Marion Bartoli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bartoli.
Marion Bartoli
Marion Bartoli
Marion Bartoli en 2013 au Salon du Chocolat
Carrière professionnelle
2000 – 2013
Pays Drapeau de la France France
Naissance 2 octobre 1984 (29 ans)
Le Puy-en-Velay (France)
Taille / poids 1,71 m (5 7) / 63 kg (139 lb)
Prise de raquette Droitière
revers et coup droit à 2 mains
Gains en tournois 11 055 114 $
Palmarès
En simple
Titres 8
Finales perdues 11
Meilleur classement 7e (30.01.2012)
En double
Titres 3
Finales perdues 4
Meilleur classement 15e (05.07.2004)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/4 1/2 V (1) 1/4
Double 1/8 1/8 1/4 1/2
Mixte 1/16 1/16

Marion Bartoli, née le 2 octobre 1984 au Puy-en-Velay (Haute-Loire), est une ancienne joueuse de tennis française, professionnelle de février 2000 à août 2013.

Finaliste en simple à Wimbledon en juillet 2007, elle accède pour la première fois au top 10 mondial du classement WTA de la même année, puis, le 10 septembre, devient numéro un française (prédominance que seules Alizé Cornet et Aravane Rezaï sont parvenues à lui contester par intermittence depuis cette date[1]). Le 30 janvier 2012, elle se hisse au 7e rang mondial, son meilleur classement.

Le 6 juillet 2013, pour sa deuxième finale en Grand Chelem, elle remporte Wimbledon face à l'Allemande Sabine Lisicki et devient l'une des trois seules Françaises de l'ère Open - avec Mary Pierce et Amélie Mauresmo - à avoir gagné au moins un titre en Grand Chelem et à avoir atteint les quarts de finale en simple dans les quatre tournois du Grand Chelem.

Marion Bartoli a remporté 8 titres en simple sur un total de 19 finales jouées sur le circuit WTA. Elle a également gagné 3 titres WTA en double sur les 7 finales qu'elle a atteintes.

Le 14 août 2013, après sa défaite face à Simona Halep au second tour de l'Open de Cincinnati, elle annonce sa retraite du tennis professionnel à cause de toutes les blessures et des douleurs qu'elle n'est plus en mesure d'endurer : « J'ai le sentiment que le moment est venu pour moi de m'en aller. Je n'y arrive tout simplement plus […] Mon corps n'arrive plus à tout supporter. »[2]

Elle est sacrée le 25 décembre 2013 « Champions des champions France » par l’Équipe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1984 au Puy-en-Velay en Haute-Loire, Marion a grandi et commencé le tennis dans une autre commune du département, Retournac, où son père était médecin généraliste[3], et a affirmé que la famille Bartoli est originaire de Palneca, en Corse[4].

Elle confie en 2013 dans une interview, qu'elle aime beaucoup la politique ainsi que les débats de fond, avant d'ajouter aussi qu'elle s'intéresse « à l'éducation, à l'emploi et au chômage ». Elle ne nie ensuite pas qu'elle aimerait se reconvertir en tant que ministre des Sports après sa carrière tennistique[5].

Son club de football préféré est l'Olympique de Marseille. C'est « son club de cœur depuis qu'elle est toute petite » comme elle l'indique dans de nombreuses interviews. Le 13 juillet 2013, une semaine exactement après sa victoire lors de Wimbledon, elle passe une journée avec les joueurs de son équipe favorite, participe notamment à l'entraînement mais aussi au repas des joueurs, et donne aussi le coup d'envoi dans la soirée du match opposant « son » club au FC Porto[6],[7].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Marion Bartoli est initiée au tennis à six ans par son père, Walter, médecin de profession, qui ne tarde pas à arrêter son activité pour se consacrer à temps plein à la carrière de sa fille.

Dotée d'un style de jeu particulièrement atypique, elle surprend immédiatement les spécialistes du tennis, notamment par sa prise de raquette à deux mains des deux côtés (technique directement inspirée par Monica Seles[8]), sa position très avancée en retour de service (petite, elle s'entraînait dans un local sans recul derrière la ligne de fond de court à Retournac, et jusqu'en junior, elle recevait 1 mètre seulement derrière la ligne de carré de service) ou son engagement (exécuté les pieds joints selon un mouvement de balancier). Elle se distingue des autres joueuses par sa propension à agresser en permanence l'adversaire et ce dès le premier point d'un match.

De plus, l'entraînement standard, basé sur des méthodologies de préparation physique issues de l'athlétisme, ne produisant pas les effets escomptés[9], son entraîneur a mis au point une préparation physique spécifique à base d'exercices singuliers et originaux dédiés uniquement au tennis[10].

Autre particularité, elle ne fait pas toujours rebondir la balle avant de servir et joue des matchs sans avoir tapé la balle durant l'entraînement d'avant match.

Carrière tennistique[modifier | modifier le code]

Marion Bartoli

1999-2005 : les débuts[modifier | modifier le code]

Alors qu'elle n'est classée que -2/6 en 1999, Marion Bartoli est championne de France interclubs et vice-championne de France en simple des 15-16 ans[11].

Successivement vice-championne d'Europe[12], championne de France[13] et vainqueur de l'Orange Bowl[14] des 15-16 ans en 2000 (année où elle devient professionnelle), Marion Bartoli décroche l'année suivante ses premières victoires sur le circuit ITF et s'impose à l'US Open junior[15]. Elle atteint même la 2e place mondiale en junior[16].

En 2002, en vertu d'un accord de réciprocité avec la Fédération française de tennis, les organisateurs de l'Open d'Australie lui offrent une wild card. Et pour sa deuxième participation dans le tableau principal d'une épreuve du Grand Chelem, elle perd au premier tour au terme d'un match serré face à la 50e mondiale Tina Pisnik[17]. Quelques mois plus tard, cette fois issue des qualifications et classée 231e à la WTA, elle atteint le 3e tour à l'US Open où elle est arrêtée par Lindsay Davenport, après avoir évincé Arantxa Sánchez (alors 25e mondiale) au 1er tour.

Marion Bartoli s'affirme comme une joueuse du top 100 à part entière en 2003. Elle participe pour la première fois de sa carrière à tous les tournois du Grand Chelem de la saison, passant un tour à Roland-Garros. Elle est demi-finaliste à Canberra, quart de finaliste à Miami, Strasbourg et Québec. Elle s'illustre aussi particulièrement en double dames, spécialité dans laquelle elle dispute deux finales et six demi-finales, notamment à l'US Open (associée à Myriam Casanova). À la fin de la saison, Marion Bartoli est solidement accrochée au 57e rang mondial.

En 2004, demi-finaliste à Auckland et Hyderâbâd, les résultats de Marion Bartoli s'avèrent néanmoins assez irréguliers (21 éliminations au 1er ou 2e tour). C'est en double dames qu'elle réalise ses meilleures performances : avec Émilie Loit, en particulier, elle enlève le Grand Prix du Maroc en avril et accède aux quarts de finale à Indian Wells et Wimbledon. En l'absence d'Amélie Mauresmo et de Mary Pierce, elle est appelée en novembre par Guy Forget au sein de l'équipe de France de Fed Cup : si, avec Émilie Loit, elle contribue au succès de son équipe en demi-finale contre l'Espagne, elle n'empêche pas le triomphe des Russes à la conclusion[18].

En janvier 2005, elle atteint les demi-finales à Auckland puis les quarts à Canberra – outre un succès en double dames à Pattaya avec Anna-Lena Grönefeld. Ce bon départ est ensuite gâché par une blessure au printemps qui l'empêche de jouer presque tout avril et mai. Brièvement 27e mondiale, grâce à un quart à Eastbourne en juin, elle se qualifie une nouvelle fois pour le 3e tour à l'US Open. Elle finit 2005 à la 40e place à la WTA, une de mieux que l'année précédente.

Saison 2006 : les premiers titres[modifier | modifier le code]

Après un excellent début de saison qui la voit décrocher son premier titre en simple sur le circuit WTA, au Classic d'Auckland face à Vera Zvonareva en finale, les semaines suivantes s'avèrent plus difficiles pour Marion Bartoli. Peinant à enchaîner les victoires, elle ne s'impose qu'en double dames à Prague en mai, aux côtés de Shahar Peer. Dans chacune des trois premières épreuves du Grand Chelem, elle perd au 2e tour. À l'US Open, elle en passe un de plus, éliminée en trois manches par la 8e mondiale Patty Schnyder.

À partir de septembre, elle s'engage dans une fructueuse tournée asiatique : finaliste aux Internationaux de Bali, elle remporte l'Open du Japon. Elle s'adjuge dans la foulée le tournoi de Québec.

En dépit de sa relative irrégularité, Marion Bartoli conclut l'année 2006 au 17e rang du classement WTA, soit un bond de vingt places par rapport à janvier. Elle est la meilleure Française au classement mondial derrière Amélie Mauresmo.

Saison 2007 : la révélation, première finale à Wimbledon[modifier | modifier le code]

Marion Bartoli en 2007

Ne parvenant pas à gagner plus de deux matchs consécutifs, sauf à l'Open d'Indian Wells (4e tour), Marion Bartoli réalise une médiocre entame de saison. Redescendue au-delà de la 20e place mondiale, son réveil sonne au mois de mai quand débute la tournée européenne sur terre battue. Finaliste à l'Open de Prague (vaincue par Akiko Morigami, 60e) puis demi-finaliste aux Internationaux de Strasbourg (défaite serrée contre Amélie Mauresmo), elle réalise un joli parcours à Roland-Garros en se qualifiant pour les huitièmes ; mais, blessée au quadriceps en cours de rencontre, elle ne peut défendre toutes ses chances face à la Serbe Jelena Janković (5e mondiale) qui l'expédie en deux sets secs (6-1, 6-1).

Dans la foulée de cet encourageant résultat parisien, Marion Bartoli atteint le dernier carré sur le gazon de Birmingham puis d'Eastbourne, respectivement battue par Sharapova et Henin.

À Wimbledon, elle réalise l'exploit de se hisser en finale : après avoir au préalable sorti Shahar Peer[19], la 3e mondiale Jelena Janković, 3-6, 7-5, 6-3, puis Michaëlla Krajicek, Bartoli mystifie la numéro un mondiale Justine Henin en demi[20], avant de s'incliner contre Venus Williams (6-4, 6-1), ne concédant ses jeux de service dans le 2e set qu'à l'avantage. Il faut noter que Justine Henin ne perdra plus un seul match durant le reste de la saison 2007.

En dépit de ce parcours d'exception, le capitaine Georges Goven ne la sélectionne pas pour la demi-finale de la Fed Cup contre l'Italie, refusant la présence de son père et entraîneur sur les bancs de l'équipe de France[21].

Forfait à Cincinnati, Marion Bartoli négocie plutôt bien sa série de tournois sur dur aux États-Unis en juillet-août (deux quarts à Toronto et New Haven). À l'US Open, tout juste promue 10e mondiale, elle fait respecter son rang en atteignant le 4e tour : malgré une bonne résistance, elle finit toutefois par céder sous les coups de Serena Williams (3-6, 4-6). À l'issue de cette ultime levée du Grand Chelem, elle devient la première française au classement mondial, devant Amélie Mauresmo.

La fin de saison en salle s'avère plus irrégulière. Alors en lice pour une première qualification aux Masters de novembre, elle alterne le bon (quart de finale à Zurich[22], demi-finales à Luxembourg et Linz) et le moins bon (Calcutta, Stuttgart où elle est éliminée d'entrée). Le 22 octobre et pendant une semaine, elle est 9e mondiale : son plus haut classement à ce jour.

À la suite du forfait de Venus Williams, elle se voit propulsée 1re remplaçante pour les Masters. Bénéficiant ensuite de l'abandon de sa sœur Serena, elle est parachutée dans la poule jaune de la compétition. Prise au dépourvu, elle encaisse un double 6-0 face à une Justine Henin au sommet de son art : elle est éliminée d'entrée. Elle se rattrape ensuite en remportant son ultime match face à Jelena Janković (6-1, 1-0, abandon).

Avec un total de 47 matchs gagnés pour 31 défaites et bien que n'ayant ajouté aucun tournoi à son palmarès, Marion Bartoli réalise la meilleure saison de sa carrière, qu'elle conclut à la 10e place mondiale.

Saison 2008 : une confirmation difficile[modifier | modifier le code]

Marion Bartoli à l'US Open 2008

Habituée à démarrer chaque nouvelle saison à Auckland, Marion Bartoli fait cette fois l'impasse sur cette épreuve et joue son premier match de l'année 2008 aux Internationaux de Sydney, d'un niveau plus relevé. En dépit de sa victoire rapide face à Karin Knapp, elle ne confirme pas contre la numéro un italienne Francesca Schiavone.

À l'Open d'Australie, Marion Bartoli s'incline dès le premier tour face à la Suédoise Sofia Arvidsson, 80e mondiale, en trois sets. Remise de sa déception, elle aborde l'Open Gaz de France avec une confiance retrouvée. Mais en demi-finale, face à la tête de série numéro un et future lauréate du tournoi Anna Chakvetadze, menant alors 6-2, 2-1, des douleurs au dos l'empêchent de défendre ses chances et elle ne remporte plus un seul jeu.

Ne parvenant plus à aligner trois victoires de rang[23], Marion Bartoli touche le fond à Roland-GarrosCasey Dellacqua, 51e, la domine en trois sets dès le 1er tour.

Après ses désillusions parisiennes, elle s'aligne aussitôt au Classic de Birmingham. Tête de série numéro un et demi-finaliste l'année précédente, elle s'incline en trois manches devant Petra Cetkovská (52e) dès son entrée en lice. Envisageant un temps de déclarer forfait à Eastbourne, pour cause de mal de coude persistant, elle décide finalement de concourir. Elle bat d'abord Sybille Bammer en ne concédant que trois jeux puis, en deux set secs, Alisa Kleybanova ; en demi, elle tombe face à Agnieszka Radwańska : malgré la défaite, il s'agit de son meilleur résultat depuis l'Open Gaz de France en février.

Finaliste 2007 à Wimbledon, elle tombe au 3e tour face à la modeste et surprenante Bethanie Mattek (4-6, 1-6). Elle perd 610 points dans cette mauvaise opération et chute de cinq places au classement WTA, soit au 15e rang mondial.

Conscients qu'ils sont dans une impasse, Marion Bartoli et son père décident d'entreprendre un nouveau cycle de travail afin d'amener la championne vers un jeu plus efficace, notamment en essayant une nouvelle technique de service et en modifiant le transfert du poids du corps durant les échanges[24]. Les résultats ne se font pas attendre : mi-juillet à Stanford (épreuve de tier II), elle se hisse en finale où, diminuée par une blessure à la hanche, elle est battue par la jeune espoir canadienne Aleksandra Wozniak. Puis, à Montréal, elle atteint pour la 1re fois de sa carrière une demi-finale de tier I. Si Dominika Cibulková finit par l'emporter au terme d'un match à rebondissements, la Française confirme son regain de forme et profite de cette bonne semaine pour remonter à la 13e place.

Tête de série numéro un à l'Open de Cincinnati, qui se déroule pendant les JO de Pékin, elle abandonne dès le 1er tour face à l'ex-top 50 Jamea Jackson (douleurs abdominales).

Son parcours à l'US Open 2008, marqué par une victoire probante en deux sets contre Lindsay Davenport s'achève en huitièmes de finale sur une lutte de plus de trois heures, face à la 29e mondiale Sybille Bammer.

En dépit d'un ratio faible de 29 matchs gagnés pour 26 défaites avec une première partie d'année particulièrement difficile, Marion Bartoli se maintient pour la 3e année consécutive dans le top 20 mondial, à la 17e place, à la faveur d'une bonne tournée nord-américaine estivale.

Saison 2009 : nouveau 1/4 en Grand Chelem et titre Premier à Stanford[modifier | modifier le code]

Marion Bartoli à l'US Open 2009

Alors qu'elle avait craint de devoir renoncer à l'Open d'Australie en raison de sa blessure au mollet gauche contractée à Sydney, Marion Bartoli y obtient ses meilleurs résultats en Grand Chelem depuis sa finale à Wimbledon en 2007. Tête de série no 16, elle écarte logiquement Melanie South, Tsvetana Pironkova et Lucie Šafářová. En huitième de finale, elle crée la surprise en battant la numéro un mondiale Jelena Janković sur le Rod Laver Arena, en un peu plus d'une heure de jeu, au cours d'une partie de haut niveau. Mais elle cède en quart de finale face à la Russe Vera Zvonareva (7e).

Marion Bartoli démarre avec succès la première tournée nord-américaine de l'année à Monterrey au Mexique, dans un tournoi de niveau International où elle est tête de série no 2. Elle joue sa deuxième finale de l'année après Brisbane face à la Chinoise Li Na dont elle vient à bout en deux manches ; Bartoli remporte ainsi son 4e titre sur le circuit WTA et remonte à la 12e place mondiale.

Malgré sa demi-finale à Charleston et une victoire prometteuse sur Caroline Wozniacki à Stuttgart, la saison sur terre battue se révèle décevante à l'image de Roland-Garros où, diminuée par une angine naissante, elle ne parvient pas à imposer son jeu face à l'Italienne Tathiana Garbin au 2e tour[25].

La mini-saison sur herbe est mitigée pour Marion Bartoli. À Eastbourne, son chemin s'arrête pour la 3e fois consécutive en demi-finale, cette fois sur abandon face à Virginie Razzano. Cette rencontre est marquée par le refus de Marion Bartoli de serrer la main de son adversaire dont elle n'a pas apprécié certains commentaires dans la presse la veille du match[26]. Son parcours à Wimbledon s'arrête au 3e tour.

À la suite de ces performances contrastées, Marion Bartoli remporte le très relevé tournoi de Stanford contre Venus Williams en finale. Dans la continuation, le démarrage de l'US Open se passe sans encombre avec une victoire expéditive face à la Paraguayenne Rossana de los Ríos (80e). Mais le match suivant face à la Belge Kim Clijsters constitue l'une des attractions du 2e tour, Marion parlant même de « challenge excitant »[27]. Après avoir remporté le premier set en coupant les trajectoires à l'intérieur du court, Marion finit par s'incliner en 1 h 54.

Après un quart de finale à Tokyo et une demi-finale à Pékin, Marion Bartoli finit sa saison en disputant le tournoi des Championnes à Bali pour lequel elle est qualifiée grâce à sa victoire à Monterrey en début d'année. Favorite, elle bat Magdaléna Rybáriková et Shahar Peer dans la poule A. En demi-finale, elle étrille l'ancienne no 4 mondiale Kimiko Date-Krumm. Elle s'incline en finale contre Aravane Rezaï sur abandon.

Marion Bartoli termine la saison à la 11e place mondiale et retrouve sa place de no 1 française[28].

Saison 2010 : une année loin des espérances[modifier | modifier le code]

Marion Bartoli à Roland-Garros 2010.

Marion Bartoli et son père annoncent leur ambition pour 2010 : « L'objectif pour 2010 c'est le Masters de Doha, il faut donc rentrer dans le top 8. On va tout mettre en œuvre pour que Marion parvienne à une meilleure endurance dans l'effort pour être au rendez-vous. Cela passera également par la réduction du nombre de tournois disputés »[29].

Tout comme à l'US Open 2009, Marion Bartoli bat au 1er tour de l'Open d'Australie la Paraguayenne Rossana de los Ríos en deux sets. Puis en fait de même au 2e tour avec la Tchèque Sandra Zahlavova. Elle se fait éliminer par la Chinoise Zheng Jie au 3e tour.

Marion Bartoli se présente à Dubaï avec trois matchs dans les jambes, tête de série no 11, elle bat au 1er tour en une heure la Russe Ekaterina Makarova en deux sets. Tout aussi expéditive, elle bat au 2e tour la Roumaine Alexandra Dulgheru toujours en deux sets. Elle perd en huitième de finale en 3 sets, face à la tête de série no 8, la Chinoise Li Na, en dépit d'une balle de match en sa faveur.

Marion démarre la tournée américaine des tournois dits « Mandatory Premier Events » composée d'Indian Wells et de Miami. Elle débute à Indian Wells, qu'elle aborde en tant que tête de série no 11. Bénéficiant d'un « bye » au 1er tour, elle passe facilement les deux tours suivants. Elle s'incline logiquement en 1/8 de finale face à la tête de série no 5, Agnieszka Radwańska, qu'elle n'a jamais battue en quatre matchs. À Miami, Marion est tête de série no 13, exemptée du 1er tour. Elle bat au 2e tour la Slovaque Magdaléna Rybáriková en deux sets. Au 3e tour, elle se défait de l'Argentine Gisela Dulko toujours en deux sets. En 1/8 de finale, elle bat la tête de série no 1 du tournoi et 4e mondiale, Svetlana Kuznetsova, 6-3, 6-0, qui était diminuée par une blessure à l'épaule. Puis en 1/4 de finale, elle met fin aux espoirs de la tête de série no 12, la Belge Yanina Wickmayer en 2 sets[30]. La 5e mondiale, l'Américaine Venus Williams met fin à son parcours en 1/2 finale en 2 sets (3-6, 4-6), non sans que Marion ait eu sa chance, notamment dans le 2e set.

Même si elle a atteint les demi-finales du tournoi de Charleston en 2009, Marion n'aborde pas la saison de terre battue dans les meilleures dispositions. Elle abandonne dès le 2e tour face à la Chinoise Peng Shuai. Puis bloquée aux États-Unis du fait de l'épisode volcanique et manifestement hors de forme, elle perd en deux sets secs (6-2, 6-1) face à l'Australienne Samantha Stosur à Stuttgart. En manque de préparation et de confiance, elle perdra successivement au 2e et au 1er tour à Madrid et à Varsovie, respectivement face à l'Espagnole Anabel Medina Garrigues et la Tchèque Klára Zakopalová.

Marion aborde donc Roland-Garros en tant que tête de série no 13, mais sans référence sur terre battue, excepté sa victoire sur Polona Hercog. Elle bat au premier tour l'Italienne Maria Elena Camerin (6-2, 6-3), au 2e tour la Française Olivia Sanchez (7-5, 6-2). Elle s'incline cependant face à l'Israélienne Shahar Peer (6-7, 2-6), malgré un premier set très disputé, où Marion a arrêté le point sur une balle de set pensant qu'elle était faute mais que l'arbitre considéra bonne. Grâce à ce 3e tour et aux défaites prématurées des Russes Dinara Safina et Svetlana Kuznetsova, Marion gagne deux places au classement WTA et est désormais douzième mondiale[31].

La mini-saison sur gazon permet à Marion Bartoli de relancer sa saison. Elle atteint pour la 4e année consécutive les demi-finales du Tournoi d'Eastbourne après avoir battu consécutivement la Russe Vera Dushevina, la Hongroise Ágnes Szávay et l'Espagnole María José Martínez Sánchez. Mais elle doit s'incliner face à la Biélorusse Victoria Azarenka en 2 sets. Dans la foulée, elle passe pour la 7e fois consécutive le 1er tour du tournoi de Wimbledon face à l'Allemande Julia Görges en 2 sets. Le forfait de la jeune Croate Petra Martić lui permet d'accéder au 3e tour sans jouer. Elle bat la Hongroise Gréta Arn, mais finit par s'incliner en huitièmes de finale face à la Bulgare Tsvetana Pironkova (6-4, 6-4), future demi-finaliste du tournoi.

Marion Bartoli fait son retour sur le circuit à Stanford, où elle reste sur une victoire en 2009 et une finale en 2008. Tête de série no 4, elle domine en 2 sets une vieille connaissance de la période juniors, l'Américaine Ashley Harkleroad, qui fait valoir son classement protégé à la suite de son congé de maternité. Le 2e tour face à l'ancienne no 1 mondiale serbe Ana Ivanović se passe également bien avec encore une victoire en 2 sets. En 1/4 de finale, elle mène (6-3, 3-1) face à la Biélorusse Victoria Azarenka. Mais trahie par sa première balle de service, elle ne peut résister au retour tonitruant de celle qui lui succède au palmarès du tournoi, en ne perdant qu'un seul set, face justement à Marion Bartoli.

La tournée américaine se poursuit en 2010 à San Diego. Tête de série no 6, Marion Bartoli perd au 1er tour face à la Slovaque Daniela Hantuchová, non sans avoir disposé de 3 balles de match.

La défaite prématurée de San Diego a permis à Marion d'arriver tôt à Cincinnati et de s'acclimater à la chaleur moite qui a envahi la ville. Cela paie puisqu'elle bat successivement l'Espagnole Anabel Medina Garrigues, l'Ukrainienne Alona Bondarenko et la numéro 3 mondiale Caroline Wozniacki en 2 sets. Mais elle baisse pavillon en 1/4 de finale face à la future finaliste, la Russe Maria Sharapova qui avoue tout de même que Marion Bartoli est une adversaire particulière[32].

La tournée nord-américaine se poursuit à Montréal. Tête de série no 17, Marion Bartoli ne laisse aucune chance au 1er tour à la Québécoise Valérie Tétreault invitée par les organisateurs. Au 2e tour, son adversaire, l'ancienne no 4 mondiale Kimiko Date, victime d'une déchirure au quadriceps, ne peut défendre ses chances. Marion gagne sa place pour les quarts de finale en atomisant la Tchèque Iveta Benešová, qui avait éliminé au tour précédent la tête de série no 1 du tournoi Jelena Janković. Elle est battue à ce stade par la Biélorusse Victoria Azarenka, après avoir laissé échapper 4 balles de set dans le jeu décisif de la deuxième manche.

Le dernier tournoi de l'US Open series a lieu à New Haven. Tête de série no 6, Marion se défait difficilement au 1er tour de l'Ukrainienne Alona Bondarenko, 30e mondiale, qu'elle vient pourtant de battre en 2 sets au 2e tour de Cincinnati. Elle bat au tour suivant la néo Australienne Anastasia Rodionova. En quart de finale, Marion est stoppée par Elena Dementieva au terme d'un combat en 3 sets et 3 heures de jeu.

Probablement usée par toute cette débauche d'efforts, Marion Bartoli ne peut défendre complètement ses chances face à Virginie Razzano au 2e tour de l'US Open, victime de douleurs violentes derrière les cuisses.

La tournée asiatique est également marquée par des évènements non prévisibles. Après des victoires convaincantes à Tokyo face à Yanina Wickmayer et Ana Ivanović, Marion abandonne face à sa bête noire de 2010 Victoria Azarenka. Puis elle subit la loi d'une Ana Ivanović au coup droit retrouvé au 1er tour à Pékin. À l'Open du Japon, elle s'incline en demi-finale face à la Thaïlandaise Tamarine Tanasugarn.

En dépit d'une saison sans véritable coup d'éclat[33], marquée par les échecs répétés face à la Biélorusse Victoria Azarenka sur des matchs à forts enjeux, Marion Bartoli se maintient pour la 5e année consécutive dans le top 20 mondial et conserve sa place de numéro 1 française[34].

Saison 2011 : le retour au premier plan[modifier | modifier le code]

Marion Bartoli à Roland-Garros 2011.

Marion Bartoli change de stratégie pour l'année 2011. Elle démarre sa saison à Brisbane comme en 2009. Elle y atteint facilement les demi-finales, avant de s'incliner face à l'Allemande Andrea Petkovic au terme d'une rencontre qu'elle a d'abord dominée avant de lâcher prise.

Avant l'Open d'Australie, Marion est tête de série no 1 à Hobart en Tasmanie, tournoi qu'elle joue pour la première fois de sa carrière[35]. Elle atteint les quarts de finale, battue par Klára Zakopalová en éliminant notamment au 1er tour l'ancienne numéro 1 mondiale Dinara Safina sur le score très sec de 6-0, 6-1[36].

Marion Bartoli aborde l'Open d'Australie en tant que tête de série no 15. Au 1er tour, elle bat sèchement (6-0, 6-0) la vétérante italienne Tathiana Garbin, qui joue pour l'occasion le dernier match de sa carrière. Le 2e tour face à la jeune Russe Vesna Manasieva lui est fatal du fait d'une déchirure du soléaire, un muscle du mollet, après le gain du premier set.

Marion devait être absente du circuit pendant au moins 6 semaines[37], mais sa guérison a été plus rapide que prévue. Après deux semaines sans pouvoir marcher et seulement 5 jours d'entraînement, elle fait un retour victorieux lors du tournoi Premier 5 de Dubaï, qu'elle aborde en tant que tête de série no 10. Elle bat au 1er tour la Japonaise Kimiko Date Krumm et au 2e tour la Suissesse Timea Bacsinszky. Mais elle bute pour la 6e fois de sa carrière sur l'obstacle Agnieszka Radwańska, 10e mondiale.

La tournée moyen-orientale se poursuit au Qatar. Marion bat au 1er tour la nouvelle top 20 Alisa Kleybanova, puis au 2e tour la 12e mondiale, l'Israëlienne Shahar Peer sur un score sans appel de 6-1, 6-0. Sa victoire en quart de finale face à la Chinoise Peng Shuai 6-2, 6-2 lui donne le droit d'affronter la numéro 1 mondiale Caroline Wozniacki en demi-finale. Mais contrairement à leurs deux dernières confrontations à l'avantage de Marion, ce match se conclut par une victoire nette de la joueuse danoise (6-1, 6-1).

Avant d'aborder la tournée américaine de mars, Marion fait une halte en Malaisie. Elle aborde ce tournoi en tant que tête de série no 2 et bat au 1er tour l'Italienne Maria Elena Camerin. Son adversaire du 2e tour, la Russe Ekaterina Ivanova, ne fait guère plus illusion. En quart de finale, la Tchèque Lucie Šafářová bat pour la première fois en 4 rencontres une Marion Bartoli diminuée.

Marion Bartoli aborde Indian Wells en tant que tête de série no 15, et bénéficie de ce fait d'un bye au 1er tour. Elle vient à bout au 2e tour de la Roumaine Monica Niculescu, qui sort des qualifications, puis de l'Allemande Andrea Petkovic, tête de série no 21, au 3e tour. Elle profite de l'abandon de Kim Clijsters, tête de série no 2 en huitièmes de finale, victime d'une blessure à l'épaule droite alors que le score était de 6-3, 1-3 pour la Belge. En quart de finale, elle bat en deux sets la Serbe Ana Ivanović, tête de série no 19 sur le score de 6-4, 7-64, à l'issue d'une belle bataille tactique. En demi-finale, elle bat la Belge Yanina Wickmayer, tête de série no 23, sur le score de 6-1, 6-3. Elle s'incline face à Caroline Wozniacki, no 1 mondiale et finaliste de l'édition 2010 sur le score de 6-1, 2-6, 6-3. À la suite de cette finale, Marion Bartoli retrouve le top 10 qu'elle avait quitté en juin 2008.

À peine le temps de savourer ce beau parcours, Marion est de nouveau sur le pont à Miami. Tête de série no 15 et bénéficiant d'un bye au 1er tour, elle affronte la Japonaise Ayumi Morita au 2e tour et la bat 6-3, 2-6, 6-1, surmontant un coup de fatigue au milieu du match. Elle élimine ensuite la Russe Ekaterina Makarova et perd en 3 sets face à la numéro 3 mondiale Vera Zvonareva en huitième de finale.

En parallèle de ce tournoi, les discussions entre Marion et le staff de l'équipe de France de Fed Cup n'ont toujours pas débouché sur un compromis acceptable par les deux parties.

Charleston marque le démarrage de la saison sur terre battue, verte en l'occurrence dans le sud des États-Unis. Tête de série no 4, Marion intègre le tableau directement au 2e tour et rencontre l'Allemande Sabine Lisicki qui la bat sur le score de 6-2, 6-3. Au tournoi de Stuttgart, elle est éliminée dès le second tour 6-4, 6-2 par l'Allemande Kristina Barrois, 79e mondiale. La suite de sa saison sur terre n'est pas meilleure. À Barcelone, elle est battue dès le premier tour par Magdaléna Rybáriková. Lors du tournoi « Premier Mandatory » de Madrid, elle sort facilement la qualifiée roumaine Simona Halep 6-4, 6-1. Son second match est une défaite face à la jeune Russe Anastasia Pavlyuchenkova, après avoir obtenu une balle de set dans la première manche. Après une défaite au deuxième tour du Tournoi de Rome, face à Anabel Medina Garrigues, Marion Bartoli se qualifie pour la finale des Internationaux de Strasbourg où, en vue de se préserver pour Roland-Garros, elle préfère abandonner à cause d'une blessure à la cuisse, alors qu'elle était menée (6-4, 1-0) par Andrea Petkovic.

À Roland-Garros, Marion Bartoli se présente sur le court central dès le lundi, deux jours après son abandon, en tant que tête de série numéro 11. Après un début de match catastrophique (15 fautes directes pour 3 coups gagnants dans le premier set), elle s'en sort face à la Géorgienne Anna Tatishvili (1-6, 6-2, 6-1). Elle doit également batailler trois sets aux tours suivants, tout d'abord face à Olga Govortsova (6-4, 6-7, 6-2, en près de 3 heures) puis face à la tête de série no 17, Julia Görges (3-6, 6-2, 6-4). Pour son second huitième de finale Porte d'Auteuil après celui de 2007, elle profite de l'abandon de l'Argentine Gisela Dulko (7-5, 1-0, ab.) pour se qualifier pour les quarts de finale du tournoi parisien, une première dans sa carrière. Elle se qualifie pour la demi-finale, en battant Svetlana Kuznetsova, lauréate du tournoi en 2009, en s'imposant sur le score de 7-6, 6-4, remportant à cette occasion sa 400e victoire sur le circuit. Elle échoue aux portes de la finale face à la tenante du titre, Francesca Schiavone (6-3, 6-3). Cette belle performance lui permet de retrouver le neuvième rang à la WTA, soit son meilleur classement.

Marion Bartoli retrouve le gazon à Eastbourne, où elle reste sur 4 demi-finales consécutives. Elle s'en sort de justesse au 1er tour face à la 32e mondiale Lucie Šafářová en 3 sets, après avoir sauvé une balle de match. Elle retrouve sur sa route comme l'année dernière la gauchère Espagnole María José Martínez Sánchez, qu'elle bat cette fois en 2 sets. Elle atteint pour la 5e fois consécutive la demi-finale, en battant sa plus grande bête noire du circuit, la Biélorusse 5e mondiale Victoria Azarenka (6-2, 2-0, ab.), contre qui elle avait échoué 4 fois en 2010. La demi-finale contre l'Australienne Sam Stosur est reportée d'un jour en raison des intempéries, ce qui oblige les joueuses à disputer les demi-finales et la finale le même jour. Ainsi, Marion Bartoli dispose de Sam Stosur (6-3, 6-1) en 1 h 10 et de Petra Kvitová en finale sur le score de 6-1, 4-6, 7-5, et ce malgré une cuisse récalcitrante. Marion Bartoli remporte ainsi le sixième titre de sa carrière, le premier sur gazon.

Wimbledon démarre sous les meilleurs auspices avec une victoire express face à la championne Wimbledon Junior 2010 Kristýna Plíšková (6-0, 6-2). Au second tour, Marion Bartoli gagne face à l'Espagnole Lourdes Domínguez Lino (4-6, 7-5, 6-2), en sauvant au passage 3 balles de match, sur un court particulièrement lent. Le lendemain, elle élimine l'Italienne Flavia Pennetta en 3 sets (5-7, 6-4, 9-7) après avoir intimé l'ordre à ses parents de quitter le court à 5-7, 1-2. Elle se qualifie donc pour les huitièmes de finale, où elle doit faire face à la tenante du titre, l'Américaine Serena Williams. Elle parvient à battre pour la première fois de sa carrière la légende américaine (6-3, 7-6) et se donne le droit d'affronter Sabine Lisicki en quarts de finale. Face à l'Allemande, Marion efface trois balles de match à 6-4, 5-4 et remporte le deuxième set au tie-break, mais finit par s'incliner au troisième set (6-4, 6-7, 6-1). Le puissant mental de la tricolore durant cette quinzaine lui a permis d'arriver au stade des quarts de finale d'un tournoi du Grand Chelem pour la quatrième fois de sa carrière.

Classée 9e mondiale et 6e à la race, Marion Bartoli a pour objectif consolider sa place qualificative pour les Masters d'Istanbul lors de l'US Open. Elle a donc décider d'alléger à 3 tournois l'US Open Series en ne disputant que les tournois de Stanford, Toronto et Cincinnati[38].

À Stanford, Marion aborde le tournoi 2011 en tant que tête de série no 3 et intègre donc le tableau au 2e tour. Pour ce match de rentrée après 28 jours de repos, elle s'impose face à la Canadienne Rebecca Marino en 2 sets. Puis pour son 7e quart de finale de l'année, elle domine largement la Japonaise Ayumi Morita dans le 1er set (6-1) avant que celle-ci se décide d'abandonner après l'aggravation d'une blessure à la cheville droite survenue à 3-0, 15-0*. Elle gagne le droit de disputer sa 4e finale de l'année face à Serena Williams après le forfait sur blessure de la Slovaque Dominika Cibulková. Cette finale qui a une saveur de revanche par rapport à Wimbledon tourne en faveur de l'Américaine qui, après avoir été menée 2-4 et 3 balles de 2-5, retourne la situation et l'emporte (7-5, 6-1) face à une Marion Bartoli visiblement diminuée par une blessure à la main.

À Toronto, Marion Bartoli est cette fois tête de série no 9 ; mais elle se fait sortir dès le premier tour à la surprise générale par la Kazakhe Galina Voskoboeva (6-3, 6-3). La semaine suivante à Cincinnati, elle étrille Alona Bondarenko (6-1, 6-2) pour son premier match, mais sombre ensuite face à Daniela Hantuchová (6-3, 5-7, 6-3).

N'ayant que peu de repères avant d'aborder l'US Open, elle demande et obtient une wild-card pour le tournoi de New Haven. Elle doit jouer de nouveau contre Daniela Hantuchová, mais celle-ci déclare forfait pour blessure et rencontre donc une qualifiée, l'Australienne Anastasia Rodionova, qu'elle bat sans trop de soucis (6-1, 6-4), puis elle bat Klára Zakopalová (6-2, 2-6, 6-1). Elle s'incline en quart de finale contre Petra Cetkovská (7-5, 7-5).

Lors de l'US Open, Marion Bartoli passe le premier tour face à la Russe Alexandra Panova (7-5, 6-3), mais s'incline au second tour devant l'Américaine Christina McHale (7-62, 6-2).

Après avoir participé à l'inauguration de nouveaux courts couverts dans son club de Divonne-les-Bains[39], Marion enchaîne sur une très longue tournée asiatique qui démarre à Seoul. Mais le très bon parcours d'Agnieszka Radwańska à Tokyo et Pékin met pratiquement fin aux espoirs de Marion de se qualifier directement pour le Masters d'Istanbul. La victoire de la numéro un française au tournoi d'Osaka face à l'Australienne Samantha Stosur en finale, tête de série no 1, sur le score expéditif de (6-3, 6-1) permet d'entretenir l'espoir. Elle lui assure une place de première remplaçante à Istanbul[40]. Un succès final au tournoi de Moscou aurait pu lui permettre de repasser devant Agnieszka Radwańska au classement. Malheureusement, après une belle victoire face à la Russe Ksenia Pervak, perclue de fatigue, Marion Bartoli ne se présente pas sur le court pour affronter Elena Vesnina.

Première remplaçante au Masters comme en 2007, Marion profite du forfait de Maria Sharapova pour participer au dernier match de poule face à Victoria Azarenka. Elle gagne ce match pour l'honneur en 3 sets.

La victoire à Osaka lui ouvre le droit de participer pour la 2e fois au Tournoi des Championnes qui se déroule à Bali. Malheureusement, après avoir laissé passer 2 balles de match, Marion doit abandonner au début du 3e set face à l'Espagnole Anabel Medina Garrigues, arrêtée dans son élan par une blessure à la cheville droite.

À 27 ans, Marion Bartoli a réalisé la meilleure saison de sa carrière, finissant pour la première fois une année avec un classement à un seul chiffre. Sa première place au classement national 2012 est incontestable[41]. Elle résume sa saison dans cette vidéo de la Fédération française de tennis[42].

Saison 2012 : meilleur classement de sa carrière, puis sortie du top 10[modifier | modifier le code]

Parfaitement rétablie de son entorse à la cheville, Marion Bartoli participe pour la première fois à la Coupe Hopman[43] en compagnie de Richard Gasquet. Elle perd en 3 sets le match inaugural face à la gagnante de Roland Garros Li Na, en cette veille de jour de l'an mais se rattrape dans le double mixte avec une victoire nette face à la paire chinoise. La France l'emporte 2-1 face à la Chine. L'adversaire suivant est l'Australie avec une équipe composée de l'ex-numéro 1 mondial Lleyton Hewitt et de la 33e mondiale Jarmila Gajdošová. Bartoli rapporte le premier point à la France en balayant 6-0, 6-0 la joueuse australienne. Richard Gasquet gagne lui aussi son match face à Lleyton Hewitt en trois sets avant qu'ils ne parachèvent la victoire lors du double mixte. La victoire face aux espagnols 2-0, équipe composée de la 27e mondiale Anabel Medina Garrigues et du 24e mondial Fernando Verdasco envoie la France en finale face à la République tchèque. Marion Bartoli s'incline devant la 2e mondiale Petra Kvitová et Richard Gasquet ne parvient pas à rétablir l'équilibre face à Tomáš Berdych. Bartoli qualifie cette expérience de « formidable ».

Marion Bartoli enchaîne avec le tournoi de Sydney qu'elle aborde en tant que tête de série no 8. Elle domine la Slovène Polona Hercog au 1er tour, l'Australienne Jelena Dokić au 2e tour mais s'incline devant Victoria Azarenka après un premier set accroché (7-5, 6-4).

Direction Melbourne pour l'Open d'Australie. Au 1er tour, choc franco-français puisqu'elle rencontre Virginie Razzano, qu'elle bat (7-5, 6-0). Elle retrouve Jelena Dokic au 2e tour pour la deuxième fois en dix jours et sort une nouvelle fois vainqueur (6-3, 6-2). Malheureusement, la Chinoise Zheng Jie met fin à son parcours en 2 sets comme en 2010.

En dépit de cette défaite prématurée par rapport à ses ambitions, Marion Bartoli atteint le meilleur classement de sa carrière à l'issue de la tournée Australienne, soit la 7e place mondiale[44].

Elle inaugure ce meilleur classement lors de l'Open GDF Suez à Paris. Tête de série no 2, elle bénéficie d'un bye (démarre donc le tournoi au 2e tour) au premier tour. Au 2e tour, elle bat la Croate Petra Martić en 2 sets, en quart de finale l'Italienne Roberta Vinci en trois sets, puis en demi-finale la Tchèque Klára Zakopalová en 2 sets. Lors d'une finale à rebondissement, Marion cède devant l'Allemande Angelique Kerber en trois sets.

Sans avoir le temps de se remettre de sa grande déception, Marion Bartoli part pour le Qatar. À Doha où elle est tête de série no 5, elle bénéficie d'un bye au premier tour. Au 2e tour, elle bat l'Espagnole Anabel Medina Garrigues (6-2, 6-0), puis se débarrasse de la Bulgare Tsvetana Pironkova en 2 sets. En quart de finale, elle se défait de la Tchèque Lucie Šafářová, tombeuse de la no 4 mondiale Caroline Wozniacki et de la Russe Svetlana Kuznetsova. Mais en demi-finale face à l'Ausralienne Samantha Stosur, elle préfère abandonner au début du deuxième set après avoir perdu le premier set 3-6, à cause de douleurs récurrentes au mollet droit qui mettaient en difficulté ses appuis au service et dans les changements de direction. Dans l'attente d'une décision médicale, elle s'inscrit au tournoi de Dubaï. Elle entre dans le tournoi contre Peng Shuai, contre qui elle s'incline en deux sets 6-4, 6-3, après avoir mené 3-0 dans chacune des manches avant de s'écrouler.

Direction ensuite la tournée américaine, avec Indian Wells où Marion Bartoli a 700 points à défendre (elle est arrivée en finale l'année dernière). Bénéficiant d'un « bye » au premier tour, elle rencontre au 2e l'Américaine Varvara Lepchenko, qu'elle bat en 3 sets. Au 3e tour, elle élimine la Sud-Africaine Chanelle Scheepers et affronte la Tchèque Lucie Šafářová pour une place en quart. Marion Bartoli remporte la rencontre sans trop de soucis et affronte la Serbe Ana Ivanović en quart de finale (au même stade que l'année précédente) mais s'incline, diminuée par le virus qui sévit sur le tournoi.

Puis vient Miami : elle entre directement au deuxième tour, où elle bat difficilement Polona Hercog en trois sets. Au troisième tour, elle bat Simona Halep sauvant 9 balles de set au 2e set. Elle se qualifie en quart de finale en battant Maria Kirilenko. En quart de finale, elle crée la surprise en battant 6-3, 6-3 la numéro 1 mondiale Victoria Azarenka, au terme d'un énorme match mettant fin à la série de 26 victoires consécutives réalisée par la Biélorusse depuis le début de l'année. Après le match, Bartoli déclare que c'était l'un des meilleurs matchs de sa carrière. Elle s'incline en demi-finale face à Agnieszka Radwanska, souffrant de contractures aux adducteurs dès les premiers points du match.

Afin d'optimiser la transition entre les surfaces en dur et la terre battue rouge européenne, Marion Bartoli dispute régulièrement le tournoi de Charleston qui se joue sur une terre battue verte assez rapide. Tête de série no 2, elle n'intègre le tableau qu'au 2e tour et vient à bout de la Russe Vera Dushevina en 3 sets. Au 3e tour, elle rencontrera pour la 3e fois en 2012, la Slovène Polona Hercog.

Marion Bartoli s'incline au 2e tour de Roland Garros face à la Croate Petra Martic (2-6, 6-3, 6-3).

Lors de l'US Open 2012, elle se qualifie en quart de finale en éliminant successivement Jamie Hampton (6-3, 7-6), Kristina Mladenovic (6-2, 6-4), Romina Oprandi (6-2, 1-6, 7-5) et enfin la numéro cinq mondiale Petra Kvitová (1-6, 6-2, 6-0). En quart de finale, elle mène rapidement 4-0 face à Maria Sharapova mais la pluie entraîne un report de la suite de la partie au lendemain. Elle arrive, malgré l'attente et la perte d'un de ses deux breaks d'avance à remporter la première manche sur le score de 6-3. Elle breake d'entrée de deuxième manche grâce notamment à une défaillance au service de son adversaire russe. Mais malheureusement pour elle, Sharapova se reprend et conclut ce set sur le score de 6-3. Le dernier set est très serré et les deux joueuses ont l'occasion de breaker l'adversaire, et c'est finalement Maria Sharapova qui prend le service de la Française à quatre jeux partout et qui s'impose 6-4. Cet US Open 2012 reste sa meilleure performance ici avec son premier quart de finale en carrière à New York.

Elle participe ensuite à l'Open de Chine, où elle élimine successivement Bojana Jovanovski (6-3, 6-3), Ayumi Morita (6-4, 6-3) ainsi que Julia Görges (6-3, 7-6) pour se qualifier en quart de finale. Elle se qualifie en demi-finale où elle affrontera la numéro une mondiale Victoria Azarenka après avoir battu l'Espagnole Carla Suárez Navarro (6-0, 2-6, 6-4). Elle s'incline finalement par la suite face à la numéro un mondiale, 6-4, 6-2.

Saison 2013 : une sortie en beauté[modifier | modifier le code]

Elle commence la saison à l'Open de Shenzhen, où elle est tête de série no 2. Elle bat successivement Chan Wing-Yau Venise (6-1, 6-0) et Stefanie Vögele (7-5, 6-4), issue des qualifications. Son parcours s'arrête juste après, où elle est éliminée par la Tchèque et tête de série no 5, Klára Zakopalová (3-6, 2-6).

À l'Open d'Australie, elle est tête de série no 11. Elle élimine l'Espagnole Anabel Medina Garrigues (6-2, 6-4) avant de mettre fin au parcours de la Serbe Vesna Manasieva (7-5, 6-0), qui lui avait laissé un mauvais souvenir deux ans auparavant puisque la Française était ressortie du match avec une déchirure de cinq centimètres au mollet. Elle atteint le 3e tour où elle affronte la Russe Ekaterina Makarova mais échoue une nouvelle fois aux portes des huitièmes de finale (7-6, 3-6, 4-6), à Melbourne. Marion a déclaré après sa défaite : « C'est vrai qu'il y a beaucoup de frustration, parce que le niveau de jeu n'était pas au rendez-vous aujourd'hui. […] Je ne peux pas accepter de perdre un match comme ça, de cette façon là » et a rajouté « Je suis vraiment déçue »[45],[46].

Elle concourt ensuite à l'Open GDF Suez, à Paris, où elle est tête de série no 3, ce qui signifie qu'elle est exemptée de 1er tour. Elle se défait de l'Américaine Christina McHale, qu'elle bat 7-5, 6-1 mais échoue au tour suivant face à l'Allemande et future lauréate du tournoi, Mona Barthel (6-7, 4-6). À Doha, elle s'impose face à Francesca Schiavone (7-6, 6-3) mais est éliminée au tour suivant par Svetlana Kuznetsova (4-6, 4-6). Lors de l'Open de Dubaï, elle s'adjuge la Tchèque Klára Zakopalová (3-6, 6-4, 6-1) et bénéficie du forfait de Serena Williams au tour suivant. Elle est finalement éliminée par Caroline Wozniacki, tête de série no 8, en trois sets (6-4, 1-6, 4-6). Marion Bartoli participe à l'Open d'Indian Wells, où elle bat Chanelle Scheepers et Svetlana Kuznetsova avant de chuter contre Sara Errani (3-6, 2-6). Puis, exemptée de 1er tour à Miami, elle abandonne lors de son 2e tour face à Andrea Petkovic à cause d'une blessure au pied gauche. Elle répond présente à Monterrey où elle est sortie dès le premier tour par Coco Vandeweghe (6-4, 3-6, 1-6) ; même scénario à Estoril où elle est battue par Peng Shuai (0-6, 6-1, 4-6). À l'Open de Madrid, elle est éliminée au 3e tour par Ekaterina Makarova après avoir vaincue Elena Vesnina et María Teresa Torró Flor. À la suite d'une blessure à la cheville droite contractée à Madrid, elle est contrainte de déclarer forfait pour les Internationaux d'Italie[47]. Alors qu'elle est tête de série no 1 à Strasbourg, elle est sortie dès son entrée en lice par Camila Giorgi (3-6, 2-6).

À Roland-Garros, elle remporte son premier tour face à Olga Govortsova (7-68, 4-6, 7-5), son deuxième tour contre Mariana Duque Mariño (7-65, 7-5) mais perd sévèrement au troisième tour face à Francesca Schiavone (2-6, 1-6).

Lors du Tournoi d'Eastbourne, elle bat Flavia Pennetta (6-3, 6-2) mais déclare forfait ensuite contre Li Na pour cause d'infection virale[48]. En effet, la Française ne souhaite prendre aucun risque à l'approche de Wimbledon.

Après une première moitié de saison difficile, voire décevante, elle trouve le déclic à Wimbledon où elle est tête de série 15 et, dans un tableau qui voit une hécatombe parmi les principales têtes de série (dix-sept des trente deux têtes de série sont éliminées aux premier et second tours), elle atteint sans concéder un seul set la finale. Elle bat pour cela : Elina Svitolina (6-3, 7-5), Christina McHale (7-5, 6-4), Camila Giorgi (6-4, 7-5), Karin Knapp (6-2, 6-3), Sloane Stephens [TS17] (6-4, 7-5) puis Kirsten Flipkens [TS15] (6-1, 6-2). C'est la troisième fois de sa carrière qu'elle atteint au moins la demi-finale d'un tournoi du Grand Chelem et sa deuxième finale à Wimbledon, après celle de 2007. Elle remporte le tournoi en battant l'Allemande Sabine Lisicki [TS 23] (6-1, 6-4), qui était la tombeuse de Samantha Stosur [8] (3° tour), Serena Williams [1] (4° tour) et Agnieszka Radwańska [4] (en ½ finale). Marion Bartoli est la troisième Française sacrée à Wimbledon, après Suzanne Lenglen et Amélie Mauresmo. C'est également la première fois de sa carrière qu'elle remporte un tournoi du Grand Chelem, et elle égale ainsi après le tournoi son meilleur classement, soit la septième place mondiale[49]. Enfin, elle bat le record de persévérance sur le circuit en gagnant son premier titre en Grand Chelem au terme de sa 47e participation. Elle indique après le match que son couronnement ici à Wimbledon, est « un rêve qu'elle avait depuis l'âge de six ans et qui est devenu réalité », et elle ajoute qu'elle « espère y revenir l'an prochain »[50]. Sa victoire a suscité de nombreuses réactions, notamment venant d'anciennes joueuses comme Amélie Mauresmo, mais aussi du Président de la République François Hollande, lui adressant « ses félicitations les plus vives après s'être imposé devant toutes les favorites, grâce à sa combativité et à son courage » et indiquant que « ce titre fait honneur au tennis français, au sport féminin et à tout le sport français »[51].

Elle participe ensuite à l'Open du Canada, à Toronto, où elle est tête de série no 7. Elle continue sur sa bonne dynamique en battant facilement lors du premier tour l'américaine Lauren Davis (6-0, 6-3), mais doit abandonner lors de son second tour contre Magdaléna Rybáriková alors qu'elle était menée 65-7 0-1 (15-40), en raison d'une douleur abdominale.

La semaine suivante, le 14 août 2013, elle s'incline au second tour de l'Open de Cincinnati face à Simona Halep (6-3, 4-6, 1-6), puis annonce contre toute attente après le match qu'elle met, à seulement 28 ans, un terme à sa carrière de joueuse de tennis professionnelle. Cette décision est principalement due au fait que « son corps n'arrive plus à tout supporter » et qu'elle a « mal partout après 45 minutes ou une heure de jeu ». Elle indique ensuite : « Il y a plein d'autres choses à faire à part jouer au tennis. J'ai juste besoin d'un peu de temps… J'ai le droit de passer à autre chose. Mon père n'a pas été surpris, il savait que j'étais épuisée. »[2] L'annonce de cette retraite a suscité de nombreuses réactions dans le monde tennistique, mais aussi dans le sport français en général.

Peu de temps après cette annonce, elle indique qu'elle commence déjà sa reconversion, puisqu'elle intégrera la chaîne Eurosport en tant que consultante lors de l'US Open, débutant le 26 août [52]. Le 25 août, elle indique n'avoir « aucun regret » d'avoir annoncé sa fin de carrière, avant d'ajouter qu'elle n'écarte pas totalement l'idée d'un retour car « on ne sait jamais ce qu'il va se passer, je suis toujours dans le classement (WTA). C'est difficile de dire que je ne reviendrai jamais » [53].

Carrière post tennis[modifier | modifier le code]

Fin 2013, elle participe à la première saison de l'émission de M6 : Ice Show, au côté notamment de Richard Virenque et Kenza Farah. Elle est coachée par Gwendal Peizerat, comme le chanteur Merwan Rim. Finalement elle a dû renoncer à participer au show, à la suite de douleurs apparues lors des entraînements[54].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En simple dames[modifier | modifier le code]

En double dames[modifier | modifier le code]

En double mixte[modifier | modifier le code]

Parcours en Grand Chelem[modifier | modifier le code]

Parcours en « Premier Mandatory » et « Premier 5 »[modifier | modifier le code]

Découlant d'une réforme du circuit WTA inaugurée en 2009, les tournois WTA « Premier Mandatory » et « Premier 5 » constituent les catégories d'épreuves les plus prestigieuses, après les quatre levées du Grand Chelem.

Parcours aux Masters[modifier | modifier le code]

Parcours en Fed Cup[modifier | modifier le code]

Classements WTA[modifier | modifier le code]

Records et statistiques[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1] no 1 Française depuis octobre 2007
  2. a et b Bartoli : «Le droit de faire autre chose», L'Équipe
  3. L'Express du 02/06/2011
  4. FFT-Ligue de Corse.
  5. http://www.20minutes.fr/insolite/1187897-20130712-marion-bartoli-verrait-bien-ministre-sports-jour
  6. http://www.rmcsport.fr/editorial/399530/en-images-quand-bartoli-s-entraine-avec-l-om/
  7. http://fr.tennistemple.com/actualite/foot-amical-marion-bartoli-passe-la-journee-avec-l-om-son-equipe-preferee_29736.html
  8. [2] A deux mains
  9. [3] Deux expériences de collaborations extérieures
  10. [4] Marion Bartoli à contre-courant
  11. [5] Palmarès 1999-2003
  12. [6] Palmarès du championnat d'Europe des 15-16 ans
  13. [7] Palmarès du championnat de France des 15-16 ans
  14. Victoire en finale face à la Suissesse Daniela Casanova
  15. face à Svetlana Kuznetsova en finale ; fin 2001, Marion Bartoli est numéro trois mondiale junior.
  16. [8] Fiche ITF junior
  17. 3-6, 6-4, 7-9
  18. Voir son parcours détaillé
  19. qu'elle n'avait jamais battue en cinq confrontations
  20. 1-6, 7-5, 6-1
  21. La France perdra la rencontre 3 à 2.
  22. abandon face à Tatiana Golovin
  23. [9] Confiante malgré les défaites
  24. (fr) [10] Une énorme déception
  25. (fr) [11] Les raisons d'une défaite
  26. (fr) [12] Marion Bartoli s'explique sur les raisons de ne pas serrer la main de son adversaire
  27. (fr) Le match contre Kim : un challenge excitant
  28. (fr) [13] Classement 2010 établi par la fft
  29. (fr) [14] Nouveau projet 2010 pour Marion Bartoli
  30. (fr) [15] Pas de complexes à avoir face à Venus
  31. (fr) [16] Classement WTA au 07/06/10
  32. [17] une adversaire particulière
  33. [18] Bilan sans concession de sa saison 2010
  34. [19] Classement FFT 2011
  35. [20] Tête de série no 1 à Hobart
  36. [21] Match contre Dinara Safina dans son intégralité
  37. [22] Six semaines d'absence
  38. [23] Marion fait le point après Wimbledon
  39. [24] Marion Bartoli a inauguré les nouveaux courts de tennis de Divonne-les-Bains
  40. [25] Marion Bartoli se battra jusqu'au bout
  41. [26] no 1 nationale pour la quatrième fois
  42. [27] Une très grande saison 2011
  43. [28] Liste des participants Hopman Cup
  44. [29] Classement mondial officiel au 30 janvier 2012
  45. http://www.eurosport.fr/tennis/open-d-australie/2013/open-d-australie-2013-marion-bartoli-bloque-encore-a-melbourne_sto3578501/story.shtml
  46. http://video.eurosport.fr/tennis/open-d-australie/2013/open-d-australie-2013-marion-bartoli-je-ne-l-accepte-pas_vid261287/video.shtml
  47. http://www.lequipe.fr/Tennis/Actualites/Bartoli-doit-renoncer/369953
  48. http://www.lequipe.fr/Tennis/Actualites/Bartoli-forfait/379728
  49. http://www.eurosport.fr/tennis/wimbledon/2013/marion-bartoli-remporte-son-premier-titre-du-grand-chelem-a-wimbledon-face-a-sabine-lisicki_sto3831514/story.shtml
  50. http://www.lemonde.fr/sport/article/2013/07/06/marion-bartoli-sacree-reine-de-wimbledon_3443695_3242.html
  51. http://www.sport.fr/tennis/wimbledon-hollande-salue-la-victoire-de-bartoli-315932.shtm
  52. http://www.purepeople.com/article/marion-bartoli-la-reconversion-apres-sa-retraite-choc-elle-arrive-a-la-tele_a126620/1
  53. http://fr.tennistemple.com/actualite/bartoli-n-ecarte-pas-totalement-l-idee-d-un-retour_30767.html
  54. http://www.nouveautes-actu.com/9424-ice-show-m6-ave-marion-bartoli-coachee-gwendal-peizerat.html
  55. a, b, c, d et e Pour chaque tournoi, la date indiquée correspond à la première journée, en général un lundi.
  56. Épreuve ITF

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :