René Clair

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clair.

René Clair

Nom de naissance René Lucien Chomette
Naissance
Paris, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 82 ans)
Neuilly-sur-Seine, France
Profession Réalisateur
Films notables Entr'acte
Le Million,
À nous la liberté
Quatorze juillet
C'est arrivé demain
La Beauté du diable

René Clair, de son vrai nom René Lucien Chomette (né le à Paris Ier[1] et mort le à Neuilly-sur-Seine), est un réalisateur et écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un savonnier, il grandit dans le quartier des Halles à Paris. Il est élève au lycée Montaigne, puis au lycée Louis-le-Grand, où il se lie d'amitié avec Jacques Rigaut. En 1917, il est mobilisé comme ambulancier. En 1918, il devient journaliste à L'Intransigeant sous le pseudonyme de René Després. Il écrit par ailleurs des paroles pour la chanteuse Damia, sous le pseudonyme de Danceny.

Il obtient ensuite des rôles dans divers films : Le Lys de la vie, Le Sens de la mort, L'Orpheline, Parisette et choisit pour cette occasion le pseudonyme de René Clair. Il devient directeur du supplément cinéma de la revue Théâtre et Comœdia illustré.

En 1922, il commence la rédaction du scénario du Rayon diabolique qu'il tournera en 1923 et qui sortira en 1924 sous le titre Paris qui dort.

René Clair et Erik Satie, Relâche, Entr'acte, en octobre 1924.

Le ballet Relâche, dont Francis Picabia a écrit le livret, doit être monté entre-temps au Théâtre des Champs-Élysées dont le directeur, Jacques Hébertot, est également celui de Théâtre et Comœdia illustré. Picabia souhaite qu'on projette un film à l'entracte. C'est René Clair qui sera choisi pour le réaliser. Le film d'inspiration dadaïste, Entr'acte, fera scandale et assurera la notoriété de Clair.

Il enchaîne divers films avec un goût prononcé pour un certain fantastique, tout en s'adonnant à l'écriture : Adams sort chez Grasset en 1926. En 1929, il participe à l'écriture du scénario de Prix de beauté, qu'il devait, initialement, également réaliser, mais qui sera tourné par Augusto Genina, avec Louise Brooks dans le rôle principal.

C'est avec son premier film parlant, Sous les toits de Paris (1930), qu'il acquiert une réputation internationale. Le succès se confirme avec Le Million (1930) et À nous la liberté (1931), satire utopiste de la société industrielle. En 1936, sort Les Temps modernes de Chaplin. La Tobis, société allemande qui produisit À Nous la liberté, et qui entre-temps (1935) était passée sous le contrôle de Goebbels, décide d'attaquer Chaplin pour plagiat et contrefaçon. Clair s'oppose à cette action, considérant le film de Chaplin, personnage qu'il admire, comme un hommage indirect au sien. La Tobis continuera à poursuivre Chaplin.

Après l'échec du Dernier milliardaire (1934), René Clair accepte l'offre qui lui est faite d'aller travailler à Londres. Il y renouera brièvement avec le succès public pour Fantôme à vendre en 1935, mais son film suivant, Fausses nouvelles (1937), remake anglais de Le Mort en fuite sorti l'année précédente en France, déçoit.

De retour en France fin 1938, il commence à tourner Air pur en juillet 1939. Le tournage est interrompu par l'ordre de mobilisation de septembre qui envoie à la guerre divers membres de l'équipe de tournage et le film ne sera jamais terminé. Fin juin 1940, René Clair quitte la France avec femme et enfant, gagne l'Espagne puis le Portugal et s'embarque pour New York. Le gouvernement de Vichy le déchoit de la nationalité française puis, quelque temps après, annule cette décision.

René Clair est bien accueilli à Hollywood, il y tournera quatre films : La Belle ensorceleuse (1940), Ma femme est une sorcière (1942), C'est arrivé demain (1943) et Dix petits Indiens (1945). Ce dernier est une adaptation des Dix petits nègres d'Agatha Christie.

Il rentre en France en 1946, tourne Le silence est d'or (1947), La Beauté du diable (1949) où il revisite le mythe de Faust et dirige Gérard Philipe pour la première fois, puis Les Belles de nuit (1952).

En 1955, sort son premier film en couleur, Les Grandes Manœuvres, qui obtient le Prix Louis-Delluc. Il portera ensuite à l'écran (1957) un roman de René Fallet, La Grande ceinture, transformé en Porte des Lilas où l'on peut voir Georges Brassens dans son propre rôle. La même année il est élu Satrape du Collège de 'Pataphysique.

En 1960, il est élu à l'Académie française : c'est la première fois qu'un cinéaste en tant que tel y fait son entrée. Au même moment, la Nouvelle Vague bouleverse les règles d'un cinéma de studios dont il est devenu le représentant institutionnel.

Il alterne ensuite la participation à des films à sketches (La Française et l'Amour en 1960 et Les Quatre Vérités en 1962), et à des longs métrages : Tout l'or du monde (1961) avec Bourvil, puis Les Fêtes galantes qui sortira en 1965 et sera son dernier film.

René Clair se consacre ensuite à l'écriture et à la mise en scène théâtrale. Il remonte, entre autres, Relâche de Francis Picabia en 1970, et touche à l'opéra avec Orphée et Eurydice en 1973, présenté à l'Opéra de Paris.

En 1974, il est président du Festival de Cannes. Il crée la pièce La Catin aux lèvres douces au Théâtre de l'Odéon et s'intéresse à la bande dessinée pour le compte de l'Académie française (Séance publique annuelle des Cinq académies, octobre 1974).

Il meurt le et est inhumé au cimetière ancien de Neuilly-sur-Seine. Son épouse, Bronia, est décédée en 2004[réf. nécessaire].

René Clair avait pour frère un autre cinéaste, Henri Chomette.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Adaptation[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Œuvres écrites[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Adams, Grasset, 1926
  • La Princesse de Chine, suivi de De fil en aiguille, Grasset, 1951

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Jeux du hasard, Gallimard, 1976

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • L’Étrange Ouvrage des cieux, Gallimard, coll. Le Manteau d'Arlequin, 1972

Critiques[modifier | modifier le code]

  • Réflexion faite, Gallimard, 1951
  • Cinéma d’hier, cinéma d’aujourd’hui, Gallimard, Collection Idées, 1970

Scénarios[modifier | modifier le code]

  • Comédies et commentaires (Le silence est d'or, La Beauté du diable, Les Belles de nuit, Les Grandes Manoeuvres, Porte des lilas), Gallimard, 1959
  • Tout l'or du monde, Gallimard, 1961

Autres[modifier | modifier le code]

  • Une supposition, chanson folk-lorique, recueillie par René Clair, satrape & mise en notation moderne par Georges van Parys, Collège de Pataphysique, 2 clinamen LXXXV [1958]
  • Discours de réception de M. René Clair à l'académie française et réponse de M. Jacques Lacretelle, Gallimard, 1962

Documents et bibliographie critique[modifier | modifier le code]

  • Barthélémy Amengual, René Clair, Seghers, coll. "Cinéma d'aujourd'hui", Paris, 1963.
  • René Clair, catalogue de l'exposition du Palais de Chaillot, janvier-mars 1983, La Cinémathèque française
  • Olivier Barrot, René Clair ou Le Temps mesuré, coll. "Bibliothèque Du Cinéma", édition 5 Continents, 1985
  • Pierre Billard, Le Mystère René Clair, Plon, 1998
  • Noël Herpe, Le Film dans le texte : l'oeuvre écrite de René Clair, Jean-Michel Place, 2001 ; (dir.) René Clair ou le cinéma à la lettre, AFRHC, 2000 ; numéro spécial de la revue 1895, AFRHC, 1998.

Décorations et titres honorifiques[modifier | modifier le code]

Depuis 1994 le Prix René-Clair distingue un cinéaste pour l’ensemble de son œuvre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de l’état civil de Paris en ligne, acte de naissance N° 1/846/1898, avec mentions marginales du mariage en 1928 avec Braindel Jerlmutter, et du décès. Autre mention marginale : « Clair » est devenu son nom légal par décret du 15 déc. 1967.

Liens externes[modifier | modifier le code]


Précédé par René Clair Suivi par
Fernand Gregh
Fauteuil 19 de l’Académie française
1960-1981
Pierre Moinot