Philippe Torreton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Philippe Torreton

Description de cette image, également commentée ci-après

Philippe Torreton au festival de Cannes 2007

Naissance 13 octobre 1965 (48 ans)
Rouen, France
Nationalité France Française
Profession Acteur
Homme politique
Films notables L.627
L'Appât
Capitaine Conan
Ça commence aujourd'hui
Monsieur N.
L'Équipier

Philippe Torreton est un acteur français né à Rouen le 13 octobre 1965. Également engagé politiquement à gauche, au Parti socialiste, il est ancien conseiller de Paris, élu dans le 9e arrondissement de la capitale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né à Rouen (Seine-Maritime) d'une mère institutrice et militante syndicale et d'un père pompiste[1], Torreton a grandi dans la banlieue de Rouen et a deux frères portés à cette époque sur le football[2]. Étudiant timide à l'école Maryse-Bastié puis au collège Édouard-Branly de Grand-Quevilly, il s'y découvre un certain amour pour le théâtre qu'il ne cessera de développer, grâce à des professeurs, aimant souvent citer son professeur de français Gérald Désir qui encourage ses premiers pas dans le club de théâtre dans la salle polyvalente du collège Édouard-Branly où l'avait inscrit sa mère à un stage d’initiation[3].

Élève en 1987 du Conservatoire national supérieur d'art dramatique, il fréquente les classes de Madeleine Marion, Catherine Hiegel et Daniel Mesguich[2] ; il y reviendra pour enseigner à partir d'octobre 2008.

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Philippe Torreton entre en 1990 à la Comédie-Française comme pensionnaire. Il en devient le 489e sociétaire en 1994.

Après des rôles parmi les plus prestigieux comme Scapin, Lorenzaccio, Hamlet, Henry V, Tartuffe ou George Dandin, il quitte la Comédie-Française en 1999.

Distingué en 1996 par le Prix Gérard Philipe de la ville de Paris, il interprète le rôle titre du film Capitaine Conan de Bertrand Tavernier évoquant un épisode peu connu de la Première Guerre mondiale puisqu’il se passe en 1919. Son jeu dans ce rôle lui vaut le César du meilleur acteur en 1997. C'est lors de la représentation du Malade imaginaire en 1991, que Bertrand Tavernier l'avait repéré, lui proposant le rôle d'Antoine dans L.627, sorti en 1992.

Acteur engagé, il interprète en 1999, toujours pour Tavernier, le rôle d’un directeur d’école maternelle confronté à la misère sociale dans Ça commence aujourd'hui.

Il est nommé chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres en 1999.

Au théâtre, il interprète, entre autres, en 2000, On ne refait pas l’avenir d’Anne-Marie Étienne, son épouse, mais continue à tourner régulièrement : en 2001, il donne la réplique à Charlotte Gainsbourg dans Félix et Lola de Patrice Leconte, en 2002 il est Monsieur N. pour Antoine de Caunes, en 2004, il est face à Grégori Dérangère dans L'Équipier de Philippe Lioret, en 2005, il apparaît dans Les Chevaliers du ciel de Gérard Pirès. Il est nommé pour le César du meilleur acteur cette même année.

En 2005, il est Robert III d’Artois, dans la série diffusée sur France 2, Les Rois maudits, puis on le voit dans La vie sera belle en 2007. Entre temps, il est M. Seurel dans Le Grand Meaulnes et Charles dans Ulzhan de Volker Schlöndorff.

Torreton est en tournée durant la saison 2005-2006 dans le rôle de Richard III, dans la pièce du même nom de William Shakespeare, dans une mise en scène de Philippe Calvario. Il se lance à son tour dans la mise en scène en 2007, montant et interprétant Dom Juan de Molière. En 2010, il joue dans Un pied dans le crime de Labiche, dans une mise en scène de Jean-Louis Benoît puis en 2011 dans Hamlet, mis en scène par Jean-Luc Revol. Durant la saison 2012-2013, il tient le rôle titre dans Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand, mis en scène par Dominique Pitoiset.

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Lors de l'élection présidentielle de 2007, Philippe Torreton soutient Ségolène Royal et s'est exprimé lors d'une réunion de la candidate au Bataclan (Paris 11e) le 20 février 2007[4].

Il s'engage avec Bertrand Delanoë pour les élections municipales de 2008 à Paris en tant que candidat dans le 9e arrondissement et est élu conseiller de Paris. Il est également conseiller d'arrondissement, délégué à la citoyenneté, à la lutte contre les discriminations et aux évènements artistiques auprès du maire du 9e[5]. Il est au Conseil de Paris en 2010 le second élu le plus absent, après la ministre Christine Lagarde et devant l'autre membre du gouvernement, Pierre Lellouche, et le premier parmi les élus de la majorité socialiste[6]. Il démissionne de son mandat au Conseil de Paris en novembre 2010[7].

Le 17 décembre 2012 il publie dans Libération une lettre s'adressant à Gérard Depardieu, en lui reprochant son exil fiscal : « Alors Gérard, t’as les boules ? »[8], qui provoque diverses réactions dans le milieu artistique. L'actrice Catherine Deneuve, publiera quelques jours plus tard, toujours dans Libération, une réponse[9], où elle fait part de sa « colère », en réaction au jugement de Torreton[10].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il a été le compagnon de la journaliste française Claire Chazal entre 2003 et 2007.

Le 20 juin 2008, Philippe Torreton a épousé Elsa Boublil, journaliste chroniqueuse à France Inter. Ils ont été mariés par Bertrand Delanoë à la mairie du 9e arrondissement de Paris[11].

Il a deux enfants, Louis et Marie, de son mariage avec la réalisatrice Anne-Marie Étienne. Deux autres, Jeanne et Simon, naissent respectivement en 2008 et 2011[12].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Téléfilms et série[modifier | modifier le code]

Clip[modifier | modifier le code]

Captation de pièces[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Comédie-Française[modifier | modifier le code]

Hors Comédie-Française[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Césars
Molières

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'élue de son cœur - Libération, 9 mars 2007
  2. a et b Liban Laurence, « Philippe Torreton, homme d'honneur et de bonheur », sur L'Express,‎ 25 décembre 1997
  3. Martine Bekaert-Couvaud et Anne Moyon (préf. Marc Massion et Laurent Fabius), Grand-Quevilly : 1000 ans d'histoire, Luneray, Bertout,‎ 2000, 119 p. (ISBN 2-86743-403-3), chap. IV (« Les personnalités »), p. 97
  4. Philippe Torreton soutient Segolene Royal
  5. Composition de l'exécutif sur le site de la mairie du 9e arrondissement de Paris.
  6. Eric Nunès, « Lagarde, Torreton et Lellouche champions de l'absentéisme à Paris », Le Monde,‎ 29 mai 2010
  7. « Philippe Torreton quitte le Conseil de Paris », Le Parisien,‎ 20 novembre 2010
  8. Alors Gérard, t’as les boules ? - Libération, 17 décembre 2012
  9. Monsieur Torreton… - Libération, 20 décembre 2012
  10. Catherine Deneuve s'en prend à Philippe Torreton et soutient Gérard Depardieu dans Libération - Le Huffington Post, 21 décembre 2012
  11. PHOTOS : Philippe Torreton et Elsa : bébé va bientôt arriver ! - PurePeople.com, 21 septembre 2008
  12. Philippe Torreton est papa - Gala, 15 décembre 2008
  13. Philippe Torreton tourne Intime conviction, première fiction TV et web - francetv.fr, 30 octobre 2012

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]