Richard Attenborough

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Attenborough.

Richard Attenborough

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Lord Richard Attenborough à Toronto en 2007

Nom de naissance Richard Samuel Attenborough
Surnom Dickie
Naissance 29 août 1923
Cambridge (Royaume-Uni)
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni britannique
Décès 24 août 2014 (à 90 ans)
Londres (Royaume-Uni)
Profession Réalisateur, acteur, producteur
Films notables La Grande Évasion
Un pont trop loin
Gandhi
Chaplin
Jurassic Park

Richard Samuel Attenborough, baron Attenborough, CBE, né le 29 août 1923 à Cambridge et mort le 24 août 2014 à Londres, est un acteur, réalisateur et producteur britannique.

Il est notamment connu pour son rôle dans le film La Grande Évasion de John Sturges ou encore pour Jurassic Park de Steven Spielberg, où il joue le rôle de John Hammond. Il décroche l'Oscar du meilleur réalisateur en 1983 pour Gandhi, le film biographique avec Ben Kingsley dans le rôle-titre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Richard Attenborough grandit à Leicester. Il effectue ses études secondaires à la Wyggeston Grammar School for Boys[1]. Il décide de devenir acteur après avoir visionné La Ruée vers l'or (The Gold Rush) de Charlie Chaplin en 1935[2]. Son père, recteur de l'université, accepte à condition qu'il parvienne à décrocher une bourse d'étude du Leverhulme Trust (en). La bourse lui est décernée et lui permet d'étudier à la Royal Academy of Dramatic Art (RADA) de Londres[1]. Richard Attenborough effectue ses débuts au théâtre alors qu'il est encore étudiant. Durant la Seconde Guerre mondiale, il passe trois ans dans la Royal Air Force en tant que cameraman et prend part à des missions de reconnaissance[2].

Carrière d'acteur[modifier | modifier le code]

Richard Attenborough a joué dans une cinquantaine de films. Il effectue ses débuts en 1942 en tenant un petit rôle dans Ceux qui servent en mer (In Which We Serve) de Noël Coward et David Lean[1]. Il interprète un jeune voyou, Pinkie Brown, dans Le Gang des tueurs (Brighton Rock), adaptation sortie en 1947 d'un roman noir de Graham Greene. Pour les besoins du film, il s'entraîne avec les joueurs du Chelsea Football Club[3]. En 1948, sa prestation dans The Guinea Pig (en) de Roy Boulting est louée par la critique. Son fan club compte alors 15 000 adhérents[2]. Au cours des années 1950, il apparaît dans des comédies, comme Ce sacré z'héros (Private's Progress) de John Boulting en 1956 et Après moi le déluge (I'm All Right Jack), du même réalisateur, en 1959[4].

Dans les années 1960, Attenborough tourne à Hollywood et accroît sa notoriété en dehors du Royaume-Uni, notamment grâce à La Grande Évasion (The Great Escape), sorti en 1963. Il y tient l'un des rôles principaux, celui du commandant Roger Bartlett. Il joue également aux côtés de James Stewart dans Le Vol du Phénix (The Flight of the Phoenix) de Robert Aldrich. En 1964, il incarne Billy Savage dans Le Rideau de brume (Seance on a Wet Afternoon) de Bryan Forbes et obtient un BAFTA award dans la catégorie meilleur acteur[2]. Le prix lui est également décerné pour son interprétation du sergent-major Lauderdale dans Les Canons de Batasi (Guns at Batasi) de John Guillermin[5]. Le Golden Globe du meilleur acteur dans un second rôle lui est attribué en 1967 et 1968 pour ses prestations dans La Canonnière du Yang-Tse (The Sand Pebbles), de Robert Wise, et L'Extravagant Docteur Dolittle (Doctor Dolittle) de Richard Fleischer[2]. En 1971, il interprète le tueur en série britannique John Christie dans L'Étrangleur de la place Rillington (10 Rillington Place) de Richard Fleischer[5]. En 1977, il incarne le général Outram dans Les Joueurs d'échecs (Shatranj Ke Khilari) de Satyajit Ray[6]. Après avoir tourné dans La Guerre des otages (The Human Factor) de Otto Preminger en 1979, Attenborough interrompt sa carrière d'acteur afin de se consacrer à son projet de film biographique sur Gandhi[4].

Il effectue son retour à l'écran en 1993 dans Jurassic Park, de Steven Spielberg. Il interprète John Hammond, le propriétaire du parc d’attraction. L'année suivante, il tient le rôle de Kris Kringle dans Miracle sur la 34e rue, réalisé par Les Mayfield[2],[7].

Producteur et réalisateur[modifier | modifier le code]

Attenborough se lance dans la production cinématographique au début des années 1960. Avec le réalisateur Bryan Forbes il fonde une société de production baptisée Beaver Films. Ils produisent notamment Le Silence de la colère de Guy Green en 1960 et Le vent garde son secret (Whistle down the Wind) de Bryan Forbes, sorti l'année suivante. La société est dissoute en 1964[8].

Lassé de jouer dans les films d'autrui, il devient lui-même réalisateur[5]. En 1969 sort son premier long-métrage, Ah Dieu ! que la guerre est jolie (Oh! What a Lovely War), adaptation cinématographique de la comédie musicale de Joan Littlewood (en). Il réalise notamment Les Griffes du lion (Young Winston) en 1972, consacré aux années de jeunesse de Winston Churchill. Le scénariste Carl Foreman lui suggère de jouer le père de Churchill, mais il préfère confier le rôle à l'acteur Robert Shaw. Il tourne ensuite le film de guerre Un pont trop loin (A Bridge Too Far), sorti en 1977, qui décrit l'opération aéroportée Market Garden, menée par les armées Alliées en septembre 1944. Il est interprété par de nombreuses stars, dont Michael Caine, Sean Connery, Dirk Bogarde, ou encore Robert Redford[4]. Son long-métrage le plus connu est Gandhi. Attenborough hypothèque sa maison et accepte des rôles qu'il estime médiocres afin de réunir les fonds nécessaires au tournage. Le film remporte huit Oscars en 1983, dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur[5]. Il réalise d'autres films biographiques. Cry Freedom en 1987, mettant en scène Denzel Washington dans le rôle du militant de la lutte anti-apartheid Steve Biko, et Chaplin en 1992, dans lequel Robert Downey Jr. interprète le cinéaste Charlie Chaplin[6].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Richard Attenborough à l'université du Sussex.

Entre 2001 et 2010, Richard Attenborough préside la British Academy of Film and Television Arts (BAFTA). Il est président de la Royal Academy of Dramatic Art (RADA) de 2003 jusqu'à sa mort en 2014. Il est gouverneur de la National Film School durant les années 1970, puis est nommé président du conseil d'administration de l'école. Il est président (chairman) de Goldcrest Films and Television de 1982 à 1987 et de Channel 4 entre 1987 et 1992[8].

En 2003, il est nommé chancelier de l'université du Sussex et occupe cette fonction jusqu'en 2008[2].

Richard Attenborough siège au conseil d'administration du Chelsea Football Club entre 1969 et 1982 et est ensuite nommé président honoraire à vie[3].

Il raconte la production de son film Gandhi dans In search of Gandhi, paru en 1982 au Royaume-Uni[8],[9]. Son autobiographie, Entirely Up to You, Darling est écrite en collaboration avec Diana Hawkins et paraît en 2008[10].

Engagements[modifier | modifier le code]

Richard Attenborough soutient plusieurs causes humanitaires. Il est nommé ambassadeur de bonne volonté de l'UNICEF en 1987[7],[8].

Tout comme ses parents, il soutient tout au long de sa vie le Parti travailliste[5],[10].

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Richard Attenborough est fait Commandeur de l'Ordre de l'Empire britannique en 1967, puis chevalier en 1976. Il est nommé baron et obtient un siège à la Chambre des Lords en 1993[2]. En France, il est fait commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres en 1985 et chevalier de l'Ordre national de la Légion d'honneur en 1988[8].

En 2006, il est nommé distinguished honorary fellow de l'université de Leicester[1].

Vie personnelle et famille[modifier | modifier le code]

Richard Attenborough épouse l'actrice Sheila Sim (en) en 1945. Ils font tous deux partie de la distribution de la pièce La Souricière (The Mousetrap) lors de sa création dans le West End en 1952. Ils ont trois enfants, dont le metteur en scène Michael Attenborough[11].

Son père, Frederick Attenborough (en), est professeur d'université à l'Emmanuel College de l'université de Cambridge, puis recteur de University College. Sa mère Mary préside durant les années 1930 un comité d'aide aux victimes de la guerre d'Espagne[12]. En 1939, la famille recueille deux jeunes filles juives fuyant l'Allemagne pour se réfugier aux États-Unis, mais ne pouvant quitter le Royaume-Uni quand éclate la Seconde Guerre mondiale[1],[12]. Son frère cadet est le naturaliste David Attenborough[1]. Sa fille Jane Holland et sa petite-fille Lucy meurent en Thaïlande lors du tsunami de 2004[7].

En décembre 2008, Richard Attenborough est victime d'une chute à son domicile et tombe brièvement dans le coma[13]. Après dix-huit mois d'hospitalisation, il lui est impossible de lire et de parler. Il ne se déplace plus qu'en fauteuil roulant. En 2012, l'acteur et son épouse sont placés par leur famille en maison de repos[14]. Il meurt le 24 août 2014, à l'âge de 90 ans[7].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Richard Attenborough en 1983
Cinéma
Télévision

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

En 1998, dans le jeu vidéo Jurassic Park: Trespasser, il prête sa voix au personnage de John Hammond, qu'il a interprété à l'écran.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Oscars 
Golden Globes 
BAFTA 
Directors Guild of America Awards
David di Donatello
Festival international du film de Berlin
Festival international du film de San Sebastián 

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Sally Dux, Richard Attenborough, Manchester University Press,‎ 2013, 240 p. (ISBN 978-0-7190-8764-6)
  • (en) David Robinson, Richard Attenborough, Londres, British Film Institute/National Film Theatre, 1992, 120 p.
  • (en) Jonathan Hacker et David Price, « Richard Attenborough », Take 10 Contemporary British Film Directors, Oxford et New York, Oxford University Press, 1991, p. 67-103.
  • (en) Penelope Houston, « Parker, Attenborough, Anderson », Sight and Sound, été 1986.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) Paul Vallely, « Brothers reunited: The fabulous Attenborough boys », The Independent,‎ 14 juillet 2006
  2. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Benedict Nightingale, « Richard Attenborough, Actor, Director and Giant of British Film, Dies at 90 », The New York Times,‎ 25 août 2014
  3. a et b (en) « Lord Attenborough: Chelsea pay tribute to life president », BBC Sport,‎ 25 août 2014
  4. a, b et c (en) Andrew Pulver, « Richard Attenborough – a career in clips », The Guardian,‎ 24 août 2014
  5. a, b, c, d et e (en) « Obituary: Richard Attenborough », BBC News,‎ 24 août 2014
  6. a et b Aurélien Ferenczi, « Mort de Richard Attenborough, le réalisateur de “Gandhi” », Télérama,‎ 24 août 2014
  7. a, b, c et d « Décès du réalisateur britannique Richard Attenborough », Associated Press,‎ 24 août 2014
  8. a, b, c, d et e (en) Nigel Andrews, « Richard Attenborough – face of British cinema for half a century », The Financial Times,‎ 24 août 2014
  9. (en) Barbara Crossette, « A 20-Year Struggle Puts 'Gandhi' on Screen », The New York Times,‎ 28 novembre 1982
  10. a et b (en) Laura Thompson, « Review: Entirely Up to You, Darling by Richard Attenborough and Diana Hawkins », The Daily Telegraph,‎ 20 septembre 2008
  11. (en) Tim Walker, « Lord Attenborough's family rally round as Sheila Sim is hit by illness », The Daily Telegraph,‎ 27 juillet 2012
  12. a et b Didier Péron, « Richard Attenborough, dinosaure du cinéma », Libération,‎ 25 août 2014
  13. (en) Tim Walker, « Lord Attenborough takes a final bow », The Daily Telegraph,‎ 12 mai 2011
  14. (en) Jenn Selby, « Richard Attenborough spent his last six years 'barely able to speak' after stroke, says his son: 'He was obviously not the same man' », The Independent,‎ 26 août 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :