British Film Institute

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir BFI.

Le British Film Institute (BFI) est un établissement public établi par charte royale et qui a pour but d'« encourager le développement des arts du film, de la télévision et du cinéma dans tout le Royaume-Uni, de promouvoir leur utilisation en tant qu'enregistrement de la vie et des habitudes contemporaines, de promouvoir de façon générale la formation aux films, à la télévision et au cinéma, de promouvoir tant l’accès à la plus grande gamme possible de films britanniques et mondiaux que leur appréciation, et d’établir, conserver et développer des collections reflétant l’histoire et le patrimoine du cinéma du Royaume-Uni. »

Activités du BFI[modifier | modifier le code]

Programmation de films[modifier | modifier le code]

La salle IMAX de Londres

Le BFI a une approche globale du cinéma, programmant dans ses salles des films du monde entier. Il gère :

  • le BFI Southbank (auparavant nommé National Film Theatre), situé sur la rive sud de la Tamise, à Londres ;
  • et, à proximité du précédent, la salle IMAX, qui possède le plus grand écran de Grande-Bretagne.

Tandis que la salle IMAX présente des films récents promouvant cette technologie, le BFI Southbank a une approche de type cinéma d'art et d'essai, présentant des films d'auteur ou d'intérêt historique qui ne seraient sans cela présentés sur les écrans.

Le BFI distribue par ailleurs des films d'archives à d'autres cinémas ; plus de 800 salles britanniques et un bon nombre de salles étrangères louent tous les ans des films au BFI.

Édition de revue, films et livres[modifier | modifier le code]

Le BFI publie :

  • La revue mensuelle Sight and Sound, fondée en 1932 ;
  • Des DVD ;
  • Des livres sur des sujets divers liés au cinéma ou à la télévision.

Festivals[modifier | modifier le code]

Tous les ans, le BFI organise et présente deux festivals de cinéma :

Archives cinématographiques[modifier | modifier le code]

Le BFI gère et développe les plus grandes archives cinématographiques du monde (National Film and Television Archive), qui contiennent environ 500 000 œuvres cinématographiques et télévisuelles.

En outre, le BFI gère une collection d'environ 7 millions de photographies de cinéma ou de télévision.

Le BFI gère aussi une importante base de données (SIFT, Summary of Information on Film and Television) qui contient les personnes au générique (des acteurs aux techniciens), ainsi qu'un résumé et d’autres données, sur des films du monde entier.

Gestion du BFI[modifier | modifier le code]

Basé à Londres, le BFI est géré par un directeur, dont le travail est supervisé par un conseil comportant au maximum 15 membres (« trustees ») dont un président. Le président est nommé par le Secrétaire d’État à la Culture, aux Médias et aux Sports, sur recommandation du Film Council. Les autres membres sont cooptés par les membres existants, et leur nomination approuvée par le Film Council.

Budget[modifier | modifier le code]

Le BFI a trois sources de revenus, par ordre décroissant :

  • Des fonds publics alloués par le Ministère de la Culture, des Médias et des Sports via le Film Council (15 millions de livres environ en 2003) ;
  • Ses activités commerciales (BFI Southbank, salle IMAX, etc. ; 10 millions de livres environ en 2003) ;
  • Des subventions et dons provenant de sources diverses – National Lottery essentiellement ; J.Paul Getty, Jr. fit une dation d’environ 1 million de livres à sa mort en 2003.

Histoire du BFI[modifier | modifier le code]

La fondation du BFI remonte à 1933. Bien que cette fondation ait eu lieu suite à un rapport public portant sur « Le film et la vie nationale », le BFI fut créé en tant que société privée, et reçut tout au long de son histoire des fonds publics. Suite au rapport Radcliffe de 1948, qui recommanda que le BFI se focalise sur l'appréciation de l'art cinématographique plutôt que sur la production de films, le BFI perdit d'une part la promotion de la production de films au profit de la British Film Academy, et d'autre part le contrôle de la production de films éducatifs au profit du National Committee for Visual Aids in Education.

En 1988, le BFI ouvrit à Londres le Museum of the Moving Image (Musée du cinéma). Mais ce musée ne fut pas un succès, et la fermeture temporaire de 1999 devint définitive en 2002.

L’Institut reçut la charte royale en 1983. Elle fut modifiée en 2000, lorsque le Film Council fut créé pour gérer ses activités.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • British Film Institute Annual Report, Londres, British Film Institute (rapport annuel depuis 1934).
  • British Film Institute: The First Twenty-Five Years, Londres, British Film Institute, 1958, 39 p.
  • Ivan Butler, To Encourage the Art of the Film: The Story of the British Film Institute, Robert Hale, 1971, 208 p.
  • John Ellis, 1951-76 : British Film Institute Productions ; a Catalogue of Films Made under the Auspices of the Experimental Film Fund 1951-1966 and the Production Board 1966-1976, Londres, British Film Institute, 1977, 135 p.
  • Denis Forman, « The Work of the British Film Institute », Quarterly of Film, Radio & Television, hiver 1954, p. 147-158.

Liens externes[modifier | modifier le code]