.fr,‎ 14 août 2008
  44. « Une victoire sur moi même », sur eurosport.fr,‎ 14 août 2008
  45. « Du bleu partout », sur eurosport.fr,‎ 16 août 2008
  46. « Une 7e médaille d'or pour finir », sur lequipe.fr,‎ 14 décembre 2008
  47. « Alain Bernard sportif français de l'année », sur 20minutes.fr,‎ 19 décembre 2008
  48. « Alain Bernard nageur européen de l'année », sur humanité.fr,‎ 27 novembre 2008
  49. « La jaked vole la vedette », sur lequipe.fr,‎ 22 avril 2009
  50. (fr) La FINA homologue 134 combinaisons
  51. (fr) Le record du monde d'Alain Bernard invalidé
  52. « Bousquet s'offre Bernard », sur eurosport.fr,‎ 24 avril 2009
  53. « Bousquet phénoménal », sur eurosport.fr,‎ 26 avril 2009
  54. « La douche froide », sur eurosport.fr,‎ 26 juillet 2009
  55. « Pas de regret », sur lequipe.fr,‎ 26 juillet 2009
  56. « Résultats demis 100m nage libre champ. Monde 2009 », sur omegatiming.com
  57. « Les bleus derrière Cielo », sur eurosport.fr,‎ 29 juillet 2009
  58. « des championnats de France sans polyuréthane et sans polémique », sur lexpress.fr,‎ 16 avril 2010
  59. « Bousquet sans douter », sur lequipe.fr,‎ 15 avril 2010
  60. « Résultats 100 libre Champ. France 2010 », sur ffnatation.fr
  61. « Gilot devant Bernard sur 100 mètres », sur lequipe.fr,‎ 18 avril 2010
  62. « Les français encore en argent », sur lequipe.fr,‎ 9 aout 2010
  63. « Bernard accuse le coup », sur eurosport.fr,‎ 9 aout 2010
  64. « Bernard et Meynard en finale », sur lequipe.fr,‎ 12 aout 2010
  65. « La réponse de Bernard », sur eurosport.fr,‎ 13 aout 2010
  66. « Gilot et Bousquet passent », sur lequipe.fr,‎ 14 aout 2010
  67. « Les rois du désert », sur lequipe.fr,‎ 15 décembre 2010
  68. « Cielo vainqueur, Gilot 2e », sur lequipe.fr,‎ 19 décembre 2010
  69. « Bousquet au rendez vous », sur lequipe.fr,‎ 24 mars 2011
  70. « Mistral gagnant », sur lequipe.fr,‎ 25 mars 2011
  71. « Bernard : Un système usant », sur lequipe.fr,‎ 25 mars 2011
  72. « Les bleus en argent », sur lequipe.fr,‎ 24 juillet 2011
  73. « La France devant les USA mais dérrière l'Australie », sur ladepeche.fr,‎ 24 juillet 2011
  74. « La satisfaction domine », sur lequipe.fr,‎ 24 juillet 2011
  75. « Le record de France pour Stravius et la meilleure performance mondiale pour Bernard », sur my.angers.info,‎ 4 décembre 2011
  76. « Leveaux maitrise les séries », sur lequipe.fr,‎ 21 mars 2012
  77. « Agnel OK, Bernard à la trappe », sur lequipe.fr,‎ 21 mars 2012
  78. « Bernard amertume et deception », sur lequipe.fr,‎ 22 mars 2012
  79. « Bousquet et Bernard à la trappe », sur lequipe.fr,‎ 21 mars 2012
  80. « Bernard : l'ovation n'à pas de prix », sur lequipe.fr,‎ 24 mars 2012
  81. « Alain Bernard porte drapeau ? », sur lequipe.fr,‎ 25 mars 2012
  82. « Le relais bleu en or », sur lequipe.fr,‎ 21 mai 2012
  83. « Un ultime 100 en argent », sur lequipe.fr,‎ 25 mai 2012
  84. « Le relais 4x100 dans le coup », sur lequipe.fr,‎ 29 juillet 2012
  85. « Pas de finale pour Bernard », sur lequipe.fr,‎ 29 juillet 2012
  86. « Ils ont fait tomber la foudre », sur eurosport.fr,‎ 30 juillet 2012
  87. « Alain Bernard retraité, les autres en parlent si bien », sur ouest-france.fr,‎ 25 septembre 2012
  88. « Alain Bernard, gendarme adjoint volontaire », site du ministère de la Défense.
  89. « Alain Bernard, nouvel ambassadeur de la chaîne » sur le site referencecamping.com
  90. « Alain Bernard consultant pour Eurosport », sur eurosport.fr,‎ 2 Novembre 2012
  91. a et b Fiche statistiques d'Alain Bernard, sur swimrankings.net.
  92. Décret du 14 novembre 2008 publié au JORF du 15 novembre 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :