Déville-lès-Rouen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Déville
Déville-lès-Rouen
Blason de Déville-lès-Rouen
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Mont-Saint-Aignan
Intercommunalité Métropole Rouen Normandie
Maire
Mandat
Dominique Gambier
2014-2020
Code postal 76250
Code commune 76216
Démographie
Gentilé Dévillois
Population
municipale
10 272 hab. (2012)
Densité 2 853 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 28′ 14″ N 1° 03′ 02″ E / 49.4705555556, 1.0505555555649° 28′ 14″ Nord 1° 03′ 02″ Est / 49.4705555556, 1.05055555556  
Altitude Min. 4 m – Max. 135 m
Superficie 3,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Déville-lès-Rouen

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Déville-lès-Rouen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Déville-lès-Rouen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Déville-lès-Rouen
Liens
Site web deville-les-rouen.fr

Déville-lès-Rouen est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime et la région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Elle fait partie de la banlieue de Rouen.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le Cailly.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La gare de Maromme sur la ligne de Paris-Saint-Lazare au Havre est située sur les communes de Notre-Dame-de-Bondeville et de Déville-lès-Rouen.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Déville-lès-Rouen a été écrite par l'historien rouennais Robert Eude qui a également dessiné son blason. Une petite rue porte son nom aujourd'hui.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
février 1790 novembre 1791 Pierre Cellier    
novembre 1791 avril 1794 Jacques Barbet    
avril 1794 décembre 1795 Pierre Ridel    
décembre 1795 décembre 1797 Pierre Toutain    
décembre 1797 avril 1798 Pierre Ridel    
avril 1798 juin 1800 Michel François Gonfreville    
août 1801 juin 1804 François Étienne Fontaine    
juin 1804 septembre 1815 Michel François Gonfreville    
septembre 1815 juin 1819 Louis Frédéric Fouquier-Long    
juin 1819 novembre 1823 Henri Barbet    
avril 1824 septembre 1830 Robert Désiré Adeline    
septembre 1830 février 1831 Jean François Honoré Long    
novembre 1831 septembre 1837 Alexis Bouvet    
avril 1838 juin 1845 André Benjamin Vallot    
juillet 1845 mars 1848 André Louis Delavigne    
mars 1848 juillet 1848 Maurice Voisin    
août 1848 avril 1867 Jean-Baptiste Amédée Long    
mai 1867 novembre 1867 Louis-Daniel Fauquet    
novembre 1870 mai 1871 Alfred Blondel    
juin 1871 novembre 1872 Pierre Louis Baron    
décembre 1872 novembre 1873 Émile Bataille    
mars 1874 juin 1876 Pierre Louis Baron    
octobre 1876 janvier 1878 Pierre Albert Blondel    
janvier 1878 avril 1894 Gustave Autin    
mai 1894 mai 1904 Amand Dauge    
mai 1904 décembre 1904 Pierre Albert Blondel    
janvier 1905 juillet 1907 Georges Sénateur Autin    
septembre 1907 février 1911 Amand Dauge    
mars 1911 mai 1918 Fernand Lebaron    
mai 1918 janvier 1919 Gustave Gaillard    
février 1919 février 1919 Stanislas Duparc    
février 1919 septembre 1935 Joseph Hue    
octobre 1935 janvier 1945 Robert Lemercier    
mai 1945 octobre 1947 Henri Gosselin    
octobre 1947 mars 1965 Louis Pelletier    
mars 1965 juin 1995 Michel Cozette    
juin 1995 en cours
(au avril 2014)
Dominique Gambier    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 10 272 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 700 1 550 1 785 2 706 3 185 3 916 3 766 3 887 3 884
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 816 3 925 4 583 4 500 4 458 5 114 5 281 5 264 5 653
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6 206 6 567 6 887 6 964 7 139 7 403 7 567 7 508 8 037
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
8 643 9 622 11 745 11 136 10 521 10 441 10 406 10 365 10 272
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

  • Paris Normandie, quotidien régional, a son siège dans la commune depuis 2006
  • Vallourec possède une usine de fabrication de tubes en acier.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Notre-Dame-de-la-Vallée
  • Chapelle Saint-Siméon
  • Église Saint-Pierre

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Anecdote[modifier | modifier le code]

Dans un important arrêt Compagnie du gaz de Déville-lès-Rouen, du , le Conseil d'État a admis la possibilité pour la commune de modifier unilatéralement la convention qui la lie à une compagnie de gaz, consacrant ainsi la mutabilité du contrat administratif[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Déville-lès-Rouen

Les armes de la commune de Déville-lès-Rouen se blasonnent ainsi :
d’azur au manoir normand d’argent maçonné de sable, sur des ondes du champ mouvant de la pointe, à la crosse contournée d’or brochant sur le tout, à l’agneau regardant aussi d’argent, la tête nimbée du même, brochant en chef sur la crosse, au chef cousu de gueules chargé d’une roue dentée de 16 pièces aussi d’or accostée de quatre navettes d’argent en sautoir 2 à 2.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Alexandre - Philippe Ruc, Un retour en arrière de 70 ans, 1983
  • Bernard Crouin, Jean Grenet, Gérard Larchevesque et Philippe Ruc, 100 ans de la vie de l’Amicale Laïque de Déville-lès-Rouen - 1904-2004, 2004
  • Gaston Delbos et Philippe Ruc, De Rouen à Buchenwald par Auschwitz, souvenirs d’un déporté politique, 1999
  • Éric Lenouvel et Fernand Sobzack, L’année 1944 - il y a cinquante ans Déville-lès-Rouen, 1999
  • Éric Lenouvel, L’année 1944 - il y a soixante ans Déville-lès-Rouen (compléments), 2004
  • Renée Lessertois, 1939-1945 - les années difficiles, le courage et l’espoir, 2001
  • José Roda et Philippe Ruc, Les jardins ouvriers de Déville-lès-Rouen, 2005
  • Philippe Ruc, Une promenade en 1900, 1994
  • Philippe Ruc, Les déportés politiques, les résistants, les prisonniers et les requis, 1999
  • Philippe Ruc, Pierre Bérégovoy, l’homme de la rive, 2003
  • Philippe Ruc, La Filature Saint-Pierre de Ménibus, usine en mémoire, 2011

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012.
  3. Commentaire du Conseil d'État, http://www.conseil-etat.fr/cde/node.php?articleid=1273