Fédération française de basket-ball

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fédération française de basket-ball
Image illustrative de l'article Fédération française de basket-ball

Sigle FFBB
Sport(s) représenté(s) Basket-ball
Création 1932
Président Jean-Pierre Siutat
Siège 117 rue du Château des Rentiers
75013 Paris
Clubs 4 456 (2012)[1]
Licenciés 491 271 (2013)[2]
Site internet www.ffbb.com

La Fédération française de basketball (FFBB) est une association loi de 1901, fondée en 1932, chargée d'organiser, de diriger et de développer le basket-ball en France, d'orienter et de contrôler l'activité de toutes les associations ou unions d'associations s'intéressant à la pratique du basket-ball.

La FFBB représente le basket-ball auprès des pouvoirs publics ainsi qu'auprès des organismes sportifs nationaux et internationaux et, à ce titre, la France dans les compétitions internationales. Elle défend également les intérêts moraux et matériels du basket-ball français.

La Fédération a pour objectif l'accès de tous à la pratique du basket-ball et s'interdit toute forme de discrimination. Elle veille au respect de ces principes par ses membres, ainsi qu'au respect de la charte de déontologie du sport établie par le Comité national olympique et sportif français.

En 2010, le basket-ball est le deuxième sport collectif le plus pratiqué en France et le premier en nombre de femmes[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Les balbutiements (1920)[modifier | modifier le code]

Le basket-ball est officiellement devenu un sport en France en 1920, il est alors sous l'égide de la Fédération française d'athlétisme. Ce sport prend rapidement de l'ampleur puisqu'en 1929 ladite fédération doit changer de nom pour devenir la « Fédération française d'athlétisme et de basket-ball ». Mais l'apparition de la FIBA (1932) ainsi que le développement constant de la place du basket-ball en France pousse à la séparation d'avec l'athlétisme. C'est ainsi que le 25 juin 1932[4] une nouvelle entité, la Fédération française de basket-ball, est créé au sein de la FFA. Une certaine autonomie lui est alors confiée. Un an plus tard[4], jour pour jour, la FFBB prend son indépendance par rapport à la FFA. L'occasion également de rejoindre, le 15 novembre[4], la Fédération internationale de basket-ball amateur.

Les premières compétitions (1930-1940)[modifier | modifier le code]

Équipe de France. À l'INSEP, au cours des préparations au premier Championnat du monde de basket-ball féminin 1953 à Santiago du Chili.

À l'image de beaucoup de sports en France, la version féminine du basket-ball appartient au début du siècle à la Fédération des sociétés féminines sportives de France et au Rayon sportif féminin. Les équipes sont souvent constituées par des athlètes qui prolongent leur carrière sportive dans cette discipline qui contribue à leur entraînement hivernal telle la championne Marguerite Radideau des Linnet's Saint-Maur. Ainsi en 1934 lors des derniers Jeux mondiaux féminins organisés à Londres Lucienne Velu, une autre championne d'athlétisme licenciée au même club que Marguerite, est capitaine de l’équipe de France de basket qui bat les États-Unis par 34 à 23 le 11 août 1934 au White Hall et devient ainsi la première équipe féminine française championne du monde de l'histoire du sport. Il faut attendre 1936 pour que le basket-ball féminin soit rattaché à la FFBB.

L'année précédente, l'équipe de France masculine a disputé sa première compétition officielle, à savoir le championnat d'Europe de Genève. Et l'année suivante l'équipe remporte sa première médaille (bronze).

Les années troubles (1945-1970)[modifier | modifier le code]

La reprise après la guerre est encourageante avec une seconde place aux Jeux olympiques de Londres en 1948 avec Robert Busnel comme entraîneur.

L'équipe de France masculine obtient aussi une deuxième place au championnat d'Europe de 1949, une troisième place en 1951, 1953 et 1959 et une quatrième place aux mondiaux de 1954.

Le professionnalisme (1980)[modifier | modifier le code]

De 1971 à 1977, les « demoiselles de Clermont-Ferrand »[5] sont le club phare du basket-ball féminin français. L'équipe participe à l'Euroligue. Bourges et Valenciennes[6] prennent ensuite le relais jusqu'au début du XXIe siècle.

Le professionnalisme dans le basket-ball se développe partout en Europe, et la France ne reste pas sur la touche. Ainsi en 1987 est créé le Comité des clubs de haut niveau qui deviendra la Ligue nationale de basket-ball. Il s'agit d'une délégation de pouvoirs de la FFBB afin de gérer les 2 premières divisions (professionnelles) masculines.

Les générations dorées (1999-2013)[modifier | modifier le code]

Coté féminin, le basket-ball français revient au plus haut niveau en remportant d'abord une médaille d'argent à l'Euro 1999 puis deux titres en 2001 et 2009. Emmenée par Céline Dumerc, les « Braqueuses » gagnent dans la foulée une médaille d'argent olympique à Londres en 2012.

Chez les garçons, la génération des frères Didier et Thierry Gadou, Stéphane Ostrowski, Antoine Rigaudeau se hisse au quatrième rang européen en 1999 à Paris avant d'être couronnée par une médaille d'argent en finale des JO de Sydney en 2000. Cette médaille est suivie par une troisième place aux championnats d'Europe obtenue en 2005 par la génération Tony Parker - Mickaël Piétrus - Boris Diaw. Appuyés par de jeunes joueurs du plus haut niveau monial comme Nicolas Batum et Alexis Ajinça, Parker et Diaw remportent le premier titre de champion d'Europe de l'histoire du basket-ball français en 2013.

Durant la saison 2013-2014, la FFBB dépasse officiellement la barre des 500 000 licenciés, son plus haut total historique[7].

Si Jean-Pierre De Vincenzi avait remporté comme entraîneur le premier titre européen jeune de l'histoire du basket-ball français en 1992, les années 2000 vont voir une évolution du pays dans la hierarchie européenne. En gagnant à Zadar le titre junior en 2000, la génération Parker ouvre une décennie de médailles pendant laquelle les équipes de France jeunes (masculins et féminins) vont remporter au moins un titre dans chaque catégorie d'âge. Ces excellents résultats sont en partie au crédit de DE VINCENZI et du renforcement des pôles espoirs et du centre fédéral initié dès son arrivée en tant que DTN en 1997.[réf. nécessaire]

[modifier | modifier le code]

Évolution du nombre de licenciés[modifier | modifier le code]

Nombre de licenciés[8]
Saison Nombre de licenciés Évolution par rapport à la saison précédente
2002-2003 427 496
2003-2004 445 160 en augmentation+4,13 %
2004-2005 447 862 en augmentation+0,61 %
2005-2006 451 781 en augmentation+0,88 %
2006-2007 457 036 en augmentation+1,16 %
2007-2008 455 111 en diminution-0,42 %
2008-2009 449 263 en diminution-1,28 %
2009-2010 456 036 en augmentation+1,51 %
2010-2011 461 057 en augmentation+1,10 %
2011-2012 468 136 en augmentation+1,54 %
2012-2013 491 271 en augmentation+4,94 %
2013-2014 500 033 (au 10/12/2013)[2] en augmentation+1,78 %

Organisation[modifier | modifier le code]

En 2007, la FFBB compte 456 074 licenciés, répartis dans les 4 400 clubs français[3]. La Fédération s'organise en 33 ligues régionales, une ligue handi basket[9], 107 comités départementaux[10].

Les licenciés de la FFBB pratiquent la compétition dans des championnats de différents niveaux. Les championnats nationaux (Pro A, Espoirs Pro A, Pro B, NM1, NM2 et NM3 pour les hommes ; Ligue féminine 1 et Ligue féminine 2, NF1, NF2 et NF3 pour les femmes) sont organisés par la Ligue nationale de basket-ball, la Ligue féminine ou la Fédération. Les championnats régionaux et départementaux sont gérés par les Ligues régionales ou les Comités départementaux.

La FFBB organise également sept Coupes de France (Trophée Robert Busnel, Trophée Joë Jaunay, Trophée masculin, Trophée féminin, cadets, cadettes, basket-ball en entreprise) dont les finales ont lieu tous les ans au Palais omnisports de Paris-Bercy (POPB) fin mai.

Les acteurs de la FFBB[modifier | modifier le code]

La FFBB est dirigée par un comité directeur (36 membres) et par un président (les membres du comité directeur et le président sont élus pour quatre ans). Le président actuel est Jean-Pierre Siutat, élu en 2010 pour succéder à Yvan Mainini devenu président de la FIBA[11].

Les présidents successifs[modifier | modifier le code]

Portrait en noir et blanc et Marcel Barillé.
Marcel Barillé en 1932.
Portrait de Yvan Mainini, assis.
Yvan Mainini en 2008.
Élection Nom
Novembre 1920 Jean Bélanger
Mai 1929 Armand Lille
Juin 1931 Marcel Barillé
25 juin 1938 Marie-Eugène Bouge
Septembre 1940 A. Pichon (responsable zone non occupée nord)
C. Pilé (responsable zone non occupée sud)
16 septembre 1944 Charles Boizard, président intérimaire
13 mars 1945 Charles Boizard
3 juillet 1956 Paul Geist
8 juillet 1957 Robert Lescaret
13 décembre 1959 René Gibard, président intérimaire
5 juillet 1960 Donatien Robin
2 juillet 1962 Maurice Chavinier
2 juillet 1966 Robert Busnel
13 décembre 1980 Robert Founs
23 mars 1985 René David
12 décembre 1992 Yvan Mainini
13 novembre 2010 Jean-Pierre Siutat

Les rôles de la FFBB[modifier | modifier le code]

La fédération française de basket-ball assure les missions suivantes :

  • la promotion et l’éducation par les activités physiques et sportives ;
  • l’accès à toutes et à tous à la pratique des activités physiques et sportives ;
  • la formation et le perfectionnement des dirigeants, animateurs, formateurs et entraineurs fédéraux ;
  • l’organisation et l’accession à la pratique des activités arbitrales au sein de la discipline, notamment pour les jeunes ;
  • le respect des règles techniques, de sécurité, d’encadrement et de déontologie de leur discipline ;
  • la délivrance des titres fédéraux ;
  • l’organisation de la surveillance médicale de leurs licenciés ;
  • la promotion de la coopération sportive régionale conduite par l’intermédiaire de leurs organes déconcentrés dans les Départements et Territoires d’Outre-mer ;
  • la représentation des sportifs dans les instances dirigeantes.

Les moyens d’actions de la Fédération sont les suivants :

  • l'organisation des compétitions de toute nature entre les associations affiliées ou leurs membres, les Comités Départementaux, les Ligues Régionales, toutes manifestations de basket-ball sur le plan local, national ou international, ainsi que les sélections de toute nature ;
  • l’organisation d’activités ouvertes à des non-licencié(e)s ;
  • l’implantation de structures de concertation à vocation interrégionale ;
  • la publication d’un Bulletin officiel et de toute revue traitant du basket-ball ;
  • la publication et la diffusion de toute documentation et de tous règlements relatifs à la pratique du basket-ball ;
  • la tenue d’assemblées périodiques, l’organisation de cours, conférences, stages et examens ;
  • l’aide morale et matérielle à ses membres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Présentation de la FFBB », FFBB (consulté le 29 juillet 2012)
  2. a et b http://www.ffbb.com/_actu/page_m.php?d=actu&p=actu&id=10229
  3. a et b Assemblée générale 2010 - Dossier de presse de la Fédération française de basket-ball, 26 juin 2010 [PDF]
  4. a, b et c CD-rom : 1926-2003 tous les matchs des équipes de France, édité par la FFBB
  5. La grande histoire du basket français, par le journal l'Équipe, p142 à 144
  6. « Bourges - Valenciennes : retrouvailles au sommet », sur leparisien.fr,‎ 22 avril 2001
  7. 457 034 : Record de licenciés - Fédération française de basket-ball, 30 juin 2007
  8. Statistique des licences, www.ffbb.com
  9. « Liste des ligues », FFBB
  10. « Liste des comités », FFBB
  11. « Siutat nouveau président », L'Équipe,‎ 13 novembre 2010 (consulté le 13 novembre 2010)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]