Vincent Collet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Collet.
Vincent Collet Portail du basket-ball
VincentCollet2.jpg
En 2008 avec l'ASVEL
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (50 ans)
Sainte-Adresse, France
Taille 1,91 m (6 3)
Situation en club
Club actuel Drapeau : France France
Poste arrière / meneur
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1980-1981
1981-1985
1985-1986
1986-1990
1990-1994
1994-1998
AL Montivilliers
Le Mans
Caen
ASVEL
Le Mans
Le Havre
Carrière d’entraîneur
2000-2008
2008-2010
2011-??

2009-??
Le Mans
ASVEL
SIG

Drapeau : France France

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.

En 2008

Vincent Collet, né le 6 juin 1963 à Sainte-Adresse, est un joueur puis entraîneur français de basket-ball, qui évoluait au poste d'arrière. Après un titre de champion de France obtenu avec Le Mans en tant que joueur, il obtient deux nouveaux titres en tant qu'entraîneur, d'abord avec le Mans en 2006 puis l'ASVEL Lyon-Villeurbanne en 2009. Il est, depuis le 4 mars 2009, le sélectionneur de l'équipe de France masculine de basket-ball. Depuis mai 2011, il est entraîneur de Strasbourg Illkirch-Graffenstaden Basket.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

C'est au club de l'AL Montivilliers, où son père occupe un poste d'homme à tout faire, que Vincent Collet découvre le basket-ball, sport dont il devient rapidement un réel passionné[1]. Il s'imprègne de tout ce qui touche ce sport. Il devient naturellement joueur de basket-ball, évoluant avec le club du Mans, où il évolue au poste de meneur remplaçant de Gregor Beugnot, puis Caen Basket Calvados, l'ASVEL Lyon-Villeurbanne, de nouveau le Mans et enfin Saint Thomas Basket Le Havre. Il remporte un titre de champion de France, lors de la saison 1981-1982[1]. Durant toutes ces années, il cultive sa connaissance du basket-ball en entraînant des équipes de jeunes et en participant en tant qu'éducateur aux « Camps Basket » de Jackie Chazalon[1].

Le Mans[modifier | modifier le code]

À la suite de sa carrière de joueur, il devient assistant de Alain Weisz, alors entraîneur du Mans. Après deux saisons, il prend la succession de ce dernier au poste d'entraîneur, Weisz prenant pour sa part la direction de l'équipe de France. Lors de sa première saison en tant qu'entraîneur en chef, il atteint la demi-finale du championnat de France, battu en deux manches par Pau-Orthez. À titre individuel, Il obtient le titre de meilleur entraîneur. Les saisons suivantes, il atteint de nouveau la demi-finale en 2003, battu par Lyon-Villeurbanne, puis en 2004 où, après avoir terminé en tête de la phase régulière, Le Mans échoue en trois manches face à Gravelines Dunkerque. Le club sarthois remporte toutefois un titre avec la victoire en coupe de France en l'emportant 83 à 80 face à Pau-Orthez. Vincent Collet reçoit son deuxième titre d'entraîneur de l'année.

La saison suivante, Le Mans termine de nouveau à la première place lors de la phase régulière. Mais, lors des quarts de finale des playoffs, Le Mans subi, après s'être imposé de un point à Nancy, une défaite 70 à 77 à Antares, ce qui élimine le club sarthois, la qualification se jouant à la différence de points durant cette saison. C'est à ce même stade de la compétition que Le Mans échoue lors de la semaine des As 2005, battu par Gravelines 91 à 77. En Europe, Le Mans, avec un bilan de six victoires pour quatre défaites, est éliminé lors du premier tour de la Coupe ULEB 2004-2005.

La saison suivante, l'équipe de Collet remporte un deuxième titre sous direction lors de la semaine des As 2006, trophée obtenu après une victoire en finale sur le score de 78 à 60 sur Bourg-en-Bresse. Le club termine ensuite à la cinquième place de la phase régulière. Le Mans défait Lyon-Villeurbanne en deux manches 70 à 69 puis 70 à 61. Lors du tour suivant, c'est Pau-Orthez qui s'inclinent devant les joueurs de Collet, toujours en deux manches, 75 à 66 puis 77 à 62. La finale, qui oppose Le Mans à Nancy se termine sur le score de 93 à 88 en faveur du club sarthois. Durant cette saison, Collet s'appuie sur des jeunes joueurs du club, Alain Koffi, Yannick Bokolo et Pape-Philippe Amagou qui se voient attribué des temps de jeu respectifs de 21, 20 et 20 minutes par rencontres. Durant cette même saison, Nicolas Batum dispute ses trois premières rencontres en ligue nationale de basket-ball[2],[3].

Le club dispute la saison suivante l'Euroligue, compétition de clubs la plus relevée en Europe. Malgré deux victoires lors des trois premières rencontres, le Mans termine avec un bilan de quatre victoires pour dix défaites, ce qui le prive de qualification pour le tour suivant. En championnat, après une sixième place de la phase régulière, Le Mans s'incline en trois manches face à l'Élan sportif chalonnais en quart de finale. C'est la Chorale Roanne Basket qui prive Collet d'un nouveau trophée en remportant la finale de la semaine des As 2007 sur le score de 87 à 82.

La saison suivante, Le Mans débute l'Euroligue par 14 défaites avant de remporter ses deux dernières rencontres. Lors de la semaine des As 2008, Le Mans subit la loi de Vichy qui l'emporte 82 à 65 en quarts de finales. Le Mans termine à la première place de la phase régulière mais s'incline en demi-finale face à Roanne.

ASVEL Lyon-Villeurbanne[modifier | modifier le code]

En avril 2008, après huit saisons passées à la tête du club sarthois et en fin de contrat, Vincent Collet décide de répondre favorablement à une proposition d'un autre de ces anciens club, l'ASVEL. Sous sa direction, le club s'incline en demi-finale de la semaine des As 2009 face à Entente Orléanaise Loiret. Le club de la banlieue lyonnaise termine à la première place de la phase régulière, puis élimine d'abord Strasbourg en quarts et Nancy en demi-finale. l'ASVEL retrouve Orléans en finale et l'emporte 55 à 41. Avec ce titre, il rejoint Božidar Maljković et Jacques Monclar à la troisième place du classement de nombre de titre remporté depuis la création de la ligue nationale de basket. Il est seulement devancé par Claude Bergeaud, trois titres, et Michel Gomez, cinq titres. Il est le second à remporter le titre avec deux clubs (l'autre entraîneur est Michel Gomez)[4].

Le titre permet aux Villeurbannais de pouvoir participer à Euroligue. Un recrutement ambitieux, le meneur du Mans Bobby Dixon et le pivot Curtis Borchardt laisse augurer d'une qualification pour le Top 16 malgré la présence dans son groupe de FC Barcelone et Montepaschi Sienne. Žalgiris Kaunas, Fenerbahçe Ülkerspor et Cibona Zagreb, les trois derniers adversaires, sont potentiellement accessibles. Cependant, les résultats ne sont pas à la hauteur des ambitions affichées et l'ASVEL termine à la cinquième place avec un bilan de 7 défaites pour 3 victoires, bilan identique à celui de Kaunas et Zagreb, placés troisième et quatrième. Collet se prive de Dixon lors de la semaine des As 2010 que le club villeurbannais dispute en tant que club hôte. l'ASVEL remporte finalement le trophée grâce à une victoire 70 à 69 face à Orléans. Collet confirme sa décision en coupant (rupture de contrat) Dixon peu après. Cependant, l'ASVEL ne parvient pas à terminer dans les huit premiers de la phase régulière et ne dispute donc pas les playoffs.

Après une saison 2009-2010 catastrophique, les attentes sont grandes à l'orée de la nouvelle saison. Or le début de l’exercice 2010-2011 est complètement raté et est tout aussi compliqué que le précédent. L'ASVEL échoue tout d'abord dans son objectif d'atteindre la phase régulière de l'Euroligue 2010-2011, battu par Le Mans lors du tour de qualification. En Championnat de France, l'ASVEL pointe à la 13e place après six journées et affiche un bilan de deux victoires pour quatre défaites. Après une nouvelle défaite à domicile face à BG 74 Göttingen lors de la première journée de l'EuroCoupe, Vincent Collet paye le mauvais début de saison de son équipe et est « dispensé de tout travail » par son club le 17 novembre 2010[5]. Il est remplacé à la tête de l'équipe par un de ses assistants Nordine Ghrib. La Fédération française émet le lendemain un communiqué où elle assure garder sa confiance au sélectionneur qui reste à la tête de l'équipe de France[6].

Strasbourg Illkirch-Graffenstaden Basket[modifier | modifier le code]

Depuis mai 2011, il est entraîneur de Strasbourg Illkirch-Graffenstaden Basket.

Équipe de France[modifier | modifier le code]

Vincent Collet avec Tony Parker au Championnat d'Europe 2011.

En 2001, il prend la succession de Christophe Vitoux au poste d'assistant auprès de Alain Weisz, l'entraîneur de l'Équipe de France[7]. Celui-ci, après avoir mené la France à une sixième place au Championnat d'Europe 2001 qui prive les Bleus de mondial 2002 décide de prendre le risque d'aligner les meilleures individualités possibles pour le championnat d'Europe 2003. Il ajoute ainsi Tariq Abdul-Wahad et Jérôme Moïso à Tony Parker. Après un premier tour terminé invaincu, la France élimine la Russie mais échoue ensuite face à la Lituanie en demi-finale sur le score de 74 à 70. Le groupe éclate alors et est incapable de remporter la finale pour la troisième, dernière place qualificative pour les Jeux olympiques d'Athènes[8]. Alain Weisz quitte le poste d'entraîneur de l'équipe de France, remplacé par Claude Bergeaud.

Après la non reconduction du contrat de ce dernier après le Championnat d'Europe 2007, Collet figure parmi les principaux noms possibles pour lui succéder, avec Antoine Rigaudeau, le favori mais qui souffre du fait de n'avoir jamais entraîné. Une hypothèse avec celui-ci à la tête des Bleus, assisté de Collet et Frédéric Sarre est également longtemps évoqué par la presse[9]. C'est finalement Michel Gomez qui est choisi pour tenter de qualifier les Bleus pour le Championnat d'Europe 2009[10].

Avec l'échec lors des qualifications, le poste de sélectionneur est de nouveau disponible. Vincent Collet, qui dirige l'ASVEL Lyon-Villeurbanne, l'un des favoris à l'obtention du titre de champion de France[11], figure parmi les favoris. Toutefois, sa candidature est un moment compromise par l'annonce de l'entrée de Tony Parker dans le capital. Celui-ci deviendrait ainsi l'un des patrons de Collet à l'ASVEL tout en étant un de ses joueurs sous le maillot bleu. Toutefois, après une longe période d'indécision, le président de la Fédération française de basket-ball Yvan Mainini confie à Vincent Collet, assisté de Jacques Commères et Michel Veyronnet, le poste de sélectionneur national[12]. Collet, qui obtient un contrat de quatre ans, a pour objectif principal les Jeux olympiques de Londres. Sa première mission, l'obtention de la qualification pour le championnat d'Europe lors de repêchages, est réussie avec succès. Lors du championnat d'Europe, disputé en Pologne, la France termine à la cinquième place en ne subissant qu'une seule défaite lors de la compétition, face à l'Espagne lors des quarts de finales. Cette place assure également une participation aux deux prochaines échéances internationales, le mondial 2010 et le Championnat d'Europe 2011.

Carrière[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Entraîneur[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En sélection[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Élu entraîneur de l’année en 2001 et 2004
  • Entraîneur lors du All-Star Game 2001 (Antibes), 2003 (Paris-Bercy) et 2008 (Paris-Bercy).

Équipe de France[modifier | modifier le code]

  • Assistant de l’équipe de France masculine de 2002 à 2003
  • Sélectionneur de l’équipe de France masculine depuis le 4 mars 2009

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c La passion selon Vincent Collet, BasketNews no 437 5 mars 2009
  2. 20 ans de basket pro, op. cit. p.  165-168
  3. «Quelque chose avait changé»,‎ 20 juin 206 (consulté le 26 mai 2010)
  4. Maxi BasketNews no 10, juillet 2009
  5. « Vincent Collet prend la porte », sur www.leprogres.fr,‎ 17 novembre 2010 (consulté le 18 novembre 2010)
  6. « La FFBB soutient Vincent Collet », sur www.lequipe.fr,‎ 18 novembre 2010 (consulté le 18 novembre 2010)
  7. Xavier Colombani, « Équipe de France: Les secrets de la réussite », sur www.lequipe.fr (consulté le 28 mai 2010)
  8. La grande histoire du basket français, op. cit. p.  96-98
  9. « Rigaudeau s'en rapproche », sur www.lefigaro.fr,‎ 22 décembre 2007 (consulté le 28 mai 2010)
  10. « Basket - Bleus - Gomez aux commandes », sur l'Équipe,‎ 12 février 2008 (consulté le 28 mai 2010)
  11. L'ASVEL Lyon-Villeurbanne remporte le titre de champion de France quelques semaines plus tard, le second en tant qu'entraîneur pour Vincent Collet.
  12. « Il reste des points à éclaircir », sur www.lequipe.fr,‎ 4 mars 2009 (consulté le 28 mai 2010)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : source utilisée pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :