États des États-Unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte des États-Unis contigus, avec l'Alaska et Hawaï.

Les États-Unis sont une république fédérale composée de cinquante États fédérés auxquels s'ajoutent le district de Columbia — comprenant la capitale Washington — et plusieurs territoires non incorporés.

Aux États-Unis, la souveraineté est exercée à la fois par le gouvernement fédéral et par chacun des cinquante gouvernements d'État. Un Américain est à la fois citoyen des États-Unis et citoyen de l'État où il est domicilié[1]. Par contre, la citoyenneté d'État est une chose assez flexible et aucune procédure légale n'est nécessaire, sauf rares exceptions, pour changer son domicile d'un État à un autre. Les Américains ont conscience d'appartenir à une même nation, malgré la diversité des régions.

La Constitution des États-Unis attribue les pouvoirs respectifs des deux niveaux de gouvernement en utilisant des termes généraux. L'idée générale est qu'en ratifiant la Constitution (ou en adhérant à l'Union), chacun des États accepte :

  1. de transférer certains attributs de la souveraineté au gouvernement fédéral (par exemple, créer de la monnaie) ;
  2. de partager certains pouvoirs avec le gouvernement fédéral (par exemple le droit de créer et de maintenir une milice, appelée depuis le XXe siècle forces de défense d'État ou State defense forces) ;
  3. et de garder certains pouvoirs au niveau de l'État local (par exemple légiférer sur l'exercice du droit ou de la médecine).

Selon le 10e amendement de la Constitution américaine, tous les pouvoirs non spécifiquement transférés à l'échelon fédéral restent aux mains des États ou à celles du peuple. Historiquement les pouvoirs relatifs à la santé, l'éducation, les transports, le droit municipal et la gestion des infrastructures relèvent généralement du niveau de l'État local, même si tous ont une part importante de financement et de réglementation fédérale. Les pouvoirs transférés, partagés ou retenus localement sont les mêmes pour tous les États membres de l'Union.

Au cours de l'histoire des États-Unis, le pouvoir fédéral a eu tendance à se renforcer au détriment des États et la question du droit des États demeure une question en débat aux États-Unis.

Les États fédérés américains disposent de leurs propres ressources fiscales ainsi que de pouvoirs législatifs et exécutifs étendus. Les lois en vigueur sont par conséquent très variables d'un État à l'autre. De grandes différences de taille et de poids démographique rendent souvent difficile la comparaison entre les États : la Californie est soixante-dix fois plus peuplée que le Montana, l'Alaska est neuf fois plus grand que la Floride.

Les États sont représentés de manière égale au Sénat des États-Unis, chacun élisant deux sénateurs quel que soit son poids démographique. Ainsi les quatre États les plus faiblement peuplés que sont le Wyoming, le Vermont, le Dakota du Nord et l'Alaska (moins de 700 000 habitants chacun) ont le même poids que les quatre plus peuplés, la Californie, le Texas, l'État de New York et la Floride (respectivement 36,5, 23,9, 19,3 et 18,2 millions d'habitants). Par contre, à la Chambre des représentants des États-Unis, le nombre de représentants est proportionnel à la population de l'État (avec un minimum d'un représentant par État).

Quatre États portent le nom officiel de Commonwealth : le Kentucky, le Massachusetts, la Pennsylvanie et la Virginie. Cette particularité n'implique aucune différence constitutionnelle avec les autres États.

Les cinquante États[modifier | modifier le code]

Le tableau triable ci-après liste les cinquante États des États-Unis avec :

  1. le nom courant de l'État en français (suivi de son genre en français : m pour masculin, f pour féminin) ;
  2. le nom courant en anglais et mention lorsqu'il s'agit d'un commonwealth + la prononciation du nom en anglais décrit en alphabet phonétique international ;
  3. le surnom de l'État ;
  4. l'abréviation en deux caractères de l'État telle que définie par l'United States Postal Service (USPS) et reprise par la norme ISO 3166-2:US des subdivisions nationales ;
  5. le rang suivi de la date d'entrée, c'est-à-dire la date à laquelle l'État a ratifié la Constitution américaine ou a été admis dans l'Union ;
  6. la surface de l'État ;
  7. la population selon les données établies en 2010 par le bureau du recensement des États-Unis ;
  8. la densité de population de l'État ;
  9. la capitale de l'État ;
  10. la ville la plus peuplée (ville = incorporated place ou census-designated place) au 1er juillet 2007 selon l'U.S. Census Bureau ;
  11. le drapeau officiel de l'État.

Pour trier, cliquez sur le petit triangle après le titre de la colonne

Les 50 États des États-Unis d'Amérique
Carte Nom de l'État
(genre)
Nom anglais
API
Surnom Code
Rang
Date d'entrée
Surface km²
Population
Densité
(hab/km²)
Capitale Ville la plus
peuplée
Drapeau
Map of USA AL.svg Alabama (m) Alabama
/ˌæləˈbæmə/
Yellowhammer State
Heart of Dixie
AL 22e
14 décembre 1819
135 765 4 779 736 35,21 Montgomery Birmingham Flag of Alabama.svg
Map of USA AK.svg Alaska (m) Alaska
/əˈlæskə/
Last Frontier AK 49e
3 janvier 1959
1 717 854 710 231 0,41 Juneau Anchorage Flag of Alaska.svg
Map of USA AZ.svg Arizona (m) Arizona
/ˌærɪˈzoʊnə/
Grand Canyon State AZ 48e
14 février 1912
295 254 6 392 017 21,65 Phoenix Phoenix Flag of Arizona.svg
Map of USA AR.svg Arkansas (m) Arkansas
/ˈɑrkənsɑː/
Natural State AR 25e
15 juin 1836
137 732 2 915 918 21,17 Little Rock Little Rock Flag of Arkansas.svg
Map of USA CA.svg Californie (f) California
/ˌkælɪˈfɔrnjə/
Golden State CA 31e
9 septembre 1850
423 970 37 253 956 87,87 Sacramento Los Angeles Flag of California.svg
Map of USA NC.svg Caroline du Nord (f) North Carolina
/ˌnɔrθˌkɛrəˈlaɪnə/
Old North State
First in Flight
NC 12e
21 novembre 1789
139 509 9 535 483 68,35 Raleigh Charlotte Flag of North Carolina.svg
Map of USA SC.svg Caroline du Sud (f) South Carolina
/ˌsɑʊθkɛrəˈlaɪnə/
Palmetto State SC 8e
23 mai 1788
82 965 4 625 364 55,75 Columbia Columbia[2] Flag of South Carolina.svg
Map of USA CO.svg Colorado (m) Colorado
/ˌkɒləˈrædoʊ/
Centennial State CO 38e
1er août 1876
269 837 5 029 196 18,64 Denver Denver Flag of Colorado.svg
Map of USA CT.svg Connecticut (m) Connecticut
/kəˈnɛtɪkət/
Constitution State CT 5e
9 janvier 1788
14 371 3 574 097 248,70 Hartford Bridgeport[3] Flag of Connecticut.svg
Map of USA ND.svg Dakota du Nord (m) North Dakota
/ˌnɔrθdəˈkoʊtə/
Peace Garden State ND 39e
2 novembre 1889
183 272 672 591 3,67 Bismarck Fargo Flag of North Dakota.svg
Map of USA SD.svg Dakota du Sud (m) South Dakota
/ˌsɑʊθdəˈkoʊtə/
Mount Rushmore State
Great Faces. Great Places
SD 40e
2 novembre 1889
199 905 814 180 4,07 Pierre Sioux Falls Flag of South Dakota.svg
Map of USA DE.svg Delaware (m) Delaware
/ˈdɛləwɛər/
First State DE 1er
7 décembre 1787
6 542 897 934 137,26 Dover Wilmington Flag of Delaware.svg
Map of USA FL.svg Floride (f) Florida
/ˈflɔrɪdə/
Sunshine State FL 27e
3 mars 1845
170 451 18 801 310 110,30 Tallahassee Jacksonville[4] Flag of Florida.svg
Map of USA GA.svg Géorgie (f) Georgia
/ˈdʒɔrdʒə/
Peach State GA 4e
2 janvier 1788
154 077 9 687 653 62,88 Atlanta Atlanta Flag of Georgia (U.S. state).svg
Map of USA HI.svg Hawaï (m) Hawaii
(Mokuʻāina o Hawaiʻi en hawaïen)
/həˈwaɪi/, [haʋaiʔi]
Aloha State HI 50e
21 août 1959
28 337 1 360 301 48,00 Honolulu Honolulu Flag of Hawaii.svg
Map of USA ID.svg Idaho (m) Idaho
/ˈaɪdəhoʊ/
Gem State ID 43e
3 juillet 1890
216 632 1 567 582 7,24 Boise Boise Flag of Idaho.svg
Map of USA IL.svg Illinois (m) Illinois
/ɪlɪˈnɔɪ/
Prairie State
Land of Lincoln
IL 21e
3 décembre 1818
149 997 12 830 632 84,54 Springfield Chicago Flag of Illinois.svg
Map of USA IN.svg Indiana (m) Indiana
/ˌɪndiˈænə/
Hoosier State IN 19e
11 décembre 1816
94 321 6 483 802 68,74 Indianapolis Indianapolis Flag of Indiana.svg
Map of USA IA.svg Iowa (m) Iowa
/ˈaɪəwə/
Hawkeye State IA 29e
28 décembre 1846
145 543 3 046 355 20,93 Des Moines Des Moines Flag of Iowa.svg
Map of USA KS.svg Kansas (m) Kansas
/ˈkænzəs/
Sunflower State
The Wheat State
KS 34e
29 janvier 1861
213 283 2 853 118 13,38 Topeka Wichita Flag of Kansas.svg
Map of USA KY.svg Kentucky (m) Kentucky (Commonwealth of)
/kənˈtʌki/
Bluegrass State KY 15e
1er juin 1792
104 749 4 339 367 41,43 Frankfort Louisville Flag of Kentucky.svg
Map of USA LA.svg Louisiane (f) Louisiana
(État de Louisiane en français)
/luˌiziˈænə/
Pelican State
Sportsman's Paradise
LA 18e
30 avril 1812
135 382 4 533 372 33,49 Bâton-Rouge La Nouvelle-Orléans Flag of Louisiana.svg
Map of USA ME.svg Maine (m) Maine
/ˈmeɪn/
Pine Tree State ME 23e
15 mars 1820
86 542 1 328 361 15,35 Augusta Portland Flag of Maine.svg
Map of USA MD.svg Maryland (m) Maryland
/ˈmɛrələnd/
Old Line State MD 7e
28 avril 1788
32 160 5 773 552 179,53 Annapolis Baltimore[5] Flag of Maryland.svg
Map of USA MA.svg Massachusetts (m) Massachusetts (Commonwealth of)
/ˌmæsəˈtʃuːsɪts/
Bay State MA 6e
6 février 1788
27 360 6 547 629 239,31 Boston Boston Flag of Massachusetts.svg
Map of USA MI.svg Michigan (m) Michigan
/ˈmɪʃɪgən/
Wolverine State
Great Lake State
MI 26e
26 janvier 1837
250 941 9 883 640 39,39 Lansing Détroit Flag of Michigan.svg
Map of USA MN.svg Minnesota (m) Minnesota
/ˌmɪnɪˈsoʊtə/
North Star State
Land of 10.000 Lakes
MN 32e
11 mai 1858
225 365 5 303 925 23,53 Saint Paul Minneapolis Flag of Minnesota.svg
Map of USA MS.svg Mississippi (m) Mississippi
/ˌmɪsɪˈsɪpi/
Magnolia State MS 20e
10 décembre 1817
125 546 2 967 297 23,64 Jackson Jackson Flag of Mississippi.svg
Map of USA MO.svg Missouri (m) Missouri
/mɪˈzʊəri, mɪˈzʊərə/
Show-Me State MO 24e
10 août 1821
180 693 5 988 927 33,14 Jefferson City Kansas City[6] Flag of Missouri.svg
Map of USA MT.svg Montana (m) Montana
/mɑnˈtænə/
Treasure State
Big Sky Country
MT 41e
8 novembre 1889
381 156 989 415 2,60 Helena Billings Flag of Montana.svg
Map of USA NE.svg Nebraska (m) Nebraska
/nəˈbræskə/
Cornhusker State
Beef State
NE 37e
1er mars 1867
200 520 1 826 341 9,11 Lincoln Omaha Flag of Nebraska.svg
Map of USA NV.svg Nevada (m) Nevada
/nəˈvædə/
Silver State NV 36e
31 octobre 1864
286 351 2 700 551 9,43 Carson City Las Vegas Flag of Nevada.svg
Map of USA NH.svg New Hampshire (m) New Hampshire
/nuˈhæmpʃɚ/
Granite State NH 9e
21 juin 1788
24 239 1 316 470 54,31 Concord Manchester[7] Flag of New Hampshire.svg
Map of USA NJ.svg New Jersey (m) New Jersey
/nuˈdʒɝzi/
Garden State NJ 3e
18 décembre 1787
22 608 8 791 894 388,88 Trenton Newark[8] Flag of New Jersey.svg
Map of USA NM.svg Nouveau-Mexique (m) New Mexico
(Estado de Nuevo México en espagnol)
/nuˈmɛksɪkoʊ/
Land of Enchantment NM 47e
6 janvier 1912
314 590 2 059 179 6,55 Santa Fe Albuquerque Flag of New Mexico.svg
Map of USA NY.svg New York (m) New York
/nuːˈjɔrk/
Empire State NY 11e
26 juillet 1788
141 205 19 378 102 137,23 Albany New York[9] Flag of New York.svg
Map of USA OH.svg Ohio (m) Ohio
/oʊˈhaɪoʊ/
Buckeye State OH 17e
1er mars 1803
116 096 11 536 504 99,37 Columbus Columbus[10] Flag of Ohio.svg
Map of USA OK.svg Oklahoma (m) Oklahoma
/ˌoʊkləˈhoʊmə/
Sooner State
Native America
OK 46e
16 novembre 1907
181 196 3 751 351 20,70 Oklahoma City Oklahoma City Flag of Oklahoma.svg
Map of USA OR.svg Oregon (m) Oregon
/ˈɔrɪgən/
Beaver State
Pacific Wonderland
OR 33e
14 février 1859
255 026 3 831 074 15,02 Salem Portland Flag of Oregon.svg
Map of USA PA.svg Pennsylvanie (f) Pennsylvania (Commonwealth of)
/ˌpɛnsɪlˈveɪnjə/
Keystone State PA 2e
12 décembre 1787
119 283 12 702 379 106,50 Harrisburg Philadelphie Flag of Pennsylvania.svg
Map of USA RI.svg Rhode Island (m) Rhode Island (and Providence Plantations)
/roʊdˈaɪlənd/
Ocean State RI 13e
29 mai 1790
4 002 1 052 567 263,01 Providence Providence Flag of Rhode Island.svg
Map of USA TN.svg Tennessee (m) Tennessee
/ˌtɛnɪˈsiː/
Volunteer State TN 16e
1er juin 1796
109 247 6 346 105 58,09 Nashville Memphis[11] Flag of Tennessee.svg
Map of USA TX.svg Texas (m) Texas
/ˈtɛksəs/
Lone Star State TX 28e
29 décembre 1845
696 241 25 145 561 36,13 Austin Houston[12] Flag of Texas.svg
Map of USA UT.svg Utah (m) Utah
/ˈjuːtɑː/
Beehive State UT 45e
4 janvier 1896
220 080 2 763 885 12,56 Salt Lake City Salt Lake City Flag of Utah.svg
Map of USA VT.svg Vermont (m) Vermont
/vɚˈmɑnt/
Green Mountain State VT 14e
4 mars 1791
24 923 625 741 25,11 Montpelier Burlington Flag of Vermont.svg
Map of USA VA.svg Virginie (f) Virginia (Commonwealth of)
/vɚˈdʒɪnjə/
Old Dominion VA 10e
25 juin 1788
110 862 8 001 024 72,17 Richmond Virginia Beach[13] Flag of Virginia.svg
Map of USA WV.svg Virginie-Occidentale (f) West Virginia
/ˌwɛstvɚˈdʒɪnjə/
Mountain State WV 35e
20 juin 1863
62 809 1 852 994 29,50 Charleston Charleston Flag of West Virginia.svg
Map of USA WA.svg Washington (m) Washington
/ˈwɑʃɪŋtən/
Evergreen State WA 42e
11 novembre 1889
184 824 6 724 540 36,38 Olympia Seattle Flag of Washington.svg
Map of USA WI.svg Wisconsin (m) Wisconsin
/wɪsˈkɑnsɪn/
Badger State WI 30e
29 mai 1848
169 790 5 686 986 33,49 Madison Milwaukee Flag of Wisconsin.svg
Map of USA WY.svg Wyoming (m) Wyoming
/waɪˈoʊmɪŋ/
Equality State WY 44e
10 juillet 1890
253 338 563 626 2,22 Cheyenne Cheyenne Flag of Wyoming.svg

Union comme une seule nation[modifier | modifier le code]

Après l'adoption des articles de la Confédération et de l'Union perpétuelle en 1777, les États devinrent une confédération. En partie en raison de manquements de la Confédération, les treize États formèrent à la place une fédération au travers du processus de ratification de la constitution des États-Unis qui prit effet en 1789, soit une entité souveraine et unique pour ce qui concerne le droit international, avec le pouvoir de mener la guerre et de conduire des relations internationales, constituée d'États fédérés.

Relations entre États[modifier | modifier le code]

Selon l'article IV de la Constitution, qui souligne les relations entre les États américains, ceux-ci doivent donner « Pleine foi et crédit » (Full Faith and Credit) aux lois et décisions des législatures et des tribunaux des autres États ce qui inclut en général la reconnaissance des contrats légaux, des mariages, des jugements criminels, et jusqu'au 13 janvier 1865, du statut d'esclave. Les États ne peuvent faire de discrimination à l'encontre des citoyens d'autres États et doivent respecter leurs droits fondamentaux, selon la clause « Privilèges et Immunités » (Privileges and Immunities Clause). Le gouvernement fédéral garantit aux États une défense militaire et civile, ce qui exige aussi que le gouvernement de chaque État reste celui d'une république.

Clause du Commerce[modifier | modifier le code]

La Cour suprême des États-Unis a interprété la constitution américaine, comme la clause de Commerce (une clause de l'article premier de la Constitution qui donne au Congrès des États-Unis le pouvoir de réguler le commerce avec les autres pays, entre les États américains et avec les tribus indiennes), permettant un large périmètre d'action au pouvoir fédéral. Par exemple, le Congrès peut réguler le trafic ferroviaire sur les voies ferrées inter-États mais aussi le réguler sur les voies à l'intérieur d'un seul État en se basant sur la théorie qu'un trafic même uniquement à l'intérieur d'un État peut avoir un impact sur le commerce inter-États.

Une autre source de pouvoir du Congrès est le « pouvoir de dépenser » – la capacité du Congrès d'allouer des fonds, par exemple, à l'Interstate Highway System. Le système est mandaté et financé en partie par le gouvernement fédéral, mais sert également les intérêts des États. En menaçant de retirer des fonds fédéraux dédiés aux voies rapides, le Congrès a été en mesure de persuader les législatures des États d'adopter une variété de lois. Bien que cela puisse se traduire sur le terrain comme une atteinte aux droits des États, la Cour suprême a confirmé cette pratique comme une utilisation autorisée de la clause constitutionnelle de dépense.

Adhésion à l'Union[modifier | modifier le code]

Depuis la création des États-Unis, le nombre d'États est passé de 13 à 50. La Constitution américaine est assez laconique sur la manière dont des nouveaux États peuvent adhérer. Notant que « de nouveaux États peuvent être admis par le Congrès dans l'Union » et interdisant qu'un nouvel État soit créé à partir du territoire d'un État existant ou par la fusion de deux ou plusieurs États en un seul sans le consentement à la fois du Congrès des États-Unis et de toutes les législatures des États impliqués.

En pratique, presque tous les États admis dans l'Union après les 13 d'origine ont été formés à partir de territoire des États-Unis (c'est-à-dire des territoires sous l'autorité du gouvernement fédéral mais ne faisant partie d'aucun État et qui étaient organisés avec une part d'autonomie règlementaire accordée par le Congrès). En général, le gouvernement d'un territoire organisé fait connaître le souhait de sa population pour sa constitution en État. Le Congrès demande alors au gouvernement territorial d'organiser une convention constitutionnelle. Après acceptation de cette Constitution, le Congrès peut alors reconnaître ce territoire comme un État. Les grandes lignes de ce processus ont été établies par l'Ordonnance du Nord-Ouest, qui est en fait antérieure à la ratification de la Constitution américaine.

Cependant le Congrès est l'autorité ultime pour accepter de nouveaux États et n'est pas obligé de suivre cette procédure. Quelques États américains, en dehors des treize d'origine, ont été admis sans avoir été des territoires organisés du gouvernement fédéral :

Le Congrès n'a aucune obligation d'accorder le statut d'État à des territoires dont la population le demande. Par exemple, la République du Texas demanda son rattachement en tant qu'État aux États-Unis en 1836, mais les craintes d'un conflit avec le Mexique retardèrent cette adhésion de neuf ans. Le Territoire de l'Utah se vit refuser son adhésion à l'Union en tant qu'État pendant des décennies, la domination du territoire par les Mormons et particulièrement la pratique de la polygamie par ses élites étant mal vue de Washington. Une fois établies, les frontières des États sont très stables, les seules exceptions majeures étant la cession par le Maryland et la Virginie de territoire pour créer le district de Columbia (la partie cédée par la Virginie lui sera rendue par la suite), une cession par la Georgie, une expansion du Missouri et du Nevada et le Kentucky, le Maine et le Tennessee respectivement issus d'une scission du Massachusetts et de la Caroline du Nord.

Les derniers États à avoir adhéré à l'Union sont l'Alaska en janvier 1959 et Hawaï en août 1959, respectivement 49e et 50e État de l'Union.

Le nombre d'étoiles sur le coin supérieur du drapeau américain correspond au nombre d'États dans l'Union (les treize bandes correspondant elles aux treize États d'origine). Cette disposition date de 1818, le rajout sur le drapeau intervenant le 4 juillet, jour de la fête nationale, suivant l'entrée dans l'Union du nouvel État.

Gouvernement[modifier | modifier le code]

Chaque État dispose de sa propre constitution (celles de Georgie de Californie ou d'Alabama sont réputées pour être parmi les plus longues au monde). Cette constitution définit l'exercice et la répartition des pouvoirs au sein de l'État. Tous les États américains ont repris une forme de régime politique similaire à celui existant au niveau fédéral avec une branche exécutive, une branche législative et une branche judiciaire. Cela n'était pas une obligation, la Constitution des États-Unis exigeant juste des États qu'ils soient une république avec donc un gouvernement démocratique. Il pourrait ainsi y avoir un État avec un régime parlementaire.

Dans chaque État, le pouvoir exécutif est exercé par un gouverneur élu, qui est souvent à la tête d'un cabinet et par quelques autres responsables qui suivant les États peuvent être élus ou nommés. Ainsi 42 des 50 États élisent un lieutenant-gouverneur qui remplace le gouverneur en cas de vacance du poste. Suivant les États, il est élu en ticket, comme colistier lors de l'élection du gouverneur, ou lors d'une élection distincte. Les fonctions de secrétaire d'État, de trésorier de l'État ou d'auditeur de l'État peuvent être des fonctions élues ou nommées par le gouverneur suivant les États.

Le pouvoir législatif est exercé par la législature de l'État composé de deux chambres : un Sénat et une assemblée de l'État ou chambre des représentants (à l'exception du Nebraska qui n'a qu'une seule chambre). Il existe également une branche judiciaire avec à son sommet une Cour suprême de l'État. Celle-ci est l'autorité suprême de toute décision judiciaire concernant une loi de l'État, la Cour suprême des États-Unis n'intervenant que si elle considère le sujet touchant à la Constitution des États-Unis ou relevant d'une loi fédérale.

Nouveaux États possibles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 51e État.

Aujourd'hui, très peu de territoires pourraient prétendre à devenir un nouvel État de l'Union. Puerto Rico est sans doute le candidat le plus sérieux. Le statut du district de Columbia est aussi en débat. Pour les autres territoires, peu peuplés et dispersés, la question ne se pose pas vraiment.

Porto Rico[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Politique à Porto Rico.

Les Portoricains sont citoyens des États-Unis depuis 1917. Cette île des Antilles, territoire américain depuis 1898 (comme Hawaï) et la victoire des États-Unis sur l'Espagne, est peuplée de plus de 3,7 millions d'habitants (plus que les vingt-quatre États américains les moins peuplés). Le territoire non incorporé de Porto Rico – son titre exact est Commonwealth de Puerto Rico, mais sans rapport avec les Commonwealths des quatre États américains cités précédemment – ne dispose actuellement que d'une très faible représentation au Congrès : un délégué à la Chambre des représentants des États-Unis, le Resident commissioner, sans droit de vote, et aucun sénateur. Le président George H. W. Bush publia un mémorandum le 30 novembre 1992 à destination des responsables des départements et des agences de l'exécutif américain pour établir les relations entre le gouvernement fédéral et le Commonwealth de Porto Rico. Le mémorandum demandait à tous les départements et agences fédérales de traiter administrativement Puerto Rico comme s'il était un État américain dans la mesure où cela ne perturberait pas les programmes ou opérations fédérales. Le gouvernement de Puerto-Rico, qui a à sa tête un gouverneur élu, a organisé plusieurs référendums sur la question du statut de l'île lors des dernières décennies, même si le Congrès ne se sentait pas engagé par ses consultations. Tous les résultats montraient une victoire étroite des partisans du statu quo sur ceux partisans d'un État un petit nombre souhaitant l'indépendance. Le 20 décembre 2000, le président Bill Clinton a signé l'ordre exécutif 13183[14], pour créer un groupe de travail présidentiel sur le statut de Porto Rico et ses règles d'appartenance à l'Union, ordre exécutif que le président George W. Bush compléta. En décembre 2005, le groupe de travail proposa une série de nouveaux référendums pour résoudre ce problème. Si le Congrès vote les recommandations du groupe de travail, cela peut ouvrir la voie au premier vote mandaté par le Congrès sur le statut de l'île et potentiellement déboucher sur la création d'État américain vers 2010.

District de Columbia[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Washington (district de Columbia).

Les intentions des Pères fondateurs étaient que la capitale des États-Unis soit située sur un site neutre, ne favorisant aucun des États existants. Le district de Columbia fut donc créé en 1800 pour servir de siège aux autorités fédérales. Comme Puerto Rico, les habitants du district n'ont qu'un délégué sans droit de vote à la Chambre des représentants et aucun sénateur (le droit d'élire de grands électeurs pour l'élection présidentielle ne leur fut accordé qu'en 1961 par le 23e amendement).

Certains résidents du district soutiennent la création d'un État ou d'une juridiction en reprenant ses compétences pour l'ensemble du district ou pour sa partie habitée, le reste (les lieux abritant les autorités fédérales regroupés au centre de la ville) restant sous la juridiction fédérale. Si un État est toujours une question politique réelle dans le district, il y a peu de perspectives d'un mouvement concret dans ce sens dans un avenir proche. L'accent est plutôt mis sur la poursuite de la Home Rule dans le district lui donnant une représentation pleine et entière au Congrès.

Autres territoires[modifier | modifier le code]

Pour le restant des territoires des États-Unis habités n'ayant pas le statut d'État – les Îles Mariannes du Nord (qui ont, comme Porto Rico, le statut de Commonwealth), les îles Vierges des États-Unis, Guam, et les Samoa américaines – les perspectives d'une accession à un statut d'État sont très éloignées. Tous sont relativement peu peuplés – Guam, le plus peuplé de ces territoires, a une population équivalente au tiers du Wyoming, le moins peuplé des États américains – et ces territoires sont fortement tributaires des financements fédéraux. Si ces territoires songeaient à demander un statut d'État, ils devraient probablement s'associer pour augmenter leur population et leur superficie – avec peut-être l'ajout des territoires non organisés sous tutelle fédérale : Palaos et les îles Marshall.

Scission d'un État[modifier | modifier le code]

Constitutionnellement un État ne peut être divisé en plusieurs États qu'avec l'approbation du Congrès américain et de la législature de l'État concerné, comme cela fut le cas du Maine, issu d'une scission du Massachusetts, ou de la Virginie-Occidentale et du Kentucky issus de la Virginie. Quand le Texas fut admis dans l'Union en 1845, il était beaucoup plus grand qu'aucun autre État existant et il lui fut spécialement accordé le droit de se diviser au plus en cinq États distincts même si aucune tentative sérieuse dans ce sens n'a jamais été faite.

États non reconnus[modifier | modifier le code]

Par le passé, plusieurs tentatives de reconnaissance ou de création d'États, soit sur de nouveaux territoires soit par scission ou fragmentation d'États existants, n'ont pas abouti.

État de Sylvania[modifier | modifier le code]

Une sécession, qui n'aboutit pas, sur des territoires disputés entre la Virginie et la Pennsylvanie juste après la guerre d'Indépendance américaine.

État de Franklin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : État de Franklin.

Cet État exista pendant quatre ans, peu de temps après la fin de la guerre d'Indépendance américaine, mais ne fut jamais reconnu par l'Union, qui, finalement, reconnut la demande de souveraineté de la Caroline du Nord sur cette zone. Une majorité des États américains étaient disposés à reconnaître l'État de Franklin mais il manqua de peu la majorité des deux tiers des États requise pour admettre un nouvel État dans l'Union selon les Articles de la Confédération. Le territoire comprenant comté de Franklin allait devenir plus tard la partie orientale de l'État du Tennessee.

État du Deseret[modifier | modifier le code]

Article détaillé : État du Deseret.

En 1849, les Pionniers mormons, récemment installés à Salt Lake City, proposèrent par la voix de Brigham Young, président de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, un statut officiel pour le territoire sur lequel ils étaient installés englobant Grand Bassin et le bassin versant du fleuve Colorado ainsi qu'en partie ou en totalité les territoires de neuf États américains actuels. Cependant, la Californie et le Nouveau-Mexique faisant une demande pour devenir des États à part entière, Young changea de stratégie et se décida à demander la création d'un État qui exista de facto pendant deux ans. Finalement le Territoire de l'Utah sera créé en 1851, sur la partie septentrionale du Deseret, et donnera naissance après plusieurs mutations aux États de l'Utah et du Nevada.

État de Jefferson[modifier | modifier le code]

Article détaillé : État de Jefferson.

État de Lincoln[modifier | modifier le code]

Article détaillé : État de Lincoln.
  • L'État de Lincoln est un autre État qui fut proposé plusieurs fois. Il comprenait généralement la partie orientale de l'État de Washington et la panhandle de l'Idaho (la pointe nord-ouest de cet État). À l'origine, il fut proposé par l'Idaho en 1864 pour seulement sa panhandle, jugée trop éloigné de la nouvelle capitale de l'État, Boise, et de nouveau en 1901 en y incluant l'Eastern Washington, la région de Washington à l'est de la chaîne des Cascades. Cet État fut de nouveau proposé en 1996, 1999 et 2005.
  • Lincoln est aussi le nom d'une tentative de création d'un État au Texas après la guerre de Sécession en 1869. Les territoires du Texas, au sud et l'ouest du fleuve Colorado, furent ainsi proposés pour constituer un État pendant la période de la Reconstruction.

État de Muskogee[modifier | modifier le code]

Une tentative de création un État de Muskogee, concernant les amérindiens Creek, en Floride avait échoué en 1800.

État de Sequoyah[modifier | modifier le code]

Article détaillé : État de Sequoyah.

Sequoyah fut une tentative avortée de création d'un État par les amérindiens en 1905. Il se serait situé dans l'est de l'actuel Oklahoma et aurait eu une population à majorité amérindienne.

État du Supérieur[modifier | modifier le code]

Article détaillé : État du Supérieur.

La création de l'État du Supérieur, issu de la scission de la Péninsule supérieure du Michigan dans le nord l'État homonyme, fut proposé dès 1858. Les velléités sécessionnistes restèrent relativement actives jusqu'au milieu des années 1970, avant de péricliter pour devenir aujourd'hui très marginales.

La question de New York[modifier | modifier le code]

La question de la séparation de la ville de New York de l'État de New York est régulièrement posée dans la métropole américaine mais sans réel projet et souvent brandie pour des raisons fiscales, la ville estimant payer trop d'impôts à l'État. [réf. souhaitée]

Sécession[modifier | modifier le code]

La Constitution américaine est muette sur le cas d'un État souhaitant quitter l'Union même si pour des raisons historiques, jurisprudentielles, sociales (sentiment des habitants d'appartenir à une même nation) et le poids actuel du gouvernement fédéral, une sécession d'un État paraît quasi impossible. L'exemple le plus célèbre est la sécession de 11 États en 1861 pour former les États confédérés d'Amérique qui conduisit à la guerre de Sécession et au retour par la force des États sécessionnistes dans l'Union. Parmi les mouvements sécessionnistes existants, nombreux tiennent du folklore mais certains mouvements ont acquis une influence dans l'État concerné voire une certaine notoriété nationale, on peut ainsi citer l'Alaskan Independence Party ou le Mouvement hawaïen pour la souveraineté. Le Parti libertarien, comme différents autres mouvements américains idéologiquement proches, prône lui plutôt un État fédéral réduit à sa plus simple expression (voir Free state project).

Origine des noms des États[modifier | modifier le code]

Origine étymologique du nom des États américains.

Les cinquante États des États-Unis tirent leur nom d'une grande variété de langues. La moitié des États, 25, ont un nom dérivé de langues amérindiennes : huit de l'algonquin, sept des langues siouanes (dont l'un via l'illinois, une langue algonquine), trois des langues iroquoises, un des langues uto-aztèques et cinq d'autres langues amérindiennes. Le nom Hawaï viendrait de l'hawaïen. Les autres noms dérivent des langues européennes : sept viennent du latin (principalement la forme latine de noms propres anglais), six viennent de l'anglais, cinq viennent de l'espagnol (plus un d'un langage autochtone via l'espagnol) et trois viennent ou peuvent venir du français (dont l'un via l'anglais) : Louisiane, Vermont et peut-être Maine.

Onze États sont nommés d'après une personne : Caroline du Nord, Caroline du Sud, Delaware, Georgie, Louisiane, Maryland, New York, Pennsylvanie, Virginie, Virginie-Occidentale, Washington.

Mais pour six États, leur nom reste d'origine incertaine et il existe plusieurs étymologies possibles : Arizona, Utah, Idaho, Maine, Oregon et Rhode Island.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. cf. Première phrase de la Section 1 du XIVe amendement de la Constitution
  2. La Greenville-Spartanburg-Anderson Combined Statistical Area est la zone métropolitaine la plus peuplée de Caroline du Sud.
  3. La Hartford-West Hartford-Willimantic Combined Statistical Area est la zone métropolitaine la plus peuplée du Connecticut.
  4. La Miami-Fort Lauderdale-Miami Beach Metropolitan Statistical Area est la région métropolitaine la plus peuplée de Floride.
  5. Baltimore et les 12 comtés de la Washington-Baltimore-Northern Virginia Combined Statistical Area constituent la zone métropolitaine la plus peuplée du Maryland.
  6. La ville de Saint-Louis et les 8 comtés du Missouri de la St. Louis-St. Charles-Farmington Combined Statistical Area forment la région métropolitaine la plus peuplée.
  7. Les 5 comtés du sud-est du New Hampshire de la Boston-Worcester-Manchester Combined Statistical Area forment la région métropolitaine la plus peuplée du New Hampshire.
  8. Les 13 comtés du Nord du New Jersey de la New York-Newark-Bridgeport Combined Statistical Area forme la région métropolitaine la plus peuplée.
  9. La ville de New York est la ville la plus peuplée des États-Unis.
  10. La Cleveland-Akron-Elyria Combined Statistical Area forme la région métropolitaine la plus peuplée de l'Ohio.
  11. La Nashville-Davidson-Murfreesboro-Columbia Combined Statistical Area est la région métropolitaine la plus peuplée du Tennessee.
  12. La Dallas-Fort Worth Combined Statistical Area est la région métropolitaine la plus peuplée du Texas.
  13. Les dix comtés et les 6 villes indépendantes de Virginie de la Washington-Baltimore-Northern Virginia Combined Statistical Area forment la région métropolitaine la plus peuplée de Virginie.
  14. (en) « Executive Orders Disposition Tables William J. Clinton - 2000: Executive Order 13183 - Establishment of the President's Task Force on Puerto Rico's Status », Office of the Federal Register, National Archives and Records Administration.

Articles connexes[modifier | modifier le code]