Ryūichi Sakamoto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Ryūichi Sakamoto

Description de cette image, également commentée ci-après

Ryūichi Sakamoto en mai 2008.

Informations générales
Nom de naissance 坂本龍一 (Sakamoto Ryūichi)
Naissance 17 janvier 1952 (62 ans)
Drapeau du Japon Tōkyō, Japon
Activité principale Musicien, compositeur, producteur et acteur.
Années actives 1978 - aujourd'hui

Ryūichi Sakamoto (坂本 龍一, Sakamoto Ryūichi?, né le 17 janvier 1952 à Tokyo) est un musicien, compositeur, producteur et acteur japonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Fils d'un célèbre éditeur (Kazuki Sakamoto), Sakamoto a commencé très tôt le piano et la composition. Il aimait la musique impressionniste, surtout Claude Debussy, ainsi que le pop rock tels que les Beatles et les Rolling Stones. Il a suivi les cours de l'Université des Beaux-Arts et de Musique de Tokyo où il a étudié la composition et la musique électronique et ethnique.

Sakamoto a enregistré son premier album de musique électronique en 1978 avec les morceaux Thousand Knives et The End of Asia.

Yellow Magic Orchestra (YMO)[modifier | modifier le code]

À la même époque, Sakamoto est devenu membre du trio japonais Yellow Magic Orchestra (YMO, synth-rock/synth, J-Pop), avec Haruomi Hosono et Yukihiro Takahashi. Sa musique a été beaucoup influencée par Kraftwerk. D'audience internationale, ce groupe a connu quelques succès dont Computer Game dans le top 20 britannique à la fin des années 1970. Il est aussi connu pour Technopolis, Tong Poo et Ongaku. Yellow Magic Orchestra s'est officiellement séparé fin 1983, mais a sorti début 1984 son dernier album After Service, qui contient l'interprétation de son dernier concert.

Carrière solo[modifier | modifier le code]

Sakamoto a collaboré avec David Sylvian sur plusieurs singles, et a participé à la plupart des albums de Sylvian. Il a également travaillé avec Fennesz, Towa Tei (du groupe Deee-Lite), Thomas Dolby, Arto Lindsay, Bill Laswell, Nam June Paik, Youssou N'Dour, Roddy Frame (de Aztec Camera), Iggy Pop, Robin Scott, Alva Noto, Hector Zazou, Cesária Évora et Caetano Veloso ou encore Robert Wyatt.

Jusqu'à présent, Sakamoto ne cesse d'explorer différents styles musicaux. Aux cours de ses premières années de carrière solo, il a poursuivi dans le style de YMO avec une utilisation importante de synthétiseurs et de sampleurs (dans l'album Illustrated musical encyclopedia ou Futurista). Mais il recourt de plus en plus à des instruments acoustiques. Dans son album Beauty, il a utilisé des sons de violons, Sanshin, guitare acoustique, erhu, et des chanteuses de musique traditionnelle d'Okinawa.

Back to the Basic[modifier | modifier le code]

Bien qu'au début des années 1990 il ait tenté des nouveaux genres de musique comme le rap et la house music, sa tendance pour la musique acoustique et classique perdure. Dans l'album Smoochy, il a commencé à jouer de la bossa nova. En 1996, dans son album 1996, il a réarrangé son répertoire en trio piano (piano, violon, violoncelle). En 1998, il n'a utilisé que des instruments acoustiques (piano, guimbarde, etc.) pour enregistrer les œuvres de l'album BTTB (acronyme de Back To The Basic), dont Energy Flow qui a atteint le sommet de classement des singles japonais (Oricon chart) en mai et juin 1999.

La même année, il a composé son 'opéra' intitulé LIFE. Ce projet ambitieux traite de la symbiose et plus de 100 artistes ont participé, dont Pina Bausch, Bernardo Bertolucci, José Carreras, Dalai Lama et Salman Rushdie.

En 2001, il compose un nouveau trio, M²S, avec Jaques Morelenbaum (violoncelle) et sa femme Paula Morelenbaum (chant) pour produire deux albums, Casa et A Day in New York dédiés aux chefs-d'œuvre du compositeur de la bossa nova Antônio Carlos Jobim.

En 2005, il a composé les musiques pour les sonneries du téléphone Nokia 8800.

Il collabore avec Alva Noto avec lequel plusieurs productions voient le jour : Vrioon (2002), Insen (2005), Insen Live (2007) UTP avec le Modern Ensemble (2008) et Revep Ep (2006). Elles sont édités par Raster-Noton. Elles résultent d'expériences sonores entre le piano et la machine et ont donné lieu à un concert au Sonar 2006 de Barcelone dont le DVD Insen Live en a été tiré. Leur discographie commune constitue une nouvelle forme d'expérimentation entre le piano et les traitements sonores.

Il a aussi collaboré avec Christian Fennesz sur l'espace de 3 albums Sala Santa Cecilia (2005), Cendre (2007) et Flumina (2012).

En 2007, il a reformé Yellow Magic Orchestra, sortant des singles et donnant des concerts à intervalles irréguliers.

En 2008, une autre collaboration s'est faite avec Christopher Willits sur l'album Ocean Fire en 2008.

Il a également participé à un projet intitulé « Chainmusic ».

Compositeur de musiques de films et acteur[modifier | modifier le code]

Il est surtout connu en occident pour ses musiques de films tels Furyo pour lequel il a reçu le BAFTA de la meilleure musique de film et Le Dernier Empereur pour lequel il a obtenu l'Oscar de la meilleure musique de film, films dans lesquels il n'a pas seulement composé la bande son mais aussi joué un des rôles principaux. Dans Furyo notamment, il interprète un capitaine japonais durant la seconde guerre mondiale entretenant une relation ambigüe avec l'un de ses prisonniers, le major Jack Celliers joué par David Bowie. Après ses succès dans le domaine cinématographique en tant qu'acteur, il composa à plusieurs reprises pour les films occidentaux et japonais, dont Un thé au Sahara de Bernardo Bertolucci, Talons aiguilles de Pedro Almodóvar, Snake Eyes et Femme Fatale de Brian De Palma, Tabou de Nagisa Oshima et Soie de François Girard. Il reçut la commande de composer et de diriger le thème de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'été de 1992 de Barcelone Mar Mediterraneo.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Sakamoto a été marié à Akiko Yano, pianiste et chanteuse japonaise. Il a travaillé sur certains de ses enregistrements et elle participait aux tournées avec des Yellow Magic Orchestra. Ils ont finalement divorcé en août 2006, après 14 ans de vie séparée. Ils ont eu une fille, la chanteuse j-pop Miu Sakamoto.

Sakamoto est aussi connu pour ses positions critiques envers les lois du copyright, qu'il estime désuètes à l'ère de l'information.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

DVD région 2 NTSC[modifier | modifier le code]

DVD-Audio[modifier | modifier le code]

Musiques de films[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Massimo Milano, Ryuichi Sakamoto : Conversazioni, Arcana,‎ 1998 (ISBN 978-8879661379)

Liens externes[modifier | modifier le code]