Mentorat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le mentorat (terme recommandé en France par la DGLFLF à la place de l'anglicisme coaching[1], aussi appelé mentoring) désigne une relation interpersonnelle de soutien, une relation d'aide, d'échanges et d'apprentissage, dans laquelle une personne d'expérience, le mentor, offre sa sagesse acquise et son expertise dans le but de favoriser le développement d'une autre personne, le mentoré, qui a des compétences ou des connaissances à acquérir et des objectifs professionnels à atteindre[2].

L'aide fournie par le mentor est généralement bénévole et apportée dans le cadre d'une relation professionnelle, en dehors de la ligne hiérarchique, répondant aux besoins particuliers du mentoré en fonction d'objectifs liés à son développement personnel ou professionnel.

La proximité du mentorat avec le coaching, le développement personnel voire l'activité d'un gourou a contribué à flouter les notions, au point de rendre les termes interchangeables dans certaines circonstances.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Mentor[modifier | modifier le code]

Le nom commun mentor a pour origine le nom du héros de l'Odyssée, Mentor, ami d'Ulysse, dont Athena emprunta les traits pour accompagner et instruire Télémaque et que Fénelon rendit célèbre en 1699 dans les Aventures de Télémaque. L'usage du terme dans le sens de conseiller est attesté depuis 1749 chez Montesquieu (Correspondance, tome 1, page 350)[3].

Coach[modifier | modifier le code]

Le mot anglais « coach » serait tiré du français « coche »[4]. Ici est fait allusion à la période où existaient des voitures conduites par un « cocher » : ce dernier accompagnait les passagers à leur destination. Pour étayer cela, on peut également faire un lien avec le XIXe siècle : en effet, dans le domaine culturel (théâtral, lyrique et cinématographique), le coach était déjà un accompagnateur, un soutien pour l'artiste.[réf. nécessaire]

Spécificités du mentorat[modifier | modifier le code]

En principe, le mentorat vise l'accompagnement d'une personne dans la mobilisation de ses ressources, la recherche et la mise en application de ses solutions propres, et le développement de l'autonomie de la personne (y compris vis-à-vis du mentor). Cette stimulation de l'endogène constitue la spécificité de la démarche de mentorat.

Lors des séances, le mentor va s'appuyer sur les ressources du client et le placer dans l'action. Le client se projette alors dans le futur et élabore une stratégie avec le mentor, en aucune manière le client ne doit se justifier de ses actions manquées.

Différences entre mentorat, conseil, thérapie[modifier | modifier le code]

Selon certains points de vue, le mentorat est intrinsèquement différent du conseil et de la psychothérapie. Il existerait également un véritable mentorat - respectueux des valeurs du mentoré - à distinguer des pratiques de suggestion et de manipulation de mouvements religieux ou sectaires utilisant ce terme comme caution.

Différence entre mentorat et coaching ?[modifier | modifier le code]

Article détaillé : coaching.

Certains auteurs francophones - notamment québécois - reprennent la distinction anglophone entre mentoring et coaching. Le mentorat est alors une forme d'accompagnement professionnel et s'insère parmi une constellation de relations d'accompagnement professionnel ou personnel, telles que le coaching, le parrainage, le counselling de carrière, la supervision, le tutorat[5].

Dans cette optique, le coaching peut désigner une forme d'accompagnement qui s'inspire du style de l'entraîneur sportif mais pas seulement. Il s'exerce également dans un cadre "d'accompagnement à destination" tel que le souhaite le coaché. Un objectif de résultat est donc formulé et contractualisé. Si l'action du coach peut parfois consister en un transfert de compétences dans un domaine particulier savoir-faire, il ne se limite pas à cela et se fonde, lorsque le coach respecte la déontologie de la profession, sur une action d'accompagnement de la personne vers une mobilisation de l'ensemble de ses ressources internes et externes (savoir, savoir être, savoir dire, savoir devenir). L'intervention d'un coach peut être de courte ou longue durée. Le coach reçoit habituellement une rémunération pour les services qu'il rend à son client.

Quant au mentor, il n'est pas rémunéré, il ne vise habituellement pas un résultat précis, mais s'applique à épauler et à soutenir de façon beaucoup plus large de façon à contribuer au développement et à l'épanouissement professionnels du mentoré. On est davantage dans les savoir-être et les savoir-devenir que dans le savoir-faire. La relation de mentorat a généralement une durée plus longue que dans le coaching[6].

Historique[modifier | modifier le code]

Le mentorat est un secteur en émergence pour lequel subsistent de nombreuses questions et zones d'ombre. Parmi celles-ci, quelles en sont les origines ?

Une remarque immédiate s'impose : a priori, ce ne serait pas une technique nouvelle mais les avis divergent. Pour certains, on pourrait ainsi remonter au Ve siècle av. J.-C. avec Socrate. Celui-ci, précurseur de la « maïeutique » (ou l'art d'accoucher les esprits), pourrait être reconnu comme le père du mentorat. Les « éminences grises », les « confesseurs » voire les « fous du roi », au Moyen Âge, à la Renaissance, pourraient s'en rapprocher.

L'unanimité se fait en revanche pour dire que le « coaching » actuel est connu pour son concept issu du sport. « To coach » signifie entraîner, préparer, accompagner, motiver. Provenant des pays anglo-saxons – les États-Unis en l'occurrence – il s'agit du fait que pour gagner, les athlètes ont, non seulement besoin de force, de musculature mais également de deux points cruciaux pour faire la différence : la technique et le mental.

Qui peut être mentor ?[modifier | modifier le code]

En théorie, le mentorat peut couvrir une multitude de domaines, avec tout autant de niches : « coach déco » (marque déposée), « coach poker », « coach en relooking », etc. L'utilisation opportuniste par le marketing de cette carence pour vendre d'un côté le produit, le service, de l'autre le mode d'emploi. Le terme « coaching » a beaucoup dérivé depuis le mentorat, vers des applications plus orientées vers le marketing.

Devant la multiplicité de formules de coaching, l'information auprès d'écoles ou d'organismes spécialisés est primordiale. Le client potentiel doit s'interroger sur l'ingénierie et le projet pédagogique, le contenu de la formation, la qualité des formateurs, et avoir le retour d'anciens stagiaires.

De nombreuses personnes se prétendent « coach »... Ce métier n'appartient à personne en particulier. Il s'ouvre à tous ceux qu'une démarche intègre et un cheminement personnel conduisent vers une pratique professionnelle authentique garantie par un haut niveau éthique et déontologique.

Les écoles de mentorat[modifier | modifier le code]

Les écoles de mentorat délivrent à l'issue des formations; certification, attestation de présence, diplôme, titre professionnel, qui attestent du niveau des connaissances et compétences acquises par les élèves ou stagiaires. La compétence des écoles, leur intégrité, l'acuité du contenu de leurs programmes sont, en l'absence d'une labellisation qui fasse autorité, de niveaux très différents. Il importe pour chaque futurs élèves ou stagiaires de connaître les organismes, grandes écoles, entreprises ou administration qui reconnaissent aujourd'hui ou s'appuient sur les écoles en question.

Les associations professionnelles peuvent recommander certaines écoles dont elles reconnaissent la pédagogie et le sérieux. Cependant leur neutralité est parfois sujette à caution quand le représentant de l'association au niveau national, voire international, appartient à l'une des écoles en question. Ce "noyautage" trop évident (d'autant que l'on trouve sur les sites des dites associations, des pubs déguisées en interview portant sur l'éthique et la déontologie) dessert une profession qui a besoin de repères.

Les écoles de mentorat mettant en avant leurs valeurs profondes, leur vision, leurs orientations et choix pédagogiques au-delà d'une définition strictement professionnelle ou commerciale sont rares.

Mentor certifié ou formaté[modifier | modifier le code]

Le métier de mentor est maintenant bien défini quand on parle de mentorat d'entreprises car les prescripteurs et les acheteurs sont de plus en plus nombreux à savoir reconnaître la qualité des mentors.

Deux tendances se dégagent :

  • posséder un grand nombre d'outils issus de sa propre expérience professionnelle ou de son parcours personnel ;
  • avoir reçu un enseignement, spécialisé en mentorat, voire en psychologie et philosophie.

Un mentor peut aussi bien se revendiquer d'une école, suivant le cursus proposé, qu'afficher de solides connaissances dans son métier. Il revient aux clients de se renseigner et de vérifier, comme pour un école de psychothérapeutes.

Tous les mentors mettent en avant soit leur propre parcours personnel, des références de clients, soit le fait d'avoir suivi le cursus d'une école réputée. Certains souhaitent une labellisation.

Les associations qui "accréditent, "titularisent", "certifient" :

  • Internationale:
    • International Coach Federation (ICF - La Fédération Internationale des mentors), la plus importante avec plus de 14 000 membres en 2007. Le site France ICF France
  • Américaines :
    • WABC : World association for business coaching ;
  • Francophone :
    • Fédération Francophone de Coachs Professionnels (FFCPro)
  • Européennes :
    • European Mentoring and Coaching Council (EMCC) qui certifie des coaches et des formations en Europe. La charte de cette association est celle reconnue par la Commission Européenne ;
    • Open Coaching Network une association de pairs Européens, allemands, français, suédois, belges... fédérés autour d'une même vision humaniste.
  • Française :
    • Société Française de Coaching (SF Coach) qui est la première en date des associations françaises de professionnels du métier.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Tout dépend du contrat, entre client et mentor dans le cas d'un mentorat personnel, ou du « contrat triangulaire » entre le mentoré, le mentor et l'entreprise.

Le mentor mène ensuite l'intervention avec son propre savoir-faire. Il s'agit parfois d'apporter en urgence une aide immédiate, mais le plus souvent d'amener le mentoré à prendre conscience de ses propres freins, de ses talents inexplorés et d'être ainsi plus conscient des conséquences de ses décisions. Le mentor ne prend jamais de décision à la place du client.

Durée d'une intervention de mentorat[modifier | modifier le code]

Certains mentors demandent une première étape de deux ou trois séances avant de s'engager dans la durée. L'essentiel reste que les choses soient claires au départ et que les limites de la durée du mentorat soient convenues.

Une séance de mentorat peut être de durée variable, de une heure à parfois plus de trois heures.

Lieu[modifier | modifier le code]

Plusieurs options sont possibles :

  • l'entreprise ;
  • le cabinet du mentor ;
  • le téléphone ou l'internet;
  • le lieu public (parc, café...).

Coût du mentorat[modifier | modifier le code]

Par définition l'aide apportée par un mentor est gratuite[7].

En ce qui concerne le mentorat, le prix de l'heure facturée à l'entreprise se situe couramment entre 150 € et 500€, parfois plus pour des mentorats exceptionnels et selon la fonction du mentoré et de la réputation du mentor. En consultation privée, le coût est généralement entre 80 € et 100€.

Variantes du mentorat[modifier | modifier le code]

Depuis quelques années des variations sur le thème du mentorat sont nées de façon à mieux répondre aux besoins des personnes mentorées ou pour s'adapter aux réalités de différents contextes. Parmi les plus notables, mentionnons :

Mentorat d'équipe : L'expression "mentorat d'équipe" est employée lorsque le mentor accompagne une équipe dans son cycle de développement. Les interventions du mentor se passent au niveau du système constitué par les personnes en relation, par les interfaces des autres systèmes/équipes avec lesquelles l'équipe intervient. Dans un sens plus restreint, on parle également de recherche de la cohésion d'équipe.

Cybermentorat : Tout simplement du mentorat, mais dont la communication repose principalement sur l'utilisation d'outils informatiques.

Tri-mentorat : Il s'agit d'un mentorat où l'on ajoute un niveau dans la relation : le mentor est jumelé à un mentoré, qui lui-même est le mentor d'un plus jeune et moins expérimenté.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Journal officiel du 26/03/2004, voir FranceTerme
  2. Cuerrier, C. (2002). Le mentorat: lexique et répertoire de base. Québec : Éditions Fondation de l'entrepreneurship,
  3. Voir mentor dans le Trésor de la langue française informatisé : http://atilf.atilf.fr
  4. Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales
  5. D'Abate, C.P., Eddy, E.R., Tannenbaum, S.I. (2003), What's in a name? A Literature-based approach to understanding mentoring, coaching, and other constructs that describe developmental interactions, Human Resource Development Review, Vol. 2 No.4, pp.360-84.
  6. GUAY, M.-M. (2002). Quelques précisions… le mentorat versus le coaching, Revue Échange, vol.16, no 3, p. 7-8.
  7. http://www.granddictionnaire.com/btml/fra/r_motclef/index800_1.asp

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]