Une place au soleil (film, 1951)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour l'expression coloniale allemande, voir Place au soleil.

Une place au soleil

Description de cette image, également commentée ci-après

Elizabeth Taylor et Montgomery Clift

Titre original A Place in the Sun
Réalisation George Stevens
Scénario Michael Wilson
Harry Brown
d'après le roman Une tragédie américaine de Theodore Dreiser
Acteurs principaux
Sociétés de production Paramount Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Sortie 1951
Durée 122 minutes (2 h 02)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Montgomery Clift à la première du film

Une place au soleil (A Place in the Sun) est un film américain réalisé par George Stevens, sorti en 1951 et auquel 6 oscars furent attribués.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Neveu pauvre d'un magnat de l'industrie, George Eastman (Montgomery Clift) est embauché en bas de l'échelle dans une usine de son oncle. Malgré les règles strictes qui y règnent, il a une liaison avec une ouvrière, Alice Tripp (Shelley Winters), qui tombe enceinte de lui. Il s'éprend par ailleurs d'Angela Vickers (Elizabeth Taylor), une jeune fille de la haute société. L'épouser lui ouvrirait pour de bon les portes d'un autre monde...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Le roman de Theodore Dreiser connut deux autres adaptations au cinéma :

La musique composée par Franz Waxman reçut l'oscar de la meilleure musique de film en 1952, et servit de générique à l'émission de Michel Boujut, Cinéma, Cinémas.

Critique[modifier | modifier le code]

  • « Le roman de Theodore Dreiser, à l’origine du film, s’appelle Une tragédie américaine. Les studios ont préféré un titre plus glamour, mais l’amertume sourd quand même. George Stevens cache son dégoût du rêve américain derrière un cinéma ultra-hollywoodien. Ce classicisme apparent est une attaque provocatrice contre Hollywood, qui s’échine à esthétiser la misère, jusqu’à l’enterrer. Là réside le talent de George Stevens, amoureux des paradoxes et spectaculairement engagé. Une place au soleil est un requiem grinçant, à la fois tapageur et déchiré. Au bout des cordes des violons se balancent de tristes pendus, sacrifiés par une société faussement égalitaire, condamnés pour leur présomption de révolte sociale. Le cinéaste réussit à dénoncer, discrètement mais efficacement, les ligues anti-avortement et la peine de mort. Ses acteurs font merveille, notamment Shelley Winters, femme martyrisée par de faux amis et qui semble répéter son futur rôle dans La Nuit du chasseur... » Martine Landrot[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Martine Landrot - Télérama n°2947 - 5 juillet 2006

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :