James Agee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

James Agee

Nom de naissance James Rufus Agee
Activités Romancier, poète, scénariste, critique
Naissance
Knoxville, Tennessee, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 45 ans)
New York, État de New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue d'écriture anglais américain
Genres roman, poésie, scénario, essai
Distinctions Prix Pulitzer de la fiction

James Rufus Agee (27 novembre 1909, Knoxville, Tennessee16 mai 1955) est un romancier américain. Il a été lauréat du Prix Pulitzer en 1958 pour son livre autobiographique Une mort dans la famille, paru à titre posthume en 1957.

Biographie[modifier | modifier le code]

Agee est né à Knoxville dans le Tennessee [1]. Son père meurt dans un accident de voiture, alors qu'il n'a que six ans. À partir de ce moment, il est envoyé dans des écoles loin de chez lui où il se sent isolé et abandonné par sa mère. Il achèvera ses études à l'Université Harvard.

Au cours de l'été 1936, le magazine Fortune charge James Agee, accompagné du photographe Walker Evans [2], d'effectuer un reportage sur la condition des métayers blancs du sud de l'Alabama. Pendant six semaines dans le comté de Hale, Agee et Evans côtoient trois familles blanches vivant dans une extrême précarité. Le texte que propose Agee à son commanditaire, dès son retour à New York, est refusé. Il deviendra finalement un livre parfaitement inclassable, cri d'indignation et de colère en faveur de ces victimes de la Grande Dépression, accompagné d'un portfolio des photographies d'Evans, publié aux États-Unis en 1941 sous le titre Louons maintenant les grands hommes. Ce livre marquera grandement le photographe William Christenberry, originaire de la région traitée dans le livre.

En 1942, il devient critique de cinéma pour le Time et écrit parfois aussi quelques critiques de livres. En 1948, il quitte ce métier pour devenir écrivain indépendant.

Il meurt d'une crise cardiaque le 16 mai 1955, à New York, dans un taxi qui l'amenait chez le médecin. Il était âgé de 45 ans.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Prose[modifier | modifier le code]

  • Permit Me Voyage (1934)
  • Let Us Now Praise Famous Men: Three Tenant Families (1941), en collaboration avec le photographe Walker Evans
    Publié en français sous le titre Louons maintenant les grands hommes. Alabama : trois familles de métayers en 1936, Paris, Plon, Collection "Terre Humaine", 1972 [1941], 473 pages ; réédition 1993, augmentée d'une postface de Bruce Jackson. (ISBN 978-2259001694)
  • The Morning Watch (1951)
    Publié en français sous le titre La Veillée du matin, Paris, Flammarion, 1951 ; réédition, Paris, Flammarion, coll. Garnier-Flammarion no 508, 1988
  • A Death in the Family (1957), ouvrage inachevé publié de façon posthume
    Publié en français sous le titre Une mort dans la famille, traduction de Denise Meunier, Paris, Plon, 1961
    Publié en français sous le titre Une mort dans la famille, traduction de Jean Queval, Paris, Flammarion, 1975 ; réédition, Paris, Le Livre de poche no 4988, 1977 ; réédtion, Paris, 10/18 no 3289, 2001 ; réédition, Paris, Christian Bourgois Éditeur, 2011, 443 pages. (ISBN 978-2-2670-2143-1)
  • The Collected Short Prose of James Agee (1972), publication posthume

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • All the Way Home (1960), adaptation posthume pour la scène de Une mort dans la famille

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Knoxville: Summer of 1915 (1935), poème mis en musique ultérieurement par Samuel Barber
  • The Collected Poems of James Agee (1968)

Essais[modifier | modifier le code]

  • Agee on Film (1948)
    Publication en français de ce recueil et du suivant sous le titre Sur le cinéma, Paris, Cahiers du cinéma, coll. Essais, 1991
  • Agee on Film II (1952)

Autres publications[modifier | modifier le code]

  • The Tramp's New World (1949), scénario pour Charlie Chaplin
    Publication en français sous le titre Le Vagabond d'un nouveau monde, Paris, Editions Capricci, 2010 [1947], 168 pages. (ISBN 978-2-918040-12-5)
  • African Queen (1951) et The Night of the Hunter (1954), scénarios des films éponymes
    Publication en français sous le titre L'Odyssée de l'"African Queen", suivi de La Nuit du chasseur, Paris, Flammarion, 1988
  • Letters of James Agee to Father Flye (1962)
  • Brooklyn Is (1968), article écrit pour la presse en 1939
    Publication en français sous le titre Brooklyn existe, trad. Anne Rabinovitch, Paris, Christian Bourgois Éditeur, coll. Titres no 108, 2010, 80 pages. (ISBN 978-2-267-02070-0)
  • Cotton Tenants: Three Families (2013)

Filmographie[modifier | modifier le code]

comme scénariste[modifier | modifier le code]

comme acteur[modifier | modifier le code]

comme directeur de la photographie[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir son poème en prose Knoxville, été 1915, paru en 1935, puis placé en prologue à Une mort dans la famille, et qui sera mis en musique (« rhapsodie lyrique pour soprano et orchestre symphonique ») en 1948 par Samuel Barber (op. 24).
  2. Missionné, quant à lui, par la Farm Security Administration mise en place au moment du New Deal. Avec Dorothea Lange, Russell Lee, Jack Delano, il sera l'un des grands photographes de cette période (voir Gilles Mora & John T. Hill, Walker Evans. La Soif du regard, Paris, Éditions du Seuil, 1993).

Liens externes[modifier | modifier le code]