Tracy McGrady

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tracy McGrady Portail du basket-ball
Tracy McGrady 1.jpg
Tracy McGrady avec Houston
Fiche d’identité
Nom complet Tracy Lamar McGrady Jr
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 24 mai 1979 (35 ans)
Bartow, Floride
Taille 2,03 m (6 8)
Poids 102 kg (224 lb)
Surnom T-Mac
Situation en club
Poste Arrière / Ailier
Carrière universitaire ou amateur
1996-1997 Mount Zion Christian Academy (Durham, Caroline du Nord)
Draft NBA
Année 1997
Position 9e
Franchise Raptors de Toronto
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1997-1998
1998-1999
1999-2000
2000-2001
2001-2002
2002-2003
2003-2004
2004-2005
2005-2006
2006-2007
2007-2008
2008-2009
2009-2010
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012-2013
2013
Raptors de Toronto
Raptors de Toronto
Raptors de Toronto
Magic d'Orlando
Magic d'Orlando
Magic d'Orlando
Magic d'Orlando
Rockets de Houston
Rockets de Houston
Rockets de Houston
Rockets de Houston
Rockets de Houston
Rockets de Houston
Knicks de New York
Pistons de Detroit
Hawks d'Atlanta
Qingdao
Spurs de San Antonio
07,0
09,3
15,4
26,8
25,6
32,1
28,0
25,7
24,4
24,6
21,6
15,6
03,2
09,4
08,0
05,3
24,9
00,0

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.

Tracy Lamar McGrady Jr est un joueur américain de basket-ball né le 24 mai 1979 à Bartow, près d'Orlando en Floride.

Biographie[modifier | modifier le code]

Portant le numéro 1 en hommage à son idole d'enfance, Anfernee "Penny" Hardaway, qui portait le même numéro lorsqu'il jouait au Magic d'Orlando, T-Mac (surnom donné par sa grand-mère) effectue son lycée à Auburndale Senior High School puis son année sénior à l'académie Mount Zion Christian. Lors de celle-ci, il conduit son équipe au deuxième rang national et est élu High School Player par USA Today[1]. Il décide alors de rejoindre directement la NBA sans faire un cursus universitaire, comme cela était possible jusqu'en 2006. Ces prestations lui valent d'être drafté en 1997 par les Raptors de Toronto en 9e position du premier tour.

Raptors de Toronto[modifier | modifier le code]

McGrady n'en reste pas moins un jeune basketteur de 18 ans tout fraichement débarqué du lycée. Durant ses 2 premières années en NBA, Tracy McGrady commence les matchs sur le banc cependant il montre une étonnante maturité et surtout un talent réel.

En 1998, il est rejoint dans la franchise canadienne par Vince Carter, et ils se découvriront un lien de parenté: ils sont cousins éloignés. Celui-ci, qui a fait ses armes durant trois années en NCAA dans la prestigieuse équipe universitaire des Tar Heels de la Caroline du Nord possède une expérience significative et obtient à la fin de sa première saison le titre de rookie de l'année 1999.

Le temps de jeu de Tracy McGrady augmente pour sa troisième saison. Son élégance et son physique de "swingman" lui vaut d'être comparé à Scottie Pippen, ainsi que le rôle qu'il tient au côté de Vince Carter comme le faisait l'ancien lieutenant de Michael Jordan. Malgré ses bons rapports avec son cousin, cette position de lieutenant ne correspond pas à son ambition. De plus, Free Agent à la fin de sa troisième saison, il est sollicité par le Magic d'Orlando et les Bulls de Chicago. Voulant se rapprocher de sa famille restée en Floride, il fait ainsi le choix de rejoindre la franchise d'Orlando[2] , [3].

Magic d'Orlando[modifier | modifier le code]

Son arrivée dans la franchise floridienne s'accompagne de celle de Grant Hill, en provenance des Pistons de Detroit. Mais son nouveau coéquipier subit de fréquentes blessures, mettant fin au rêve de beaucoup de fans qui voyaient en ce duo une nouvelle paire Pippen-Jordan. McGrady devient très rapidement le fanchise player et ses statistiques sont en très nette progression : il passe ainsi de 15,4 à 26,8 points par rencontre. Il se voit ainsi récompensé du titre de MIP (joueur ayant le plus progressé) [4] devant Predrag Stojaković et Steve Nash.

Les deux saisons suivantes, il termine meilleur marqueur de la NBA avec respectivement 32,1 points en 2002-2003 et 28,0 en 2003-2004. Il fait une saison 2002-2003 remarquable à tel point qu'il est fortement pressenti pour le titre de NBA Most Valuable Player c’est-à-dire meilleur joueur de l'année. Ses statistiques sont affolantes : 32,1 points, 6,5 rebonds, 5,5 passes décisives et 1,6 interception par match, tout cela combiné avec un pourcentage de réussite exceptionnel pour un joueur évoluant à son poste (45,7 % aux tirs dont 38,7 % à 3 points). Le titre de MVP est finalement remporté pour la seconde année consécutive par Tim Duncan.

Cependant, le bilan de 21 victoires pour 61 défaites est le deuxième pire résultat de la franchise lors de la saison 2003-2004. Le manque de constance de l'équipe et les faiblesses du banc poussent le joueur à quitter son club fétiche pour de nouveaux horizons. Il fait pression sur ses dirigeants pour qu'ils le transfèrent[5]. Il prend alors la direction de Houston pour rejoindre les Rockets, en échange notamment de Steve Francis et de Cuttino Mobley [6].

Rockets de Houston[modifier | modifier le code]

Aux côtés de Yao Ming, il devient All-Star pour la cinquième saison consécutive malgré des statistiques légèrement en baisse à cause de blessures récurrentes. Cela ne remet néanmoins pas en cause sa participation au All-Star Game qui se déroule à Houston cette année-là, mais il doit s'incliner avec la sélection de l'Ouest, bien qu'ayant apporté son écot à la bataille, en inscrivant 36 points.

Un des exploits les plus marquants de cette jeune star de l'équipe de Houston fut de marquer 13 points dans les dernières 33 secondes d'un match contre les Spurs de San Antonio de Tony Parker et Tim Duncan, et ainsi de faire gagner son équipe de 1 point.

Sa première partie de la saison 2006-2007 est difficile. L'absence, comme l'année précédente, du géant chinois Yao Ming, en raison de multiples blessures, l'oblige à prendre plus de responsabilités. Ses statistiques s'améliorent avec en particulier plusieurs parties terminées à plus de 30 points et l'augmentation de sa moyenne de passes décisives. Mais la saison s'achève sur une élimination de son équipe en sept matchs (défaite 4-3) au premier tour des play-offs de la conférence Ouest contre le Jazz de l'Utah. Il marque en moyenne 24,6 points, prend 5,3 rebonds et offre 6,5 passes décisives par match.

Lors de la saison 2007-2008, il reçoit le renfort de plusieurs bons joueurs comme l'Argentin Luis Scola. Après un début de saison catastrophique, l'équipe réalise ce qui est alors la deuxième plus longue série de victoires consécutives de la NBA avec vingt-deux succès[7]. Pour la fin de la saison, Yao Ming est blessé au pied.

Durant la saison 2009-2010, Tracy McGrady prend le numéro 3 et laisse le 1 à Trevor Ariza, arrivé lors de l'intersaison.

Knicks de New York[modifier | modifier le code]

Devenu indésirable aux yeux de Rick Adelman, notamment à cause d'un manque de constance dû principalement à de nombreuses blessures, Tracy McGrady est échangé par les Rockets de Houston le 18 février 2010 et part aux Knicks de New York[8] dans un échange comprenant 9 joueurs entre les Knicks, les Rockets et les Kings de Sacramento. Lors de sa première rencontre au Madison Square Garden, la salle des Knicks, il marque 26 points, prend 4 rebonds et offre 5 passes en 32 minutes[9].

Pistons de Detroit[modifier | modifier le code]

En août 2010, il signe un contrat de 1,3 million de dollars pour un an avec les Pistons de Détroit[10]. En cours de saison, T-Mac retrouve son jeu et réussit de bonnes performances.

Hawks d'Atlanta[modifier | modifier le code]

En décembre 2011, étant agent-libre, T-Mac signe pour le salaire minimum et pour une saison à Atlanta. Il signe un contrat en Chine au club de Qingdao pendant l'intersaison 2012 ou il tourne à 24,9 points de moyenne par match.

Spurs de San Antonio[modifier | modifier le code]

Le 16 avril 2013, à la surprise générale, les Spurs de San Antonio l'engagent pour les playoffs à un match de la fin de la saison régulière[11]. Ce qui va lui permettre, dans un rôle mineur certes, de connaître pour la première fois de sa carrière un long parcours en playoffs, puisque les Spurs iront jusqu'au match 7 des finales NBA.

Il quitte la NBA le 26 août 2013, après 17 saisons[12].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Records personnels et distinctions[modifier | modifier le code]

Les records personnels de Tracy McGrady, officiellement recensés par la NBA sont [13]

Type statistique Saison régulière Playoffs
Record Adversaire Date Record Adversaire Date
Points en un match 62 Wizards de Washington 10 mars 2004 46 @ Pistons de Détroit 23 avril 2003
Paniers marqués en un match 20 2 fois 16 @ Pistons de Détroit 23 avril 2003
Paniers tentés en un match 37 3 fois 34 Bucks de Milwaukee 22 avril 2001
Paniers à 3 points réussis 8 3 fois 6 Mavericks de Dallas 5 mai 2005
Paniers à 3 points tentés 16 @ Hawks d'Atlanta 2 février 2002 10 Mavericks de Dallas 5 mai 2005
Lancers francs réussis 18 Pistons de Détroit 25 décembre 2002 14 2 fois
Lancers francs tentés 26 Wizards de Washington 10 mars 2004 18 2 fois
Rebonds offensifs 5 8 fois 8 @ Knicks de New York 23 avril 2000
Rebonds défensifs 12 @ Nuggets de Denver 9 janvier 2005 12 Jazz de l'Utah 21 avril 2008
Rebonds totaux 16 Nets du New Jersey 11 avril 2002 13 Jazz de l'Utah 21 avril 2008
Passes décisives 13 @ Nets du New Jersey 23 février 2003 16 Jazz de l'Utah 30 avril 2007
Interceptions 5 3 fois 5 Pistons de Détroit 27 avril 2003
Contres 4 2 fois 3 5 fois
Balles perdues 7 2 fois 7 @ Pistons de Détroit 23 avril 2003
Minutes jouées 50 Cavaliers de Cleveland 25 décembre 2003 51 Hornets de Charlotte 27 avril 2002

Salaires[modifier | modifier le code]

Année Équipe Salaire
1997-1998 Raptors de Toronto 1 359 360 $
1998-1999 Raptors de Toronto 1 563 000 $
1999-2000 Raptors de Toronto 1 767 120 $
2000-2001 Magic d'Orlando 9 660 000 $
2001-2002 Magic d'Orlando 10 865 250 $
2002-2003 Magic d'Orlando 12 072 500 $
2003-2004 Magic d'Orlando 13 279 750 $
2004-2005 Rockets de Houston 14 487 000 $
2005-2006 Rockets de Houston 15 694 250 $
2006-2007 Rockets de Houston 16 901 500 $
2007-2008 Rockets de Houston 19 014 187 $
2008-2009 Rockets de Houston 20 370 437 $
2009-2010 Knicks de New York 23 239 562 $
2010-2011 Pistons de Détroit 1 352 181 $
2011-2012* Hawks d'Atlanta 1 352 181 $
Total Gains 162 978 278 $[14]

Note : * En 2011, le salaire moyen d'un joueur évoluant en NBA est de 5 150 000 $[15].

Baseball[modifier | modifier le code]

En février 2014, il tente de faire carrière dans le baseball[16]. Lors de ses premiers entraînements avec les Sugar Land Skeeters, il impressionne[17] et espère pouvoir jouer un match en Atlantic League.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Tracy McGrady est le père d'une petite fille (Layla Clarice) et d'un petit garçon (Laymen Lamar). Il est très engagé dans la cause du Darfour, et s'est rendu de nombreuses fois au pays afin d'aider les réfugiés. Il a permis l'ouverture de nombreuses écoles et mis en place un système de parrainage entre les institutions américaines et des villages locaux.[réf. nécessaire]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Classement sur USAToday
  2. (en) McGrady won't say whether he'll be back with Raptors
  3. (en) Orlando works sign-and-trades for free agents
  4. (en) Most Improved Player, sur le site nba.com
  5. (en) Tracy McGrady summary, baltimoresun.com
  6. (en) Rockets sign McGrady to Extension
  7. Le record de la plus longue série de victoires consécutives de la NBA est détenu par les Lakers lors de la saison 1971-1972 avec trente-trois victoires d'affilée. En 2013, le Heat de Miami dépasse le nombre de vingt-deux victoires de Houston.
  8. (en) « Knicks Acquire Seven-Time All-Star Tracy McGrady », sur www.nba.com,‎ 18 février 2010 (consulté le 10 août 2010)
  9. (en) « Thunder spoil McGrady's Knicks debut, win eighth straight », sur www.espn.com,‎ 20 février 2010 (consulté le 10 aout 2010)
  10. « Tracy McGrady débarque à Detroit », sur www.basketusa.com,‎ 10 août 2010 (consulté le 10 août 2010)
  11. « Tracy McGrady signe à San Antonio ! », sur www.basketusa.com,‎ 16 avril 2013 (consulté le 16 avril 2013)
  12. (en) « Tracy McGrady retires from NBA », sur nba.si.com,‎ 26 août 2013 (consulté en 2 septembre)
  13. (en) « Tracy McGrady : Career Stats and Totals », sur nba.com (consulté le 25 janvier 2014)
  14. (en) « Salaires NBA », sur basketball-reference.com (consulté le 25 janvier 2014)
  15. « Salaires moyen NBA », sur basketusa.com (consulté en 2012)
  16. Fabrice Auclert, « Tracy McGrady : « Faire du baseball est un rêve de gosse » », sur basketusa.com,‎ 5 février 2014 (consulté le 11 février 2014)
  17. Jonathan Demay, « Tracy McGrady impressionne au baseball », sur basketusa.com,‎ 11 février 2014 (consulté le 11 février 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :