La vie est belle (film, 1997)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La vie est belle.

La vie est belle

Titre original La vita è bella
Réalisation Roberto Benigni
Scénario Roberto Benigni
Vincenzo Cerami
Acteurs principaux
Sociétés de production Melampo Cinematografica
Cecchi Gori Group Tiger Cinematografica
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Genre Comédie dramatique
Sortie 1997
Durée 116 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La vie est belle (La vita è bella) est une comédie dramatique italienne écrite et réalisée par Roberto Benigni sortie en décembre 1997 en Italie (en octobre 1998 en France).

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1938, Guido, jeune homme plein de gaieté, rêve d'ouvrir une librairie, malgré les tracasseries de l'administration fasciste. Il tombe amoureux de Dora, institutrice étouffée par le conformisme familial et l'enlève le jour de ses fiançailles avec un bureaucrate du régime fasciste d'alors. Cinq ans plus tard, Guido et Dora ont un fils : Giosuè. Mais les lois raciales sont entrées en vigueur et Guido est juif. Il est alors déporté avec son fils. Par amour pour eux, Dora monte de son plein gré dans le train qui les emmène aux camps de la mort où Guido veut tout faire pour éviter l'horreur à son fils...

Roberto Benigni définit lui-même son film comme une fable, un conte philosophique : Guido rencontre et séduit sa future femme, Dora. Des années plus tard, ils ont un petit garçon prénommé Giosuè et, en tant que Juifs, ils sont déportés vers un camp de concentration allemand réel mais indéfini sans référence précise[1]. Là, il fait croire à son fils que les occupations du camp allemand sont en réalité un jeu, dont le but serait de gagner un char d'assaut, un vrai.

La musique choisie contribue beaucoup à cet univers de conte : il existe plusieurs thèmes musicaux dans le film, un principal (le plus fréquent), un lors de scènes d'amour (comme quand Guido se retrouve seul avec Dora) et celui de la mort (comme quand ils sont emmenés au camp).

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

À la 71e cérémonie des Oscars[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

  • César 1999 : meilleur film étranger.
  • Grand prix du jury à Cannes.
  • Prix du public aux festivals de Montréal, Toronto et Vancouver.
  • Dix Donatello aux Oscars italiens.
  • Prix Goya du meilleur film européen en 2000.

Commentaire[modifier | modifier le code]

Même s'il n'est volontairement jamais cité puisque le film est avant tout une fable, un conte moderne et non un film historique[4], le camp dans le film est en partie inspiré d'Auschwitz-Birkenau[5] (le camp d'Auschwitz est cité dans le générique de fin). Tous les camps d'extermination nazis étaient situés en Europe de l'Est, et ont été libérés par l'Armée rouge. Or, dans le film, le camp est libéré par l'armée américaine.

Aussi, un ancien Sonderkommando du camp d'Auschwitz, Shlomo Venezia, et l'historien Marcello Pezzetti, ont été contactés par Benigni en tant que consultants, ce qui a contribué à rendre le film plus réaliste.

Musique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]