Radio Corporation of America

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir RCA.

Radio Corporation of America ou RCA était une entreprise américaine dont le nom, qui appartient aujourd'hui à Technicolor, est utilisé par Sony BMG Music Entertainment en tant que label discographique et par d'autres sociétés pour commercialiser des produits électroniques.

RCA a donné son nom aux prises RCA, ou prises 'cinch', couramment utilisées dans le domaine audio/vidéo.

De la radio à la télévision en couleur[modifier | modifier le code]

RCA a été créée en 1919 aux États-Unis par General Electric qui cherchait alors un moyen de contrôler le secteur émergeant de la radio. La société a repris les activités de Marconi et commercialise les équipements fabriqués par General Electric et Westinghouse.

À partir de 1926, RCA s'engage sur le marché des stations de radio commerciales, rachetant les réseaux WEAF et WCAP à AT&T, les stations WJZ de New York et WRC de Washington, pour former la National Broadcasting Company (NBC).

En 1929, RCA s'empare de la société Victor Talking Machine Company, le plus grand fabricant de gramophones et d'enregistrements pour gramophones, qui devient alors RCA Victor. RCA imagine aussi le procédé Photophone d'enregistrement du son pour le cinéma. En 1930, la société lance le premier électrophone avant de commercialiser les premiers disques 33 tours pour concurrencer les disques 78 tours. Mais c'est un échec, et RCA abandonne le marché au bout d'un an.

RCA s'oriente alors vers la télévision dont il produit ses premiers postes de réception après la Seconde Guerre mondiale. Ses recherches l'amènent à participer au développement du Radar dans sa contribution à l'effort de guerre. Sous le coup de la loi antitrust américain, RCA doit céder en 1943 une partie de son réseau de stations de radio NBC au PDG de Life Savers Edward J. Noble. Ce réseau deviendra American Broadcasting Company (ABC) en 1946.

Après avoir lancé le premier disque 45 tour en 1949, RCA développe un procédé de télévision en couleur qui sera adopté comme standard par le National Television System Committee, lequel lui donnera en 1953 son nom, plus connu sous l'acronyme de NTSC. La société produit à l'époque tous les équipements de la chaîne, des caméras de prise de vue aux téléviseurs. RCA cède alors ses activités de gros matériel à Whirlpool Corporation, qui obtient le droit de les commercialiser sous le nom de RCA Whirlpool. Elle s'oriente à la fin des années 1950 dans la fabrication d'ordinateurs, concurrençant des marques comme IBM, Burroughs Corporation, Honeywell, NCR Corporation et Univac, avec avant d'abandonner cette activité en 1971.

RCA est en effet pénalisé par la décision d'IBM d'infléchir sa politique de compatibilité de l'IBM 360[1] tout en cassant les prix.

Le déclin[modifier | modifier le code]

En 1970, l'homme qui a fait le succès de RCA, David Sarnoff, prend sa retraite, laissant les rênes de l'entreprise à son fils Robert, avant de mourir un an plus tard. Robert Sarnoff mène alors une politique de diversification qui dépasse largement les secteurs de l'électronique et des communications. RCA rachète le loueur de voitures Hertz, la maison d'édition Random House, une entreprise d'aliments surgelés, un fabricant de tapis et un éditeur de cartes de vœux. RCA doit alors faire face à de sérieux problèmes financiers. En 1975, Robert Sarnoff est démis de ses fonctions et un scandale révèle que la société a falsifié sa déclaration de revenus depuis six ans.

Même si les activités de recherche et d'équipements de communication pour les satellites enregistrent de bons résultats, les réseaux de radio et de télévision du groupe déclinent. Son procédé d'enregistrement vidéo sur disque SelectaVision, qui a nécessité de très lourds investissements financiers, est abandonné en 1984, victime de la concurrence de la cassette vidéo. En 1986, General Electric revend ses 50 % de participation dans RCA Records à son partenaire Bertelsmann, qui renomme la société BMG Music, puis cède les droits sur la marque RCA à Thomson. Les laboratoires RCA sont alors confiés à SRI International avant d'être renommés Sarnoff Corporation et de changer d'activité après le retrait de General Electric.

La marque RCA[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990 et 2000, le nom RCA a été utilisé par deux sociétés pour la commercialisation de produits hérités de RCA.

  • Sony BMG Music Entertainment a obtenu de Thomson la licence de la marque RCA et contrôle les activités de RCA Victor et du label RCA Records (récupéré lors de la fusion qui a donné naissance à BMG Entertainment).
  • Thomson possède les droits d'utilisation de la marque RCA qu'il propose sous forme de licence à d'autres sociétés. Elle sert à commercialiser des téléphones, des matériels audio et vidéo, des accessoires audiovisuels, des téléviseurs (fabriqués par la société chinoise TCL Corporation), des autoradios et des fours à micro-ondes.

En 2006, Thomson a cédé son activité d'accessoires électroniques et le droit d'utilisation de la marque RCA pour les produits correspondants à Audiovox. En 2007, Thomson a accordé les droits d'utilisation de la marque RCA à d'autres fabricants de matériels audio et vidéo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "L'informatique malade de l'État", page 133, par Jean-Pierre Brulé

Articles connexes[modifier | modifier le code]