Charlie Chaplin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Charles Chaplin » et « Chaplin » redirigent ici. Pour les autres sens, voir Chaplin (homonymie) et Famille Chaplin.

Charlie Chaplin

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Charlie Chaplin vers 1920

Nom de naissance Charles Spencer Chaplin
Surnom The Tramp (en anglais)
Charlot (en français)
Naissance 16 avril 1889
Londres (Royaume-Uni)
Décès 25 décembre 1977 (à 88 ans)
Corsier-sur-Vevey (Suisse)
Profession Acteur, réalisateur, compositeur, scénariste et producteur
Films notables Filmographie
Site internet http://charliechaplin.com

Charles Spencer Chaplin, dit Charlie Chaplin (16 avril 1889 - 25 décembre 1977), est un acteur, un réalisateur et un scénariste britannique qui devint une icône du cinéma muet grâce à son personnage de Charlot. Durant sa carrière de plus de 65 ans, il joua dans plus de 80 films et sa vie publique et privée a fait l'objet d'adulation comme de controverses.

Né à Londres, Chaplin grandit dans la misère entre un père absent et une mère en grandes difficultés financières qui fut internée en asile psychiatrique alors qu'il avait 14 ans. Il commença très tôt à se produire dans des music-halls et devint rapidement acteur. À 19 ans, il fut remarqué par le célèbre imprésario Fred Karno et réalisa une tournée aux États-Unis. Il joua au cinéma pour la première fois en 1914 dans le film Pour gagner sa vie et créa rapidement son personnage de Charlot. En plus de son rôle d'acteur, il se mit à la réalisation et développa ses talents en travaillant avec les sociétés de production Essanay, Mutual et First National. En 1918, il était devenu l'une des personnalités les plus connues au monde.

En 1919, Chaplin cofonda la société United Artists et reçut ainsi le contrôle total sur ses œuvres. Parmi ses premiers long-métrages figurent Le Kid (1921), L'Opinion publique (1923), La Ruée vers l'or (1925) et Le Cirque (1928). Il refusa de passer au cinéma sonore et continua de produire des films muets dans les années 1930 comme Les Lumières de la ville (1931) et Les Temps modernes (1936). Ses œuvres devinrent ensuite plus politiques avec notamment Le Dictateur (1940) dans lequel il se moquait d'Adolf Hitler. Sa popularité déclina dans les années 1940 en raison des controverses concernant ses liaisons avec des femmes bien plus jeunes que lui et un procès en reconnaissance en paternité. Chaplin fut également accusé de sympathies communistes et les enquêtes du FBI et du Congrès l'obligèrent à quitter le pays pour la Suisse en 1952. Il abandonna son personnage de Charlot dans ses derniers films dont Monsieur Verdoux (1947), Les Feux de la rampe (1952), Un roi à New York (1957) et La Comtesse de Hong-Kong (1967).

Chaplin écrivit, réalisa, produisit, composa la musique et joua dans la plupart de ses films. Il était perfectionniste et son indépendance financière lui permit de consacrer des années au développement de ses œuvres. Bien qu'étant des comédies de type slapstick, ses films intégraient des éléments de pathos et étaient marqués par les thèmes sociaux et politiques ainsi que par des éléments autobiographiques. En 1972, l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences lui remit un oscar d'honneur pour sa contribution inestimable à l'industrie cinématographique et plusieurs de ses œuvres sont aujourd'hui considérées comme faisant partie des plus grands films de tous les temps.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse (1889-1913)[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Hannah Chaplin (en) vers 1885

Charles Spencer Chaplin est né le 16 avril 1889 ; il était le premier enfant d'Hannah Chaplin (en) née Hill (1866-1928) et de Charles Chaplin Sr. (1863-1901). Il n'existe aucun document officiel sur sa naissance mais Chaplin considérait qu'il était né sur East Street dans le quartier de Walworth du sud de Londres[1],[n 1]. Ses parents s'étaient mariés quatre ans plus tôt après que Charles Sr. eut reconnu Sydney John, un fils issu d'une précédente relation d'Hannah avec un homme inconnu[5]. Au moment de sa naissance, les parents de Chaplin étaient tous deux des artistes de music-hall. Sa mère, la fille d'un cordonnier[6], menait une carrière sans grand succès sous le nom de scène de Lily Harley[7] tandis que son père, le fils d'un boucher[8] était un chanteur populaire[9]. Ils se séparèrent vers 1891[10] et l'année suivante, Hannah donna naissance à son troisième fils, Wheeler Dryden, issu d'une relation avec le chanteur de music-hall Leo Dryden ; l'enfant fut emmené par son père à l'âge de six mois et resta éloigné de Chaplin pendant 30 ans[11].

L'enfance de Chaplin fut marquée par la misère et les privations ce qui poussa son biographe officiel David Robinson à écrire que son parcours ultérieur fut « le plus spectaculaire de tous les récits jamais racontés sur l'ascension des haillons aux richesses[12] ». Il passa ses premières années avec sa mère et son frère Sydney dans le borough londonien de Kennington ; hormis quelques travaux de couture ou de nourrice, Hannah n'avait aucun revenu et Charles Sr. n'apporta aucun soutien à ses enfants[13]. Alors que la situation financière du foyer se détériorait, Chaplin fut envoyé dans une workhouse à l'âge de sept ans[n 2]. Il indiqua par la suite qu'il y connut une « triste existence[15] » et fut brièvement rendu à sa mère 18 mois plus tard ; Hannah fut rapidement contrainte de se séparer à nouveau de ses enfants qui furent envoyés dans une autre institution pour enfants indigents[16].

Charles Chaplin Sr. vers 1885

En septembre 1898, la mère de Chaplin fut admise à l'asile psychiatrique de Cane Hill après avoir développé une psychose apparemment provoquée par la malnutrition et la syphilis[17]. Durant les deux mois de son hospitalisation, Chaplin et son frère furent envoyés vivre avec leur père qu'ils connaissaient à peine[18]. Charles Sr. avait alors sombré dans l'alcoolisme et sa conduite entraîna la visite d'une organisation de protection de l'enfance[19]. Il mourut deux ans plus tard à l'âge de 38 ans d'une cirrhose[20].

L'état de santé d'Hannah s'améliora[19] mais elle fit une rechute en mai 1903. Chaplin, alors âgé de 14 ans, l'emmena au dispensaire où elle fut renvoyée à Cane Hill[21]. Il vécut seul pendant plusieurs jours et dormit dans la rue en attendant le retour de son frère qui s'était engagé dans la Marine deux ans plus tôt[22],[23],[24]. Hannah quitta l'asile au bout de huit mois[25] mais elle rechuta de manière permanente en mars 1905. Chaplin écrivit plus tard que « nous ne pouvions rien faire d'autre qu'accepter le triste destin de notre mère ». En 1921, Charlie et son frère Sydney obtiennent qu'elle vienne les rejoindre à Hollywood. Charlie lui a acheté une maison en bord de mer, et Hannah y vivra ses sept dernières années, soignée à domicile. C'est là qu'elle pourra revoir son troisième fils, Wheeler Dryden, dont elle avait été séparée depuis trente ans, peu après sa naissance. Elle meurt le 28 août 1928[26].

Premières prestations[modifier | modifier le code]

Chaplin commença très tôt à se produire sur scène et se rappela avoir réalisé sa première apparition à cinq ans en remplaçant Hannah lors d'un spectacle à Aldershot[n 3]. Cela fut une exception mais sa mère l'encouragea dans cette voie et il rapporta par la suite qu'« elle [l]'imprégna du sentiment [qu'il] avait une sorte de talent[29] ». Grâce aux relations de son père[30], il devint membre de la troupe de danseurs Eight Lancashire Lads et se produisit dans les music-halls britanniques en 1899 et 1900[n 4]. Chaplin travaillait dur et la troupe était populaire mais il ne se satisfaisait pas de la danse et voulait se tourner vers la comédie[32].

Alors que Chaplin était en tournée avec les Eight Lancashire Lads, sa mère s'assura qu'il continuait à aller à l'école[33] mais il abandonna vers 13 ans[34]. Après une période de petits boulots[35], il s'inscrivit dans une agence artistique du West End de Londres à 14 ans peu après la rechute de sa mère. Le responsable de l'agence discerna un potentiel chez Chaplin et lui offrit rapidement son premier rôle en tant que vendeur de journaux dans la pièce Jim, a Romance of Cockayne de Harry A. Saintsbury[36]. La première eut lieu en juillet 1903 mais le spectacle ne rencontra pas le succès et les représentations s'arrêtèrent au bout de deux semaines ; la performance comique de Chaplin fut néanmoins remarquée par les critiques[37],[38],[39]. Saintsbury lui obtint le rôle du groom Billy dans la pièce Sherlock Holmes de Charles Frohman[40]. Son jeu fut si bien reçu qu'il fut appelé à Londres pour se produire aux côtés de William Gillette qui avait co-écrit la pièce avec Arthur Conan Doyle[41]. Il réalisa sa dernière tournée de Sherlock Holmes au début de l'année 1906 après y avoir joué pendant plus de deux ans et demi[42].

Acteur comique[modifier | modifier le code]

Page de journal avec deux photographies de Chaplin, l'une naturelle avec les cheveux lissés et l'autre dans son rôle avec une moustache et les cheveux en bataille.
Publicité pour la tournée américaine de la troupe de Fred Karno avec Chaplin en 1913

Chaplin rejoignit rapidement une autre compagnie et joua dans une comédie à sketchs appelée Repairs avec son frère qui s'était également lancé dans une carrière artistique[43]. En mai 1906, il participa au spectacle pour enfants Casey's Circus[44] et développa son jeu burlesque qui lui permit de devenir rapidement la star de la pièce. À la fin de la tournée en juillet 1907, le jeune homme de 18 ans était devenu un comédien accompli[45],[46]. Il eut néanmoins des difficultés pour trouver du travail et une brève percée dans le stand-up ne rencontra pas le succès escompté[47],[48].

Dans le même temps, Sydney Chaplin avait rejoint en 1906 la prestigieuse troupe comique de Fred Karno dont il était devenu l'un des acteurs principaux en 1908[49],[50],[51]. En février, il parvint à obtenir une période d'essai de deux semaines pour son frère cadet. Karno ne fut initialement pas convaincu et considérait Chaplin comme un « enfant à l'air renfrogné pâle et chétif » qui « semblait bien trop timide pour faire quoi que ce soit de bien au théâtre[52] ». Il fut cependant impressionné par sa première prestation au London Theatre et l'engagea immédiatement[53]. Après des rôles secondaires, Chaplin accéda aux rôles principaux en 1909[54] et il fut l'acteur principal de la nouvelle comédie Jimmy the Fearless en avril 1910. Ce fut un grand succès qui attira l'attention de la presse sur le jeune artiste[55],[56].

Karno choisit sa nouvelle star pour participer avec une partie de sa troupe à une tournée en Amérique du Nord[57]. Chaplin mena les spectacles de vaudeville et impressionna les critiques qui le décrivirent comme « l'un des meilleurs artistes de pantomime jamais vu[58] ». La tournée dura 21 mois et la troupe retourna en Grande-Bretagne en juin 1912[59]. Chaplin se souvint qu'il « eut le sentiment troublant de revenir aux platitudes déprimantes » et fut ravi quand une nouvelle tournée commença en octobre[60],[61].

Débuts dans le cinéma (1914-1917)[modifier | modifier le code]

Keystone[modifier | modifier le code]

Capture d'écran montrant deux hommes en costume dans une rue. Chaplin porte un haut-de-forme et une moustache.
Chaplin (à gauche) dans son premier rôle cinématographique, Pour gagner sa vie (1914)
Capture d'écran montrant Charlot devant une foule d'enfants.
Les débuts de Charlot dans Charlot est content de lui (1914)

Alors qu'il en était au sixième mois de sa tournée américaine, Chaplin fut invité à rejoindre la New York Motion Picture Company ; un des responsables de la société avait assisté à un de ses spectacles et pensait qu'il pourrait remplacer Fred Mace, la star du studio Keystone, qui voulait prendre sa retraite[62]. Chaplin considérait les comédies de Keystone comme un « mélange grossier » mais appréciait la perspective d'une nouvelle carrière[63]; il signa en septembre 1913 un contrat avec un salaire hebdomadaire de 150 $ (environ 6 810 $ de 2012[n 5])[64],[65].

Chaplin arriva dans les studios de Los Angeles au début du mois de décembre 1913[66] et rencontra son responsable Mack Sennett qui pensait que le jeune homme de 24 ans paraissait trop jeune[67]. Il ne joua pas avant la fin du mois de février et profita de cette période pour se familiariser avec la réalisation cinématographique[68]. Il fit ses débuts dans le court-métrage Pour gagner sa vie sorti le 2 février 1914 mais détesta le film[69]. Dans ce premier film, il se présentait comme une sorte de dandy en costume étriqué, chapeau haut-de-forme et grandes moustaches tombantes. Pour son second rôle, Chaplin choisit le costume de Charlot (en anglais, The Tramp ou vagabond) avec lequel il se fit connaître ; dans son autobiographie, il décrivit le processus :

« Je voulais que tout soit une contradiction : le pantalon ample, la veste étriquée, le chapeau étroit et les chaussures larges… J'ai ajouté une petite moustache qui, selon moi, me vieillirait sans affecter mon expression. Je n'avais aucune idée du personnage mais dès que je fus habillé, les vêtements et le maquillage me firent sentir qui il était. J'ai commencé à le connaître et quand je suis entré sur le plateau, il était entièrement né[70],[n 6]. »

Ce film fut L'Étrange Aventure de Mabel mais le personnage de « Charlot » apparut pour la première fois dans Charlot est content de lui tourné peu après mais qui sortit deux jours plus tôt le 7 février 1914[72]. Chaplin adopta rapidement ce personnage et fit des suggestions pour les films dans lesquels il apparaissait mais elles furent rejetées par les réalisateurs[73]. Durant le tournage de son 11e film, Mabel au volant, il affronta la réalisatrice Mabel Normand et l'incident faillit entraîner la résiliation de son contrat. Sennett le conserva néanmoins après avoir reçu des commandes pour de nouveaux films avec Chaplin. Il l'autorisa également à réaliser son prochain film après que Chaplin eut promit de payer 1 500 $ (environ 68 000 $ de 2012[n 5]) s'il ne marchait pas[74].

Un béguin de Charlot sorti le 4 mai 1914 marqua les débuts de réalisateur de Chaplin et connut un grand succès[75]. Par la suite, il réalisa quasiment tous les court-métrages de Keystone dans lesquels il joua[76]; Chaplin rapporta par la suite que cette période où il réalisait environ un film par semaine[77] fut la plus excitante de sa carrière[78]. Il introduisit une forme de comédie plus lente que les farces typiques de Keystone[72] et rassembla rapidement un grand nombre d'admirateurs[79],[80]. En novembre 1914, il joua avec Marie Dressler dans le long-métrage Le Roman comique de Charlot et Lolotte réalisé par Sennet ; le film fut un succès et accrut sa popularité[81]. Lorsque le contrat de Chaplin expira à la fin de l'année, il demanda un salaire hebdomadaire de 1 000 $ (environ 45 200 $ de 2012[n 5]), une somme que Sennett refusa car trop élevée[82].

Essanay[modifier | modifier le code]

Capture d'écran montrant Charlot assis à côté d'une femme portant une robe et un nœud dans les cheveux.
Chaplin et Edna Purviance dans Charlot apprenti (1915)

L'Essanay Film Manufacturing Company proposa à Chaplin un salaire hebdomadaire de 1 250 $ (environ 56 500 $ de 2012[n 5]) avec une prime d'embauche de 10 000 $. Il intégra le studio à la fin du mois de décembre 1914[83] et rejoignit d'autres acteurs comme Leo White, Bud Jamison, Paddy McGuire et Billy Armstrong. Alors qu'il était à la recherche d'un second rôle féminin pour son deuxième film, Charlot fait la noce, il repéra une secrétaire appelée Edna Purviance dans un café à San Francisco. Il l'embaucha et elle tourna avec lui dans 35 films[84]; ils eurent également une aventure sentimentale jusqu'en 1917[85].

Chaplin exerçait un contrôle important sur ses films et il commença à consacrer beaucoup de temps et d'énergie dans chacune de ses réalisations[86],[87],[88]. Un mois sépara sa seconde production, Charlot fait la noce, et sa troisième, Charlot boxeur[89], et il adopta ce rythme pour ses réalisations ultérieures avec Essenay[90]. Il modifia également son personnage qui avait été critiqué par Keystone en raison de son caractère « malveillant, rustre et grossier » pour lui donner une personnalité plus douce et romantique[91]. Cette évolution fut illustrée par Le Vagabond en avril 1915[92],[93] et Charlot garçon de banque en août qui comportaient un final plus triste. Robinson note que cela était une innovation pour les films comiques et les critiques sérieuses commencèrent à plus apprécier son travail[94]. L'historien du cinéma Simon Louvish indiqua qu'avec Essanay, Chaplin « trouva les thèmes qui définirent le monde de Charlot[95] ».

Immédiatement après ses débuts cinématographiques, Chaplin devint un phénomène culturel. Les magasins vendaient des produits associés à son personnage de Charlot qui apparut dans des bandes dessinés et dans des chansons[96],[77],[97]. En juillet 1915, un journaliste du magazine Motion Picture Magazine écrivit que la « chaplinite » se propageait en Amérique[98]. Sa popularité s'étendit également à l'étranger et il devint la première star internationale du cinéma[99],[100]. Alors que son contrat avec Essenay expirait en décembre 1915[101], Chaplin, pleinement conscient de sa célébrité, demanda une prime d'embauche de 150 000 $ (environ 7 millions de dollars de 2012[n 5]) de la part de son nouveau studio. Il reçut plusieurs propositions venant entre autres d'Universal, de la Fox et de Vitagraph[102].

Mutual[modifier | modifier le code]

Photographie de Charlie Chaplin debout et en costume tenant une poupée représentant Charlot
Chaplin devint rapidement un phénomène culturel avec des produits sur son personnage de Charlot, 1918.

Il fut finalement embauché par le studio Mutual qui lui accorda un salaire annuel de 670 000 $ faisant de Chaplin, alors âgé de 26 ans, l'une des personnes les mieux payées au monde[103]. Cette somme élevée choqua le public et fut largement reprise dans la presse[104]. Le président du studio, John R. Freuler, expliqua que : « Nous pouvons nous permettre de payer ce large salaire annuel à M. Chaplin car le public veut Chaplin et paiera pour le voir[105] ».

Mutual accorda à Chaplin son propre studio à Los Angeles qui fut inauguré en mars 1916[106]. Il recruta deux nouveaux acteurs pour l'accompagner, Albert Austin et Eric Campbell[107], et réalisa une série de films plus élaborés et mélodramatiques : Charlot chef de rayon, Charlot pompier, Charlot musicien, Charlot rentre tard, Charlot et le Comte[108]. Pour Charlot usurier, il embaucha l'acteur Henry Bergman qui travailla avec lui pendant 30 ans[109]. Charlot fait du ciné et Charlot patine furent ses dernières réalisations pour l'année 1916. Le contrat avec Mutual stipulait qu'il devait réaliser un court-métrage toutes les quatre semaines, ce qu'il avait fait[110]. Il commença néanmoins à demander plus de temps pour créer ses films et il n'en réalisa que quatre autres pour Mutual dans les dix premiers mois de l'année 1917 : Charlot policeman, Charlot fait une cure, L'Émigrant et Charlot s'évade[111]. Du fait de leur réalisation méticuleuse et de leur construction soignée, ces films sont considérées comme parmi ses meilleures œuvres de Chaplin par les spécialistes du cinéaste[112],[113],[111],[114]. Plus tard, Chaplin indiqua que ses années à Mutual furent les plus heureuses de sa carrière[115].

Chaplin fut critiqué par la presse britannique pour sa non-participation à la Première Guerre mondiale[116]. Il répondit qu'il se battrait pour le Royaume-Uni s'il y était appelé et qu'il s'était enregistré pour la conscription américaine ; aucun des deux pays ne lui demanda de servir et l'ambassade britannique aux États-Unis publia une déclaration indiquant que « [Chaplin] est bien plus utile à la Grande-Bretagne en gagnant de l'argent et en achetant des obligations de guerre que dans les tranchées[117] ». Malgré ces critiques, Chaplin était l'un des acteurs préférés des soldats[118] et sa popularité continua de grandir dans le monde entier. Le magazine américain Harper's Weekly rapporta que le nom de Charlie Chaplin faisait « partie de la langue véhiculaire de presque tous les pays » et que l'image de Charlot était « universellement familière[119] ». En 1917, les imitateurs professionnels de Charlot étaient si répandus qu'il lança des actions en justice[120] et il fut rapporté que neuf hommes sur dix qui participaient à des soirées costumées reprenaient son accoutrement[121]. L'actrice Minnie M. Fiske écrivit qu'un « nombre en constante augmentation de personnes cultivées commencent à considérer le jeune bouffon anglais, Charlie Chaplin comme un artiste extraordinaire et un génie comique[119] ».

First National (1918-1922)[modifier | modifier le code]

Affiche montrant Charlot l'air triste assis sur un muret en briques à côté d'un petit chien blanc.
Une vie de chien (1918) dans lequel Charlot commença à apparaître comme « une sorte de Pierrot » ou « clown triste ».

Mutual ne se formalisa pas de la production réduite de Chaplin et le contrat se termina à l'amiable. Pour son nouveau studio, son principal objectif était d'avoir une plus large indépendance ; son frère Sydney, devenu son agent artistique, déclara à la presse que « Chaplin doit être autorisé à avoir tout le temps et l'agent nécessaire pour produire les films à sa manière… C'est la qualité, non la quantité, que nous voulons[122] ». En juin 1917, Chaplin signa un contrat d'un million de dollars (environ 34 millions de dollars de 2012[n 5]) pour huit films avec l'association de propriétaires de salles de cinéma First National Pictures[123]. Il décida de construire son propre studio sur un terrain de acres (20 200 m2) près de Sunset Boulevard avec les meilleures installations et équipements disponibles[124],[125]. Le studio fut inauguré en janvier 1918[126] et Chaplin reçut une grande liberté pour la réalisation de ses films[127].

Une vie de chien distribué en avril 1918, fut son premier film sous ce nouveau contrat. Il y démontra une attention grandissante pour l'intrigue et son traitement de Charlot comme « une sorte de Pierrot[128] ». Le film fut décrit par le critique français Louis Delluc comme « la première œuvre d'art totale du cinéma[129] ». Chaplin participa ensuite à l'effort de guerre en réalisant une tournée d'un mois aux États-Unis pour lever des fonds pour les alliés[130]. Il produisit également un court-métrage de propagande pour le gouvernement appelé The Bond[131]. Son film suivant, Charlot soldat, mit en scène Charlot dans les tranchées ; ses associés le mirent en garde contre une comédie sur la guerre mais il indiqua par la suite que « dangereuse ou non, l'idée m'excitait[132] ». Le tournage dura quatre mois et le film de 45 minutes rencontra un grand succès à sa sortie en octobre 1918[133].

Après la sortie de Charlot Soldat, Chaplin demanda plus de fonds à First National qui refusa. Frustré par le manque de considération du studio pour la qualité et inquiet des rumeurs d'une fusion avec Famous Players-Lasky[134],[135], il se rapprocha de ses collègues Douglas Fairbanks, Mary Pickford et D. W. Griffith pour fonder une nouvelle société de distribution. La création d'United Artists en janvier 1919[136] fut une révolution pour l'industrie cinématographique car les quatre fondateurs pouvaient personnellement financer leurs œuvres et avoir un contrôle total sur elles[137]. Chaplin était impatient de pouvoir commencer avec sa nouvelle entreprise et offrit de racheter son contrat avec First National. Le studio refusa et insista pour qu'il livre les six derniers films qu'il avait promis[138].

Photographie de Charlot l'air énervé tenant la main à un petit garçon en haillons
Le Kid (1921) avec Jackie Coogan associait la comédie et le drame et fut le premier film de Chaplin à dépasser une heure.

Avant la création d'United Artists, Chaplin se maria pour la première fois. L'actrice de 17 ans Mildred Harris avait révélé qu'elle était enceinte et ils se marièrent discrètement à Los Angeles en septembre 1918 pour éviter la controverse[139]; la grossesse se révéla fausse[140]. Chaplin n'était pas heureux de cette union qui selon lui affectait sa créativité et la réalisation d'Une idylle aux champs fut difficile[141],[142]. Harris tomba ensuite réellement enceinte et elle accoucha d'un garçon le 7 juillet 1919. Le nouveau-né, Norman Spencer Chaplin, était cependant malformé et mourut trois jours plus tard[143]. Ils divorcèrent en avril 1920 et Chaplin expliqua dans son autobiographie qu'ils n'étaient « absolument pas faits l'un pour l'autre[144],[145] ».

Cette tragédie personnelle influença l'œuvre de Chaplin car il envisagea de faire de Charlot le tuteur d'un jeune garçon[146],[147]. Le tournage du Kid commença en août 1919 avec le jeune Jackie Coogan âgé de quatre ans[148]. Chaplin réalisa que le projet était plus important que prévu et pour apaiser First National, il arrêta sa production et tourna rapidement Une journée de plaisir[149]. La réalisation du Kid dura neuf mois jusqu'en mai 1920 et sa durée de 68 minutes en faisait le plus long du cinéaste[150]. Marqué par les thèmes de la pauvreté et de la séparation, on considère que Le Kid fut influencé par la propre enfance de Chaplin[127] et il fut l'un des premiers films à associer la comédie et le drame[151]. Le succès fut immédiat à sa sortie en janvier 1921 et il fut distribué dans plus de 50 pays dans les trois années qui suivirent[152].

Chaplin consacra cinq mois à son film suivant Charlot et le Masque de fer de 31 minutes[137]. Après sa sortie en septembre 1921, il décida de retourner en Grande-Bretagne pour la première fois en près d'une décennie[153]. Il remplit ensuite son contrat avec First National en réalisant Jour de paye en février 1922 et Le Pèlerin un an plus tard[154].

United Artists (1923-1938)[modifier | modifier le code]

L'Opinion publique et La Ruée vers l'or[modifier | modifier le code]

Ayant rempli ses obligations avec la First National, Chaplin était à présent libre de réaliser ses films en tant que producteur indépendant. En novembre 1922, il commença le tournage de L'Opinion publique[155]. Il voulait que ce drame romantique lance la carrière d'Edna Purviance[156] et ne réalisa qu'un bref caméo non crédité dans cette production[157]. Il voulait que le film soit réaliste et demanda à ses acteurs de jouer de manière retenue car il expliqua que dans la vie réelle, « les hommes et les femmes essayent de dissimuler leurs émotions plutôt que de vouloir les montrer[158] ». La première de L'Opinion publique en septembre 1923 fut acclamée par la critique pour son approche subtile qui était alors une innovation[159]. Le public semblait cependant peu intéressé par un film de Chaplin sans Charlot et il fut un échec[160]. Le cinéaste fut affecté par ce revers car il avait voulu réaliser un film dramatique et était fier du résultat ; il retira L'Opinion publique des salles aussi vite que possible[161].

Charlot mangeant sa chaussure dans La Ruée vers l'or (1925)

Chaplin revint à la comédie pour son prochain projet et il rapporta avoir pensé que : « Ce prochain film doit être une épopée ! la plus grande ![162] » Inspiré par une photographie de la ruée vers l'or du Klondike de 1898 et par le récit de l'expédition Donner de 1846-1847, il réalisa ce que le journaliste Geoffrey Macnab qualifia de « comédie épique sur un sujet grave[163],[164] ». Dans La Ruée vers l'or, Charlot est représenté comme un prospecteur solitaire affrontant l'adversité et à la recherche de l'amour. Avec Georgia Hale comme partenaire, Chaplin commença le tournage dans les montagnes de l'ouest du Nevada en février 1924[165]. La production fut complexe avec plus de 600 figurants, des décors extravagants et des effets spéciaux[166]; la dernière scène ne fut réalisée qu'en mai 1925 après 15 mois de tournage[167].

Avec un coût de près d'un million de dollars[168], Chaplin considérait que La Ruée vers l'or était le meilleur film qu'il ait réalisé jusque là[169]. Après sa sortie en août 1925, il devint l'un des plus gros succès du cinéma muet avec cinq millions de dollars (environ 132 millions de dollars de 2012[n 5]) de recettes[168],[170]. La comédie comporte certaines des scènes les plus célèbres de Chaplin comme Charlot mangeant sa chaussure ou la « danse des petits pains[171],[172],[173],[174] » et il déclara par la suite qu'il s'agissait du film avec lequel il aimerait que les gens se souviennent de lui[163].

Lita Grey et Le Cirque[modifier | modifier le code]

Photographie d'une jeune femme aux cheveux ondulés ramenés sur le coté et portant un foulard en dentelle
Lita Grey, deux ans après son divorce houleux avec Chaplin

Alors qu'il réalisait La Ruée vers l'Or, Chaplin se maria pour la deuxième fois. Comme pour sa première union, Lita Grey était une jeune actrice qui devait apparaître dans le film et dont la grossesse imprévue obligea Chaplin à l'épouser. Elle avait 16 ans et lui 35, ce qui selon la loi californienne aurait pu être qualifié de viol sur mineure[175]. Il organisa donc une cérémonie discrète au Mexique le 24 novembre 1924[176]. Lita accoucha d'un premier fils, Charles Spencer Chaplin, Jr (en), le 5 mai 1925, et d'un second, Sydney Earle Chaplin le 30 mars 1926[177].

Cela fut une union malheureuse et Chaplin passait beaucoup de temps en studio pour éviter de voir son épouse[178]. En novembre 1926, Grey quitta leur foyer avec leurs enfants[179]. Lors de la difficile procédure de divorce, les documents de Grey accusant Chaplin d'infidélité, de violence et d'entretenir des « désirs sexuels pervers » furent publiés par la presse[180],[181],[n 7]. Il fut rapporté que Chaplin était au bord d'une crise de nerfs alors que l'histoire faisait la une des journaux et que des groupes furent créés pour demander l'interdiction de ses films[181],[183]. Impatients de mettre un terme à l'affaire, les avocats de Chaplin acceptèrent en août 1927 de payer 600 000 $ (environ 15,3 millions de dollars de 2012[n 5]), la plus large somme accordée lors d'un procès aux États-Unis jusqu'alors[184]. La popularité de Chaplin lui permit de surmonter l'incident qui fut rapidement oublié mais il en resta profondément affecté[185],[186].

Avant le début de la procédure de divorce, Chaplin avait commencé à travailler sur un nouveau film, Le Cirque[187]. Le tournage fut suspendu dix mois durant le scandale de son divorce[188] et la production fut marquée par les difficultés[189]. Finalement terminé en octobre 1927, Le Cirque sortit en janvier 1928 et reçut un accueil positif[190]. Lors de la 1re cérémonie des Oscars, Chaplin reçut un oscar d'honneur « pour sa polyvalence et son génie à jouer, écrire, mettre en scène et produire Le Cirque[191] ». Malgré le succès du film, Chaplin l'associa avec le stress de sa production ; il ne le mentionna pas dans son autobiographie et eut du mal à travailler dessus quand il le resonorisa en 1967[192],[193].

Les Lumières de la ville[modifier | modifier le code]

« J'étais résolu à continuer la réalisation de films muets… J'étais un mime et dans ce registre j'étais unique et, sans fausse modestie, un maître. »

Chaplin sur le cinéma parlant[194]

Au moment de la sortie du Cirque, Hollywood vit l'apparition du cinéma parlant. Chaplin était sceptique concernant cette nouvelle technologie et estimait que les « parlants » manquait du talent artistique des films muets[195],[196]. Il était également réticent à l'idée de changer la formule qui avait fait son succès[197],[194],[198] et craignait que donner une voix à Charlot ne limite son attrait à l'international[195],[198]. Il rejeta donc cette mode hollywoodienne et commença à travailler sur un nouveau film muet ; cette décision le rendit néanmoins anxieux et il le resta tout au long de la production de ce nouveau projet[195],[198].

Capture d'écran montrant Charlot tendant la main à une jeune femme assise dans la rue à côté de bouquets de fleurs.
Les Lumières de la ville (1931) est considéré comme l'un des plus grands films de Chaplin.

Lorsque le tournage commença à la fin de l'année 1928, Chaplin œuvrait sur l'histoire depuis près d'un an[199],[200]. Les Lumières de la ville mettait en scène l'amour de Charlot pour une fleuriste aveugle, jouée par Virginia Cherrill, et ses efforts pour lever des fonds pour une opération destinée à lui rendre la vue. Chaplin rapporta qu'il « avait travaillé jusqu'au bord de la folie pour obtenir la perfection[201] » et le tournage dura 21 mois jusqu'en septembre 1930[202].

Chaplin finalisa Les Lumières de la ville en décembre 1930 à un moment où les films muets étaient devenus anachroniques[203]. Une pré-projection ne fut pas un succès[204] mais la presse fut séduite. Un journaliste écrivit : « Personne d'autre que Charlie Chaplin n'aurait pu le faire. Il est le seul à avoir ce quelque chose d'étrange appelé « attrait de l'audience » en quantité suffisante pour défier le penchant populaire pour les films qui parlent[205] ». Lors de sa sortie officielle en janvier 1931, Les Lumières de la ville se révéla être un succès populaire et financier qui rapporta plus de trois millions de dollars[206],[207],[208]. Le British Film Institute le cite comme la plus grande réussite de Chaplin et le critique James Agee évoque son final comme « le meilleur jeu d'acteur et le plus grand moment de l'histoire du cinéma[209],[210] ».

Paulette Goddard et Les Temps modernes[modifier | modifier le code]

Les Lumières de la ville avait été un succès mais Chaplin n'était pas certain de pouvoir réaliser un nouveau film sans dialogues. Il restait convaincu que le son ne marcherait pas dans ses films mais était également « obsédé par la peur déprimante d'être démodé[211] ». En raison de ces incertitudes, le comédien choisit au début de l'année 1931 de prendre des vacances et il arrêta de tourner pendant 16 mois[212],[213]. Il visita l'Europe de l'Ouest dont la France et la Suisse et décida spontanément de se rendre au Japon[214]. Dans son autobiographie, il nota qu'à son retour à Los Angeles en juin 1932, « [il] était perdu et sans but, fatigué et conscient d'une extrême solitude ». Il envisagea brièvement la possibilité de prendre sa retraite et de s'installer en Chine[215].

Affiche montrant Charlot avec un bleu de travail rayé. Il tourne le dos à un mur où sont fixés deux gros disjoncteurs manuels qu'il tient dans les mains à la hauteur de sa tête.
Les Temps modernes (1936) que Jérôme Larcher décrivit comme « une triste réflexion sur l'automatisation de l'individu[216] ».

La solitude de Chaplin fut apaisée quand il rencontra en juillet l'actrice de 21 ans, Paulette Goddard, et ils formèrent un couple heureux[217],[218]. Hésitant encore sur l'opportunité d'un film, il écrivit un roman-feuilleton sur ses voyages qui fut publié dans le magazine Woman's Home Companion[219]. Son séjour à l'étranger avait été très stimulant pour Chaplin qui avait rencontré plusieurs personnages influents et il s'intéressa de plus en plus aux questions internationales[220]. L'état du monde du travail américain durant la Grande Dépression le troubla et il craignait que le capitalisme et les machines ne provoquent un fort taux de chômage. Ce furent ces inquiétudes qui le motivèrent pour développer son nouveau film[221],[222].

Les Temps modernes fut présenté par Chaplin comme « une satire de certaines situations de notre vie industrielle[223] ». Il envisagea d'en faire un film parlant mais changea d'avis lors des répétitions. Comme ses prédécesseurs, Les Temps modernes utilisait des effets sonores synchronisés mais presque aucune parole[224]. Dans le film, l'interprétation en « charabia » d'une chanson par Chaplin donna néanmoins pour la première fois une voix à Charlot[225]. Après l'enregistrement de la musique, le résultat fut présenté en février 1936[226]. Il s'agissait de son premier film depuis Le Kid à intégrer des références politiques et sociales[227] et ce facteur entraîna une forte couverture médiatique même si Chaplin tenta de minimiser le sujet[228]. Le film connut un succès moindre que ses prédécesseurs et les critiques furent plus mitigées car certaines désapprouvaient sa signification politique[229],[230]. Les Temps modernes est néanmoins devenu un classique du répertoire de Chaplin[209],[231].

À la suite de cette sortie, Chaplin se rendit en Extrême-Orient avec Goddard[232]. Le couple refusa tout commentaire sur la nature de leur relation et on ne savait alors pas vraiment s'ils étaient mariés ou non[233]. Quelque temps plus tard, Chaplin révéla qu'ils s'étaient mariés à Canton en Chine durant ce voyage[234]. Les deux s'éloignèrent cependant rapidement l'un de l'autre pour se consacrer à leur travail ; Goddard divorça finalement en 1942 en avançant qu'ils étaient séparés depuis plus d'un an[235].

Controverses et popularité déclinante (1939-1952)[modifier | modifier le code]

Le Dictateur[modifier | modifier le code]

Capture d'écran montrant Chaplin en uniforme militaire avec une casquette à côté d'un large globe terrestre
Chaplin parodiant Adolf Hitler dans Le Dictateur (1940)

Chaplin fut profondément perturbé par les tensions politiques et la montée des nationalismes en Europe dans les années 1930[236],[237] et estima qu'il ne pouvait en faire abstraction dans ses films[238]. Les observateurs avaient déjà noté les ressemblances entre Adolf Hitler et lui : les deux étaient nés à quatre jours d'écart, avaient tous deux accédé à la notoriété mondiale malgré leurs origines pauvres et le dictateur allemand portait la même moustache que Charlot. Cette ressemblance physique fut à la base du film suivant de Chaplin, Le Dictateur, qui se moquait directement d'Hitler et du fascisme[239],[240],[241],[242],[243],[244].

Chaplin consacra deux années à la rédaction du scénario[245] et commença le tournage en septembre 1939 alors que la Seconde Guerre mondiale venait d'éclater[246]. Chaplin décida de renoncer au film muet car il estimait que cela était démodé et qu'il serait plus facile de délivrer un message politique avec la parole[247]. Réaliser une comédie sur Hitler était très délicat mais l'indépendance financière de Chaplin lui permit de prendre le risque[248] : « J'étais déterminé à le faire car on doit se moquer d'Hitler[249],[n 8] ». Dans le film, Chaplin s'éloigna de son personnage de Charlot, tout en conservant son accoutrement, en jouant un « barbier juif » dans une dictature européenne en référence aux discours du parti nazi le présentant comme juif[n 9]. Il joua également le dictateur « Adenoïd Hynkel » parodiant Hitler[251].

Le Dictateur passa une année en postproduction et fut présenté au public en octobre 1940[252]. Le film fit l'objet d'une importante campagne publicitaire et une critique du New York Times le qualifia de « film attendu avec le plus d'impatience de l'année[253] ». Il connut un succès populaire considérable même si le dénouement fut controversé[254],[255]. Dans ce final où son personnage de barbier juif a pris la place du dictateur, Chaplin donne un discours de six minutes face à la caméra dans lequel il expose ses opinions politiques personnelles[256],[257]. Cette prise de liberté à une époque où le cinéma évitait les thèmes politiques controversés a, selon l'historien du cinéma Charles J. Maland, marqué le début du déclin de la popularité de Chaplin : « Dorénavant, aucun admirateur ne pourra séparer la dimension politique de sa star de cinéma[258] ». Le Dictateur fut nommé dans cinq catégories lors de la 13e cérémonie des Oscars dont celles du meilleur film, du meilleur acteur et du meilleur scénario même s'il ne remporta aucune statuette[259].

Joan Barry et Oona O'Neill[modifier | modifier le code]

Dans le milieu des années 1940, Chaplin fut impliqué dans une série de procès qui accaparèrent une grande partie de son temps et affectèrent son image publique[260]. Ces derniers étaient liés à sa relation intermittente avec l'aspirante actrice Joan Barry entre juin 1941 et l'été 1942[261]. Ils se séparèrent après que cette dernière a démontré des troubles mentaux, et elle fut arrêtée à deux reprises pour harcèlement après cette rupture[n 10]; elle réapparut l'année suivante en annonçant qu'elle était enceinte de l'acteur ; ce dernier nia et Barry entama une procédure en reconnaissance de paternité[262].

Photographie d'une femme souriante en robe de soirée assise à une table
Oona O'Neill fut la quatrième et dernière épouse de Chaplin avec qui elle eut huit enfants.

J. Edgar Hoover, le directeur du Federal Bureau of Investigation (FBI), qui se méfiait des tendances politiques de Chaplin, exploita l'opportunité pour endommager sa réputation. Dans le cadre de cette campagne de diffamation[263], le FBI l'inculpa dans quatre affaires reliées à ce scandale. Chaplin était en particulier accusé d'avoir violé le Mann Act qui interdisait le transport entre États de femmes à des fins sexuelles[n 11]. L'historien Otto Friedrich a avancé qu'il s'agissait de « poursuites absurdes » en application d'un « ancien texte[266] » mais Chaplin risquait jusqu'à 23 ans de prison[267]. Les preuves pour trois motifs d'accusation se révélèrent insuffisantes pour aller jusqu'à un procès mais l'étude de la violation du Mann Act commença en mars 1944. Chaplin fut acquitté deux semaines plus tard[264]. L'affaire fit fréquemment la une des journaux et le journal Newsweek la qualifia de « plus grand scandale de relations publiques depuis le procès pour meurtre de Roscoe Arbuckle en 1921[268] ».

Barry accoucha d'une fille, Carole Ann, en octobre 1944 et le procès en paternité débuta en février 1945. Après deux procès difficiles au cours desquels Chaplin fut accusé de « turpitude morale » par le procureur[269], il fut déclaré être le père. Le juge refusa d'accepter les preuves médicales et en particulier la différence de groupe sanguin qui infirmait cette conclusion et il dut payer une pension à sa fille jusqu'à ses 21 ans[270]. La couverture médiatique du procès fut influencée par le FBI qui transmettait les informations à l'influente journaliste à scandales Hedda Hopper[271],[272],[273],[274].

La controverse entourant Chaplin s'accrut quand le 16 juin 1943, deux semaines après le début de la procédure de reconnaissance de paternité, il fut annoncé qu'il épousait sa nouvelle jeune protégée de 18 ans, Oona O'Neill, la fille du dramaturge américain Eugene O'Neill[275]. Chaplin, alors âgé de 54 ans, lui avait été présenté par un agent artistique sept mois plus tôt[276],[277] et dans son autobiographie, il décrivit leur rencontre comme « l'événement le plus heureux de [sa] vie » et indiqua qu'il avait découvert le « parfait amour[278] ». Ils restèrent mariés jusqu'à sa mort en 1977 et eurent huit enfants : Geraldine Leigh (1944), Michael John (1946), Josephine Hannah (1949), Victoria (1951), Eugene Anthony (1953), Jane Cecil (1957), Annette Emily (1959) et Christopher James (1962)[279].

Monsieur Verdoux et accusations communistes[modifier | modifier le code]

Affiche de film montrant Chaplin l'air arrogant dans un élégant costume blanc
« Chaplin change ! Le pouvez-vous ? »
Monsieur Verdoux (1947) fut le premier film de Chaplin sans Charlot et fut également son premier échec critique et populaire aux États-Unis.

Chaplin avança que ces procès avaient « démoli [sa] créativité[280] » et en avril 1946, il commença le tournage d'un film sur lequel il travaillait depuis 1942[281]. Monsieur Verdoux était une comédie noire sur un employé de banque français, M. Verdoux joué par Chaplin, réduit au chômage et qui commence à épouser et à assassiner de riches veuves pour subvenir aux besoins de sa famille. L'idée lui avait été fournie par Orson Welles qui voulait qu'il joue dans un film sur le tueur en série français Henri Désiré Landru. Chaplin estima que ce concept « ferait une superbe comédie[282] » et acheta le scénario à Welles pour 5 000 $ (environ 130 000 $ de 2012[n 5])[283].

Chaplin exprima à nouveau ses idées politiques dans Monsieur Verdoux en critiquant le capitalisme[284],[285] et le film fut très controversé à sa sortie en avril 1947[286],[287],[288]. Il fut hué lors de la première et certains demandèrent son interdiction[286],[289]. Il s'agissait de son premier film où son personnage n'avait aucun rapport avec Charlot et il fut également le premier à être un échec critique et commercial aux États-Unis[290]. Il fut mieux accueilli à l'étranger et fut nommé pour le meilleur scénario lors de la 20e cérémonie des Oscars[291]. Chaplin était néanmoins fier de son œuvre et écrivit dans son autobiographie : « Monsieur Verdoux est le plus intelligent et plus brillant des films que j'ai réalisé[292] ».

L'accueil négatif de Monsieur Verdoux était largement le résultat de l'évolution de l'image publique de Chaplin[293]. En plus du scandale de l'affaire Joan Barry, il fut publiquement accusé d'être communiste[294],[295]. Ses actions politiques s'étaient intensifiées durant la Seconde Guerre mondiale et il avait fait campagne pour l'ouverture d'un second front pour soulager les Soviétiques[296]. Il s'était rapproché de sympathisants communistes connus comme Hanns Eisler et Bertolt Brecht et il participa à des réceptions organisées par des diplomates soviétiques à Los Angeles[297]. Dans le contexte politique de « Peur rouge » qui prévalait à l'époque aux États-Unis, de telles activités faisaient que Chaplin était, selon Larcher, considéré comme « dangereusement progressiste et amoral[298],[299],[269] ». Le FBI était déterminé à lui faire quitter le pays[300] et il lança une enquête officielle à son encontre en 1947[301],[n 12].

Chaplin nia être un communiste et se présenta comme un pacifiste[303],[304],[305],[306] qui estimait que les actions du gouvernement américain pour réprimer une idéologie étaient une violation inacceptable des libertés publiques[307]. Refusant de se taire sur cette question, il protesta ouvertement contre les procès des membres du parti communiste américain devant le House Un-American Activities Committee (HUAC) et fut convoqué par ce dernier[308],[309]. Alors que ses actions étaient largement relayées dans la presse et que la guerre froide gagnait en intensité, sa non-acquisition de la citoyenneté américaine fut critiquée et certains demandèrent son expulsion[310],[311],[269],[312]. Le représentant du Mississippi John E. Rankin (en) déclara devant le Congrès en juin 1947 : « Sa vie à Hollywood est nuisible au tissu moral des États-Unis. [S'il est expulsé]… ses films répugnants pourront être gardé à l'écart des yeux de la jeunesse américaine. Nous devons l'expulser et nous en débarrasser une bonne fois pour toutes[312] ».

Les Feux de la rampe et expulsion des États-Unis[modifier | modifier le code]

Capture d'écran montrant Chaplin l'air fatigué en pyjama blanc rayé assis dans son lit. Des photographies d'un personnage ressemblant à Charlot sont accrochées sur le mur derrière lui.
Dans Les Feux de la rampe (1952), Chaplin joue le rôle d'une ancienne star de music-hall devant faire face à sa perte de popularité.

Même si Chaplin resta politiquement actif dans les années qui suivirent l'échec de Monsieur Verdoux[n 13], son film suivant sur un comédien de vaudeville oublié et une jeune ballerine dans le Londres de l'époque édouardienne était dépourvu de toute signification politique. Les Feux de la rampe était largement autobiographique et faisait référence à l'enfance de Chaplin, à la vie de ses parents et à sa perte de popularité aux États-Unis[314],[315],[316]. Parmi les acteurs figuraient plusieurs membres de sa famille dont ses enfants les plus âgés et son demi-frère, Wheeler Dryden[317].

Après trois ans de préparation, le tournage commença en novembre 1951[318]. Il adopta un ton bien plus sérieux que dans ses précédents films et parlait régulièrement de « mélancolie » en expliquant le scénario à sa partenaire Claire Bloom[319]. Le film est également notable pour la présence de Buster Keaton et cela fut la seule occasion où les deux comédiens travaillèrent ensemble[320].

Chaplin décida d'organiser la première mondiale des Feux de la rampe à Londres car le film s'y déroulait[321]. Quittant Los Angeles, il indiqua qu'il s'attendait à ne jamais pouvoir revenir[322]. À New York, il embarqua avec sa famille à bord du paquebot transatlantique RMS Queen Elizabeth le 18 septembre 1952[323]. Le lendemain, le procureur général des États-Unis James McGranery révoqua le visa de Chaplin et déclara qu'il devrait se soumettre à un entretien sur ses opinions politiques et sa moralité pour pouvoir revenir aux États-Unis[323]. Même si McGranery indiqua à la presse qu'il avait « un dossier assez solide contre Chaplin », Maland conclut, en s'appuyant sur les documents du FBI rendus publics dans les années 1980, que le gouvernement américain n'avait pas réellement les preuves suffisantes pour empêcher le retour de Chaplin ; il est même probable qu'il aurait obtenu un visa s'il en avait fait la demande[324],[325]. Cependant, quand il reçut un câblogramme l'informant de cette décision, Chaplin décida de rompre tous ses liens avec les États-Unis :

« Que je revienne ou non dans ce triste pays avait peu d'importance pour moi. J'aurais voulu leur dire que plus tôt je serais débarrassé de cette atmosphère haineuse, mieux je serais, que j'étais fatigué des insultes et de l'arrogance morale de l'Amérique[326]. »

Comme tous ses biens restaient aux États-Unis, Chaplin ne fit aucun commentaire négatif dans la presse[327] mais l'affaire fit sensation[328]. Si Chaplin et son film furent bien accueillis en Europe[323], Les Feux de la rampe fut largement boycotté aux États-Unis malgré des critiques positives[329]. Maland écrivit que la chute de Chaplin d'un niveau de popularité inégalé « est peut-être la plus dramatique de toute l'histoire de la célébrité aux États-Unis[330] ».

Années européennes (1953-1977)[modifier | modifier le code]

Suisse et Un roi à New York[modifier | modifier le code]

J'ai fait l'objet de calomnies et d'une propagande orchestrée par de puissants groupes réactionnaires qui, par leur influence et l'aide de la presse jaune américaine, ont créé une atmosphère malsaine dans laquelle les individus aux tendances libérales peuvent être persécutés. Dans ces conditions, j'ai trouvé virtuellement impossible de continuer mon travail de réalisation cinématographique et j'ai par conséquent abandonné mon séjour aux États-Unis[331].

Communiqué de presse de Chaplin sur sa décision de ne pas revenir aux États-Unis

Chaplin ne tenta pas de revenir aux États-Unis après la révocation de son visa d'entrée et envoya sa femme à Los Angeles pour régler ses affaires[332]. Le couple décida de s'installer en Suisse et la famille s'installa en janvier 1953 au manoir de Ban, une propriété de 15 hectares surplombant le lac Léman dans la commune de Corsier-sur-Vevey[333]. Chaplin mit en vente sa résidence et son studio de Beverly Hills en mars et rendit son visa en avril. L'année suivante, sa femme renonça à sa nationalité américaine pour devenir Britannique[334]. Il abandonna ses derniers liens professionnels avec les États-Unis en 1955 quand il vendit ses parts dans la société United Artists qui était en difficultés financières depuis le début des années 1940[335],[336],[337].

Chaplin resta une figure controversée tout au long des années 1950 en particulier après qu'il eut reçu le prix international de la paix décerné par le conseil mondial de la paix d'obédience communiste et ses rencontres avec le Chinois Zhou Enlai et le Soviétique Nikita Khrouchtchev[338],[336]. Il commença à développer son premier film européen, Un roi à New York, en 1954[339]. Jouant le rôle d'un roi exilé cherchant asile aux États-Unis, Chaplin exploita ses problèmes récents pour écrire le scénario. Son fils, Michael, est présenté comme un garçon dont les parents sont visés par le FBI tandis que le personnage de Chaplin est accusé d'être un communiste[340]. Cette satire politique parodiait les actions de l'HUAC ainsi que le consumérisme de la société américaine des années 1950[341],[342],[343],[344]. Dans sa critique, le dramaturge John Osborne le qualifia de film le « plus acide… et de plus ouvertement personnel » de Chaplin[345].

Photographie d'une résidence bourgeoise à deux étages. Une large pelouse tondue se trouve devant et le haut de la photographie est masquée par des fleurs de merisier.
Le manoir de Ban où Chaplin s'installa en 1953

Chaplin fonda une nouvelle société de production appelée Attica et tourna dans les studios de Shepperton dans la banlieue de Londres[339]. Ce tournage fut difficile car il était habitué à son studio et à ses équipes hollywoodiennes et ne disposait plus d'une durée de production illimitée. Selon Robinson, cela eut un impact sur la qualité du film[346],[347] qui reçut des critiques mitigées à sa sortie en septembre 1957[348],[349],[350]. Chaplin empêcha les journalistes américains d'assister à la première à Paris et décida de ne pas diffuser le film aux États-Unis. Cela handicapa fortement son impact commercial même s'il connut un succès modeste en Europe[351]; Un roi à New York ne fut présenté aux États-Unis qu'en 1973[352].

Dernières années et regain d'intérêt[modifier | modifier le code]

Photographie de Chaplin âgé et de son épouse au pied d'un avion
Chaplin avec son épouse Oona en 1965

À partir du milieu des années 1950, Chaplin se concentra sur la resonorisation et la réédition de ses anciens films ainsi que sur la protection de ses droits d'auteur[353]. La première de ces réédition fut The Chaplin Revue (1959) comprenant de nouvelles versions d'Une vie de chien, de Charlot soldat et du Pèlerin[354].

Aux États-Unis, l'atmosphère politique commença à évoluer et l'attention du public se tourna à nouveau vers les films de Chaplin et non plus vers ses opinions[353]. En juillet 1962, le New York Times publia un éditorial indiquant que « nous ne pensons pas que la République serait en danger si l'inoublié petit Charlot d'hier était autorisé à se promener sur la passerelle d'un navire ou d'un avion dans un port américain[355] ». Le même mois, Chaplin reçut un doctorat honorifique en Lettres des universités d'Oxford et de Durham[356]. En novembre 1963, le Plaza Theater de New York commença une rétrospective des films de Chaplin dont Monsieur Verdoux et Les Feux de la rampe pour lesquelles les critiques furent bien plus positives que dix ans plus tôt[357],[358]. Septembre 1964 vit la publication de ses mémoires, Histoire de ma vie, sur lesquelles il travaillait depuis 1957[359]. Le livre de 500 pages mettant l'accent sur ses premières années et sa vie privée connurent un succès mondial même si les critiques pointèrent le manque d'informations sur sa carrière cinématographique[360],[361].

Peu après la publication de ses mémoires, Chaplin commença à travailler sur La Comtesse de Hong-Kong (1967), une comédie romantique basée sur un scénario qu'il avait écrit dans les années 1930 pour Paulette Goddard[362]. Située sur un paquebot, l'action mettait en scène Marlon Brando jouant un ambassadeur américain et Sophia Loren dans le rôle d'une passagère clandestine[362]. Le film différait des précédentes productions de Chaplin sur plusieurs points : il était premier à employer le technicolor et la résolution écran large tandis que Chaplin se concentra sur la réalisation et n'apparut à l'écran que dans le rôle mineur d'un steward malade[363]. Il signa également un contrat avec le studio Universal Pictures pour le distribuer[364]. La Comtesse de Hong-Kong reçut des critiques négatives à sa sortie en janvier 1967 et fut un échec commercial[365],[366],[367]. Chaplin fut profondément affecté par ce revers et ce film fut son dernier[365].

Photographie de Chaplin au visage bouffi et en costume de soirée derrière un pupitre où se trouve une statuette et deux micros
Chaplin (à droite) reçoit son oscar d'honneur des mains de Jack Lemmon en 1972.

Chaplin fut victime de plusieurs AVC mineurs à la fin des années 1950 et cela marqua le début d'un lent déclin de sa santé[368]. Malgré ces difficultés, il se mit rapidement écrire le scénario de son nouveau film The Freak sur une jeune fille ailée découverte en Amérique du Sud et qui était destiné à lancer la carrière de sa fille Victoria Chaplin[368]. Sa santé fragile l'empêcha néanmoins de mener à bien ce projet[369] et au début des années 1970, Chaplin se reconcentra sur la réédition de ses anciens films dont Le Kid et Le Cirque[370]. En 1971, il fut fait commandeur de l'ordre national de la Légion d'honneur lors du festival de Cannes[371] et l'année suivante, il reçut un lion d'or pour la carrière durant la mostra de Venise[372].

En 1972, l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences lui décerna un oscar d'honneur ce que Robinson considère comme le premier signe que les États-Unis « voulaient se faire pardonner ». Chaplin hésita à l'accepter puis décida de se rendre à Los Angeles pour la première fois en 20 ans[371]. La visite généra une large couverture médiatique et il reçut une ovation de 12 minutes, la plus longue de toute l'histoire des oscars, lors de la remise de la récompense[373],[374]. Visiblement ému, Chaplin accepta la statuette rendant hommage « à l'effet incalculable qu'il a eu en faisant des films de cinéma la forme d'art de ce siècle[375] ».

Même si Chaplin avait encore des projets de film, sa santé devint très fragile dans le milieu des années 1970[376]. Plusieurs AVC affectèrent son élocution et il dut utiliser un fauteuil roulant[377],[378]. Parmi ses dernières réalisations figurent la création d'une autobiographie en images, My Life in Pictures (1974) et la resonorisation de L'Opinion publique en 1976[379]. Il apparut également dans un documentaire sur sa vie, The Gentleman Tramp (1975), réalisé par Richard Patterson[380]. En 1975, la reine Élisabeth II le fit chevalier[379],[n 14].

Mort[modifier | modifier le code]

Photographie d'un caveau en pierre où est inscrit « Charles Chaplin 1889-1977"
La tombe de Chaplin au cimetière de Corsier-sur-Vevey

En octobre 1977, la santé de Chaplin s'était détériorée au point qu'il demandait une attention de tous les instants[382]. Il mourut d'un AVC dans son sommeil le matin du 25 décembre 1977 à l'âge de 88 ans[378]. Selon ses dernières volontés, une petite cérémonie funéraire anglicane fut organisée le 27 décembre et il fut inhumé dans le cimetière de Corsier-sur-Vevey[382]. Parmi les hommages du monde du cinéma, le réalisateur René Clair écrivit qu'« il était un monument du cinéma[383] » et l'acteur Bob Hope déclara que « nous avons eu de la chance de vivre à son époque[384] ».

Le 1er mars 1978, le cercueil de Chaplin fut exhumé et volé par deux mécaniciens automobile immigrés[385], Roman Wardas de Pologne et Gantcho Ganev de Bulgarie. Leur but était d'extorquer une rançon à Oona Chaplin afin de pouvoir ouvrir plus tard un atelier de réparation automobile. Ils furent arrêtés lors d'une vaste opération de police en mai et le cercueil fut retrouvé enterré dans un champ de maïs près du village voisin de Noville. Il fut réenterré dans le cimetière de Corsier-sur-Vevey et un caveau en béton armé fut ajouté pour empêcher tout nouvel incident[386],[387].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Influences[modifier | modifier le code]

Chaplin considérait que sa première inspiration était sa mère qui l'amusait alors qu'il était enfant en s'asseyant à la fenêtre et en imitant les passants : « C'est grâce à elle que j'ai appris non seulement à exprimer des émotions avec mes mains et mon visage mais également à observer et à étudier les gens[388] ». Les premières années de Chaplin dans le music-hall lui permirent d'observer le travail des comédiens ; il assista également aux spectacles de mime de Noël au théâtre de Drury Lane où il étudia l'art de la frivolité avec des artistes comme Dan Leno[389],[390],[391]. Ses années dans la compagnie de Fred Karno eurent un effet formateur sur sa carrière d'acteur et de réalisateur. Il y apprit à associer le tragique avec la comédie et à utiliser des éléments absurdes qui devinrent récurrents dans ses œuvres[392]. Dans l'industrie cinématographique, Chaplin s'appuya sur les œuvres du comédien français Max Linder qu'il admirait[393],[394],[395]. En développant le costume et le jeu de Charlot, il s'inspira probablement de la scène de vaudeville américaine où les personnages de vagabond étaient courants[396].

Méthodes[modifier | modifier le code]

Photographie d'une rue bordée de bâtiments en brique à deux étages
Carte postale de 1922 sur les studios Charlie Chaplin où tous ses films furent réalisés entre 1918 et 1952

Chaplin parlait assez peu de ses techniques de réalisation et avançait que cela était comme dévoiler ses secrets pour un magicien[397]. On sait donc peu de chose sur ses manières de travailler[398] mais elles ont été explorées par les travaux de Kevin Brownlow et de David Gill présentées dans la série documentaire Unknown Chaplin (1983)[399],[400].

Jusqu'à ce qu'il se mette à réaliser des films parlants avec Le Dictateur, Chaplin ne commençait jamais le tournage avec un scénario achevé[401]. Pour ses premiers films, il n'avait qu'une vague idée de départ comme « Charlot se rend dans une station thermale » ou « Charlot travaille comme préteur sur gage[402] ». Il faisait ensuite réaliser les décors et travaillait avec les autres acteurs pour improviser des effets comiques tout en affinant le scénario tout au long de la production[399],[400]. Alors que les idées étaient acceptées ou rejetées, une structure narrative émergeait et Chaplin était souvent obligé de retourner des scènes qui pouvaient aller à l'encontre de l'histoire[403],[404],[405]. À partir de L'Opinion publique, Chaplin commença à réaliser le tournage à partir d'un scénario pré-établi[406] mais Robinson écrivit que tous les films jusqu'aux Temps modernes continuèrent à subir des modifications jusqu'à atteindre leur forme finale[407].

En réalisant des films de cette manière, Chaplin avait besoin de plus de temps que tout autre réalisateur de l'époque[408]. S'il était à cours d'idées, il s'éloignait du studio pendant plusieurs jours tout en maintenant ses équipes prêtes pour quand l'inspiration reviendrait[409],[410]. Le processus de réalisation était également ralenti par son perfectionnisme[411],[412]. Selon son ami et réalisateur britannique Ivor Montagu, « rien d'autre que la perfection n'était suffisant » pour lui[413]. Comme il finançait personnellement ses films, Chaplin avait toute liberté pour atteindre cet objectif et réaliser autant de prises que nécessaire[414],[413]. Leur nombre était ainsi souvent excessif ; chaque prise terminée pour Le Kid en avait nécessité 53[415],[416] tandis que pour réaliser les 20 minutes de L'Émigrant, il utilisa plus de 12 000 m de pellicule, une longueur suffisante pour faire un long-métrage[417],[418].

Aucun autre réalisateur n'a si complètement dominé tout aspect du travail et fait tous les métiers. S'il avait pu, Chaplin aurait joué tous les rôles et (comme son fils Sydney nota avec humour mais avec perspicacité) aurait cousu tous les costumes[397].

Biographe de Chaplin David Robinson

Décrivant ses méthodes de production comme de la « pure détermination jusqu'au bord de la folie[419] », Chaplin était généralement complètement épuisé par les tournages[420],[421]. Robinson écrivit que même dans ses dernières années, son travail « avait la priorité sur tout et tout le monde[422] ». Le mélange d'improvisation et de perfectionnisme qui se traduisait par des jours d'efforts et des milliers de mètres de pellicule gâchés, se révélait éprouvant pour Chaplin qui pouvait se déchaîner contre ses acteurs et ses équipes[423],[424],[123].

Chaplin exerçait un contrôle complet sur ses œuvres[397] au point qu'il mimait les autres rôles et voulait que ses acteurs l'imitent exactement[425],[426],[427]. Il éditait personnellement tous ses films et fouillait dans les grandes quantités de pellicules pour créer le film qu'il voulait[428]. Chaplin recevait néanmoins l'aide d'autres artistes dont son ami et producteur Roland Totheroh, son frère Sydney Chaplin et divers assistants réalisateurs comme Harry Crocker et Charles Reisner[429].

Style et thèmes[modifier | modifier le code]

Scènes du film Le Kid démontrant l'association du slapstick, du pathos et du commentaire social par Chaplin

Si le style comique de Chaplin est généralement qualifié de slapstick[430], il est considéré comme retenu et intelligent[431] et l'historien de cinéma Philip Kemp décrit son travail comme un mélange de « comédie physique gracieuse et de comique de situation bien réfléchi[170] ». Chaplin s'éloigna du slapstick traditionnel en ralentissant le rythme de l'action et en se concentrant sur la relation du spectateur avec les personnages[72],[432]. Robinson avança que les effets comiques dans les films de Chaplin étaient centrés sur l'attitude de Charlot aux choses qui lui arrivaient : l'humour ne venait pas du fait que Charlot rentrait dans un arbre mais qu'il soulève son chapeau pour s'excuser[72]. Son biographe Dan Kamin écrivit que les « manières excentriques » de Chaplin et son « comportement sérieux au cœur du slapstick » sont d'autres aspects centraux de son style comique[433].

Les films muets de Chaplin suivaient généralement les efforts de Charlot pour survivre dans un monde hostile[434]. Même s'il vit dans la pauvreté et est fréquemment maltraité, il reste gentil et optimiste[170],[435],[436]; défiant sa position sociale, il s'efforce d'être vu comme un gentleman[437]. Charlot s'oppose aux figures de l'autorité[438] et « donne autant qu'il reçoit[439] » ce qui poussa Robinson et Louvish à voir en lui un représentant des défavorisés : « Un Monsieur Tout-le-monde devenant un sauveur héroïque[440],[441] ». Hansmeyer note que plusieurs des films de Chaplin se terminent avec « Charlot démuni et seul [marchant] avec optimiste… vers le soleil couchant… pour poursuivre son voyage[436] ».

Photographie de Chaplin en costume avec un nœud papillon prenant la pose
Chaplin dans les années 1920

L'emploi du pathos est un aspect bien-connu de l'œuvre de Chaplin[442],[443] et Larcher note sa réputation pour « [provoquer] les rires et les larmes[298] ». Chaplin s'appuyait parfois sur des événements tragiques pour ses films comme dans La Ruée vers l'or qui fut inspirée par le destin malheureux de l'expédition Donner[444]. Différents thèmes étaient représentés dans ses premières comédies comme l'avarice (La Ruée vers l'or), l'abandon (Le Kid)[445] et des sujets plus controversés comme l'immigration (L'Émigrant) ou la drogue (Charlot policeman)[432].

Les commentaires sociaux étaient également importants dans ses premiers films car il représentait les démunis sous un jour positif et soulignait leurs difficultés[446]. Par la suite, il développa un grand intérêt pour l'économie et se sentit obligé de faire partager ses opinions dans ses films[447],[237]. Les Temps modernes illustrait les conditions de travail difficiles des ouvriers de l'industrie, Le Dictateur parodiait Hitler et Mussolini et se terminait par un discours contre le nationalisme, Monsieur Verdoux critiquait la guerre et le nationalisme tandis qu'Un roi à New York attaquait le maccarthysme[448].

Chaplin intégra plusieurs éléments autobiographiques dans ses films et le psychologue Sigmund Freud considérait qu'il « se représentait toujours comme il était dans sa triste enfance[449] ». Il est généralement considéré que Le Kid reflète le traumatisme qu'il avait subi quand il avait été envoyé dans un orphelinat[449] tandis que le personnage principal des Feux de la rampe fait référence aux vies de ses parents[450] et que Un roi à New York renvoie à son expulsion des États-Unis[343]. Son biographe Stephen M. Weissman nota que sa relation difficile avec sa mère souffrant de troubles mentaux est souvent reflétée dans les personnages féminins de ses films et par le désir de Charlot de les sauver[449].

En ce qui concerne la structure de ses films, l'historien du cinéma Gerald Mast les voit comme une série de sketchs reliés par une même trame plutôt que comme une suite ordonnée par un scénario précis[451]. Visuellement, ils sont simples et économiques[452],[453] avec des scènes jouées comme si elles étaient au théâtre[454],[432],[455]. Dans son autobiographie, Chaplin écrivit que « la simplicité est préférable… les effets pompeux ralentissent l'action, sont ennuyeux et désagréables… La caméra ne doit pas faire irruption[456] ». Cette approche n'a pas fait l'unanimité et elle a été qualifiée de démodée depuis les années 1940[457],[452],[458] tandis que l'historien du cinéma Donald McCaffrey y voit une indication que Chaplin n'a jamais complètement compris le média cinématographique[459]. Kamin avança néanmoins que le talent comique de Chaplin n'aurait jamais été suffisant pour qu'il reste drôle à l'écran s'il n'avait pas « la capacité de concevoir et de diriger des scènes spécifiquement pour le cinéma[460] ».

Musique[modifier | modifier le code]

Chaplin jouant du violoncelle en 1915

Chaplin développa dès l'enfance une passion pour la musique et apprit seul à jouer du piano, du violon et du violoncelle[461],[462]. Il considérait que l'accompagnement musical faisait partie intégrante du film[190] et à partir de L'Opinion publique, il consacra beaucoup de temps à ce domaine[461]. Il composa lui-même la bande-son des Lumières de la ville et fit de même pour tous ses films suivants ; à partir de la fin des années 1950 et jusqu'à sa mort, il resonorisa tous ses anciens court-métrages silencieux[463].

Comme il n'avait reçu aucune éducation musicale, Chaplin ne savait pas lire ou écrire des partitions et il fit appel à des compositeurs professionnels comme David Raksin, Raymond Rasch et Eric James pour mettre en forme ses idées. Certains critiques ont ainsi avancé que la musique de ses films devait être attribuée aux compositeurs ayant travaillé avec lui ; Raksin, qui participa à la mise en musique des Temps Modernes a néanmoins souligné le rôle créatif et moteur de Chaplin dans le processus de composition[464]. Au début de ce travail, qui pouvait durer des mois, Chaplin décrivait exactement ce qu'il voulait aux compositeurs et jouait les éléments qu'il avait improvisé au piano[464]. Ces mélodies étaient ensuite développées en étroite collaboration[464]. Pour l'historien du cinéma Jeffrey Vance, « même s'il s'appuyait sur ses associés pour mettre en forme des instrumentations complexes, les consignes musicales étaient les siennes, et pas une note n'était placée sans son accord[463] ».

Les compositions de Chaplin donnèrent lieu à trois chansons populaires. Smile composé pour Les Temps modernes fut par la suite mis en paroles par John Turner et Geoffrey Parsons puis interprété par Nat King Cole en 1954[463]. Pour Les Feux de la rampe, Chaplin composa Terry's Theme qui fut popularisé par Jimmy Young sous le titre Eternally en 1952[465]. Enfin, la chanson This Is My Song chantée par Petula Clark pour La Comtesse de Hong-Kong connut un grand succès commercial et atteignit la première place du palmarès britannique en 1967[466]. En dehors de ses deux récompenses d'honneur, le seul oscar que Chaplin remporta fut celui de la meilleure musique de film à l'occasion de la réédition des Feux de la rampe en 1973[463],[n 15].

Héritage[modifier | modifier le code]

Photographie en pied de Charlot souriant
Chaplin dans son rôle de Charlot en 1915 est considéré comme « l'icône la plus universelle » du cinéma.

En 1998, le critique Andrew Sarris écrivit que Chaplin est « sans doute le plus grand artiste que le cinéma ait créé, certainement son interprète le plus extraordinaire et probablement encore son icône la plus universelle[468] ». Il est décrit par le British Film Institute comme « une figure tutélaire de la culture mondiale[469] » et le magazine Time le lista parmi les 100 personnes les plus importantes du XXe siècle pour « les rires [qu'il a apporté] à des millions de personnes » et car il a « plus ou moins inventé la célébrité mondiale et aidé à transformer une industrie en un art[470] ».

L'historien du cinéma Christian Hansmeyer a noté que l'image de Charlot fait partie de l'histoire culturelle[471]; selon Simon Louvish, ce personnage est connu même dans les endroits où ses films n'ont jamais été projetés[472]. Le critique Richard Schickel suggère que les films de Chaplin avec Charlot présentent « les expressions comiques de l'esprit humain les plus éloquentes et les plus riches » de l'histoire du cinéma[473]. Les objets associés au personnage continuent de fasciner le public et en 2006, un chapeau melon et une canne en bambou ayant appartenu à Chaplin furent achetés 140 000 $ lors d'une vente aux enchères à Los Angeles[474].

En tant que réalisateur, Chaplin est considéré comme un pionnier et l'une des figures les plus influentes du début du XXe siècle[475],[476],[471],[468]. L'historien du cinéma Mark Cousins a écrit que Chaplin « a changé non seulement l'imagerie du cinéma mais également sa sociologie et sa grammaire » et avance qu'il joua un rôle important dans l'établissement de la comédie en tant que genre parallèlement à ce qu'avait fait D. W. Griffith pour le drame[477]. Il fut le premier à populariser les long-métrages comiques et à ralentir le rythme de l'action pour y ajouter de la finesse et du pathos[478],[479]. Pour Robinson, les innovations de Chaplin furent « rapidement assimilées et devinrent les pratiques de base de la réalisation cinématographique[480] ». Federico Fellini (qui définit Chaplin comme « une sorte d'Adam duquel nous sommes tous issus »[384]), Jacques Tati (« sans lui, je n'aurais jamais fait un film »[384]), René Clair (« il a inspiré pratiquement tous les réalisateurs[383] »), Michael Powell[481], Billy Wilder[482] et Richard Attenborough[483] figurent parmi les réalisateurs à avoir cité Chaplin comme une de leurs influences.

Chaplin inspira également de futurs comédiens comme Marcel Marceau qui indiqua qu'il se décida à devenir mime après l'avoir vu[479] ou Raj Kapoor qui basa son jeu sur celui de Charlot[482]. Mark Cousins a également identifié le style comique de Chaplin chez les personnages français de Monsieur Hulot et italien de Totò[482] tandis qu'il a également influencé des personnages de dessin animé comme Félix le Chat[484] ou Mickey Mouse[485]. En tant que membre fondateur d'United Artists, Chaplin eut un rôle important dans le développement de l'industrie cinématographique. Gerald Mast a noté que même si cette société ne rivalisa jamais avec la MGM ou la Paramount, l'idée que des réalisateurs puissent produire leurs propres films était « très en avance sur son temps[486] ».

À l'occasion de l'exposition universelle de Bruxelles, en 1958, un jury international de 117 critiques établit un classement des meilleurs films de tous les temps, La Ruée vers l'or (1925) fut classé deuxième derrière Le Cuirassé Potemkine de Sergueï Eisenstein (1925) et devant Le Voleur de bicyclette de Vittorio De Sica (1948). Plusieurs des films de Chaplin restent encore aujourd'hui considérés comme parmi les plus grands jamais réalisés. Le palmarès 2012 de la revue britannique Sight and Sound, mené auprès de critiques de cinéma sur les meilleurs films de l'histoire, liste respectivement Les Lumières de la ville, Les Temps modernes, Le Dictateur et La Ruée vers l'or aux 50e, 63e, 144e et 154e places[487]; la même étude réalisée auprès de réalisateurs situe Les Temps modernes à la 22e place, Les Lumières de la ville à la 30e et La Ruée vers l'or à la 91e[488]. En 2007, l'American Film Institute nomma Les Lumières de la ville le 11e plus grand film américain de tous les temps tandis que La Ruée vers l'or et Les Temps modernes figuraient dans le top 100[489].

Hommages[modifier | modifier le code]

Statue en bronze de Charlot dans un parc devant un cinéma
Statue de Chaplin réalisée en 1981 par John Doubleday vue sur Leicester Square à Londres. (Dorénavant située sur Leicester Place, face au Prince Charles Cinéma, quelques pas plus loin.)
Stèle de Charles Chaplin dans le Parc Chaplin, à Corsier-sur-Vevey où il vécut de 1953 jusqu'à sa mort en 1977.

En Suisse, sa dernière demeure, le Manoir de Ban à Corsier-sur-Vevey, deviendra un musée consacré à sa vie et son œuvre au printemps 2016. Le musée aura pour nom "Chaplin's World by Grévin" et il sera l'affaire d'un partenariat entre, la Compagnie des Alpes (CDA), Genii Capital et Chaplin Museum Development (CMD)[490]. La commune de Corsier-sur-Vevey a donné son nom à un parc, une stèle y rappelle la mémoire de l'illustre résident.

La ville voisine de Vevey a nommé en son honneur un square[491], sur le quai Perdonnet au bord du lac Léman, et y a édifiée en 1982 une statue de Chaplin, œuvre du sculpteur britannique John Doubleday[492]. Au nord de la ville, à quelques centaines de mètres du Manoir de Ban, deux immeubles de 14 étages ont été décorés de fresques évoquant la carrière de l'artiste[493].

La ville irlandaise de Waterville où Chaplin passa plusieurs étés en famille dans les années 1960 accueille chaque année depuis 2011 le Charlie Chaplin Comedy Film Festival destiné à honorer l'héritage du comédien et à découvrir de nouveaux talents[494]. Parmi les autres hommages, un objet mineur, 3623 Chaplin (en), a été nommé en son honneur en 1981 par l'astronome soviétique Lioudmila Karatchkina[495] et de très nombreux pays ont émis des timbres portant son effigie[496].

L'héritage de Chaplin est géré par l'association Chaplin fondée par plusieurs de ses enfants et qui possède les droits d'auteur sur son image, son nom et sur la plupart des films réalisés après 1918[497],[498]. La cinémathèque de Bologne en Italie abrite les principales archives de l'association dont 86 630 images, 976 manuscrits et 7 756 lettres[499]. Plus de 10 000 photographies sur sa vie et sa carrière sont également entreposées au musée de l'Élysée à Lausanne en Suisse[500]. Au Royaume-Uni, le British Film Institute accueille depuis 2010 une exposition permanente intitulée Charlie Chaplin - The Great Londoner[501] et il a fondé le Charles Chaplin Research Foundation qui a organisé la première conférence internationale sur le cinéaste à Londres en juillet 2005[502].

Chaplin a fait l'objet d'un film biographique réalisé par Richard Attenborough, Chaplin, en 1992 ; il y est joué par Robert Downey Jr. qui fut nommé à l'oscar du meilleur acteur et remporta le BAFTA du meilleur acteur[503]. Il fut également joué par Eddie Izzard dans le film Un parfum de meurtre de 2001[504]. Une série télévisée sur l'enfance de Chaplin, Young Charlie Chaplin, fut diffusée par PBS en 1989 et fut nommée pour l'Emmy Award de meilleur programme pour enfants[505].

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Étoile rouge avec un liseré d'or sur un trotoir noir. « Charlie Chaplin » est écrit en lettres dorées au-dessus d'un emblème circulaire en laiton représentant une caméra.
Étoile de Chaplin sur le Walk of Fame d'Hollywood

Chaplin reçut de nombreuses récompenses et distinctions, particulièrement à la fin de sa vie. En 1962, les universités de Durham et d'Oxford lui décernèrent un diplôme honorifique de docteur ès Lettres[356]. En 1965, il partagea le prix Érasme avec Ingmar Bergman[506] et en 1971, il fut fait commandeur de l'ordre de la Légion d'honneur par le gouvernement français[507]. En 1975, il fut anobli par la reine Elizabeth II et fait chevalier commandeur de l'ordre de l'Empire britannique[508].

L'industrie cinématographie le récompensa avec un lion d'or spécial à la mostra de Venise de 1972[509] ainsi qu'une étoile sur le Walk of Fame d'Hollywood en 1970 ; cette inscription lui avait auparavant été refusée en raison de ses opinions politiques[510].

Chaplin reçut trois oscars : un premier oscar d'honneur en 1929 « pour sa polyvalence et son génie à jouer, écrire, mettre en scène et produire Le Cirque[191] », un second en 1972 « pour l'effet incalculable qu'il a eu en faisant des films de cinéma la forme d'art de ce siècle[375] » et l'oscar de la meilleure musique originale (conjointement avec Ray Rasch et Larry Russell) en 1973 pour Les Feux de la Rampe[463]. Il fut également nommé dans les catégories du meilleur acteur, du meilleur film et du meilleur scénario pour Le Dictateur ainsi que dans celle du meilleur scénario pour Monsieur Verdoux[511].

Six des films de Chaplin ont été sélectionnés pour être préservés dans le National Film Registry de la bibliothèque du Congrès américaine : L'Émigrant (1917), Le Kid (1921), La Ruée vers l'or (1925), Les Lumières de la ville (1931), Les Temps modernes (1936) et Le Dictateur (1940)[512].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Filmographie de Charlie Chaplin.

À l'occasion de la publication de son autobiographie, Chaplin établit sa filmographie qui se composait alors de 80 films ; La comtesse de Hong Kong réalisé trois ans plus tard s'y est par la suite ajouté. En 2010, une copie de La Course au voleur, réalisé en 1914 et jusqu'alors considéré comme perdu, fut redécouverte chez un antiquaire du Michigan portant ainsi sa filmographie à 82 films[513].

Tous les films de Chaplin jusqu'au Cirque inclus sont muets même si certains ont été réédités avec des bandes sons. Les Lumières de la ville et Les Temps modernes sont muets mais intègrent des bandes sons composées de musique, de bruitages et de séquences parlées pour le second. Les cinq derniers films de Chaplin sont parlants. Hormis La Comtesse de Hong-Kong, tous les films de Chaplin furent tournés au format 35 mm en noir et blanc.

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une enquête de 1952 du MI5 ne parvint pas à trouver un quelconque document sur la naissance de Chaplin[2]. Son biographe David Robinson indique qu'il n'est pas étonnant que ses parents n'aient pas fait officialiser sa naissance : « Il était facile, en particulier pour les artistes de music-hall constamment en déplacement (s'ils étaient chanceux) d'une ville à l'autre, de mettre cela de coté et finalement d'oublier ce type de formalités, à une époque où les pénalités n'étaient ni strictes ni appliquées efficacement[1] ». En 2011, une lettre de 1970 adressée à Chaplin fut redécouverte ; elle avançait qu'il était né dans une famille gitane à Smethwick dans le Staffordshire et le fils de Chaplin, Michael, a suggéré que l'information était suffisamment importante pour que son père conserve la missive[3]. Concernant sa date de naissance, Chaplin estimait qu'il était né le 16 avril mais une annonce dans l'édition du 11 mai 1889 du journal The Magnet indique le 15[4].
  2. Hannah tomba malade en mai 1896 et fut admise à l'hôpital. Le comité de Southwark estima qu'il était nécessaire d'envoyer les enfants dans une workhouse « du fait de l'absence de leur père et de l'indigence et de maladie de leur mère[14] ».
  3. Selon Chaplin, Hannah avait été huée et le responsable l'envoya sur scène pour la remplacer après qu'il l'eut vu dans les coulisses. Il se souvint que sa prestation avait été appréciée et accueillit par des applaudissements et des rires[27],[28].
  4. La troupe continua à se produire jusqu'en 1908 mais la date exacte du départ de Chaplin est inconnue ; l'historien A. J. Marriot estime que cela fut en décembre 1900[31].
  5. a, b, c, d, e, f, g, h et i Valeur calculée en parité de pouvoir d'achat (value of consumer bundle) en utilisant le site Measuring Worth.
  6. Robinson note que « cela n'est pas parfaitement vrai : le personnage mit un an ou plus pour atteindre sa pleine envergure et même après, ce qui fut sa principale force, il continua d'évoluer tout au long de sa carrière[71] ».
  7. Dans ses mémoires, Lita Grey avança que beaucoup de ses plaintes furent « de facon habile et choquante hypertrophiées et distordues » par ses avocats[182].
  8. Chaplin écrivit par la suite qu'il n'aurait pas fait ce film s'il avait connu l'ampleur des exactions nazies : « Si j'avais connu les horreurs des camps de concentration nazis, je n'aurais pas réalisé Le Dictateur ; je n'aurais pas pu me moquer de la folie meurtrière des nazis[245] ».
  9. Dès le début de sa célébrité, des rumeurs avançaient que Chaplin était juif. Aucune preuve en ce sens n'a jamais été apportée et lorsqu'un journaliste lui demanda en 1915 si cela était vrai, il répondit : « Je n'ai pas cette chance »[250].
  10. En décembre 1942, Barry entra de nuit par effraction dans la résidence de Chaplin avec un pistolet et menaça de se suicider tout en lui pointant son arme dessus. Chaplin parvint à se saisir de son arme au matin mais elle fit à nouveau irruption dans sa maison plus tard dans le mois. Elle fut ensuite arrêtée pour divagation en janvier 1943 alors qu'elle errait droguée aux barbituriques dans les rues de Beverly Hills[262].
  11. Selon le procureur, Chaplin avait violé la loi lorsqu'il avait payé le voyage de Barry à New York en octobre 1942 alors qu'il visitait également la ville. Les deux reconnurent s'être rencontrés et Barry affirma qu'ils avaient eu des relations sexuelles[264]. Chaplin avança cependant qu'ils n'avaient plus été intimes après mai 1942[265].
  12. Le FBI s'était intéressé à Chaplin bien avant les années 1940 et la première mention de son nom dans ses documents date de 1922. J. Edgar Hoover demanda qu'un dossier spécial soit créé en septembre 1946 mais le bureau de Los Angeles ne commença ses enquêtes qu'au printemps suivant[301]. Le FBI reçut également l'aide du MI5 britannique en particulier pour enquêter sur les allégations avançant qu'il serait né en Europe de l'Est. Le MI5 ne trouva aucune preuve de son implication dans le parti communiste[302].
  13. En novembre 1947, Chaplin avait demandé à Pablo Picasso d'organiser une manifestation devant l'ambassade américaine à Paris pour protester contre l'expulsion d'Hanns Eisler et en décembre, il signa une pétition pour l'abandon de la procédure. En 1948, il soutint la campagne malheureuse du candidat progressiste Henry Wallace ; l'année suivante, il défendit l'organisation de deux conférences pacifistes et protesta contre les émeutes anti-communistes de Peekskill[313].
  14. L'octroi de cette distinction avait déjà été proposé en 1931 et 1956 mais le bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth s'y était opposé en raison de ses opinions politiques et de sa vie privée. Il craignait que cela n'affecte la réputation du système de distinctions britannique et n'endommage les relations avec les États-Unis[381].
  15. Même si le film avait été présenté en 1952, il ne resta qu'une semaine à l'affiche à Los Angeles en raison de son boycott. Il ne remplit donc pas les critères pour une nomination avant sa réédition en 1972[467].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Robinson 1986, p. 10.
  2. « MI5 files: Was Chaplin really a Frenchman and called Thornstein? », The Daily Telegraph,‎ 17 février 2012 (consulté le 11 avril 2012)
  3. « Charlie Chaplin was 'born into a Midland gipsy family' », Express and Star,‎ 18 février 2011 (consulté le 17 février 2012)
  4. Robinson 1986, p. xxiv.
  5. Robinson 1986, p. 3-4, 19.
  6. Robinson 1986, p. 3.
  7. Robinson 1986, p. 5-7.
  8. Weissman 2009, p. 10.
  9. Robinson 1986, p. 9-10, 12.
  10. Robinson 1986, p. 13.
  11. Robinson 1986, p. 15.
  12. Robinson 1986, p. xv.
  13. Robinson 1986, p. 16.
  14. Robinson 1986, p. 19.
  15. Chaplin 2003, p. 29.
  16. Robinson 1986, p. 24-26.
  17. Weissman 2009, p. 49-50.
  18. Chaplin 2003, p. 15, 33.
  19. a et b Robinson 1986, p. 27.
  20. Robinson 1986, p. 36.
  21. Robinson 1986, p. 40.
  22. Weissman 2009, p. 6.
  23. Chaplin 2003, p. 71-74.
  24. Robinson 1986, p. 35.
  25. Robinson 1986, p. 41.
  26. « Charlie’s mother, Hannah Chaplin », charliechaplin.com (consulté le 13 mai 2014)
  27. Robinson 1986, p. 17.
  28. Chaplin 2003, p. 18.
  29. Chaplin 2003, p. 41.
  30. Marriot 2005, p. 4.
  31. Marriot 2005, p. 213.
  32. Chaplin 2003, p. 44.
  33. Louvish 2010, p. 19.
  34. Robinson 1986, p. 39.
  35. Chaplin 2003, p. 76.
  36. Robinson 1986, p. 44-46.
  37. Marriot 2005, p. 42-44.
  38. Robinson 1986, p. 46-47.
  39. Louvish 2010, p. 26.
  40. Robinson 1986, p. 45, 49-51, 53, 58.
  41. Robinson 1986, p. 59-60.
  42. Robinson 1986, p. 63.
  43. Robinson 1986, p. 63-64.
  44. Marriot 2005, p. 71.
  45. Robinson 1986, p. 64-68.
  46. Chaplin 2003, p. 94.
  47. Robinson 1986, p. 68.
  48. Marriot 2005, p. 81-84.
  49. Robinson 1986, p. 71.
  50. Kamin 2011, p. 12.
  51. Marriot 2005, p. 85.
  52. Robinson 1986, p. 76.
  53. Robinson 1986, p. 76-77.
  54. Marriot 2005, p. 109.
  55. Marriot 2005, p. 126-128.
  56. Robinson 1986, p. 84-85.
  57. Robinson 1986, p. 88.
  58. Robinson 1986, p. 91-92.
  59. Robinson 1986, p. 95.
  60. Chaplin 2003, p. 133-134.
  61. Robinson 1986, p. 96.
  62. Robinson 1986, p. 102.
  63. Chaplin 2003, p. 138-139.
  64. Robinson 1986, p. 103.
  65. Chaplin 2003, p. 139.
  66. Robinson 1986, p. 107.
  67. Chaplin 2003, p. 141.
  68. Robinson 1986, p. 108.
  69. Robinson 1986, p. 110.
  70. Chaplin 2003, p. 145.
  71. Robinson 1986, p. 114.
  72. a, b, c et d Robinson 1986, p. 113.
  73. Robinson 1986, p. 120.
  74. Robinson 1986, p. 121.
  75. Robinson 1986, p. 123.
  76. Maland 1989, p. 5.
  77. a et b Kamin 2011, p. xi.
  78. Chaplin 2003, p. 153.
  79. Robinson 1986, p. 125.
  80. Maland 1989, p. 8-9.
  81. Robinson 1986, p. 127-128.
  82. Robinson 1986, p. 131.
  83. Robinson 1986, p. 135.
  84. Robinson 1986, p. 138-139.
  85. Robinson 1986, p. 141, 219.
  86. Neibaur 2000, p. 23.
  87. Chaplin 2003, p. 165.
  88. Robinson 1986, p. 140, 143.
  89. Robinson 1986, p. 143.
  90. Maland 1989, p. 20.
  91. Maland 1989, p. 21-24.
  92. Robinson 1986, p. 142.
  93. Neibaur 2000, p. 23-24.
  94. Robinson 1986, p. 146.
  95. Louvish 2010, p. 87.
  96. Robinson 1986, p. 152-153.
  97. Maland 1989, p. 10.
  98. Maland 1989, p. 8.
  99. Louvish 2010, p. 74.
  100. Sklar 2001, p. 72.
  101. Robinson 1986, p. 149.
  102. Robinson 1986, p. 156.
  103. Robinson 1986, p. 160.
  104. Larcher 2011, p. 29.
  105. Robinson 1986, p. 159.
  106. Robinson 1986, p. 164.
  107. Robinson 1986, p. 165-166.
  108. Robinson 1986, p. 169-173.
  109. Robinson 1986, p. 175.
  110. Robinson 1986, p. 179-180.
  111. a et b Robinson 1986, p. 191.
  112. « "The Happiest Days of My Life": Mutual », British Film Institute (consulté le 28 avril 2012)
  113. Brownlow 2010, p. 45.
  114. Louvish 2010, p. 104.
  115. Chaplin 2003, p. 188.
  116. Robinson 1986, p. 185.
  117. Robinson 1986, p. 186.
  118. Robinson 1986, p. 187.
  119. a et b Robinson 1986, p. 210.
  120. Robinson 1986, p. 215-216.
  121. Robinson 1986, p. 213.
  122. Robinson 1986, p. 221.
  123. a et b Schickel 2006, p. 8.
  124. Chaplin 2003, p. 203.
  125. Robinson 1986, p. 225-226.
  126. Robinson 1986, p. 228.
  127. a et b « Independence Won: First National », British Film Institute (consulté le 5 mai 2012)
  128. Chaplin 2003, p. 208.
  129. Robinson 1986, p. 229.
  130. Robinson 1986, p. 237, 241.
  131. Robinson 1986, p. 244.
  132. Chaplin 2003, p. 218.
  133. Robinson 1986, p. 241-245.
  134. Chaplin 2003, p. 219-220.
  135. Balio 1979, p. 12.
  136. Robinson 1986, p. 267.
  137. a et b Robinson 1986, p. 269.
  138. Chaplin 2003, p. 223.
  139. Robinson 1986, p. 246.
  140. Robinson 1986, p. 248.
  141. Robinson 1986, p. 246-249.
  142. Louvish 2010, p. 141.
  143. Robinson 1986, p. 251.
  144. Chaplin 2003, p. 235.
  145. Robinson 1986, p. 259.
  146. Robinson 1986, p. 252.
  147. Louvish 2010, p. 148.
  148. Robinson 1986, p. 253.
  149. Chaplin 2003, p. 255-253.
  150. Robinson 1986, p. 261.
  151. Chaplin 2003, p. 233-234.
  152. Robinson 1986, p. 265.
  153. Robinson 1986, p. 282.
  154. Robinson 1986, p. 295-300.
  155. Robinson 1986, p. 310.
  156. Robinson 1986, p. 302.
  157. Robinson 1986, p. 311-312.
  158. Robinson 1986, p. 319-321.
  159. Robinson 1986, p. 318-321.
  160. Louvish 2010, p. 193.
  161. Robinson 1986, p. 302, 322.
  162. Louvish 2010, p. 195.
  163. a et b Kemp 2011, p. 64.
  164. Chaplin 2003, p. 299.
  165. Robinson 1986, p. 337.
  166. Robinson 1986, p. 340-345.
  167. Robinson 1986, p. 354.
  168. a et b Robinson 1986, p. 358.
  169. Robinson 1986, p. 357.
  170. a, b et c Kemp 2011, p. 63.
  171. Kemp 2011, p. 63-64.
  172. Robinson 1986, p. 339, 353.
  173. Louvish 2010, p. 200.
  174. Schickel 2006, p. 19.
  175. Robinson 1986, p. 346.
  176. Robinson 1986, p. 348.
  177. Robinson 1986, p. 355, 368.
  178. Robinson 1986, p. 350. 368.
  179. Robinson 1986, p. 371.
  180. Louvish 2010, p. 220.
  181. a et b Robinson 1986, p. 372-374.
  182. Maland 1989, p. 96.
  183. Louvish 2010, p. 220-221.
  184. Robinson 1986, p. 378.
  185. Maland 1989, p. 99-105.
  186. Robinson 1986, p. 383.
  187. Robinson 1986, p. 360.
  188. Robinson 1986, p. 371, 381.
  189. Louvish 2010, p. 215.
  190. a et b Robinson 1986, p. 382.
  191. a et b « The Circus », Encyclopædia Britannica (consulté le 1er novembre 2013)
  192. Brownlow 2010, p. 73.
  193. Louvish 2010, p. 224.
  194. a et b Chaplin 2003, p. 322.
  195. a, b et c Robinson 1986, p. 389.
  196. Chaplin 2003, p. 321.
  197. Robinson 1986, p. 465.
  198. a, b et c Maland 2007, p. 29.
  199. Robinson 1986, p. 398.
  200. Maland 2007, p. 33-34, 41.
  201. Chaplin 2003, p. 324.
  202. Robinson 1986, p. 409.
  203. Robinson 1986, p. 410.
  204. Chaplin 2003, p. 325.
  205. Robinson 1986, p. 413.
  206. Maland 2007, p. 108-110.
  207. Chaplin 2003, p. 328.
  208. Robinson 1986, p. 415.
  209. a et b « United Artists and the Great Features », British Film Institute (consulté le 21 juin 2012)
  210. Maland 2007, p. 10-11.
  211. Chaplin 2003, p. 360.
  212. Louvish 2010, p. 243.
  213. Robinson 1986, p. 420.
  214. Robinson 1986, p. 429-441.
  215. Chaplin 2003, p. 372, 375.
  216. Larcher 2011, p. 64.
  217. Robinson 1986, p. 453.
  218. Maland 1989, p. 147.
  219. Robinson 1986, p. 451.
  220. Louvish 2010, p. 256.
  221. Larcher 2011, p. 63.
  222. Robinson 1986, p. 457-458.
  223. Louvish 2010, p. 257.
  224. Robinson 1986, p. 466.
  225. Robinson 1986, p. 468.
  226. Robinson 1986, p. 474.
  227. Maland 1989, p. 150.
  228. Maland 1989, p. 144-147.
  229. Maland 1989, p. 157.
  230. Robinson 1986, p. 473.
  231. Schneider 2009, p. 125.
  232. Robinson 1986, p. 479.
  233. Robinson 1986, p. 469.
  234. Robinson 1986, p. 483.
  235. Robinson 1986, p. 509-510.
  236. Robinson 1986, p. 485.
  237. a et b Maland 1989, p. 159.
  238. Chaplin 2003, p. 386.
  239. Schickel 2006, p. 28.
  240. Maland 1989, p. 165, 170.
  241. Louvish 2010, p. 271.
  242. Robinson 1986, p. 490.
  243. Larcher 2011, p. 67.
  244. Kemp 2011, p. 158.
  245. a et b Chaplin 2003, p. 388.
  246. Robinson 1986, p. 496.
  247. Maland 1989, p. 165.
  248. Maland 1989, p. 164.
  249. Chaplin 2003, p. 387.
  250. Robinson 1986, p. 154-155.
  251. Maland 1989, p. 172-173.
  252. Robinson 1986, p. 505, 507.
  253. Maland 1989, p. 169, 178-179.
  254. Maland 1989, p. 176.
  255. Schickel 2006, p. 30-31.
  256. Louvish 2010, p. 282.
  257. Robinson 1986, p. 504.
  258. Maland 1989, p. 178-179.
  259. « The Great Dictator », Encyclopaedia Britannica (consulté le 16 mars 2013)
  260. Maland 1989, p. 197-198.
  261. Maland 1989, p. 200.
  262. a et b Maland 1989, p. 198-201.
  263. Nowell-Smith 1997, p. 85.
  264. a et b Maland 1989, p. 204-205.
  265. Robinson 1986, p. 523-524.
  266. Friedrich 1986, p. 190, 393.
  267. Maland 1989, p. 215.
  268. Maland 1989, p. 214-215.
  269. a, b et c Louvish 2010, p. xiii.
  270. Maland 1989, p. 205-206.
  271. Frost 2007, p. 74-88.
  272. Maland 1989, p. 207-213.
  273. Sbardellati et Shaw 2003, p. 508.
  274. Friedrich 1986, p. 393.
  275. Louvish 2010, p. 135.
  276. Chaplin 2003, p. 423-444.
  277. Robinson 1986, p. 670.
  278. Chaplin 2003, p. 423, 477.
  279. Robinson 1986, p. 671-675.
  280. Chaplin 2003, p. 426.
  281. Robinson 1986, p. 520.
  282. Chaplin 2003, p. 412.
  283. Robinson 1986, p. 519-520.
  284. Louvish 2010, p. 304.
  285. Sbardellati et Shaw 2003, p. 501.
  286. a et b Louvish 2010, p. 296-297.
  287. Robinson 1986, p. 538-543.
  288. Larcher 2011, p. 77.
  289. Sbardellati et Shaw 2003, p. 503.
  290. Maland 1989, p. 235-245, 250.
  291. Louvish 2010, p. 297.
  292. Chaplin 2003, p. 444.
  293. Maland 1989, p. 251.
  294. Robinson 1986, p. 538-539.
  295. Friedrich 1986, p. 287.
  296. Maland 1989, p. 253.
  297. Maland 1989, p. 221-226, 253-254.
  298. a et b Larcher 2011, p. 75.
  299. Sbardellati et Shaw 2003, p. 506.
  300. Sbardellati 2012, p. 152.
  301. a et b Maland 1989, p. 265-266.
  302. Richard Norton-Taylor, « MI5 spied on Charlie Chaplin after the FBI asked for help to banish him from US », The Guardian, Londres,‎ 17 février 2012 (consulté en 17)
  303. Louvish 2010, p. xiv.
  304. Chaplin 2003, p. 458.
  305. Louvish 2010, p. 310.
  306. Maland 1989, p. 238.
  307. Robinson 1986, p. 544.
  308. Maland 1989, p. 255-256.
  309. Friedrich 1986, p. 286.
  310. Larcher 2011, p. 80.
  311. Sbardellati et Shaw 2003, p. 510.
  312. a et b Robinson 1986, p. 545.
  313. Maland 1989, p. 256-257.
  314. Maland 1989, p. 288-290.
  315. Robinson 1986, p. 551-552.
  316. Louvish 2010, p. 312.
  317. Maland 1989, p. 293.
  318. Louvish 2010, p. 317.
  319. Robinson 1986, p. 562.
  320. Robinson 1986, p. 567-568.
  321. Louvish 2010, p. 326.
  322. Robinson 1986, p. 570.
  323. a, b et c Maland 1989, p. 280.
  324. Maland 1989, p. 280-287.
  325. Sbardellati et Shaw 2003, p. 520-521.
  326. Chaplin 2003, p. 455.
  327. Robinson 1986, p. 573.
  328. Louvish 2010, p. 330.
  329. Maland 1989, p. 295-298, 307-311.
  330. Maland 1989, p. 189.
  331. Larcher 2011, p. 89.
  332. Robinson 1986, p. 580.
  333. Robinson 1986, p. 580-581.
  334. Robinson 1986, p. 584, 674.
  335. Lynn 1997, p. 466-467.
  336. a et b Robinson 1986, p. 584.
  337. Balio 1979, p. 17-21.
  338. Maland 1989, p. 318.
  339. a et b Robinson 1986, p. 585.
  340. Louvish 2010, p. xiv-xv.
  341. Louvish 2010, p. 341.
  342. Maland 1989, p. 320-321.
  343. a et b Robinson 1986, p. 588-589.
  344. Larcher 2011, p. 89-90.
  345. Robinson 1986, p. 587-589.
  346. Epstein 1988, p. 137.
  347. Robinson 1986, p. 587.
  348. Lynn 1997, p. 506.
  349. Louvish 2010, p. 342.
  350. Maland 1989, p. 322.
  351. Robinson 1986, p. 591.
  352. Louvish 2010, p. 347.
  353. a et b Maland 1989, p. 326.
  354. Robinson 1986, p. 594-595.
  355. Lynn 1997, p. 507-508.
  356. a et b Robinson 1986, p. 598-599.
  357. Lynn 1997, p. 509.
  358. Maland 1989, p. 330.
  359. Robinson 1986, p. 602-605.
  360. Robinson 1986, p. 605-607.
  361. Lynn 1997, p. 510-512.
  362. a et b Robinson 1986, p. 608.
  363. Robinson 1986, p. 612.
  364. Robinson 1986, p. 607.
  365. a et b Epstein 1988, p. 192-196.
  366. Lynn 1997, p. 518.
  367. Maland 1989, p. 335.
  368. a et b Robinson 1986, p. 619.
  369. Epstein 1988, p. 203.
  370. Robinson 1986, p. 620-621.
  371. a et b Robinson 1986, p. 621.
  372. Robinson 1986, p. 625.
  373. « Charlie Chaplin prepares for return to United States after two decades », A&E Television Networks (consulté le 7 juin 2010)
  374. Maland 1989, p. 347.
  375. a et b Robinson 1986, p. 623-625.
  376. Robinson 1986, p. 627-628.
  377. Robinson 1986, p. 626.
  378. a et b David Thomas, « When Chaplin Played Father », The Telegraph,‎ 26 décembre 2002 (lire en ligne)
  379. a et b Robinson 1986, p. 626-628.
  380. Lynn 1997, p. 534-536.
  381. Paul Reynolds, « Chaplin knighthood blocked », BBC,‎ 21 juillet 2002 (consulté le 15 février 2010)
  382. a et b Robinson 1986, p. 629.
  383. a et b Robinson 1986, p. 631.
  384. a, b et c Robinson 1986, p. 632.
  385. « Journal 24heures », Edipresse
  386. « Yasser Arafat: 10 other people who have been exhumed », BBC,‎ 27 novembre 2012 (consulté le 27 novembre 2012)
  387. Robinson 1986, p. 629-631.
  388. Robinson 1986, p. 18.
  389. Robinson 1986, p. 71-72.
  390. Chaplin 2003, p. 47-48.
  391. Weissman 2009, p. 82-83, 88.
  392. Robinson 1986, p. 86-87.
  393. Lynn 1997, p. 99-100.
  394. Brownlow 2010, p. 22.
  395. Louvish 2010, p. 122.
  396. Louvish 2010, p. 48-49.
  397. a, b et c Robinson 1986, p. 606.
  398. Brownlow 2010, p. 7.
  399. a et b Louvish 2010, p. 103.
  400. a et b Robinson 1986, p. 168.
  401. Robinson 1986, p. 173, 197, 310, 489.
  402. Robinson 1986, p. 169.
  403. Louvish 2010, p. 168.
  404. Robinson 1986, p. 489-490.
  405. Brownlow 2010, p. 187.
  406. Louvish 2010, p. 182.
  407. Robinson 1986, p. 460.
  408. Louvish 2010, p. 228.
  409. Robinson 1986, p. 234-235.
  410. Cousins 2004, p. 71.
  411. Robinson 1986, p. 172, 177, 235, 311, 381, 399.
  412. Brownlow 2010, p. 59, 75, 82, 92, 147.
  413. a et b Brownlow 2010, p. 82.
  414. Robinson 1986, p. 235, 311, 223.
  415. Robinson 1986, p. 746.
  416. Maland 1989, p. 359.
  417. Robinson 1986, p. 201.
  418. Brownlow 2010, p. 192.
  419. Louvish 2010, p. 225.
  420. Brownlow 2010, p. 157.
  421. Robinson 1986, p. 121, 469.
  422. Robinson 1986, p. 600.
  423. Robinson 1986, p. 371, 362, 469, 613.
  424. Brownlow 2010, p. 56, 136.
  425. Bloom 1982, p. 101.
  426. Brownlow 2010, p. 59, 98, 138, 154.
  427. Robinson 1986, p. 614.
  428. Robinson 1986, p. 140, 235, 236.
  429. « Chaplin's writing and directing collaborators », British Film Institute (consulté le 27 juin 2012)
  430. Robinson 1986, p. 212.
  431. Brownlow 2010, p. 30.
  432. a, b et c Mast 1985, p. 83-92.
  433. Kamin 2011, p. 6-7.
  434. Louvish 2010, p. 60.
  435. Robinson 1986, p. 211, 352.
  436. a et b Hansmeyer 1999, p. 4.
  437. Robinson 1986, p. 203.
  438. Dale 2000, p. 17.
  439. Weissman 2009, p. 47.
  440. Robinson 1986, p. 455, 485.
  441. Louvish 2010, p. 138.
  442. Dale 2000, p. 9, 19, 20.
  443. Louvish 2010, p. 203.
  444. Robinson 1986, p. 334-335.
  445. Kuriyama 1992, p. 31.
  446. Robinson 1986, p. 599.
  447. Robinson 1986, p. 456.
  448. Larcher 2011, p. 62-89.
  449. a, b et c Weissman 1999, p. 439-445.
  450. Bloom 1982, p. 107.
  451. Mast 1985, p. 123-128.
  452. a et b Louvish 2010, p. 298.
  453. Robinson 1986, p. 592.
  454. Epstein 1988, p. 84-85.
  455. Louvish 2010, p. 185.
  456. Chaplin 2003, p. 250.
  457. Brownlow 2010, p. 91.
  458. Kamin 2011, p. 35.
  459. McCaffrey 1971, p. 82-95.
  460. Kamin 2011, p. 29.
  461. a et b Robinson 1986, p. 411.
  462. Louvish 2010, p. 17-18.
  463. a, b, c, d et e Jeffrey Vance, « Chaplin the Composer: An Excerpt from Chaplin: Genius of the Cinema », Variety Special Advertising Supplement,‎ 4 août 2003, p. 20-21
  464. a, b et c Raksin et Berg 1979, p. 47-50.
  465. Kamin 2011, p. 198.
  466. Mike Hennessy, « Chaplin's 'Song' Catches Fire in Europe », Billboard,‎ 22 avril 1967, p. 60
  467. Jay Weston, « Charlie Chaplin's Limelight at the Academy After 60 Years », The Huffington Post,‎ 10 avril 2012 (consulté le 2 février 2013)
  468. a et b Sarris 1998, p. 139.
  469. « Charlie Chaplin », British Film Institute (consulté le 7 octobre 2012)
  470. Joshua Quittner, « TIME 100: Charlie Chaplin », Time,‎ 8 juin 1998 (lire en ligne)
  471. a et b Hansmeyer 1999, p. 3.
  472. Louvish 2010, p. xvii.
  473. Schickel 2006, p. 41.
  474. « Record price for Chaplin hat set », BBC (consulté le 7 octobre 2012)
  475. Cousins 2004, p. 72.
  476. Kemp 2011, p. 8, 22.
  477. Cousins 2004, p. 70.
  478. Schickel 2006, p. 7, 13.
  479. a et b Épisode Charlie Chaplin de la série Silent Clowns. Diffusé pour la première fois le 1er juin 2006 sur la chaîne BBC Four du réseau British Broadcasting Corporation. Autres crédits : présenté par Paul Merton, réalisé par Tom Cholmondeley.
  480. Robinson 1986, p. 321.
  481. Brownlow 2010, p. 77.
  482. a, b et c Épisode Episode 2 de la série The Story of Film: An Odyssey. Diffusé pour la première fois le 10 septembre 2012 sur la chaîne More4 du réseau Channel 4. Autres crédits : Mark Cousins.
  483. « Attenborough introduction », British Film Institute (consulté le 11 février 2013)
  484. Canemaker 1996, p. 38, 78.
  485. Jackson 2003, p. 439-444.
  486. Mast 1985, p. 100.
  487. « The Greatest Films Poll: Critics Top 250 Films », Sight & Sound, British Film Institute (consulté le 31 janvier 2013)
  488. « Directors' Top 100 Films », British Film Institute (consulté le 8 février 2013)
  489. « AFI's 100 Years … 100 Movies - 10th Anniversary Edition », American Film Institute (consulté le 8 février 2013)
  490. La signature d'un accord concrétise le musée Chaplin à Corsier-sur-Vevey, 4 février 2014 Radio télévision suisse
  491. Robinson 1986, p. 677.
  492. Notes historiques, vevey.ch, consulté le 16 février 2014.
  493. « Vevey: les tours "Chaplin" ont été inaugurées », RTS.ch,‎ 8 octobre 2011 (consulté le 22 juillet 2012)
  494. « The Story », Charlie Chaplin Comedy Film Festival (consulté le 22 juillet 2012)
  495. Schmadel 2003, p. 305.
  496. « Charlie Chaplin Stamps », Blogger (consulté le 8 février 2013)
  497. « Association Chaplin », Association Chaplin (consulté le 13 juillet 2013)
  498. « Interview with Kate Guyonvarch », Lisa K. Stein (consulté le 24 juillet 2013)
  499. « Charlie Chaplin Archive », Cineteca Bologna (consulté le 11 février 2013)
  500. « Chaplin at the Musée de l'Elysée », Musée de l'Elysée (consulté le 12 juillet 2013)
  501. « London Film Museum: About Us », London Film Museum (consulté le 22 juillet 2012)
  502. « The BFI Charles Chaplin Conference juillet 2005 », British Film Institute (consulté le 11 février 2013)
  503. « Robert Downey, Jr. profile », Finding Your Roots, PBS (consulté le 9 février 2013)
  504. « The Cat's Meow - Cast », Movies - The New York Times (consulté le 9 novembre 2013)
  505. « Young Charlie Chaplin Wonderworks », Emmys (consulté le 9 novembre 2013)
  506. Robinson 1986, p. 610.
  507. « Tribute to Charlie Chaplin », Festival de Cannes (consulté le 25 juin 2012)
  508. « Comic genius Chaplin is knighted », BBC,‎ 4 mars 1975 (consulté le 15 février 2010)
  509. Robinson 1986, p. 625-626.
  510. Williams 2006, p. 311.
  511. « The 13th Academy Awards: Nominees and Winners », Academy of Motion Picture Arts and Sciences (consulté le 25 juin 2012)
  512. « National Film Registry », Library of Congress (consulté le 5 novembre 2013)
  513. Joshua Brunsting, « Charlie Chaplin Film Found at an Antique Sale, Once Thought Lost », The Criterion Cast,‎ 8 juin 2010 (consulté le 9 juin 2010)


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :