Metro-Goldwyn-Mayer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir MGM.

Metro-Goldwyn-Mayer

alt=Description de l'image MGM Logo.jpg.
Création 17 avril 1924 (90 ans)
Personnages clés Irving Thalberg
Forme juridique Filiale
Slogan Ars Gratia Artis[1]
Siège social Drapeau des États-Unis Los Angeles (États-Unis)
Direction Gary Barber, (CEO)
Activité Cinéma
Produits Films
Effectif 1 440 (2004)
Site web mgm.com

Metro-Goldwyn-Mayer Inc. (ou MGM) est l'une des plus grandes sociétés de production et de distribution pour le cinéma et la télévision. Son siège social se situe à Los Angeles, aux États-Unis. Ses principales filiales sont MGM Pictures et United Artists.

Son emblème, le lion rugissant, vient du nom de Marcus Loew, son premier propriétaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Naissance du studio[modifier | modifier le code]

Les studios de la MGM en 1922.

La MGM fut créée en 1924 par la fusion de trois sociétés : Metro Pictures Corporation (créée en 1915), Goldwyn Pictures Corporation (créée en 1917) et Louis B. Mayer Pictures (créée en 1918)[2]. Le premier propriétaire de la MGM fut Marcus Loew (1870-1927), l'un des principaux exploitants de salles de cinéma américains. Il plaça Louis B. Mayer à la direction du studio et nomma Irving Thalberg responsable de la partie production. Le studio prit pour devise Ars Gratia Artis (L'art est la récompense de l'art) et pour emblème le lion « Léo » en 1928.

Peu après la fusion, suite à la mort de Loew, son associé Nicholas Schenck prit le contrôle du studio. Schenck essaya alors en vain de revendre la compagnie à la 20th Century Fox, ce qui créa de fortes tensions avec Mayer.

Dans les années 1930, toujours sous la direction de Mayer et Thalberg, MGM devint la plus grande société de production d'Hollywood. Elle produisit de nombreux classiques, parmi lesquels Grand Hotel ou la série des Tarzan et fit de Greta Garbo et de Joan Crawford des stars. Suite à de fréquentes altercations avec Mayer et Schenck, Thalberg fut rétrogradé en 1932. Mayer engagea alors des producteurs indépendants tels que David O. Selznick pour prendre en charge l'aspect créatif de la société.

À la mort de Thalberg en 1936, Mayer se retrouva avec les pleins pouvoirs et engagea la production de nombreux films commerciaux. Entre 1936 et le début de la Seconde Guerre mondiale, MGM produisit entre autres Autant en emporte le vent et le Magicien d'Oz. À partir de 1941, MGM soutint l'effort de guerre. De nombreuses stars de la firme aidèrent à vendre des coupons, d'autres (James Stewart et Clark Gable par exemple) s'engagèrent.

C'est à cette période que MGM devint l'un des principaux producteurs de dessins animés. Le service animation fut créé à la fin des années 1930 par deux anciens de Warner Bros. : Hugh Harman et Rudolph Ising. En 1941, Tex Avery rejoignit le studio suite à une altercation avec Leon Schlesinger de la Warner. Avery réalisa des classiques tels que Red-Hot Riding Hood, Swing Shift Cinderella ou la série des Droopy, mais le plus grand succès de la société dans le domaine de l'animation fut la série Tom et Jerry créée par William Hanna et Joseph Barbera.

Après la guerre, MGM se spécialisa dans la production de comédies musicales. La plupart des grands chanteurs et danseurs de l'époque rejoignirent le studio : Fred Astaire, Gene Kelly, Frank Sinatra. Croûlant sous la charge de travail, Mayer embaucha l'auteur et producteur Dore Schary pour s'occuper de la production. Dès le début, les rapports entre les deux hommes furent très tendus. Schary souhaitait privilégier les films à message et reprochait à Mayer de passer plus de temps sur les champs de courses qu'à son bureau. En 1951, Mayer mit Schenck au pied du mur en lui demandant de choisir entre lui et Schary. Schenck choisit Schary et renvoya Mayer du poste qu'il occupait depuis 27 ans. Mayer mourut en 1957.

Déboires à répétition[modifier | modifier le code]

MGM ne fut pas épargné par la crise qui frappa les grands studios dans les années 1950 et 1960. En 1957, suite à l'échec de l'Arbre de vie, le studio perdit de l'argent pour la première fois de son histoire. Schary fut renvoyé et, pour redresser les comptes, le département animation fut fermé. Hanna et Barbera s'en allèrent créer Hanna-Barbera Productions et la production des Tom et Jerry fut sous-traitée d'abord à une société basée en Europe de l'Est puis à la société de Chuck Jones Sib Tower 12 Productions (en). L'association avec Chuck Jones prit fin en 1967.

En 1959, le studio fut contraint de vendre son réseau de salles. La firme parvint à se maintenir à flot avec des succès comme Ben-Hur et en commençant à produire des programmes pour la télévision, mais les dix années suivantes virent une valse des dirigeants à la tête de la compagnie, aucun ne parvenant à aligner deux années bénéficiaires.

MGM fut racheté en 1969 par le millionnaire Kirk Kerkorian (né le 06/06/1917). Il procéda à une véritable purge de la société, réduisant considérablement les effectifs et revendant une partie du patrimoine de la firme (de plusieurs hectares de terrains aux escarpins rouges de Dorothy dans le Magicien d'Oz). Dans les années 1970, le rythme de production de la MGM diminua considérablement. Kerkorian revendit le département distribution et commença vite à se lasser de son nouveau jouet. Le studio parvint quand même à obtenir quelques succès (Shaft, l'Âge de cristal ou Fame) et racheta United Artists en 1981.

En 1986, Ted Turner (né le 19/11/1938) racheta MGM et United Artists. Il en resta propriétaire pendant 74 jours. Ne pouvant soutenir la dette de l'ensemble (et en particulier celle de United Artists suite au fiasco de la Porte du paradis), Ted Turner fut contraint de revendre UA à Kerkorian. Turner ne garda qu'une partie du catalogue MGM. Les plateaux de tournage furent vendus à Lorimar (qui fut ensuite racheté par Warner) puis, en 1990, à Sony.

En 1990, le studio fut racheté par le financier italien Giancarlo Parretti via Pathé Communication Corporation avec le soutien du Crédit lyonnais, pour 1,3 milliard de dollars. Parretti connut un bref état de grâce avec des succès comme Get Shorty et Leaving Las Vegas mais n'échappa pas à la faillite en 1992. En 1993, le Crédit lyonnais investit 400 millions de dollars pour tenter, en vain, de redresser le studio. En 1995, le réseau de salles en Europe, soit 526 salles fut revendu au groupe Chargeurs (salles des Pays-Bas) et à Virgin (réseau du Royaume-Uni).

Le 10 octobre 1996, Kerkorian (associé à Seven Network et Frank Mancuso Sr.) racheta MGM au Crédit lyonnais pour 1,3 milliard de dollars. La même année, MGM racheta Metromedia International et absorba ses filiales (Orion Pictures, Goldwyn Entertainment et la Motion Picture Corporation of America), ce qui lui permit de se reconstituer un catalogue.

Mais en 2002 la société est mise en vente, à hauteur de 7 milliards de dollars.

En 2005, un consortium mené par Sony reçoit le feu vert de la Commission européenne pour racheter la MGM pour 5 milliards de dollars.

En septembre 2009, le studio est au bord de la faillite : la direction du groupe annonce que le studio aurait besoin de 20 millions de dollars[3].

En septembre 2010, le studio, avec 4 milliards de dollars de dettes, propose que ses créanciers, en échange de la suppression de la dette de la société, se voient céder la majorité des actions. De plus, des échanges d'actifs sont proposés avec Spyglass Entertainment, en échange de quoi ce dernier prendrait possession d'environ 5 % du capital de la MGM[4].

Organisation de Metro-Goldwyn-Mayer Inc[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Les films primés[modifier | modifier le code]

Les films « oscarisés »[modifier | modifier le code]

La MGM a vu dix de ses films remporter l'Oscar du meilleur film[5] :

Ours d'or[modifier | modifier le code]

En 1956, Invitation à la danse de Gene Kelly devient le seul film produit par la MGM à remporter l'Ours d'or du meilleur film à la Berlinale[6].

Les films sélectionnés pour préservation[modifier | modifier le code]

23 productions de la MGM ont été désignées « culturellement signifiant » par la Bibliothèque du Congrès et sélectionnées pour préservation au National Film Registry[7] :

Les franchises les plus rentables de la MGM[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]